suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07/01/2007

Suivez mes pas sur le chemin Farrat !

medium_soubes_078.2.jpg

Parfois je suis d'humeur forestière, j'éprouve le besoin de me retrouver au mileu de grands arbres qui sont pour moi des relais entre la terre, quils fouaillent et enlacent de leurs racines, et le ciel, qu'ils caressent ou griffent de leurs cîmes. La forêt domaniale Notre Dame de Parlatge qui s'étend au nord est de Lodève est un lieu idéal pour ce genre de rencontre. Aussi, ai je pris il y a quelques jours la direction de Soubès, charmant village médiéval juché sur une éminence dominant le vallon de la Brèze. Ses ruelles dominées par un château privé magnifiquement restauré, arborent quelques maisons bourgeoises datant de Napoléon III qui témoignent d'un passé prospère quand l'élevage des ovins avait permis le développement dans la région d'une importante industrie textile. Les temps ont changé et seule l'agriculture maintient aujourd'hui un peu d'activité ainsi que le va et vient des randonneurs séduits par la beauté des environs.
medium_soubes_020.2.jpg

On gagne la forêt Notre Dame de Parlatge en rejoignant à la sortie du village le « Chemin Farrat » qui correspondrait à une partie du tracé de la voie romaine qui allait de Lodève à Arisitum (Le Vigan). Le chemin grimpe sur le flanc du Cirque du Bout du Monde qui domine de ses falaises de calcaire le village de Gourgas, lieu de départ d'une magnifique balade décrite précédemment dans ce blog. Le chemin large et ombragé monte vers le plateau de Beyrasses qui domine le Cirque.
medium_soubes_022.2.jpg

La pente progressive ménage le souffle du randonneur et lui laisse le loisir de méditer sur les générations de migrants et les cohortes de moutons qui l'ont précédé sur ce chemin depuis la nuit des temps. Outre son passé romain, le chemin Farrat était, en effet, jusqu'au milieu du siècle dernier une voie importante de transhumance vers les hauts plateaux des Causses. Parvenu sur le plateau, il ne faut pas manquer de faire une brève incursion sur le bord de la falaise qui offre un panorama à couper le souffle jusqu'au miroir de la Grande Bleue qui ferme l'horizon.
medium_soubes_036.jpg

Revenus sur vos pas le chemin emprunte une piste forestière qui sinue en contrebas du plateau et tantôt offre de magnifiques échappées vers la plaine vallonnée de Soubès et tantôt traverse d'orgueilleuses futaies de pins larricio ou de pins noirs.
medium_soubes_062.jpg

Par endroits s'y mêlent des chênes, des chataigners et hêtres dont le feuillages automnal flamboyant, que l'hiver tardif n'a pas encore moissonné, égaie le vert sombre des pinèdes. De fait, il en est de forêts comme des villes des hommes, le mélange de couleurs les rend plus belles.
medium_soubes_076.jpg

La piste traverse à un endroit donné leGR 71 qu'il faut prendre à droite.Il descend dans le vallon sauvage du ruisseau du Font d'Amans pour rejoindre Soubès.
medium_soubes_070.jpg


PS : Des précisions sur l'itinéraire figurent en fichier joint

Texte & photos ulysse

19:05 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (13)

02/01/2007

Commencez l'année nouvelle à Notre Dame des Oubiels

medium_sigean2_002.jpg

Les agapes des fêtes de fin d'année sont derrière nous et ma foi ce n'est pas un mal ! Certes j'apprécie les douceurs de la table et de la vigne mais quand fourchette et couteau usurpent depuis trop longtemps la place de mon baton de marche et de ma boussole, mes jambes se languissent des chemins caillouteux et mon esprit aspire à des nourritures plus spirituelles. Aussi ai je pris la direction du pittoresque village médiéval de Portel des Corbières, blotti sur les rives de La Berre qui se jette dans l'étang de Bages & Sigean.
medium_sigean2_003.jpg

Non loin de ce village, se dresse une chapelle qui, bien qu'en fort mauvais état du fait qu'elle a longtemps servi de pierrier pour les constructions aux alentours, conserve une rare élégance. Ses vestiges ornent le flanc d'un coteau couvert de vignes et d'oliviers séculaires où le temps semble s'être arrêté.
medium_sigean2_025.jpg

Depuis des siècles ce lieu est un havre de paix. Déjà à l'époque gallo-romaine aux lieu et place de la chapelle existait une « mansio » qui offrait l'hospitalité aux voyageurs après le passage du gué de la Berre, dénommée alors Reinadouïre (reine des eaux) par les Celtibères qui occupaient la région.
medium_sigean2_018.jpg

Puis au XIIIème siècle fut érigée la présente chapelle dédiée à la vierge Marie. Les mariniers de la côte qui avaient particulièrement souffert des incursions arabes, marquèrent leur reconnaissance en lui versant une dîme qui assura sa prospérité.
medium_sigean2_019.jpg

Dans le village de Portel subsiste également la façade d'un château qui surplombe la Berre, dernier vestige de son occupation par les Wisigoths au Vème siècle. La légende veut que Ataulphe, roi wisigoth fit construire pour sa belle, Galla Placidia, un palais splendide « le Castelas » qui succomba lors de la bataille de la Berre à l'époque ou Charles martel repoussa les sarrazins à la mer. Aucune source historique ne permet de confirmer cette histoire, mais peut importe, car ce lieu semble tout droit sorti d'une légende et il n'est pas (encore) interdit de rêver!

Texte & photos ulysse

19:39 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (12)

27/12/2006

Perdu entre ciel et eau autour de l'étang de l'Aute

medium_sigean2_059.jpg

Les étangs sont l'un des lieux les plus emblématiques du littoral du Languedoc-Roussillon. Ce sont de vastes espaces entre terre et mer où les effluves poivrées de la garrigue se mêlent aux senteurs salées et iodées des milieux lagunaires et de la mer.
medium_sigean2_082.jpg

Le niveau de l'eau qui varie en fonction des marées et du vent dessine des entrelacs et des lacis de presqu'îles et d'îles qui offrent, selon leur relief et la salinité des sols, des milieux différents. Ainsi là prospère une pinède, là une vigne, ailleurs la « sansouire »,composée de salicornes et de soudes, colonisent les zones inondables salées. A l'embouchure des rivières ou près de la resurgence d'une source, où l'eau est plus douce, surgissent les roselières!
medium_sigean2_099.jpg

Ce paysage magnifique s'est modifié au cours du temps. A l'époque de l'occupation romaine cette zone était ouverte sur la mer et permettait aux navires de remonter vers Narbonne qui était alors un grand port de commerce. Mais dès le moyen age le processus d'envasement a coupé Narbonne de la mer mettant fin à sa prospérité. Quel est l'avenir de ces espaces fragiles ?
medium_sigean2_123.jpg

L'envasement va t il se poursuivre et les faire disparaître ou au contraire la mer reprendra t elle le dessus, du fait du réchauffement climatique ? Nul ne peut aujourd'hui répondre à cette question mais leur disparition nous priverait de paysages qui sont parmi les plus envoûtants du pays d'OC
medium_sigean2_081.jpg

Car c'est le pays où la terre se mire voluptueusement dans l'eau en disant au ciel « Ne suis je pas belle ? » le pays où l'homme, cet impitoyable prédateur, se fait humble et discret, griffant à peine l'eau de quelques perches pour y accrocher ses filets,
medium_sigean2_044.jpg

ou il se prend à rêver planté au bout d'une presqu'île en faisant semblant de pêcher!
medium_sigean2_063.jpg

C'est le pays où les ponts sont construits en bois d'allumette et ne supportent que le poids de nos âmes,
medium_sigean2_135.jpg

un pays où le ciel se noie dans les canaux,
medium_sigean2_117.jpg

un pays où les îles ressemblent à des mirages.
medium_sigean2_134.jpg

et où soudain au détour d'une roselière vous vous retrouvez au fond d'un fjord de Norvège,
medium_sigean2_145.jpg

Après s'être perdu quelques heures dans les méandres de ce pays moitié terre moitié eau on a envie de devenir flamant rose pour pouvoir y admirer chaque jour le lever et le coucher du soleil!
medium_sigean2_133.jpg


Photos & texte Ulysse

12:20 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (18)

13/12/2006

Pélerinage à Notre dame de Trédos !

medium_riols_075.2.jpg
Je suis sensible au charme des pays de garrigue qui conservent leur parure verte en toutes saisons et nous donne le sentiment, quand le soleil pointe son nez, d'un éternel été. Mais je ne déteste pas non plus aller contempler la parure automnonale des forêts de feuillus qui peuplent les hauts cantons. Aussi suis je allé faire, il y a quelques jours, un pélerinage pédestre à Notre dame de Tredos. dans la région vallonnée et boisée de St Pons de Thomières .
medium_riols_029.jpg

Après avoir abandonné ma monture sur le parking de la mairie du petit village de Riols, un très vieux et magnifique pont me permit obligeamment de me rendre les pieds au sec au point de départ de la balade sur la rive droite du Jaur.
medium_riols_110.jpg

Les eaux de cette petite rivière limpide et indolente sont toujours fraiches, même en période de canicule car elle sort d'une résurgence près de St Pons de Thomières à quelques kilomètres en amont.
medium_riols_042.jpg

Revigoré par l'air vif de cette contrée, tempéré par la caresse des rayons du soleil, j'ai grimpé d'un pas vif vers le sommet du « pioch »* offrant une vue panoramique sur le village. Tout en poursuivant mon ascension, j'ai pu admirer la variation des couleurs créé par l'alternance de soleil et de nuages.sur les forêts en tenue automnale colonisant les montagnes environnantes.
medium_riols_050.jpg

Ebloui par la beauté du site, je ne me suis pas pas rendu compte de la raideur de la pente et me suis soudain retrouvé propulsé quasiment au niveau des nuages.
medium_riols_051.jpg

Parvenu sur le replat, le chemin longe une magnifique forêt de sapins bleu d'Autriche, dont la présence atteste de la rigueur du climat hivernal en ces lieux où la Méditerranée n'a plus guère d'influence.
medium_riols_072.jpg

Mais bientôt après une plongée vers le Col du Poirier suivi d'une courte montée le chemin débouche sur de grands espaces offrant au regard des paturages dignes de la Normandie. De fait, dans ce genre de randonnée quand mes pieds font quelques kilomètres, mon imagination en fait souvent quelques milliers, et celà en ne rejetant dans l'atmosphère que le CO2 de ma respiration.
medium_riols_078.jpg

Là on découvre alors la chapelle Notre Dame de Tredos installée au milieu de ces paturages propices au rassemblement des brebis égarées. Construite au XVIIIème siècle elle est un peu massive et manque de charme et il faut avouer qu'il faut accomplir ce pélerinage plus pour la beauté des lieux que pour celle de cet édifice.
medium_riols_092.jpg

Je pris le chemin du retour en suivant la ligne de crête de collines couvertes par endroit de vénérables et magnifiques chataigners dont le feuillage automnal parsemait des paillettes d'or le sol de la forêt.
medium_riols_102.jpg

Je retrouvais la route menant à Riols alors que le soleil orné d'une couronne de nuages commençait à ressembler à un immense abat jour
medium_riols_105.jpg


Des précisions sur le circuit figurent en fichier joint

* "PECH" ou "PIOCH"
Ce substantif occitan est tout d'abord un toponyme extrêmement répandu d'un bout à l'autre des pays d'oc. Il désigne un som­met, une éminence, une colline. Suivant les dialectes et les pays, il se retrouve sous la forme de puech, pueg, puy, puèi, pouei, pioch, poey, etc... Ce toponyme est de­venu depuis l'époque médiévale un patro­nyme lui aussi très répandu, par assimi­lation d'une personne au lieu où elle réside. Ainsi celui qui vit sur ou près d'une colline sera désigné : Del‑pech, Del‑pouy, Del‑puech, Du‑puy, etc..

18:59 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (22)