suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/09/2010

Plumes à gogo à Pont de Gau (2ème partie)

REPRISE D'ARCHIVE

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07293.JPG

 

Poursuivons notre visite du parc Ornithologique de Pont de Gau où les flamants roses prennent la pose,



http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07262.JPG

 

Un héron cendré au long bec sur un arbre perché d'un air inquiet nous guette,


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07270.JPG

L'un de ses confrères sans doute amateur de ballets roses au mileu de flamants se pose


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07286-1.JPG

Jonathan le Goéland, téméraire, s'en vient défier un troisième compère !

Mais d'un héron ou d'un goéland selon vous qui est le plus lent ?


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07288-1.JPG

Le héron renonce bien vite à sa poursuite sous les sarcasmes de sa compagne .


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07294-1.JPG

Et voici sans autre commentaire, comment les flamants s'envoient en l'air,

sous les yeux éberlués d'une jeune poule d'eau émoustillée !


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07296.JPG

 

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07297.JPG

 

 

 

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07346.JPG

Des aigrettes immaculées contemplent la scène offusquées


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07310.JPG

Un rival dépité décide de s'exiler


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07386.JPG

 

Le soleil rapidement décline, notre visite se termine !

 

Texte & Photos Ulysse

15/09/2010

Plumes à gogo à Pont de Gau (1ère partie)

REPRISE D'ARCHIVE
http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07229.JPG


En avril 2007 je vous ai invité à suivre mes pas dans le magnifique parcornithologique de Pont de Gau et vous avez été nombreux à apprécier cette visite.

Aussi en cette période de l'année où de nombreux oiseaux migrateurs n'ont pas été encore reconduits à la frontière par les sbires d'Hortefeux, j'ai décidé de récidiver et de vous entraîner de nouveau à la rencontre de cette gent ailée en situation irrégulière, mais qui se soucie autant des services du ministère de l'intérieur que d'une crotte de ragondin.

 

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07350.JPG


Voici tout d'abord une ribambelle d'aigrettes qui dans leur blanche toilette somnolent repues sur un talus,


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07198.JPG


Une oie très zen lentement se promène dans les eaux territoriales de deux aigrettes pas trop inquiètes,


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07206.JPG


Un troupeau de flamants rose jacassent à distance respectable des bipèdes qui passent,


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07222.JPG


Ils prennent la pose dans leur parure rose qui illumine les eaux noires de l'étang qui leur sert de miroir,


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07263.JPG


Ils passent leur temps à dormir, caqueter, manger, et se reproduire, en bref la vie rêvée !


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07235.JPG


Certains d'entre eux effrayés par nos palabres, s'envolent, silencieux mini-concorde dans le ciel de Camargue


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07243.JPG


Une Nette Rousse, un ragondin à ses trousses, ne craint pas de salir sa magnifique parure dans les eaux grises de l'étang.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07328.JPG



Une buse blessée soignée par les agents du parc est relachée. Saura-t-elle encore vivre en liberté ?

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07250.JPG

 

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07251.JPG


Jonathan le Goéland passe en caquetant d'un ton railleur ! Se moquerait-il de nous pauvres bipèdes incapables de s'affranchir de la pesanteur ?

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07306.JPG



A suivre....

PS : Je suis reparti à l'assaut de quelques sommets Pyrénéens et prendrai connaissance de vos commentaires à mon retour . Merci de votre visite.


Texte & Photos Ulysse

07/04/2009

Brèves de mare ....

DSC09530.JPG


Lorsque je travaillais à Paris, j'adorais aller déjeuner d'un jambon-beurre-cornichons accompagné d'un verre

de beaujolpif ( je n'avais pas encore découvert les vins du pays d'Oc) au comptoir d'un café et je me délectais des

propos que l'on pouvait y entendre sur les affaires du monde.


Il y a, en effet, dans notre pays plus de 50 millions de citoyens (j'exclus les moins de 20 ans qui fréquentent plus les

boites de nuit que les bars) qui, à les entendre, sont capables de régler en trois coups de cuillères à pot tous les

problèmes auxquels non seulement notre pays mais le monde entier sont confrontés. Manque de bol les seuls qui soient

incapables de les résoudre sont toujours ceux qui sont élus ! Il doit y avoir un vice dans le système quelque part,

mais lequel ?


Toujours est -il que je me délectais de ces propos, que certains écrivains, écumant comme moi les cafés, ont collecté

et consigné sous le titre de « Brèves de comptoirs » qui sont la quintessence des réflexions que notre système

éducatif - le meilleur du monde, cela va de soi - fait naître dans le cerveau de mes congénères.



Hélas cette pratique de se regrouper autour d'un comptoir pour discourir des affaires du monde et

accessoirement dévorer un jambon-beurre-cornichons n'a pas cours sur les rives de la Méditerranée, où les

consommateurs ont du mal à rester debout plus de cinq minutes et ont besoin de s'affaler sur les fauteuils

d'une terrasse. J'ai donc du renoncer à mon plaisir depuis que je suis établi dans ce pays d'Oc, au demeurant

l'un des plus beaux, sinon le plus beau au monde.


Mais voilà que l'autre jour, visitant le parc zoologique de Sigean, j'ai entendu un brouhaha qui m'a rappelé

l'ambiance des bars de la capitale. Me rapprochant de l'endroit d'où venait la rumeur, je découvris un

peuplement de volatiles qui cancanaient à qui mieux mieux. Ramené avec ravissement quelques années en

arrière, je suis resté un long moment à écouter leurs propos. Je vous en livre aujourd'hui la teneur et vous

constaterez que la hauteur de vue et la délicatesse de ces volatiles n'ont rien à envier à celles de mes contemporains


DSC09426.JPG


« Vous avez vu ces mouettes qui se croient tout permis et passent au dessus de notre territoire » disaient

les flamants roses « elles respirent notre air, veulent nous ôter les crevettes de la bouche et nous envoient leurs

fientes, on devrait les reconduire à la frontière !»


DSC09451.JPG


« Ne nous laissons pas faire » poursuivaient-ils «  serrons les rangs, gavons nous et ne leur laissons

pas une miette, mais dépêchons nous car on aura bientôt fait nos 35 heures et ce sera le moment de piquer

un roupillon! »


DSC09465-1.JPG


Entendant ces propos un flamant qui venait d'arriver de Cuba et avait connu des temps difficiles devint

rouge de fureur et leur dit «  bandes de traîne-savates, nantis de sud-plumes accrochés à vos 35 heures et vos

roupillons ! Sortez un peu de votre lagune pour aller voir le sort de vos congénères ! Moi qui ait crevé la dalle,

j'ai envie de travailler plus pour bouffer plus ! Allez je m'casse ailleurs et, sur ces mots, il partit rejoindre un groupe

des pélicans établis dans le voisinage


DSC09433.JPG


Le moins que l'on puisse dire est qu'il ne reçut pas un accueil chaleureux des pélicans qui commencèrent

à marmonner « Qui c'est celui là ? Qu'est ce qu'il veut ? Qu'est ce qu'il fait là ? C'est certainement un rupin qui

croit nous épater avec sa jaquette rouge ferrari. Il nous regarde de haut avec ses longues pattes. Encore un qui

veut fienter plus haut que son trouffion ! » Et ils le harcelèrent si bien que le flamant dégoûté s'en alla voir ailleurs


DSC09430.JPG


Le flamant parti, les pélicans se congratulèrent bruyamment en s'exclamant « On est quand même mieux

entre nous, ce n'est pas parce qu'on est bas sur pattes, que l'on va se laisser marcher sur les pieds ! Ces rupins

sont tous les mêmes, ils pensent pouvoir nous impressionner avec leurs grands airs, mais c'est pour mieux nous

exploiter et nous spolier »


DSC09439.JPG


Et les voilà à se hausser du col fiers d'avoir chassé l'intrus et de rester ainsi entre eux en préservant leur existence

routinière et jouir de l'ineffable bonheur de s'entendre dire "c'est toi !" sans accent pointu !


DSC09471.JPG


Puis ils se mirent à l'eau pour aller conter à leur colonie établie sur un île leur exploit d'avoir chassé

un malheureux flamant émigré de Cuba


DSC09522.JPG


Leurs congénères confortablement installés sur leur ile singulière les accueillirent en héros pour avoir préserver leur

territoire de toute intrusion étrangère


DSC09518.JPG


Une cigogne venant d'Afrique et qui s'apprêtait à s'établir en ces lieux qu'elle pensait idylliques, ayant assisté

à la scène, reprit son vol bien vite à la recherche d'une contrée plus hospitalière.


Mais je doute qu'elle l'ait trouvée sur cette terre!


Texte & photos Ulysse

31/12/2008

Meilleurs voeux pour 2009

Nouvelle image.JPG


Nous oublions trop souvent,

Que de mère Nature,

Comme toute créature,

Nous sommes les enfants.


Nous devons prendre soin,

De la terre et de la mer,

Si fragiles et si chers,

Qui sont notre bien commun.


Ce lien qui nous unit,

Indéfectiblement,

En tous lieux est écrit,

Où porté par le vent.


Témoin en est ce message,

Qu'hier au coucher du soleil,

M'ont adressé dans le ciel,

Des oiseaux de passage.


Je vous l'adresse aussi,

Afin que douce et belle,

Soit cette année nouvelle,

Pour vous et vos amis.



Texte & Photo Ulysse