suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15/10/2006

Pélerinage à Notre dame de la Gardiole

medium_IMG_4194.JPG

Dans un note du 23 février dernier je vous invitais à visiter le superbe site de l'abbaye de Montceau dans le massif de la Gardiole. Depuis plus de 30 ans une association animée par son Président, Luc Routier, a entrepris sa restauration avec de modestes moyens et beaucoup de courage . Ce dernier a demandé à l'un de ses amis, Gérard Réthoré, sculpteur amateur de grand talent, de réaliser une Vierge pour cette abbaye.
medium_IMG_4190.JPGmedium_IMG_4191.JPG





J'ai eu le plaisir et l'honneur d'assiter à son inauguration le samedi 16 septembre, lors de la journée du Patrimoine et j'avoue que, bien qu'étant pour l'église une brebis égarée, j'ai été ému par la sérénité et la douceur qui émane de cette sculpture à laquelle il a donné le nom de "Notre dame de la Gardiole". Au delà du caractère religieux évident de cette oeuvre, l'auteur a voulu en ces temps troublés s'adresser aussi bien aux croyants qu'aux non croyants de bonne volonté.

Personne ne peut mieux que l'auteur vous présenter cette oeuvre, aussi vais je reprendre ci dessous les termes de son discours d'inauguration :


medium_IMG_4206.JPG« J'ai déjà réalisé plusieurs vierges à l'enfant de dimensions modestes, dont une pour ma petite fille vivant à cette époque aux Etats Unis. J'avais voulu alors créer un ensemble, image de paix et de douceur. J'avais trouvé cette atmosphère dans la contemplation d'un bas relief en marbre , exposé au Louvre, chef d'Oeuvre d'Agostino Di Duccio, daté du Xvème siècle : la Vierge à l'enfant entouré d'anges .

J'avais alors interprété en ronde bosse ce bas relief. Donc pour l'Abbaye, je décidais de reprendre ce travail, mais dans une autre dimension.

Le siège sur lequel est assise la Vierge est une chayère, dont le très haut dossier était censé protéger l'utilisateur des courants d'air et des agressions dans les chateaux de l'époque. Elle est en noyer massif; bois noble mettant en valeur la teinte plus douce du merisier dans lequel les personnages sont sculptés.
medium_IMG_4207.JPG

Le site de l'Abbaye étant accessible à tous les visiteurs et ayant perdu son rôle cultuel, j'ai été très attentif à la décoration du siège pour ne heurter personne : celui qui croit au ciel et celui qui n'y croit pas.

Comme les anciens sculpteurs, j'ai voulu faire une sorte de livres d'images en présentant certains symboles de notre religion, mais la lecture peut se faire aussi de manière profane. Par exemple: la vigne et le raisin, le blé, l'olivier...Pour un chrétien le symbole de l'Eucharistie est évident et l'olivier rappelle l'alliance de Dieu et de Noé après le déluge...Mais pour un non croyant la représentation de notre beau Languedoc à travers ses produits est manifeste.

Si la coquille Saint Jacques fait volontairement une auréole à la Vierge en nous rappelant que ce site était sur le chemin de Compostelle au Moyen Age, on peut aussi y voir un clin d'oeil à l'étang de Thau.

medium_IMG_4196.JPGDe chaque côté de la Vierge, vous trouvez en accoudoir deux personnages. A sa droite, Saint Pierre représentant l'Eglise et à sa gauche Saint Jean, dsciple préféré de la Vierge, représenté agé car il serait mort très vieux!

Sur le côté,sont sculptés les symboles attribués à ces apôtres mais le coq de Saint Pierre peut être aussi le coq républicain pour celui qui le souhaite!medium_IMG_4203.JPG

Pour les personnages principaux, j'ai voulu avant tout représenter une Vierge à l'enfant, mais c'est évidemment aussi une maternité.

Saint Joseph étant issu de la tribu de David, on peut imaginer qu'il ait offert le bijou dont j'ai paré le cou de la Vierge, mais c'est aussi un rappel de l'ancien testament.

Sans vouloir jouer au Da Vinci Code, vous pourrez également interpréter le nombre de grappes de raisins, de feuilles, d'olives ou d'épis de blé...

medium_IMG_4200.JPGDe même le dos de la chayère est décoré par un bouquet composé par des fleurs ayant toutes une relation symbolique avec la Vierge.

Bonne lecture...... »


Que puis je ajouter à ces propos de tolérance dont on a tant besoin aujourd'hui, sinon vous inviter à aller contempler cette merveille située dans un site splendide. Je doute fort que vous ne soyez pas sensible à son sourire tout aussi serein que celui de la Joconde....medium_IMG_4221.JPG

Bon pélerinage !
medium_IMG_4185.JPG

23:04 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (9)

08/10/2006

Voyage dans le temps sur le Causse de Toucou

medium_IMG_4092.JPG

Nos vies sont ponctuées d'ordinaire par le cheminement des aiguilles d'une montre et notre horizon temporel est généralement limité à quelques heures, voire dans l'urgence à quelques minutes. Mais aujourd'hui je vous propose d'abandonner pour un temps votre montre et de changer d'échelle temporelle en allant à la découverte des dolmens et menhir du Causse de Toucou dans la région d'Octon point de départ de notre périple (localisation) (Détail de l'itinéraire en fichier joint).

medium_IMG_4015.JPGDans ce village le temps semble s'être arrêté et d'ailleurs l'horloge installée sur le fronton de l'église qui domine la place ne se soucie plus de donner l'heure, ses aiguilles s'étant d'office octroyé un repos bien mérité. Après avoir emprunté la rue du Four Banal où devait se situer le four à pain communal (simple hypothèse personnelle), le début de la balade remonte la rive droite du canyon creusé par le Toucou dans les « ruffes » rouges omniprésentes dans la région du Lac salagou. Ces dépôts sédimentaires oxydés par des sels de fer constitués il y a 250 millions d'années donnent à la région un air d'Arizona.
medium_IMG_4027.JPG

medium_IMG_4032.JPG

Le contraste est saisissant avec le camaîeu de verts des ajoncs, des chênes kermès ou des genevriers qui s'accrochent sur les pentes du canyon et avec le bleu du ciel où rode parfois un rapace en quête de son déjeunermedium_IMG_4022.JPG

Après avoir traversé le Toucou sur un pont séculaire presque submergé par la végétation,
medium_IMG_4036.JPG

on aborde les hauteurs du causse où les ruffes font place à des sols plus terreux, témoins du chamboulement des sols causés dans la région par le surgissement des Pyrénées et le choc de la plaque continentale africaine sur la plaque européenne.
medium_IMG_4102.JPG


Le causse est jonché de tas de pierres constitués par des générations de bergers ou d'agriculteurs. Certains plus énigmatiques comportent des séries de trous profond d'environ 80 cm disposés en cercles.medium_IMG_4095.JPG
S'agit il d'édifices construits par ceux qui ont édifié le menhir et les dolmens que comportent également le site.? Je ne saurais pas vous le dire car je n'ai trouvé aucune littérature sur le sujet. Il est vrai que l'on sait peu de choses sur les constructeurs des mégalithes et la finalité de leurs monuments. La fonction des menhirs reste un mystère. Certains chercheurs considèrent qu'il peut s'agir de possibles observatoires atronomiques liés à un culte solaire ou lunaire. Celui, de taille assez modeste, qui se dresse sur le causse du Toucou, au pied d'un chêne vert n'a livré aucun indice à ce sujet.
medium_IMG_4081.JPG

Quant aux deux dolmens édifiés un peu plus loin, on sait qu'il s'agit de monuments funéraires ou de lieux de culte, mais on ignore tout des cérémonies qui s'y déroulaient. Ils sont comme les autres dolmens orientés vers le soleil couchant, signe de la fin du jour et symbole donc de la fin de vie.
medium_IMG_4099.JPG

Quelles que soient les motivations des hommes qui ont construit ces monuments, il faut reconnaître qu'ils savaient choisir leurs sites dont la beauté et la sérénité sont propices à la méditation


medium_IMG_4120.JPGAprès cette brève immersion dans la préhistoire, le retour au monde contemporain se fait progressivement , le chemin passant successivement devant les ruines d'une ferme bâtie avec des pierres de basalte dominant le lac Salagou (le fermier avait lui aussi bon goût quant au choix du site!)
medium_IMG_4123.JPG


pour longer ensuite les terrasses merveilleusement restaurées d'une magnifique oliveraie. Tout au long de la balade, on rencontre d'ailleurs des restes de murs des terrasses qui couvraient les collines, attestant de l'exploitation intensive dont elles faisaient l'objet et du courage phénoménal des gens de l'époque.
medium_IMG_4128.JPG


De retour sur la place, les fauteuils d'une brasserie vous tendent des bras accueillants pour vous aider à renouer avec le fil du temps .

PS : A ceux qui veulent en savoir plus sur les monuments mégalithiques je recommande l'achat de l'excellent ouvrage de Jean marc Roger "Le temps des Dolmens" aux éditions Espace SUD Montpellier 1992

16:56 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (8)

30/09/2006

Les moulins de la Foux

medium_img_6517.jpg

Si vous avez envie d'emmener votre petite ou grande famille au vert l'un de ces prochains jours dans un cadre enchanteur où les seuls bruits du monde que vous percevrez sont le chant de l'eau et des oiseaux, je vous invite à suivre l'itinéraire ci-après.

A partir du parking situé au terminus de la route d'accès à Navacelles (localisation) il faut prendre la direction du village haut qet le traverser pour emprunter la route d'accès à Navacelles et rejoindre la jonction de la route qui part à gauche vers la Baume Auriol et de celle qui va vers Blandas. A cet endroit un panneau indique le départ du chemin bordé d'églantiers et de genets et qui peu après longe une paroi rocheuse surplombant la Vis.
medium_img_7783.jpg
Le chemin descend bientôt en pente raide vers la rivière au milieu des chênes verts et des buis et passe devant une mini centrale hydroelectrique. Il longe ensuite la rivière bordée de peupliers et d'aulnes, tantôt en surplomb tantôt en vous permettant de mettre les pieds dans l'eau (désolé Waterplouf mais c'est un peu juste pour s'y baigner !)
medium_img_7838.jpg

Il rejoint un méandre de la Vis d'où surgissent les ruines de la ferme de Poujol et poursuit le long de la rivière en révélant au promeneur attentif les richesses de la faune et de la flore.
medium_img_7840.jpg

medium_photo_014.jpg

Il prend ensuite un peu de hauteur jusqu'à un sentier qui descend en pente raide vers les anciens moulins et la résurgence de la Foux.

L'histoire et le fonctionnement des moulins ainsi que l'économie de la minoterie font l'objet de panneaux pédagogiques forts instructifs installés dans les anciens moulins remarquablement restaurés. Après cette parenthèse culturelle il reste à admirer l'impressionnant spectacle de la Vis surgissant d'un gouffre et se précipitant au pied des moulins.
medium_img_7825.jpg

Le retour qui s'effectue par le même chemin est tout a fait dépaysant car il offre dans ce sens des vues différentes sur les falaises qui dominent la vis.
medium_img_7834.jpg

Il existe un chemin qui revient par l'autre rive et qui emprunte en partie la route mais je le trouve personnellement moins agréable mis à part la traversée au départ d'une belle forêt de cèdres.

En fonction de l'heure et de l'état de vos petons et gambettes nous pourrons sur la fin du parcours, emprunter le chemin des écoliers qui suit la rive de la Vis jusqu'au magnifique vieux pont du village.
medium_img_7858.jpg


La balade aller-retour fait environ 8 à 9 km avec un dénivelé d'un peu plus de 100m et représente 2H30 à 3H00 de marche effective sans difficulté particulière, mise à part une courte descente assez raide et caillouteuse.

Cartes IGN Top 25 2642 ET et carte promenade 65 Béziers Montpellier

19:00 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (36)

21/09/2006

Le monde est presque beau vu du Pic de Tantajo !

medium_IMG_3837.JPG

Savez vous reconnaître un chêne blanc d'un chêne vert, un érable commun d'un érable de Montpellier, un peuplier noir d'un aulne gluteux? Non ! Et bien vous avez la possibilité de remédier à cette honteuse lacune en vous rendant à Bédarieux (localisation) au Bord de l'Orb pour faire l'ascension du Pic de Tantajo (circuit détaillé en fichier joint)

Le chemin commence par longer l'Orb qui prend à cet endroit des airs d'Amazone, les moustiques et les piranhas en moins !
medium_IMG_3898.JPG

Puis l'on s'engage sur un sentier botanique fort bien aménagé par la commune de Bédarieux mais dont hélas certains poteaux d'information ont été vandalisés par des imbéciles de passage dont la cervelle ne doit pas peser plus lourd qu'une crotte de moineau.
medium_IMG_3789.JPGmedium_IMG_3786.JPG





Le chemin aboutit à la pittoresque Chapelle Saint Raphaël bâtie au bord de l'Orb et à coté de laquelle jaillit une source miraculeuse utilisée autrefois pour soigner les maladies des yeux. De l'autre coté de l'Orb on aperçoit l'imposant édifice du domaine de la Bastide qui dépendait de l'abbaye bénédictine de Villemagne l'Argentière située en amont sur les rives de La mare, affluent de l'Orb.
medium_IMG_3802.JPG

Revenu sur nos pas, on emprunte le chemin qui grimpe vers le Pic de Tantajo.Il sinue sous le couvert d'une dense forêt peuplée principalement de chataîgners exubérants et débordant de vitalité. On en voit ainsi qui s'enlacent avec passion et de jeunes et vigoureuses branches jaillissent de vieux troncs.
medium_IMG_3811.JPGmedium_IMG_3819.JPG





Un chataîgner vénérable tend au dessus du chemin une branche amicale comme s'il voulait prendre par l'épaule les randonneurs de passage.
medium_IMG_3823.JPG

Il est vrai que depuis un siècle l'homme vit en paix avec le peuple des arbres, mais il n'en a pas été toujours ainsi. Avant l'arrivée du gaz et de l'electricité dans les campagnes le charbon de bois servait de combustible et les hommes décimaient les forêts pour le produire. Seules subsistent aujourd'hui les anciens abris de pierre des « charbonniers »medium_IMG_3828.JPG


Puis le chemin prenant de la hauteur la forêt fait place à la garrigue et l'on commence à apercevoir les monts environnants.
medium_IMG_3848.JPG

Après avoir contourné le Roc Blanc on aperçoit enfin le Pic de Tantajo que l'on rejoint par un chemin qui joue au montagnes russes. Nous sommes enfin au sommet qui offre une vue imprenable sur la plaine de Bédarieux
medium_IMG_3850.JPG

Notre bonheur serait complet si le sommet n'était pas pollué par les mégots laissé là par des nicottineurs indélicats qui ont du emprunter avec leurs 4x4 la route qui mène aux relais hertzien et téléphonique coiffant le Pic pour venir admirer le panorama ! De vrais amoureux de la nature ces gens là ! medium_IMG_3854.JPG





Les magnifiques chataîgners qui bordent chemin du retour nous font vite oublier cette petite contrariété
medium_IMG_3867.JPG

et le message laconique mais expressif laissé par un promeneur (faché avec l'orthographe!) au terme de la descente un peu rude nous fait sourire.medium_IMG_3874.JPG





La rencontre inespérée avec une orchidée ornant de sa beauté un modeste fossé communal nous réconcilie totalement avec le monde..
medium_IMG_3897.JPG

15:40 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (11)