suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/07/2016

De l'or sur le chemin du Plô des Brus

 

plô des brus,rosis,serre de more,compeyre,mouflons

Cela faisait longtemps qu’avec mon copain Gibus nous n’avions pas eu l’occasion de se faire une rando en « duo » compte tenu de nos nombreuses pérégrinations touristiques et des aléas météorologiques. Mais en ce lundi 20 juin, veille de l’été nous étions disponibles et le temps était quasi idéal ! Nous nous lançons donc à l’assaut du Plo des Brus, vaste plateau herbeux situé à plus de mille mètres d’altitude dans la montagne de Rosis. Partis du village de Compeyre, nous entamons l’ascension de la serre de More, hors d’œuvre qui permet à nos vieilles guiboles de retrouver le rythme avant d’entamer le plat de résistance qu’est la sente rocailleuse qui permet d’accéder au Plo.

 

plô des brus,rosis,serre de more,compeyre,mouflons

Le printemps plutôt maussade et frais a retardé la floraison des genêts qui, exceptionnellement, se conjugue avec celle des bruyères, stimulée par l’arrivée des premières chaleurs. Le mariage est somptueux et révèle le talent et la coquetterie de la nature qui parent ces vieilles montagnes du Languedoc d’une tunique odorante et enchanteresse. Tout au fond, on aperçoit notre objectif, le triangle herbeux du Plo coiffé d’une modeste pointe rocheuse. Autant dire qu’il nous reste pas mal de chemin à faire !

 

plô des brus,rosis,serre de more,compeyre,mouflons

Mais l’environnement est si enchanteur que nous avalons les montuosités de la serre de More sans nous en rendre compte, enfin presque ...!

 

plô des brus,rosis,serre de more,compeyre,mouflons

Après être passés au sommet de la serre (815m) nous dévalons vers le portail de Roquenduire, fragment de plateau sédimentaire porté à la verticale par la surrection des Pyrénées il y a environ 40 millions d’années ! Les dinosaures avaient déjà disparus et je n’étais pas encore né ! Que le temps passe vite !

 

plô des brus,rosis,serre de more,compeyre,mouflons

Une fois dépassé le portail, nous nous retournons pour admirer la serre de More recouverte d’or. Mais cet or, au contraire de celui enfoui dans les coffres des banques, n’a jamais rendu fou aucun homme, bien au contraire ! Sa vision nous réjouit, nous transporte en un pays qui n’a rien à envier au pays des merveilles d’Alice.

 

plô des brus,rosis,serre de more,compeyre,mouflons

Nous voilà engagés sur la sente abrupte qui mène au Plo des Brus et au fur et à mesure que nous prenons de l’altitude, un grandiose paysage se révèle à nos yeux. Peu nous chaut alors que nos articulations grincent, nos cœurs battent la chamade ou que nos poumons jouent les soufflets de forge, la seule vision de ce paysage est un élixir de jouvence.

 

plô des brus,rosis,serre de more,compeyre,mouflons

Nous arrivons au pied des falaises qui bordent le Plô des Brus. C’est toujours émouvant de contempler les entrailles de notre chère planète qui témoignent de sa jeunesse tumultueuse. Alors que notre société vit de plus en plus dans l’urgence, dans l’instantané, dans l’éphémère, la contemplation de la nature nous réinstalle dans la chaine infinie du temps.

 

plô des brus,rosis,serre de more,compeyre,mouflons

Nous suivons la piste qui longe ses falaises et approchons du but sous le regard bienveillant d’un arbuste qui semble prêt à nous tendre une branche secourable pour franchir le dernier obstacle rocheux.

 

plô des brus,rosis,serre de more,compeyre,mouflons

Nous traversons le Plô des Brus déçus de ne pas y apercevoir des mouflons qui apprécient habituellement cette zone herbeuse. Mais le vent qui ne nous est pas favorable les a probablement avertis de notre présence. De toute façon, hormis le sanglier dont le développement anarchique a été favorisé par les sociétés de chasse dans les années 80,  il est de plus en plus difficile d'observer des animaux sauvages dans notre pays dont les politiques, au lieu de gérer courageusement les affaires du pays, passent leurs mandats à faire la pêche aux voix et à ce titre choient les chasseurs et pseudo éleveurs, et se moquent comme d'une guigne du sort de la faune sauvage, autorisant même l'assassinat de loups pourtant protégés par la convention de Berne. 

 

 

plô des brus,rosis,serre de more,compeyre,mouflons

Nous prenons alors la direction du col de l’Ourtigas en traversant une vaste pinède dont le sol est couvert de myrtilliers qui font le régal des randonneurs vers le milieu de l’été.

 

plô des brus,rosis,serre de more,compeyre,mouflons

Parvenus au col de l’Ourtigas nous descendons vers le refuge de Caissenols où mes fidèles lecteurs se sont souvent régalés d’omelettes cuites au feu de bois lors de nos sorties hivernales. Mais aujourd’hui le temps étant estival, nous nous contentons d’un modeste sandwich arrosé néanmoins d’un nectar du pays d’Oc.

 

plô des brus,rosis,serre de more,compeyre,mouflons

Puis nous repartons vers le portail de Roquenduire où l’intense soleil de l’après midi magnifie l’or des genêts .

 

plô des brus,rosis,serre de more,compeyre,mouflons

Et nous gravissons de nouveau la serre de More, cheminant de tas d’or en tas d’or…..heureux « crésus » épargnés par la malédiction !

 

plô des brus,rosis,serre de more,compeyre,mouflons

Nous abordons une zone où les bruyères l’emportent ce qui repose nos yeux aveuglés par l’or des genêts.

 

plô des brus,rosis,serre de more,compeyre,mouflons

Une fois dépassé le dernier cairn qui orne la serre de More, nous plongeons vers le torrent du Casselouvre en vue d’y rafraîchir nos abattis brûlés par le soleil.

 

plô des brus,rosis,serre de more,compeyre,mouflons

Et l’eau du torrent tient ses promesses, jaillie un peu en amont des entrailles fraiches de la Terre. Ragaillardis, c’est d’un pas allègre que nous parcourons les derniers kilomètres qui nous ramènent à notre monture où nous attendent nos deux fidèles  "blondes" Heine et Ken !

 

 

plô des brus,rosis,serre de more,compeyre,mouflons

Aujourd’hui, 3 juillet, j’ai soixante dix balais, de quoi faire un grand ménage dans mon existence pour me débarrasser de l’accessoire et ne me préoccuper que de l’essentiel. J’ai passé ma vie par monts et par vaux, navigué à travers tous les océans, posé le pied sur presque tous les continents, vécu dans divers pays étrangers, et parcouru au total à pied, à vélo, en voiture, en bateau et en avion environ trois tours de terre. J’ai compris très tôt que c’est le pays, c’est à dire la culture au sein de laquelle on nait, qui nous différencie et non les prétendues races où les illusoires différences de couleur de peau qui ne sont pas plus importantes que celles de nos yeux. Et si l’on peut se trouver heureux d’être né quelque part,   je ne comprends pas que l’on puisse s’en déclarer « fier » car l’on n’ y est pour rien et puis cela dénote un sentiment de supériorité inapproprié. J’ai constaté qu’au delà d’un minimum indispensable, l’argent ne contribue en rien au bonheur et que ceux qui consacrent leur vie à l’accumuler sont des infirmes de l’esprit et du cœur. Je pense que le partage nous enrichi et le repli sur soi nous appauvrit. J’ai constaté qu’il ne servait à rien de vouloir à tout prix avoir raison dans la mesure où la véritable réalité des choses nous échappera toujours et qu’il faut être tolérant vis à vis des opinions d’autrui, même si elles nous dérangent, pour autant qu’elles ne nuisent à personne. Une dernière chose : à force de fréquenter souvent monts et vallons, bois et forêts, j’ai gardé bon pied bon œil mais de la mousse a poussé dans mon nez et mes oreilles, ce qui me permet de prétendre que je suis un peu dur de la « feuille », argument très utile pour n’entendre ce que je veux bien entendre et ne faire que ce que je veux faire ! L’âge a ses faiblesses mais aussi ses privilèges !

 

A votre santé !

*****

Je viens de publier mon dernier CD "Bulles de savon" sur les plateformes musicales Deezer, Itunes, Fnac Juke box, Google play etc...

Voici le lien vers : DEEZER

 

Mes autres chansons sont publiées sur mon blog musical en accès libre

OLD NUT

(cliquez sur le nom en rouge)

 

Texte & Photos Ulysse

10/06/2016

Périple Cathare - 4 - A l'assaut du château de Puilaurens

 

puilaurens,cathare,simon de montfort,aragon

Aujourd’hui je vous emmène à la découverte du château de Puilaurens, situé à la limite de l’Aude et des Pyrénées-Orientales. Perché à près de 700 mètres d’altitude, sur le mont Ardu – qui porte bien son nom - ce château domine le village de Lapradelle, au milieu d’une forêt de sapins.

 

puilaurens,cathare,simon de montfort,aragon

La première mention de ce château remonte à 985. Il appartient alors à l’abbaye de Saint-Michel-de-Cuxa (autre merveille à visiter dans la région, voir l’article de mon blog ). Le premier châtelain connu de Puilaurens, Pierre Catala, est témoin de la soumission de Peyrepertuse (que nous avons visité la semaine passée) à Simon de Montfort. Mais le château de Puylaurens, dans lequel se réfugient des cathares, ne tombe pas aux mains de l’infâme Simon. Toutefois le château passe finalement sous le contrôle du roi de France vers 1250 quand le Roi d’Aragon admet sa défaite. Défendant alors la frontière face à l'Aragon, le château est occupé par la plus importante garnison de toute la frontière. Jusqu’au Traité des Pyrénées (1659) il subit à maintes reprises des incursions espagnoles mais résiste. Mal défendu et peu entretenu dès la fin du XVIIème siècle, il est définitivement abandonné à la Révolution. 

 

puilaurens,cathare,simon de montfort,aragon

Malgré son abandon, il a conservé l’ensemble de ses formidables murailles dont la vue nous fait comprendre pourquoi Simon de Montfort,  un chef de guerre pourtant orgueilleux et sanguinaire  agissant au nom d’une église prêchant soi disant la miséricorde (Dieu reconnaîtra les siens !) n’a pu en venir à bout.

 

puilaurens,cathare,simon de montfort,aragon

Tout en faisant le tour des imposantes ruines qui subsistent, revenons sur cette épopée cathare dont le souvenir est resté vif en Languedoc, ce qui est légitime car ses adeptes ont été injustement et horriblement persécutés.Les fondements de la foi des Cathares faisaient d’eux des croyants tolérants et respectueux des autres. Ils étaient pacifiques et vivaient en bonne intelligence avec les croyants catholiques qui les toléraient également.

 

 

puilaurens,cathare,simon de montfort,aragon

Ils étaient appréciés et soutenus par les commerçants, les artisans et les bourgeois, car ils étaient favorable au travail manuel, au commerce et au prêt d'argent (alors que l'église catholique condamnait à l’époque le prêt avec intérêt, ce qui ne l’empêchait pas de s’enrichir !) ainsi que par les femmes, qu'ils considéraient comme les égales des hommes. Ils avaient enfin le soutien de leurs seigneurs qui voyaient en eux des sujets industrieux et pacifiques.

 

 

puilaurens,cathare,simon de montfort,aragon

Mais le pape Innocent III à la fin du XIIème siècle a considéré que les cathares constituaient une menace pour l'église catholique car leur dogme et leur conduite affaiblissent ses positions morales et matérielles. Il faut dire que la corruption et le train de vie de la hiérarchie catholique, conjugués à la volonté de puissance de la papauté choquaient alors de nombreux fidèles. Il a réussi à persuader le Roi de France, Philippe Auguste, à organiser une croisade contre ces « hérétiques » (désignés aussi par le terme d'Albigeois, Albi étant l'un de leurs centres les plus actifs) qui en a tiré un immense bénéfice : la mainmise sur la région ! 

 

puilaurens,cathare,simon de montfort,aragon

Aujourd’hui cette page sanglante de notre histoire est tournée, mais pas tout à fait oubliée et les seuls assaiilants auxquels doit faire face le château est celui d’arbres audacieux et un brin inconscients qui partent à l’assaut leurs murailles !

 

puilaurens,cathare,simon de montfort,aragon

Leur histoire mouvementée confère à ces châteaux une aura romantique et dramatique. Mais même en temps de paix ceux qui y vivaient, y compris les seigneurs et les soldats de haut rang, étaient loin d'y mener une vie de"château". La rareté de l'eau, l'isolement, les difficultés d'approvisionnement, l'exiguïté de l'espace, le fait d'être entouré de hauts murs ne rendaient guère leur sort enviable. Les châteaux d'agrément comme Chambord  ou Versailles sont venus bien plus tard où la gabegie et le gaspillage étaient la règle, comme d'ailleurs aujourd'hui dans les palais de notre république et notamment ceux de l'Elysée, de Bourbon et du Luxembourg où une "noblesse" d'Etat mène grand train de vie aux frais de leurs con-citoyens......

 

*****

Je viens de mettre en ligne une nouvelle chanson "Marie-Galante"sur mon blog

PIQUESEL

Mes autres chansons sont publiées sur mon blog musical

OLD NUT

(cliquez sur le nom des blogs)

 

 

 

 

04/06/2016

Périple en pays cathare -3 - A l'assaut du château de Peyrepertuse

cathare,peyrepertuse,bugarach,cucugnan

Aujourd’hui je vous emmène à l’assaut du Château de Peyrepertuse, dont le nom veut dire pierre trouée, une arche de pierre creusée par la pluie et le vent se trouvant à proximité. Ce château est l’une des cinq citadelles « du vertige » qui ont servi de refuge aux Cathares. Il se déploie sur la crête d’un éperon rocheux à 800mètres d’altitude sur près de 9000 m2 ce qui lui a valu le surnom de « Carcassonne céleste ». Ses murailles prolongent et se confondent avec les falaises vertigineuses qui le bordent.

 

cathare,peyrepertuse,bugarach,cucugnan

Son seigneur Guillaume de Peyrepertuse qui avait pris fait et cause pour les Cathares se rendit, malgré ses fantastiques murailles, aux troupes de Louis IX en 1240. Ce dernier fit agrandir et consolider le château pour assurer la défense de la frontière, cette région étant tombée dans sa royale escarcelle. L’histoire des nations n’est qu’une longue série de pillages !

 

cathare,peyrepertuse,bugarach,cucugnan

Ce site aurait été occupé par les romains au 1er siècle avant J.C. mais il ne reste rien de leurs constructions dont les pierres ont été récupérées pour bâtir le  château aux environs de 1070.

 

cathare,peyrepertuse,bugarach,cucugnan

Il comporte deux parties, la plus ancienne nommée aujourd’hui « donjon vieux » est orientée vers le sud-est et offre une vue au loin sur le château de Quéribus, minuscule silhouette fichée sur un promontoire rocheux et que nous avons visité la semaine passée.

 

cathare,peyrepertuse,bugarach,cucugnan

On ne risquait guère de s’éterniser dans les « commodités » de l’époque qui pouvaient à l’occasion servir à repousser les éventuels assaillants !

 

cathare,peyrepertuse,bugarach,cucugnan

On perçoit ici l’art des bâtisseurs qui ont parfaitement imbriquées les constructions aux accidents du terrain

 

 

cathare,peyrepertuse,bugarach,cucugnan

 

Ainsi le château et le socle rocheux sur lequel il est édifié ne font qu’un : parfaite symbiose minérale qui résiste vaillamment aux effets délétères du temps. On mesure le courage et la difficulté de ceux qui en ont fait le siège et ont dû subir de lourdes pertes avant d’en venir à bout. Mais comme pour toutes les batailles, ceux qui mourraient n’étaient hélas pas ceux qui décidaient de faire la guerre.

 

 

cathare,peyrepertuse,bugarach,cucugnan

Nous quittons le  Donjon Vieux pour rejoindre le Donjon San Jordi construit par Saint louis sur un promontoire en surplomb.

 

cathare,peyrepertuse,bugarach,cucugnan

Un escalier moderne et sécurisé mais abrupt y accède qui a remplacé une sente rocheuse et glissante où il ne faisait pas bon s’aventurer les jours de grand vent .

 

cathare,peyrepertuse,bugarach,cucugnan

Le vaste paysage que l’on y contemple n’est, hélas, guère mis en valeur par le temps maussade qui règne en ce jour, nous sommes pourtant mi mai, période éminemment clémente dans le sud. Comme nous l’a dit l’aubergiste le matin même: il n’ y a plus de printemps !

 

cathare,peyrepertuse,bugarach,cucugnan

On y découvre aussi la partie basse de la forteresse qui ressemble à un galion de pierres voguant entre terre et ciel. Mais ce galion est un vaisseau fantôme que son équipage a déserté. Espérons que les temps troublés qu’il a connu ne reviendront pas et qu’il restera désert pour l’éternité se contentant d’offrir sa beauté austère à nos yeux éblouis.

 

 

cathare,peyrepertuse,bugarach,cucugnan

Au loin nous découvrons le Bugarach, qui avec ses 1230 mètres est le plus haut sommet de l’Aude. Il a connu en 2012 une notoriété mondiale, une secte ayant considéré que c’était le seul lieu qui serait épargné par la fin du monde, qui aurait dû se se produire le 21 décembre de cette même année. Selon cette secte, le pic de Bugarach devait être épargné car l'ordre des couches géologiques qui le composent a été inversé du fait de la tectonique des plaques lors de la poussée des Pyrénées, à l'ère tertiaire, des strates calcaires datant de plus de 135 millions d'années s’étant posées au-dessus de formations âgées de 15 millions d'années. Cette anomalie géologique aurait inversé les pôles magnétiques du site, selon ces prophètes qui pensaient qu’une inversion des pôles magnétiques de la Terre allait se produire le 21 décembre, provoquant une inversion de la rotation de la Terre et donc la fin du monde. Dès lors, le Pic de Bugarach, avec ses pôles magnétiques déjà inversés, devait être un refuge sûr. A cause de ces farfelus le site a dû être interdit d’accès pendant plusieurs jours car des centaines de personnes voulaient s’y réfugier !

 

 

cathare,peyrepertuse,bugarach,cucugnan

Mais contemplons d’un peu plus près ce seigneur du lieu que nous avons prévu de gravir dans les jours à venir si le beau temps daigne revenir …..Ce sera pour une prochaine note !

 

A suivre….

 

*****

Je viens de mettre en ligne une nouvelle chanson chantée par mes petits loups, Emilie et Romain, qui s'intitule "Dis papa y a-t-il un monde au delà de l'horizon..."sur mon blog

PIQUESEL

Mes autres chansons sont publiées sur mon blog musical

OLD NUT

(cliquez sur le nom des blogs)

 

27/02/2016

En raquettes dans le Queyras - 3 - Montée à la cabane de Peyroun (2100mètres)

queyras,raquettes,vin chaud,antonomase,thermos

Jusqu’à présent la météo nous a été favorable et nous a gratifiés de journées ensoleillées, mais ce matin il en va tout autrement : un plafond de nuages bas engloutit les sommets. Mais il en faut plus pour nous faire renoncer à notre virée en raquettes et d’ailleurs nous avons payé pour ça ! Nous partons de l’Echalp (1700mètres) en vue d’aller pique-niquer à la cabane de Peyroun, perdue dans les nuages à environ 2100 mètres d’altitude.

 

queyras,raquettes,vin chaud,antonomase,thermos

Bien que la marche en raquettes sur des pentes neigeuses soit une activité relativement sportive, nos organismes ont du mal à se réchauffer et la pause « thé-café-friandises » que nous propose Patrick, notre excellent et attentionné guide, est la bienvenue ! Je salue au passage l’écossais Sir James Dewar qui inventa en 1893 le concept de la bouteille isotherme – si précieuse aux montagnards - que la société allemande Thermos se dépêcha de lui piquer en développant un brevet. Depuis par antonomase on désigne tout récipient de ce type par le nom de « thermos » !

 

 

queyras,raquettes,vin chaud,antonomase,thermos

Nous poursuivons notre ascension avec pour seul bruit le crissement ouaté de nos raquettes qui s’enfoncent dans la neige. A part un éphémère coin de ciel bleu qui, par moments, se dévoile, nous évoluons dans un décor fait de camaïeu gris qui incite au repliement sur soi. Avec une couette de nuages sur la tête et un tapis molletonné de neige fraîche sous les pieds, l’esprit s’engourdit et se laisse aller à des rêveries bercées par le balancement de la marche.

 

queyras,raquettes,vin chaud,antonomase,thermos

Nous arrivons à la cabane de Peyroun, à peine réchauffés malgré notre ascension. Patrick, plein de sollicitude et soucieux de conserver ses amis clients en bon état de marche jusqu’à la fin de la semaine, nous fait un feu de bois. Qu’il en soit remercié ! Certes l’effet calorifuge est plutôt limité au bas des mollets et aux mains que l’on expose au dessus du feu, mais il s’accompagne d’un effet psychologique équivalent à l’effet placebo des pseudos médicaments. Les mystères et subtilités de l’esprit humain sont insondables, enfin sauf pour certains animateurs de journaux télévisés très à la mode qui sont plutôt apparentés à la famille des « bûches ».

 

queyras,raquettes,vin chaud,antonomase,thermos

Notre lieu de pique-nique nous offre une vue imprenable sur le Mont Viso (3841 mètres) l’un des plus haut sommets des alpes italiennes et au pied duquel le Pô prend sa source. Ceci explique qu’il est très souvent recouvert de nuages, nés de l’évaporation issue de ce fleuve.

 

queyras,raquettes,vin chaud,antonomase,thermos

Mais la neige commence à tomber et Patrick donne le signal du départ avant que l’on ne soit transformés en bonhommes de neige.

 

queyras,raquettes,vin chaud,antonomase,thermos

Le brouillard envahit le vallon où l’on progresse et gomme les sommets environnants qui deviennent des masses fantomatiques sans aucune matérialité.

 

queyras,raquettes,vin chaud,antonomase,thermos

La neige redouble accompagnée d’un blizzard qui abaisse rapidement la température ressentie, nous obligeant à fermer soigneusement nos écoutilles. Patrick imperturbable garde le cap, sa capacité à trouver le bon chemin dans un environnement aussi hostile où rares sont les repères suscitant notre admiration.

 

queyras,raquettes,vin chaud,antonomase,thermos

Nous passons près de la cabane de Médilles qui sert d’abri aux bergers qui montent pour l’estive. Mais son confort rustique n’incite pas à une halte et seul son attrait photogénique suscite un peu d’intérêt chez les photographes du groupe qui ont le courage de quitter leurs moufles pour prendre la photo ! (Merci Ulysse ! De rien mes amis mais ça vaut bien un vin chaud!)

 

queyras,raquettes,vin chaud,antonomase,thermos

Nous poursuivons notre descente en silence, le sentiment de notre existence amplifié par l’onglée qui pince les doigts, le blizzard qui glace nos joues et gerce nos lèvres, mais aussi par cette exaltante lutte contre les éléments qui procure un sentiment de bonheur indicible : nous nous sentons pleinement vivants !

 

queyras,raquettes,vin chaud,antonomase,thermos

Patrick, avec une grande sollicitude, nous aide à franchir quelques rochers entourés de plaques de glace pas faciles à négocier en raquettes. Ce sera la seule (petite) difficulté technique de notre parcours. La raquette est un sport accessible à tous ceux qui aiment marcher et qui ne craignent pas les pentes. Il permet l’hiver d’accéder à de sublimes sites montagnards vierges de toute pollution humaine.

 

queyras,raquettes,vin chaud,antonomase,thermos

Nous voilà revenus sur le plancher des vaches, expression qui, ici, a toute sa justification, car l’hiver les vaches sont bien au chaud dans les étables de la vallée. Et d’ailleurs, sans plus attendre nous nous précipitons vers notre propre « étable » où nous attend un (voire deux  pour certains que vous connaissez bien !)  vin chaud !

 

queyras,raquettes,vin chaud,antonomase,thermos

La nuit approchant, la couverture nuageuse se déchire donnant au soleil l'occasion de faire son show habituel. Je ne sais si c'est l'effet du vin chaud mais les nuages m'apparaissent plus roses que d'habitude ! Cela dit je n'en suis pas encore au point de voir des éléphants roses ! 

 

A suivre…..

 

******

Vous aimez lire mes récits de randonnée, alors sans doute apprécierez vous la chanson "Léo, là haut" que j'ai composée en hommage à la randonnée montagnarde - cette passion que je partage avec vous - et que vous pouvez écouter sur mon blog PIQUESEL (cliquez sur le nom)

 

Texte & Photos  (sauf les N° 4 & 6 C. Harmoy) Ulysse