suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/10/2006

A travers le pays Cathare ...dans le brouillard !

medium_IMG_4711.JPG





















Je vous invite aujourd'hui à me suivre, tant bien que mal dans le brouillard, en pays Cathare. Mais avant de prendre la route, voici à l'intention de celles ou ceux qui ne savent rien du Catharisme (dont je faisais partie avant ce périple) quelques précisions très simplificatrices sur ce mouvement religieux que l'église catholique a qualifié d'hérésie. Il est apparu vers le milieu du XIIème siècle dans la région d'Albi (d'où le nom d'Albigeois donné également aux Cathares). Les « bons hommes » et « bonnes femmes » comme se désignaient eux mêmes les Cathares avaient une lecture particulière de l'ancien et du nouveau testament et contestaient avec virulence l'Eglise romaine qu'ils accusaient de trahir le message du Christ. Ils avaient une conception pacifique de la religion, détachée de ce monde et tournée vers l'au delà, alors que l'église catholique était à l'époque résolument déterminée à bâtir sur la terre, y compris par la force un ordre voulu par Dieu et imposé par le Pape. Les Cathares refusaient de voir dans le monde visible l'oeuvre du Père, car sa création bonne et éternelle ne pouvait pas être le monde matériel où s'exprime le mal. Ce dernier était pour eux l'oeuvre d'un ange déchu, Lucifer ou Satan. Pour les Cathares, les hommes peuvent accéder au royaume de Dieu en suivant l'enseignement du Christ et en recevant le « consolament » ou baptême spirituel de la part des « bonshommes » qui leur transmettent le saint Esprit par imposition des mains.Chacun est assuré qu'au terme de sa vie présente son âme sera libérée de son corps façonné par le malin et qui l'emprisonne. Refusant l'idée d'un enfer éternel les « Bons hommes » prêchaient ainsi un christianisme dissident qui assure à tous le salut éternel.

Cette conception mettait effectivement à mal le pouvoir de l'église catholique qui prospérait sur la crainte que faisait naître l'enfer et le juteux commerce qu'elle en tirait par la vente des indulgences, mais je ne veux pas polémiquer la dessus laissant chacun libre de ses croyances. Rappelons toutefois que c'est dans le cadre de la persécution des Cathares par le Roi de France, allié du Pape, que toute la population de Béziers (cathares et catholiques confondus) fut massacrée sans pitié, sous l'égide de l'abbé de Citeaux qui prononça alors cette formule passée à la postérité « Tuez les tous , Dieu reconnaîtra les siens » . Les terroristes islamistes qui tuent aveuglément sont en quelque sorte les héritiers « spirituels » (si l'on peut dire !) de cet abbé.


medium_IMG_4568.JPGMais j'ai assez abusé de votre attention et de votre patience, aussi attachez vos ceintures et prenons la route ! Je suis parti du petit et bien nommé village de Caves situé en plein coeur de l'appellation Fitou. (localisation) Le temps n'étant malheureusement pas clément ce jour là, je me suis réchauffé au préalable en prenant un petit "noir" au comptoir du café de France où le temps s'est arrêté à l'époque bénie où l'on pouvait boire du vin sans être considéré comme un alcoolique. En effet, une affiche politiquement « incorrecte » vante les mérites de cette boisson millénaire, l'un des trois piliers avec l'olivier et le blé de la civilisation méditerranéenne et dont la Bible elle même fait la publicité !

medium_IMG_4567.2.JPG
 

Et pourtant "Haro sur le vin" crient ceux qui nous gouvernent mais qui boivent à la galéjade aux frais de la Princesse (en l'occurence les contribuables) les grands crus bordelais et bourguignons dans les soirées mondaines, tout en fermant pudiquement les yeux sur les pesticides et les nitrates qui empoisonnent l'eau et les aliments que nous consommons, sur l'amiante qui tue à petit feu des salariés et qui déclarent sans rire que les nuages radio-actifs s'arrêtent à nos frontières !

Mais cessons là nos diatribes inutiles et revenons à notre périple pour poursuivre en direction du village de....Treilles ! (je n'invente rien!) Traversons Feuilla puis dirigeons nous par la D 227 et la D 5 vers Opoul Périllos où nous attend notre première citadelle où se réfugièrent des cathares persécutés par les troupes du Roi de France.
medium_IMG_4572.JPG

Le brouillard qui submergeait le promontoire sur lequel il est juché ne facilita pas son ascension. Les ruines avaient un aspect fantomatique et menaçant qui me faisait craindre l'apparition soudaine de quelques survivants du massacre prêts à m'estourbir croyant avoir affaire à des sbires du Roi de France. Il n'en fut rien, grâce sans doute à mon allure de mécréant !
medium_IMG_4579.JPG

Poursuivons donc, en traversant le village de Vingrau, vers la Citadelle d'Aguilar qui malgré son aspect trompeur de forteresse imprenable fut plusieurs fois vaincue lors de la persécution des cathares mais aussi dans le cadre de la guerre avec l'Espagne.
medium_IMG_4608.JPG

La vue qu'elle offre sur la vallée du Verdouble (à votre santé!) est somptueuse.
medium_IMG_4626.JPG

Quelque peu abasourdis par le cliquetis des armes qui résonnent encore en ces lieux chargés d'histoire faisons halte,, après avoir traversé Padern, dans le village de Cucugan, rendu célèbre par un conte d'Alphonse Daudet . Jetons un coup d'oeil à la jolie Chapelle où le curé pour ramener dans le droit chemin ses ouailles peu respectueuses des préceptes de l'églises leur confia dans un sermon les avoir vu rôtir en enfer!
medium_IMG_4658.JPG

La colline sur laquelle le village est construit arbore un magnifique moulin qui tourne et produit de la farine qui sert à faire du pain et des patisseries locales vendus ...à prix d'or dans la boulangerie installée à proximité.
medium_IMG_4674.JPG

Après cette étape gastro-spirituelle, entamons l'ascension du nid d'aigle où trônent les ruines impressionnantes du château de Quéribus.
medium_IMG_4751.JPG

Ayons une pensée admirative pour les bâtisseurs qui ont su défier les lois de la gravité afin de monter les murailles de cette forteresse au dessus du vide.
medium_IMG_4683.JPG

Le jour de ma visite, la citadelle s'était ceinte d'une écharpe de nuage pour se protéger de l'haleine glacée du vent d'Autan.
medium_IMG_4730.JPG

Les dernières marches menant à la poterne gravies, on est subjugué par la majesté des ruines,
le clou de la visite étant constitué par le logis du châtelain doté d'un pilier gothique soutenant quatre croisées d'ogives
medium_IMG_4706.JPG

ainsi que par la plate-forme sommitale offrant par temps clair une vue somptueuse sur la plaine du Roussillon et les Pyrénées.(désolé je n'ai pas de photo car la vue était bouchée)! Quéribus fut avec Puylaurens l'ultime refuge des cathares et ne fut vaincu en 1229 que par la trahison d'un ancien compagnon d'armes du seigneur des lieux, Chabert de Barbéra.Cette défaite marque la fin de l'épopée Cathare.
medium_IMG_4700.JPG

Attristé par le sort tragique de ces hommes et femmes morts en raison de leur foi, je suis allé me réconforter au Domaine du Mas Amiel (04 68 29 01 02)qui produit de fabuleux vins de Maury. Certains de ces vins sont exposées aux intempéries pendant un an dans des bonbonnes de verre et captent ainsi dans leurs molécules la force du vent, la chaleur du soleil et les senteurs de la terre et la garrigue environnante.Je vous en conseille vivement la dégustation, avec modération!
medium_IMG_4643.JPG

PS Les citadelles Cathares comportent d'autres merveilles telles que Puylaurens, Peyrépertuse ou Montségur où je vous emmènerai un autre jour.

17:55 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (9)

15/10/2006

Pélerinage à Notre dame de la Gardiole

medium_IMG_4194.JPG

Dans un note du 23 février dernier je vous invitais à visiter le superbe site de l'abbaye de Montceau dans le massif de la Gardiole. Depuis plus de 30 ans une association animée par son Président, Luc Routier, a entrepris sa restauration avec de modestes moyens et beaucoup de courage . Ce dernier a demandé à l'un de ses amis, Gérard Réthoré, sculpteur amateur de grand talent, de réaliser une Vierge pour cette abbaye.
medium_IMG_4190.JPGmedium_IMG_4191.JPG





J'ai eu le plaisir et l'honneur d'assiter à son inauguration le samedi 16 septembre, lors de la journée du Patrimoine et j'avoue que, bien qu'étant pour l'église une brebis égarée, j'ai été ému par la sérénité et la douceur qui émane de cette sculpture à laquelle il a donné le nom de "Notre dame de la Gardiole". Au delà du caractère religieux évident de cette oeuvre, l'auteur a voulu en ces temps troublés s'adresser aussi bien aux croyants qu'aux non croyants de bonne volonté.

Personne ne peut mieux que l'auteur vous présenter cette oeuvre, aussi vais je reprendre ci dessous les termes de son discours d'inauguration :


medium_IMG_4206.JPG« J'ai déjà réalisé plusieurs vierges à l'enfant de dimensions modestes, dont une pour ma petite fille vivant à cette époque aux Etats Unis. J'avais voulu alors créer un ensemble, image de paix et de douceur. J'avais trouvé cette atmosphère dans la contemplation d'un bas relief en marbre , exposé au Louvre, chef d'Oeuvre d'Agostino Di Duccio, daté du Xvème siècle : la Vierge à l'enfant entouré d'anges .

J'avais alors interprété en ronde bosse ce bas relief. Donc pour l'Abbaye, je décidais de reprendre ce travail, mais dans une autre dimension.

Le siège sur lequel est assise la Vierge est une chayère, dont le très haut dossier était censé protéger l'utilisateur des courants d'air et des agressions dans les chateaux de l'époque. Elle est en noyer massif; bois noble mettant en valeur la teinte plus douce du merisier dans lequel les personnages sont sculptés.
medium_IMG_4207.JPG

Le site de l'Abbaye étant accessible à tous les visiteurs et ayant perdu son rôle cultuel, j'ai été très attentif à la décoration du siège pour ne heurter personne : celui qui croit au ciel et celui qui n'y croit pas.

Comme les anciens sculpteurs, j'ai voulu faire une sorte de livres d'images en présentant certains symboles de notre religion, mais la lecture peut se faire aussi de manière profane. Par exemple: la vigne et le raisin, le blé, l'olivier...Pour un chrétien le symbole de l'Eucharistie est évident et l'olivier rappelle l'alliance de Dieu et de Noé après le déluge...Mais pour un non croyant la représentation de notre beau Languedoc à travers ses produits est manifeste.

Si la coquille Saint Jacques fait volontairement une auréole à la Vierge en nous rappelant que ce site était sur le chemin de Compostelle au Moyen Age, on peut aussi y voir un clin d'oeil à l'étang de Thau.

medium_IMG_4196.JPGDe chaque côté de la Vierge, vous trouvez en accoudoir deux personnages. A sa droite, Saint Pierre représentant l'Eglise et à sa gauche Saint Jean, dsciple préféré de la Vierge, représenté agé car il serait mort très vieux!

Sur le côté,sont sculptés les symboles attribués à ces apôtres mais le coq de Saint Pierre peut être aussi le coq républicain pour celui qui le souhaite!medium_IMG_4203.JPG

Pour les personnages principaux, j'ai voulu avant tout représenter une Vierge à l'enfant, mais c'est évidemment aussi une maternité.

Saint Joseph étant issu de la tribu de David, on peut imaginer qu'il ait offert le bijou dont j'ai paré le cou de la Vierge, mais c'est aussi un rappel de l'ancien testament.

Sans vouloir jouer au Da Vinci Code, vous pourrez également interpréter le nombre de grappes de raisins, de feuilles, d'olives ou d'épis de blé...

medium_IMG_4200.JPGDe même le dos de la chayère est décoré par un bouquet composé par des fleurs ayant toutes une relation symbolique avec la Vierge.

Bonne lecture...... »


Que puis je ajouter à ces propos de tolérance dont on a tant besoin aujourd'hui, sinon vous inviter à aller contempler cette merveille située dans un site splendide. Je doute fort que vous ne soyez pas sensible à son sourire tout aussi serein que celui de la Joconde....medium_IMG_4221.JPG

Bon pélerinage !
medium_IMG_4185.JPG

23:04 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (9)

08/10/2006

Voyage dans le temps sur le Causse de Toucou

medium_IMG_4092.JPG

Nos vies sont ponctuées d'ordinaire par le cheminement des aiguilles d'une montre et notre horizon temporel est généralement limité à quelques heures, voire dans l'urgence à quelques minutes. Mais aujourd'hui je vous propose d'abandonner pour un temps votre montre et de changer d'échelle temporelle en allant à la découverte des dolmens et menhir du Causse de Toucou dans la région d'Octon point de départ de notre périple (localisation) (Détail de l'itinéraire en fichier joint).

medium_IMG_4015.JPGDans ce village le temps semble s'être arrêté et d'ailleurs l'horloge installée sur le fronton de l'église qui domine la place ne se soucie plus de donner l'heure, ses aiguilles s'étant d'office octroyé un repos bien mérité. Après avoir emprunté la rue du Four Banal où devait se situer le four à pain communal (simple hypothèse personnelle), le début de la balade remonte la rive droite du canyon creusé par le Toucou dans les « ruffes » rouges omniprésentes dans la région du Lac salagou. Ces dépôts sédimentaires oxydés par des sels de fer constitués il y a 250 millions d'années donnent à la région un air d'Arizona.
medium_IMG_4027.JPG

medium_IMG_4032.JPG

Le contraste est saisissant avec le camaîeu de verts des ajoncs, des chênes kermès ou des genevriers qui s'accrochent sur les pentes du canyon et avec le bleu du ciel où rode parfois un rapace en quête de son déjeunermedium_IMG_4022.JPG

Après avoir traversé le Toucou sur un pont séculaire presque submergé par la végétation,
medium_IMG_4036.JPG

on aborde les hauteurs du causse où les ruffes font place à des sols plus terreux, témoins du chamboulement des sols causés dans la région par le surgissement des Pyrénées et le choc de la plaque continentale africaine sur la plaque européenne.
medium_IMG_4102.JPG


Le causse est jonché de tas de pierres constitués par des générations de bergers ou d'agriculteurs. Certains plus énigmatiques comportent des séries de trous profond d'environ 80 cm disposés en cercles.medium_IMG_4095.JPG
S'agit il d'édifices construits par ceux qui ont édifié le menhir et les dolmens que comportent également le site.? Je ne saurais pas vous le dire car je n'ai trouvé aucune littérature sur le sujet. Il est vrai que l'on sait peu de choses sur les constructeurs des mégalithes et la finalité de leurs monuments. La fonction des menhirs reste un mystère. Certains chercheurs considèrent qu'il peut s'agir de possibles observatoires atronomiques liés à un culte solaire ou lunaire. Celui, de taille assez modeste, qui se dresse sur le causse du Toucou, au pied d'un chêne vert n'a livré aucun indice à ce sujet.
medium_IMG_4081.JPG

Quant aux deux dolmens édifiés un peu plus loin, on sait qu'il s'agit de monuments funéraires ou de lieux de culte, mais on ignore tout des cérémonies qui s'y déroulaient. Ils sont comme les autres dolmens orientés vers le soleil couchant, signe de la fin du jour et symbole donc de la fin de vie.
medium_IMG_4099.JPG

Quelles que soient les motivations des hommes qui ont construit ces monuments, il faut reconnaître qu'ils savaient choisir leurs sites dont la beauté et la sérénité sont propices à la méditation


medium_IMG_4120.JPGAprès cette brève immersion dans la préhistoire, le retour au monde contemporain se fait progressivement , le chemin passant successivement devant les ruines d'une ferme bâtie avec des pierres de basalte dominant le lac Salagou (le fermier avait lui aussi bon goût quant au choix du site!)
medium_IMG_4123.JPG


pour longer ensuite les terrasses merveilleusement restaurées d'une magnifique oliveraie. Tout au long de la balade, on rencontre d'ailleurs des restes de murs des terrasses qui couvraient les collines, attestant de l'exploitation intensive dont elles faisaient l'objet et du courage phénoménal des gens de l'époque.
medium_IMG_4128.JPG


De retour sur la place, les fauteuils d'une brasserie vous tendent des bras accueillants pour vous aider à renouer avec le fil du temps .

PS : A ceux qui veulent en savoir plus sur les monuments mégalithiques je recommande l'achat de l'excellent ouvrage de Jean marc Roger "Le temps des Dolmens" aux éditions Espace SUD Montpellier 1992

16:56 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (8)

30/09/2006

Les moulins de la Foux

medium_img_6517.jpg

Si vous avez envie d'emmener votre petite ou grande famille au vert l'un de ces prochains jours dans un cadre enchanteur où les seuls bruits du monde que vous percevrez sont le chant de l'eau et des oiseaux, je vous invite à suivre l'itinéraire ci-après.

A partir du parking situé au terminus de la route d'accès à Navacelles (localisation) il faut prendre la direction du village haut qet le traverser pour emprunter la route d'accès à Navacelles et rejoindre la jonction de la route qui part à gauche vers la Baume Auriol et de celle qui va vers Blandas. A cet endroit un panneau indique le départ du chemin bordé d'églantiers et de genets et qui peu après longe une paroi rocheuse surplombant la Vis.
medium_img_7783.jpg
Le chemin descend bientôt en pente raide vers la rivière au milieu des chênes verts et des buis et passe devant une mini centrale hydroelectrique. Il longe ensuite la rivière bordée de peupliers et d'aulnes, tantôt en surplomb tantôt en vous permettant de mettre les pieds dans l'eau (désolé Waterplouf mais c'est un peu juste pour s'y baigner !)
medium_img_7838.jpg

Il rejoint un méandre de la Vis d'où surgissent les ruines de la ferme de Poujol et poursuit le long de la rivière en révélant au promeneur attentif les richesses de la faune et de la flore.
medium_img_7840.jpg

medium_photo_014.jpg

Il prend ensuite un peu de hauteur jusqu'à un sentier qui descend en pente raide vers les anciens moulins et la résurgence de la Foux.

L'histoire et le fonctionnement des moulins ainsi que l'économie de la minoterie font l'objet de panneaux pédagogiques forts instructifs installés dans les anciens moulins remarquablement restaurés. Après cette parenthèse culturelle il reste à admirer l'impressionnant spectacle de la Vis surgissant d'un gouffre et se précipitant au pied des moulins.
medium_img_7825.jpg

Le retour qui s'effectue par le même chemin est tout a fait dépaysant car il offre dans ce sens des vues différentes sur les falaises qui dominent la vis.
medium_img_7834.jpg

Il existe un chemin qui revient par l'autre rive et qui emprunte en partie la route mais je le trouve personnellement moins agréable mis à part la traversée au départ d'une belle forêt de cèdres.

En fonction de l'heure et de l'état de vos petons et gambettes nous pourrons sur la fin du parcours, emprunter le chemin des écoliers qui suit la rive de la Vis jusqu'au magnifique vieux pont du village.
medium_img_7858.jpg


La balade aller-retour fait environ 8 à 9 km avec un dénivelé d'un peu plus de 100m et représente 2H30 à 3H00 de marche effective sans difficulté particulière, mise à part une courte descente assez raide et caillouteuse.

Cartes IGN Top 25 2642 ET et carte promenade 65 Béziers Montpellier

19:00 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (36)