suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06/01/2014

Chut ! Je pars pour une mission secrète....

 

Chères lectrices, chers lecteurs,

Je vous avais annoncé une pause.... je me décide enfin à la faire, ce qui veut dire que jusqu'à la fin du mois de février je vais lâchement vous repasser mes archives ! En effet l'année 2014 s'annonce rude et si je veux aller jusqu'au bout je dois ménager ma monture. Nous allons donc de nouveau faire ensemble le tour des volcans d'Auvergne (périple réalisé au printemps 2009) mais il faut reconnaître que cette région mérite que l'on y revienne. Que ceux qui n'ont jamais pris deux rations de Saint Nectaire lèvent la main! Bon il est vrai que c'est moins sûr pour le Saint Pourçain, encore que j'en ai goûté de très bons! Et puis les nouveaux lecteurs n'y trouveront sans doute rien à redire, eux qui avaient manqué ce magnifique périple. Je me ferai pardonner cet abandon de poste en vous offrant à mon retour des aventures qui j'en suis sûr vous décoifferont. Vous pourrez alors emprunter sa coiffure au Marquis des Bourdils qui vous salue et vous dit à bientôt !

DSC02885.JPG



L'autre soir, à l'heure où la grande ourse s'apprêtait à quitter le ciel héraultais pour aller grapiller le miel dans le secteur d'Aldébaran, voilà que le téléphone se met à sonner, provoquant en mon fort intérieur stupeur et irritation.

Il faut dire que je ne reçois quasiment jamais d'appels aussi tardifs, mes amis et mes proches sachant pertinamment 1) que j'ai horreur du téléphone et 2) que mon horreur est décuplée quand il se met à sonner après l'heure du dîner, moment sacré où je consacre toute mon énergie à digérer en savourant les douces effluves vineuses montant du tréfonds de mon estomac.

De fait, je n'ai ces derniers mois toléré que deux exceptions, comme je vous l'ai conté, en faveur du Nord et de l'Ouest, points ayant le rang de cardinaux, ce qui implique un certain respect même de la part d'un mécréant comme moi.

En effet, ceux qui me lisent régulièrement se souviennent sans doute que son éminence « Nord » et son compère « Ouest » m'ont appelé nuitamment pour m'inviter à leur rendre visite en invoquant, le premier, les mânes de Jack London, grand écrivain et explorateur, qui n'avait pas résisté à l'appel du nord et, le second, celles de Jack Kerouac, autre écrivain que j'affectionne, dont le « motto » était « Go west man ».

Mais étant déterminé à ne plus accepter de dérogation et à boycotter tout nouvel appel abusif, je laisse donc ce soir là, sonner le téléphone, attendant que mon appelant anonyme se décourage et raccroche (je n'ai pas de répondeur n'ayant généralement aucune envie de rappeler).

Quand la sonnerie enfin cesse, je pousse un énorme soupir qui incommode la mouche qui tournait à ce moment là autour de moi et ne supporte manifestement pas les vapeurs d'alcool (pourtant un excellent Glenlivet 12 ans d'age !) et je me replonge dans la lecture du magnifique récit « Désert solitaire » d'Edward Abbey.

A peine ai je repris le fil de ma lecture, que le téléphone sonne à nouveau. La fureur alors me gagne et oubliant ma résolution je m'empare du combiné en hurlant « Si vous êtes l'Est ou le Sud, et que vous voulez me refaire le coup de vos copains du Nord et de l'Ouest , allez vous faire voir, cardinaux de mes deux ! »

Mon interlocuteur bredouille des excuses et se présente comme le président du CAVA. L'énoncé de ce simple vocable a pour effet de me rendre aussi tendre qu'une éponge, car le Cava est le nom du champagne espagnol, dont mon gosier comme mon porte monaie raffole (les bulles espagnoles sont 50% moins chères que les bulles champenoises, les Rèmois étant passés maîtres dans l'art de vendre de l'air à prix d'or)

« Président du Cava ! » lui dis d'une voix réjouie, que me vaut cet honneur (combien vénal je suis parfois ! )

« Et bien le Comité d'Auscultation des Volcans Auvergnats est en grande difficulté et a besoin de votre aide » me répond-t-il.

Patatras ! Je comprends tout de suite ma méprise et constate avec horreur que je suis piégé, ne pouvant plus être odieux après avoir été aimable (ça m'apprendra à jouer les faux culs!). « Mais en quoi puis aider le CAVA cher monsieur, je n'ai aucune compétence en matière de vulcanologie ! »

« De telles compétences ne sont pas indispensables, votre totale disponibilité et votre capacité à marcher comme une mule sont pour nous des atouts très précieux pour nous permettre de pallier les difficultés que nous traversons » me répond-t-il alors.

Un brin chiffonné par la comparaison avec une mule je lui demande un peu sèchement quelles sont ces difficultés que le CAVA rencontre.

« Et bien voilà » me dit-il « le gouvernement a supprimé les crédits à tous les chercheurs dont les travaux sont susceptibles de déboucher sur l'annonce de mauvaises nouvelles pour les affecter à des chercheurs chargés de trouver des bonnes nouvelles. On nous a donc demandé de restituer tous nos capteurs et sismographes chargés de surveiller les volcans d'Auvergne. Car ces volcans, vous le savez sans doute, sont susceptibles de se réveiller un jour ce qui causerait un séisme d'ampleur nationale et le gouvernement, qui doit déjà faire face à la crise, ne veut surtout pas que l'opinion soit troublée par des rumeurs qui pourraient courir à ce sujet.

Nous les soupçonnons en outre de voir dans un éventuel séisme un moyen radical de régler une fois pour toutes les problèmes de déficit de la sécu, des caisses de retraite et du budget.

Mais nous voulons éviter cela car c'est au CAVA qu'on s'en prendrait pour n'avoir pas prévenu la population concernée à l'avance si jamais un tel drame se produisait»

« Mais je ne vois toujours pas comment je peux vous aider ! » protestai-je alors

« C'est simple » me rétorque-t-il « nous allons vous faire parvenir un stéthoscope de médecin et nous allons vous demander de faire le tour des volcans d'Auvergne pour les ausculter en toute discrétion. Comme vous avez l'habitude de faire une petite sieste pendant vos randonnées après l'heure du déjeuner, vous profiterez de cet instant pour sonder les entrailles du volcan sans que votre manège n'attire l'attention. Vous nous communiquerez les résultats au retour de votre périple »

un peu mesquin, je lui rétorque alors « mais quel bénéfice en tirerai je ? »

« L'immense honneur de contribuer à sauver des millions de vie humaine et puis sur votre parcours, pour vous désaltérer, on vous fera livrer quelques flacons de Saint Pourcain, de Chateaugais ou de Chanturgues à votre convenance » me dit il imparablement .

La perspective de sauver des millions de mes congénères (surtout si vous en êtes chers lecteurs et lectrices) me réjouissait le coeur. Mais disposer, en outre, du breuvage de Bacchus gratos, la proposition alors là devenait irrésistible ! Je l'ai donc acceptée et je pars demain ausculter les volcans d'Auvergne !

Mais chut ! N'ébruitez surtout pas l'affaire, car si les « oreilles » du pouvoir avaient vent de ma mission, on pourrait me faire subir le sort du masque de fer pour atteinte à l'ordre public et je me retrouverai à croupir dans les geôles de la République (mais, en sommes nous encore une ?)

Je vous ferai  un compte rendu de mes pérégrinations à mon retour, si le GIGN ne me tombe pas sur le poil ou si les volcans d'Auvergne ne se réveillent pas d'ici là !

 

DSC02887.JPG


Texte et 1ère photo Ulysse