suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/04/2007

De l'Airette à Montahut, la digue la digue ....

medium__DSC6279.JPG

Si vous ne dédaignez pas les chemins pentus et rocailleux balayés par le vent qui flirtent avec les nuages et traversent des paysages qui vous nourrissent l'âme (mais n'oubliez pas pour autant de quoi vous remplir l'estomac!) , alors suivez mes pas et partez pour le Lac de l'Airette.

Dès le départ, les eaux sombres du lac enchassés dans un vallon boisé du massif de l'Espinousse vous ouvrent les portes d'un monde sauvage et c'est d'un pas allègre que l'on s'engage sur le chemin qui rejoint ses rives.
medium__DSC6284.JPG

On entame ensuite la montée vers les sommets par un antique chemin de pierres bordé d' arbres tortueux, étrange armée de soldats à l'aspect menaçant qui vous incite à presser le pas.
medium__DSC6286.JPG

Mais soudain le hameau accueillant du Bardou s'offre à votre vue, harmonieuse cité de pierres qui témoigne du sens de la beauté qui inspirait nos ancêtres et qui malheureusement s'est perdu, leurs petits enfants étant devenus des adorateurs du « parpaing nu »!

medium__DSC6301.JPG

Après avoir franchi un col le sentier s'élève en lacets au travers d'une garrigue couverte de buis et vous gratifie de magnifiques vues sur les sommets qui dominent les gorges d'Héric. Puis il se dirige vers une pinède qui sert d'écrin à la modeste chapelle St Martin du Froid. qui surplombe la vallée du haut de sa plateforme située à 1023m d'altitude.
medium__DSC6323-1.JPG

On chemine ensuite sans effort sur le vaste plateau du massif de l'espinousse au travers de forêts d'immenses pins et sapins qui vous donnent le sentiment d'avoir traversé l'Atlantique et de vous retrouver au Canada.
medium__DSC6330.JPG

Puis l'on revient progressivement vers le bord du plateau en direction du Montahut dont la crête rocheuse émerge à 1053 m.
medium__DSC6346.JPG

Après l'avoir contourné le chemin redescend vers le lac de l'Airette par le col de Peyre Azent au milieu d'une forêts de hêtres qui se livrent à une course folle vers le ciel pour mieux capter la lumière qui ne daigne pas s'aventurer au fond du vallon.
medium__DSC6351.JPG

Puis après avoir traversé les ruisseaux qui dévalent du haut du plateau, le chemin passe devant les ruines du hameau de Chavardès qui recèlent un magnifique four à pain.
medium__DSC6376.JPG

On se retrouve un instant reporté un siècle en arrière imaginant les habitants du village réunis dans une joyeuse cohue autour du four à pain devisant et se racontant les derniers potins baignés par les effluves du pain en train de cuire.
medium__DSC6383.JPG

Aujourdh'ui seul le craquement des branches mortes sous nos pas et le chant des oiseaux se font entendre et la végétation ensevelit peu à peu ce monde évanoui.

Parvenus aux abord du lac le chemin traverse le torrent qui l'alimente et dont le généreux débit vous impose généralement de vous déchausser. Si vous ne craignez pas l'eau fraiche profitez en pour aller jouer les castors dans la vasque alimentée par une cascade qui vous tend les bras un peu en amont.

medium__DSC6400.JPG


Le circuit détaillé figure en fichier joint

Texte & Photos Ulysse

16:20 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (15)

28/04/2007

Le jardin St Adrien !

medium__DSC6217.JPG

Au coeur de l'Hérault, entre Pézenas et Béziers, Françoise et Daniel, défricheurs impénitents, ont livré bataille aux ronces, broussailles, détritus et gravats d'une ancienne carrière de basalte, exploitée au moyen age, pour faire d'un désert de pierres brulées par le soleil, un paradis baigné d'eaux souterraines, qui jaillissent en cascades, et de lumière méditerranéenne.
medium__DSC6186.JPG

medium__DSC6191.JPG

On y voit dormir sur la rive d'un étang une nymphe dénudée....
medium__DSC6205.JPG

Partout les arbres et les plantes se mirent dans les eaux dormantes d'un lac que berce le chant d'un jet d'eau...
medium__DSC6237.JPG

Les agaves colonisent les falaises autrefois entaillées par les hommes et dressent vers le ciel leurs épées végétales
medium__DSC6239.JPG

Vous croiserez sans doute les propriétaires des lieux, discrets et affables, qui se livent à leurs travaux ménagers et de jardinage.
medium__DSC6244.JPG

Surtout ne cueillez aucune fleur sinon vous subirez le sort de ce visiteur pétrifié !
medium__DSC6264.JPG

Les ruines d'un chatelet confèrent aux lieu une ambiance romantique qui sert de cadre à des concerts et fêtes nocturnes qui y sont donnés l'été.
medium__DSC6266.JPG


Pour vous rendre à ce lieu paradisiaque cliquez ici.

Texte (sauf introduction) et Photos Ulysse

09:22 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (6)

22/04/2007

Le loup n'y est plus au Pic Saint Loup....

medium_IMG_4746.JPG

Le Pic Saint loup est un lieu mythique et emblématique pour les habitants de la région de Montpellier, à l'égal de la tour Eiffel pour les parisiens,du Mont blanc pour les savoyards ou du Canigou pour les catalans.
medium_riols_007.jpg

Où que l'on soit à 50km à la ronde on ne peut manquer de l'apercevoir faisant face à l'Hortus, son profil étant différent selon l'endroit d'où on le contemple.

Il est ainsi unique et multiple et il faut l'avoir au moins gravi une fois pour comprendre la géologie te la géographie de la région.
medium_IMG_8548.JPG

Son nom lui vient de St Loup ou St Leu archevêque de Sens qui vécu au Début du VIIème siècle et qui fit l'objet d'un culte sur le Pic.

Représenté avec une banderole, un cerf ou un loup, il aurait été évoqué par les bergers voulant se protéger du loup à l'époque où Maitre Isengrin avait élu domicile dans la région.
medium_IMG_4756.JPG

Mais ce n'est plus le cas aujourd'hui et les moutons paissent sur ses contreforts en toute sérénité.

medium_viree_025.2.jpgSur son sommet une chapelle a été edifiée (à une date non identifiée) où des ermites ont vécu. Une croix de fer a été plantée en 1911au point culminant. Elle comporte un gros clou en cuivre à sa base que les jeunes gens désireux de se marrier dans l'année venaient toucher.

Ceux qui ont le courage de grimper sur le Pic sont récompensés de leurs efforts par une vue panoramique qui leur permet d'apercevoir par temps clair le Mont Lozère le Mont Aigoual le Mont Ventoux et le Canigou.

medium_viree_020.jpgLe PIc Saint Loup est né de la poussée des Pyrénées il y a 45 millions d'années. Celle ci a provoqué un plissement gigantesque des sédiments calcaires laissés par une ancienne mer et qui se sont redressées à la verticale, comme en témoignent ces strates sur le chemin d'accès au Pic où les falaises sommitales.
medium_viree_048.jpg

Les sédiments qui constituent le massif de l'Hortus qui lui fait face ont été curieusement en revanche à peine soulevés.
medium_viree_032.jpg

Si vous souhaitez en faire le tour à pied et y grimper consulter le fichier joint.
medium_IMG_4820.JPG

Texte & Photos Ulysse

23:12 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (7)

06/04/2007

L'esprit s'envole à Saint Michel de Mourcairol !

medium_salagou-aires_085-1.jpg

Je ne suis pas un lecteur ou un auditeur attentif des « bulles » pontificales et pourtant je prends plaisir à aller me recueillir dans une église ou une chapelle, non pas pour y invoquer Dieu, qui se fait vieux et qui est plutôt dur d'oreille, mais pour le silence et la paix que généralement l'on y trouve. C'est un lieu propice pour se « resourcer » pour capter l'esprit qui est en soi, alors que le monde extérieur par ses multiples sollicitations vise à nous « émietter » à nous « disperser » pour mieux nous manipuler et faire de nous de dociles consommateurs.
medium_salagou-aires_056-1.jpg

Si vous partagez ce plaisir, la balade qui part du village des Aires et passe par la chapelle Saint Michel de Mourcairol vous ravira. Le chemin grimpe doucement dans un massif shisteux qui domine le village et dont le sol acide est propice aux chataigners qui ont, pour certains,un age plus que vénérable.
medium_salagou-aires_073-1.jpg
Les bruyères arborescentes apprécient également les lieux et quand j'ai fait la ballade, la semaine dernière, les grappes blanches de leurs fleurs illuminaient la forêt.
medium_salagou-aires_134-1.jpg

Le chemin passe sous l'ancienne porte qui menait au château de Mourcairol, qui fut démantelé à l'époque des guerres de religions (Dieu, que de crimes on commet en ton nom!) .
medium_salagou-aires_076-1.jpg

La bifurcation qui grimpe vers le sommet et mène à la chapelle passe entre des murailles de bâtiments en ruine qui témoignent de l'importance du lieu où un village s'est maintenu jusqu'au XVème siècle.
medium_salagou-aires_082-1.jpg

La chapelle, qui est dédiée comme son nom l'indique à Saint Michel dont on voit une superbe statue, a été restaurée au XIX ème siècle par un ermite Jean Avignon dont les travaux ont été complétés depuis lors par la commune des Aires aidée par une association. Elle fait l'objet d'un pélerinage annuel très « couru » et l'on comprend l'ardeur des pélerins quand on découvre le panorama qu'offre le site depuis la table d'orientation.
medium_salagou-aires_090-1.jpg

On aperçoit, entre autres sommets emblématiques du pays d'Oc, le Caroux, l'Espinousse et le Tantajo. Chose très rare, la chapelle est ouverte au public (mais veillez à bien refermer la porte) ce qui est bienvenu quand les dieux souffrent d'incontinence et font tomber un déluge sur nos têtes, comme cela m'est arrivé ! (c'est sans doute le sort réservé généralement aux mécréants).
medium_salagou-aires_108-1.jpg

Après une pause consacrée aux nourritures terrestres et spirituelles, j'étais d'attaque pour grimper jusqu'au col de Ramas par un bon petit raidillon (600M) puis au pic de la Coquillade (696m) avant de redescendre en roue libre juqu'au village des Aires, par un chemin sinuant sous le couvert d'une forêt dense, royaume de la mousse et des lichens, laissant voir par moments de belles échappées sur les environs.

Et c'est sous un ciel menaçant mais l'esprit rasséréné que j'ai rejoint ma monture.
medium_salagou-aires_139-1.jpg


Des précisions sur l'itinéraire figurent dans le fichier joint

Texte & Photos Ulysse

21:10 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (23)