suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/01/2011

Rêveries un soir de décembre au bord du bassin de Thau

 

DSC00352.JPG

 

Le soleil commence à se glisser  dans sa couette de nuages, mais des lambeaux de ciel bleu subsistent vers l'orient, qui se reflètent dans le bassin et lui donnent un air de Méditerranée. Deux voiliers, las de leur immobilité, attendent de prendre le large. Des promeneurs au loin contemplent le rivage puis les voiliers : cèderont-ils à cette invitation au voyage ? Et toi cher(e) lecteur ou lectrice n’as tu pas envie de larguer les amarres et de partir ? Là bas, loin très loin derrière les collines mauves se trouve Cipango le pays aux toîts d’or. Mais l’or justifie-t-il le voyage ? Ne part-on pas plutôt pour se trouver ?

 

DSC00353.JPG

 

Voici le phare des Onglous posté à l’entrée du Canal du Midi dont le fil d’eau virtuel se poursuit jusqu’à Sète, sise sur le Mont Saint Clair, que l’on aperçoit de l’autre coté du bassin. Son lampion est pour l’heure éteint car c’est un noctambule. Mais quand la nuit viendra, il fera de l’œil à son ami la lune. Dans le ciel passe une mouette, petite boule de vie dans cet univers figé. A-t-elle conscience de sa beauté ?

 

DSC00368.JPG

 

Les pierres manquantes sur le chemin qui mène au phare et la rambarde en partie démantelée témoignent des tempêtes qu’il doit parfois affronter. Qui le croirait à voir cette eau immobile, vaste miroir où il aime à se contempler ?

 

DSC00359.JPG

 

Englués dans la routine de notre quotidien aux horizons bornés, l’infini de l’horizon marin nous fascine et nous rappelle la singularité et la puissance de notre esprit capable de l’appréhender.  Les poissons qui y nagent savent-ils que la mer est vaste ?

 

 

DSC00364.JPG

 

Les piquets qui tendent les filets qui traversent l’étang sont plus hauts que le Mont Saint Clair : magie de la perspective ! Prenez du recul par rapport à vos soucis, vous les verrez s’amenuiser !

 

DSC00365.JPG

 

Sous la lumière rasante l’eau perd sa transparence et apparaît si dense que je suis un instant tenté d'y marcher. Mais étant un homme de peu de foi je ne m’y risque pas !

 

DSC00351.JPG

 

Le soleil décline et le bassin devient une copie conforme du ciel. les reflets ont plus d’intensité que le monde réel. Ne vivons nous pas quand nous rêvons et ne rêvons  nous pas quand nous croyons vivre ?

 

DSC00388.JPG

 

Soudain la terre semble s’être arrêtée de tourner, plus un mouvement n’affecte le paysage. Je  retiens mon souffle pour préserver cet instant qui a un air d’éternité…

 

DSC00372.JPG

 

C’est l’heure où surgissent du fond des eaux les bateaux fantômes. Mais il faut ne pas succomber à la tentation de monter à bord si l’on ne veut pas  s’endormir à jamais dans les bras d'une sirène.

 

DSC00366.JPG

L’or du soleil a déteint sur sa couette de nuages dont le reflet illumine les eaux du bassin de Thau

 

DSC01454.JPG

Quelques mouettes prennent alors un bain d'or avant d'affronter les frimas de la nuit.

 

 

DSC01476.JPG

C'est l'heure où la contemplation du paysage nous fait partir en voyage au delà de l'horizon.

 

 

DSC01485.JPG

 

Nous voguons alors en silence vers le lieu où le soleil sombre dans l'horizon. Et soudain nous étreint l'angoisse qu'éprouvaient les anciens égyptiens : reviendra-t-il demain ?


Texte & Photos Ulysse

 

09/01/2010

Douce est la vie le long du canal du Midi (fin)

 

DSC08550.JPG

Revigorés par notre pause gastronomique, nous flânons quelques instants le long du Canal qui traverse Castelnaudary. Le soleil enfin revenu illumine les façades colorées des habitations bordant ses rives, conférant au lieu un air vénitien.

 

DSC08565.JPG

Puis c’est le retour vers Bram . Les platanes semblent se livrer à un concours de beauté, comparant leurs reflets dans les eaux quasiment immobiles du canal. Ils sont, au demeurant,  forts marris de ne susciter aucun intérêt  de la part de la belle qui passe, plus préoccupée de maîtriser son guidon que de contempler le paysage !

 

 

DSC08572.JPG

Il y a deux appareils qui permettent aux hommes de se croire plus intelligents que les femmes : le vélo avec changement de vitesses et l’appareil photo à réglage manuel ! Car effectivement il semble y avoir une incapacité chromosomique féminine à comprendre et maîtriser les subtilités du braquet et du diaphragme. Pour le reste c’est sûr, nous sommes constamment en infériorité, exception faite bien évidemment de la lecture des cartes routières ! Mais hélas avec l’invention du GPS nous avons perdu cet avantage !

 

 

DSC08577.JPG

Malgré la vision idyllique que l’on peut avoir, en lisant ce reportage, d’une balade en vélo le long du canal du Midi, je dois honnêtement mettre en garde celles et ceux qui ne sont pas des pratiquants de la bicyclette.

Car cet engin se transforme très vite en instrument de torture pour votre fondement. Vous pouvez acheter la Rolls Royce des selles, et la recouvrir d’un matelas de gelée, rien n’y fait ! Au bout de 20 km vous commencez à avoir l’impression que l’on vous empale !

Il s’agit là de l’inévitable effet de la loi de la gravité dû au fait que vous avez entre 50 et 80 kilogrammes de muscles et d’os (pour certains ce n’est pas que du muscle !)  qui reposent sur quelques centimètres carrés !

 

 

DSC08597.JPG

Deux solutions s’offrent alors à vous : Soit supporter stoïquement le supplice en se disant qu’avec le temps votre postérieur deviendra insensible, ce qui nécessite d’adopter un régime avec selle et de s’y tenir ! De toute façon, au prix où sera bientôt le pétrole, on risque de tous y venir !

L’autre solution est  de vous mettre en « danseuse » à l’exemple des grimpeurs du Tour de France, mais la technique n’est pas de tout repos et il faut aimer danser !

 

DSC08602.JPG

Vous avez aussi bien sûr la possibilité à tout moment de vous arrêter et de contempler le paysage environnant le canal.  Mais ce n’est que reculer pour mieux sauter, car les kilomètres restant à parcourir n’en rétrécissent pas pour autant.

 

DSC08607.JPG

Cela dit la sérénité et la beauté des lieux compensent largement cet inconvénient. Et puis si jamais vous craquez, il vous est toujours possible de faire du bateau stop !

 

 

DSC08621.JPG

A chaque écluse, vous avez amplement le temps de faire connaissance et de choisir un bateau correspond à votre standing et des membres d’équipage à votre goût.  Le seul problème, et il n’est pas mince, est que ceux-ci soient d’accord pour vous inviter à bord, le bateau, comme vous le savez sans doute, étant le plus redoutable test que puisse subir une amitié.

 

 

DSC08624.JPG

Pour notre part, nous avons préféré rester sur nos vélos mais il est vrai que nous avons le fondement un peu endurci par une pratique régulière ...dudit vélo !

 

DSC08635.JPG

Le canal est ourlé de ponts, véritables bagues de pierre qui permettent de le traverser à pied sec .  Au total 328 ouvrages d’arts ont été construits : ponts, déversoirs, canelets, épanchoirs, aqueducs qui ont permis d'assurer au travers des âges son bon fonctionnement et cela, par tous les temps.

 

 

DSC08634.JPG

Ainsi se termine notre périple le long de ce canal, pari fou, pari gagné d’un homme de relier deux mers, trait d’union d’eau entre les villes et les hommes où il fait bon aujourd’hui flâner…

Y-t-il des hommes aujourd'hui prêts à engager leur réputation, leurs biens et leur vie pour servir l'intérêt général, personnellement je n'en connais point. Ils oeuvrent anonymement dans les ONG ou ailleurs et ne fréquentent pas les palais de la République.

Texte & Photos Ulysse

05/01/2010

Douce est la vie le long du Canal du Midi (1ère partie)

 

DSC08431.JPG

Nous allons commencer l'année 2010 en douceur car comme dit le proverbe italien  "chi va piano, va sano e va lontano ". Je vous invite donc aujourd’hui à une escapade vélocipédique le long du Canal du Midi, œuvre du génial Pierre Paul Riquet, qui y consacra ses biens et sa vie et mourut hélas peu de temps avant son inauguration.

D’excellents sites existent qui vous diront tout de cette œuvre unique, inscrite au patrimoine mondial de l’humanité, aussi je me limiterai, dans mon récit aux aspects bucoliques et pratiques, de ce lieu.

Bien que parfaitement plat, le canal du Midi n’est pas pour les vélocrates qui ne prennent leur biclou que pour aller chercher leur baguette, histoire de faire croire à leur jeune et jolie boulangère que ce sont de grands sportifs. Le canal fait, en effet, plus de 600km de long ponctués par d’innombrables écluses et ouvrages d’art.

 

 

DSC08450.JPG

Il faut donc de bons mollets pour en venir à bout, ainsi qu’un minimum de pratique et un excellent sens de l’équilibre pour déjouer les pièges tendus par les racines de platanes qui ornent ses rives, hormis sur certains tronçons restaurés, comme celui que nous allons parcourir aujourd’hui qui va de Bram à Castelnaudary (32km A.R.)

Le canal du Midi est un lieu de quiétude en marge du monde, sauf quand des abrutis en « quad » ou en motos dites « vertes » envahissent ses rives. Mais il faut hélas se résigner à ce que certains bipèdes ne puissent vivre que dans le vacarme et la fumée qui compensent le silence et le vide sidéral qui règne dans leur lobe frontal.

 

 

DSC08498.JPG

Le canal est un lieu pour ceux qui chérissent la lenteur, surtout quand on le parcourt en bateau...

 

DSC08467.JPG

La vie s’écoule alors au rythme de la respiration des écluses, vastes sabliers aquatiques qui s’emplissent et se vident d’eau pour permettre le passage des bateaux

 

 

DSC08487.JPG

Les méandres du canal offrent un spectacle sans cesse renouvelé de jeux d’ombres et de lumières et de reflets aquatiques.

 

 

DSC08494.JPG

C’est un terrain de jeux idéal et un lieu de bombance pour les  canards qui quémandent leur pitance aux plaisanciers .

 

 

DSC08509.JPG

Jeunes qui cherchez un emploi d’avenir non menacé par les délocalisations qui dévastent industries et services, devenez éclusier, car le canal du Midi, malgré le réchauffement climatique annoncé, n’est pas près d’être asséché !  En outre vous  ferez chaque jour de nouvelles rencontres et vous serez logé, avantage inestimable en ces temps de crise du logement.

 

 

DSC08516.JPG

Que serait le canal sans les platanes :  qu'un morne serpent d’eau verdâtre ! Mais avec leurs bataillons de fûts élancés et leurs frondaisons denses, il prend l’allure d’une Amazone domptée.

 

 

DSC08521.JPG

Hélas, un sort funeste menace ces vénérables arbres  car le chancre coloré, sans doute introduit en France dans les caisses de l’armée américaine en 1945, a gagné le sud de la France et a commencé a les décimer. Il n’existe pas de remède sinon de couper et de brûler les sujets malades pour éviter que cette « peste » ne se propage !

 

 

DSC08546.JPG

Mais nous voilà arrivés à Castelnaudary dont l’immense « réservoir » dominé par la collégiale Saint Michel  était autrefois le principal port du Laurageais. De ses quais partaient des barges chargés de céréales à destination de Narbonne et de Béziers.

 

 

DSC08537.JPG

Aujourd’hui on y fait halte pour célébrer un des chefs d’oeuvre de la gastronomie française :  le cassoulet ! Vous savez sans doute que ce plat est objet de litige entre Castelnaudary, Toulouse et Carcassonne, qui revendiquent toutes trois d’en être à l’origine et d’avoir la seule vraie recette de cassoulet !

Pour arbitrer cette rivalité, Prosper Montagné, grand chef languedocien du début du XXème siècle a forgé une métaphore :

« Le cassoulet, c'est le Dieu la cuisine occitane, Dieu le père c'est le cassoulet de Castelnaudary, Dieu le fils c'est celui de Carcassonne et le saint esprit c’est celui de Toulouse. »

Quant à celui que nous avons dégusté dans un restaurant de Castelnaudary , qui nous a été recommandé par un éclusier et qui se nomme  l'Escapade,  il était effectivement divin !

PS : ce restaurant  se trouve au 2, Avenue François Mitterrand à 200m, à droite sur la route qui mène au centre ville, quand on quitte la berge du canal juste avant d’arriver au réservoir (04 68 23 45 58 et 06 23 37 46 95)

A suivre …

Texte & Photos Ulysse