suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07/11/2015

Omelette aux cèpes au sommet !

 

IMG_5634.JPG

Après avoir fait mille et une virées dans le Caroux, Gibus et moi ne pensions pas que ce vieil ami avait encore des secrets pour nous. Et bien nous étions dans l’erreur car aujourd’hui nous avons eu droit à une magnifique et éprouvante surprise ! Laissez moi vous conter notre aventure ! Nous voici donc partis, Gibus et moi, en ce matin frisquet, de Saint Martin de l’Arçon, pittoresque village ancré sur le contrefort du versant méridional du Caroux. Notre objectif est d’aller déjeuner au refuge de Font Salesse en empruntant successivement la piste dite du ruisseau de Saint Martin de l’Arçon puis celles des Biterrois, du Garrel et enfin du Peyro-Grosso, un itinéraire  assez sportif mais sans difficulté technique particulière.

IMG_5644.JPG

Mais le sort ou les dieux (je vous laisse le choix selon vos croyances)  en décide autrement. En effet, parvenus à l’embranchement d’où part notre itinéraire, nous apercevons un cairn placé sur un rocher qui émerge dans le sous bois en amont, que nous n’avions jamais repéré jusqu’alors. Généralement les cairns signalent une voie d’accès et, toujours à l’affut de nouveaux itinéraires, nous nous décidons à suivre la direction indiquée.
 

 

IMG_5645.JPG

Très vite nous découvrons qu’il n’ y a pas à proprement parler de chemin, les cairns nous conduisant peu à peu vers un chaos rocheux qui suit la ligne de crête d’un repli montagneux montant jusqu’au sommet du Caroux.

 

 

IMG_5653.JPG

Nous progressons donc en grimpant et dégrimpant des amas de rochers en équilibre plus ou moins stable et dont nous craignons à tout moment qu’ils ne basculent sous nos pieds .

 

 

IMG_5659.JPG

Malgré notre goût pour l’imprévu nous sommes un tantinet inquiets car nous craignons que chaque monticule rocheux que nous escaladons ne débouche sur le vide. Nous serions alors obliger de faire demi tour, n’ayant pas de corde qui nous permettrait de descendre en rappel. Mais comme disent nos très chers amis « britishs » « so far so good »  et nous enchainons nos promontoires rocheux sans trop de difficulté ni de frayeur. 

 

IMG_5662.JPG

Ayant basculé de l’autre coté d’un promontoire nous avons même l’immense bonheur d’apercevoir, sur le repli montagneux parallèle au nôtre,  un mouflon et deux mouflonnes fort étonnés de nous voir en un tel lieu. Nullement inquiets, vu la distance et le relief qui nous séparent, ils nous offrent le loisir de les admirer longuement, rare échange pacifique entre l’homme et des animaux sauvages plus  habitués à être lâchement assassinés par des Nemrods qui ont plus de plomb autour de leur bedaine que dans leur carafon !

 

 

IMG_5666.JPG

Après cette rencontre inespérée et rassérénante,  une mauvais surprise nous attend. Après avoir en effet grimpé un amas rocheux un peu plus élevé et pentu que les autres, nous débouchons sur une paroi qu’il est risqué de descendre sans corde. Ce n’est pas tant qu’elle soit très haute (environ six mètres) mais le replat sur lequel elle débouche est bordé par le vide et toute chute pourrait donc nous y précipiter.

 

 

IMG_5670.JPG

Nous rebroussons chemin et cherchons un passage  contournant ce promontoire. Nous finissons par le trouver en rampant quasiment dans le taillis de chênes verts qui couvrent les flancs du repli montagneux. Une cinquantaine de mètres en amont nous retrouvons avec soulagement les cairns en espérant ne pas tomber sur d’autres obstacles aussi techniques. Mais la chance ou les dieux  sont avec nous et la fin de notre périple s’achève sans trop de difficultés.

 

 

IMG_5672.JPG

Ce type de parcours très sportif dans un environnement montagnard somptueux fait tout le charme de ce petit et modeste massif qu’est notre très cher Caroux. Je comprends que notre ami Marc qui nous a récemment quitté en soit tombé amoureux. J’espère que là où il est il peut le parcourir à loisir sans avoir à se mettre à quatre pattes voire à plat ventre comme nous l’avons fait ce matin Gibus et moi .

 

 

IMG_5683.JPG

Parvenus sur le plateau l’ami Gibus, auquel rien n’échappe, aperçoit un magnifique bolet au pied d’un hêtre dont nous avons le malheur de croiser le chemin. Car le pauvre bougre ne sait pas que nous avons dans nos sacs à dos une poêle et des œufs pour se faire une omelette qu’il va donc agrémenter. Je sais, certains me feront le reproche de prendre la défense des mouflons et d’accepter sans état d’âme de sacrifier un champignon. Mais « nobody’s perfect » !

 

 

IMG_5685.JPG

Et voici, histoire de vous mettre l’eau à la bouche, quelques images sur la préparation du « plat du jour »  servi à l’auberge du refuge de Font Salesse : Couper le champignon en fines lamelles et le faire cuire sur le feu …..

 

 

caroux,cèpe,épicure,omelette

 Battre les œufs dans le récipient à votre disposition, en l’occurrence nos verres ……

 

IMG_5691.JPG

Puis verser les œufs battus sur les morceaux de champignon.....

 

 

IMG_5692.JPG

Laisser cuire en veillant à conserver le moelleux de l’omelette - ce qui n'est pas évident sur un feu de bois - en se régalant du fumet qui envahit le refuge….

 

 

 

IMG_5695.JPG

Couper en veillant à faire deux parts équitables pour ne pas gâcher une longue et belle amitié…..

 

 

IMG_5696.JPG

Et se régaler en accompagnant l’omelette d’un verre de rosé d'Oc, le rouge d'Oc étant réservé pour le fromage qui suivra....(vous avez là le secret de notre éternelle jeunesse !)

 

 

IMG_5697.JPG

Ayant festoyé nous reprenons tranquillement le chemin du retour l’âme ouverte aux merveilles de ce monde que l’on trouve au bout de nos chaussures .

 

 

IMG_5698.JPG

Car après ces délices épicuriens, la nature  offre à nos yeux éblouis son magnifique patchwork de végétation multicolore.

 

 

IMG_5701.JPG

Et du chemin en balcon qui nous ramène à bon port on contemple la galaxie bleutée de monts et collines qui ornent notre région, baignés d’une brume qui efface toute trace humaine et nous donne le sentiment d’être seuls au monde.

 

 

 

******** 

Si vous appréciez ce blog je vous invite à aller écouter mes chansons dont la dernière "Reprends la barre" est un spam et qui sont diffusées sous mon nom d'artiste "OLD NUT" sur 

DEEZER 

Vous pouvez aussi les écouter sur mon nouveau blog musical 

OLD NUT

Cliquez sur les mots "Deezer" ou "Old Nut" pour y accéder) 

 

TEXTE & PHOTOS ULYSSE  

 

 

 

31/10/2015

A l'école du Caroux ....

 

caroux,mouflon,école,coca cola,hamburger

La fin des vacances approche et nous voilà partis pour une dernière rando sur le Caroux avec Maxime et Colin, les petits enfants d’amis de nos grands parents. L’or des feuillages compense largement le manque d’ardeur du soleil automnal.

 

 

caroux,mouflon,école,coca cola,hamburger

Les rochers gris blanc du massif sont illuminés par des guirlandes végétales d’un magnifique camaïeu d’oranges et de pourpres. Sur le caroux c'est Noël avant l'heure !

 

 

caroux,mouflon,école,coca cola,hamburger

Dans cette immense cour de récréation où jamais la sonnerie infernale de la reprise des cours ne sonne, nous courrons à perdre haleine, ivres de cette liberté dont nous sommes trop souvent privés.

 

 

caroux,mouflon,école,coca cola,hamburger

On peut rêver d’une civilisation où les écoles seraient à ciel ouvert et où l’on apprendrait les mathématiques en comptant les pierres, les pommes de pins ou les mouflons, la littérature en écoutant et en racontant des histoires le soir autour d’un feu de bois, l'histoire et la géographie en étudiant le paysage. Une telle civilisation  a d’ailleurs existé, celle des amérindiens, mais elle a été exterminée pour que l’humanité puisse se gaver de hamburgers et de coca-cola.

 

 

 

caroux,mouflon,école,coca cola,hamburger

Heureusement, il reste des terres vierges non contaminées par l’esprit de compétition et le consumérisme yankee, et ce n’est pas en Inde, ni en Chine ou au Brésil, non c’est sur le Caroux, mais chut, ne le crions pas trop fort si l’on veut en préserver la beauté sauvage et unique.

 

 

caroux,mouflon,école,coca cola,hamburger

En ces lieux on apprend à faire des choses inutiles, au demeurant les seules qui vaillent et qui vous enrichissent, à savoir : marcher pour le seul plaisir de marcher, grimper sur des rochers pour le seul plaisir de grimpe. On y apprend aussi la patience, l'endurance et la solidarité. Le Caroux est  vraiment l'école idéale !

 

 

 

caroux,mouflon,école,coca cola,hamburger

On y découvre aussi que, vue dans haut, notre magnifique planète est vraiment bleue et que les réalisations humaines, aussi ambitieuses et arrogantes soient elles, n’ont pas plus d’importance que les crottes de mouflons que l’on aperçoit ici et là au milieu des rochers.

 

 

caroux,mouflon,école,coca cola,hamburger

Ainsi la montagne nous apprend-t-elle l’humilité mais fait naître aussi en nous l’ivresse de pouvoir en un regard appréhender une si vaste partie du monde.

 

caroux,mouflon,école,coca cola,hamburger

L’automne par la sénescence qui affecte le feuillage de certaines essences d’arbres révèle l’harmonieuse cohabitation du genre arboricole dont le genre  humain ferait bien de s’inspirer.

 

 

caroux,mouflon,école,coca cola,hamburger

Et nous voici parvenus au point le plus haut (1091m) du plateau du Caroux où des esprits facétieux ont eu l’idée incongrue de mettre un banc (c'est à  ma connaissance la seule montagne au monde qui possède un banc à son sommet !) ce qui permet d’admirer à loisir le Canigou dont on aperçoit le profil bleuté dans le lointain.

 

 

caroux,mouflon,école,coca cola,hamburger

Et c’est la lente descente vers notre point de départ, pendant laquelle défilent devant nos yeux éblouis de somptueux paysages qui ne sont d’aucune utilité mais qui participent à notre bonheur de vivre.

 

 

caroux,mouflon,école,coca cola,hamburger

 

 

 

caroux,mouflon,école,coca cola,hamburger

 Rendez vous aux prochaines vacances !

 ******** 

Si vous appréciez ce blog je vous invite à aller écouter mes chansons dont la dernière "Reprends la barre" est un spam et qui sont diffusées sous mon nom d'artiste "OLD NUT" sur 

DEEZER 

Vous pouvez aussi les écouter sur mon nouveau blog musical 

OLD NUT

Cliquez sur les mots "Deezer" ou "Old Nut" pour y accéder) 

 

TEXTE EMILIE ET ULYSSE & PHOTOS ULYSSE  

 

 

 

03/10/2015

Faut pas être un gringalet pour suivre le sentier du Grand Caballet !

P1010721 - Copie (3).JPGJe dédie cette note à mon ami belge, Marc, que j’ai connu grâce à notre passion commune du Caroux et qui vient de nous quitter.  Il continuera de cheminer en pensée à mes cotés sur les sentiers qu’il a tant aimés….

 

P9120051.JPG

La perspective d’aller randonner dans le Caroux fait courir dans mes jambes, la nuit qui précède, des fourmis qui m’empêchent de dormir. J’ai beau parsemer mon lit de feuilles de basilic, de menthe et des brins de lavande, qui sont réputés éloigner ces hyménoptères, rien n’y fait, les fourmis continuent d’aller et venir le long de mes guiboles  jusqu’à ce que j’ai commencé d’arpenter les chemins. Elles disparaissent alors comme par enchantement, bien que je n’en vois aucune se carapater.  Il faut dire que pour suivre l’ami Gibus, je remue sacrément mes guiboles et les fourmis n’aiment pas qu’on les asticote!

 

 

P9120060.JPG

En un rien de temps, on prend de l’altitude et on fait la nique à un nuage étourdi qui s’est scratché sur les collines d’en face.

 

 

P9120073.JPG

Nous empruntons (gracieusement, car le Caroux est généreux !) le chemin du Grand Caballet, l'un des sentiers les plus sportifs du Caroux mais qui offre de superbes perspectives sur les aiguilles qui dominent les gorges d’Heric. J’espère que mon ami Marc continue de pouvoir les admirer d’en haut.

 

 

P9120075.JPG

 

On voit les arbres comme des êtres statiques, mais certains sont de sacrés grimpeurs qu’aucune cime n’effraie.

 

 

P9120079.JPG

Contemplons cette magnifique toison dont les chênes verts ornent cet univers minéral et qui reste verte en toutes saisons, adoucissant la sauvage et austère beauté de ce massif.

 

 

P9120080.JPG

Heureux comme des gamins nous sommes, Gibus et moi, d’avoir à notre disposition un tel terrain de jeux. Nos randonnées sont des parenthèses de totale insouciance et liberté pendant lesquelles nos soucis sont emportés par le vent, dissous par la pluie ou évaporés par le soleil.

 

P9120086.JPG

Le Caroux, modeste massif si l’on se réfère à la hauteur de son sommet (1091m) n'a rien à envier aux Alpes ou aux Pyrénées quant à son aspect. On y trouve de formidables aiguilles et de vertigineux précipices qui ravissent les alpinistes. De grandes figures de l'escalade ou de l’alpinisme y sont d’ailleurs venus : Fraissinet, Azéma, Desmaison, Flematti entre autres et 250 voies d’escalade y sont ouvertes.

 

P9120088.JPG

 

C’est aussi l’une des plus vieilles montagnes de France, vestige du massif hercynien qui recouvrait une grande partie de notre pays il y a 350 millions d’années.  Après avoir été complètement érodé, ce massif a de nouveau été soulevé par la surrection des Pyrénées et des Alpes il y a environ 50 millions d’années. Et depuis il connaît de nouveau une lente érosion dont on voit partout les effets. Comme nous, les montagnes naissent et meurent, mais sur une autre échelle du temps.

 

 

P9120093.JPG

Nous avons la chance de surprendre un grand rapace perché tout en haut de l’aiguille rocheuse qui nous fait face, sans doute un aigle royal ou un aigle de Bonelli présents dans le secteur.

 

P9120093 - Version 2.JPG

Parlant de « rapace » je trouve choquant que les hommes utilisent ce terme pour qualifier ceux des leurs qui se conduisent avec cruauté et cupidité, alors que ce sont des animaux d’une grande beauté et que seule la nécessité de se nourrir conduit à tuer. C’est un travers que nous avons de prêter aux animaux nos propres vices. C’est ainsi que l’on dit que le l’homme est un loup pour l’homme, prêtant au loup une cruauté qu’il n’a pas envers ses propres congénères. Nous sommes, de fait, le plus impitoyable des prédateurs qui détruit les autres espèces pour le seul plaisir de tuer ou tout simplement parce que nous n’avons aucun respect pour ces co-locataires de notre berceau céleste. Mais nous paierons cher un jour notre cruauté et notre inconscience.

 

 

P9120096.JPG

Un randonneur facétieux s’est amusé à édifier un cairn sur le haut d’un gros rocher, qui défie les intempéries et la pesanteur. Ce sympathique cairn est à l’image de nos vies suspendues au dessus du néant dans lequel elles peuvent à tout moment sombrer. Il nous invite à méditer ces magnifiques vers de ce cher Alphonse de Lamartine :

 

Le livre de la vie est le livre suprême

Qu'on ne peut ni fermer, ni rouvrir à son choix ;

Le passage attachant ne s'y lit pas deux fois.

Mais le feuillet fatal se tourne de lui-même ;

On voudrait revenir à la page où l'on aime

Et la page où l'on meurt est déjà sous vos doigts.

 

 

P9120098.JPG

Les nuages qui envahissent peu à peu le ciel diffusent une lumière crépusculaire qui s'accordent à ces beaux vers de Lamartine et magnifient le paysage. Malgré la beauté des lieux nous pressons le pas pour regagner la vallée car des orages ont été annoncés pour la soirée et bien que nous ne soyons pas des gringalets nous ne sommes pas désireux d'affronter un orage sur le Caroux !

 

******

Pour ceux qui connaissaient Marc ou celles et ceux de mes lectrices et lecteurs qui ont apprécié le récit de nos rencontres franco-belges sur le Caroux et ailleurs, je mets les liens vers les notes qui les relatent (cliquez sur les "note")

Note 1

 Note 2

Note 3

Note 4

 ******** 

Si vous appréciez ce blog je vous invite à aller écouter les chansons que j'ai composées  qui sont diffusées sous mon nom d'artiste "OLD NUT" sur 

DEEZER 

Vous pouvez aussi les écouter sur mon nouveau blog musical 

OLD NUT

Cliquez sur les mots "Deezer" ou "Old Nut" pour y accéder) 

 

TEXTE & PHOTOS ULYSSE

29/08/2015

Le Caroux par la piste des charbonniers (Reprise d'archive)

 

charbonniers,graal,heric,caroux

Chacun dans la vie a son « Graal » : un but difficilement accessible qu’il aimerait accomplir. Pour certains c’est gravir l’Everest, le Mont Blanc,  la Dune du Pyla,  les marches du perron de l’Elysée, pour d’autres c’est faire un marathon, traverser la Manche à la nage ou la piscine de Pénélope Cruz ou de Julia Roberts. Pour moi, amoureux du Caroux, c’était de le gravir par la voie la plus difficile (hors parcours d’escalade que je ne pratique pas) : c’est à dire la piste dite "des charbonniers."

Je fais donc part de mon projet l’autre jour à mon ami Gibus qui l’a emprunté deux fois et en a gardé un souvenir mémorable. Il accepte de la  gravir une dernière fois, tout en me mettant en garde contre la difficulté de l’entreprise. C’est en effet un parcours équipé par endroits de chaînes et dont certains passages impliquent d’utiliser une corde. On l’appelle ainsi, me précise-t-il, non pas parce qu’elle menait à des lieux de production de charbon de bois (ce qui serait impossible vu les lieux) mais parce qu’il faut avoir une foi de charbonnier pour l’affronter !

Personnellement convaincu que « le ciel » est indifférent à notre sort et qu’il vaut mieux compter sur quelqu’un que l’on connaît bien (soi même) et sur Gibus plutôt que sur quelqu’un que l’on ne connaît pas (dieu, vichnou , allah , zeuss ou toute autre divinité ) j’indique à mon ami que je maintiens mon projet . Nous nous engageons donc un beau matin (condition indispensable)  dans les gorges d’Heric d’où part la piste.

 

charbonniers,graal,heric,caroux

A vrai dire, ce n’est même pas un piste mais une vague trace qui traverse dans sa première partie une zone d’éboulis dans lesquels des cairns permettent de garder le cap. L’objectif est d’atteindre le plateau sommital derrière les sommets que l’on aperçoit au dessus de nous en contre-jour.

 

 

charbonniers,graal,heric,caroux

Passés ces éboulis, on atteint la base d’une paroi équipée de chaînes que Gibus en montagnard expérimenté et prudent examine avant que nous nous y engagions.  Etant aussi souple qu’un fauteuil Louis XVI je sens en moi une petite poussée d’adrénaline. « Mon vieux » (c’est malheureusement chaque jour un peu plus vrai) me dis-je  « le vin est tiré il faut le boire » sauf que ce vin là  ressemble plutôt à du vinaigre !

 

 

charbonniers,graal,heric,caroux

Gibus me fait une magnifique démonstration dont l’aisance me donne confiance. Mais désireux de conserver votre estime, vous n’aurez pas droit à ma photo car je n’ai absolument pas le même style !

 

 

charbonniers,graal,heric,caroux

Au terme d’un passage délicat dans un goulet resserré nous parvenons sur un premier palier où nous faisons une pause. En contemplant le chemin parcouru, je comprends que quelque soient les difficultés à venir il me serait personnellement difficile de faire demi tour.

 

 

charbonniers,graal,heric,caroux

Heureusement le tronçon suivant se révèle un peu moins difficile et nous offre un répit qui me permet de récupérer quelques forces.

 

 

charbonniers,graal,heric,carouxMais le répit est de courte durée car  une nouvelle paroi se dresse  bientôt devant nous qui me met, au sens propre comme au sens figuré, au pied du mur ! C’est dans ce genre de situation que l’on apprend ce que l’on a vraiment dans le ventre (outre le petit déjeuner du matin ). Et j’avoue sans fausse modestie que, le style mis à part,  je ne me suis pas déçu, car j'ai franchi l'obstacle sans trop de difficulté. Et puis  c’est toujours avec plaisir que s’offre  une occasion de lever un « toast » à notre exploit avec mon ami Gibus (mais bon, on n’en est pas encore malheureusement à l’heure de l’apéritif).

 

 

charbonniers,graal,heric,caroux

On arrive en vue d’une deuxième plateforme qui nous permet de reprendre notre souffle (ce qui est absolument nécessaire parce que qu’il faut être  « gonflés à bloc » pour emprunter cet itinéraire).

 

 

charbonniers,graal,heric,caroux

Nous apercevons environ 700mètres en contrebas le fil blanc du torrent Heric qui sinue au fond des gorges d’où nous sommes partis. Concentrés sur notre ascension nous n’avons pas vu le temps passer et sommes surpris d’être déjà si haut.

 

 

charbonniers,graal,heric,caroux

D’ailleurs, les pics de pierre qui émergent à  notre niveau nous indiquent que nous sommes près du but .

 

 

charbonniers,graal,heric,caroux

Il nous reste un dernier passage délicat à franchir,mais, dopés par les difficultés déjà vaincues, nous survolons ce dernier obstacle (Bon, soyons honnête, dans mon cas le terme « survol » est j’en conviens un peu exagéré et c’est pour ça que vous avez droit à la photo de Gibus).

charbonniers,graal,heric,caroux

Enfin, nous touchons au but !  La joie et la fierté m’envahissent. Il faut dire qu’à mon age où l’on passe son temps à chercher ses lunettes et le titre du film que l’on a vu à la télé la veille au soir, les motifs de fierté se font rares ! Alors quand on en tient un, on en profite !

 

charbonniers,graal,heric,caroux

Et puis la vue dont on jouit du plateau nous récompense des efforts accomplis et des pincements intestinaux ressentis ! 

 

charbonniers,graal,heric,caroux

Soudain, ébahis nous entendons une voix de stentor qui nous dit « bravo les gars, ça faisait longtemps que quelqu’un n’était pas grimpé par là » Nous nous retournons et apercevons le Génie du Caroux (chaque montagne a son Génie) qui nous fait un large sourire puis retourne à son immobilité, soucieux de ne pas abandonner la surveillance du domaine dont il est chargé.

 

 

charbonniers,graal,heric,caroux

Le laissant à sa noble mission, nous traversons la plateau couvert de bruyères en fleurs à la recherche d’un endroit ombragé pour pique-niquer et célébrer dignement (une première fois)  l’événement.

 

 

charbonniers,graal,heric,caroux

Puis nous redescendons dans les gorges par le chemin traditionnel bordé de superbes vasques dont les eaux rafraîchissantes nous permettent de refaire le plein d’énergie pour achever notre périple. Deux belles blondes (Heine & Ken ) nous attendent dans notre voiture avec lesquelles nous célébrons dignement (une seconde fois) notre exploit (parce que nous le valons bien !).

 Heureux homme nous sommes qui avons trouvé notre Graal !

 ********

Et comme en France tout finit par des chansons je vous invite à aller écouter celles que j'ai composées et qui sont diffusées sous mon nom d'artiste OLD NUT sur

DEEZER 

 (cliquez sur le mot Deezer pour y accéder)

(Vous pouvez aussi les écouter sur I Tunes /Old Nut)

Texte & Photos Ulysse et Gibus