suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/03/2018

Pérégrinations méditatives sur le causse de Puechabon

 

IMG_1004.jpg

On dit que la pluie n’arrête pas le pèlerin, et comme pèlerins dans l’âme nous sommes, malgré le temps maussade, Jo et moi partons ce matin à la découverte des hameaux fantômes du causse de Puéchabon. Le problème d’une météo incertaine est qu’il nous oblige à prévoir vêtements chauds et imperméables, ce qui charge notre sac et nous fait ressembler à des escargots  (sans les cornes !)

 

IMG_0925.jpg

Malgré son aridité, ce causse a été occupé par l’homme depuis des temps immémoriaux qui en a fait un lieu d’élevage ovin et de cultures, telle que celle de ces oliviers multi-séculaires qui refusent de mourir et donnent perpétuellement de jeunes rejetons.

 

IMG_0934.jpg

Nous arrivons au hameau fantôme de Lavène où vit encore un ancien berger. Les ruines imposantes témoignent de l’intense activité d’élevage ovin qui servait à fournir en viande et en laine les villes avoisinantes. Pour trouver la matière première de leurs habitations, les bâtisseurs du hameau n’ont eu qu’à se baisser, le causse n’étant qu’un vaste champ de pierres entremêlées de brins d’herbes.

 

IMG_0936.jpg

Cela dit, ils ont manifesté un sacré talent pour les agencer d’une si belle façon, les arches ayant résisté à l’usure du temps malgré l’effondrement des toitures dû au pourrissement du bois, effondrement qui est à l’origine du délabrement des murs.

 

IMG_0939.jpg

Ces habitations comportaient plusieurs niveaux, les bêtes étant parquées la nuit ou pendant l’hiver au rez-de-chaussée, leur chaleur chauffant les habitations humaines situées au dessus.

 

IMG_0999.jpg

Nous poursuivons notre chemin avec au dessus de nos têtes un ciel avec « cinquante nuances de gris » qui nous laissent penser que peut être là haut les anges et angelesses se livrent à une joyeuse bacchanale. La marche est un bel aiguillon de la vie et met tous nos sens en éveil ! Ici, sur cette piste quasi horizontale qui ne met pas en émoi nos ventricules, nous pouvons méditer sur le temps qui passe et penser à toute celles et ceux qui au cours des siècles ont traversé ce paysage, créant ainsi une vaste fraternité de pèlerins à travers les siècles.

 

IMG_0960.jpg

Nous arrivons au hameau en ruine de Montcalmès que je considère un peu comme le Carcassonne du causse, comme vous allez le découvrir. Il est étonnant qu’en un lieu aussi aride et éloigné de toute autre agglomération, des hommes aient bâti un tel ensemble d’habitations. Ce hameau a l’allure d’un village fortifié et sans doute que ses habitants, éloignés de tout secours, voulaient se protéger ainsi des éventuelles bandes de pillards.

 

 

IMG_0992.jpg

Malgré l’aspect fortifié de l’ensemble, ses bâtisseurs ont su introduire une certaine élégance en multipliant les ouvertures. On aperçoit encore fichés dans le mur de façade des arceaux qui devaient sans doute servir à hisser les fardeaux avec des cordages aux étages supérieurs. Mais peut être qu’une lectrice ou un lecteur aura une autre explication.

 

IMG_0996.jpg

La vie était rude en ces lieux et l’eau qui ne venait que du ciel était précieuse. Les hommes la recueillaient pour leur usage dans de vastes citernes alimentées par les pluies d’hiver ruisselant sur les toits. Celle pour les animaux était recueillie dans des lavognes, grandes vasques creusées dans le sol argileux et tapissées de pierres pour éviter que les bêtes ne s’embourbent en s’y désaltérant.

 

IMG_0995.jpg

Ces globulaires sont l’une des rares touches de douceur dans ce monde de pierrailles souvent battu par un vent glacial l’hiver et écrasé par la fournaise l’été.

 

IMG_0973.jpg

Dirigeons nous vers le joyau de cet ensemble, un lieu d’une élégance et d’une beauté architecturale inattendues en ce lieu austère.

 

 

IMG_0990.jpg

Nous découvrons un vaste espace sans doute destiné à abriter les bêtes pendant la nuit ou la mauvaise saison et peut être aussi à stocker les réserves de nourriture et le charbon de bois que les habitants produisaient avec les chênes verts adaptés à ces sols arides et qu’ils allaient vendre dans les villages de la plaine.

 

IMG_0974.jpg

Bien que les plafonds et les planchers des étages supérieurs se soient effondrés, les murs et les arcades qui les soutenaient sont intacts et révèlent un savoir faire extraordinaire de leurs bâtisseurs qui leur a permis de résister aux outrages du temps.

 

 

IMG_0975.jpg

Alphonse de Lamartine s’est demandé dans un poème « si les objets inanimés avaient une âme qui s’attachent à notre âme et la force d’aimer ». Et bien oui, l’émotion qui nait devant cet ensemble nous laisse penser que ces pierres ont une âme, reflet de celle des hommes qui les ont agencées dans des formes de si belle et audacieuse allure.

 

 

IMG_0980.jpg

D’ailleurs, depuis Antoine Laurent de Lavoisier nous savons que rien ne se perd rien ne se crée tout ses transforme. Donc si la vie est apparue sur Terre sous les formes multiples qu’on lui connaît, c’est qu’elle est intrinsèquement liée à la matière dont sont constitués les être vivants : c’est à dire de la poussière d’étoile. Et donc les pierres sont une forme de vie certes inerte mais pour moi réelle et elles ont une « âme » qui est, de fait, celle de l’univers, à laquelle nous participons également au cours de nos vies successives.

 

 

IMG_0986.jpg

Jetons un dernier coup d’œil à ces magnifiques arches qui font que les pierres échappent à la loi de la gravité. Le génie de l’homme est là qui défie l’évidence et fait que ce qui paraît impossible devienne possible : faire flotter en l’air des pierres !

 

IMG_1003.jpg

Le causse de Puéchabon domine les gorges de l’Hérault et cette autre merveille architecturale qu’est le village féodal de Saint Guilhem le Désert et sa magnifique abbaye de Géllone, joyau de l’art roman classé au patrimoine de l’Unesco.

 

IMG_1006.jpg

L’Hérault ce fleuve côtier né dans les Cévennes gardoises, enserré ici dans des gorges adopte un cours tumultueux qui fait le bonheur des canoéistes à la belle saison.

 

IMG_1007.jpg

Le sentier descend progressivement vers la plaine ponctué par des cairns, œuvres éphémères de bâtisseurs amateurs qui elles aussi défient les lois de l’équilibre. Les cairns sont les phares du pèlerin qui lui évitent de perdre son chemin .

 

 

IMG_1014.jpg

Nous nous rapprochons du cours de l’Hérault dont les eaux turquoises sont une invitation à la baignade. Avec mon copain Jo nous y aurions bien plongé une tête mais nous nous sommes abstenus car vu l’aspect des berges il nous aurait été difficile d’en sortir ! Qui se serait alors occupé de ce blog ?

 

IMG_1017.jpg

Le sentier débouche à l’entrée du pont du Diable autre splendeur architecturale romane construit en 873 soit il y a plus de onze siècles ! Il doit son nom à une légende qui prétend que lors de sa construction, le diable venait défaire chaque nuit ce que les hommes construisaient durant la journée. Ces derniers se décident alors de passer un accord avec lui : il pourrait prendre la première âme qui passera sur le pont. Quand le pont fut terminé, aucun des hommes ne voulant donner son âme au diable, ils firent passer un chien en premier. Fou de rage, le Diable tenta en vain de détruire le pont sans y parvenir, comme quoi malgré ses défauts qui le rendent peu fréquentable, c’est un excellent architecte. Songez y si vous avez une maison à construire !

 

IMG_1025.jpg

Le sentier traverse ensuite le vignoble de Puechabon, émaillé d’anciens mazets aujourd’hui abandonnés mais qui, dans le passé, ont connu les festivités des vendanges quand les joyeuses bandes de vendangeurs n’avaient pas été remplacées par des machines.

 

IMG_1026.jpg

Malgré la mécanisation des travaux agricoles, le vignoble n’a rien perdu de sa beauté surtout quand le vigneron respectueux de la nature lui permet de cohabiter avec cette plante magique qui permet à l’homme de connaître une douce ivresse en buvant le sang de la terre, le jus des étoiles et d’en nourrir ainsi son âme. Buvons donc du vin …avec modération et bio si possible !

 

*****

Si vous aimez ce blog, peut être aimerez vous aussi mes chansons

ma dernière étant LUPO que je viens de publier sur les plateformes musicales

 

puéchabon,montcalmès,causse,diable,gellone

catalogne,machado,matisse,collioure

notamment DEEZER (cliquez sur le nom)

Vous pouvez aussi les écouter sur mes autres blogs

1) CANTA-la-VIDA

(blogs de chansons illustrées par des photos)

La dernière chanson mise en ligne étant

"Rock me bébé "

2) OLD NUT WIX

(intégralité des chansons - sauf les 2 derniers albums - classées par album)

(cliquez sur les liens dans le haut de la colonne à droite)

Texte & Photos Ulysse

  

22/09/2017

Pérégrinations autour de Puéchabon (fin)

 

 

DSC01153.JPG

Cette note est la suite de la précédente

 (nous nous situons dans le hameau désert de Montcalmès

sur le causse de Puéchabon dans l'Hérault)

****

Depuis un siècle les hommes ont déserté ces lieux,

Que colonise  le règne végétal,

Qui part à l'assaut des murs bancals,

Qui se délitent peu à peu.

 

DSC01149.JPG

Au cœur de ces bâtisses chargées d’histoire,

Les fantômes errent parfois en silence,

De ceux qui y ont passé leur existence,

Tissée de rires, de soupirs et d'espoir.

 

DSC01168.JPG

L’atmosphère qui y règne est si sereine,

Que les promeneurs ignorant les lézardes,

Qui ébranlent les murs, parfois se hasardent,

A y faire insouciants une sieste souveraine.

 

 

DSC01179.JPG

Au sortir du hameau, c’est la rencontre heureuse,

D’un ardent chêne vert et de sa bien aimée,

Engagés dans une salsa endiablée,

D’où naîtront sans doute de nombreux petits « yeuses * ».

 

* yeuse : autre nom du chêne vert

 

DSC01195.JPG

Ce géant, non loin,  sans doute l’un de leurs ancêtres,

Constitue à lui seul une forêt,

Sa taille imposante inspire le respect,

Et morts depuis longtemps sont ceux qui l’ont vu naître .

  

DSC01201.JPG

Il étend au loin sa vénérable ramure

Afin de capter au mieux les rayons du soleil.

Ce chêne vert, à vrai dire, n’a pas son pareil,

Prétendre le contraire serait lui faire injure !

 

DSC01215.JPG

Nous voilà au pied de Saint sylvestre des Brousses,

Campée sur le chemin qui menait à Gellone,

A l’époque où la foi faisait marcher les hommes,

Quand la menace de l’enfer leur fichait la frousse !

 

 

DSC01205.JPG

 Mais l’heure avance et le soleil décline,

Les montagnes au loin ne sont plus que des ombres,

La frondaison des arbres prend des teintes plus sombres,

Dans la plaine ne brille plus que l’or des vignes.

 

DSC01224.JPG

Un antique mazet fenêtre et porte fermées,

Nous parle d’un temps où les vendanges étaient une fête,

Aujourd’hui des machines polluantes font la cueillette,

Le dieu Bacchus, de ces lieux, s’est enfui atterré. 

 

DSC01227.JPG

Dépouillés par l’automne, une vaillante cohorte

De ceps dressent vers les nuages leurs sarments effilés,

Cherchant désespérément à les transpercer,

En vue de préparer, déjà, la prochaine récolte.

 

DSC01229.JPG

Les vignes ont les couleurs des nectars,

Qui coulent généreusement dans nos timbales,

Et de là réjouissent nos poreuses amygdales,

Quand le vin est tiré, c’est sûr il faut le boire !

 

DSC01233.JPG 

Pour certains arbres l’automne est un chant du cygne,

Leurs frondaisons offrent en mourant un feu d’artifice,

Quand d’autres gardent leur verdeur, mais qui n’est que factice,

Car la mort saisit leurs feuilles une à une de façon anonyme.

 

 

DSC01243.JPG

Qui peut croire que l’hiver frappe à la porte,

Devant une nature aux si beaux atours ?

Cette loi imparable de l’éternel retour,

Ne rend-t-elle pas la vie chaque fois plus forte ?

 

 

DSC01247.JPG

Un cep résiste vaille que vaille et garde sa livrée,

Mais l’hiver le dépouillera comme les autres,

On s’attache à la vie, on dit des patenôtres,

Mais un jour le corps défaille et on doit le quitter !

 

*****

Si vous aimez ce blog, peut être aimerez vous aussi mes chansons que vous pouvez écouter sur les plateformes musicales sous le nom d'Old Nut ou librement sur mes autres blogs

1) CANTA-la -VIDA

La dernière chanson mise en ligne étant "Bulles de savon"

(blogs de chansons illustrées par des photos)

2) OLD NUT WIX

(intégralité des chansons - sauf le dernier album - classées par album)

(cliquez sur les liens dans le haut de la colonne à droite)

3) PIQUESEL 

Clins d'oeil sur le monde

Texte & photos Ulysse

  

18/09/2017

Pérégrinations autour de Puéchabon (1ère partie)

 

DSC01055.JPG

Sur une route qui se perd sous un ciel blafard,

Rivière de pierres sinuant entre les vignes,

Je vogue, répondant à de mystérieux signes,

La vie n’est-elle vraiment qu'un hasard ?

 

 

DSC01066.JPG

Ici, les hommes ont façonné le paysage,

En vivantes mosaïques qui chantent les saisons,

La vendange faite, les feuilles tombent en pamoison,

Tandis que le nectar coule dans le secret des caves.

 

 

DSC01062.JPG

Dans les haies qui bordent les vignes, la salsepareille,

Offre ses multiples cœurs et ses graines d’apparat,

Prenez garde ! Si ses tiges épineuses vous prennent le bras,

C’en est fait de vous, vous sécherez au soleil !

 

 

DSC01074.JPG

La route monte sur le plateau par de grands virages,

Ménageant nos cœurs et nos respirations,

Nos esprits se livrent alors à la méditation :

D’où viennent et où vont ces merveilleux nuages ?

 

DSC01091.JPG

Du bord du plateau, on voit Saint Guilhem-le-Désert,

Parure offerte par les hommes aux rives de l’Hérault,

Sur laquelle veillait hier un formidable château,

Dont les feux sont éteints et les salles à ciel ouvert.

 

 

DSC01093.JPG

Son joyau absolu est l’abbaye de Gellone,

Chef d’œuvre de l’art roman languedocien,

Dont le vingtième siècle qui ne respectait rien,

A fait une carrière, tristes petits hommes !

 

 

DSC01106.JPG

Dans ces monts de calcaire constamment assoiffés,

L’Hérault peine à sauver sa peau, serpent liquide,

Dont pas un remous n’affecte les eaux languides,

Que griffent à la belle saison des canoës.

 

 

DSC01109.JPG 

Les arbres en rangs serrés se pressent sur ses bords,

Y captant l’eau si rare nécessaire à leur sève,

Ainsi le fleuve secrètement vers le ciel s’élève,

Dans les ramures où il s'évapore.

 

 

DSC01117.JPG

Nous voici en vue du hameau de Montcalmès,

Chef-d’œuvre de la civilisation caussenarde,

Broderie de pierres que la patine du temps farde,

Edifiée par des hommes de la plus noble espèce.

 

 

DSC01124.JPG

Ici l’élégance se marie à l’audace,

Les colonnades sont comme un champ de fleurs,

Dont les pétales de pierre défient la pesanteur,

Et traversent sans flétrir les siècles qui passent.

 

 

DSC01131.JPG 

Le savoir faire de leurs anonymes bâtisseurs,

Egalait celui mis en oeuvre pour les cathédrales,

Pourquoi courir s’agglutiner au Taj Mahal,

Quand on a près de chez soi de telles splendeurs !

 A suivre……

 

*****

Si vous aimez ce blog, peut être aimerez vous aussi mes chansons que vous pouvez écouter sur les plateformes musicales sous le nom d'Old Nut ou librement  sur mes autres blogs

1) CANTA-la -VIDA

La dernière chanson mise en ligne étant "Bulles de savon"

(blogs de chansons illustrées par des photos)

2) OLD NUT WIX

(intégralité des chansons - sauf le dernier album - classées par album)

(cliquez sur les liens dans le haut de la colonne à droite)


Texte & photos Ulysse

 

 

19/02/2009

Solitude et ivresse à Montcalmès (Fin)

20ter.JPG


Je quitte à regret ces lieux imprégnés d'histoire où tant de vies ont fleuri et fané mais qui ont laissé de leur bref

passage la trace de leur courage et de leur génie dans ces poèmes de pierres qui défient les intempéries.


22.JPG


Le chemin traverse un vaste plateau pierreux qui souligne la détermination de ceux qui ont vécu ici. La force

de leur âme était à la mesure de la frugalité de leur existence suspendue à un fil ténu, sans doute très vite rompu par

les famines qui devaient souvent sévir en ces lieux inhospitaliers. Ces hommes là se nourrissaient de ciel et d'étoiles

alors que vin, jambons, chapons constituaient l'ordinaire des abbés et des moines, ayant pourtant fait voeu de pauvreté,

qui vivaient grassement dans la plaine à l'abri de leurs monastères grâce aux dîmes payées par leurs pauvres ouailles.


23.JPG


Puis le chemin descend en pente douce au travers d'une garrigue de bruyères en fleurs, de romarins et

d'arbousiers vers l'église Saint Sylvestre de Montcalmès, dénommée aussi Saint Sylvestre des Brousses


24.JPG


Sa masse imposante apparait soudain au dessus d'une oliveraie séculaire qui lui dresse une couronne de lumière.

Cette église millénaire fut occupée pendant 600 ans par les Bénédictins qui la quittèrent en 1658 au profit de l'Eglise

Saint Pierre de Puéchabon offrant un meilleur confort et sans doute de meilleurs moyens de subsistance.


25.JPG


Son isolement et les temps troublés qui l'on vu naître expliquent sans doute son allure de forteresse et

l'absence d'ouverture qui ne la rendent guère aimable. Parfois la maison de Dieu ressemble à une prison ou une

maison de correction et c'est pourquoi les gens s'en écartent.


26.JPG


Mais le site qui l'entoure offre un visage beaucoup plus riant de vignobles où le sang du seigneur coule dans

le secret des sarments. Je préfère de beaucoup le coté « bar à vins «  des églises que le coté « goupillon » !


27.JPG


La vigne, à l'image de ceux qui ont vécu à Montcalmès, s'adapte aux sols les plus ingrats et les plus difficiles

et comme ces hommes qui ont brodé avec les pierres de merveilleuses dentelles, elle transforme les cailloux en

un délicieux nectar.


28.JPG


je veux ici une fois de plus m'insurger contre ces pisse-vinaigre qui aujourd'hui diabolisent ce divin breuvage,

pourtant célébré par les anciens égyptiens, les grecs, les romains, et qui a façonné nos merveilleux paysages. Imaginez

le pas d'Oc sans vignes ! Ce serait un crime monstrueux et il faudrait traîner ces tristes sires en justice pour atteinte

au patrimoine mondial de l'humanité !


29.JPG


Quand j'aperçois un mazet planté au milieu des vignes, j'entends les rires des vignerons attablés tous ensemble

à la saison des vendanges et célébrant la naissance du vin nouveau


30.JPG


Contemplons, admirons, célébrons sans relâche ces rangées de ceps, vaillant petits soldats indifférents aux

intempéries, supportant d'humeur égale le soleil de plomb et la pluie et qui couvrent de leur patchwork, aux couleurs

sans cesse changeantes selon les saisons, les plaines et coteaux de ce magnifique pays d'Oc .


31.JPG


Me voilà de retour au Pont du Diable, j'aperçois Lucifer assoupi la mine réjouie sous une pile du pont (sans doute

a-t-il apprécié mes flacons !) et j'en profite pour reprendre mon attelage et rentrer en jubilant à la maison .


PS :Le descriptif du circuit figure en fichier joint


Texte & Photos Ulysse