suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/12/2016

Va, cours, vole à Caissenols !

 

IMG_2671.JPG

 Hello ! Nous « revoilou », les petits loups d’Ulysse, au cœur de la montagne de Rosis sur le sentier qui monte au portail de Roquendouire. Malgré le temps maussade, notre papi a décidé de nous faire prendre l’air. Il faut dire qu’à Paris ces dernières semaines l’air était si pollué que l’on ne voyait même plus la Tour Eiffel, et Paris sans la tour Eiffel, ce n’est plus Paris ! Notre objectif est de se rendre au refuge de Caissenols pour y déjeuner. Dès le départ je mène le train, bon, il est vrai qu’en vertu de la convention de Genève relative à la protection des enfants je suis dispensé de porter un sac à dos !

 

IMG_2681.JPG

Nous voici presque en haut de la côte, plutôt rude, qui mène au portail et je continue de faire la course en tête. Certes, vous pourriez me faire insidieusement remarquer, que mon papi est forcément devant vu qu’il prend la photo, mais c’est tout simplement que je l’ai laissé passer à cet effet ! Non mais !

 

IMG_2683.JPG

Arrivés au portail, en attendant que les retardataires nous rejoignent, ma sœur Emilie, un peu vexée que je l’ai devancée dans la montée, me fait, pour m’épater, une démonstration d’escalade sur le portail de Roquandouire. Mais elle n’a aucun mérite vu qu’à 13 ans elle a déjà les jambes de Marie-José Perrec. A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire !

 

IMG_2687.JPG

La famille étant regroupée, nous prenons la direction du refuge de Caissenols. Le sentier beaucoup moins pentu et plus carrossable permet à ma sœur de cheminer à mes côtés, ce que j’accepte avec mon habituelle grandeur d’âme. Les Romains sont des gens civilisés !

 

IMG_2688.JPG

Passant sous un rocher ayant une forme chevaline, papi veut me faire croire qu’il s’agit du cheval de Troie que le déluge aurait transporté dans la montagne de Rosis. Il s’imagine qu’à 11 ans je vais encore croire aux fariboles qu’il me racontait quand j’étais petit ! Moi qui suis déjà un expert de l’antiquité, je sais bien que les troyens ont détruit le cheval de Troie et que le Déluge s’est passé bien avant que les Troyens aient enlevé la belle Hélène !

 

IMG_2690.JPG

Nous parlons ma sœur et moi des affaires du monde qui vont plutôt mal ces temps-ci, sans nous rendre compte que nous avons distancé le reste de la troupe, sauf notre photographe préféré bien entendu.  Parvenus à un col, nous devons donc les attendre. Ce n’est, je dois le reconnaître, qu’un juste retour des choses car, quand nous étions petits, nos géniteurs et grands géniteurs nous ont accompagnés dans nos premiers pas et ont fait preuve de patience à notre égard.

 

IMG_2693.JPG

En attendant nos ancêtres, nous méditons sur le sort de cet arbre mort qui se dresse encore fièrement dans la pente, refusant de céder à la loi de la gravité. Son tronc décharné évoque sa splendeur passé. Mais que reste-t-il des hommes quand ils meurent ? Mon papi me dit qu’il en reste de tendres souvenirs dans le cœur de ceux qu’ils ont aimés. Mais pour ce qui me concerne, je me souviendrai de lui surtout comme kidnappeur de doudous !

 

IMG_2694.JPG

Le sentier traverse un ruisseau et je mets un point d'honneur à le traverser sans l'aide de ma soeur. Les aînés dans les familles ont tendance à "écraser" leurs cadets, alors vous pensez bien que si je demande de l'aide à ma soeur qui est déjà la plus grande de sa classe et qui me regarde "de haut", je suis cuit.

 

IMG_2696.JPG

A peine la troupe est-elle regroupée, que nous entendons une cavalcade. Nous avons juste le temps d’apercevoir une bande de mouflons qui, ayant senti notre présence, dévalent vers le fond du vallon du Casselouvre. Mais ils sont trop rapides et ni notre papa ni Ulysse n’ont le temps de les photographier. Pourtant papi ne manque aucune occasion de nous vanter ses exploits de reporter photographique. Vous ne trouvez pas qu’il est un peu tartarin sur les bords notre papi !

 

IMG_2699.JPG

Nous reprenons notre périple et arrivons au hameau en ruine de Caissenols-le-Bas. La mousse qui recouvre les murets et les toits effondrés des maisons témoigne des décennies qui se sont écoulées depuis que ceux qui y ont vécu sont partis rejoindre le cheval de Troie et la Belle Hélène.

 

IMG_2738.JPG

Peu de temps après, nous arrivons à Caissenols-le-Haut, dont l’une des habitations a été restaurée par une association de bénévoles qui a effectué un travail remarquable, pour le plus grand bonheur des randonneurs qui passent dans le secteur. Qu’ils en soient remerciés, car c’est grâce à eux que ma sœur et moi pouvons à chaque vacances d’hiver déguster des œufs au plat cuits sur un feu de bois !

 

IMG_2704.JPG

Et nous voici attablés devant un magnifique feu de cheminée, la table éclairée par des bougies créant une ambiance de Noël avant l’heure. Papi nous laisse entendre que de vivre de tels moments vaut tous les cadeaux de Noël. Sûr que c’est un beau cadeau mais, bon, Emilie et moi on espère qu’il y aura quand même d’autres cadeaux au pied du sapin le jour de Noël !!

 

IMG_2714.JPG

Vient le moment de faire cuire les œufs au plat. Nous préférons que notre papa s’en occupe car papi a la fâcheuse habitude de transformer nos œufs en œufs brouillés, nous privant de l’indicible plaisir de tremper une fine tranche de pain dans le jaune de l’œuf, après avoir dégusté le blanc légèrement grillé !

 

IMG_2719.JPG

C’est une délicate opération de découper le blanc autour de jaune sans le crever pour le déguster « in fine ».

 

IMG_2726.JPG

Le repas terminé, nous nous rapprochons du feu pour nous réchauffer. Toutes celles et ceux qui ont une cheminée savent qu’à plus d’un mètre la chaleur qu’elle dégage est surtout « psychologique » ! Comme dit notre papi devant une cheminée on a le nez chaud et le cul froid !

 

IMG_2740.JPG

Les agapes terminées, nous prenons le chemin du retour, nos oreilles enchantées par le doux crissement des feuilles de châtaigniers que nos pieds font voler.

 

IMG_2749.JPG

Soudain à l’approche du portail de Roquandouire, la troupe de mouflons que nous avions aperçus le matin, traversent le chemin à une vingtaine de mètres devant nous. C’est avant l’heure, un beau cadeau de Noël que nous fait la nature.

 

IMG_2751.JPG

Nous contemplons admiratifs un jeune mouflon qui malgré son jeune âge bondit sur les rochers avec une agilité stupéfiante. Même dans sa jeunesse notre papi, qui se dit montagnard, n’a jamais dû grimper avec une telle facilité. Bon je reconnais quand même qu’il se débrouille pas mal avec le gros sac qu’il a sur le dos. Je dis cela surtout parce qu’il porte le déjeuner et que je ne voudrais en être privé lors de notre prochaine randonnée ! Le flatteur vit aux dépends de celui qui l’écoute, comme disait ce bon La Fontaine !

 

JOYEUX NOEL A TOUTES ET A TOUS

*****

Si vous appréciez ce blog, je vous invite à découvrir les chansons de mon nouveau CD "Ne perds pas tes rêves en chemin" sur :

Deezer (cliquez sur le nom)

ou les autres plateformes musicales Itunes, Spotify, Google play, Amazon...

Mes autres blogs:

Old Nut (Wix) où vous pouvez écouter librement toutes mes précédentes chansons

Canta-la-Vida où j'illustre certaines chansons en photos.

La dernière chanson mise en ligne s'intitule "Marie-Galante"

Piquesel : "bloc-note photos" où les photos sont accompagnées de commentaires humoristiques ou poétiques.

Vous pouvez y accéder en cliquant sur les noms figurant en haut de la colonne de droite


Texte & Photo Ulysse

17/12/2016

Le secret de la musique de Mozart !

 
 
 
 
IMG_1641.JPG


Vous avez tous, sans aucun doute, entendu au moins une fois une oeuvre de  Mozart et vous avez trouvé cela divin. De fait les musicologues s'accordent à reconnaître un caractère céleste à la musique d'Amadéus. Or celui ci n'était pas réputé pour être un habitué des églises, sauf pour y jouer SA musique.  On peut donc légitimement douter que les dieux aient inspiré un humain qui n'était pas, loin s'en faut, l'un de leurs adorateurs. La question reste donc posée de l'origine de l'inspiration de Mozart ! Bien que n'étant pas musicologue, je pense, toute modestie mise à part, avoir découvert son secret !

En effet, un soir que je marchais le nez levé vers le ciel - ce que je fais souvent à mon détriment : merci aux chiens et aux poteaux télégraphiques ! - je vis un groupe d'hirondelles perchées sur des fils électriques, telles des notes sur une portée musicale. Selon que les hirondelles étaient de face ou de dos on voyait le plumage noir de leurs ailes ou le duvet blanc couvrant leur poitrail, correspondant en quelque sorte à des notes noires et blanches. Grâce au maigre viatique hérité de mes laborieuses années de solfège, je me mis à « lire » et à chantonner le morceau de musique qu'elles composaient ainsi. Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir que c'était le début de la Flute enchantée.....

Le moment de stupéfaction passé, j'en vins à la conclusion que c'est en parcourant les rues de sa ville et en décryptant la musique composée par les groupes d'hirondelles posées sur les fils à linge installés sur les terrasses des maisons que Mozart a composé son oeuvre ! (il n'y avait pas de fils électriques à l'époque !) Sa musique lui a donc bien été inspiré par le ciel ! Merci aux hirondelles !

*****

Si vous appréciez ce blog, je vous invite à découvrir les chansons de mon nouveau CD "Ne perds pas tes rêves en chemin" sur :

Deezer (cliquez sur le nom)

ou les autres plateformes musicales Itunes, Spotify, Google play, Amazon...

Mes autres blogs:

Old Nut (Wix) où vous pouvez écouter librement toutes mes précédentes chansons

Canta-la-Vida où j'illustre certaines chansons en photos.

La dernière chanson mise en ligne s'intitule "Elle parlait à l'oreille des chevaux"

Piquesel : "bloc-note photos" où les photos sont accompagnées de commentaires humoristiques ou poétiques.

Vous pouvez y accéder en cliquant sur les noms figurant en haut de la colonne de droite


Texte & Photo Ulysse

12/12/2016

Prendre ou ne pas prendre la porte...that is the question !

IMG_6465.JPG

Celui ou celle qui a décidé d'installer cette porte sur le trajet du GR 74 qui mène aux gorges de la Vis ne manque pas d'humour à moins qu'il (ou elle) ne soit philosophe (vous comprendrez plus avant pourquoi). En effet aucune barrière, aucun fil de fer ne la prolonge ni d'un côté ni de l'autre. Elle est là, isolée, esseulée, qui vous invite à l'ouvrir et à la refermer pour continuer votre parcours sur le GR, alors qu'il serait beaucoup plus simple de la contourner !

Mais pour ma part, j'ai répondu à son invitation : je l'ai ouverte, je l'ai franchie et je l'ai soigneusement refermée et j'avoue y avoir pris un plaisir indicible. En agissant ainsi j'ai éprouvé un grand sentiment de liberté. Car je crois que la vraie liberté n'est pas, comme certains le disent ou le prônent, d'agir selon son bon plaisir et de s'affranchir des contraintes (à l'instar de ma génération qui a écrit « il est interdit d'interdire » sur les murs des villes en 68 !) mais au contraire de s'y soumettre de plein gré. N'est ce pas en respectant les contraintes de la gamme et de l'harmonie que les musiciens créent des chef d'oeuvre et les proportions d'aliments et les temps de cuisson que les cuisiniers régalent nos papilles !

Le philosophe contemporain Comte-Sponville, dont je vous recommande les ouvrages - notamment Vivre et Le mythe d'Icare : Traité du désespoir et de la béatitude - a écrit de fort belles pages à ce sujet et  forgé une très belle formule en disant « qu'il fallait être libre comme l'oiseau qui se sert du vent pour choisir son cap et non comme la plume qui y est totalement soumise  »


Aussi si vous passez à cet endroit, soyez libre ...prenez la porte !

DSC07402-2.JPG
 
*****

Si vous appréciez ce blog, je vous invite à découvrir les chansons de mon  nouveau CD "Ne perds pas tes rêves en chemin" sur :
 
Deezer (cliquez sur le nom)
 
ou les autres plateformes musicales Itunes, Spotify
 
Mes autres blogs:

Old Nut (Wix) où vous pouvez écouter librement toutes mes précédentes chansons

Canta-la-Vida où j'illustre certaines chansons en photos.

La dernière mise en ligne s'intitule "Elle parlait à l'oreille des chevaux"

Piquesel : "bloc-note photos" où les photos sont accompagnées de commentaires humoristiques ou poétiques.

Vous pouvez y accéder en cliquant sur les noms figurant en haut de la colonne de droite.

 
 
Texte & Photos Ulysse

26/11/2016

La philosophie du "cochonnet" !

  

medium_img_4728.jpg

 

Vu l'état de la planète et du monde il y a pour, un homme sensé, de quoi être complètement découragé. Pour remédier à ce découragement, il y a plusieurs solutions : devenir le meilleur client de la cave coopérative viticole de son village et sombrer dans une douce rêverie vineuse, enrichir encore plus les laboratoires pharmaceutiques, qui au demeurant empoisonnent déjà le monde, en se gavant d'antidépresseurs ou..... se mettre à la pétanque !

A vrai dire, jusqu'à ce jour, la contemplation des joueurs de boules dans les jardins et les squares de France et de Navarre me laissait  perplexe ! Je ne trouvais aucun attrait à ce jeu et je me demandais comment un but aussi futile, s'approcher le plus près possible d'un «cochonnet », pouvait constituer un "loisir", et même remplir une existence, car ses adeptes y passent des heures, et certains des jours, en courant ici et là les tournois.  Mais de voir qu'ils affichent tous - qu'ils gagnent ou qu'ils perdent -  une mine des plus réjouies, une véritable sérénité de Boudha,  m'interpelle !

Depuis la nuit des temps, en effet, des empires se sont faits et défaits, les hommes et femmes ont lutté contre les éléments, bâti des temples, des cathédrales et des gratte-ciels, ont inventé et construit les navires, les avions, les téléphones portables, les pizzas à livrer. Ils ont peint la Joconde, composé des Requiem, écrit l'Ylliade et l'Odyssée et Gaston Lagaffe, et tout cela pour qu'aujourd'hui une grande partie d'entre eux consacrent une partie de leur vie - et pour les retraités les derniers jours de leur existence -  à jouer à la pétanque !

Je trouvais cela inconvenant, pour ne pas dire débile, mais revenant sur mes sentiments passés, j'en viens à me demander aujourd'hui si ce n'est pas là un signe de sagesse profonde. Ignorant les querelles politiques et religieuses qui font la une de médias, ayant abandonné toute prétention de pouvoir, sans autre objectif que de gagner le verre de pastis qu'ils dégusteront sous les platanes à la fin de la partie (les gagnants et les perdants buvant tous de concert) , ces adeptes du cochonnet n'ont-ils pas enfin trouvé « le Graal » de la vraie vie  : vivre dans l'instant présent, comme le moineau sur sa branche ou le chat sur son coussin, à l'instar de l'enseignement de Boudha !

Après mure réflexion, c'est décidé, je vais me mettre à la pétanque !

 

 *****

Si vous appréciez ce blog, je vous invite à découvrir mes autres blogs:

Old Nut (Wix) où vous pouvez écouter librement toutes mes chansons

Canta-la-Vida où j'illustre certaines chansons en photos.

La dernière mise en ligne s'intitule "Je vais par monts et par vaux"

Piquesel : "bloc-note photos" où les photos sont accompagnées de commentaires humoristiques ou poétiques.

Vous pouvez y accéder en cliquant sur les noms figurant en haut de la colonne de droite.

 

Texte & Photo Ulysse