suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/07/2018

Deux petits loups à mes trousses dans l’Espinousse

 

espinousse,everest,bruyère,mouflon,chasse

La semaine passée Romain vous a emmenés sur le Caroux, aujourd’hui c’est Emilie - qui nous a rejoint avec ses parents - qui va donner le « tempo » et vous guider à la découverte de la montagne d’Aret et du vallon du Vialay dans le massif de l’Espinousse. J’ai près de six décennies d’avance sur elle mais plus que quelques centimètres. Le jour où les petits enfants nous dépassent, on sait que l’on n’aura bientôt plus jamais mal aux dents !

 

espinousse,everest,bruyère,mouflon,chasse

Ignorant la perspective de ce moment funeste, nous partons d’un bon pas à l’assaut de la montagne d’Aret couverte de genêts et de bruyères.

 

espinousse,everest,bruyère,mouflon,chasse

Les os de cet antique massif de l’Espinousse émergent par endroits de sa toison mauve estivale. Ce massif est l’un des plus vieux du monde et il fut dans sa jeunesse aussi haut que l’Himalaya ! Respect !

 

espinousse,everest,bruyère,mouflon,chasse

C’est autrement plus festif et gratifiant de gravir sous un ciel bleu, le nez au vent, une montagne d’une telle splendeur que l’Everest, en quête d’une gloire illusoire, harnachés comme des cosmonautes et assistés par des sherpas que l’on traite comme des animaux de bât. Qui plus est les « éverestiens » sont pour la plupart des salopards qui abandonnent leurs équipements inutiles au sommet, faisant de cet endroit la déchetterie la plus haute du monde!

 

 

espinousse,everest,bruyère,mouflon,chasse

J’ai arpenté de nombreux massifs bien plus hauts que ceux du Caroux et de l’Espinousse mais jamais je n’ai contemplé une telle variété de paysages : ici s’offrent à nos yeux des aiguilles rocheuses et des falaises vertigineuses qui surgissent au dessus de plateaux couverts, au printemps, de l’or des genêts et, l’été, de la parure mauve des bruyères .

 

espinousse,everest,bruyère,mouflon,chasse

Sur ces crêtes caillouteuses et arides où la Tramontane peut souffler à 150 km à l’heure, rares sont les arbres qui arrivent à s’implanter et survivre. Quand ils meurent longtemps leur silhouette orne le paysage, touchant témoignage de leur ténacité.

 

espinousse,everest,bruyère,mouflon,chasse

Mais revenons à nos deux « petits » loups (ce qui n’est plus tout à fait le cas d’Emilie !) qui parcourent la crête de la montagne d’Aret en tenant leur chapeau en raison de la Tramontane qui souffle vigoureusement ce matin.

 

espinousse,everest,bruyère,mouflon,chasse

Romain a eu un instant de relâchement et il a dû courir après son chapeau emporté par le vent. Bon, je ne lui ferai aucun reproche vu le nombre de casquettes qu’Eole m’a subtilisées au cours de mes randonnées.

 

espinousse,everest,bruyère,mouflon,chasse

Par contre ce mérou fossilisé n’a guère de crainte d’être emporté par le vent ou alors si cela se produisait en raison du dérèglement climatique en cours, les homo sapiens auraient du souci à se faire !

 

espinousse,everest,bruyère,mouflon,chasse

Où que l’on regarde, le spectacle est somptueux et à part notre petite troupe on n’y voit personne. Les vacanciers sont agglutinés sur les plages du Languedoc ignorant ces merveilles de l’arrière pays. Mais finalement qui s’en plaindrait ?

 

espinousse,everest,bruyère,mouflon,chasse

Quand je dis que l’on n’y voit personne, je dois, de fait, nuancer mon propos car un troupeau de vaches y fait tranquillement la sieste, sans doute les vaches les plus heureuses et chanceuses du monde. Mais le savent-elles ?

 

espinousse,everest,bruyère,mouflon,chasse

Par contre moins chanceux je suis à l’heure où, traditionnellement, après le pique-nique, je fais la sieste, car mes deux petits loups se transforment en « mouches » que mon éthique m’interdit de taper !

 

espinousse,everest,bruyère,mouflon,chasse

Mais j’oublie bien vite cet innocent harcèlement, car étant descendus dans le vallon du Vialay, j’ai l’immense privilège et bonheur de me baigner dans son onde fraîche et claire avec une jolie et joyeuse naïade !

 

espinousse,everest,bruyère,mouflon,chasse

Revigorés par cette baignade, nous prenons le chemin du retour et suivons le délicieux vallon herbeux creusé par ce torrent qui se trouve fort opportunément protégé de l’ardent soleil par une magnifique hêtraie.

 

espinousse,everest,bruyère,mouflon,chasse

Un lézard rassuré par nos mines radieuses et pacifiques nous regarde paisiblement passer. Par contre aucun mouflon n’est en vue, au grand désespoir des petits loups ! Mais hélas trop de Nemrods bedonnants, qui les pourchassent impitoyablement armés de leur fusil longue portée, règnent l’automne venus en ces lieux pour qu’ils osent encore se montrer dès qu’un fumet d’homo sapiens se fait sentir dans les parages. Je le dis et redis, supprimons la chasse, cette tradition archaïque et barbare, et laissons les loups réguler les ongulés et la Terre redeviendra un jardin d’Eden pour les randonneurs.

 

espinousse,everest,bruyère,mouflon,chasse

Prenant un peu d’altitude pour rejoindre le col de Salis, nous retrouvons une zone rocailleuse où les petits loups se livrent aux joies de l’escalade pour mieux admirer la formidable dent du Fourcat qui déchire au loin le ciel .

 

espinousse,everest,bruyère,mouflon,chasse

Leurs jeunes gambettes ont un rythme que ne suivent pas celles, plus vieilles, des autres membres de notre petite troupe et quand une ombre opportunément se présente ils font la pause. La montagne est une belle école de solidarité !

 

espinousse,everest,bruyère,mouflon,chasse

Bientôt le Fourcat se dresse devant nous, vieil et impressionnant chicot de Gaïa qui n’aura rien perdu de sa grandeur alors que je machouillerai les pissenlits par la racine .

 

espinousse,everest,bruyère,mouflon,chasse

Nous abordons une ultime montée pour rejoindre le col de l’Ayrolle, les petits loups aussi frais que s’ils venaient de se lever ! Bon, sans vouloir fanfaronner, je soulignerai que je suis devant pour prendre la photo ! Leur papi a encore de beaux restes !

 


*****

Si vous aimez ce blog, peut être aimerez vous aussi mes chansons

Trois nouvelles dont "Tu es l'obscur objet de mon désir"

sont postées sur les plateformes musicales

dont DEEZER (cliquez sur le nom)

Certaines sont aussi publiées illustrées par des photos sur mon blog Canta la Vida

la dernière étant "Trop belle la fille du motel "

Vous pouvez aussi les écouter classées par album sur mon blog

OLD NUT WIX

(intégralité des chansons - sauf les 2 derniers albums - classées par album)

(cliquez sur les liens dans le haut de la colonne à droite)


Texte Ulysse / Photos Ulysse & Sébastien

 

16/12/2017

Il neigeait dru ce matin là….

Un méchant refroidissement m'ayant privé de sorties, je réédite une note sur mes randonnées hivernales.... 

espinousse,alexandrin,poésie,victor hugo

 Il neigeait dru ce matin là sur l’Espinousse,

J’y suis monté à l’aurore, vieux loup solitaire,

Sur mon front ridé, comme la neige était douce,

Baisers de la nature  qui rendent aimable l’hiver.

 

 

espinousse,alexandrin,poésie,victor hugo

 Vers les nuages noirs qui couraient dans les cieux,

Les pins rugueux dressaient leurs fûts gigantesques,

Quand les hommes auront coupé le dernier d’entre eux,

La Terre connaîtra alors une époque dantesque.

 

 

espinousse,alexandrin,poésie,victor hugo

 Dans cet univers chaotique et minéral

Où s’efface aussitôt  l’empreinte de nos pas,

Ici et là  se dresse un cairn comme un fanal

Qui tisse un lien secret entre ceux qui passent là.

 

 

espinousse,alexandrin,poésie,victor hugo

 

Les hêtres tortueux aux troncs ourlés de neige

Supportent vaillamment la morsure du vent,

En attendant que jaillisse à nouveau la sève

Qui leur donnera leur parure de printemps.

 

 

espinousse,alexandrin,poésie,victor hugo

 Un vieux loup édenté, affamé, tire la langue

Et reconnaît en moi un frère compatissant.

Mais je ne peux rien pour lui et le laisse exsangue ;

L’univers où l’on vit n’a pas de sentiment

 

 

espinousse,alexandrin,poésie,victor hugo

 Les ruines d’un vieux mas se dressent solitaires

A travers lesquelles la Tramontane gémit.

Où sont les mains qui ont dressé ces murs de pierre,

Où sont les âmes qui ont rêvé et aimé ici ?

 

 

espinousse,alexandrin,poésie,victor hugo

 J’arrive au Plo des Brus, lieu empli de mystère,

Où Brutus dit-on édifia un camp romain.

Aujourd’hui y règne  en maître la bruyère,

Où les abeilles l’été font un royal festin.

 

 

espinousse,alexandrin,poésie,victor hugo

 Jusqu’à l’horizon les montagnes se succèdent,

De notre Terre mère orgueilleux mamelons

Que j’aime à parcourir, faible et humble bipède

Qui trouve, dans l’effort, l’âme et le cœur d’un lion.

 

 

espinousse,alexandrin,poésie,victor hugo

 Mais en ces lieux hostiles le plus fort reste frêle,

Comme ce hêtre  géant que l’on voit foudroyé.

Pensons chaque jour que nous sommes mortels,

Et vivons le comme si c’était le dernier.

 

 

espinousse,alexandrin,poésie,victor hugo

 A l’aube de notre vie la route nous paraît belle,

Bordées de merveilles qui restent à découvrir.

Quand hélas les chagrins aux bonheurs s’entremêlent,

Souvenons nous de nos premiers désirs.

  

 

espinousse,alexandrin,poésie,victor hugo

 Et ne perdons jamais espoir car il arrive,

Qu’un arc en ciel surgisse d’on ne sait où,

Et croyant se noyer on aborde une rive,

Où le ciel est plus bleu et l’air est plus doux.

 

 

espinousse,alexandrin,poésie,victor hugo

 Sans doute chacun de nous a-t-il un ange gardien,

Dont le corps subtil se fond dans le paysage,

Qui au moment fatal sagement nous retient,

Et nous empêche de partir au delà des nuages.

 

 

espinousse,alexandrin,poésie,victor hugo

 Parfois, le but nous apparaît  inaccessible,

Mais il faut néanmoins poursuivre son chemin.

Pas à pas on accomplit alors l’impossible,

Quand on  ne renonce pas, le monde nous appartient.

 

 

espinousse,alexandrin,poésie,victor hugo

Loin des méga-cités, immenses fourmilières,

La nature offre son inaliénable beauté,

Qui nous invite à briser  sans tarder les fers,

Qui entravent nos âmes et nos cœurs étiolés.

 

 

espinousse,alexandrin,poésie,victor hugo

 D’étonnantes merveilles alors  se révèlent,

A ceux qui on gardé une âme d’enfant :

Des nuages  forment des visages dans le ciel,

Et la neige se transforme en mouton blanc.

 

 

espinousse,alexandrin,poésie,victor hugo

 Mais le ciel se couvre, ramenant la tempête

Que mon âme accueille avec sérénité.

C’est lorsque, face aux éléments, nous tenons tête,

Que notre existence a le plus d’intensité.

 

Addendum

   

espinousse,alexandrin,poésie,victor hugo

  De retour à la barrière du col de l’Ourtigas

Le soleil est de nouveau au rendez-vous.

A mes petits enfants, je rends aujourd'hui hommage

Ici, ils m’ont payé le passage en bisous !

 

 

 

*****

Si vous aimez ce blog, peut être aimerez vous aussi mes chansons ?

Mon dernier album Canta la Vida est disponible sur les plateformes musicales

dont DEEZER (cliquez sur le nom)

Vous pouvez aussi écouter mes autres chansons sur mes autres blogs

1) CANTA-la -VIDA

La dernière chanson mise en ligne chantée par les Petits Loups étant "Dis papa pourquoi ? "

(blogs de chansons illustrées par des photos)

2) OLD NUT WIX

(intégralité des chansons - sauf le dernier album - classées par album)

(cliquez sur les liens dans le haut de la colonne à droite)

  

Texte & Photos Ulysse 

 

18/11/2017

Vent debout sur le Caroux !

 

caroux,espinousse,mouflon

Celles et ceux qui suivent mes pérégrinations depuis quelques années savent que je ne suis pas du genre à craindre la pluie, la neige ou le blizzard ! Donc, bien que la météo nous ait annoncé une Tramontane à 100km/h et une température ressentie de -10°, avec mes copains Jo et Claude (Gibus ayant opté pour le statut de réfugié climatique en Guadeloupe !) nous avons maintenu notre projet d’arpenter le plateau du Caroux en vue de traquer - pacifiquement - le mouflon ! Au départ, l’aventure s’engage sous de bons augures ; nous grimpons dans une magnifique hêtraie parée d’or par l’automne et protégée du vent par les contreforts du Caroux.

 

caroux,espinousse,mouflon

Nous frayons notre chemin dans un épais tapis de feuilles, minuscules centrales photovoltaïques qui ont durant l’été permis l’utilisation de l’énergie solaire pour pomper dans le sol les éléments nutritifs nécessaires à la croissance des arbres. Si l’homme n’avait pas découvert le charbon et le pétrole – cadeaux empoisonnés de la nature - et avait, dès le début de son développement industriel, consacré son génie et ses moyens financiers à s’inspirer de la photosynthèse, on n’aurait pas une planète en surchauffe !

 

caroux,espinousse,mouflon

Nous voilà rendus sur le plateau et la photo ne peut révéler l’assaut fougueux de la Tramontane que nous subissons alors. L’orientation de la ramure des arbres vous donne néanmoins une idée de son influence en ces lieux où rien n’entrave sa course. Nous abandonnons notre espoir d’apercevoir un mouflon, ceux ci - moins fous que les humains - s’étant probablement réfugiés en des lieux plus sereins.

 

caroux,espinousse,mouflon

Nous profitons de l’abri temporaire qu’offre un promontoire rocheux pour admirer le paysage. Seul le fil clair des routes forestières trahit la présence de l’homme et la nature sauvage règne encore en maître. On jouit du même paysage que celui qu’ont pu contempler les hommes des siècles passés. On ne soupçonne pas les immenses dégâts que cause à l’environnement en d’autres lieux notre développement mortifère. Notre avenir est en jeu comme le proclament plus de 15000 scientifiques dans un manifeste publié par la revue Bioscience.

  

caroux,espinousse,mouflon

Vers l’Ouest un énorme édredon de nuages s’est échoué sur les sommets de la Montagne Noire. Il faut dire que ces boules cotonneuses pèsent plusieurs dizaines de milliers de tonnes, voire plusieurs dizaines de millions de tonnes pour les très gros cumulus. Malgré sa vigueur dame Tramontane a du mal à leur faire passer les cols !

 

 

caroux,espinousse,mouflon

Après l’effort, le réconfort, qui prend la forme d’un déjeuner dans le refuge de Font Sallesse, dont les murs – rénovés et blanchis il y a 2 ans par une classe de CM2 de la région - sont de nouveau recouverts d’ignobles graffitis laissés par des cancrelats qui s’imaginent que leur passage en ces lieux est digne de passer à la postérité. Pas étonnant qu’avec autant d’abrutis dans ses rangs l’humanité aille dans le mur ! Certes les abrutis qui se payent des yachts ou des jets privés font plus de dégâts à la planète que ceux qui font des graffitis, mais c'est la même mentalité ! 

 

 

caroux,espinousse,mouflon

Mais la beauté du paysage qui nous attend sur le chemin du retour, nimbé d’une brume bleutée qui gomme toute présence humaine, apaise notre irritation. Si les yankees, qui ont élu comme président un triste clown cupide et inculte, n’avaient pas exterminé les amérindiens, ceux ci nous auraient peut être mis sur le chemin d’un développement plus respectueux de la nature.

 

 

caroux,espinousse,mouflon

Le Caroux expose partout ses vieux os de 300 millions d’années, vieillard vénérable qui fut dans sa jeunesse aussi haut que l’Himalaya. Il les exposera probablement encore alors que l’humanité aura disparu.

 

 

caroux,espinousse,mouflon

Sur le dernier tronçon du parcours sur le plateau, nous sommes vent debout contre la Tramontane et nous sommes obligés de nous pencher vers l’avant pour ne pas basculer en arrière.

 

caroux,espinousse,mouflon

Ce vaillant arbuste (qu’aime aussi photographier mon ami Bernard, que je salue au passage) témoigne du climat venteux qui règne en ces lieux.

 

caroux,espinousse,mouflon

Nous nous apprêtons à redescendre dans la combe empruntée à l’aller et prenons le temps d’admirer la merveilleuse adaptation du monde végétal à son environnement. Là où l’érosion a accumulé un peu de terre arable et où le relief conduit l’eau de ruissellement, une hêtraie, qui aime les sols frais et humides, s’est installée. Mais si la sécheresse, qui sévit depuis quelques années, devait se perpétuer, ces arbres disparaîtraient bientôt de nos contrées. Ils laisseraient alors la place aux pins, bien moins propices au maintien d’une riche biodiversité, qui commencent à envahir le Caroux sans que l’O.N.F - qui a une vision purement mercantile de la gestion des forêts - ne réagisse.

 

caroux,espinousse,mouflon

Jetons un dernier coup d’œil à ce magnifique patchwork végétal qui recouvre les contreforts du Caroux et de l’Espinousse, avant de descendre vers la hêtraie traversée le matin.

 

caroux,espinousse,mouflon

La boucle est quasiment bouclée et nous retrouvons notre tapis de feuilles mortes dont la caresse et le bruissement sont autrement plus agréables que ceux de la Tramontane.

 

caroux,espinousse,mouflon

Jetons un dernier coup d’œil à la beauté de ces sous bois qui, mieux que les mots, vous convainc, s’il en est encore besoin, du bonheur que l’on prend à arpenter ce cher Caroux !

  

*****

Si vous aimez ce blog, peut être aimerez vous aussi mes chansons ?

Mon dernier album Canta la Vida est disponible sur les plateformes musicales

dont DEEZER (cliquez sur le nom)

Vous pouvez aussi écouter mes autres chansons sur mes autres blogs

1) CANTA-la -VIDA

La dernière chanson mise en ligne étant "Ça roule ma poule"

(blogs de chansons illustrées par des photos)

2) OLD NUT WIX

(intégralité des chansons - sauf le dernier album - classées par album)

(cliquez sur les liens dans le haut de la colonne à droite)

 

Texte & Photos Ulysse

 

01/09/2017

Quel cagna à Notre Dame du Froid !

 

 

saint martin du froid,espinousse,bardou,vautour moine

Nos petits loups étant rentrés dans leurs pénates en vue de la rentrée des classes, avec l’ami Gibus nous décidons de reprendre en duo nos randos sportives pour redonner un peu de tonus à nos organismes un brin encalaminés par les excès de nos festivités estivales. Certes, avec mes petits loups j’ai pas mal bourlingué au cours de l’été mais à un rythme familial plutôt propice à la contemplation. Et il est donc temps de remettre quelques chevaux dans le moteur !

 

saint martin du froid,espinousse,bardou,vautour moine

Pour corser l’aventure, nous avons décidé de grimper jusqu’à la chapelle Saint Martin du Froid (1023m) hors sentier en partant du hameau du Bardou et en passant par le pas de Candoubre et le roc de Tauteylle. Cette zone caillouteuse très abrupte a probablement été utilisée autrefois comme lieu de pâture pour les ovins, comme en témoigne les murets de pierre qui subsistent ici et là. Pour ajouter à la difficulté de l’épreuve, le soleil darde sur nos couennes des rayons ardents, la température ambiante approchant, malgré l’altitude, les 35°.

 

saint martin du froid,espinousse,bardou,vautour moine

Mais au vu de cet édicule de pierres, nous ne sommes pas les premiers à emprunter cet itinéraire. J’adresse un amical salut au courageux randonneur (peut être notre ami Bernard ?) qui l’a édifié et qui me permet ainsi de faire cette photo originale de l’un des pics qui surplombent les gorges d’Héric.

 

saint martin du froid,espinousse,bardou,vautour moine

L’itinéraire que nous empruntons nous gratifie d’une vue fantastique sur le massif du Caroux qui, vu sous cet angle, n’a rien à envier à ses lointains voisins des Alpes et des Pyrénées.

 

saint martin du froid,espinousse,bardou,vautour moine

Nous passons au large du Roc de Tauteylle (879m) situé environ au deux tiers du parcours. Ce repère nous aide à garder le bon cap.

 

saint martin du froid,espinousse,bardou,vautour moine

Notre parcours est un peu chaotique, les amas rocheux nous obligeant à sinuer dans la pente. Mais si ce n’est le risque de se tordre une cheville et de griffer un peu la carosserie, nous ne rencontrons aucune difficulté technique. Nous avons, en d’autres lieux, affronté des conditions plus difficiles.

 

saint martin du froid,espinousse,bardou,vautour moine

Notre objectif n’étant pas visible, la seule difficulté est de choisir l’itinéraire le plus court en limitant les détours auxquels nous contraignent les amas rocheux.

 

saint martin du froid,espinousse,bardou,vautour moine

Un vautour moine, que nous n’avions encore jamais vu dans le massif (bonne nouvelle !) nous survole un instant, espérant sans doute une défaillance de notre part. Mais il est pas encore né le rapace qui se régalera de nos vieilles carcasses !

 

saint martin du froid,espinousse,bardou,vautour moine

Nous sommes témoins d’une scène insolite : deux rochers qui s’embrassent amoureusement et qui prouvent que les pierres ont aussi une vie sentimentale et sont loin d’avoir un cœur …de pierre !

A cet égard, j'intègre à mes propos ce court poème que la photo a inspiré à Monique, l'une de mes fidèles lectrices : 

Baiser au sommet
amours et beauté des roches
le ciel pour témoin
Sous la pierre un cœur qui bat
Pas une histoire à l'eau de rose !

 

saint martin du froid,espinousse,bardou,vautour moine

Nous arrivons finalement à bon port, le corps en surchauffe, et heureux de pouvoir profiter de la relative fraicheur qui règne à l’ombre des pins qui entourent la chapelle. Le nom qui lui a été donné tient au fait que l'hiver, quand la Tramontane souffle, il peut y faire un froid polaire ! Mais aujourd'hui il fait un sacré cagna à Notre Dame du Froid !

 

saint martin du froid,espinousse,bardou,vautour moine

Le vin blanc apporté par l’ami Gibus finit de rafraichir nos organismes, ce qui prouve au demeurant que l’on peut être sportifs et aussi de bons vivants !

 

saint martin du froid,espinousse,bardou,vautour moine

Pour redescendre, nous empruntons le sentier balisé qui nous permet marcher tout en rêvant et en méditant, l’esprit oxygéné par l’air des cimes et la beauté environnante.

 

saint martin du froid,espinousse,bardou,vautour moine

Nous avons toutefois un motif d’inquiétude dû à l’extrême sécheresse qui sévit dans notre région et qui conduit à une sénescence prématurée des fougères et même des feuillages des arbres. Si cette situation devait se répéter – comme le laisse craindre le réchauffement climatique - la végétation de notre région serait grandement affectée ainsi que toute la biodiversité qui l’accompagne.

 

saint martin du froid,espinousse,bardou,vautour moine

Je ne résiste pas au plaisir de vous remettre une photo du Caroux qui vous fera comprendre pourquoi Gibus et moi sommes amoureux de cette très vieille montagne. A chaque âge, ses amours !

 

saint martin du froid,espinousse,bardou,vautour moine

Malgré la sécheresse, quelques vasques subsistent dans le lit du torrent d’Héric dont l’eau relativement fraiche revitalise nos organismes ramollis par la fournaise ambiante.

 

saint martin du froid,espinousse,bardou,vautour moine

Le torrent étant quasiment à sec, nous en descendons le cours sur quelques centaines de mètres avant de reprendre le sentier qui nous ramène à notre monture.

 

saint martin du froid,espinousse,bardou,vautour moine

Sur l'une des aiguilles qui surplombent les gorges d'Heric, nous apercevons un arbre accroché à mi pente en un lieu inhabituel. Ainsi, après avoir surpris des rochers amoureux, nous découvrons un arbre alpiniste ! La nature n'a pas fini de nous surprendre ! C'est l'un des bonheurs que procure la randonnée .

 *****

Mon dernier CD "La casa de Maria" comportant dix chansons est disponible sur les plateformes musicales (Itunes, Google Play, Amazon, Spotify et Deezer)

cliquez ICI pour y accéder

Vous pouvez écouter librement mes autres chansons sur mes autres blogs

CANTA-la -VIDA

La dernière chanson mise en ligne étant "La fille du pasteur"

(blogs de chansons illustrées par des photos)

OLD NUT WIX

(intégralité des chansons - sauf le dernier album - classées par album)

(cliquez sur les liens dans le haut de la colonne à droite)


Texte & photos Ulysse