suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06/08/2007

A califourchon sur les falaises de St Martin de l'Arçon

medium_IMG_5042-1.JPG

Dans notre vie, si l'on n'y prend garde, passées les années fougeuses de la jeunesse où l'on prend tous les risques, on fait peu à peu comme l'eau qui contourne les obstacles, on choisit les solutions de facilité. On brûle du pétrole quand on pourrait utiliser l'huile de genou, on prend l'ascenseur alors que l'on pourrait utiliser la pompe de son coeur, on cesse de courir après une balle ronde ou ovale en cuir pour partir en quête d'autres sphères plus douces, on se marrie pour avoir un frigidaire toujours plein, on met au clou son VTT pour se vautrer dans un canapé et ingurgiter les fadaises tiédasses du tube à images. On lit Paris Vaches au lieu de se replonger dans « Crime et châtiments de Dostoievsky, d'écouter Purple haze de Jimmi Hendrix où de parcourir des yeux la voute céleste à la recherche de la Grande Ourse.
medium_IMG_5008.JPG

Et quand on est comme moi randonneur, on fait de même pour les balades Avec les années qui passent on cherche à ménager ses articulations qui grincent et la vue des sommets vous impressionne. Votre subconscient nourri aux slogans soporifiques de la société de consommation vous fait quitter les chemins de chèvres pour des chemins de moutons et puis un jour on se surprend à traverser les prairies à vaches (celles de Normandie pas de l'Aubrac qui ont droit à tout mon respect!).
medium_IMG_4996.JPG

Et sans crier gare vient un matin où l'on a du mal à enfiler son pantalon de randonnée et l'on comprend soudain qu'il est temps de réagir sous peine de finir bientôt dans un fauteuil roulant. On se plonge alors dans les cartes Topo 25 de l'IGN à la recherche d'un circuit en forme de montagnes russes histoire de lancer un défi à son subconscient lobotomisé par les médias et tout en enfilant ses godillots de randonnée on lui susurre « on va voir ce que l'on va voir !
medium_IMG_5026-1.JPG

C'est ainsi que je me suis retrouvé l'autre jour avec quelques amis sur les hauteurs de Saint Martin de l'Arçon à tenter d'imiter les mouflons qui hantent les lieux, car l'itinéraire que nous avions choisi convenait plus à des quadrupèdes qu'à des bipèdes.
medium_IMG_5027-1.JPG

Pour corser l'aventure il avait plu la veille et les pierres du chemin (quand il y en avait un) et les rochers sur lesquels nous avons « rampé » étaient glissants comme des savonnettes.
medium_IMG_5040.JPG

Mais nous n'avons pas regretté notre périple car lorsque l'on sort des sentiers battus et que l'on est contraint de se concentrer sur chacun de ses pas et chacun de ses gestes en recherchant les points d'appui on se redécouvre soi même (c'est ainsi que je me suis rendu compte que je sous estimais largement le poids de mes fesses !). De fait on puise dans son énergie intérieure la force de vaincre la loi de la pesanteur.
medium_IMG_5029-1.JPG

On atteint ainsi le but ultime des moines boudhistes qui est de vivre pleinement dans l'instant « ici et maintenant » sans avoir besoin d'aller suivre un stage hors de prix dans un monastère Tibétain sous la direction d'un gourou généralement né en Californie ou à Saint Germain des Prés.
medium_IMG_5051-1.JPG

Et puis en quittant les chemins balisés on franchit le miroir d'Alice au pays des merveilles pour pénétrer dans un univers où des bergers de pierre méditent en haut des falaises en surveillant d'un oeil leur troupeau d'étoiles.
medium_IMG_5045-1.JPG

un univers où certains arbres sont des fenêtres sur le monde d'en dessous
medium_IMG_5066.JPG

et où d'autres prennent la forme d'animaux fabuleux.
medium_IMG_5073.JPG

Et c'est revigorés et rassérénés que l'on a retrouvé la plaine et ses vignes, promesse d'une soirée festive entre amis pour célébrer notre jeunesse retrouvée.
medium_IMG_5081-1.JPG


Le détail sur l'itinéraire est en fichier joint

Texte & Photos Ulysse

09:50 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (10)

11/07/2007

Un poème de pierres : l'abbaye de Valmagne !

medium__DSC8173.JPG

Certains hommes écrivent des poèmes avec des mots d'autres avec des pierres...Ainsi en est il de certaines chapelles, églises ou abbayes dont l'audace, la puissance ou l'élégance des façades, des colonnes et des voutes font sur notre esprit un effet semblable à la poésie. Ils nous donnent le sentiment d'apercevoir ou comprendre l'essence du monde au delà des apparences. Les arabesques de pierres comme les assemblages de mots ouvrent des portes sur l'indicible et l'invisible.

Laissons nous aujourd'hui emporter au delà du monde matériel en visitant l'Abbaye de Valmagne fondée en 1138 par Raymond Trancavel, Vicomte de Béziers. Je laisse à l'excellent site qui lui est consacré le soin de vous conter son histoire et vous invite simplement à un voyage poétique en découvrant ce lieu magique.
medium__DSC8112-1.JPG

Certes la première vision que l'on en a, quand on l'aperçoit solidement installée au milieu des champs, ne laisse pas une impression de grâce ou de légèreté. Mais cette allure un peu pataude a sans doute été recherché par ses bâtisseurs qui n'ont pas voulu attirer sur elle l'attention des bandes de maraudeurs qui sévissaient à l'époque de sa prospérité.
medium__DSC8210.JPG

Puis quand on s'en approche, ce coté un peu balourd prend de la majesté et les mensurations impressionnantes de l'église (23m de haut 89m de long) laissent notre esprit pantois d 'admiration.
medium__DSC8199.JPG

La contemplation de sa nef intérieure nous donne à la fois un sentiment d'humilité mêlé d'un sentiment de puissance de voir que l'être humain puisse ainsi imaginer des formes capables de vaincre les lois de la gravité et de maintenir des pierres en l'air par le seul jeu de la répartition des forces.
medium__DSC8146.JPG

Mais notre esprit reçoit un plus grand choc encore quand on franchit la modeste porte qui mène de la nef au cloître. Les colonnades qui s'offrent alors à nos yeux créent un univers chaleureux et chatoyant d'ombres et de lumières qui soulignent l'extrême élégance et harmonie des dentelles de pierres qui leur donnent vie.
medium__DSC8189.JPG

Au milieu du cloître trône une fontaine lavabo véritable broderie de pierres dont on se demande quelle couturière céleste l'a réalisée.
medium__DSC8158.JPG

On se pince alors pour se demander si par mégarde on n'aurait pas franchi un passage secret menant au paradis.
medium__DSC8197.JPG

Il faut alors démbuler le long des galeries et laisser son esprit s'impréginer de l'harmonie du lieu. Un sentiment de plénitude et de sérénité vous gagne alors car vous comprenez le sens caché du monde et de la vie comme lorsque vous lisez ou écoutez de la poésie.
medium__DSC8166.JPG

J'ai eu le privilège de pouvoir la visiter à la nuit tombée et la magie de ce lieu est alors magnifiée par le jeu des ombres des lumières sur les volutes de pierrres qui semblent dans ce clair obscur d'une infinie légéreté.

medium_mai_07_076.jpg


medium_mai_07_081.jpg


medium_mai_07_077.jpg


medium_mai_07_061.jpg


Texte & Photos Ulysse

07:50 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (9)

07/07/2007

Passez le col autour de l'Ayrolle

medium__DSC8777.JPG

A cette période de l'année la chaleur et le soleil conjugués à la programmation estivale des chaines de télé ralentissent le fonctionnement de nos neurones et ramènent notre niveau de conscience à celui d'une laitue. Aussi pour éprouver plus solidement la réalité de mon existence, je me contrains à défier la pesanteur qui m'invite à rester ancré à mon verre de rosé comme une moule à son rocher et je pars arpenter les chemins de l'arrière pays. L'effort physique que j'accomplis alors, les battements du coeur qui accélèrent et deviennent plus présents, le sel de la sueur qui me pique les yeux, l'univers d'odeurs jaillies du sol et de la végétation qui m' assaillent, amplifient mon sentiment et mon bonheur d'exister.
medium__DSC8781.JPG

Pour ma dernière balade je suis allé du coté de Ceps, ce village bien nommé situé en plein coeur du Saint Chinianais, afin d'y faire le tour du modeste Mont de l'Ayrolle (458m) qui domine les superbes gorges de l'Orb et fait face vers le nord au redoutable massif du Caroux.
medium__DSC8844-1.JPG

La simple traversée du village vous donne l'occasion d'une leçon de philosophie alors que l'on passe sous un cadran solaire dont le personnage barbu qui l'orne semble nous dire « Profitez du temps qui passe, il est plus tard que vous ne croyez ! »
medium__DSC8830-1.2.JPG

Déterminé à suivre ce conseil, j'ai alors emprunté un chemin grimpant en pente douce vers le Col du Bac .Ce chemin est bordé d'un de ces antiques murs de pierres qui jalonnent sur des dizaines de kilomètres le pays d'Oc et envers lesquels vous connaissez mon attachement. C'est pour moi une chaine qui nous relie aux générations précédentes. L'ombre des mains qui ont taillé et posé ces pierres et la lumière des regards qui les ont ajustées planent sur eux quand je les contemple.
medium__DSC8832-1.JPG

Un arbre foudroyé par l'age ou l'orage dresse sa silhouette orgueilleuse au dessus de ce mur tentant de résister aux myriades de machoires d'insectes qui le taraudent pour qu'il rende à la terre ce qu'il lui a emprunté.
medium__DSC8813.JPG

Des vignes vigoureuses revigorées par le soleil ardent grimpent allègrement à l'assaut des collines qui ondoient aux alentours. La promesse du nectar en gestation dans les grappes naissantes me rejouit le coeur.
medium__DSC8808.JPG

Mais voici qu'à l'approche du sommet du col le formidable massif du Caroux se dresse à l'horizon, barrière climatique qui prive de l'influence méditerranénne les vallées qu'il surplombe vers le nord.
medium__DSC8785.JPG

Une fois passé le col du Bac (avis aux élèves qui auraient échoué cet examen, ce chemin peut leur servir de session de rattrapage) on descend vers le village de Boissezon situé non loin de l'Orb qui coule à cette saison paresseusement,
medium__DSC8787.JPG

il prend le temps au passage d'honorer des ses eaux limpides les belles qui prennent le soleil sur ses rives.
medium__DSC8793.JPG

Elles sont plutôt du genre timides et farouches car malgré mes gestes courtois et attentionnés à leur égard, elles n'ont pas voulu me dire leur nom. Quelqu'un ou quelqu'une le connaîtrait il ?
medium__DSC8779-1.JPG

Puis le chemin reprend un peu d'altitude pour dominer les gorges de l'Orb où la végétation et l'eau mêlées offrent un festival inouï de bleus et de verts.

Le chemin rejoint ensuite le village de Ceps en longeant un somptueux patchwork de garrigues et de vignes.
medium__DSC8772.JPG

En retraversant le pont qui mène à Ceps une petite route en terre vous mène vers les eaux rafraichissantes de l'Orb pour une baignade bien méritée !

Des précisions sur l'itinéraire figurent en fichier joint.

Cette balade est postée à l'intention de David mon visiteur-blogueur amoureux du pays d'OC et à sa petite famille.

Texte & Photos Ulysse

11:50 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (18)

30/06/2007

Sur le banc du Rocher des Vierges

medium__DSC6762.JPG

Vous considérez certainement comme moi qu'un banc c'est normalement fait pour se reposer . Pourquoi alors les responsables des bancs publics dans les agglomérations (ce doit être un job de tout repos!) s'ingénient à les placer dans les endroits où ils ne peuvent pas remplir cette fonction ! Car soit le banc est situé au bord d'une voie passagère et vous subissez alors les pétarades enfumeuses des bagnoles et des motards, soit il est placé, plus intelligemment certes, dans un parc, mais malheureusement sous un arbre, et vous êtes très vite décoré par les chiures de pigeons, d'étourneaux ou de goélands.
medium__DSC6771.2.JPG

J'avais donc renoncé à l'espoir de pouvoir un jour jouir du bonheur simple de m'asseoir sur un banc public pour y rêvasser ou relire l'Iliade et l'Odyssée.Mais au hasard de mes pérégrinations j'ai repéré un banc de rêve où l'on peut se reposer et méditer à loisir sans craindre d'être transformé en saucisse fumée ou en arbre de Noël ! Certes pour y accéder il faut faire un petit effort - mais le repos qu'il nous offre n'en est que plus mérité - car il est situé ......à 536m d'altitude, au sommet du rocher des Vierges, qui domine, au milieu d'un océan de garrigues odorantes, le village d'Arboras.
medium__DSC6739.2.JPG

Le chemin qui y conduit est des plus agréables. Après un démarrage entre des haies d'arbres rafraichissantes qui facilitent la grimpette, on passe devant un étonnant hommage rupestre aux "Félibres" morts pour la France. Rappelons que le Felibrige est un mouvement littéraire fondé près d'Avignon en 1854 par sept poètes provençaux dont le leader était Frédéric Mistral.dont le but était de relancer l'usage de la langue d'Oc en littérature.
medium__DSC6745.JPG

Puis on passe au pied de roches sculptées par la pluie et le vent qui donnent au Rocher des Vierges son nom car ceux qui l'ont ainsi nommé y ont vu deux vierges penchées l'une vers l'autre. J'avoue que bien que j'ai habituellement l'esprit imaginatif j'ai eu du mal à y voir ces saintes créatures mais il est vrai que je ne suis pas très porté sur la religion!

Parvenus au sommet le banc vous attend situé près d'une chapelle sans grand charme
medium__DSC6758.JPG

mais dont la plateforme vous offre une vue fantastique sur la plaine jusqu'à la mer.
medium__DSC6770.JPG

Avant de vous y asseoir prenez le temps de faire le tour du sommet pour découvrir au loin vers l'Ouest le Tantajo qui domine Bédarieux et plus près vers l'Est le Pic Baudille.
medium__DSC6746.JPG

Après ce tour d'horizon le banc est enfin à vous mais méfiez vous une fois assis on y est si bien et l'environnement est si paisible et si beau que l'on a du mal à en repartir !
medium__DSC6766.JPG


En descendant du Rocher des Vierges je vous conseille de faire un détour par le caveau de Virgile Joly qui se trouve sur la place du village et sur lequel vous trouverez un commentaire dans la rubrique "délices" de ce blog.

Pour l'accès au rocher des Vierges voir le fichier joint.Texte & photos Ulysse

17:50 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (10)