suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05/11/2016

les petits loups à l'assaut du Marcou

 

marcou,hêtre,fayard,sauterelle

Hello, vous vous rappelez de moi ? Je m’appelle Romain, descendu des brumes nordiques, avec ma sœur Emilie, pour passer les vacances chez nos grands parents sous le généreux soleil languedocien. Nous vous invitons à aller contempler les splendeurs automnales de cette région bénie des dieux sur les pentes du Marcou (1093m), le plus haut sommet des monts d’Orb. Suivez le guide !

 

marcou,hêtre,fayard,sauterelle

Comme nous ne nous sommes pas levés aux aurores - vacances obligent - nous ne partons pas de la plaine, comme le font mon papi et son copain Gibus qui sont un peu « masos », mais du col de Leyrac situé à 770 mètres d’altitude, ce qui nous fait quand même un peu plus de 300mètres de dénivelé à grimper. Vu la longueur de mes jambes, c’est un exploit honorable ! Le parcours commence « moderato » et emprunte une allée bordée de hêtres qui sont au moins aussi vieux que mon papi, mais qui, eux, ont gardé leur ramure ! Je marche en tête avec les « grands » tandis que ma sœur traîne derrière comme toute pré-ado qui se respecte.

 

marcou,hêtre,fayard,sauterelle

Cette allée débouche sur une vaste prairie d’où l’on découvre l’imposant Marcou, dont le sommet est orné d’une croix. De fait, selon mon ancêtre Ulysse, le chemin le plus direct pour y accéder est un vrai chemin de croix ! Mais, comme il va de soi, nous allons prendre le chemin des « écoliers » dont la pente est plus douce, ce qui permettra aux lectrices et lecteurs les moins aguerris de nous suivre sans difficulté.

 

marcou,hêtre,fayard,sauterelle

Quelques chevaux se repaissent avidement de l’herbe dont les pluies récentes, après un été aride, ont permis la repousse.

 

marcou,hêtre,fayard,sauterelle

De nombreux adultes considèrent encore les animaux comme des êtres ne se préoccupant que de manger, boire et dormir. Mais nous, les enfants, savons par la fréquentation de nos doudous, que ce sont des êtres sensibles, comme en témoigne ce cheval perdu dans la contemplation du magnifique panorama qui s’offre à lui.

 

marcou,hêtre,fayard,sauterelle

Somptueux, effectivement, est le paysage qui se dévoile où le camaïeu d’or et de bruns des feuillages d’automne contraste avec le bleu des sommets noyés dans la brume venue de la mer. 

 

marcou,hêtre,fayard,sauterelle

Après une bonne heure de marche nous arrivons au sommet au dessus duquel tournoient quelques vautours, que notre présence ne semble pas inquiéter. Mais quel mal pourrions nous faire à ces seigneurs de l’air, nous, pauvres bipèdes collés à la terre par la loi de la gravité.

marcou,hêtre,fayard,sauterelle

Nous nous asseyons un instant au sommet et papi en profite pour nous donner une leçon de géographie, vu qu’il a grimpé la plupart des sommets que l’on aperçoit.

 

marcou,hêtre,fayard,sauterelle

Afin de nous protéger de la brise qui souffle de la mer, nous redescendons une vingtaine de mètres sur le flanc nord du Marcou pour pique-niquer. Le spectacle dont on jouit n’a rien à voir avec celui de la cantine scolaire.

 

marcou,hêtre,fayard,sauterelle

Après avoir festoyé, nous redescendons du Marcou pour poursuivre notre randonnée. Je reprends ma place en tête et cours en dévalant la pente et en étendant les bras, essayant vainement de décoller. Même les formules de Harry Potter, que je connais par cœur, sont inopérantes. Vous qui me lisez, faites le savoir autour de vous : Harry Potter est un imposteur !

 

 

marcou,hêtre,fayard,sauterelle

Mais mon papi me dit qu’avec un tel paysage, on n’a pas besoin de voler et que de toute façon, si on volait, on risquerait de se faire canarder par des « Nemrods » en vadrouille.

 

marcou,hêtre,fayard,sauterelle

Nous quittons les pentes du Marcou pour nous engager sur une piste qui sinue dans les sous-bois éclairés par une douce lumière tamisée par les feuilles d’or des hêtres.

 

marcou,hêtre,fayard,sauterelle

Je trouve surprenant que les feuilles se parent d’une telle beauté au moment de leur mort. Papi me dit que c’est un signal de la nature pour nous enseigner à révéler le beau et le bon qui est en nous avant de mourir. J’ai donc décidé à la rentrée prochaine de partager mes billes avec mes copains, mais bon je vous avoue que ça m’embête un peu !

 

 

marcou,hêtre,fayard,sauterelle

Dans une partie du sous-bois plus sombre colonisée par les sapins, un hêtre, dont le feuillage est éclairé par le soleil, brille comme une bougie dans cette obscurité.

 

marcou,hêtre,fayard,sauterelle

Nous nous arrêtons un instant pour laisser passer un éphippigère (grosse sauterelle) qui traverse le chemin insouciant de notre présence. J’avoue qu’à voir son rostre arrière en forme de glaive, je ne suis pas rassuré, mais mon papi m’affirme que cet insecte est inoffensif.

 

marcou,hêtre,fayard,sauterelle

Nous croisons ensuite un autre randonneur avec lequel – étant un enfant bien élevé - j’entame la conversation. Mais il est si dur de la feuille que je poursuis mon chemin. Dommage, car il avait l’air sympa le vieux !

 

marcou,hêtre,fayard,sauterelle

La randonnée s’achève par un sentier bordé de vieux hêtres majestueux qui ont dû voir de nombreuses générations d'hommes passer sur ce chemin et qui en verront encore d'innombrables. 

 

marcou,hêtre,fayard,sauterelle

Les pierres du muret qui borde le chemin sont recouvertes d’une épaisse couche de mousse qui confère au lieu une atmosphère féérique.

 

marcou,hêtre,fayard,sauterelle

 Finalement pas besoin de s’appeler Alice pour découvrir le pays des merveilles ! Il est ici !

 ******

Si vous appréciez ce blog, je vous invite à découvrir mes autres blogs:

Old Nut (Wix) où vous pouvez écouter librement toutes mes chansons

Canta-la-Vida où j'illustre certaines chansons en photos.

La dernière, nouvelle version postée ce jour, s'intitule "Ecoute ton âme"

Piquesel : "bloc-note photos" où les photos sont accompagnées de commentaires humoristiques ou poétiques.

Vous pouvez y accéder en cliquant sur les noms figurant en haut de la colonne de droite.

 


Texte & photos Ulysse

 

28/10/2016

L'été a remis ses babouches....

DSC06351.JPG


L'été a remis ses babouches,

Puis doucement s'en est allé,

L'automne nonchalant, par petites touches,

Envahit montagnes et vallées.

 

DSC06313.JPG



Sur les érables et les sycomores,

Les frênes, les chênes pubescents,

Ses pas lancent des étincelles d'or,

De pourpre, d'ambre et de sang.

DSC06294.JPG



L'incendie gagne parfois la colline,

Et vient lêcher les roches blanches,

Des falaises que le soleil illumine;

La nature n'est qu'éxubérance !

DSC06306.JPG



Non, le ciel ne peut être vide,

Mais qui est donc ce créateur,

Qui sous nos yeux dévide,

Tant d'harmonie et de splendeur ?

DSC06282.JPG



Ceux qui invoquent sa parole,

Pour nous faire mettre à genoux,

Nous racontent des fariboles,

Des contes à dormir debout.

DSC06311.JPG



Ce créateur là est un artiste,

Un poète et un jouisseur,

Dont les oeuvres nous invitent,

A courir après le bonheur.

 

DSC06318.JPG



Alors, chantons, dansons, mes frères,

Aimons nous les uns les autres,

Plus que tout respectons notre terre,

Soyons en les apôtres.

 

DSC06331.JPG



Faisons en tous lieux ses louanges

Célébrons sa beauté parfaite

Notre terre est bleue comme une orange

Ainsi que l'a écrit le poète *

 

DSC06336.JPG



La ronde des saisons qui passent,

Est à l'image de notre vie,

Nos passions fleurissent puis trépassent,

Et comme les feuilles tombent sans bruit.

 

DSC06277.JPG



Contempler la nature nous rend sage,

Et nous résigne au passage du temps,

Après les émois, les passions, les orages,

Vient le moment des renoncements.

DSC06341.JPG



Les splendeurs de la nature,

Réjouissent nos coeurs et nos esprits,

Elles apaisent nos angoisses, nos blessures,

Et entr'ouvrent les portes du paradis.

 

DSC06250.JPG



* vers tiré d'un poème de Paul Eluard


PS: les photos ont été prises au cours d'une randonnée dans le massif du Marcou à partir du village de St Geniès de Varensal.

 

*****

Si vous appréciez ce blog, je vous invite à découvrir mes autres blogs: 

Old Nut (Wix) où vous pouvez écouter librement toutes mes chansons

Canta-la-Vida où j'illustre certaines chansons en photos.

La dernière, postée ce jour, s'intitule "Ecoute ton âme"

Piquesel : "bloc-note photos" où les photos sont accompagnées de commentaires humoristiques ou poétiques.

Vous pouvez y accéder en cliquant sur les noms figurant en haut de la colonne de droite.

 


Texte & photos Ulysse

22/10/2016

Louis XIV était un scélérat, comme on le voit au fort Liberia

DSC02189.JPG

Non content d'avoir mis l'Europe à feu et à sang, d'avoir vidé les caisses du royaume, laissé un pays affamé et exangue, fait fuir les protestants, qui étaient d'actifs entrepreneurs, en révoquant l'Edit de Nantes, le Roi Louis XIV, despote parmi les despotes, était un scélérat ! Et le souvenir s'en perpétue dans les geôles du Fort Liberia !

Pour en avoir le coeur net, rendons nous dans ce formidable édifice édifié par Vauban en 1681 sur les hauteurs de Villefranche de Conflent pour défendre cette cité située au confluent de trois rivières, la Têt, le Cady, et la Rotja. Edifiée au XIème siècle par les Comtes de Cerdagne, Villefranche de Conflent est tombée dans l'escarcelle du Roi de France en 1654 lors de la signature du traité des Pyrénées.

 

DSC02232.JPG


On peut aujourd'hui accéder au fort par une route en terre fort pentue, mais je vous conseille d'emprunter à l'aller ou au retour (pour les moins sportifs) le prodigieux escalier dit des « mille marches » (en fait 775) que Napoléon III fit creuser à travers la falaise. Cet escalier comporte opportunément à mi-distance une plateforme offrant une vue panoramique sur Villefranche de Conflent.

 

DSC02227.JPG


Construit sur plusieurs niveaux, cet ouvrage illustre le génie et la capacité de Vauban à s'adapter à un terrain difficile.

 

DSC02211.JPG

Comme les caisses du royaume avaient déjà été vidées à cette époque là par le grand train de vie mené à l'Elysée, heu ! pardon ! à Versailles, le fort ne fut doté que d'une petite garnison et de quelques pièces d'artillerie. Aussi, avait on imaginé une astuce pour ne pas informer l'ennemi potentiel du manque de puissance de feu : des volets furent installés aux fenêtres, ce qui devait permettre aux défenseurs de déplacer rapidement les canons d'une fenêtre à l'autre, faisant croire qu'il y en avait beaucoup plus.

 

DSC02219.JPG


Ce stratagème ne fut toutefois jamais réellement utilisé, car grâce à ses formidables murailles et sa position abrupte, qui offre un point de vue magnifique sur les Pyrénées, le fort ne fut jamais attaqué.

 

DSC02192.JPG


De fait, ce fort eut un rôle beaucoup moins glorieux que la défense du territoire puisqu'il servit principalement de geôle et de tombe à plusieurs femmes impliquées dans l'affaire des poisons qui éclata en 1675 par l'arrestation de la marquise de Brinvilliers et s'acheva en 1682 par la dissolution de la Chambre Ardente (cour de justice) créée pour l'occasion.

 
DSC02204.JPG


Ce qui est choquant dans l'affaire n'est pas tant l'emprisonnement de ces femmes accusées de s'être livrées à des pratiques d'envoûtement ou de sorcellerie et d'avoir élaboré pour les besoins de certains « la poudre de succession » (de l'arsenic) mais plutôt le fait que des personnes de haut rang à la cour, accusées par certains d'y avoir participé, ne furent pas inquiétées.

 

DSC02203.JPG



Ainsi, quand les attaques contre l'une des maîtresses de louis XIV, Mme de Montespan, se furent plus précises, menaçant d'éclabousser la cour, le roi, ce scélérat, ordonna aux magistrats de cesser les poursuites et d'étouffer l'affaire. Les grands personnages qui étaient impliqués furent épargnés mais la chambre ardente prononça contre des comparses secondaires trente six condamnations à mort ainsi que des envois aux galères et des emprisonnements à vie. Les accusateurs de Mme de Montespan eux mêmes furent enfermés dans des forteresses royales. C'est ainsi que Madeleine Gardet, dont on peut lire l'émouvante confession dans les geôles du fort, y a été emprisonnée jusqu'à la fin de sa vie en compagnie de plusieurs autres accusées.

 

DSC02198.JPG


Depuis lors la république a succédé à la monarchie mais la justice s'arrête toujours hélas aux portes des palais du « royaume » comme l'ont montré plusieurs affaires qui ont éclaté au cours de ces cinquante dernières années.

*****

Si vous appréciez ce blog, je vous invite à découvrir mes autres blogs:

 

Old Nut (Wix) où vous pouvez écouter librement toutes mes chansons

Canta-la-Vida où j'illustre certaines chansons en photos.

Piquesel : "bloc-note photos" où les photos sont accompagnées de commentaires humoristiques ou poétiques.

Vous pouvez y accéder en cliquant sur les noms figurant en haut de la colonne de droite.

 




Texte & Photos Uysse

15/10/2016

De l’arête de Ramendure à Montahut, c'est ainsi que la vie vaut d'être vécue !

 

mauroul,ramendure,montahut,ourliade,espinousse

Après avoir arpenté les cimes andorranes, nous voici de retour, Gibus et moi, dans notre terrain de jeu habituel : les monts de l’Espinousse. Nos jambes étant « affutées » par nos ascensions précédentes, nous choisissons un itinéraire un peu sportif qui part du charmant village de Mauroul (dont je vous recommande l’Auberge) pour rejoindre le sommet du Montahut (1045m) en passant par l’arête rocheuse de Ramendure.

 

 

mauroul,ramendure,montahut,ourliade,espinousse

Sur l’arête de Ramendure, où nous nous engageons, il n’y a pas vraiment de sentier, juste une vague piste qui sinue entre les rochers ponctuée par des cairns. Gibus et moi aimons ces itinéraires « sauvages » où l’empreinte de l’homme est minimale et où il faut sans cesse avoir l’œil aux aguets pour ne pas s’engager dans une impasse qui vous mène au pied d’une barre rocheuse ou au bord d’un précipice.

 

mauroul,ramendure,montahut,ourliade,espinousse

Nous sommes ici dans un monde peuplé de créatures étranges, comme celle que l’on croise ici, mi chien–mi phoque - et qui dialogue avec deux arbustes sur la dureté de l’existence dans ces montagnes cramées par le soleil (il n’a quasiment pas plu depuis des semaines) et battues par les vents….

 

mauroul,ramendure,montahut,ourliade,espinousse

….ou bien encore, comme ce gros moineau qui semble donner la becquée à son oisillon !

 

mauroul,ramendure,montahut,ourliade,espinousse

Partout des rochers jaillissent du sol qui témoignent de la violence inouïe qui a accompagnée la naissance de ces montagnes.

 

mauroul,ramendure,montahut,ourliade,espinousse

Mais de là aussi, on découvre la munificence de notre planète et la beauté particulière de notre région, quand le soleil met le feu à la Méditerranée et illumine le manteau vert-bleu des montagnes.

 

mauroul,ramendure,montahut,ourliade,espinousse

Sans le petit cairn posé sur le rocher à gauche, nous ne saurions pas qu’il faut franchir cette petite barre rocheuse. C’est ainsi que la solidarité se noue entre tous ceux qui s’aventurent en ces lieux et dont les vies sont ainsi secrètement reliées par ces modestes tas de cailloux.

 

mauroul,ramendure,montahut,ourliade,espinousse

Cela fait partie du plaisir de la randonnée que de tester ses capacités physiques, de les mettre à l’épreuve, de vaincre la pesanteur et parfois, pour ce qui me concerne, de maîtriser le vertige qui me saisit .

 

mauroul,ramendure,montahut,ourliade,espinousse

Mais quel bonheur, de voir alors ce que voit le mouflon, de dominer ce que domine le vautour et de frôler les nuages.

 

mauroul,ramendure,montahut,ourliade,espinousse

La contemplation de la montagne qui expose ses rides vieilles de millions d’années nous fait prendre conscience de l’éphémère de nos vies. Chaque instant redevient alors précieux, rendu intensément présent par l’effort fourni, l’ardeur du soleil ou le mordant du froid, la beauté des paysages.

 

mauroul,ramendure,montahut,ourliade,espinousse

Quand on part ainsi marcher dans un milieu sauvage, où les manifestations de la société humaine ne sont pas visibles, nos vies sortent du temps et de la civilisation, pour pénétrer dans un espace intemporel de liberté. Les données de notre état civil sont pour un instant oubliées, nous ne sommes plus que des cœurs qui battent et des âmes enchantées par la beauté du monde.

 

mauroul,ramendure,montahut,ourliade,espinousse

Gibus, qui est à la fois mon ami et mon guide, fait parfois les frais d’une erreur d’aiguillage comme ici où il s’est engagé sur une fausse piste pendant que j’attendais patiemment son verdict - c’est l’avantage de mon grand âge - ce qui l’a obligé à quelques contorsions pour descendre du perchoir où il s’était malencontreusement engagé !

 

mauroul,ramendure,montahut,ourliade,espinousse

Mais à vrai dire c’est pour lui une partie de plaisir vu qu’il a hérité de ses ancêtres suisses quelques gènes de bouquetin ou de chamois .

 

mauroul,ramendure,montahut,ourliade,espinousse

« Couvrez ce sein, que je ne saurais voir. Par de pareils objets les âmes sont blessées, Et cela fait venir de coupables pensées" se serait écrié Tartuffe, si jamais il était passé en cet endroit où Gaïa arbore fièrement l’un de ses nombreux tétons. Pour ma part, j’en ai été émoustillé et je me suis dit qu’il était bien ferme malgré son grand âge !

 

mauroul,ramendure,montahut,ourliade,espinousse

Nous arrivons enfin sur le plateau des Bourdils, où nous nous engageons sur un confortable sentier qui nous mène vers le magnifique roc d’Ourliades, que nous n’avons encore jamais grimpé.

 

mauroul,ramendure,montahut,ourliade,espinousse

Nous nous promettons de l’ajouter à notre palmarès dès que possible (avoir des projets empêche de vieillir !)

 

mauroul,ramendure,montahut,ourliade,espinousse

Dans la foulée nous grimpons au sommet du Montahut, ce qui ne présente aucune difficulté, cette montagne n’étant qu’un gros tas de cailloux érodé. Mais elle offre une vue somptueuse sur les Pyrénées quand, par chance, ils ne sont pas masqués par la brume comme aujourd’hui ! Gibus et moi nous disons alors que c’est sans doute parce que nous n’avons pas fait assez d’offrandes aux dieux que les Pyrénées nous sont cachées. Nous décidons derechef de prendre notre pique-nique en ces lieux et de procéder à des libations en l’honneur de Bacchus, Vichnou et quelques autres divinités, en espérant que l’une d’entre elles voudra bien dissiper les nuées.

 

 

mauroul,ramendure,montahut,ourliade,espinousse

 

Mais les dieux restent sourds à notre prière et la seule chose que l’on voit apparaître dans le ciel est un rapace sans doute intéressé par notre déjeuner. Et puis, preuve que le monde est vraiment petit et qu’il appartient à ceux qui se lèvent tôt, surgit l’ami Bernard, que l’on a connu en parcourant les sentiers du Caroux - passion qui nous est commune – et qui tient un superbe blog photo-poétique que je vous invite à découvrir en cliquant ICI ! La montagne est vraiment un lieu de beauté et d’amitié ! Si vous en avez l'opportunité, allez donc de Ramendure à Montahut, c'est ainsi que la vie vaut d'être vécue !

 

*****

Si vous appréciez ce blog, je vous invite à découvrir mes autres blogs:

 

Old Nut (Wix) où vous pouvez écouter librement toutes mes chansons

Canta-la-Vida où j'illustre certaines chansons en photos.

Piquesel : "bloc-note photos" où les photos sont accompagnées de commentaires humoristiques ou poétiques.

Vous pouvez y accéder en cliquant sur les noms figurant en haut de la colonne de droite.

 

Texte & photos Ulysse