suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/05/2013

Périple Pyrénéen 3ème partie : Le Port de Barroude (reprise d'archive)

 

Emilie et Romain étant repartis vers le "NOOOOORD ! " je reprends le récit de notre périple pyrénéen.  Si vous appréciez  Eldorad'Oc je vous invite à suivre mon périple en Andalousie sur mon autre blog :

 

 

 
 
http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC05068.JPG

Les montagnes ayant tricoté dans la nuit une belle couverture de nuages, nous nous fixons ce matin là un objectif modeste : le Port de Barroude situé à 2534m qui constitue, d'après les cartes, un magnifique balcon sur le versant espagnol et le sommet de La Munia culminant à 3134m. Quand on parle de "port" en montagne, il s'agit bien sur d'un col permettant le passage entre deux vallées, le terme venant sans doute de "porte" signifiant ici "passage".

Avant de partir, nous faisons nos ablutions dans le lac. Les lacs et torrents servent, en effet, souvent de salle de bain au randonneur endurci qui, plutôt que de se laver à la petite cuillère dans un minuscule lavabo, ne craint pas de se tremper en « habit natal » dans leur eau, certes cristalline, mais surtout glaciale du fait qu'ils sont généralement alimentés par des glaciers ou des névés. Si ce traitement est bénéfique pour les femmes, dont il raffermit la poitrine, les hommes n'en sortent pas à leur avantage, car les « escargots », c'est bien connu, n'aiment pas le froid qui les fait remonter très haut dans leur coquille!

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC05045.JPG

Sans doute que ce vieux montagnard, qui traîne depuis des siècles dans la montagne, et que nous avons croisé dans notre ascension, a été témoin d'affrontements sanglants de contrebandiers se disputant sans merci le contrôle du "Port" ou s'étripant avec les carabiniers. Mon ami Gibus nous a conté sur ce point d'horribles histoires de contrebandiers suisses qui emprisonnaient les mains des douaniers entre les deux parties fendues d'un arbre, qu'ils liaient ensuite pour les abandonner à une mort certaine épouvantable en guise d'avertissement donné à leurs collègues. Comme quoi la montagne n'est pas toujours une source de sérénité. 

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC05101.JPG

Heureusement, de nos jours, on rencontre en altitude des êtres plus débonnaires que des contrebandiers, telles que ces marmottes, véritables guetteurs de la montagne. Quand elles mettent le nez dehors pour aller se remplir la panse et s'enrober de graisse pour l'hiver, qu'elles passent à hiberner dans leur terrier, il y en a toujours une qui fait le guêt pour signaler, par de brefs sifflements, l'arrivée d'un intrus indésirable.


L'homme, bien sur, en fait partie, comme le vautour ou l'aigle qui peuvent aisément s'emparer des jeunes qui batifolent dans l'herbe inconscients du danger. Si vous êtes discret vous pouvez néanmoins les surprendre prenant le soleil grasses comme des "Boudha", mais ne vous y trompez, pas dès que l'alerte est donnée elles se révèlent aussi agiles que les Izards pour rejoindre leur terrier.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC05091-1.JPG

Nous voilà parvenus sur le « port » vaste plateau frontière entre la France et l'Espagne, ce qui nous permet de reprendre notre souffle. La concentration qu'implique la marche en montagne, tant par l'effort à fournir que par l'attention qu'implique les pierres ou les difficultés du chemin, conduit à se réapproprier chaque instant; on est alors intensément présent au monde et on se fait une idée plus précise de l'état de la machine que nous habitons.


On en vient alors à méditer sur son appêtit immodéré pour les desserts (en particulier au chocolat) et les jus de raisin fermentés ! On prend alors des engagements que, bien sur, l'on ne tiendra pas, car grimper donne soif et donne faim ! Mais heureusement l'entraînement permet, avec le temps, d'être montagnard sans être ascête !

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC05087.JPG

Une fois n'est pas coutume, je vous révèle ma bobine, simplement pour vous rassurer et vous montrer que malgré mes célébrations répétées de la "dive" bouteille je n'ai pas une tête de pochard. Et si je suis accroché au poteau signalant le Port de Barroude (Puerto de barrosa en espagnol) c'est en raison du vent et non pas d'avoir généreusement fêté notre arrivée à bon port !


C'est aussi un peu un pied de nez à tous ces hygiénistes et ces pisse-vinaigre qui voudraient nous faire vivre comme des cloportes, sous prétexte de réduire les risques. Mais ils oublient que naître, c'est prendre un risque mortel ! Avec fierté donc, je porte haut les couleurs de la France viticole (blanc, rosé, rouge) qui réjouit nos coeurs et fait rentrer des devises (les ventes de vins à l'étranger rapportent autant que les airbus !) Notons pour finir sur le sujet que les autorités espagnoles plus intelligentes que les nôtres crétinisées par soixante ans d'énarchie ont fait du vin un produit culturel !

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC05090.JPG


La vue sur le versant espagnol et le sommet de la Munia coiffé de nuages est impressionnante, mais le temps se dégrade et nous préférons quitter " fissa" ce site enchanteur. 

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC05093.JPG

Vous avez noté que tous ceux qui tiennent des blogs de voyages reviennent toujours de sites magnifiques et enchanteurs, celà dit j'espère avoir assez de crédit auprès de vous pour que vous me croyez sur parole: enchanté vraiment je fus !.

 

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC05117.JPG

De retour au refuge, nous plions bagage et redescendons vers la plaine en vue de rejoindre le refuge de Pinetta sur le versant espagnol. Quand je dis "plions" c'est encore une formule tout faite, car quand on randonne en montagne on "bouchonne" plutôt ses affaires dans son sac !

 

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC05121.JPG

La montagne est une école de discipline, d'endurance et de volonté et cette volonté on la trouve présente dans le règne animal comme dans le règne végétal. Ainsi cet arbre parti seul à la conquête des cîmes et qui s'accroche à la pente sera probablement suivi bientôt par d'autres, enhardis par son exemple. J'espère également que mon reportage vous donnera également envie d'y grimper !


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC05137.JPG

Sous un aspect séducteur auquel d'ailleurs se laisse prendre ce sympathique bourdon, l'Aconit est sans doute après l'Ours (dont je suis un ardent défenseur) l'être des Pyrénées le plus redoutable : 2 grammes de sa racine suffisent en effet pour vous envoyer outre-tombe ! 


 

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC05118.JPG

Evitant tout contact avec cette dangereuse séductrice des alpages, nous poursuivons notre chemin pour regagner le plancher des vaches, avant de poursuivre notre aventure dans les Pyrénées espagnoles 

 



A suivre....



Texte & Photos Ulysse