suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/11/2016

La philosophie du "cochonnet" !

  

medium_img_4728.jpg

 

Vu l'état de la planète et du monde il y a pour, un homme sensé, de quoi être complètement découragé. Pour remédier à ce découragement, il y a plusieurs solutions : devenir le meilleur client de la cave coopérative viticole de son village et sombrer dans une douce rêverie vineuse, enrichir encore plus les laboratoires pharmaceutiques, qui au demeurant empoisonnent déjà le monde, en se gavant d'antidépresseurs ou..... se mettre à la pétanque !

A vrai dire, jusqu'à ce jour, la contemplation des joueurs de boule dans les jardins et les squares de France et de Navarre me laissait  perplexe ! Je ne trouvais aucun attrait à ce jeu et je me demandais comment un but aussi futile, s'approcher le plus près possible d'un «cochonnet », pouvait constituer un "loisir", voire même remplir une existence, car ses adeptes y passent des heures, et certains des jours, en courant ici et là les tournois.  Mais de voir qu'ils affichent tous - qu'ils gagnent ou qu'ils perdent -  une mine des plus réjouies, une véritable sérénité de Boudha,  m'interpelle !

Depuis la nuit des temps, en effet, des empires se sont faits et défaits, les hommes et femmes ont lutté contre les éléments, bâti des temples, des cathédrales et des gratte-ciels, ont inventé et construit les navires, les avions, les téléphones portables, les pizzas à livrer. Ils ont peint la Joconde, composé des Requiem, écrit l'Ylliade et l'Odyssée et Gaston Lagaffe, et tout cela pour qu'aujourd'hui une grande partie d'entre eux consacrent une partie de leur vie - et pour les retraités les derniers jours de leur existence -  à jouer à la pétanque !

Je trouvais cela inconvenant, pour ne pas dire débile, mais revenant sur mes sentiments passés, j'en viens à me demander aujourd'hui si ce n'est pas là un signe de sagesse profonde. Ignorant les querelles politiques et religieuses qui font la une de médias, ayant abandonné toute prétention de pouvoir, sans autre objectif que de gagner le verre de pastis qu'ils dégusteront sous les platanes à la fin de la partie (les gagnants et les perdants buvant tous de concert) , ces adeptes du cochonnet n'ont ils pas enfin trouvé « le Graal » de la vraie vie  : vivre dans l'instant présent, comme le moineau sur sa branche ou le chat sur son coussin, à l'instar de l'enseignement de Boudha !

Après mure réflexion, c'est décidé, je vais me mettre à la pétanque !

 

 *****

Si vous appréciez ce blog, je vous invite à découvrir mes autres blogs:

Old Nut (Wix) où vous pouvez écouter librement toutes mes chansons

Canta-la-Vida où j'illustre certaines chansons en photos.

La dernière mise en ligne s'intitule "Je vais par monts et par vaux"

Piquesel : "bloc-note photos" où les photos sont accompagnées de commentaires humoristiques ou poétiques.

Vous pouvez y accéder en cliquant sur les noms figurant en haut de la colonne de droite.

 

Texte & Photo Ulysse

10/09/2016

Mes douze secrets du bonheur !

 

DSC01742.JPG

De même que la nuit n’existe pas sans le jour, l’ombre sans la lumière, la douceur sans la rudesse, le bien sans le mal, le cornichon sans le vinaigre et le chausse pied sans la chaussure, le bonheur a pour compères l’ennui, l’abattement, le désespoir et la douleur. Certes il ne se réduit pas, comme le chante Jean Ferrat (les poètes sont immortels) à un quinquet de taverne, mais il n’est pas non plus un soleil illuminant la condition humaine.

Les mieux lotis -dont je suis- sur cette planète, qui prend de plus en plus les allures d’une galère, parviennent à glaner ici et là quelques instants de félicité. Et chacun a ses secrets pour les trouver. Je vous livre les miens qui constituent en quelque sorte ma petite philosophie du bonheur !

Premier secret :

C’est le week-end, une matinée de liberté s’ouvre à vous, il fait beau. Choisissez une place,  avec une fontaine,  si possible piétonnière et légèrement ombragée. Installez y une table et quelques chaises pour que des amis puissent se joindre à vous. Conversez, badinez, devisez, refaites le monde en évitant toutefois les sujets qui pourraient gâcher votre journée (le régime de retraite des parlementaires, les bonus des traders qui repartent de plus belle, etc…).

Quand 11H30 sonnent, débouchez une bouteille (pour commencer !) de rosé Saint Hypolite de la cave coopérative de Fontès (évitez le pastis qui gâte le palais) et dégustez la avec des Lucques (variété d'olives) à la languedocienne (bannissez les cacahuètes et les noix de cajou à cause des émissions de CO2 liées à leur acheminement).

Savourez les goulées de rosé qui descendent derrière votre glotte, le rayon de soleil qui caresse votre visage, le glougloutis de la fontaine qui chatouille vos oreilles et le joli sourire de la jeune femme qui passe, que vous pensez être pour vous (et seul compte ce que vous pensez !) mais qui est, en fait, pour le jeune homme qui vient à sa rencontre : vous voilà heureux !

 

DSC01726.JPG

Deuxième secret :

Habillez vous de façon décontractée (les tâches et les faux plis n’ont aucune importance, sauf si votre épouse vous accompagne !) endossez un sac à dos contenant un généreux pic-nique liquide (voir quelques références dans la rubrique délices de ce blog) et solide ainsi que la carte IGN Topo 25 du secteur que vous voulez arpenter. Oubliez votre portable pour ne pas être tenté de le consulter pendant vote balade, mais pensez à prendre un chapeau indispensable pour vous couvrir les yeux à l’heure de la sieste. Choisissez de bons chemins ombragés assez confortables pour pouvoir baguenauder le nez en l’air sans risquer de vous retrouver le cul par terre : vous voilà heureux !

 

 

DSC08994.JPG

Troisième secret :

Toujours en tenue décontractée grimpez sur la plus haute colline des environs et attendez que passe un flamant rose. Quand il approche du sommet interpellez le en disant «  scrouech ! scrouech ! »  ce qui veut dire en langage flamant « viens là, j’ai d’excellentes crevettes » . En général les flamants roses ne résistent pas à une telle proposition et il se dirigera donc vers vous. Quand il est à proximité, sautez sur son dos et grattez lui le croupion (les flamants adorent ça !) Il vous fera faire un tour dans les airs qui vous ravira : vous voilà heureux !

 

 

DSC09592.JPG

Quatrième secret:

Quand arrive l’automne, remettez votre tenue décontractée en enfilant toutefois par dessus un gilet pare-balles et un gilet fluo de sécurité (à cause des chasseurs) et allez baguenauder dans la somptueuse garrigue de Castelnau-de-Guers. Admirez les camaïeus sang et or qui parent les vignes et qui font croire qu’un morceau de soleil a fondu et s’est répandu sur la terre. Cueillez un grain ici et là (pas plus, au delà ce serait de la grivèlerie) et savourez le jus sucré, promesse de divins nectars : vous voilà heureux !

 

 

DSC00882.JPG

Cinquième secret:

D’une façon générale évitez de vous mêlez des affaires d’autrui sauf si l’on vous sollicite de façon pressante. Et dans ce cas n’écoutez pas qu’un seul son de cloche et tentez d’être objectif et impartial.

Sachez également qu’on ne gagne jamais rien à donner des conseils : car quelque soit l’issue du dilemne en cause (affaires, amour etc…) on vous en voudra ! Si le conseil était pertinent on vous fuira car on vous sera redevable et s’il ne l’était pas, on vous en attribuera l’échec. Au demeurant on a déjà beaucoup de mal à distinguer ce qui est bon pour soi, et une décision qui paraissait raisonnable peut se révéler être une catastrophe. Ainsi un jour ai je voulu mettre de l’eau dans mon vin pour ménager mon foie, mais cette eau était contaminée et je suis tombé malade !

Donc, autant que possible restez à l’écart des disputes, querelles, différends, choix cornéliens et autres débats métaphysiques et surtout ne mettez jamais d’eau dans votre vin : vous pourrez ainsi garder votre sérénité.

 

  

DSC02301.JPG

Sixième secret:

Dès que l’occasion se présente piquez un petit roupillon, même si vous êtes au travail. Le corps médical, dont l’intérêt est pourtant que vous soyez le plus souvent malade, reconnaît que c’est bon pour la santé. Et contrairement à ce que vous pourriez penser (ou plutôt ce que pourrait penser votre patron) ce n’est pas du tout néfaste à votre productivité. Bien au contraire la solution de problèmes que l’on pensait insolubles vient souvent en dormant et même si elle vient avant, prétendez que vous avez besoin d’un petit somme pour avoir les idées claires ! Si de surcroît vous pouvez faire la sieste en écoutant Melody Gardot chanter « Worrisome Heart » : vous êtes au Nirvana !

 

DSC02330.JPG

Septième secret :

Soyez chaleureux et n’hésitez pas à rompre la glace le premier quand on vous convie à des manifestations, cocktails, cérémonies, vernissages et autres pince-fesses (expression à interpréter hélas au sens figuré, car cette pratique est dorénavant sanctionnée pénalement). Certes vous courrez le risque de tomber sur un raseur (les femmes ne sont jamais ennuyeuses – oh! le vil flatteur !) qui vous expliquera les mille et une manières d’éradiquer les taupes et les limaces de votre potager (même si vous n’avez pas de potager) mais vous aurez aussi peut être la chance de faire la connaissance de gens charmants, étonnants, passionnants (comme moi et Gibus par exemple) qui illumineront votre soirée. De surcroît, si vous les invitez ensuite chez vous, vous ferez des économies d’électricité : au prix du kilowatt, c’est le bonheur assuré !

 

 

DSC05036.JPG

Huitième secret :

Soyez fermes dans vos pensées et convictions mais évitez les affirmations péremptoires et restez nuancé . Ne dîtes pas « Notre tsarounet Hollandus n’est qu’un moulin à paroles qui ne brasse que de l’air » mais plus objectivement «Rappelez moi quels sont les engagements de sa campagne qu’il a réalisés ? »

Ne faites pas comme  Mégalo Sarko et sachez reconnaître vos erreurs. N’apportez pas non plus d’eau au moulin de la médisance, ce qui ne vous interdit pas de prétendre que BHL est à la philosophie ce que Guy des Cars est à la littérature et qu’il vaut mieux être conseillé par son concierge que par Alain Minc. Et surtout, ne servez jamais à autrui un vin que vous n’aimeriez pas que l’on vous serve : vous pourrez ainsi vous contempler sans honte chaque matin dans la glace : vous serez un homme (ou une femme) heureux !

 

 

 

DSC05057.JPG

Neuvième secret :

Même dans les situations les plus délicates ne perdez jamais espoir et ne vous laissez pas abattre. Même si vous lâchez prise, tout n’est pas perdu, des projets peuvent germer et une nouvelle vie s’ouvrir à vous. Mais ne tirez pas de plans sur la comète, n’oubliez jamais que le bonheur est dans le pré !

 

 

DSC02319.JPG

Dixième secret :

Vous voilà à la retraite et après une première journée d’euphorie vous avez le « blues » . Vous vous sentez, mis au rebut, inutile. Vous pensez comme ce bon vieux Stéphane que la chair est triste, hélas, et que vous avez lu tous les livres….(enfin presque tous). Dès 11 heures du matin et 6 heures du soir vous rodez dans les cuisines pour vous enquérir du menu et vous vous faites chassez sans ménagement par la gardienne des lieux .

Mais ne vous laissez pas abattre : certes vous êtes décati, vos abattis sont rouillés, votre cuirasse flétrie, votre toison clairsemée et tous vos organes sont impitoyablement soumis à loi de la gravité. Mais les caveaux de dégustation du pays d’Oc sont généralement ouverts 6 jours sur 7, les amandiers, oliviers , chênes verts et platanes abondent dans la campagne au pied desquels il fait bon faire la sieste. Chaque village a sa place où l’on pratique la pétanque (qui n’est pas un jeu mais un sport) ou son bistrot où l’on joue à la belote ou au loto et puis vous ne manquerez plus un seul épisode de ces  impérissables chefs- d'oeuvre que sont "les feux de l'amour" et "plus belle la vie" : le bonheur est vôtre  !

 

 

 

DSC09007.JPG

Onzième secret :

Vous êtes au soir de votre vie et vous en faites le bilan. Petitesses, mesquineries, tromperies et méchancetés s’y mêlent à l’amour, la douceur et à la générosité. Espoir et désespoir se tiennent la main, orgueil et humilité sont face à face. Certitudes et doutes se querellent . Il faut tout prendre, ne rien cacher, ne rien refuser. C’est le « ça » de notre vie comme le dit Alexandro Jodorowsky dans « Le doigt et la lune » dont je vous recommande la lecture (c’est Andrée qui me l’a fait découvrir) .

La leçon du temps qui passe est de nous faire comprendre que la satisfaction de notre seul « ego » est une impasse et que les chemins ne s’ouvrent que si l’on va vers les autres : alors on peut mener une fin de vie apaisée.

 

 

DSC09466.JPG

Douzième secret:

Cette fois c’est la fin, vous n’avez plus que quelques instants à vivre. Il ne vous reste à boire, sur cette bonne vieille terre, qu’un ou deux, voire trois, tout au plus, « canons » de vin de pays d’Oc et après cela vous goûterez au vin des vignes du seigneur ! (l’enfer est pour les buveurs d’eau)

Que la joie illumine alors votre visage, pour que ceux qui restent gardent de vous un heureux souvenir et boivent ensuite à votre mémoire et à votre salut !

Voilà quels sont mes douze secrets du bonheur, mais vous avez sans doute les vôtres et n'hésitez pas à me les confier dans un commentaire.

*****

Si vous appréciez ce blog, je vous invite à découvrir mes autres blogs:

Piquesel : "bloc-note photos" où les photos sont accompagnées de commentaires humoristiques ou poétiques.

Old Nut (Wix) où vous pouvez écouter librement toutes mes chansons

Canta-la-Vida où j'illustre certaines chansons en photos.

Vous pouvez y accéder en cliquant sur les noms figurant en haut de la colonne de droite.

 

 

 

Texte & photos Ulysse

 

 

 

15/04/2016

Restons dans les nuages !

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/_DSC7015.JPG

Qui, dans son enfance, n'a pas entendu ce rappel à l'ordre de ses géniteurs ou de ses précepteurs «Alors, on est encore dans les nuages ! » visant à nous faire redescendre sur terre et à faire preuve d'un peu de concentration et de sérieux, ce qui montre la piètre estime dans laquelle sont tenus les nuages ! Mais, comme souvent, ce mépris est le fruit de l'ignorance et nous ne prêtons pas aux nuages l'attention qu'ils méritent. Il s'agit d'un peuple immense aux diverses tribus dont les formes et les teintes varient à l'infini.

 

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/_DSC7683.JPG

Ainsi , on trouve les Cirrus glacés qui étirent leurs cheveux, à près de 8000 m d'altitude, puis les Cumulus et Altocumulus en forme de monticules qui généralement ne dépassent pas les 6000m. Planant plus près du plancher des vaches et des homo sapiens qui les exploitent, on trouve enfin les épaisses couches de Stratus et les Nimbus tout de gris vêtus !

Mais tout n'est pas si simple et ces tribus se marrient allègrement entre elles pour donner 
naissance, la liste n'en est pas exhaustive, à des Cirro ou Strato-cumulus ainsi que des Nimbostratus ou Cumulonimbus ! Outre l'infinie variété et beauté de leurs formes et de leurs couleurs que l'on découvre en levant tout simplement le nez en l'air (mais attention alors aux poteaux téléphoniques !) les nuages peuvent être le meilleur ami de l'homme, devant le chien qui ne pense qu'à vider votre frigidaire et le cheval dont le seul désir est de vous mettre à terre. Quand on on apprend à les connaître, ils vous indiquent alors avec plus de fiabilité que Météo-France (c'est vrai que ce n'est pas difficile)  le temps qu'il va faire ...!

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/IMG_3259.JPG

Cette connaissance peut vous permettre d'éviter un bon orage alors que vous n'avez pas de parapluie et de préserver ainsi votre costume en cachemire, votre robe en soie, et pour vous mesdames votre superbe mise en plis ! Voici donc quelques éléments de base pour savoir le temps qu'il va faire : les Cirrocumulus, fréquents en été, qui ressemblent aux rides du sable sur la plage et prennent une teinte rosée au coucher de soleil annoncent un temps sec. En revanche, un banc de nuages à l'ouest peut annoncer la pluie pour le lendemain comme le laisse entendre un vieux dicton: « Soleil qui se couche avec son chapeau, ne se lèvera qu'avec son manteau »! Pour parfaire votre connaissance des nuages et prévoir le temps de demain visitez ce site.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/IMG_6693.JPG

Pour ma part, il reste un point concernant les nuages que je n'ai pas pu élucider, les sites qui leur sont consacrés étant muets sur ce point: la question qui me tarraude et m'empêche de dormir est de savoir quelle est l'espérance de vie d'un nuage ? Nous savons que les Nimbus et autres nuages de pluie sont mortels , mais quid des Cirrus et autres nuages d'altitude qui n'ont pas le tempérament pleurnicheur ? Tournent ils indéfiniment autour de la terre ? Certains ont ils ainsi fait de l'ombre à l'auguste front de notre défunt Roi Soleil ou au nez de Cléopatre ? Qui peut répondre à cette question et me rendre ainsi le sommeil ?

 

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/Copie_2_de_Copie_de_IMG_2377.JPG

 

 

*****

Vous aimez lire mes récits ou mes poèmes publiés sur ce blog, alors sans doute apprécierez vous mes chansons publiées sur mon blog musical OLD NUT où je viens de poster trois nouvelles chansons : "Heureux celui qui prend le temps" "je vais par monts et par vaux" et "Mirages". Certaines d'entre elles sont reprises et illustrées par des photos sur mon blog PIQUESEL (Cliquez sur les noms de blog pour y accéder).




Texte & Photos Ulysse

23:11 Publié dans Divagations | Lien permanent | Commentaires (41) | Tags : nuages, cieux

08/04/2016

Sauvons les oeuvres du peintre P. Sycomorus !

IMG_5171.JPG

Les semaines passées je vous ai présenté les oeuvres du peintre Sétois Romano Réflecto et de la jeune peintre finlandaise Flaquusse Glaciusse. Aujourd'hui je vous invite à découvrir les étonnants tableaux de  P. Sycomorus, ce peintre héraultais du début du XX ème siècle ( 1885 -1954) qui utilisait exclusivement le liber comme matériau pour ses oeuvres, en raison de son appartenance au mouvement libertaire fondé par Bakounine (1814 -1876). P. Sycomorus, qui avait un caractère ombrageux mais dont l'oeuvre était rafraichissante, a toujours refusé les voies pompeuses de l'art officiel qui conduit à enfermer les oeuvres d'art dans de sinistres musées ou galeries .

IMG_5170.JPG

Ainsi imposait-il que ses toiles soient exposées en plein air, de préférence au bord des routes du Sud de la France où il pleut moins souvent et où, du fait des migrations touristiques, un maximum de personnes pouvaient les admirer gratuitement. Cet art « brut » a souvent provoqué des choc émotionnels et traumatismes et ses détracteurs accusent les oeuvres de Sycomorus d'être une menace pour la santé et l'ordre public.

Des êtres un peu primitifs et hermétiques à l'art ont même été jusqu'à détruire certaines de ses oeuvres à la nuit tombée suite à un choc émotionnel subi par quelqu'un de leur entourage. Mais ses admirateurs veillent à sauver son héritage afin que les générations futures puissent admirer ces chefs-d'oeuvre qui font partie du patrimoine de l'humanité. Rejoignez les et faites connaître autour de vous ces oeuvres étonnantes afin qu'elles soient protégées.

IMG_5172.JPG

*****

Vous aimez lire mes récits ou mes poèmes publiés sur ce blog, alors sans doute apprécierez vous mes chansons publiées sur mon blog musical OLD NUT où je viens de poster trois nouvelles chansons : "Le bar de Trois Rivières" "Dis papa pourquoi?" chantée par mes petits enfants Emilie et Romain et "La fille du pasteur". Certaines d'entre elles sont reprises et illustrées par des photos sur mon blog PIQUESEL (Cliquez sur les noms de blog pour y accéder).



Texte & Photos Ulysse