suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/05/2018

Périple dans le piémont des Albères

 

P1200662.jpg

Nous partons aujourd’hui pour le piémont des Albères, ce modeste massif montagneux, situé à l’extrémité Est des Pyrénées orientales, que domine le seigneur El canigo (en catalan) dont le sommet (2724m) est encore enneigé à cette période de l’année.

 

IMG_1840.jpg

La neige qui fond se retrouvera quelques mois plus tard dans les tonneaux des nombreuses caves de ce pays béni des dieux qui produit un nectar que l’on vend sous l’appellation « Côtes du Roussillon ».

 

IMG_1844.jpg

Le climat chaud et ensoleillé de cette région est également propice à la culture du chêne liège qui permet la production de bouchons, dont l’extraction d’une bouteille produit à mes oreilles l’une des musiques les plus enchanteresses qui soit. Le micocoulier y prospère également dont on fait de nombreux outils en bois, mais je dois avouer que moi et les outils on est un peu fâchés, ma chère épouse n’a donc pas eu souvent l’occasion de chanter « Ah ! mon dieu quel bonheur d’avoir un mari bricoleur.

 

IMG_1755.jpg

Nous commençons notre périple par le village de Palau del Vidre, qui tire son nom de la tradition verrière qui y prospère depuis des siècles. Ainsi le « créateur » a-t-il bien fait les choses car l’on produit en ce paradis outre de divins nectars les flacons et les bouchons qui permettent de les mettre en bouteille !

Nous souhaitions visiter l’église du village qui recèle deux merveilleux retables flamands du XIVème siècle, mais la porte hélas en est close. Dieu n’inspirant plus aucune crainte aux pilleurs d’église, les hommes sont contraints de fermer à clef ses demeures. (Pour visiter l'église il faut prendre rendez-vous)

 

IMG_1761.jpg

Fort heureusement la collégiale de St André de Sorède est sous bonne garde et nous pouvons donc la visiter.

  

IMG_1764.jpg

Les monstres dévoreurs d’enfants désobéissants qui ornent la façade n’inspirent plus aucune frayeur à la jeune génération dont le passe temps favori est de procéder à des massacres sur leurs jeux video.

 

IMG_1768.jpg

L’intérieur de l’édifice en impose avec ses piliers austères et impressionnants qui conduisent à une nef pleine de sérénité. Sans doute est ce un symbole de l’existence humaine qui pour les croyants conduit au paradis. Pour ce qui me concerne, moi qui suis mécréant, j'espère que pas loin il y a un bar à vins et à tapas. 

 

IMG_1793.jpg

Nous voici devant l’abbaye bénédictine de St Genis des Fontaines, fondée au VIIIème siècle dont l’extérieur ne paye pas de mine tant elle a été rapiécée au cours des siècles.

 

IMG_1791.jpg

De fait, comme pour beaucoup d'entre nous, sa beauté est intérieure, cachée derrière des murs.

 

IMG_1771.jpg

Elle recèle, en effet, un magnifique cloitre du XIIIème siècle dont les colonnes sont de marbres polychromes, le blanc de Céret, le rose de Villefranche-de-Conflent et le noir de Baixas.

 

IMG_1775.jpg

Les chapiteaux des colonnes sont tous sculptés avec des motifs floraux et des sujets allégoriques. Elles tenaient lieu de bandes dessinées pour les moines qui déambulaient dans les lieux.

  

IMG_1799.jpg

Repus de nourritures spirituelles, nous commençons à ressentir un appétit certain pour les nourritures terrestres que nous satisfaisons à l’ombre d’un vénérable micocoulier du charmant village de Montesquieu des Albères. Nos agapes sont suivies d’une sieste réparatrice (la culture c’est fatigant), tradition incontournable des pays méditerranéens, les pays du « Club Med » comme disent nos jaloux voisins teutons.

 

IMG_1808.jpg

Avant de reprendre nos montures, nous grimpons à la table d’orientation qui domine le village et offre une vue panoramique sur le massif des Albères et habituellement El Canigo que des nuages dissimulent malheureusement à notre vue.

 

IMG_1813.jpg

Nous voici devant le prieuré de Santa Maria del Vilar occupée par une communauté monacale de l’église orthodoxe roumaine. Une charmante nonne nous en fait faire la visite, ce qui ajoute à l’attrait des lieux.

 

IMG_1815.jpg

Après son occupation pendant plusieurs dizaines d’années par des agriculteurs qui l’avaient transformé en étable et en porcherie, ce magnifique prieuré a été restauré dans les années 1990 grâce à l’action de madame Triadou, une aveyronnaise tombée sous le charme du lieu. Il subsiste de cette occupation profane un trou dans la porte - qui date du temps de Charlemagne - pour évacuer l’ammoniac des déjections animales.

 

IMG_1816.jpg

Le chapiteau de la colonne de gauche est orné de têtes menaçantes qui étaient destinées à effrayer les mauvais esprits. Elles n’ont malheureusement pas empêché la profanation de ce lieu avant qu’il ne retrouve sa fonction sacrée.

 

IMG_1819.jpg

Les murs du prolongement de la nef sont recouvertes de magnifiques fresques hélas abimées par des infiltrations d’eau. On y voit l’annonciation faite à la vierge par l’ange Gabriel de sa prochaine maternité. Comme quoi le ciel connaît mieux que Google ou Face de Bouc le moindre de nos faits et gestes !

 

IMG_1820.jpg

On y voit aussi un lion ailé qui représente symboliquement St Marc.

 

IMG_1832.jpg

Nous poursuivons notre périple par la visite du village de Laroque-des-Albères situé au pied du Pic Neulos (1256m) plus haut sommet de ce massif.

 

IMG_1831.jpg

En ce village où règne sérénité et harmonie, le temps s’est arrêté et les cloches en oublient de sonner les heures.

 

IMG_1828.jpg

C’est un bonheur de déambuler dans ses rues ombragées par les platanes sur les pas de celles et ceux qui au cours des âges ont bâti puis habité ce village dont les murs de maisons nous chuchotent la légende des siècles.

 

IMG_1837.jpg

Même les rosiers plutôt enclins à orner les jardins y prospèrent créant ici et là des havres de paix qui font oublier les turpitudes du monde.

 

IMG_1839.jpg 

Nous achevons notre périple par le village de Sorrède ou fut édifié en 1900 par un savant portugais, Manuel Antonio Gomes - que ses amis en raison de sa haute taille (1m93) surnommait padre Himalaya - le premier four solaire au monde capable de monter à une température de 900°. Cette invention malheureusement n’eut aucune suite. Une réplique a été reconstruite en 2015 que l’on peut visiter. Pour symboliser ce rôle de pionnier que le village eut dans l’énergie solaire, un cadran solaire géant a été édifié sur l’une des places du village, réalisé par l’artiste catalan Marc André de Figueres. Il ne donne l’heure que le matin …l’après midi étant traditionnellement consacré à la sieste !

  

*****

Si vous aimez ce blog, peut être aimerez vous aussi mes chansons

Trois nouvelles dont "Je crois au matin" sont postées sur les plateformes musicales

dont DEEZER (cliquez sur le nom)

Certaines sont aussi publiées sur mon blog Canta la Vida

la dernière étant "Carmen "

Vous pouvez aussi les écouter sur mon blog

OLD NUT WIX

(intégralité des chansons - sauf les 2 derniers albums - classées par album)

(cliquez sur les liens dans le haut de la colonne à droite)

 

Texte & Photos (sauf la 1ère Nelly C.) Ulysse

 

 

 

 

12/05/2018

La pluie ? Un délice sur les chemins de Rosis !

 

rosis,sommet de rio,climat,genêt

Gibus et moi jouissons de l’infini privilège de pouvoir décider chaque matin d’aller arpenter les chemins. Jamais notre sentiment de liberté n’est aussi fort que lorsque nous quittons ainsi le monde et ses contraintes pour nous aventurer en pleine nature dans un environnement proche de celui que l’homme a connu à l’aube de son histoire. Nous renouons les liens oubliés avec le monde minéral, végétal et animal dont l’homme a du percer les secrets pour survivre. Par cette immersion en pleine nature notre sentiment de vie retrouve sa plénitude.

 

 

rosis,sommet de rio,climat,genêt

C’est à la fin du printemps, époque à laquelle la nature est à son apogée dans la montagne de Rosis, que ce sentiment est le plus vif.  L’heureux mariage du mauve des bruyères qui commencent à fleurir et de l’or des genêts enchante nos yeux alors que l’odeur miellée de ces derniers enivre nos sens. La jouissance que nous éprouvons alors est aussi forte que celle de nos premières rencontres amoureuses, douce consolation pour ces vieux randonneurs aux abattis décatis que nous sommes devenus.

 

rosis,sommet de rio,climat,genêt

Oui Gaïa, notre terre mère,  est pour nous comme une ardente maîtresse qui nous fait souffler, suer, ahaner et nous berce dans ses bras rugueux quand, fatigués,  nous y faisons la sieste.

 

 

rosis,sommet de rio,climat,genêt

Et de surcroît c’est elle qui nous fait des cadeaux en nous dévoilant, impudique, ses mamelons, ses toisons sombres, ses abîmes vertigineux. Elle ne demande et n’attend rien de notre part, sinon du respect.

 

rosis,sommet de rio,climat,genêt

Et comment ne pas respecter cette planète miraculeuse, née il y a plusieurs milliards d’années de la fournaise céleste et sur laquelle cohabitent éléphants et coccinelles, baleines et pétoncles, nuages dans les cieux et tonneaux de vin dans les caves !

 

rosis,sommet de rio,climat,genêt

Les mouflons partagent avec nous cet ineffable bonheur d’arpenter la montagne de Rosis. Animaux des plus farouches, on ne les voit que par surprise, lorsque le vent est favorable et que l’on fait silence, leur ouïe étant extrêmement fine (certains de mes amis randonneurs comprendront, je n’en doute pas, le sous-entendu !).

 

rosis,sommet de rio,climat,genêt

Un facétieux nuage ayant décidé de lâcher un peu de lest sur nos têtes, nous nous réfugions dans l’abri de Caissenols le Haut pour pique-niquer. Un feu de cheminée, inhabituel en cette saison sous cette latitude, nous permet de sécher nos tee-shirts transformés en éponges. Signe avant coureur du chamboulement climatique qui menace le monde, nous buvons un délicieux blanc d’oc bien frais de la cave de Richemer à la lueur d’une flambée !

 

rosis,sommet de rio,climat,genêt

La pluie s’étant calmée nous reprenons notre périple en nous dirigeant vers le Plo de Bru, dont le nom viendrait d’un camp romain qu’y aurait installé Marcus Junius Brutus, qui fut nommé par César gouverneur de la Gaule Cisalpine en 46 avant notre ère. Comme on le sait il ne lui fut guère reconnaissant de cette nomination. Mais on sait bien qu’en politique les amis d’un jour sont les ennemis de demain, car on ne peut pas plus réfréner l’ambition des hommes politiques qu’on ne peut empêcher un (vrai) camembert de couler.

 

rosis,sommet de rio,climat,genêt

De même il est assez habituel que les nuages se transforment en pluie, phénomène que nous vérifions pour la seconde fois au cours d’une même journée ce qui, vous vous en doutez, n’est pas forcément de notre goût. Mais bon, nous ne sommes pas en « sucre »,  comme le savent ceux qui nous suivent depuis quelques années, et nous faisons donc contre mauvaise fortune bon cœur.

 

rosis,sommet de rio,climat,genêt

Nous longeons une habitation dont l’état, hélas, ne nous permet pas d’en faire un abri. En la voyant je songe à cette sympathique rengaine  de Danyel Gérard qui eut un certain succès au cours de mon adolescence.

 

rosis,sommet de rio,climat,genêt

La pluie a empêché une harde de mouflons de sentir à l’avance notre odeur  et nous avons ainsi le temps de les apercevoir qui dévalent le vallon en contrebas de notre chemin. Finalement cette pluie n’a pas que des inconvénients. Elle nous montre que d’un « mal » peut sortir un « bien ». Comme l’a enseigné Boudha il ne faut ni se réjouir de ses bonnes fortunes ni se plaindre de ses infortunes, car les unes peuvent engendrer les autres. C’est pourquoi Gibus et moi finissons toujours les bouteilles  car le vin qui resterait - un bien pour notre foie - pourrait tourner en vinaigre, ce qui serait un innommable gâchis !

 

 

rosis,sommet de rio,climat,genêt

Mais il est temps pour nous de redescendre en empruntant un chemin plutôt fait pour les mouflons que pour les humains. Mais  Gibus et moi n’en avons cure car à force d’arpenter les montagnes nous nous sommes en quelques sorte «mouflonisés».

 

rosis,sommet de rio,climat,genêt

Mais nos yeux et notre esprit restent sensibles à la beauté des lieux alors que les centres d’intérêt du mouflon se résument à l’herbe à brouter et à l’arrière train de leurs femelles. Mais après réflexion, je me demande si  nous sommes  vraiment si différents  que ça des mouflons ?

 

rosis,sommet de rio,climat,genêt

Je suis heureux de partager avec vous l’inimaginable beauté de cette montagne de Rosis qui d’ici un mois, après avoir été revêtue d’or, deviendra violette. Si les chefs d’Etat se mettaient à la randonnée et redécouvraient la beauté du monde, sûr qu'au lieu de faire de beaux discours et signer de creux traités ils prendraient enfin de vraies mesures pour sauver notre planète. Malheureusement ils restent enfermés dans leurs palais « bunkerisés «  entourés par des obsédés du P.N.B . Moyennant quoi on appuie sur l’accélérateur qui nous mènera dans le mur.

 

rosis,sommet de rio,climat,genêt

Mais cette beauté peut-elle convaincre des esprits gangrenés par la soif du pouvoir et une fois acquis de la volonté d’y rester coûte que coûte ?  Certains dirigeants de la planète ne doivent même pas savoir dessiner une fleur ou un oiseau. Un char, un avion de chasse, un instrument de torture, par contre oui ! 

 

rosis,sommet de rio,climat,genêt

La pluie ayant repris nous sommes de plus en plus trempés, mais peu nous chaut car nous nous sommes gavés de cette munificence qui enivre notre âme et nous met en résonance avec le mystère de la vie. Oui, vraiment, privilégiés nous sommes de pouvoir arpenter ainsi librement les chemins…..

(Reprise d'archive)

 

*****

Si vous aimez ce blog, peut être aimerez vous aussi mes chansons

Trois nouvelles dont "Je crois au matin" sont postées sur les plateformes musicales

dont DEEZER (cliquez sur le nom)

Certaines sont aussi publiées sur mon blog Canta la Vida

la dernière étant "Quand le mois de novembre... "

Vous pouvez aussi les écouter sur mon blog

OLD NUT WIX

(intégralité des chansons - sauf les 2 derniers albums - classées par album)

(cliquez sur les liens dans le haut de la colonne à droite)

 

Texte & Photos Ulysse

 

05/05/2018

Causse-en-Paradis !

 

st xist,mas raynal,bastide des fonts,guilhaumard

N’en déplaise aux croyants de tous bords qui pensent que seul le trépas peut nous ouvrir les portes du Nirvana - et encore si l’on est méritant ! - il y a sur la terre des coins de paradis. Ceux qui les connaissent, comme ceux d’ailleurs qui connaissent de bons coins de pêche ou à champignons,  se gardent bien, à juste titre, d’en parler - sauf à quelques amis de confiance - pour ne pas y voir débarquer des curieux ou des amateurs  par cars entiers.

Ce blog étant un lieu de partage relativement confidentiel et votre fidélité à me suivre chers lecteurs et chères lectrices témoignant de votre intérêt pour les beautés du Languedoc, j’ai décidé de vous faire découvrir deux endroits idylliques du causse du Larzac, comptant toutefois sur votre discrétion pour que vous n’en parliez qu’à vos amis les plus chers, afin de préserver la sérénité de ces lieux.

Le premier de ces lieux est le modeste hameau de St Xist constitué de quelques maisons multiséculaires et qui dépend de la commune du Clapier en Aveyron. Protégés du vent froid du nord par les falaises du plateau de Guilhaumard, quelques heureux manants vivent ici  que l’on peut considérer comme des privilégiés, car vivre entourés d’une telle beauté et d’une telle sérénité est aujourd’hui véritablement un privilège.

 

st xist,mas raynal,bastide des fonts,guilhaumard

Bien que modeste, le hameau possède une étonnante église  bâtie au dixième siècle et dont  l’imposant tour-clocher se dresse au milieu d’un jardin « de curé » comportant plus de trois cents plantes médicinales et décoratives, parrainé – excusez du peu ! - par le prestigieux jardin des plantes de Montpellier. Parvenu à l’aube du vingt et unième siècle dans un grand état de délabrement, ce site a été restauré grâce à l’action d’une association réunissant quelques passionnés qui en sont tombés amoureux.  On ne peut qu’être admiratif du travail qu’ils ont accompli et les remercier d’avoir réhabilité ce site.

 

 

st xist,mas raynal,bastide des fonts,guilhaumard

Le cimetière qui jouxte l’église est un havre de paix et de sérénité qui dissipe l’angoisse dont on est habituellement  saisit à l’idée de passer de « l’autre coté », surtout qu’on ne connaît pas la carte des vins qui y sont servis. Et boire du mauvais vin pour l’éternité, quelle horrible perspective !

 

 

st xist,mas raynal,bastide des fonts,guilhaumard

En ce lieu paisible, on se sent comme ce coquelicot qui s’y dresse fièrement quand tous ses congénères ont déjà fait leur temps. Alors qu’il resplendit, ceux là sont porteurs de graines, promesses de nouvelles  floraisons. Et l’on se dit que lorsque notre présente vie s’achèvera, nous en connaîtrons de nouvelles, en espérant toutefois, pour ce qui me concerne, revenir dans un pays où il y a des vignes.

 

 

st xist,mas raynal,bastide des fonts,guilhaumard

A l’intérieur de l’église, de merveilleuses et étonnantes peintures contemporaines sur verre réalisées par le peintre suisse  Konz ont remplacé les vitraux sans doute détruits par les intempéries ou des vandales. Les imbéciles détruisent la beauté car ne pouvant la comprendre ou la ressentir, elles leur révèle leur bêtise et ça les rend furieux. Pour ces peintures, un ami croyant m'a donné les précisions suivantes :

Cette première peinture représente le chandelier à sept branches, symbole de l'alliance entre Dieu et le peuple hébreu (symbole qui représente un pied de vigne)

 

st xist,mas raynal,bastide des fonts,guilhaumard

Celle ci- représente probablement le Roi Salomon accueillant la Reine de Saba.

 

 

st xist,mas raynal,bastide des fonts,guilhaumard

Cette   peinture représenterait  la visite que des anges font à Abraham pour lui annoncer la naissance d'un fils.

 

st xist,mas raynal,bastide des fonts,guilhaumard

Voici sans doute la lutte de Jacob (petit fils d'Abraham) avec l'ange, lutte qui lui voudra le nom d'Israël qui signifie "qui a lutté avec Dieu"

 

st xist,mas raynal,bastide des fonts,guilhaumard

 Ici, il s'agit peut être d'une représentation de Moise avec les deux tables de la Loi.

 

st xist,mas raynal,bastide des fonts,guilhaumard

Cette peinture représente le sacrifice du fils d'Abraham remplacé au dernier moment par un mouton.

 

st xist,mas raynal,bastide des fonts,guilhaumardSortant de l'église, une autre merveille nous attend : une sculpture extérieure d’un artiste inconnu placée devant une simple croix de fer et qui représente une femme amoureusement blottie contre son amant qui l’enlace et lui tient tendrement la main.  Leurs visages révèlent un bonheur, un abandon, proches de l’extase.

 

 

st xist,mas raynal,bastide des fonts,guilhaumardTrouver une telle sculpture là où il y a habituellement un calvaire sur lequel le christ agonise est une chose inouïe. J’ose formuler une hypothèse que  mes lecteurs croyants trouveront peut-être sacrilège : Le sculpteur profitant de l’isolement du lieu, loin de la hiérarchie conservatrice de l’église, a sans doute voulu illustrer la passion de Jésus pour Marie-Madeleine.   Car le fils de Marie et de Joseph  ne nous a-t-il pas enseigné que l’amour quand il est sincère n’est jamais un péché.

 

 

st xist,mas raynal,bastide des fonts,guilhaumard

Nous rejoignons maintenant le hameau de Labastide des Fonts situé en bordure du plateau qui domine la vallée de l’Orb. Un mystérieux cataclysme, intervenu manifestement il y plusieurs décennies, semble avoir conduit les habitants à quitter soudainement ce lieu, les amenant à abandonner dans leurs champs les outils qu’ils étaient en train d’utiliser .

 

 

st xist,mas raynal,bastide des fonts,guilhaumard

Depuis lors certains habitants sont revenus mais personne n'a dérobé ni déplacé ces outils par peur sans doute que leurs défunts propriétaires ne leur jettent un sort. Ils continuent néanmoins de faucher les prés tout autour. Ou peut être sont ce les fantômes de ceux qui se sont ainsi mystérieusement évanouis ? 

 

st xist,mas raynal,bastide des fonts,guilhaumard

La vue que l’on a en contrebas sur le plateau qu’entaille au fond la vallée de l’orb est sublime. L’érosion a déchiré par endroits le manteau végétal et fait apparaître d’étonnantes marnes grises.

 

 

st xist,mas raynal,bastide des fonts,guilhaumard

Le paysage morcelé en parcelles raconte l’histoire de ce pays façonné par les hommes. Combien de décennies d’efforts, de luttes , d’affrontements mais aussi de solidarité humaine pour dessiner cet entrelacs de champs et de bosquets .

 

 

st xist,mas raynal,bastide des fonts,guilhaumard

Ici aussi un sculpteur anonyme a laissé deux chefs d’œuvre auxquels les intempéries  ont donné  une poignante beauté en conférant à la pierre l’aspect de la chair marquée par les ans.

 

 

st xist,mas raynal,bastide des fonts,guilhaumard

Ainsi cet homme au visage émacié semble, malgré ses orbites vides,  voir au delà des siècles et ce qu’il voit du devenir de l’humanité manifestement le tourmente.

 

 

st xist,mas raynal,bastide des fonts,guilhaumard

A ses cotés  se tient la statue d’une mère  souriant à son enfant (les croyants y verront sans doute Marie) scène qui apaise notre angoisse ressentie devant la statue de l’homme tourmenté.

  

st xist,mas raynal,bastide des fonts,guilhaumard

Mais le sourire de cette mère est teinté d’un trouble, sans doute celui de l’inquiétude maternelle sur le destin de son enfant.  Le trouble nous gagne aussi provoqué par l’indicible beauté de cette scène.

(Reprise d'archive)

 

*****

Si vous aimez ce blog, peut être aimerez vous aussi mes chansons

Trois nouvelles dont "Je crois au matin" sont postées sur les plateformes musicales

dont DEEZER (cliquez sur le nom)

Certaines sont aussi publiées sur mon blog Canta la Vida

la dernière étant "Quand le mois de novembre... "

Vous pouvez aussi les écouter sur mon blog

OLD NUT WIX

(intégralité des chansons - sauf les 2 derniers albums - classées par album)

(cliquez sur les liens dans le haut de la colonne à droite)

 

 Texte & Photos Ulysse

28/04/2018

A la découverte du pays carcassonnais

 

IMG_1659.jpg

Voyager en France, c’est très souvent faire un voyage dans le temps, les villages conservant dans leur chair de pierre les strates des siècles, voire des millénaires, écoulés. Il en est ainsi à Montolieu, village perché sur la rive droite des gorges de la Doure dont l’église St André, de style gothique tardif, remonte au XIVème siècle. Ce village, qui fut connu dans un lointain passé jusqu’en Chine pour sa manufacture de draps, est devenu depuis 28 ans un temple du livre et des métiers qui lui sont associés.

 

IMG_1500.jpg

Avant de déambuler dans ses ruelles à la découverte des quinze librairies et des non moins nombreux ateliers d’artisans qui s’y sont installés, allons jeter un coup d’œil aux gorges de la Doure, ragaillardie par les pluies abondantes de ce début de printemps.

 

IMG_1496.jpg

Amateurs de livres rares et en tous genres c’est ici qu’il faut venir ! Il est réconfortant de voir que cet objet, né au XVème siècle du génie de Gutenberg, est encore aussi usité et prisé. Personnellement, je pense qu’il a encore devant lui un bel avenir, car il ne craint ni le chaud, ni le froid, ni la poussière, ni les chocs. Il n’a pas de batterie est n’est pas victime d’obsolescence programmée. Et puis une fois lu, il peut voyager de main en main et créer ainsi une chaine fraternelle de lectrices et lecteurs.

 

IMG_1520.jpg

Dans ce village, on n’est pas surpris de croiser à chaque coin de rue des lectrices ou lecteurs tellement absorbés par leurs bouquins qu’ils vous ignorent totalement.

 

IMG_1515.jpg

Même les volets de certaines maisons rendent hommage à la lecture, noble et pacifique activité, mais éminemment dangereuse si vous traversez une rue le nez plongé dans un bouquin.

 

 

IMG_1498.jpg

Certains libraires proposent même du khebab à bases de livres !

 

IMG_1493.jpg

En d’autres lieux, des livres déposés par de généreux lecteurs prennent leur envol pour se rendre chez d’autres lecteurs en quête d’aventure.

 

IMG_1657.jpg

On peut aussi vous les livrer par la voie des airs, de quoi occuper vos soirées autrement qu’en somnolant devant les émissions débiles de la téloche ou en blablatant sur face de bouc !

 

IMG_1514.jpg

Dans ce village où l’on prend le temps de lire, nul n’est stressé et chacun profite du temps qui passe sans se soucier de l’heure qu’il est ! Ainsi faut-il accepter le bon vouloir des boutiquiers si l’on veut faire affaire.

 

IMG_1655.jpg

Entre deux livres, certains se livrent au plaisir convivial de la pétanque, autre activité qui de mémoire de médecin n’a jamais provoqué d’infarctus !

 

IMG_1489.jpg

Outre les livres, les Montolivains semblent avoir une passion pour le jardinage car sur la place du village on peut découvrir une série de casiers où ils proposent à la vente le produit de leurs potagers « bio ».

 

IMG_1509.jpg

Ils ne manquent pas non plus d’humour et ont fait de leurs toilettes publiques un lieu poétique où l’on peut lire cette drolatique chanson des Frères jacques (que seuls les gens de ma génération connaissent) « Les petits cabinets de province ». Cela dit, malgré l’aspect poétique du lieu, je ne prendrais pas la place du type qui fait la sieste au dessus de ce lieu d’aisance.

 

IMG_1526.jpg

Quittons Montolieu pour remonter un peu plus loin dans le temps en nous rendant à Saissac dont le château - l’un des plus vastes du Languedoc - fut édifié au XIIème siècle sur les ruines d’un autre château, après la funeste croisade contre les Cathares, ces croyants sincères qui prônaient l’égalité et la fraternité entre les hommes et les femmes.

 

IMG_1533.jpg

Ce château fut assailli par les protestants pendant les guerres de religion (oh ! Dieu que de crimes ont été et sont encore commis en ton nom) mais ne fut jamais pris.

 

IMG_1554.jpg

En 1979, non loin du château, un trésor a été découvert dans une poterie en creusant un terrain pour y installer un village de vacances. Il était constitué d’environ 2000 deniers émis sous les règnes de Louis VIII et Louis IX. Une somme rondelette sachant qu’à l’époque un litre de vin (à chacun ses références !) coûtait 2 deniers !

 

IMG_1556.jpg

Il faut dire qu’à l’époque on ne pouvait pas déposer ses économies à la banque et, pour se protéger des pillages qui étaient fréquents, on les dissimulait dans des poteries que l’on enterrait dans son jardin.

 

IMG_1560.jpg

De la plateforme du Château qui domine la Vernassonne, on jouit, par temps clair - ce qui n’est pas le cas aujourd’hui - d’une vision panoramique sur les Pyrénées. Il n’ y a hélas pas de réduction sur le prix du billet les jours couverts !

 

IMG_1601.jpg

Nous changeons de lieu et de siècle en nous rendant à St Papoul, village qui a conservé de vieilles maisons à colombage datant du XVIIème siècle

 

 

IMG_1600.jpg

Les bâtisseurs de ces maisons étaient ingénieux et combinaient pour leur construction les pierres nobles pour le premier étage et les murs porteurs et le bois et les briques – bien moins coûteux mais isolants - pour les autres murs. Le tout était agencé avec une fantaisie et un souci esthétique que l’on aimerait trouver dans les villages de l’Hérault où les maires d’aujourd’hui laissent leurs ouailles édifier d’hideux murs en parpaings qui les défigurent.

 

IMG_1580.jpg

St Papoul recèle une autre merveille avec son abbaye bénédictine dont le cloitre bâti au XIVème siècle est d’une rare élégance

 

IMG_1583.jpg

Les chapiteaux des colonnes sont ornés de sculptures végétales ou animalières hélas érodés par les griffes du temps.

 

IMG_1590.jpg

La plus belle sculpture se trouve sur le chapiteau de l’une des colonnes externes de l’abside nord de l’église. Elle est attribuée au Maître de Cabestany, ce mystérieux sculpteur du moyen âge auquel le village de Cabestany (où se trouve l’une de ses plus belles œuvres) a consacré un musée que je vous invite à visiter.

 

 

IMG_1572.jpg

Les œuvres de ce sculpteur ont, de fait, un style très particulier : les personnages ont des visages triangulaires au menton fuyant avec de grands yeux et des mains aux doigts effilés qui leur confèrent un aspect très moderne.

 

 

IMG_1611.jpg

Nous achevons notre périple par un joyau cistercien : l’abbaye de Villelongue édifiée au XIIème siècle dans un vallon perdu où se dresse aujourd’hui des arbres pluri-centenaires qui confèrent au site un aspect très romantique.

      

IMG_1614.jpg

Elle a été agrandie et remaniée au XIII ème et XIVème siècle et marrie harmonieusement l’architecture romane et gothique.

 

IMG_1624.jpg

Bien qu’elle soit endommagée, elle conserve une magnifique allure et je dirais même que les voutes qui laissent voir le ciel en apparaissent encore plus audacieuses.

 

IMG_1632.jpg

Et ces étonnants personnages qui soutiennent les colonnes depuis des siècles gardent le sourire, bel exemple de courage et d’abnégation pour nous hommes de peu de foi qui gémissons pour le moindre petit « bobo ».

 

IMG_1638.jpg

Dans le jardin de l’abbaye, on y découvre, scène touchante qui fait penser au Petit Prince de St Exupéry, un enfant qui joue avec des renards.

 

IMG_1644.jpg

Sur l’un des murs dans la même veine, on voit des oiseaux s’échapper des mains du Petit Prince, moment magique en plein accord avec ces lieux qui relient la Terre et le Ciel .

 

*****

Si vous aimez ce blog, peut être aimerez vous aussi mes chansons

Trois nouvelles dont "Je crois au matin" sont postées sur les plateformes musicales

dont DEEZER (cliquez sur le nom)

Certaines sont aussi publiées sur mon blog Canta la Vida

la dernière étant "Oh ! Marin " 

Vous pouvez aussi les écouter sur mon blog

OLD NUT WIX

(intégralité des chansons - sauf les 2 derniers albums - classées par album)

(cliquez sur les liens dans le haut de la colonne à droite)

 

Texte & Photos Ulysse