suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09/05/2015

Ah ! cette baignade divine dans l’Albine

 

 

caroux,albine,calade,ent

 Aujourd’hui, Gibus et moi avons décidé d’aller goûter aux eaux vives de l’Albine, fougueux torrent qui dévale le flanc sud du Caroux.  Nous partons donc à l’assaut de ce massif, cher à nos cœurs, en empruntant la piste qui longe le ruisseau de Saint Martin de l’Arçon et qui est constituée, au départ, d’une superbe calade extrêmement glissante en cas de pluie. Le cantonnier du lieu a trouvé un moyen inattendu d’en prévenir les randonneurs. Qu’il en soit remercié !

 

caroux,albine,calade,ent

Bien qu’il n’y ait, à cette heure matinale, pas d’autres randonneurs dans les parages, nous ne sommes pas seuls. Nous savons, pour les avoir souvent rencontrés, que des « Ents » déambulent dans les châtaigneraies qui recouvrent  les contreforts du Caroux. D’ailleurs nous en apercevons un qui nous surveille, du coin de l'œil, par dessus le muret qui borde le sentier. Ces « Ents » sont d’ardents défenseurs des arbres et gare à celui qui viendrait avec l’intention d’en débiter quelques uns pour en faire des bûches pour sa cheminée. Il ne repartirait pas indemne.

 

 

caroux,albine,calade,ent

Par contre -  si ça vous dit -  il n’est pas interdit de ramasser du bois mort qui abonde en ces lieux, les torrents grossis par les terribles orages qui sévissent à la fin de l’été emportant tout sur leur passage.

 

 

caroux,albine,calade,ent

La piste que nous empruntons est assez sportive et comporte quelques passages rocheux qui font souffrir mes vieilles  articulations. Mais l’exercice est, dit-on, le meilleur remède contre la décrépitude qui nous affecte tous inéluctablement, alors je marche pour vieillir moins vite et j’ai le sentiment, au demeurant,  que la Camarde, qui n’est plus toute jeune,  n’a pas trop envie de me suivre sur les chemins que j’emprunte.

 

 

caroux,albine,calade,ent

Bon, cela dit, il ne faut pas tenter le diable, toujours prêt à récupérer quelques ouailles pour ses chaudrons infernaux, et il vaut mieux que l’on regarde autour de nous si un rocher ne va pas nous tomber sur le caillou ! Car un caillou contre un rocher, ça ne  fait pas le poids !

 

 

caroux,albine,calade,ent

Mais le fait de veiller à ce que le ciel ne nous tombe pas sur la tête, ne nous empêche pas d’admirer les merveilles qui nous entourent et qui se nichent parfois au ras du sol, comme ce magnifique lézard vert qui prend le soleil sur un confortable lit de feuilles mortes. Gibus et moi devons avoir des gènes de lézard vert, car c’est aussi une pratique qui nous est chère.

 

 

caroux,albine,calade,ent

D’ailleurs cette rencontre nous incite à faire derechef notre pause pique-nique-sieste sur le Plo de l’Aygue à 1050 mètres d’altitude. Nous sommes loin du brouhaha et de l’agitation de notre monde déboussolé où tous les signaux sont au rouge mais où les journaux télévisés de notre république se préoccupent de savoir quel sera le prénom d’un rejeton de la couronne d’Angleterre ! A la prochaine élection je voterai pour « Guignol ». Ayant refait le plein de polyphénols et de vitamine D, nous traversons le Plo de l’Aygue en vue de rejoindre la piste de Rocarel pour descendre vers la cascade d’Albine.

 

 

caroux,albine,calade,ent

Le feuillage renaissant des hêtraies qui peuplent les dépressions du plateau est un émerveillement.  Quand l’homme saura reproduire le miracle de la photosynthèse qui est ici à l’œuvre et a donné à notre planète son atmosphère, nous disposerons d’une ressource énergétique inépuisable. C’est en  nous inspirant de la nature pas en la détruisant que nous nous sauverons.

 

 

caroux,albine,calade,ent

Quel bonheur nous prenons à marcher ainsi en montagne où notre regard appréhende des horizons qui nous semblent infinis et où nous n’avons pour compagnie que les nuages, ces autres merveilleux voyageurs. 

 

 

caroux,albine,calade,ent

Puis nous commençons par entamer la descente par la piste de Rocarel réservée, d’après notre guide, aux randonneurs expérimentés.

 

 

 

 

caroux,albine,calade,ent

Et effectivement, expérimentés il faut l’être, car dans sa partie supérieure la piste suit le lit d’un torrent vertigineux.

 

caroux,albine,calade,ent 

Et nous sommes très heureux que les hêtres nous tendent leurs branches secourables pour nous assister au cours de notre descente.

 

 

caroux,albine,calade,ent

Nous croisons un vénérable chêne pubescent qui partage, d’une certaine manière, le sort d’Atlas, condamné par Zeus à soutenir la voute céleste. Il retient, en effet, deux énormes rochers qui, sans lui, auraient obstrué le cours du torrent.

 

 

caroux,albine,calade,ent

Après une bonne demi-heure de descente sportive, nous rejoignons la piste plus facile de la Pomarède qui nous amène au pied de la magnifique cascade d’Albine qui, avec ses 80 mètres de haut,  est la plus haute du Languedoc .

 

 

caroux,albine,calade,ent

Nous ne résistons pas au plaisir de rafraîchir et revigorer nos organismes, mis à rude épreuve par nos pérégrinations,  dans les eaux fraiches et bouillonnantes de l’Albine.

 

 

caroux,albine,calade,ent

Ayant refait le plein d’énergie grâce à ce bain de jouvence, l’ami Gibus se sent des ailes et s’amuse comme un jeune mouflon à franchir d’un saut le cours de l’Albine pour prendre le chemin du retour, tandis que votre serviteur le franchit moins glorieusement en s’y mouillant les pieds ! But nobody’s perfect !

 

 

Et maintenant  je vous invite à aller écouter ma dernière chanson "Je descendais la rivière" sur mon blog OLD NUT (cliquez sur le nom du blog)

Et si vous cherchez une idée de sortie pour votre prochain week-end consultez le magnifique blog d'Ornella (cliquez sur le mot "blog")

 

Texte & Photos Ulysse 

  

 

23:06 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (27) | Tags : caroux, albine, calade, ent

18/02/2014

AAAAAHHHHHHHHH ! ce bain dans l’Albine !!!!!

Chères lectrices et lecteurs, après quelques semaines passées dans les Caraïbes Gibus et moi avons repris  nos randonnées dans les massifs du Haut Languedoc où le climat, comme vous le constaterez, est loin d'être tropical. Mais il paraît que les "chaud et froid" sont excellents pour la santé, aussi devrions nous nous en mieux porter et poursuivre ainsi l'aventure de ce blog que vous suivez avec fidélité, ce dont je vous remercie. Je vous invite à suivre également notre périple à Karukera sur mon autre blog PIQUESEL .

 

albine,glace,bermuda,rihanna,beyonce

 Au cours de ma (déjà) longue existence, j’ai au moins appris une chose : il ne faut jamais se fier aux apparences ! Ainsi ce n’est pas parce que votre patron vous sourit qu’il est disposé à vous augmenter. Au contraire, c’est une tactique pour vous désarmer et vous dissuader de le lui demander. C’est une façon de vous dire je vous estime alors ne vous abaissez pas à me parler de « fric ». Et bien pour le soleil, l’automne venu, c’est la même chose. Ce n’est pas parce qu’il rayonne généreusement dans un ciel sans nuage que l’on peut sans risque sortir en T-Shirt et bermuda. Nous en savons quelque chose, Gibus et moi qui, dès potron-minet, allons régulièrement chatouiller les protubérances rocheusesde notre berceau céleste. Ainsi ce matin alors qu’Aton » joue les matamores dans le ciel, le fond de l’air affiche un glaçant moins cinq degrés Celsius. Nous nous équipons doc en conséquence pour nous rendre au sommet du Caroux en passant par la piste du col de la Pomarède qui traverse le torrent de l’Albine.

 

albine,glace,bermuda,rihanna,beyonce

L’Albine est un torrent qui descend du sommet du Caroux pour se jeter huit cent mètres en contrebas dans l’Orb en créant au passage la plus belle cascade du massif (près de 80 mètres !). Habituellement nous l’entendons d’assez loin, mais aujourd’hui le silence règne à ses abords et pour cause, la belle échevelée est gelée (comme nous d’ailleurs ! ).

 

albine,glace,bermuda,rihanna,beyonce

 Ceux qui s’imaginent que le pays d’Oc est un pays semi-tropical où ils rêvent de venir passer leur retraite vont ainsi déchanter. La seule mesure en degrés qui reste en permanence à un niveau acceptable est celui des bouteilles de nectar qui , été comme hiver, oscillent entre 12 et 14 °. Pour le reste, nous avons comme l’ensemble de l’hexagone notre part d’air glacial, soufflé par les esquimaux sauf que, différence notable, le ciel y est plus généralement bleu.

 

 

albine,glace,bermuda,rihanna,beyonce

Mais le froid sait se faire pardonner les désagréments qu’il nous inflige en ornant les cours d’eau  de bijoux qui ravissent mon œil de photographe et tonifieraient les épidermes parcheminés des matrones « botoxées » qui habituellement arborent des pendentifs similaires sauf que ces derniers sont en carbone pur. Finalement dans leur cas, les « diam’s » retournent d’où ils viennent : au fond de crevasses !

 

albine,glace,bermuda,rihanna,beyonce

La glace ayant la particularité d’être glissante et notre coccyx celle d’être  sensible, c’est avec précaution que nous traversons le cours de ce torrent figé dans son élan,  n’ayant aucune envie que l’un rencontre l’autre de façon intempestive !  Nous traversons finalement dans dommage le cours de l’Albine, que nous retrouverons un peu plus tard dans notre périple, mais je ne vous en dis pas plus, soucieux de maintenir le suspense et de vous tenir ainsi en haleine.

 

 

albine,glace,bermuda,rihanna,beyonce

Si le gel transforme momentanément les cours d’eau en vitrine de joaillier, il occasionne avec ses compères la pluie et le vent des dommages bien plus sérieux à la montagne qu’ils taraudent, fissurent, désagrègent, créant des amoncellements rocheux à l’improbable équilibre

 

albine,glace,bermuda,rihanna,beyonce

Enfin parvenus sur le plateau du Caroux, nous nous dirigeons vers son restaurant « mille étoiles » (c’est la vue que l’on en a la nuit), il s’agit du refuge de Fontsalès, où nous avons, chères lectrices et chers lecteurs, déjeuner maintes fois ensemble.

 

albine,glace,bermuda,rihanna,beyonce

Entrez donc un instant vous réchauffer et levons nos verres à la vie, à l'amour et à notre santé, les centaines de kilomètres de sentier que nous avons parcourus ensemble finissant par créer des liens d’amitié certes « virtuels » mais auxquels je suis personnellement sensible et mon ami Gibus également.

 

 

albine,glace,bermuda,rihanna,beyonce

L’heure est venue de s’arracher à la douce torpeur qui nous envahit devant un feu dont la chaleureuse et rassurante présence a imprégné les gènes de l’humanité car il en a assuré la survie. Dehors le fond de l’air (et la surface aussi !) est toujours aussi glacial mais le somptueux océan de collines bleutées qui s’offre à nos yeux nous fait oublier ce désagrément météorologique.

 

 

albine,glace,bermuda,rihanna,beyonce

Savez vous que ce fier piton, qui dépasse à peine les mille mètres, est un modeste rejeton d’un massif qui, il y a six cent millions d’années, était aussi haute que l’Himalaya. Ainsi en va-t-il du monde comme de nos vies, toujours en perpétuelle évolution, du néant au néant, en passant entre deux par une (ou plusieurs) vies pendant lesquelles, si l’on nait au bon endroit, on a le droit (à partir de 18ans) à déguster quelques flacons de Vitis Vinifera, boisson divine par excellence !

 

albine,glace,bermuda,rihanna,beyonce

Quelque soit la rudesse du lieu, partout la vie surgit, partout la vie s’accroche sous forme de lichen, de mousse, d’herbes, d’arbres, manifestation d’un élan vital incompressible qui nous invite à vivre intensément chaque jour de notre vie pour honorer le merveilleux cadeau qui nous a été fait de naître en ce pays.

 

albine,glace,bermuda,rihanna,beyonce

Etant revenu à une altitude plus basse, l’état des chemins comme le niveau de la température se bonifient. Nous pouvons alors nous détendre un peu et jouir pleinement de la fin de cette belle journée.

 

albine,glace,bermuda,rihanna,beyonce

Mais ayant abandonné toute vigilance je sombre, heureusement sans dommage, dans un trou creusé par l’érosion masqué par un amoncellement de feuilles amenées là par le ruissellement de l’eau. Imaginez le fou rire de Gibus. Vous en auriez fait autant et je ne vous en aurais pas voulu. Moi même j’étais hilare !

 

albine,glace,bermuda,rihanna,beyonce

Et pour finir nous croisons une dernière fois le cours de l’Albine qui, à cette altitude, n’est plus gelé. Conformément à la tradition que nous avons instaurée qui est de nous baigner dans chaque cours d’eau que nous croisons quelque soient les conditions atmosphériques (de même que nous débouchons chaque flacon que nous croisons) nous ne manquons pas d’y plonger une tête ! Le rictus de Gibus vous donne une claire indication de la sensation que procure un bain dans de la glace qui vient de fondre ! Allez, soyez indulgents, le jour où l’on arrêtera de faire les « marioles » je fermerai ce blog !

 

PS : Puisque vous lisez et appréciez ce blog, j'en déduis que vous êtes un amoureux de la nature et soucieux de préserver l'environnement. Je vous invite donc à signer ICI la pétition en faveur d' Emmanuel Giboulot, viticulteur dans le département de la Côte-d'Or qui exploite depuis plus de quarante ans 10 hectares de vignes en agriculture biologique et que les pouvoirs publics veulent faire condamner car il  a refusé d'épandre du pesticide sur sa vigne afin de protéger les abeilles. Une fois de plus les pouvoirs publics manifestent le mépris qu'ils ont pour la défense de l'environnement sacrifiée au nom d'une vision du développement économique "court termiste" et inféodée aux lobbies.  (Voir aussi mes commentaires sur mon autre blog PIQUESEL concernant le soutien ignominieux de la France au chalutage profond, procédé de pêche dévastateur)

Vous pouvez également écouter ICI le témoignage d'Emmanuel Giboulot

Texte & Photos Ulysse

18/05/2011

Divine la baignade à la cascade d’Albine !

 

albine,mouflon,colombières,caroux

Cela fait un sacré bail que mon ami Gibus et moi n’étions pas allés faire une virée sur le Caroux. Cet hiver, en effet, s’est passé sans chevauchée dans la poudreuse ni raid dans le blizzard. Vous deviez sans doute penser que le temps du déclin était venu et que nos articulations vieillissantes ne nous permettaient plus guère que d’arpenter les plaines viticoles (et les caveaux) du Languedoc.

 Que nenni ! (du moins pour les plaines, pas pour les caveaux) Simplement, l’hiver doux et maussade et le désir de changer d’air nous ont incités à découvrir d’autres lieux. Mais nous revenons aujourd’hui vers notre massif de prédilection en partant de Colombières-le-Haut dont l’orgueilleux clocher est une invitation à grimper au ciel.

 

albine,mouflon,colombières,caroux

Nous empruntons le sentier pentu et rocailleux qui traverse le Roueyras et arrive sur le plateau sommital par le Bel Plo. C’est le genre de chemin où l’on redevient par endroits quadrupède, ce qui est une bonne école d’humilité. Car, au contraire de la ville où la forfanterie et l’esbroufe vous assurent pignon sur rue, la montagne fait généralement payer très cher toute manifestation d’arrogance.

 

albine,mouflon,colombières,caroux

Une fois escaladée l’échelle de pierre qui sert de chemin, le plateau sommital s’offre alors à perte de vue sous son étole de verdure qui tarde à quitter sa couleur hivernale. Ici, à 1000 mètres d’altitude, le climat, soumis à l’influence des vents froids de l'Auvergne, perd ses atours méditerranéens .

 

 albine,mouflon,colombières,caroux

D’ailleurs, les rochers taraudés et les arbres courbés témoignent de la rigueur des intempéries qui sévissent en toutes saisons sur le plateau. Les hommes qui vivaient autrefois dans la région s'en accomodaient alors qu’aujourd’hui trois gouttes de pluie ou un peu de tramontane  nous font hiberner et le moindre jour de canicule fait vrombir nos climatiseurs. Le problème est qu’en rafraîchissant nos culs moites ces engins diaboliques réchauffent la planète !

 

PS: j'ai déjà photographié ce rocher au cours d'une précédente randonnée et je vous invite à aller découvrir sa métamorphose sous le pinceau enchanté de Maria D. 

 

albine,mouflon,colombières,caroux

Quel bonheur alors de suivre une piste que les "anciens" - experts en la matière - ont dessiné en suivant une courbe de niveau afin de ménager leurs bêtes ou leurs montures. Elle requiert du promeneur un effort minimum et lui permet de se laisser aller à ses rêveries. Ainsi, un(e) tel(le) pensera à sa déclaration d’impôt à faire avant la fin du mois de mai et tel(le) autre au rosé bien frais que l’on débouchera à l’heure du pique-nique. A chacun son tempérament !

 

albine,mouflon,colombières,caroux

Mais attention, danger ! Il ne faut rêver que d’un œil car dès que vous vous écartez du chemin un vide impressionnant s’ouvre sous vos pas .

albine,mouflon,colombières,caroux

 On entre ici dans le domaine des mouflons qui ne se privent pas de marquer leur territoire. D’ailleurs c’est la seule manifestation que nous verrons d’eux aujourd’hui. Pour nous consoler nous pique-niquons à cet endroit nous appropriant le somptueux panorama qui est habituellement le leur.

 

albine,mouflon,colombières,caroux

N’étant pas mouflons, il nous faut songer à redescendre vers la vallée en empruntant le chemin de Peyre Grosse qui mène au roc du Boutou.  J’aime cet endroit colonisé par les grands pins qui font chanter le vent et dispensent dans l’air l’odeur douce amère de leur résine.

 

DSC09310.JPG

 Puis nous empruntons le chemin qui descend vers les baraques de Caylus, bordé par endroits d’un vieux mur sur lequel un chêne vert appuie nonchalamment l’une de ses branches, En échange, son tronc lui sert de contrefort, bel exemple de solidarité rupestro-arboricole !

 

DSC09312.JPG

La température étant quasi estivale, Gibus m’invite à nous écarter du chemin pour rejoindre à travers d'antiques châtaigneraies la cascade d’Albine et s’y rafraîchir

 

albine,mouflon,colombières,caroux

La cascade qui n’est généralement qu’un maigre filet d’eau en été est en cette saison à son apogée et rebondit majestueusement de rocher en rocher.

 

albine,mouflon,colombières,caroux

Bien que le soleil éclaire généreusement son cours, ses rayons  sont sans grand effet sur la température de l’eau et, rafraîchissant, mais aussi divin, est effectivement le bain que nous y prenons. 

 

DSC09308.JPG

Nul besoin de vous dire que notre sang ayant été vigoureusement fouetté  nous n’avons pas traîné pour achever notre descente!

 

Texte & Phtos Ulysse