suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/11/2006

Sur les rives du Locnos et du Laurenque

medium_roquebrun_103.2.jpg

Les toponymes de la destination que je vous propose peuvent vous laisser penser que je vous invite à déserter le Languedoc pour partir à la découverte de l'Amazonie! Que nenni, le Locnos et le Laurenque sont des ruisseaux qui ont creusé leur lit dans les monts qui entourent Roquebrun (Localisation) et qui font généreusement don à l'Orb, aux portes de ce village, de leurs eaux claires et tumultueuses.
medium_roquebrun_092.2.jpg

Pour découvrir le vallon sauvage dans lequel ils coulent des jours heureux, il vous faut d'abord gravir la montagnette de Garrigas qui domine Roquebrun sillonnée par les murets des antiques terrasses où les anciens cultivaient le blé et l'olivier. Aujourd'hui les chênes verts, les chênes kermès , les genêts se mêlent aux buissons de romarin, de lavandes et de cistes pour la couvrir en toutes saisons d'une parure verte que les fleurs au printemps émaillent de milliers de confettis de couleurs. Lorsqu'au cours de votre ascension vous ferez une pause pour reprendre votre souffle n'oubliez pas de vous retourner pour contempler le somptueux spectacle de l'Orb qui s'écoule paresseusement au fond de la vallée et dont une partie de l'eau connaîtra le sort envieux d'être transformée en Saint Chinian.
medium_roquebrun_079.jpg

Parvenus à un col , le chemin contourne un antique hameau en ruines aux toîts couverts de lauze et bascule sur le versant nord du Garrigas pour suivre en balcon le haut du vallon creusé par le Locnos. La végétation change progressivement et le chemin sinue bientôt au milieu des chataîgners et des bruyères qui colonisent le flanc de la montagne, témoins d'un climat plus humide et d'un sol plus acide.Les amateurs de champignons peuvent y faire de belles cueillettes à condition qu'ils se lèvent tôt car l'endroit semble avoir été repéré par les connaisseurs. Les branches d'un arbre mort, sans doute foudroyé par un éclair, émergent de la forêt comme les bois d'un cerf immense.
medium_roquebrun_090.jpg

Après avoir traversé deux petites clairières le chemin descend dans le vallon sauvage du Locnos au travers d'une végétation dont la densité n'a rien à envier à la forêt amazonienne. Vous passez de nouveau devant les ruines d'un hameau que la végétation commence à recouvrir.
medium_roquebrun_082.jpg

L'ambiance du lieu vous donne une âme d'Indiana Jones ! Puis le chemin se rapproche du Locnos et le traverse par un gué pour passer ensuite auprès d'un majestueux pin d'Alep qui domine de ses larges épaules la forêt environnante. Il vous conduit jusqu'au Laurenque (dans lequel se jette le Locnos) et le suit jusqu'à l'ancien moulin de la Mouline.
medium_roquebrun_101.jpg

Il vous faut alors traverser le Laurenque par un gué et contourner le Moulin par la droite pour rejoindre la D19 qui vous ramène à Roquebrun. Sur le bord de la D19E1 à mi chemin vers Roquebrun vous pouvez voir des falaises de marbre anciennement exploitées et dont proviennent les colonnes qui ornent le portail de l'église.
medium_roquebrun_105.jpg


PS: Des précisions sur l'itinéraire qui représente environ 2H30 de marche sont en fichier joint

19:20 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (6)

27/10/2006

Le jardin Méditerranénen de Roquebrun

medium_roquebrun_115.jpg

L'automne est déjà bien avancé et les vignes commencent à se couvrir d'or et de pourpre....La beauté du spectacle qu'elles offrent ne dissipe pas la nostalgie de l'été passé et du soleil éclatant qui réchauffait nos vieux (pour ce qui me concerne) os ! On aimerait pouvoir remonter le temps ou vivre dans un pays connaissant un éternel été ! Et bien, figurez vous que je crois avoir trouvé cet endroit ....et qui plus est pas loin de chez moi ! Il s'agit du jardin Méditerranéen de Roquebrun (localisation) où je vous invite à courir le week end prochain !
medium_roquebrun_033.jpg

Pour y accéder, garez vous sur le parking situé à gauche après avoir traversé le pont qui enjambe l'Orb, puis empruntez la ruelle qui grimpe vers l'église magnifiquement restaurée et à partir de là suivez les flèches qui mènent au travers d'un dédale de ruelles médiévales jusqu'au jardin.
medium_roquebrun_038.jpg

Ce jardin extraordinaire où croissent à profusion des plantes dites « succulentes » (parce qu'elles possèdent des organes charnus et riches en eau) et exotiques est installé sur les terrasses exposées plein sud qui surplombent Roquebrun et qui sont protégées du vent du nord par des orgues dolomitiques.
medium_roquebrun_041.jpg

C'est en raison de ce climat très clément que Roquebrun est surnommée le « Petit Nice » (la températre moyenne annuelle est de 15° !)
medium_roquebrun_048.jpg

On a le sentiment en parcourant les allées du jardin que domine une tour carolingienne d'avoir changé de saison et de continent : aloès, palmiers, cactus, agaves de toutes sortes prennent la pose et se laissent volontiers photographier malgré leur aspect parfois patibulaire.
medium_roquebrun_046.jpg

medium_roquebrun_060.jpg

medium_roquebrun_071.jpg

Et les vues dont on jouit sur la vallée de l'Orb valent également le détour.
medium_roquebrun_069.jpg

medium_roquebrun_057.jpg


Votre visite terminée vous pourrez acheter dans un format certes réduit mais transportable un certain nombres des plantes que vous aurez admirées.

Dates et heures d'ouverture:
Du 2ème dimanche de février au 3ème dimanche de novembre: de 9H à 12H et de 13H30 à 17H30

En juillet et août :de 9H à 19H

Tel : 04 67 89 55 29

18:05 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (13)

24/10/2006

A vélo le long du canal du Midi (2ème journée)

medium_DSC00422.2.JPG

Après une soirée fort conviviale passée aux Volets Bleus (pour les détails pratiques voir la première journée) en compagnie d'américains, d'anglais et d'un norvégien venus découvrir le Canal (ce qui illustre sa notoriété internationale) je pars à la découverte du Canal en direction de Colombiers (70Km AR)
medium_DSC00456.JPG

En longeant ces eaux si calmes où les remous et les rapides sont bannis, les vers d'Aragon me reviennent en mémoire « Le canal du Midi, Une veine à fleur de peau, Une rivière au cordeau, Un coin de paradis !... » ..Certes ce n'était pas le cas pour les chevaux qui halaient autrefois les bateaux commerciaux qui descendaient ou remontaient le canal. Mais ce temps est révolu et aujourd'hui aujourd'hui avec le vent qui souffle dans la bonne direction, ma bicyclette avance seule sous le couvert rafraichissant des frondaisons des platanes qui bordent le canal.et je ne demande rien de plus à la vie !.
medium_IMG_2133.JPG

J'avance ainsi dans un état semi hypnotique les yeux parfois éblouis par des éclaboussures de soleil qui arrivent à traverser les épaisses frondaisons. Avec ses méandres et ses eaux luisantes le canal prend parfois l'allure d'un gigantesque anaconda assoupi. Qui sait si parfois il ne s'empare pas d'une péniche qui passe et se repaît de ses touristes insouciants trompés par son apprence indolente et pacifique.
medium_DSC00521.JPG

Mais voici qu'à travers les frondaisons j'aperçois la Collégiale Saint Etienne de Capestang qui domine de sa masse imposante les toitures du village. (voir le blog de Marie pour des précisions sur ce magnifique monument). La grand place du village comporte des terrasses de café accueillantes où l'on peut déguster des breuvages moins insipides que l'eau du canal. Après Capestang le canal longe les vignobles des terrasses de Béziers qui transforment l'eau du Canal en divin nectar....
medium_DSC00518.JPG

avant de passer guoguenard devant la bouche rouillée d'un vieux canon napoléonien installé sur la rive du pittoresque port fluvial de Poilhès.
medium_DSC00560.JPG

Notons au détour que Napoléon qui rêvait d'envahir l'Angleterre doit se retourner dans sa tombe de voir les sujets de sa gracieuse majesté envahir ainsi le canal et passer insouciants devant les temoins de sa gloire passée. A signaler également que ce village arbore un orme (hélas fort mal en point) dit de Sully (ministre d'Henri IV) planté en 1604 !
medium_DSC00576.JPG

Mais nous voici maintenant en vue du tunnel de Malpas, (mauvais passage) creusé par 400 hommes en l'espace de 6 jours et dont l'entrée est ornée d''une gravure représentant une oie tenant une pièce de monnaie dans son bec avec cette inscription 'mon oie fait tout » (monnaie fait tout) faisant sans doute référence aux primes payées aux ouvriers pour les inciter à creuser cet étonnant ouvrage sans doute au péril de leur vie dans une colline de roche friable.
medium_DSC00491.JPG

Ne pouvant traverser le tunnel à vélo, je prends le temps au passage de m'attarder à la Maison du Malpas, vitrine de la culture et des paysages languedociens située au dessus du tunnel et qui vend des produits du terroir ainsi que des ouvrages et des vidéos sur la région

Parvenus au joli village de Colombiers, je reviens sur mes pas ou plutôt sur mes traces de pneu en remerciant Eole d'avoir mis la Tramontane au repos. Mais ce n'est qu'un au revoir et je salue en pensée la mémoire de pierre Paul Riquet en me promettant de revenir bientôt en ce lieu hors du temps et de l'agitation du monde.
medium_IMG_1612.JPG

18:22 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (12)

18/10/2006

A travers le pays Cathare ...dans le brouillard !

medium_IMG_4711.JPG





















Je vous invite aujourd'hui à me suivre, tant bien que mal dans le brouillard, en pays Cathare. Mais avant de prendre la route, voici à l'intention de celles ou ceux qui ne savent rien du Catharisme (dont je faisais partie avant ce périple) quelques précisions très simplificatrices sur ce mouvement religieux que l'église catholique a qualifié d'hérésie. Il est apparu vers le milieu du XIIème siècle dans la région d'Albi (d'où le nom d'Albigeois donné également aux Cathares). Les « bons hommes » et « bonnes femmes » comme se désignaient eux mêmes les Cathares avaient une lecture particulière de l'ancien et du nouveau testament et contestaient avec virulence l'Eglise romaine qu'ils accusaient de trahir le message du Christ. Ils avaient une conception pacifique de la religion, détachée de ce monde et tournée vers l'au delà, alors que l'église catholique était à l'époque résolument déterminée à bâtir sur la terre, y compris par la force un ordre voulu par Dieu et imposé par le Pape. Les Cathares refusaient de voir dans le monde visible l'oeuvre du Père, car sa création bonne et éternelle ne pouvait pas être le monde matériel où s'exprime le mal. Ce dernier était pour eux l'oeuvre d'un ange déchu, Lucifer ou Satan. Pour les Cathares, les hommes peuvent accéder au royaume de Dieu en suivant l'enseignement du Christ et en recevant le « consolament » ou baptême spirituel de la part des « bonshommes » qui leur transmettent le saint Esprit par imposition des mains.Chacun est assuré qu'au terme de sa vie présente son âme sera libérée de son corps façonné par le malin et qui l'emprisonne. Refusant l'idée d'un enfer éternel les « Bons hommes » prêchaient ainsi un christianisme dissident qui assure à tous le salut éternel.

Cette conception mettait effectivement à mal le pouvoir de l'église catholique qui prospérait sur la crainte que faisait naître l'enfer et le juteux commerce qu'elle en tirait par la vente des indulgences, mais je ne veux pas polémiquer la dessus laissant chacun libre de ses croyances. Rappelons toutefois que c'est dans le cadre de la persécution des Cathares par le Roi de France, allié du Pape, que toute la population de Béziers (cathares et catholiques confondus) fut massacrée sans pitié, sous l'égide de l'abbé de Citeaux qui prononça alors cette formule passée à la postérité « Tuez les tous , Dieu reconnaîtra les siens » . Les terroristes islamistes qui tuent aveuglément sont en quelque sorte les héritiers « spirituels » (si l'on peut dire !) de cet abbé.


medium_IMG_4568.JPGMais j'ai assez abusé de votre attention et de votre patience, aussi attachez vos ceintures et prenons la route ! Je suis parti du petit et bien nommé village de Caves situé en plein coeur de l'appellation Fitou. (localisation) Le temps n'étant malheureusement pas clément ce jour là, je me suis réchauffé au préalable en prenant un petit "noir" au comptoir du café de France où le temps s'est arrêté à l'époque bénie où l'on pouvait boire du vin sans être considéré comme un alcoolique. En effet, une affiche politiquement « incorrecte » vante les mérites de cette boisson millénaire, l'un des trois piliers avec l'olivier et le blé de la civilisation méditerranéenne et dont la Bible elle même fait la publicité !

medium_IMG_4567.2.JPG
 

Et pourtant "Haro sur le vin" crient ceux qui nous gouvernent mais qui boivent à la galéjade aux frais de la Princesse (en l'occurence les contribuables) les grands crus bordelais et bourguignons dans les soirées mondaines, tout en fermant pudiquement les yeux sur les pesticides et les nitrates qui empoisonnent l'eau et les aliments que nous consommons, sur l'amiante qui tue à petit feu des salariés et qui déclarent sans rire que les nuages radio-actifs s'arrêtent à nos frontières !

Mais cessons là nos diatribes inutiles et revenons à notre périple pour poursuivre en direction du village de....Treilles ! (je n'invente rien!) Traversons Feuilla puis dirigeons nous par la D 227 et la D 5 vers Opoul Périllos où nous attend notre première citadelle où se réfugièrent des cathares persécutés par les troupes du Roi de France.
medium_IMG_4572.JPG

Le brouillard qui submergeait le promontoire sur lequel il est juché ne facilita pas son ascension. Les ruines avaient un aspect fantomatique et menaçant qui me faisait craindre l'apparition soudaine de quelques survivants du massacre prêts à m'estourbir croyant avoir affaire à des sbires du Roi de France. Il n'en fut rien, grâce sans doute à mon allure de mécréant !
medium_IMG_4579.JPG

Poursuivons donc, en traversant le village de Vingrau, vers la Citadelle d'Aguilar qui malgré son aspect trompeur de forteresse imprenable fut plusieurs fois vaincue lors de la persécution des cathares mais aussi dans le cadre de la guerre avec l'Espagne.
medium_IMG_4608.JPG

La vue qu'elle offre sur la vallée du Verdouble (à votre santé!) est somptueuse.
medium_IMG_4626.JPG

Quelque peu abasourdis par le cliquetis des armes qui résonnent encore en ces lieux chargés d'histoire faisons halte,, après avoir traversé Padern, dans le village de Cucugan, rendu célèbre par un conte d'Alphonse Daudet . Jetons un coup d'oeil à la jolie Chapelle où le curé pour ramener dans le droit chemin ses ouailles peu respectueuses des préceptes de l'églises leur confia dans un sermon les avoir vu rôtir en enfer!
medium_IMG_4658.JPG

La colline sur laquelle le village est construit arbore un magnifique moulin qui tourne et produit de la farine qui sert à faire du pain et des patisseries locales vendus ...à prix d'or dans la boulangerie installée à proximité.
medium_IMG_4674.JPG

Après cette étape gastro-spirituelle, entamons l'ascension du nid d'aigle où trônent les ruines impressionnantes du château de Quéribus.
medium_IMG_4751.JPG

Ayons une pensée admirative pour les bâtisseurs qui ont su défier les lois de la gravité afin de monter les murailles de cette forteresse au dessus du vide.
medium_IMG_4683.JPG

Le jour de ma visite, la citadelle s'était ceinte d'une écharpe de nuage pour se protéger de l'haleine glacée du vent d'Autan.
medium_IMG_4730.JPG

Les dernières marches menant à la poterne gravies, on est subjugué par la majesté des ruines,
le clou de la visite étant constitué par le logis du châtelain doté d'un pilier gothique soutenant quatre croisées d'ogives
medium_IMG_4706.JPG

ainsi que par la plate-forme sommitale offrant par temps clair une vue somptueuse sur la plaine du Roussillon et les Pyrénées.(désolé je n'ai pas de photo car la vue était bouchée)! Quéribus fut avec Puylaurens l'ultime refuge des cathares et ne fut vaincu en 1229 que par la trahison d'un ancien compagnon d'armes du seigneur des lieux, Chabert de Barbéra.Cette défaite marque la fin de l'épopée Cathare.
medium_IMG_4700.JPG

Attristé par le sort tragique de ces hommes et femmes morts en raison de leur foi, je suis allé me réconforter au Domaine du Mas Amiel (04 68 29 01 02)qui produit de fabuleux vins de Maury. Certains de ces vins sont exposées aux intempéries pendant un an dans des bonbonnes de verre et captent ainsi dans leurs molécules la force du vent, la chaleur du soleil et les senteurs de la terre et la garrigue environnante.Je vous en conseille vivement la dégustation, avec modération!
medium_IMG_4643.JPG

PS Les citadelles Cathares comportent d'autres merveilles telles que Puylaurens, Peyrépertuse ou Montségur où je vous emmènerai un autre jour.

17:55 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (9)