suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07/02/2016

Le jour où le Caroux était une île.....

caroux,brouillard,consumérisme,châtaignier,mouflon

A force d’arpenter le massif du Caroux depuis une dizaine d’années, certains de mes lecteurs pourraient penser que je n’ai plus rien à y découvrir et que je vais finir par m’en lasser. C’est aussi parfois ce que je me dis, mais cet étonnant massif s’évertue à chaque sortie à me surprendre. Il en a été une nouvelle fois ainsi aujourd’hui. Parti aux aurores, j’en commence l’ascension sous un ciel maussade, par l’un de ces antiques chemins bâtis par les anciens, pour lesquels j’ai à chaque fois une pensée reconnaissante.

 

caroux,brouillard,consumérisme,châtaignier,mouflon

Je passe devant une ancienne ferme à laquelle le brouillard confère un caractère fantasmagorique. Désertée par les hommes, elle est probablement devenue le refuge des lutins, trolls, elfes, farfadets, sylphes et fées, tous ces membres du « petit peuple » qui hante les châtaigneraies, autrefois exploitées par l’homme. Vous pensez que je galèje, que j’affabule, mais comment expliquez vous qu’il n’y ait plus de châtaignes à terre, sinon qu’elles ont servi de festin à tout ce petit monde.

 

 

caroux,brouillard,consumérisme,châtaignier,mouflon

Arrivé à 800 mètres d’altitude, je sors du brouillard d’où émergent les aiguilles et éperons rocheux dont est hérissé le plateau sommital.

 

caroux,brouillard,consumérisme,châtaignier,mouflon

Je rends visite, comme à chaque fois que je passe dans ce secteur, à ce frêle arbuste, né d’une graine apportée par le vent ou un oiseau et qui pousse au dessus de l’abime. Sa vaillance et sa résistance au vent, à la canicule, au gel, à la neige me rend admiratif. Il ne doit pas regretter d’être né en un lieu aussi périlleux car il jouit, pour l’heure, d’un somptueux spectacle sur la mer de nuages qui entourent le Caroux.

 

caroux,brouillard,consumérisme,châtaignier,mouflon

Cette mer forme des baies où je m’attends à voir, d’un moment à l’autre, un voilier prendre le large.

 

caroux,brouillard,consumérisme,châtaignier,mouflon

Sans doute fasciné par ce spectacle inhabituel, un arbuste, probablement de la même famille que mon petit « protégé », semble tendre ses deux branches torturées au dessus des rochers pour mieux l’admirer .

 

caroux,brouillard,consumérisme,châtaignier,mouflon

J’ai l’impression d’être dans un avion volant au dessus des nuages et cette sensation me fait penser à la magnifique chanson de Charlélie Couture « Comme un avion sans aile ».

 

 

caroux,brouillard,consumérisme,châtaignier,mouflon

Je poursuis ma progression vers le cœur du plateau sommital et la nature – qui est toujours d’une générosité extrême à l’égard de ceux qui l’aiment et la respectent - m’offre le spectacle d’un groupe de mouflons qui gambadent sur les rochers situés en amont. Contrairement à leur habitude, ils ne semblent pas effrayés par ma présence. Mais ils sont encore jeunes et n’ont pas encore pris conscience que nous sommes le plus impitoyable des prédateurs, le seul qui tue pour le plaisir.

 

caroux,brouillard,consumérisme,châtaignier,mouflon

Ils me font une démonstration de leur agilité, ce qui me rend un brin jaloux, mais je me console en me disant que je suis gâté par la vie de pouvoir accéder à de tels lieux et contempler les beautés de la nature quand tant de mes congénères en sont privés.

 

caroux,brouillard,consumérisme,châtaignier,mouflon

Je m’installe pour pique-niquer en face d’une île rocheuse qui émerge de la mer de nuages.

 

caroux,brouillard,consumérisme,châtaignier,mouflon

Et je déguste mon frugal repas en contemplant le ballet des nuages qui tourbillonnent autour de cette île, aspirés par les courants créés par le réchauffement de la roche.

 

 caroux,brouillard,consumérisme,châtaignier,mouflon

A part quelques grands corbeaux qui passent au dessus de ma tête en poussant leurs chants gutturaux, je suis seul. Sans doute que le temps maussade a dissuadé les randonneurs de partir à l’assaut du Caroux. Après une courte sieste où je me sens un peu comme Robinson sur son île déserte, je me décide à contrecoeur à redescendre vers la grisaille qui règne en contrebas.

 

 caroux,brouillard,consumérisme,châtaignier,mouflon

Le brouillard devient plus épais mais heureusement les cairns me permettent de repérer plus facilement le chemin. Leur présence réconforte le pèlerin solitaire ; ils nous tendent en quelque sorte les mains secourables de ceux qui les ont édifiés .

 

caroux,brouillard,consumérisme,châtaignier,mouflon

Après avoir dévalé quelques pierriers et traversé sans encombre le torrent de l’Albine, ce qui peut être problématique quand il y a de gros orages, je rejoins la partie plus confortable du parcours.

 

caroux,brouillard,consumérisme,châtaignier,mouflon

La mousse qui recouvre pierres et arbres nous révèle que le soleil s’aventure rarement en ces lieux, du fait de la densité des frondaisons.

 

caroux,brouillard,consumérisme,châtaignier,mouflon

Mais il fut un temps où les hommes vivaient ici, travaillant une terre ingrate et élevant quelques moutons. Leur vie était rude mais pas dépourvue de moments de bonheurs, car ils étaient libres et leurs satisfactions étaient, la plupart du temps, à la hauteur de leurs attentes. Nous, hommes « modernes » sommes souvent insatisfaits, déprimés voire malheureux, car le monde dans lequel nous vivons s’ingénie à faire naître de la frustration dans nos esprits consuméristes et tourmentés.

 

 ******

Celles et ceux d'entre vous qui ont une progéniture ont, sans aucun doute, pendant la prime enfance de leurs rejetons, été assaillis de question toutes plus embarrassantes les unes que les autres, qui ont vite appris à nos jeunes têtes brunes et blondes que les adultes, en fait, ne savent pas grand chose et sont loin d'être exemplaires ! J'ai fait une chanson intitulée "Dis papa pourquoi?" tirée de ma propre expérience que mes petits enfants Emilie (12ans ) et Romain (10 ans ) ont bien voulu chanter....Je vous invite à l'écouter sur mon blog

PIQUESEL

Si vous l'appréciez je vous invite à aller écouter mes autres chansons diffusées sous mon nom d'artiste "OLD NUT" sur mon blog

OLD NUT

Vous pouvez aussi en écouter ou télécharger certaines sur

DEEZER

(ou Itunes, Spotify, Google play, Amazon....)

 

( Cliquez sur les mots "Deezer" ou "Old Nut" pour y accéder)

 

Texte & Photos Ulysse

  

19/09/2015

Périple en Andorre : Pluie et brouillard !

andorre,brouillard,pluie,nuagesAlors que nous avons prévu de faire une randonnée, le ciel semble vouloir nous contrarier en déversant un tombereau de nuages sur la vallée.....

 

 

andorre,brouillard,pluie,nuagesMais, chères lectrices et lecteurs, vous nous connaissez suffisamment pour savoir que nous ne sommes pas du genre à nous laisser impressionner par ce genre d'impédiment.

 

andorre,brouillard,pluie,nuagesAussi, vêtus de nos pèlerines, nous partons à l'assaut de la montagne, espérant que le ciel, face à notre détermination, finira par se montrer plus clément.

 

andorre,brouillard,pluie,nuagesMais, non content de subir la pluie qui tombe du ciel, nous essuyons au passage les fougères qui bordent le chemin.

 

 

andorre,brouillard,pluie,nuagesParvenus sur le plateau, nous découvrons qu'il est envahi par le brouillard....

 

andorre,brouillard,pluie,nuages

Mais vu que l'on est déjà trempé jusqu'à la moelle, il ne serait d'aucun intérêt de faire demi tour maintenant, d'autant que, compte tenu des agapes auxquelles nous nous livrons pendant nos soirées festives, nous avons quelques calories à perdre.

 

andorre,brouillard,pluie,nuagesIl est certain que la vue de ces arbres morts crée une ambiance fantasmagorique qui n'est guère rassérénante, mais nous avons connu sur les sommets pyrénéens des situations bien plus scabreuses et nous poursuivons notre périple sans sourciller.

 

andorre,brouillard,pluie,nuagesPendant un bref instant, le soleil semble pouvoir triompher des nuages mais ce n'est qu'un faux espoir...

 

andorre,brouillard,pluie,nuagesLe brouillard s'impose de plus belle et nous marchons au hasard, comme le roi mage Balthasar, espérant trouver quelque part une crèche hospitalière.

 

andorre,brouillard,pluie,nuagesLa vue d'un cairn nous rassure, car c'est l'indice que nous sommes sur un chemin fréquenté qui doit forcément mener quelque part...

 

andorre,brouillard,pluie,nuagesNous avons bien fait de persévérer car nous arrivons enfin en vue d'un refuge...

 

 

andorre,brouillard,pluie,nuagesNous y faisons aussitôt un feu pour tenter de nous réchauffer et d'égoutter au maximum nos vêtements....

 

andorre,brouillard,pluie,nuagesAprès des agapes réparatrices, nous entamons notre descente vers la vallée toujours submergée par les nuages.

 

andorre,brouillard,pluie,nuages

Mais au fur et à mesure que nous descendons, le manteau de nuages se déchire, conférant une majestueuse beauté à la vallée.

 

andorre,brouillard,pluie,nuages

Finalement, qu'il fasse grand beau ou qu'il pleuve, la montagne est belle et c'est pourquoi nous l'arpentons quelles que soient les conditions ! Bon, cela dit, espérons que demain il fera grand beau !

 

 

******** 

Et comme en France tout finit par des chansons je vous invite à aller écouter celles que j'ai composées et qui sont diffusées sous mon nom d'artiste OLD NUT sur 

DEEZER 

Vous pouvez aussi les écouter sur mon nouveau blog musical 

OLD NUT

Cliquez sur les mots "Deezer" ou "Old Nut" pour y accéder) 

 

Texte & Photos Ulysse

 

 

21/12/2009

Au hasard dans le brouillard sur le Caroux !

 

DSC09736.JPG

Les nordistes nous imaginent, nous les sudistes, passant la majeure partie de nos journées à jouer aux cartes en sirotant un pastis, sous un ciel éternellement bleu. Et bien pour ce qui concerne le ciel,  leur vision est idyllique, car il arrive qu’il soit gris, voire même qu’on ne le voit point, en raison d’un brouillard à couper au couteau, digne des bords de la Tamise !

C’est la mésaventure qui nous est arrivée l’autre jour que nous avions quitté, pour une fois, notre terrasse de café, pour baguenauder sur le Caroux. Ce majestueux massif, qui offre généralement des panoramas à perte de vue, était recouvert d’un épais brouillard londonien.

Il est vrai que les enfants d’Albion aiment bien notre région et nous leur rendons cette affection, vu que leurs gosiers accueillent généreusement les nectars produits par nos vignerons, mais on espère qu’ils n’ont pas amené avec eux un genre de virus provoquant brumes et brouillards. Ils ont déjà provoqué la panique avec leurs vaches folles et conduit l’un de nos ex-présidents à se ridiculiser  avec des histoires de Princesse . Ca suffit !

 

DSC09742.JPG

Cela dit, mes amis et moi avons en commun avec les grand-bretons de ne pas nous laisser impressionner par les intempéries. Il est vrai que nous ne sommes pas des sudistes d’origine, qui eux sortent le duffle-coat et le passe montagne quand la température descend en dessous de 15° et ne supportent la vue de la glace que dans le pastis.

Aussi avons nous décidé d’effectuer la balade prévue au risque de nous perdre ; mais n’est ce pas quand on se perd que l’on fait les plus belles découvertes !

 

DSC09745.JPG

Nous avons révisé lors de notre dernière balade  la règle N°1 du randonneur (cf. ma note « première neige sur la montagne de Rosis) et bien voici un rappel de la règle N°2 : quand en montagne tu partiras, un sifflet tu emporteras !

Un sifflet qui ne pèse que quelques grammes peut, en effet, vous sauver la vie. Son chant strident est entendu à des centaines de mètres et vous permet d’être localisé si vous êtes pris dans une tourmente de neige ou un brouillard à couper au couteau. Vous pouvez vous en procurer dans tous les magasins de sport ou bien subtiliser celui d’un agent de police, mais cette dernière solution  présente quelques risques.

 

DSC09747.JPG

Quand il fait du brouillard, toute une faune qui habituellement se terre pour ne pas être vue des humains, en profite pour batifoler librement. Ainsi avons nous surpris la souris-tortue géante du Caroux, animal fabuleux dont parle les légendes languedociennes du moyen age .

 

DSC09748.JPG

Un vieux berger arborant une barbe de plusieurs jours, que nous avons croisé sur le chemin, nous a conté son histoire : Il est né il y plusieurs siècles, dans le hameau de Douch situé sur le Caroux,  et y a vécu avec ses deux filles jumelles, sa femme étant morte en couche. Toutes deux raffolaient des fromages de chèvre qu’il fabriquait et les dévoraient avant qu’il n’ait eu le temps de les vendre . Il était ainsi au bord de la ruine .

Ne sachant plus que faire, il invoqua la fée Viviane pour qu’elle trouve une solution. Elle l’avertit que le sort qu’elle jetterait pourrait être dramatique. Mais il était tellement désespéré qu’il confirma à Viviane son accord. Celle-ci, qui était un brin cruelle  (comme Merlin en a fait l’amère expérience) transforma l’une de ses filles en souris et l’autre en tortue et  les lia ensemble en leur disant : en tant que souris vous serez dévorées par l’envie de fromage mais comme tortue vous n’irez jamais assez vite pour pouvoir  vous en emparer avant que votre père ne les vende et cela pour l’éternité.

Pris de remords en voyant ce qu’étaient devenues  ses filles, le berger supplia Viviane de lever le sort. Celle-ci qui aimait aussi le fromage de chèvre lui promis qu’elle le lèverait  quand il lui aurait livré son millionième fromage. Et c’est pourquoi ce vieux berger séculaire mène encore son troupeau sur le Caroux, alors qu’il a largement dépassé les 40 trimestres de cotisation et pourrait jouir d’une retraite méritée.

 

DSC09764.JPG

Emus et attristés par cette sombre histoire, nous poursuivons  à tâtons notre cheminement jusqu’au bord du plateau sommital où le vent, montant de la plaine, provoque une déchirure dans le brouillard. Nous jouissons alors d’une vue somptueuse sur les falaises, dont le pied est ourlé d’un magnifique feston arboré aux couleurs automnales.

 

DSC09781.JPG

Contournant le plateau  par l’ouest nous apercevons au loin, les sommets qui dominent les gorges d’Heric sur le point d’être submergés par une mer de nuages,

 

 

DSC09784.JPG

Nous revenons vers le cœur du plateau où l’alternance des bruyères, de graminées et de genêts composent une fresque vivante que nul artiste ne pourra jamais égaler. Certes les grands peintres nous apprennent à voir le monde et les différents aspects de la réalité et nous ouvrent parfois  la porte d’univers insoupçonnés, mais il manque à leurs œuvres le chant du vent, la prégnance des senteurs et le courant d’énergie tellurique qui parcourt certains lieux.

 

 

DSC09798.JPG

Nous disparaissons soudain dans une masse de brouillard intense que le soleil, déployant toute son énergie, tente vainement de percer. Ce maître du système solaire, adoré des Incas et des anciens Egyptiens, n’est plus qu’un pauvre lumignon blafard pendu dans le ciel gris.

 

DSC09802.JPG

Nous redescendons alors vers le hameau de  La Fage d’où nous sommes partis. Pour notre plus grand bonheur, des mouflons  ébahis de voir des bipèdes affronter de telles intempéries en restent figés sur place. Ils comprennent vite voyant nos sacs à dos que nous sommes inoffensifs, ces magnifiques animaux étant au moins, sinon plus intelligents que ceux qui les chassent.

 

DSC09805.JPG

Et comme pour nous récompenser d’aimer et de respecter leur pays, les mouflons nous accompagnent dans notre descente en nous offrant un spectacle rare, que seuls ceux qui osent affronter frimas et brouillards peuvent contempler.

 

 

DSC09811.JPG

Je ne résiste pas au plaisir de vous montrer leur ballet car je sais que comme moi vous allez en être enchantés.

 

 

DSC09815.JPG

 

Rares sont les moments de l’existence où vous sentez monter en vous une onde de joie intense qui vous met en vibration avec l’univers qui vous entoure. Tels furent ces instants où nous étions à la fois homme et mouflon, intimement liés par nos regards croisés.


Texte & Photos Ulysse