suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/07/2011

Périple à dos d'âne en Aveyron !

 

crouzets,sylvanès,âne

 Après nos exploits dans la grotte de Labeil que nous vous avons contés la semaine passée,  nous avons eu droit : Emilie, Carla, Tom et moi, Romain, à une rando à dos d’ânes en Aveyron. On a bien aimé la grotte, c’est vrai, mais les ânes c’est plus cool : ça vous porte ! Vous vous rendez compte une rando où on ne marche pas : Que du bonheur !

Nous voilà donc rendus à la ferme des Crouzets en Aveyron où Emilie et moi se voyons confier Roméo un âne de Provence . La première chose à faire avant de le bâter est de bien brosser ses poils afin que le bât ne le blesse pas.  Je peux vous dire que ça prend plus de temps qu’à mon papy de se coiffer vu que sa tête ressemble à une boule de pétanque.

  

crouzets,sylvanès,âne

Carla et Tom héritent de Persil un âne aux longs poils originaire du Haut Poitou. Mon papy prétend qu’on l’a nommé ainsi car il est assez timide et comme les timides rougissent généralement comme une tomate, le persil ça se marrie bien avec. Mais là je crois qu’il  galèje ! Comment voulez vous que l’on fasse confiance aux adultes quand ils racontent des histoires pareilles !

 

 

crouzets,sylvanès,âne

Sophie la « maman » des ânes, enfin celle qui s’en occupe, les fait manger, les soigne quand ils sont malades, comme un vraie maman, quoi ! (Les papas font le reste, c’est à dire pas grand chose!) Sophie, donc,  nous réunit avant le départ pour nous donner les consignes :

 Règle N°1 ne pas laisser les ânes brouter l’herbe du bord des chemins sous peine de passer la nuit à la belle étoile.

 Règle N°2 se tenir en arrière dans les descentes pour éviter de se retrouver avec l’âne sur le dos

 Règle N°3 au contraire d’un cheval un âne qui résiste  se pousse et ne se tire jamais !

 Règle N°4 si l’âne vous échappe lors d’une pause ne pas courir après car ils adorent jouer à « chat » et courent plus vite que vous.  Si l’on ne leur prête pas attention ils finissent toujours par revenir vers vous.. Malgré ma courte expérience, j'ai remarqué que c'est pareil avec les filles : si vous leur courez après elles se sauvent mais si vous ne faites pas attention à elles, elles viennent vers vous !

 

 

crouzets,sylvanès,âne

Et voilà c’est parti. ! il faut avouer que c’est une sensation délicieuse de voir pour une fois des adultes marcher à grands pas  en ahanant  (le verbe est de circonstance) pour rester au niveau des ânes. Car d’habitude c’est nous qui devons galoper comme des dératés pour les suivre ! Douce est notre revanche.

 

 

crouzets,sylvanès,âne

Carla la plus grande d’entre nous doit laisser la place à son frère Tom, Persil ne pouvant les porter tous les deux à la fois. Ca fait réfléchir sur l’utilité de grandir.  D’un autre côté se priver de pâtes, de pommes de terre, de bonbons, de glâce et de Nutella pour pouvoir continuer à monter sur un âne est un choix cornélien !

 

 

crouzets,sylvanès,âne

Bon quand je dis que les adultes suivent en ahanant j’exagère un peu pour ce qui concerne Gibus . Je suis sûr qu’il pourrait porter l’âne sur son dos avec Tom dessus et avancer aussi vite !

 

 

crouzets,sylvanès,âne

Je vais vous faire un confidence : ce qui me plait le plus dans une rando à dos d’âne c’est que je suis assis devant ma sœur et que c’est moi qui commande.  Ça me donne vraiment envie d’en commander un au père Noël.

 

 

crouzets,sylvanès,âne

On suit un chemin en balcon d’où l’on aperçoit la magnifique chapelle orthodoxe dont mon papy vous a conté l’histoire sur son blog en novembre 2006 et auprès de laquelle nous allons passer au cours de notre randonnée.

 

crouzets,sylvanès,âne

En avançant Roméo ne peut pas manquer d’apercevoir son ombre d’où ressortent en particulier ses longues oreilles. On dit que dans le monde animal  seuls les singes, les éléphants, et les poulpes sont capables de se reconnaître mais certainement pas les ânes. J’espère donc qu’il ne s’imagine pas que ce sont mes oreilles  ! Bon je sais que mes parents me demandent souvent d’arrêter de faire l’âne, mais c’est pas pour autant que mes appendices auriculaires ressemblent aux leurs, rassurez moi !

 

 

crouzets,sylvanès,âne

Nous voilà à l’heure de la pause. Nous en profitons avec Tom pour échanger sur notre expérience d’ânier ou de bourriquier si vous préférez, encore que nos ânes soient loin d’être des bourriques et se montrent au contraire très dociles. Mais c’est aussi sans doute parce que nous  sommes d’excellents maîtres.

 

crouzets,sylvanès,âne

Pendant ce temps nous confions à Emilie et Carla (avec, reconnaissons le, l’appui parental)  le soin de faire paître Persil et Roméo. Tâche dont elles s’exécutent avec un enthousiasme manifeste ( là je suis ironique, vous l’avez compris !).  Combien délicieuse est cette journée pour Tom et moi enfin débarrassés de l’injuste tutelle de nos aînées. Nous buvons, comme dit mon papy quand il est content  du « petit lait » (à vrai dire je ne sais pas pourquoi il dit ça, vu qu’ il ne boit jamais de lait).

 

 

crouzets,sylvanès,âne

Bon, il est temps de repartir et il va falloir que je remonte sur Roméo ce qui ne va pas être facile. Pas question que je demande à ma sœur qui serait trop heureuse de m’envoyer aux pelotes (pelotes de quoi, je ne sais pas, les adultes ont vraiment  des expressions bizarres).  Bon , papa a vu que j’étais en difficulté et, par solidarité masculine, vient m’aider. Les mamans c’est doux mais les papas c’est quand même pratiques !

 

crouzets,sylvanès,âne

 Nous arrivons à la chapelle orthodoxe qui a été démontée en Russie pour être remontée ici . Moi qui ai eu un jeu de construction au dernier Noêl, je peux vous dire que c’est du beau travail . Mais ils ont bien fait de ne pas appeler mon papy à la rescousse pour le remontage car ils se seraient retrouvés avec un café-bar à la place de la chapelle.

 

 

crouzets,sylvanès,âne

Parler de café-bar me donne soif ! On fait donc  une halte à la source située près de la chapelle  mais que dédaignent Persil et Roméo. Ces deux là ne semblent pas plus apprécier l’eau que Papy et son ami Gibus.

 

 crouzets,sylvanès,âne

Il y a des moments dans la vie où il faut savoir  reconnaître ses limites !  Et il faut avouer que Tom et moi sommes confrontés  à un gros problème quand  Roméo et Persil sont « invités »  à descendre l’escalier  d’accès à la chapelle qui fait la jonction avec notre chemin de retour. Nos deux amis, jusqu’ici dociles, refusent obstinément de descendre les marches !

 crouzets,sylvanès,âne

 Gibus et mon papa prennent alors les choses en main tandis que mon papy se défile sous prétexte d’immortaliser la scène avec son appareil photo.  A vrai dire, il leur faut un certain temps, pour les convaincre de franchir l’obstacle, oubliant au passage d’appliquer la règle N°3 (un âne se pousse mais ne se tire pas !). Ce qui à la fois console notre ego un peu meurtri et écorne l’admiration que nous avions pour eux.  But nobody’s perfect ! (Et oui nous apprenons l’anglais dès la maternelle ).

 

 

crouzets,sylvanès,âne

Nous reprenons enfin  le fil tranquille de notre balade ce qui nous permet de nous laisser aller à nos rêveries.  Je me dis que ça serait bien d’aller à l’école ainsi et de ne plus être obligé de porter son cartable et de pouvoir emmener à la fin de la journée  ma petite amie  Charlotte (je l’aime bien parce que c’est aussi un nom de gâteau)  faire un tour  au Mickey-Bar manger une  glace à la fraise avec des frites.

 

 

crouzets,sylvanès,âne

Tom lui est impressionné par les oreilles de Persil et il se dit sans doute qu’il va falloir dès l’entrée au CP qu’il potasse ses devoirs s’il ne veut pas que les siennes deviennent comme celles là ! Moi si jamais ça m’arrive je me laisserai pousser les cheveux pour ne pas qu’on les voit.

 

crouzets,sylvanès,âne

 J’ai rejoint mon ami Tom sur Persil  pour permette à Carla de monter sur Roméo.  Mais voilà que l’on doit traverser une zone boueuse et Roméo renacle n’aimant pas apparemment mouiller ses sabots. Ma sœur qui est du genre « princesse au petit pois » semble aussi embêtée que lui pour franchir l’obstacle. C’est pas Emilie que mes parents auraient dû l’appeler mais Juliette car elle va très bien avec Roméo.

 

 

crouzets,sylvanès,âne

Bon, c’est vrai  je ne suis pas très sympa avec ma sœur, alors que depuis qu’elle a vu que je conduisais Roméo comme un chef, elle est tout sourire à mon égard !  Faut vraiment que je me fasse offrir un âne par le père Noël !

 

 

crouzets,sylvanès,âne

Vous avez compris que nous avons passé une super journée sur le dos de  Roméo et de Persil. Le problème est  qu’il va falloir attendre un an pour recommencer et que d’ici là ce sont nos grandes sœurs que l’on va avoir sur le dos !

 

Texte Ulysse & Photos Ulysse, MarieB. et Sébastien


09:03 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (33) | Tags : crouzets, sylvanès, âne

07/08/2010

Romain, Emilie, Carla et Tom sur les pas de Stevenson….

 

 

DSC07248.JPG

Bonjour, je m’appelle Romain et j’ai quatre ans. Ulysse, mon papy qui profite de ma présence pour se la couler douce, m’a demandé de prendre la relève sur son blog pour vous raconter une journée de mes vacances. Je vous demande donc d’être indulgent pour les fautes de syntaxe et d’orthographe.

Gibus, l’ami de mon papy, n’ayant, comme vous le savez, jamais les deux pieds en même temps sur terre, sauf quand il dort, bien évidemment, nous a proposé l’autre jour de faire avec ses propres petits enfants, Carla et Tom, une rando avec ânes.

D’aucuns insinueront fielleusement que c’est de toute façon le cas chaque fois que l’on fait une balade avec mon papy  ! Mais ce n’est pas parce qu’il n’arrête pas de dire des bêtises que c’est un âne ! Sinon tous les hommes politiques en seraient aussi ! Et puis de toute façon je ne crois pas que cela le choque d’être pris pour un âne, vu la haute estime qu’il a pour ces équidés célébrés par Francis Jammes dans un joli poème. Je sais, certains me feront remarquer que cet auteur n’est pas au programme de la maternelle mais c’est mon papy qui me l’a fait connaître.

Emilie, ma grande sœur et moi nous nous réjouissons donc à l’idée d’une sortie avec Tom et Carla, avec la perspective d’échapper, pour une fois, aux kilomètres « pédibus jambus » généralement au menu d’une sortie avec papy et son copain Gibus.

 

 

DSC07060.JPG

Nous faisons connaissance avec nos ânes, Gavroche et Zan, deux garçons que leur maîtresse équipe pour nous permettre de les chevaucher. Au passage, je trouve curieux que l’on dise « chevaucher » pour un âne mais ça fait partie des subtilités de la langue française qui vont m’obliger à passer des années de ma vie à l’école, alors que je ferai bien comme mon papy qui mène « la dolce vita » toute l’année au bord de sa piscine et à l’ombre de ses palmiers (encore heureux que c’est papa et maman et pas moi qui paye pour sa retraite, mais bon ça ampute quand même le budget qu’ils consacrent à mes jouets !)

 

 

DSC07081.JPG

Nous voilà donc partis, sur les pas de Stevenson (celui là non plus n’est pas au programme de la maternelle, mais mon papy m’a raconté son histoire). Mon prénom, Romain, m’impose tout naturellement de prendre la tête. Je m’imagine comme César partant à la conquête de nouveaux territoires pour leur apporter la civilisation et faire découvrir les délices du Nutella aux « barbares »

 

 

032.JPG

Tom et sa famille suivent sous l’oeil vigilant de Gibus . Carla, sa grande sœur, préfère pour le moment se dégourdir les jambes. Les filles sont bizarres, elles aiment bien faire des efforts inutiles comme de faire le ménage et les poussières alors que celles-ci n’arrêtent pas de revenir.

 

 

DSC07096.JPG

Je suis impressionné par la crinière de Gavroche, je suis sûr que mon papy qui traîne derrière est vert de jalousie !

 

 

DSC07102.JPG

Mais d’un autre coté, c’est la preuve qu’il n’a rien d’un âne, encore qu’avec ses grandes oreilles on pourrait se le demander ….Mais je vais arrêter là mes insinuations car il risque de me planquer le pot de Nutella !

 

 

DSC07104.JPG

Et puis soudain, Gavroche refuse obstinément d’avancer et se met à brouter l’herbe au bord du chemin. Emilie qui n’a ni sa langue dans sa poche ni ses deux pieds dans le même sabot (encore une curieuse expression, vu que je n’ai jamais vu quelqu’un porter des sabots) téléphone à la maîtresse des ânes pour lui demander assistance. Le conseil est de ne pas céder et de tirer fort sur la longe pour sortir Gavroche de ses agapes. Mes muscles étant encore en voie de développement, nous faisons appel à papy qui parvient à faire redémarrer Gavroche. Connaissant un peu l’âme humaine, je subodore qu’il s’est senti un peu vengé par rapport à la crinière !

 

 

029.JPG

Ma sœur est à son tour saisie par l’envie de se dégourdir les jambes et Carla prend sa place. Comme dit mon papy « Souvent femme varie, bien fol qui s’y fie ! »

 

 

DSC07136.JPG

Puis Gibus vient me faire un brin de causette. Je suis admiratif de son chapeau de cow-boy et je propose de lui échanger contre mon bob mais il refuse ma proposition. Si je lui avais proposé en plus mon pot de Nutella, c’est sûr qu’il aurait accepté, mais je ne suis pas encore prêt à un tel sacrifice !

 

 

DSC07144.JPG

Je me laisse bercer par le pas chaloupé de ma monture et je médite sur la condition humaine et son côté éphémère. Nous ne sommes que des fantômes qui traversent le théâtre de la vie comme ces ombres qui glissent silencieusement sur la piste. Je n’ai certes que quatre ans mais je me rends compte en voyant l’évolution de mon papy à chaque vacance que l’être humain est éminemment périssable, malgré les élixirs de jeunesse – comme il les appelle - blanc, rosé , rouge qu’il avale à profusion.

 

 

DSC07183.JPG

Le simple fait que je parle d’élixirs de jeunesse a donné faim et surtout soif à papy et Gibus qui décident de faire une halte pour picniquer, Gavroche et Zan en profitent pour brouter à cœur joie l’herbe des environs. Le pic-nic achevé je choisis la méthode douce pour faire repartir notre monture.

 

 

DSC07165.JPG

Mais l’herbe ici a l’air vraiment délicieuse et Gavroche reste indifférent à mes supplications.

 

 

DSC07173.JPG

Pour ne pas perdre la face, je fais semblant de me désintéresser de lui. Comme l’a dit Sénèque, qui n’est pas non plus à mon programme mais dont mon papy m’a parlé (comme quoi ce n’est vraiment pas un âne) « Quand les choses suivent un cours que vous n’avez pas choisi, faites néanmoins semblant de les avoir organisées »

 

 

DSC07176.JPG

Et puis si je veux être honnête, il n’ y a pas que les ânes qui fassent la sourde oreille. J’avoue que quand papa et maman me demandent de ranger mes jouets ou d’aller au lit j’ai, comme l’on dit, les portugaises ensablées. Je pense que vous savez tous que l’expression vient du fait que les oreilles des humains ressemblent à des huîtres portugaises. Ca aussi c’est mon papy qui me l’a appris . D’ailleurs, c’est peut être parce qu’il pense trop qu’il a perdu sa crinière ! Car ça doit chauffer la haut !

 

 

DSC07188.JPG

Je prends donc mon mal en patience en sirotant une timbale d’eau tiédasse et insipide car, hélas, à mon age je n’ai pas droit aux élixirs de mon papy. Vivement que je grandisse !

 

 

DSC07191.JPG

La patience ça va un peu, mais là je sens la moutarde me monter au nez… (Bizarre, également, cette expression, car je n’ai jamais vu de moutarde dans le nez de quelqu’un). Je dois vous faire la confidence que je commence à comprendre les cris de papa et maman quand je ne réponds pas à leurs appels ! Bon mais n’allez pas leur répéter !

 

 

DSC07192.JPG

Bon, ça suffit, allez vient bougre d’âne sinon je me plaindrai à ta maîtresse et tu te feras botter les fesses ! Je dis ça comme ça mais en fait je ne cafterai pas, car maman dit que c’est pas beau de rapporter.

 

 

DSC07197.JPG

Je dois me rendre à l’évidence, cet âne n’est sensible ni aux caresses ni aux menaces …il ne reste que l’usage de la force mais là sans vouloir minimiser mes capacités, je ne me sens pas encore de taille à lutter avec lui ! Mon amour propre en prend certes un coup mais je me dis pour me consoler que les échecs nous font grandir.

Ca c’est encore une belle phrase de papy, mais dans mon cas je ne trouve pas qu’elle soit très vrai, car ça fait plusieurs fois depuis le début des vacances que j’échoue à attraper la boite de bonbons en haut du placard et je n’ai pas pris un centimètre !

 

 

DSC07244.JPG

Ma grande sœur se décide à venir à mon secours et parvient à ma grande honte à décider Gavroche à reprendre la route en lui glissant quelques mots à l’oreille.

 

 

DSC07113.JPG

je commence à découvrir stupéfait les pouvoirs mystérieux qu’ont les filles sur les garçons (Gavroche est un mâle) Il va falloir que je me méfie à la rentrée prochaine si mes copines deviennent trop entreprenantes !

 

 

DSC07210.JPG

Pour ce qui concerne Zan, l'âne de Carla et Tom, tout va pour le mieux car c’est Gibus qui a pris la direction des opérations et aucun âne n’est de taille à lui résister ! Je crois bien que même un mammouth avec lui filerait droit ! Ce n’est pas étonnant que la langue de mon papy traîne sur le devant de ses chaussures quand ils partent tous les deux en randonnée. Oh, ce n’est pas lui qui m’en a fait la confidence car il est trop fier pour ça, mais je l’ai deviné en regardant ses chaussures de randonnée qui sont toutes poussiéreuses sauf le bout qui est propre et luisant.

 

 

DSC07213.JPG

Quand Zan ne va pas assez vite au goût de Gibus et qu’il lui vient des fourmis dans les jambes, Marie, son épouse, prend le relais et Zan se laisse faire sans rechigner. Sans doute qu'il se souvient que l'un de ses lointains ancêtres a porté une Marie  en Palestine et ainsi sauvé le petit Jésus. Enfin c'est ce que l'on m'a raconté, mais mon papy dit qu'il ne croit pas trop à cette histoire. Bon moi je veux bien y croire tant que ça fait venir le père Noël !

 

 

DSC07214.JPG

La fille de mon papy, c’est à dire ma maman (c’est compliqué les liens familiaux) décide également de prendre les choses en main. Cela me conforte dans l’idée que je suis né trop tard et que je suis d’une génération où les femmes vont définitivement prendre le pouvoir ! Mais après tout ce n’est peut être pas si mal d’être homme au foyer et de passer sont temps à regarder du foot à la télé en buvant des bières ! A condition bien sûr que l’on ne vienne pas nous déranger en passant le ramasse-poussière !

 

 

DSC07199.JPG

Nous faisons une nouvelle pause car selon l’adage « Qui veut voyager loin ménage sa monture ». Nous nous allongeons dans l’herbe pour faire une « siestouille » pendant que ma sœur Emilie reste en compagnie des ânes. Ca doit lui donner l’impression d’être intelligente, car comme le dit mon papy «  Au royaume des aveugles les borgnes sont rois » D’ailleurs c’est pour ça qu’il a travaillé toute sa vie dans une banque, car en compagnie des banquiers m’a-t-il confié, il avait le sentiment d’être intelligent !

 

 

DSC07220.JPG

Quand on est allongé dans l’herbe c’est fou les merveilles que l’on découvre et je comprends maintenant pourquoi on voit tant d’adultes dans les parcs allongés sur les pelouses,. Ce qui est bizarre c’est que parfois ils sont serrés l’un contre l’autre, même quand il ne fait pas froid. Mais bon les grands n’ont pas toujours des comportements rationnels. Je prends l’exemple de mon papy qui me restreint sur le Nutella alors qu’il boulote chaque jour une tablette de chocolat !

 

 

DSC07221.JPG

On décide de repartir mais une fois de plus Gavroche n’en fait qu’à sa tête. Après tout je m’en lave les mains, je sais bien que papy va réagir quand il commencera à avoir faim, vu qu’il n’a plus rien à manger dans les sacs. Je n’ai pas encore beaucoup d’expérience vu ma courte existence, mais j’ai remarqué un point commun entre les bébés et les papys c’est qu’ils mangent tous deux à heure fixe !

 

 

DSC07224.JPG

Mais une fois de plus le charme féminin opère et Gavroche se met à suivre Emilie sans sourciller ! La femme est vraiment l’avenir de l’homme comme l’a écrit Aragon . Moi ça me va du moment que c’est pas moi qui marche !

 

 

086.JPG

Carla décide aussi de prendre en mains Zan qui se laisse faire comme mon copain  Tom qui ne pipe mot. Mon papy suit derrière pas mécontent semble-t-il de voir la jeunesse aussi déterminée à prendre la relève. Enfin, bon je parle des filles parce que nous les garçons, notre modèle ce serait plutôt « Tanguy » !

 

 

DSC07231.JPG

Un lézard vert nous regarde passer intrigué mais aucunement inquiet. Sans doute que la présence d’ânes parmi nous le rassure car il doit se dire que des humains qui fréquentent des animaux aussi pacifiques ne présentent pour lui aucun danger.

 

 

DSC07240.JPG

Emilie étant un peu fatiguée, elle me rejoint sur Gavroche pour aborder la descente qui nous ramène à La Vacquerie. Finalement les filles ne sont pas des « surhommes » et ont aussi leurs faiblesses ! C’est plutôt rassurant !

 

DSC07241.JPG

Le chemin étant étroit, nous marchons en file indienne bien que nous ne soyons pas indiens (encore une subtilité étonnante de la langue française ). C’est avec regret que je vois le terme de notre virée approcher. Car en définitive, bien que Gavroche ait mis mon amour propre à rude épreuve, il m’a vaillamment porté et je lui en suis reconnaissant. Francis Jammes a bien raison, il n’y a rien de plus doux qu’un âne ….

 

Si mon histoire vous a plu et que vous êtes intéressé par une balade avec ânes , voici l'adresse :

 

 

DSC07046.JPG

 

 

Texte Romain & Photos Ulysse