suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02/04/2017

La grenouille et le français .....

 
 
 
 
medium_IMG_4807.JPG


Chose extraordinaire,

Un jour j'ai croisé,

Au bord d'une rivière,

Une grenouille ne sachant nager !

Elle avait trouvé refuge,

Sur un bout de tuyau,

Et attendait la fin du déluge,

Pour sauver sa peau.

Mon aide je lui proposais,

Et lui tendis la main,

Mais m'entendant parler français,

Elle me dit avec dédain,

Il faudrait être fou

Mangeur de batraciens,

Pour me fier à vous.

Passez votre chemin.

Surgit un brochet,

Qui se dit : quelle aubaine,

Je vais assurer mon dîner,

Ce jour sans trop de peine.

Bousculant alors le tuyau,

Il fit tomber la grenouille,

Qu'il avala tout de go,

Avant qu'elle ne puisse dire ouille !

La morale de cette histoire,

Est que souvent les préjugés,

Nous empêchent de voir,

Ce qui peut nous sauver. !

 

*****

Mes autres blogs:

Old Nut : où vous pouvez écouter toutes mes chansons

Certaines sont disponibles sur les plateformes musicales Deezer, Itunes, Spotify, Google play, Amazon...

Canta-la-Vida : où j'illustre certaines chansons en photos.

La dernière chanson mise en ligne s'intitule "Elle est partie en voyage"

Piquesel : "bloc-note photos" où les photos sont accompagnées de commentaires humoristiques ou poétiques.

Vous pouvez y accéder en cliquant sur les noms figurant en haut de la colonne de droite

 

Texte & Photos Ulysse

 

24/03/2017

Le Plo des Brus par la chapelle Saint Eutrope

 

plo des brus,saint eutrope,andabre,syvebarbe

Aujourd’hui, avec un groupe d’amis, nous avons prévu de nous rendre au Plo des Brus, vaste plateau qui culmine à 1098mètres, en passant par la chapelle de Saint Eutrope - nom du premier évêque de Saintes venu en Languedoc au IVème siècle pour y prêcher l’évangile - que l’on aperçoit perchée sur ce promontoire rocheux. C’est l’une des randos les plus pentues et rocailleuses du Haut-Languedoc, idéale pour les randonneurs un brin masos comme nous !

 

plo des brus,saint eutrope,andabre,syvebarbe

Nous « avalons » les 300 mètres de dénivelé qui nous séparent de la chapelle sans même nous en rendre compte ! Les croyants y verront l’effet d’une assistance discrète de Saint Eutrope qui aimait méditer en ce lieu. Moi qui suis un mécréant je me dis, malgré tout, qu'il est miraculeux, que mes vieilles jambes grimpent encore aussi bien ! 

  

plo des brus,saint eutrope,andabre,syvebarbe

Au loin, en face de nous, s’élève une pyramide rocheuse dont le sommet constitue notre objectif. En contemplant le chemin à parcourir, une légère appréhension nous saisit : serons nous – c’est le cas de le dire – à la hauteur de ce défi ?

 

plo des brus,saint eutrope,andabre,syvebarbe

La piste qui mène au sommet de la pyramide sinue de façon erratique dans une succession de chaos rocheux. Seuls les cairns, fort heureusement postés à intervalles réguliers, nous permettent de ne pas en perdre la trace.

 

plo des brus,saint eutrope,andabre,syvebarbe

Vous connaissez sans doute ces images destinées aux enfants où il faut trouver un animal ou un objet dissimulé dans une forêt ou dans une pièce. Et bien, je vous invite à retomber en enfance et à vous livrer à ce jeu : voyez vous le cairn qui nous a servi de repère en cet endroit ?

 

plo des brus,saint eutrope,andabre,syvebarbe

La piste quitte la zone rocheuse pour traverser un champ de genêts qui la dissimulent et nous obligent à baisser le nez pour ne pas la perdre de vue, nous privant de la contemplation du magnifique paysage qui nous entoure.

 

plo des brus,saint eutrope,andabre,syvebarbe

A vrai dire il n’y a pas que les genêts qui nous contraignent à contempler le bout de nos chaussures – qui n’a pourtant rien d’attrayant -   car la pente est si raide que nous devons nous arc-bouter pour la vaincre !

  

plo des brus,saint eutrope,andabre,syvebarbe

Mais à chaque pause nous sommes récompensés au centuple de nos efforts par le panorama sublime qui s’offre à nous. Il faut reconnaître que l’on ne se donnerait pas tout ce mal si ce n’était pas le cas !

 

plo des brus,saint eutrope,andabre,syvebarbe

Nous progressons peu à peu de croupe rocheuse en croupe rocheuse, dont à chacune on espère, avec impatience et espoir, qu’elle sera la dernière.

 

plo des brus,saint eutrope,andabre,syvebarbe

Mais après chacune d’elle la pente ne faiblit pas et nous y faisons face avec courage et détermination. Cela dit, nous n’avons pas trop le choix !

 

plo des brus,saint eutrope,andabre,syvebarbe

La vue de la petite route, qui sinue dans la vallée de la Mare en contrebas d’où nous sommes partis, vous donne une idée du chemin déjà parcouru !

 

plo des brus,saint eutrope,andabre,syvebarbe

Au vu de l’altimètre, nous attaquons enfin la dernière croupe rocheuse avant d’atteindre le Plo. La perspective d’une arrivée prochaine nous donne des ailes. Non pas celles d’une cohorte d’anges gardiens convoqués par Saint Eutrope pour nous assister - même si un dicton populaire prétend que si l’on s’aide, le ciel nous aidera – mais les ailes que donnent le dépassement de soi et l’accomplissement d’un défi.

 

plo des brus,saint eutrope,andabre,syvebarbe

Et nous voila enfin sur le Plo des brus, heureux comme des mômes qui auraient trouvé une mallette pleine de carambars ! Le Plo tiendrait son nom, soit des bruyères qui le recouvrent ou, selon une autre hypothèse, de Brutus, l'assassin de César, qui fut un temps Gouverneur de la Gaule Cisalpine et aurait installé un camp en ce lieu. De fait, il y a sur le versant nord du Plo un oppidum gallo romain. En face de nous, nous apercevons le Marcou (1093m) autre objectif d’une magnifique randonnée.

 

plo des brus,saint eutrope,andabre,syvebarbe

Un énorme cairn orne le Plo, que Salvador Dali, s’il l’avait connu, aurait probablement choisi comme centre de l’univers, au lieu de la gare de Perpignan. Pour célébrer notre ascension nous faisons une ronde endiablée autour de lui.

 

plo des brus,saint eutrope,andabre,syvebarbe

Nous redescendons par le col de L’Ourtigas, puis traversons une magnifique hêtraie où s’est réfugié Sylvebarbe, l’ancien chef des Ents qui gardait la forêt de Fangorn avant qu’elle ne soit détruite par les hommes pour y planter des palmiers à huile. Bien que d’une stature impressionnante, Sylvebarbe est d’un naturel débonnaire et aime à converser avec les randonneurs qui passent.

 

 

plo des brus,saint eutrope,andabre,syvebarbe

Notre chemin passe ensuite par le refuge de Caissenols où, chères lectrices et chers lecteurs, je vous ai maintes fois emmenés pour y déguster de délicieuses saucisses grillées et omelettes. De là, le retour se fait par un sentier tranquille où je pourrai marcher les yeux fermés vu le nombre de fois que je l’ai parcouru. Mais ce serait un sacrilège vu la beauté des paysages qu’il traverse et que mes fidèles lectrices et lecteurs ont également maintes fois contemplés!

 

*****

Mes autres blogs:

Old Nut : où vous pouvez écouter toutes mes chansons

Certaines sont disponibles sur les plateformes musicales Deezer, Itunes, Spotify, Google play, Amazon...

Canta-la-Vida : où j'illustre certaines chansons en photos.

La dernière chanson mise en ligne s'intitule "Elle est partie en voyage"

Piquesel : "bloc-note photos" où les photos sont accompagnées de commentaires humoristiques ou poétiques.

Vous pouvez y accéder en cliquant sur les noms figurant en haut de la colonne de droite

 

Texte & Photos Ulysse

 

17/03/2017

Le Caroux encore et toujours......

 

caroux,bertouyre,gardes,héric,mouflon,atomes

Ce matin me voilà de nouveau parti pour faire l’ascension du Caroux en empruntant les pistes des Gardes, du Bartouyre et du Rieutord, un parcours sportif, rocailleux qui offre des vues somptueuses sur les impressionnantes aiguilles que comporte le massif. Je traverse le torrent d’Heric sur la passerelle des Soupirs, la bien nommée, car à peine l’a-t-on quittée que la pente devient abrupte. Mais avant d’entamer la montée, je prends le temps de photographier le sommet pyramidal de la Maurelle que je vais contourner, une fois parvenu sur le plateau sommital. L’espace montueux qui nous en sépare vous donne une idée du chemin à parcourir !

 

caroux,bertouyre,gardes,héric,mouflon,atomes

En me retournant, je découvre les eaux de l’Héric abondantes à cette saison et qui vont rejoindre l’Orb en aval.

 

caroux,bertouyre,gardes,héric,mouflon,atomes

La piste longe des chaos rocheux dont je me demande comment ils ne cèdent pas à la loi de la gravité qui me fait chèrement payer chaque enjambée que je fais pour grimper !

 

caroux,bertouyre,gardes,héric,mouflon,atomes

Mais ces rochers qui semblent inamovibles tomberont un jour ou l’autre, victimes du sablier du temps. Cet implacable sablier qui dispersera un jour les atomes qui me constitue, qui retourneront au ballet céleste commencé il y a quinze milliards d’années. En attendant j’essaie de les tenir ensemble du mieux que je peux !

 

caroux,bertouyre,gardes,héric,mouflon,atomes

En attendant leur écroulement, ces aiguilles ont fière allure et servent de perchoirs à des arbustes alpinistes. Les plantes, qui n’ont aucun moyen de locomotion propre, ont de multiples stratégies pour la dispersion de leurs graines. Certaines se servent à cet effet du vent (anémochorie) ou des oiseaux et des animaux (zoochorie).

 

 

caroux,bertouyre,gardes,héric,mouflon,atomes

Ayant atteint la cote des 800mètres, je passe non loin de l’aiguille Déplasse à laquelle je trouve une allure de requin défiant le ciel ! Encore une effet de la paréidolie dont je suis atteint et que m’a diagnostiqué une lectrice (Chinou). Cela s’apparente à une inoffensive folie! Mais heureux sont généralement les fous et les enfants (que je suis resté aussi) .

 

caroux,bertouyre,gardes,héric,mouflon,atomes

Plus contemplative est l’aiguille Viallat qui surplombe un océan de collines bleutées. Cette remarque peut vous faire sourie, mais qui nous dit que les roches n'ont pas de sensibilité : nous sommes constitués de la même matière originelle qu'elles.

 

caroux,bertouyre,gardes,héric,mouflon,atomes

La piste traverse le Rieutord qui se faufile sous un éboulement de rochers. Quels que soient les obstacles mis sur son cours, l’eau trouve toujours un chemin. Il n’ y a guère que mon gosier qu’elle n’arrive pas à franchir !

 

caroux,bertouyre,gardes,héric,mouflon,atomes

L’eau est un élément étonnant : Elle nous caresse la peau mais emporte les montagnes ; On peut y plonger facilement la main mais si l’on y tombe d’une hauteur de 50 mètres on peut s’y briser comme sur du béton ! Elle est même consommable à condition d’y mettre du pastis ou du sirop de grenadine pour les plus jeunes ! Cela dit, même si je suis resté un enfant, je ne consomme plus de grenadine !

 

caroux,bertouyre,gardes,héric,mouflon,atomes

Je passe au pied d’une falaise en haut de laquelle s’est adossé le chef indien Seattle qui y a trouvé refuge. Il contemple avec tristesse notre monde peu à peu dévasté par les humains alors qu’il avait mis en garde l’homme blanc contre les dommages qu’occasionneraient sa cupidité et son inconscience. 

 

caroux,bertouyre,gardes,héric,mouflon,atomes

Seattle s’est réfugié dans le Caroux car c’est un lieu encore épargné par la folie des hommes, sans doute du fait qu’il ne recèle aucune ressource exploitable. Un vénérable hêtre pluriséculaire peut y mener sa paisible existence sans craindre la hache d’un bûcheron.

 

 

caroux,bertouyre,gardes,héric,mouflon,atomes

Il a pris appui sur un énorme rocher, émouvantes épousailles entre le monde minéral et végétal.

 

caroux,bertouyre,gardes,héric,mouflon,atomes

C’est à son pied que je sacrifie à la noble tradition d'un pique-nique bacchusien et d'une sieste réparatrice qui contribuent à tenir mes atomes ensemble.

 

 

caroux,bertouyre,gardes,héric,mouflon,atomes

Je redescends peinardement  par la petite route touristique piétonnière longeant le torrent d’Héric qui bondit joyeusement  de cascade en cascade vers la plaine.

 

caroux,bertouyre,gardes,héric,mouflon,atomes

Encore une belle balade dont le souvenir restera gravée dans mes atomes le jour où ils rejoindront le grand ballet de l’univers. Je pense que les expériences vécues ou ressenties par le règne minéral, végétal et animal enrichissent le Grand Manitou qui se cache dans les coulisses de l'univers. Je sais je suis un peu fou, mais je vous rassure  je suis un fou inoffensif !

 

*****

Mes autres blogs:

Old Nut : où vous pouvez écouter toutes mes chansons

Certaines sont disponibles sur les plateformes musicales Deezer, Itunes, Spotify, Google play, Amazon...

Canta-la-Vida où j'illustre certaines chansons en photos.

La dernière chanson mise en ligne s'intitule "L'Aventurière"

Piquesel : "bloc-note photos" où les photos sont accompagnées de commentaires humoristiques ou poétiques.

Vous pouvez y accéder en cliquant sur les noms figurant en haut de la colonne de droite

 

Texte & Photos Ulysse

11/03/2017

Diablement beau le canyon du Diable !

 

canyon du diable,ruffes,amérindiens,nemrod

Le développement de la société moderne est fondé sur une perpétuelle frustration que la publicité fait naître dans nos esprits afin de faire tourner la machine économique. Or la plupart des produits offerts à la vente sont des variantes inutiles des produits de base dont nous avons réellement besoin pour vivre. Je ne rejette pas le confort et les remarquables possibilités de communication que nous a apportés le progrès technique - que j'utilise largement - mais je pense que nous pourrions mener une vie plus épanouie en étant plus frugal, moins frénétiquement soucieux de se procurer la dernière nouveauté technique où la énième version à la mode d’un produit que l’on possède déjà. A cet égard, randonner est une bonne école de frugalité car elle nous ramène à l’essentiel : le contact avec la nature qui fut le berceau et le lieu de vie de l'homme avant qu'il ne bâtisse des villages et des villes. La beauté des paysages, le chant des torrents, le murmure du vent, le vol d’un oiseau, la cavalcade d’un mouflon, le défilé des nuages sont des richesses qui comblent mon âme. Bon il est vrai que dans mon sac à dos j'ai aussi quelques produits pour me sustenter et me désaltérer (autre que de l'eau!)  qui sont issus de cette "machine économique" que je critique, but nobody's perfect ! Me mettre en route me met en joie et le chemin qui s’ouvre sous mes pas me mène immanquablement au paradis, sauf aujourd’hui où j’ai prévu d’aller explorer le canyon du Diable.

 

canyon du diable,ruffes,amérindiens,nemrod

Parti du hameau de Rabieux, je chemine sur une piste tracée sur la ligne de crête des Combes, modestes collines qui culminent à 300 mètres d’altitude.

 

canyon du diable,ruffes,amérindiens,nemrod

Je croise une belle orchidée, ma première de l’année, messagère du printemps en avance dans le Sud !

 

canyon du diable,ruffes,amérindiens,nemrod

Puis je passe devant un abri de chasseur, spectacle qui, vous vous en doutez, me réjouit moins. Quelle abominable lâcheté de la part de ces "nemrods" bedonnants qui, planqués dans leur cahute, en bougeant simplement un doigt, peuvent flinguer à tout va les oiseaux qui passent au dessus de la colline. Dans la nature, les prédateurs mus par la nécessité de se nourrir doivent faire preuve d’intelligence, d’endurance, d’habileté pour attraper leurs proies et ils doivent souvent s’y reprendre à plusieurs fois.

 

canyon du diable,ruffes,amérindiens,nemrod

Non content de massacrer la grâce et la beauté, ces tristes sires abandonnent leurs cartouches qu’ils sont censés ramasser !

 

canyon du diable,ruffes,amérindiens,nemrod

Autre motif pour moi de tristesse mêlée de compassion : ce grand pin fauché par une tempête. Ses compagnons restés debout ont-ils conscience de ce drame ? Que savons nous des sentiments des arbres dont on découvre peu à peu qu’ils communiquent entre eux et s’entraident.

 

 

canyon du diable,ruffes,amérindiens,nemrod

Après une petite heure de marche, j’arrive en surplomb du Canyon du Diable creusé par plusieurs torrents dans les ruffes, sols sédimentaires vieux de 200 millions d’années, qui occupent la zone. Ce nom lui a été probablement été donné du fait que les ruffes sont rouges comme les flammes de l’enfer.

 

canyon du diable,ruffes,amérindiens,nemrod

Vous êtes prêts pour vous perdre au coeur du canyon ? Que la visite commence !

 

canyon du diable,ruffes,amérindiens,nemrod

 

canyon du diable,ruffes,amérindiens,nemrod

 

canyon du diable,ruffes,amérindiens,nemrod

 

canyon du diable,ruffes,amérindiens,nemrod

 

canyon du diable,ruffes,amérindiens,nemrod

 

canyon du diable,ruffes,amérindiens,nemrod

 

canyon du diable,ruffes,amérindiens,nemrod

 

canyon du diable,ruffes,amérindiens,nemrod

 

canyon du diable,ruffes,amérindiens,nemrod

 

canyon du diable,ruffes,amérindiens,nemrod

 

canyon du diable,ruffes,amérindiens,nemrod

 

canyon du diable,ruffes,amérindiens,nemrod

 

canyon du diable,ruffes,amérindiens,nemrod

 

canyon du diable,ruffes,amérindiens,nemrod

 

canyon du diable,ruffes,amérindiens,nemrod

La visite s’achève hélas ! Le lieu vous a plu ? A tout moment je m’attendais à y voir surgir, non pas le diable, mais des indiens tant ce site m’a rappelé les parcs américains de l’Utah et de l’Arizona où vivent les Navajos. De toute façon je ne craignais rien car cela fait longtemps que j’ai perdu mon scalp ! Et puis les amérindiens sont bien plus pacifiques, cultivés et intelligents que les nemrods que l’on peut croiser dans nos régions !

 

***** 

Mes autres blogs:

Old Nut : où vous pouvez écouter toutes mes chansons

Certaines sont disponibles sur les plateformes musicales Deezer, Itunes, Spotify, Google play, Amazon...

Canta-la-Vida où j'illustre certaines chansons en photos.

La dernière chanson mise en ligne s'intitule "Je me demande...."

Piquesel : "bloc-note photos" où les photos sont accompagnées de commentaires humoristiques ou poétiques.

Vous pouvez y accéder en cliquant sur les noms figurant en haut de la colonne de droite

 

Texte & Photos  Ulysse