suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/12/2016

Le secret de la musique de Mozart !

 
 
 
 
IMG_1641.JPG


Vous avez tous, sans aucun doute, entendu au moins une fois une oeuvre de  Mozart et vous avez trouvé cela divin. De fait les musicologues s'accordent à reconnaître un caractère céleste à la musique d'Amadéus. Or celui ci n'était pas réputé pour être un habitué des églises, sauf pour y jouer SA musique.  On peut donc légitimement douter que les dieux aient inspiré un humain qui n'était pas, loin s'en faut, l'un de leurs adorateurs. La question reste donc posée de l'origine de l'inspiration de Mozart ! Bien que n'étant pas musicologue, je pense, toute modestie mise à part, avoir découvert son secret !

En effet, un soir que je marchais le nez levé vers le ciel - ce que je fais souvent à mon détriment : merci aux chiens et aux poteaux télégraphiques ! - je vis un groupe d'hirondelles perchées sur des fils électriques, telles des notes sur une portée musicale. Selon que les hirondelles étaient de face ou de dos on voyait le plumage noir de leurs ailes ou le duvet blanc couvrant leur poitrail, correspondant en quelque sorte à des notes noires et blanches. Grâce au maigre viatique hérité de mes laborieuses années de solfège, je me mis à « lire » et à chantonner le morceau de musique qu'elles composaient ainsi. Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir que c'était le début de la Flute enchantée.....

Le moment de stupéfaction passé, j'en vins à la conclusion que c'est en parcourant les rues de sa ville et en décryptant la musique composée par les groupes d'hirondelles posées sur les fils à linge installés sur les terrasses des maisons que Mozart a composé son oeuvre ! (il n'y avait pas de fils électriques à l'époque !) Sa musique lui a donc bien été inspiré par le ciel ! Merci aux hirondelles !

*****

Si vous appréciez ce blog, je vous invite à découvrir les chansons de mon nouveau CD "Ne perds pas tes rêves en chemin" sur :

Deezer (cliquez sur le nom)

ou les autres plateformes musicales Itunes, Spotify, Google play, Amazon...

Mes autres blogs:

Old Nut (Wix) où vous pouvez écouter librement toutes mes précédentes chansons

Canta-la-Vida où j'illustre certaines chansons en photos.

La dernière chanson mise en ligne s'intitule "Elle parlait à l'oreille des chevaux"

Piquesel : "bloc-note photos" où les photos sont accompagnées de commentaires humoristiques ou poétiques.

Vous pouvez y accéder en cliquant sur les noms figurant en haut de la colonne de droite


Texte & Photo Ulysse

12/12/2016

Prendre ou ne pas prendre la porte...that is the question !

IMG_6465.JPG

Celui ou celle qui a décidé d'installer cette porte sur le trajet du GR 74 qui mène aux gorges de la Vis ne manque pas d'humour à moins qu'il (ou elle) ne soit philosophe (vous comprendrez plus avant pourquoi). En effet aucune barrière, aucun fil de fer ne la prolonge ni d'un côté ni de l'autre. Elle est là, isolée, esseulée, qui vous invite à l'ouvrir et à la refermer pour continuer votre parcours sur le GR, alors qu'il serait beaucoup plus simple de la contourner !

Mais pour ma part, j'ai répondu à son invitation : je l'ai ouverte, je l'ai franchie et je l'ai soigneusement refermée et j'avoue y avoir pris un plaisir indicible. En agissant ainsi j'ai éprouvé un grand sentiment de liberté. Car je crois que la vraie liberté n'est pas, comme certains le disent ou le prônent, d'agir selon son bon plaisir et de s'affranchir des contraintes (à l'instar de ma génération qui a écrit « il est interdit d'interdire » sur les murs des villes en 68 !) mais au contraire de s'y soumettre de plein gré. N'est ce pas en respectant les contraintes de la gamme et de l'harmonie que les musiciens créent des chef d'oeuvre et les proportions d'aliments et les temps de cuisson que les cuisiniers régalent nos papilles !

Le philosophe contemporain Comte-Sponville, dont je vous recommande les ouvrages - notamment Vivre et Le mythe d'Icare : Traité du désespoir et de la béatitude - a écrit de fort belles pages à ce sujet et  forgé une très belle formule en disant « qu'il fallait être libre comme l'oiseau qui se sert du vent pour choisir son cap et non comme la plume qui y est totalement soumise  »


Aussi si vous passez à cet endroit, soyez libre ...prenez la porte !

DSC07402-2.JPG
 
*****

Si vous appréciez ce blog, je vous invite à découvrir les chansons de mon  nouveau CD "Ne perds pas tes rêves en chemin" sur :
 
Deezer (cliquez sur le nom)
 
ou les autres plateformes musicales Itunes, Spotify
 
Mes autres blogs:

Old Nut (Wix) où vous pouvez écouter librement toutes mes précédentes chansons

Canta-la-Vida où j'illustre certaines chansons en photos.

La dernière mise en ligne s'intitule "Elle parlait à l'oreille des chevaux"

Piquesel : "bloc-note photos" où les photos sont accompagnées de commentaires humoristiques ou poétiques.

Vous pouvez y accéder en cliquant sur les noms figurant en haut de la colonne de droite.

 
 
Texte & Photos Ulysse

26/11/2016

La philosophie du "cochonnet" !

  

medium_img_4728.jpg

 

Vu l'état de la planète et du monde il y a pour, un homme sensé, de quoi être complètement découragé. Pour remédier à ce découragement, il y a plusieurs solutions : devenir le meilleur client de la cave coopérative viticole de son village et sombrer dans une douce rêverie vineuse, enrichir encore plus les laboratoires pharmaceutiques, qui au demeurant empoisonnent déjà le monde, en se gavant d'antidépresseurs ou..... se mettre à la pétanque !

A vrai dire, jusqu'à ce jour, la contemplation des joueurs de boules dans les jardins et les squares de France et de Navarre me laissait  perplexe ! Je ne trouvais aucun attrait à ce jeu et je me demandais comment un but aussi futile, s'approcher le plus près possible d'un «cochonnet », pouvait constituer un "loisir", et même remplir une existence, car ses adeptes y passent des heures, et certains des jours, en courant ici et là les tournois.  Mais de voir qu'ils affichent tous - qu'ils gagnent ou qu'ils perdent -  une mine des plus réjouies, une véritable sérénité de Boudha,  m'interpelle !

Depuis la nuit des temps, en effet, des empires se sont faits et défaits, les hommes et femmes ont lutté contre les éléments, bâti des temples, des cathédrales et des gratte-ciels, ont inventé et construit les navires, les avions, les téléphones portables, les pizzas à livrer. Ils ont peint la Joconde, composé des Requiem, écrit l'Ylliade et l'Odyssée et Gaston Lagaffe, et tout cela pour qu'aujourd'hui une grande partie d'entre eux consacrent une partie de leur vie - et pour les retraités les derniers jours de leur existence -  à jouer à la pétanque !

Je trouvais cela inconvenant, pour ne pas dire débile, mais revenant sur mes sentiments passés, j'en viens à me demander aujourd'hui si ce n'est pas là un signe de sagesse profonde. Ignorant les querelles politiques et religieuses qui font la une de médias, ayant abandonné toute prétention de pouvoir, sans autre objectif que de gagner le verre de pastis qu'ils dégusteront sous les platanes à la fin de la partie (les gagnants et les perdants buvant tous de concert) , ces adeptes du cochonnet n'ont-ils pas enfin trouvé « le Graal » de la vraie vie  : vivre dans l'instant présent, comme le moineau sur sa branche ou le chat sur son coussin, à l'instar de l'enseignement de Boudha !

Après mure réflexion, c'est décidé, je vais me mettre à la pétanque !

 

 *****

Si vous appréciez ce blog, je vous invite à découvrir mes autres blogs:

Old Nut (Wix) où vous pouvez écouter librement toutes mes chansons

Canta-la-Vida où j'illustre certaines chansons en photos.

La dernière mise en ligne s'intitule "Je vais par monts et par vaux"

Piquesel : "bloc-note photos" où les photos sont accompagnées de commentaires humoristiques ou poétiques.

Vous pouvez y accéder en cliquant sur les noms figurant en haut de la colonne de droite.

 

Texte & Photo Ulysse

19/11/2016

L'hiver est sorti de sa remise....

DSC07467.JPG

L'hiver est sorti de sa remise,

Par un matin brumeux de novembre,

Et a descendu le val de la Nize,

Dont j'ai suivi, rêveur, les méandres.
 
DSC07333.JPG



En cet endroit loin de tout village,

Où les hommes ne se risquent guère,

J'ai surpris l'étreinte sauvage,

D'une liane et d'un aulne centenaire.

DSC07342.JPG



Parvenus en haut de l'Escandorgue,

Ce plateau du pays Lodévois,

Je crus entendre retentir des orgues,

Mais ce n'était que le vent dans les bois.

 

DSC07367.JPG




En cette période où les arbres frissonnent,

Sans leur frondaison qui gît fanée à terre,

Et que notre âme n'est qu'une plaine morne,

Quelle douceur, quelle beauté qu'un pré vert !

DSC07374.JPG



Sous le soleil, le ballet des nuages,

Crée un théatre d'ombres et de lumières,

Qui courrent à travers le paysage,

Et rendent aimable l'hiver.

DSC07372.JPG



Au loin on aperçoit le miroir,

Des eaux laiteuses du Salagou,

Où les étoiles se baignent le soir,

Avec la lune ! Me croyez vous ?

DSC07377.JPG



Suivez moi sur cette piste herbeuse,

Qui sinue entre ciel et terre,

Dans ces espaces, mon âme rêveuse,

Devient légère comme l'air.

DSC07385.JPG



Faisons halte dans cette bergerie,

Brebis égarée loin d'un monde insidieux,

Dont les lanternes ne sont que des vessies,

Et les éphémères idoles, de faux dieux .

 

DSC07477.JPG



La bas, sur la plus haute cîme,

L'hiver a posé son manteau,

Blanc comme celui de l'hermine,

Qui va nourrir les oiseaux ?

 

DSC07407.JPG



Parfois on aperçoit le fantôme,

De la chèvre de Monsieur Seguin,

Qui semble nous dire "quittez ces lieux, hommes »,

Je vous crains plus que le loup Ysengrin.

 

DSC07403-1.JPG



Captant les rayons du soleil qui décline,

Dans une clairière des « arbresses » dansent,

Pour qui donnent-t-elles cette pantomime ?

Pour ce beau chêne là bas, je pense !

 

DSC07427.JPG




Je regagne les berges de la Nize

Où se mirent les arbres de la forêt,

Par ce spectacle mon âme est conquise,

Un jour prochain, je reviendrai !

 

DSC07421.JPG

 

Si vous appréciez ce blog, je vous invite à découvrir mes autres blogs:

Old Nut (Wix) où vous pouvez écouter librement toutes mes chansons

Canta-la-Vida où j'illustre certaines chansons en photos.

La dernière postée ce jour, s'intitule "Les doudous et les blessures"

Piquesel : "bloc-note photos" où les photos sont accompagnées de commentaires humoristiques ou poétiques.

Vous pouvez y accéder en cliquant sur les noms figurant en haut de la colonne de droite.


Texte & photos Ulysse