suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/05/2017

A la découverte du Sidobre : 1 - Le chaos de la Balme..sous la pluie!

 

sidobre,brassac,chaos de la balme,saucisson

Je vous emmène, avec un groupe d’amis guidés par Gibus, à la découverte du Sidobre. Cette région montueuse, située à l’Est de Castres, est couverte de forêts au sein desquelles dévalent d’impétueux cours d’eau dont les rives sont émaillées de pittoresques villages. Notre camp de base est situé à Brassac sur Agout, village doté de deux ponts et de deux châteaux qui témoignent du riche passé de la région.

 

sidobre,brassac,chaos de la balme,saucisson

La richesse du Sidobre lui vient en grande partie des carrières de granit dont il est truffé et dont est extrait une grande partie du granit français. C’est une manne providentielle – d’autant qu’il est d’une très grande qualité - exploitée par de nombreuses entreprises pour satisfaire les besoins d’équipement domestique (cuisine) décoratif, funéraire ou urbanistiques. Ainsi sur les trottoirs des Champs Elysées, à l'hôtel de région de Toulouse, au centre ville d'Albi, dans le métro de Singapour, à l’aéroport de Francfort, au World Trade Center de Shanghaï  on marche sur du granit du Sidobre ! Quand on finit ses jours sous une dalle de granit du Sidobre on n’est pas près d’en sortir et ceux qui croient en la résurrection des corps feraient bien, dans ce cas, de se faire enterrer avec un pied de biche.

 

sidobre,brassac,chaos de la balme,saucisson

Si les machines accomplissent aujourd’hui l’essentiel des tâches d’extraction, de découpe, de façonnage et de polissage du granit, elles le font toutefois sous la conduite et la surveillance de techniciens qui restent également indispensables pour les travaux de finition délicats, comme certains types de polissage. Les techniciens de l’entreprise que nous avons visitée semblaient heureux dans leur travail qui nécessite une grande expertise. N’ayons pas peur des robots qui ne sont que des auxiliaires incapables d'initiative et qui ne prendront jamais plaisir à ce qu'ils font.

 

sidobre,brassac,chaos de la balme,saucisson

On croit le monde minéral inerte mais c’est une erreur. Une vie existe au cœur des pierres que le ciseau du sculpteur révèle. Et je pense que cet œil de granit qui nous fixe nous voit aussi bien que nous le voyons.

 

sidobre,brassac,chaos de la balme,saucisson

Regardez cette main de granit, ne dirait-on pas qu’elle s’apprête à cueillir une fleur. J’ai posé mon pouce au niveau du poignet et j’ai cru percevoir le battement d’un pouls !

 

sidobre,brassac,chaos de la balme,saucisson

Comment ne pas tomber sous le charme de cette femme qui semble méditer ? J’avoue avoir eu envie de la sortir de sa rêverie par un baiser.

 

sidobre,brassac,chaos de la balme,saucisson

Quant à ce pèlerin du Chemin de Saint Jacques de Compostelle qui traverse le Sidobre (sculpté comme les autres œuvres par J. Bourges) sa chair de granit lui permet d’affronter sans dommage les intempéries.

 

sidobre,brassac,chaos de la balme,saucisson

Ce qui est loin d’être notre cas ! Partis pour une balade nous menant au chaos rocheux de la Balme, nous avons dû affronter des averses torrentielles. Mais elle n’est pas encore tombée la pluie qui nous fera renoncer !

 

sidobre,brassac,chaos de la balme,saucisson

Au vu de cette pluie - nous on n'a pas fait que la voir ! - on ne s’étonne pas de la densité des forêts qui couvrent une grande partie du Sidobre et qui sont constituées d’essences très variées, ce qui en fait le charme.

 

sidobre,brassac,chaos de la balme,saucisson

Même les ancolies, qui habituellement ouvrent grand leur corolle de pétales, courbent l'échine sous le déluge céleste !

 

sidobre,brassac,chaos de la balme,saucisson

De jeunes fougères, qui ont l’aspect facétieux des « langues de belle mère », semblent les seules à se réjouir de l’eau qui tombe à seaux du ciel.

 

sidobre,brassac,chaos de la balme,saucisson

Nous longeons une petite rivière impétueuse qui nous pose un sacré problème car nous devons la traverser ! Comme elle est peuplée d’écrevisses nos compagnes rechignent à la franchir  pieds nus ! A vrai dire, leur réticence ne nous contrarie guère ! Aussi cherchons nous un endroit propice.

 

sidobre,brassac,chaos de la balme,saucisson

Ces arbres couchés en travers de la rivière qui pourraient servir de « pont » ne nous inspirent guère confiance. Il est vrai que nous serions moins pusillanimes si une tribu de chasseurs de têtes était à nos trousses. Mais fort heureusement les Sidobriens sont des gens pacifiques qui préfèrent le saucisson sec au cuissot de randonneur !

 

sidobre,brassac,chaos de la balme,saucisson

Il ne nous reste qu’une solution : édifier un gué, Gibus étant le maître d’œuvre et les autres garçons du groupe – galanterie oblige - les pourvoyeurs de pierres.

 

sidobre,brassac,chaos de la balme,saucisson 

Mais malgré notre dévouement et notre assistance, la traversée n’est pas de tout repos pour nos compagnes.

 

sidobre,brassac,chaos de la balme,saucisson

Nous ne sommes pas au bout de nos peines, car à peine avons nous franchi la rivière que nous devons escalader les troncs d’arbres abattus par une tempête. Exercice que ne facilite pas la cape de pluie que nous portons.

 

 

sidobre,brassac,chaos de la balme,saucisson

Imperturbables, nous poursuivons notre périple vers le chaos rocheux, but de notre balade.

 

sidobre,brassac,chaos de la balme,saucisson

Enfin récompensés de notre persévérance et détermination, nous apercevons les premiers blocs du chaos.

 

sidobre,brassac,chaos de la balme,saucisson

Nous avons le sentiment de pénétrer dans un sanctuaire édifié par des géants. Une légende raconte que c'est Jupiter qui a lancé ces rochers du ciel sur deux géants qui assaillaient Hercule et qui périrent écrabouillés. Mais cette légende est douteuse car on n'a pas retrouvé  de squelettes !

 

sidobre,brassac,chaos de la balme,saucisson

De fait, selon les scientifiques - qui n'ont pas bonne presse aux USA où l'on croit toujours que Dieu a créé la Terre en sept jours ou au FN qui croit toujours qu'il y a plusieurs races humaines -  ces énormes rochers sont les vestiges du vieux massif hercynien qui recouvrait la région il y a 300 millions d’années et que l’érosion à réduit à quelques tas d’énormes blocs de granit.

 

sidobre,brassac,chaos de la balme,saucisson

Des rochers de dizaines de tonnes reposent parfois dans des positions qui semblent instables et c’est avec précaution que l’on en fait le tour.

 

sidobre,brassac,chaos de la balme,saucisson

L’un des plus curieux blocs de ce chaos – dont nous avons écourté la visite à cause de la pluie - est le chapeau de Napoléon que personne d’entre nous ne s’est avisé de coiffer ! Mais il y a dans le Sidobre d’autres rochers encore plus étonnants que nous découvrirons dans une prochaine note !

 

A suivre…

 

*****

Mon dernier CD "La casa de Maria" comportant dix nouvelles chansons vient de sortir sur les plateformes musicales (Itunes, Google Play, Amazon, Spotify et Deezer)

cliquez ICI pour y accéder

Vous pouvez écouter librement mes autres chansons sur mes autres blogs

CANTA-la -VIDA

(blogs de chansons illustrées par des photos)

OLD NUT WIX

(intégralité des chansons - sauf le dernier album - classées par album)

(cliquez sur les liens dans le haut de la colonne à droite)

 

Texte & photos Ulysse

 

14/01/2017

En remontant les millénaires dans les gorges de Colombières

 

 

colombières,caroux,arles,gaïa,sécadou

Marcher dans les plaines et vallons c’est marcher au cœur de l’histoire de l’homme, tant ce dernier y a façonné le paysage. Marcher en montagne c’est parcourir l’histoire de la Terre, comme on va le voir en randonnant dans les gorges de Colombières. Certes, l’homme a aussi laissé son empreinte dans les montagnes, tel ce magnifique sentier caladé (pavé de cailloux) qui permettait autrefois aux troupeaux d’accéder aux estives sommitales. Mais cette empreinte est fragile et furtive et serait vite balayée si les randonneurs ne prenaient aujourd’hui le relais des troupeaux disparus.

 

colombières,caroux,arles,gaïa,sécadou

D’ailleurs, on voit ici à l’œuvre l’entropie qui mène notre univers à sa perte. Les branches mortes, les feuillages, le ravinement des pluies torrentielles auraient vite fait de balayer ces chemins si les bénévoles des Fédérations Départementales de Randonnées ne les entretenaient pas. Qu’ils en soient remerciés !

 

colombières,caroux,arles,gaïa,sécadou

Autre modeste manifestation de l’activité passée de l’homme en ces lieux : un abri en ruines qui pouvait servir à entreposer les outils nécessaires aux cultures sur les quelques terrasses aménagées par les anciens et aujourd’hui disparues. Il pouvait s’agir aussi d’un abri pour les charbonniers qui fabriquaient du charbon de bois ou bien d’un « sécadou » pour sécher les châtaignes, élément important de la nourriture des anciens de la région.

 

colombières,caroux,arles,gaïa,sécadou

Une fois dépassés les lieux cultivables ou exploitables, on entre dans le monde du minéral et donc dans l’histoire de la Terre. Ici sont visibles les soubresauts qu’elle a connu au long de sa vie mouvementée. Je crois y voir l’enclume sur laquelle Vulcain forgeait des bijoux pour les nymphes, mais nous sommes loin de l’Etna où celui ci résidait. Ce n’est donc de ma part qu’un effet de la paréidolie, cette propension que j’ai à voir des choses familières dans des formes désorganisées (merci Chinou)

 

 

colombières,caroux,arles,gaïa,sécadou

Combien de millions d’années a-t-il fallu au vent, au gel, à la pluie pour sculpter ces pitons de pierre ? Il arrivera un instant où un seul grain de matière emporté par les éléments suffira à les précipiter vers l’abime. Mais il y aura aussi un moment où un nouveau soubresaut de la Terre les portera à la hauteur des nuages qui les survolent, comme ce fut le cas dans un lointain passé où les monts du Haut Languedoc dépassaient les 6000 mètres ! J’ai lu avec stupeur dans un article scientifique que dans deux cent cinquante millions d’année, la pangée - le continent unique à l’origine des continents actuels qui dérivent sur le magma sous-jacent - sera reformée !   Le réchauffement climatique en cours, à coté, c’est de la « gnognotte » !!

 

colombières,caroux,arles,gaïa,sécadou

Ayant accédé au sommet des Gorges de Colombières, nous basculons sur l’autre versant pour rejoindre notre point de départ. Il est curieux que ces gorges portent ce nom alors que c’est le torrent d’Arles, dont on aperçoit les eaux argentées qui les a creusées. De fait, cette dénomination leur vient du village éponyme que l’Arve traverse en contrebas et qui est le point de départ de la randonnée.

 

colombières,caroux,arles,gaïa,sécadou

Le sentier, qui descend dans les gorges, offre de somptueuses vues sur les reliefs déchiquetés. C’est aussi un couloir à vent et la Tramontane glaciale qui y soufflait violemment le jour de notre randonnée nous a amené à couvrir nos oreilles !!!

 

colombières,caroux,arles,gaïa,sécadou

Mais on oublie le vent et le froid quand on a en face des yeux de tels panoramas. La luminosité et la pureté de l’air hivernal créent un superbe effet de profondeur et de relief.

 

colombières,caroux,arles,gaïa,sécadou

Le sentier traverse des chaos rocheux, issus d’éboulements anciens, qui nous font lever la tête avec inquiétude vers le haut des falaises, conscients qu’à tout moment ils peuvent se reproduire.

 

colombières,caroux,arles,gaïa,sécadou

Grisé par l’air vif chargé d’oxygène mon cerveau « paréidolien » aperçoit un vieux chef indien qui semble avoir trouvé refuge dans nos montagnes. Je ne peux qu’approuver son exil, vu le dangereux cow-boy que les yankees ont choisi pour président !

 

colombières,caroux,arles,gaïa,sécadou

L’un des avantages de l’hiver (outre le fait que l’on y boit du vin chaud) est que l’on y découvre de somptueux paysages - masqués par les frondaisons des arbres durant l’été - telles ces impressionnantes falaises, sur le sommet desquelles nous cheminions quelques heures plus tôt.

 

colombières,caroux,arles,gaïa,sécadou

La falaise derrière nous illustre l’histoire mouvementée de Gaïa, notre planète, en exposant les différentes couches sédimentaires et rocheuses qui se superposent en de vastes arcs de cercle.

 

colombières,caroux,arles,gaïa,sécadou

C’est grâce aux hommes du passé qui ont édifié ce chemin vertigineux à flanc de falaise et à ceux d'aujourd'hui qui l'entretiennent que nous pouvons admirer ces fantastiques paysages de notre région. Qu’ils en soient une nouvelle fois remerciés !

*****

Si vous appréciez ce blog, je vous invite à découvrir les chansons de mon nouveau CD "Ne perds pas tes rêves en chemin" sur :

Deezer (cliquez sur le nom)

ou les autres plateformes musicales Itunes, Spotify, Google play, Amazon...

Mes autres blogs:

Old Nut (Wix) où vous pouvez écouter librement toutes mes précédentes chansons

Canta-la-Vida où j'illustre certaines chansons en photos.

La dernière chanson mise en ligne s'intitule "Le coupeur de cannes"

Piquesel : "bloc-note photos" où les photos sont accompagnées de commentaires humoristiques ou poétiques.

Vous pouvez y accéder en cliquant sur les noms figurant en haut de la colonne de droite

 

Texte & Photos Ulysse 

07/01/2017

Un vieux loup sur le Caroux !

 

caroux,loup,nemrod,homo sapiens

Les petits loups ayant regagné leur tanière parisienne, je m’en vais, vieux loup solitaire, à l’assaut du Caroux par le sentier pierreux de l’Esquino d’Aze. Le Caroux - l’une des plus vieilles montagnes du monde qui a connu de nombreux soubresauts au cours de l’histoire mouvementée de la terre - n’est plus qu’un immense tas de cailloux. Les générations des siècles passés n’ont eu qu’à se baisser pour ramasser les centaines de milliers de pierres nécessaires à l’édification des murets qui bordent les sentiers accédant aux terrasses qu’ils cultivaient et aux estives sommitales. Les hommes d’alors vivaient et travaillaient autant pour les générations futures que pour eux mêmes. Tandis que notre génération sacrifie le futur pour satisfaire son insatiable appétit et assurer son confort.

 

caroux,loup,nemrod,homo sapiens

Ces hommes du passé avaient planté des châtaigneraies dont les fruit - qu’ils faisaient sécher dans des « sécadous » - constituaient la base de leur nourriture hivernale. Ces châtaigneraies sont, pour la plupart, aujourd’hui abandonnées et ce vieux châtaignier crie son désespoir de voir ses fruits pourrir au sol et ne servir au mieux de nourriture qu’aux sangliers. Mais il n’est pas dit que les hommes n’aient pas besoin un jour de retourner vers ces antiques châtaigneraies pour s’y nourrir, vu la dévastation provoquée par l’agriculture suicidaire et pestifère qui envahit nos plaines et vallons, stérilise nos sols et détruit la biodiversité.

 

caroux,loup,nemrod,homo sapiens

Après plus d’une heure d’ascension, j’accède au plateau sommital où émergent des mamelons rocheux craquelés qui semblent prêts à s’écrouler au premier coup de Tramontane. Mais ils sont à mon image : ridés, chauves et inébranlables !

 

caroux,loup,nemrod,homo sapiens

J’aime déceler, dans les « os » de notre vieille planète, les sculptures créées par la pluie et le vent, inlassables et créatifs sculpteurs. Ainsi, voyez vous, comme moi, cette paresseuse tortue juchée au sommet de cette grosse meringue caillouteuse ?

 

caroux,loup,nemrod,homo sapiens

Et là, ce vieux berger coiffé d’un béret, qui semble héler son troupeau de moutons ?

 

caroux,loup,nemrod,homo sapiens

Les arbres profitent de la moindre anfractuosité dans les rochers pour en jaillir, à la fois protégés des intempéries par ces encombrants voisins mais aussi sous la menace de leur chute due à l’érosion.

 

caroux,loup,nemrod,homo sapiens

Il ne manque, dans ce magnifique paysage essentiellement minéral, que la présence de mes amis les mouflons que j’aperçois de plus en plus rarement. La pratique de la chasse par des « nemrods » bedonnants qui montent en 4X4 pour tuer la représentation de ce qu’ils n’ont pas : la grâce et la beauté, rend ces animaux extrêmement farouches. Il serait plus cohérent de confier aux loups le soin de réguler cette espèce, la lutte serait plus égale et les mouflons craindraient moins les pacifiques randonneurs. Mais hélas dans notre pays de viandards même les loups, pourtant protégés par une convention internationale, sont exterminés du fait de la pression exercée sur les pouvoirs publics par de pseudo-bergers, chasseurs d’indemnités. Il suffit d’interroger les gestionnaires du Yellowstone, le plus grand et plus vieux parc américain, pour comprendre le rôle fondamental que jouent les loups dans le bon équilibre des écosystèmes. Notre pseudo ministre de l’Ecologie ferait bien de regarder cette vidéo qui en témoigne.

 

 

caroux,loup,nemrod,homo sapiens

Mais oublions un instant les méfaits commis par quelques imbéciles « homo sapiens » pour admirer cette étonnante lentille minérale qui, si mon petit loup Romain avait été là, m’aurait amené à lui poser la devinette suivante : "S’agit-il : 1) d’une galette de sarrasin fossilisée oubliée par les celtes qui vivaient dans la région il y 4.000 ans 2) D’une soucoupe volante venue d’une planète de Lilliputiens ou 3) d’un disque perdu par un discobole de l’antiquité, les romains ayant occupé les lieux il y a 2.000 ans". Connaissant mon petit gaulois sur le bout des doigts, celui-ci m’aurait répondu : "Arrête ton char papi, je ne suis pas de la dernière pluie, je ne crois plus depuis longtemps à tes fariboles. C’est tout simplement un disque d’orthogneiss (roche proche du granit) sculpté par le vent et la pluie".

 

caroux,loup,nemrod,homo sapiens

Cette autre sculpture, d’un style plus abstrait, défie les lois de l’équilibre, mais je pense qu’elle sera encore visible alors que les atomes qui me constituent seront retournés au grand maelström originel.

 

caroux,loup,nemrod,homo sapiens

Pour aiguiser un peu plus votre sens de l’observation, voyez vous comme moi cet épagneul à l’affut qui semble humer l’air en quête d’une proie ?

 

caroux,loup,nemrod,homo sapiens

Ou cette tête de cheval qui semble sur le point de hennir ?

 

caroux,loup,nemrod,homo sapiens

Quant à ce soldat casqué qui semble se dissimuler derrière un rocher, de quelle guerre ne s’est-il enfui, effaré de la stupidité et de la cruauté des hommes ? Certains penseront au vu de mes hallucinations que j’ai emmené avec moi quelque produit illicite. Je les rassure, je me contente du jus de la vigne pour exalter mon imagination !

 

caroux,loup,nemrod,homo sapiens

Je suis un amoureux des arbres, dont on découvre qu’il s’agit d’êtres bien plus complexes que l’on ne pensait. Ainsi ils collaborent et échangent des informations entre eux concernant l’arrivée de prédateurs, comme le révèle un excellent article que vous pouvez lire ICI. Ce jeune hêtre, qui a jaillit d’une anfractuosité dans le plateau rocheux, mérite toute notre admiration. Il n’a pas eu le choix de son implantation, sa graine ayant été apportée là par le vent, l’eau ruisselante ou un oiseau. Toujours est-il qu’il doit lutter contre la Tramontane qui souffle fréquemment et parfois violemment en ces lieux, tout en ne disposant pour croître que d’une maigre pitance tirée d’un sol aride.

 

 

caroux,loup,nemrod,homo sapiens

D’autres arbres colonisent les pentes dégagées entre les promontoires rocheux et retiennent ainsi le sol qui, sinon, disparaîtrait à la première pluie, entrainant sans doute ces empilements précaires de rochers qui semblent aussi fragiles que des châteaux de cartes.

 

caroux,loup,nemrod,homo sapiens

Le Caroux l’hiver présente une beauté austère qui nait du camaïeu de gris des rochers, teintés de vert par les mousses et lichens qui les recouvrent en partie, auxquels s’ajoutent les bistre, terre sienne brûlée et mauve des ramures des arbres et des bruyères fanées. Une écharpe de ciel bleu illumine l’horizon conférant à l’ensemble profondeur et sérénité.

Prenez le temps que vous voulez pour contempler cette beauté pendant que je vous quitte sur la pointe des pieds.

*****

Si vous appréciez ce blog, je vous invite à découvrir les chansons de mon nouveau CD "Ne perds pas tes rêves en chemin" sur :

Deezer (cliquez sur le nom)

ou les autres plateformes musicales Itunes, Spotify, Google play, Amazon...

Mes autres blogs:

Old Nut (Wix) où vous pouvez écouter librement toutes mes précédentes chansons

Canta-la-Vida où j'illustre certaines chansons en photos.

La dernière chanson mise en ligne s'intitule "I want to be a rockstar"

Piquesel : "bloc-note photos" où les photos sont accompagnées de commentaires humoristiques ou poétiques.

Vous pouvez y accéder en cliquant sur les noms figurant en haut de la colonne de droite


Texte & Photo Ulysse

 

23/12/2016

Va, cours, vole à Caissenols !

 

IMG_2671.JPG

 Hello ! Nous « revoilou », les petits loups d’Ulysse, au cœur de la montagne de Rosis sur le sentier qui monte au portail de Roquendouire. Malgré le temps maussade, notre papi a décidé de nous faire prendre l’air. Il faut dire qu’à Paris ces dernières semaines l’air était si pollué que l’on ne voyait même plus la Tour Eiffel, et Paris sans la tour Eiffel, ce n’est plus Paris ! Notre objectif est de se rendre au refuge de Caissenols pour y déjeuner. Dès le départ je mène le train, bon, il est vrai qu’en vertu de la convention de Genève relative à la protection des enfants je suis dispensé de porter un sac à dos !

 

IMG_2681.JPG

Nous voici presque en haut de la côte, plutôt rude, qui mène au portail et je continue de faire la course en tête. Certes, vous pourriez me faire insidieusement remarquer, que mon papi est forcément devant vu qu’il prend la photo, mais c’est tout simplement que je l’ai laissé passer à cet effet ! Non mais !

 

IMG_2683.JPG

Arrivés au portail, en attendant que les retardataires nous rejoignent, ma sœur Emilie, un peu vexée que je l’ai devancée dans la montée, me fait, pour m’épater, une démonstration d’escalade sur le portail de Roquandouire. Mais elle n’a aucun mérite vu qu’à 13 ans elle a déjà les jambes de Marie-José Perrec. A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire !

 

IMG_2687.JPG

La famille étant regroupée, nous prenons la direction du refuge de Caissenols. Le sentier beaucoup moins pentu et plus carrossable permet à ma sœur de cheminer à mes côtés, ce que j’accepte avec mon habituelle grandeur d’âme. Les Romains sont des gens civilisés !

 

IMG_2688.JPG

Passant sous un rocher ayant une forme chevaline, papi veut me faire croire qu’il s’agit du cheval de Troie que le déluge aurait transporté dans la montagne de Rosis. Il s’imagine qu’à 11 ans je vais encore croire aux fariboles qu’il me racontait quand j’étais petit ! Moi qui suis déjà un expert de l’antiquité, je sais bien que les troyens ont détruit le cheval de Troie et que le Déluge s’est passé bien avant que les Troyens aient enlevé la belle Hélène !

 

IMG_2690.JPG

Nous parlons ma sœur et moi des affaires du monde qui vont plutôt mal ces temps-ci, sans nous rendre compte que nous avons distancé le reste de la troupe, sauf notre photographe préféré bien entendu.  Parvenus à un col, nous devons donc les attendre. Ce n’est, je dois le reconnaître, qu’un juste retour des choses car, quand nous étions petits, nos géniteurs et grands géniteurs nous ont accompagnés dans nos premiers pas et ont fait preuve de patience à notre égard.

 

IMG_2693.JPG

En attendant nos ancêtres, nous méditons sur le sort de cet arbre mort qui se dresse encore fièrement dans la pente, refusant de céder à la loi de la gravité. Son tronc décharné évoque sa splendeur passé. Mais que reste-t-il des hommes quand ils meurent ? Mon papi me dit qu’il en reste de tendres souvenirs dans le cœur de ceux qu’ils ont aimés. Mais pour ce qui me concerne, je me souviendrai de lui surtout comme kidnappeur de doudous !

 

IMG_2694.JPG

Le sentier traverse un ruisseau et je mets un point d'honneur à le traverser sans l'aide de ma soeur. Les aînés dans les familles ont tendance à "écraser" leurs cadets, alors vous pensez bien que si je demande de l'aide à ma soeur qui est déjà la plus grande de sa classe et qui me regarde "de haut", je suis cuit.

 

IMG_2696.JPG

A peine la troupe est-elle regroupée, que nous entendons une cavalcade. Nous avons juste le temps d’apercevoir une bande de mouflons qui, ayant senti notre présence, dévalent vers le fond du vallon du Casselouvre. Mais ils sont trop rapides et ni notre papa ni Ulysse n’ont le temps de les photographier. Pourtant papi ne manque aucune occasion de nous vanter ses exploits de reporter photographique. Vous ne trouvez pas qu’il est un peu tartarin sur les bords notre papi !

 

IMG_2699.JPG

Nous reprenons notre périple et arrivons au hameau en ruine de Caissenols-le-Bas. La mousse qui recouvre les murets et les toits effondrés des maisons témoigne des décennies qui se sont écoulées depuis que ceux qui y ont vécu sont partis rejoindre le cheval de Troie et la Belle Hélène.

 

IMG_2738.JPG

Peu de temps après, nous arrivons à Caissenols-le-Haut, dont l’une des habitations a été restaurée par une association de bénévoles qui a effectué un travail remarquable, pour le plus grand bonheur des randonneurs qui passent dans le secteur. Qu’ils en soient remerciés, car c’est grâce à eux que ma sœur et moi pouvons à chaque vacances d’hiver déguster des œufs au plat cuits sur un feu de bois !

 

IMG_2704.JPG

Et nous voici attablés devant un magnifique feu de cheminée, la table éclairée par des bougies créant une ambiance de Noël avant l’heure. Papi nous laisse entendre que de vivre de tels moments vaut tous les cadeaux de Noël. Sûr que c’est un beau cadeau mais, bon, Emilie et moi on espère qu’il y aura quand même d’autres cadeaux au pied du sapin le jour de Noël !!

 

IMG_2714.JPG

Vient le moment de faire cuire les œufs au plat. Nous préférons que notre papa s’en occupe car papi a la fâcheuse habitude de transformer nos œufs en œufs brouillés, nous privant de l’indicible plaisir de tremper une fine tranche de pain dans le jaune de l’œuf, après avoir dégusté le blanc légèrement grillé !

 

IMG_2719.JPG

C’est une délicate opération de découper le blanc autour de jaune sans le crever pour le déguster « in fine ».

 

IMG_2726.JPG

Le repas terminé, nous nous rapprochons du feu pour nous réchauffer. Toutes celles et ceux qui ont une cheminée savent qu’à plus d’un mètre la chaleur qu’elle dégage est surtout « psychologique » ! Comme dit notre papi devant une cheminée on a le nez chaud et le cul froid !

 

IMG_2740.JPG

Les agapes terminées, nous prenons le chemin du retour, nos oreilles enchantées par le doux crissement des feuilles de châtaigniers que nos pieds font voler.

 

IMG_2749.JPG

Soudain à l’approche du portail de Roquandouire, la troupe de mouflons que nous avions aperçus le matin, traversent le chemin à une vingtaine de mètres devant nous. C’est avant l’heure, un beau cadeau de Noël que nous fait la nature.

 

IMG_2751.JPG

Nous contemplons admiratifs un jeune mouflon qui malgré son jeune âge bondit sur les rochers avec une agilité stupéfiante. Même dans sa jeunesse notre papi, qui se dit montagnard, n’a jamais dû grimper avec une telle facilité. Bon je reconnais quand même qu’il se débrouille pas mal avec le gros sac qu’il a sur le dos. Je dis cela surtout parce qu’il porte le déjeuner et que je ne voudrais en être privé lors de notre prochaine randonnée ! Le flatteur vit aux dépends de celui qui l’écoute, comme disait ce bon La Fontaine !

 

JOYEUX NOEL A TOUTES ET A TOUS

*****

Si vous appréciez ce blog, je vous invite à découvrir les chansons de mon nouveau CD "Ne perds pas tes rêves en chemin" sur :

Deezer (cliquez sur le nom)

ou les autres plateformes musicales Itunes, Spotify, Google play, Amazon...

Mes autres blogs:

Old Nut (Wix) où vous pouvez écouter librement toutes mes précédentes chansons

Canta-la-Vida où j'illustre certaines chansons en photos.

La dernière chanson mise en ligne s'intitule "Marie-Galante"

Piquesel : "bloc-note photos" où les photos sont accompagnées de commentaires humoristiques ou poétiques.

Vous pouvez y accéder en cliquant sur les noms figurant en haut de la colonne de droite


Texte & Photo Ulysse