suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/10/2015

Jeunes et moins jeunes guibolles sur le chemin de Caissenols !

 

caissenols,rosis,feu,civilisation

Hello ! pour les lecteurs de ce blog qui ne me connaissent pas encore je m’appelle Emilie, petite fille d’Ulysse, qui m’a délégué le soin de vous conter notre dernière aventure .

Normalement, les vacances sont une période pendant laquelle on a le droit de se laisser aller, de flemmarder, de faire la grasse matinée sauf quand on a le malheur d’être les petits enfants d’Ulysse. Bon, je galèje parce que même si c’est un peu dur de se lever aux aurores pour partir en rando,  la simple perspective d’aller déguster des saucisses grillées dans le merveilleux refuge de Caissenols nous dédommage de ce sacrifice !

 

 

caissenols,rosis,feu,civilisation

Vous me voyez là en compagnie de mon jeune frère Romain et de Tom, le petit fils de Gibus et Marie, au moment où après une heure de marche on fait une pause « chocolatines » grâce à la délicatesse de Gibus qui a eu l’excellente idée de les acheter le matin même. Les anciens ont parfois la mémoire qui défaille mais pas pour les choses essentielles.

 

 

caissenols,rosis,feu,civilisation

Quand je vois ce magnifique terrain de jeu, j’ai une pensée pour mes amis qui sont restés à Paris pour les vacances. Même s’ils ont des tablettes ou des jeux video à leur disposition ç’est vraiment du pipeau par rapport à ce que la nature nous offre : vent caressant, soleil régénérateur, nuages vagabonds, frondaisons multicolores, espaces infinis.

 

 

caissenols,rosis,feu,civilisation

Et puis il y a ces chemins  séculaires que des générations d’hommes ont parcouru dont on capte l’énergie et qui vous donnent le sentiment qu’en prenant de l’élan on va pouvoir voler !

 

 

caissenols,rosis,feu,civilisation

A celles et ceux condamnés aux tristes horizons urbains, j’offre cette vue somptueuse sur la montagne de Rosis où l’esprit vole de cime en cime et s’enivre de la beauté du monde.

 

 

caissenols,rosis,feu,civilisation

Nous passons un col orné d’un cairn en équilibre plutôt instable. Il suffirait d’enlever une pierre à la base pour que l’ensemble s’écroule. D’après ce que m’a dit mon papi c’est un peu ce qui se passe avec la nature dont nous détruisons par inconscience des éléments qui permettent notre existence.

 

 

caissenols,rosis,feu,civilisation

Si l’on n’y prend garde la vie, qui partout foisonne et prend des aspects et des formes extraordinaires, va s’effilocher et nos sentiers ne traverseront bientôt plus que des déserts. Ce ne sera pas alors la peine de dépenser des milliards pour aller sur la planète rouge car nous y serons déjà !

 

 

caissenols,rosis,feu,civilisation

Mais revenons à des préoccupations plus triviales dont l’une – tout à fait prioritaire - est de faire cuire les saucisses et pour cela il faut du bois. Comme les garçons sont restés en arrière pour servir de gardes du corps aux mamies qui progressent à leur rythme, je participe avec Gibus et mon papi à la corvée de bois.

 

caissenols,rosis,feu,civilisation

Et voici l’un des moments les plus attendus de nos randonnées : celui où l’on se met à table devant un feu de bois ! C’est un bonheur qu’aucune technologie aussi sophistiquée soit elle n’arrivera à nous procurer. Il est inscrit dans le génome de l’humanité depuis l’invention du feu. Et puis ce qui est fondamental, c’est que le feu de bois est une technologie qui ne demande aucune superstructure à la fois hyper sophistiquée et terriblement fragile comme celles dont dépendent aujourd’hui nos existences.

 

 

caissenols,rosis,feu,civilisation

Et voilà notre « Graal » du jour : des chipos et des merguezs grillées, heureux symbole d’une cohabitation pacifique de deux cultures qui vont contribuer à notre félicité. Dans ce qui vient d’un autre monde, regardons ce qui nous enrichit plutôt que ce qui nous sépare.

 

 

caissenols,rosis,feu,civilisation

La mimique de mon frérot vous dit combien ce repas fut gargantuesque même si, vu notre jeune âge, nous n’avons pas eu droit aux nectars liquides qui l’accompagnaient.

 

 

caissenols,rosis,feu,civilisation

Au retour, on fait une pause auprès d’un arbre mort dont la ténacité à rester debout impressionne mon papi. A chaque fois il en prend une photo car il y voit une exhortation à ne jamais baisser les bras, à ne jamais renoncer à affronter les intempéries pour aller randonner, à ne jamais laisser du vin au fond d’une bouteille pour célébrer le bonheur d’être en vie et de pouvoir marcher !

 

 

caissenols,rosis,feu,civilisation

Il faut dire que vu le somptueux spectacle que nous offre ce massif, je comprends que mon papi et Gibus y passent une bonne partie de leur vie.  

 

 caissenols,rosis,feu,civilisationEt puis, comme Alice au pays des merveilles, on y fait  d’étonnantes rencontres, tel cet éléphant perdu de la horde qui accompagnait Hannibal  dans son périple pour aller conquérir Rome.

 

 

caissenols,rosis,feu,civilisation

 

Puis nous repassons au travers du portail de Roquendouire avant de redescendre vers la vallée où nous allons retrouver la « civilisation » dont on sait un peu mieux combien elle est superficielle et fragile et dépendante de la préservation du berceau naturel  où elle a éclôt.

 

  ******** 

Si vous appréciez ce blog je vous invite à aller écouter mes chansons dont la dernière "Reprends la barre" est un spam et qui sont diffusées sous mon nom d'artiste "OLD NUT" sur 

DEEZER 

Vous pouvez aussi les écouter sur mon nouveau blog musical 

OLD NUT

Cliquez sur les mots "Deezer" ou "Old Nut" pour y accéder) 

 

TEXTE EMILIE ET ULYSSE & PHOTOS ULYSSE  

 

14/02/2015

J'ai failli ne jamais revoir Caissenols !

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

Bien que Gibus, mon fidèle compagnon de rando, soit parti pour quelques semaines sous d’autres cieux plus cléments, je ne renonce  pas pour autant  à aller baguenauder dans les hauts cantons,  surtout quand l’hiver a l’heureuse idée d’en saupoudrer les sommets d’un peu de neige, ce qui leur confère un air pyrénéen qui vous donne le sentiment d’être en haute montagne.

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

Ces conditions climatiques un peu rudes dissuadent de surcroît la plupart des randonneurs de la région d’aller arpenter les sentiers, ce qui fait que j’ai le bonheur de m’y retrouver seul. Ce n’est pas que je sois misanthrope, loin de là, mais j’éprouve alors une jouissance particulière à être en tête à tête avec Gaïa notre terre mère qui se laisse aller à des confidences. Elle ma ainsi confié qu’elle était fortement tentée de  se débarrasser de notre espèce bruyante, polluante, qui ne respecte pas les autres êtres et plantes qu’elle héberge et qui pour la plupart étaient là bien avant nous !  Elle m’a demandé de faire passer le message, mais je crains fort qu’il ne soit entendu que par vous mes chers lecteurs et que malgré notre bonne volonté nous ne soyons pas en mesure d’empêcher le sort funeste qui attend notre espèce.

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

Mais revenons à nos moutons ou plutôt, en l’occurrence à nos mouflons  car quand je vous dis que je suis seul,  à vrai dire je ne le suis pas vraiment, comme le montrent les traces d’une harde de ces magnifiques animaux farouches  qui m’ont précédé sur le chemin. Je me prends alors à rêver d’être l'un de ces quadrupèdes pour pouvoir grimper et dévaler à loisir les pentes enneigées qui m’entourent. Mais je suis condamné à la lourdeur de la bipèdie humaine et avance donc prudemment pour éviter de me retrouver le cul par terre, quelques plaques de glace étant dissimulées ça et là par la mince couche de neige.

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

 Je chemine sur le sentier de crête de la serre de More dont la dernière partie se faufile dans un chaos rocheux et devient un brin périlleuse du fait de la présence de la neige et la glace. La légère angoisse que j’éprouve alors en pensant qu’une mauvaise chute me mettrait en mauvaise posture se mêle d’une pincée d’adrénaline qui me procure une certaine jouissance. Le fait d’être seul dans une nature sauvage et de savoir que l’on ne peut  compter que sur soi même en cas de pépin décuplent le sentiment d’exister.

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

Mais au milieu du passage le plus délicat et alors que je suis concentré sur les endroits les plus appropriés pour poser les pieds une voix me hèle. Levant  la tête j’aperçois une femme entièrement voilée de blanc. « Qui êtes vous, que faites vous ici ? » lui dis je alors. « Je suis la Dame Blanche » me répond-t-elle, ce qui me me glace les os car selon une vieille légende allemande l’apparition de la dame Blanche  annoncerait votre mort prochaine. Voyant mon air effrayé elle me dit alors « Ne t’inquiète pas, tu ne vas pas mourir mais tu l’as échappé belle, car normalement tu aurais dû effectivement faire une chute mortelle ce matin en passant ce col, mais Bacchus t’a sauvé ». « Comment ça, Bacchus m’a sauvé ? » lui dis je, étonné. Elle m’explique alors « C’est simple, là haut chaque être humain est symbolisé par une boule avec un numéro et toutes les boules sont dans un immense bocal. Chaque matin le grand patron décide du nombre de boules qu’il faut prélever dans le bocal au hasard, ce qui provoque la mort des humains concernés. Mais Bacchus qui est le chambellan du grand patron et gère sa cave a le privilège, à ce titre, d’avoir un joker qui lui permet de remettre dans le bocal une boule tirée au sort. Et ce matin il a choisi d’épargner ta boule car il t’a à la bonne, vu que tu es un amateur de bons vins. On peut dire que boire du vin ta sauvé la vie, mon cher Ulysse » « Mais pourquoi tu m’en fais la confidence, tu n’es pas tenue au secret ? » lui dis je. « Si bien sûr, mais moi aussi je t’ai à la bonne car j’aime bien lire ton blog vu qu’on s’ennuie un peu là haut et tes lecteurs me sont également sympathiques et je voulais donc que tu leur fasse passer le message selon lequel boire du bon vin peut leur sauver la vie! ». Dont acte ! chères lectrices et lecteurs, vous savez ce qu’il vous reste à faire !

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

Ayant donc franchi sain et sauf le col, je descends vers le portail de Roquendouire, que mes fidèles lectrices et lecteurs connaissent bien, et à partir duquel part un confortable sentier qui mène au refuge de Caissenols.

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

La neige a quasiment fondu sur le sentier qui court sur le versant sud de la Serre de Majous  et je peux donc avancer en admirant le magnifique paysage alentour, tout en méditant sur le destin funeste auquel j’ai échappé, ce qui me donne au demeurant un air sérieux peu conforme à ma nature (la photo est prise avec le retardateur).

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

La neige devient plus présente au fur et à mesure que je m’enfonce vers le fond du vallon et illumine le cirque montagneux qui m’entoure.

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

Les rayons du soleil mordorent la brume qui enveloppe le paysage, créant une ambiance féérique, ce qui instille en mon âme un sentiment de félicité indicible.

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

Les pendentifs de glace qui ornent les rochers témoignent de la température ambiante. Mais la munificence de l’univers qui m’entoure me fait oublier la morsure du froid. Comme quoi la beauté peut anesthésier la douleur.

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

J’arrive enfin en vue du refuge de Caissenols où la neige est plus abondante, cette neige étant vierge de toute trace humaine.

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

Quel bonheur de fouler ainsi une neige vierge en un lieu sauvage et désert, ce qui me donne le sentiment d’être David Livingstone ou Pierre Savorgnan de Brazza , dont le récit des explorations a enchanté ma jeunesse.

 

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

Mais la température qu’il fait  aujourd’hui à Caissenols n’est pas celle qui régnait lors des aventures de ces célèbres explorateurs et je suis très heureux de me faire un feu et d’y faire chauffer une délicieuse garbure. Bien que j’ai une immense sympathie pour vous, je suis désolé mais je ne vous en ai pas gardée.

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

Le feu n’ayant guère réussit à élever la température du refuge, ce qui me prive de ma traditionnelle sieste, je m’empresse, pour ne pas geler sur place, de prendre  le chemin du retour.

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

Le soleil étant descendu sur l’horizon, l’ambiance est encore plus féérique qu’à l’aller et j’aperçois même mon vieil ami l’arbre mort  qui se dandine, soudainement ravigoté par la caresse de ses rayons. Comment ! Vous ne le voyez pas danser ? Bon il est vrai que pour me réchauffer j’ai agrémenté ma garbure d’un peu de "rouquin" et de quelques centilitres de Williamine, mais je vous assure que je l’ai vraiment vu se trémousser !

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

Mais ne nous attardons pas, car la baisse du thermomètre accompagne celle du soleil  et ayant ce matin même échappé à un sort funeste je ne veux pas prendre de risque de geler sur place. Je ne pense pas que le père Bacchus sortira son joker en ma faveur une deuxième fois !

 

Et maintenant si vous souhaitez vous réchauffer je vous invite à aller faire un tour à Madère sur mon blog PIQUESEL (cliquez sur le nom du blog).

 

Ou alors à aller écouter ma dernière chanson "LA TETE DANS LES ETOILES " sur mon blog OLD NUT (cliquez sur le nom du blog)

 

TEXTE & PHOTOS ULYSSE

13/01/2015

Monts et merveilles à nuls autres pareils !

 

En référence aux évènements dramatiques de ces derniers jours, rappelons cette parole du président Franklin Roosevelt : "La seule chose dont il faut avoir peur est la peur elle même" et notre pays a montré  samedi et dimanche dernier qu'il n'avait pas peur.

 

 

 

 

 

 

rosis,caissenols,autruche,loup,isengrin

Je suis plus enclin dans mes billets à vous montrer les mollets ou la tête d’aventurier de mon copain Gibus que ma bobine. Et il faut dire que mes lectrices ne perdent rien au change, mais bon, pour une fois, je vais faire une exception pour avoir le plaisir de vous dire en tête à tête combien m’est chère votre fidélité à me lire et, pour certains d’entre vous, à me laisser un commentaire.  Et puis, je le fais aussi afin que ma mine débonnaire vous mette en confiance (enfin je l’espère) car nous allons traverser une forêt ou rodent quelques monstres qui pourraient effrayer mes lecteurs ou lectrices les plus impressionnables. J’espère que ça vous réconfortera de me savoir à vos cotés, enfin surtout mes lectrices et qu’elles se serreront contre moi (Oh, les maris ne soyez pas jaloux, je plaisante !).

 

 

rosis,caissenols,autruche,loup,isengrin

Parlant de monstres, voici d’ailleurs le premier d’entre eux : un loup de belle envergure qui pointe son museau et ouvre une gueule assez large pour enfourner une grand-mère, un petit chaperon rouge et le pot de confiture avec ! Si vous êtes grand mère vous avez donc intérêt à rester derrière moi ! Pour les petits chaperons rouges je ne me fais pas de souci car je pense qu’elles courent plus vite que ce loup un peu dépenaillé !

 

 

rosis,caissenols,autruche,loup,isengrin

Ce ptérodactyle qui a traversé les âges apparaît autrement plus redoutable et dangereux que messire Isengrin. Profitons du fait que ses ailes sont empêtrées  dans les branchages pour prendre la poudre d’escampette. Cela dit ne soyons pas égoïstes et laissons un peu de cette poudre pour ceux qui passeront ici après nous.

 

rosis,caissenols,autruche,loup,isengrin

Bon, ayant échappés aux serres du  piaf dinosaurien, nous tombons de Charybde en Scylla, car nous voici face à un vieux sanglier affamé qui n’a pas dû se mettre un gland sous la dent depuis quelques semaines. Je vous conseille, chères lectrices et chers lecteurs de renoncer à une partie de votre pique-nique si vous voulez que l’on puisse poursuivre notre balade. Vous vous montrez compréhensifs, voilà qui est bien ! Le mien est au fond de mon sac et je n’ai pas le temps d’aller le chercher mais je vous revaudrai ça à l’heure du repas, car  Gibus et moi vous réservons une surprise.

 

 

rosis,caissenols,autruche,loup,isengrin

Ouf! Nous voilà sortis de la forêt et donc d’affaire! Les monstres ne fréquentent guère les espaces ouverts d’où on les voit venir à des lieues à la ronde. Jean-Mi qui nous accompagne et ressemble a un chaperon rouge en est fort aise .

 

 

rosis,caissenols,autruche,loup,isengrin

Et puis en cet endroit, le vieux chef indien Sitting Bull a trouvé refuge. Il en a fait son territoire de chasse  et son habileté à l’arc dissuade tout prédateur à s’aventurer dans les parages. Il n’aime pas les visages pâles qui ont trahi et décimé son peuple mais il nous a à la bonne car il sait que nous partageons avec lui l’amour de la nature. Il vous fera donc aussi bonne figure, mais évitez de lui demander une autographe. Lisons plutôt l’un des discours qu’il a tenu à ses frères qu’il a défendus contre les « yankee » et qui est, hélas, toujours d'actualité : 

"Voyez Mes frères, le printemps est venu ; la terre a reçu l'étreinte du soleil, et nous verrons bientôt les fruits de cet amour!
Chaque graine s'éveille et de même chaque animal prend vie. C'est à ce mystérieux pouvoir que nous devons nous aussi notre existence; c'est pourquoi nous concédons à nos voisins, même à nos voisins animaux, le même droit qu'à nous d'habiter cette terre. 
Pourtant, écoutez-moi, vous tous, nous avons maintenant affaire à une autre race_petite faible quand nos pères l'on rencontrée pour la première fois, mais aujourd'hui grande et arrogante. Assez étrangement, ils ont dans l'idée de cultiver le sol et l'amour de posséder est chez eux une maladie. Ces gens-là ont établi beaucoup de règles que les riches peuvent briser mais non les pauvres. Ils prélèvent des taxes sur les pauvres et les faibles pour entretenir les riches qui gouvernent. Ils revendiquent notre mère à tous, la terre, pour leur propres usages et se barricadent contre leurs voisins ; ils la défigurent avec leurs constructions et leurs ordures. Cette nation est pareille à un torrent de neige fondue qui sort de son lit et détruit tout sur son passage.
Nous ne pouvons vivre côte à côte."

 

 

rosis,caissenols,autruche,loup,isengrin

Oui, comment ne pas  admirer et aimer la nature une fois que l’on y a mis le pied et découvert la munificence que peut prendre la simple ascension du soleil dans une étole de brume. Certes quand on a l’œil rivé sur un écran d’ordinateur qui vous donne l’évolution du cours du pétrole ou sur une tablette qui vous révèle le tour de poitrine de Lady Gaga on ne sait rien de cette beauté et on mène une vie de con.

 

 

rosis,caissenols,autruche,loup,isengrin

Pour l’heure, il nous faut suspendre notre contemplation et songer à rejoindre le refuge, ce qui vous vaut le plaisir d’apercevoir enfin les mollets de l’ami Gibus moulés dans un collant rose! Oh ! Ne défaillez pas chères lectrices, je ne pourrais en porter qu’une tout au plus et j’avoue que j’aurais du mal à choisir. Vous m’êtes toutes si chères !

 

rosis,caissenols,autruche,loup,isengrin

Pour ne pas courir le risque d’être troublée, contemplez plutôt le paysage qui sera encore en place quand les mollets de Gibus (et les miens bien évidemment) ne seront plus que poussière qui se  mélangera à celle des chemins.

 

 

rosis,caissenols,autruche,loup,isengrin

Bon, je me résigne, je vois que vous avez du mal à  détachez vos yeux admiratifs de mon ami chargé comme un baudet. Mais bon je vous signale que je porte aussi ma part de buches et je vous invite à aller le vérifier sur la première photo. Non mais !  Jaloux, un peu, je suis !!! Contemplez plutôt les pendentifs que l’hiver, ce galant amant, offre à Gaïa notre belle planète. Si vous le souhaitez je peux aller en cueillir un ou deux pour vous et vous les mettre autour du cou ! Je sais "coquinou" je suis aussi !

 

 

rosis,caissenols,autruche,loup,isengrin

Allez, je cesse de vous taquiner car nous arrivons au refuge et il faut que j’aide l’ami Gibus à allumer le feu, enfin du moins à couper du bois. Excusez moi de devoir  vous abandonner quelques instants.

 

 

rosis,caissenols,autruche,loup,isengrin

Allez venez c’est prêt ! Je vous invite  à vous mettre à table pour déguster la surprise que Gibus et moi vous avons réservée. Au cours de nos précédentes sorties, vous avez été nombreux(ses) à exprimer votre frustration d’arriver trop tard pour partager nos œufs au plat, aussi avons nous décidé d’emmener une douzaine d’œufs d’autruche afin qu’il y en ait cette fois ci pour tout le monde !   Allez y servez vous !

 

 

rosis,caissenols,autruche,loup,isengrin

Et tant qu’à faire, nous avons prévu aussi un dessert : bananes flambées au rhum et tant pis pour celles et ceux qui n’aiment pas ce divin breuvage, qui est à lui seul capable de transformer un refuge du pays d’oc – même couvert de neige - en « lolo » antillais ! Bon, je vois à la grimace de Gibus qu’il n’est pas tout à fait d’accord !

 

 

rosis,caissenols,autruche,loup,isengrin

Le rhum faisant son « petit effet » nous sommes heureux de trouver des cairns pour nous guider sur le chemin du retour (bon là aussi je plaisante !)

 

 

rosis,caissenols,autruche,loup,isengrin

Il suffit de contempler la foulée martiale de notre ami Jean Mi pour comprendre que nous ne sommes nullement affectés par nos agapes festives. Il faut dire que l’on s’est rendu compte vous aviez bon appétit et que vous ne suciez pas non plus de la glace chers lecteurs(triches), ce qui a considérablement réduit la portion qui nous est habituellement dévolue. Mais attention je ne vous en fait pas le reproche car j'aime la compagnie des gens un brin (voire deux) rabelaisiens !

 

 

rosis,caissenols,autruche,loup,isengrin

Bon à la demande générale je mets une dernière photo de mon ami Gibus en collant rose ! Je sens que mon blog va connaître un pic de consultations dans les jours à venir.

 

rosis,caissenols,autruche,loup,isengrin 

Mais il nous faut traverser à nouveau la forêt aux monstres et ne vous laissez pas impressionner par cette espèce d'énorme limace cornue qui n’est friande que de champignons. Donc si vous n’avez pas de mycoses sur les doigts de pied vous ne risquez rien ! Allez nous voilà à bon port, j’espère que vous avez apprécié la balade et que les œufs d’autruche ne vous resteront pas sur l’estomac ! A la prochaine ! Bises à mes lectrices.

 

 

Si vous avez envie d'un intermède musical je vous convie à vous rendre sur mon blog musical OLD NUT pour écouter ma derrière chanson "I don't understand" et les autres si affinité!

  

 (cliquez sur le nom du blog pour y accéder)

Texte & Photos Ulysse (toute utilisation ou  reproduction des éléments de ce blog est soumise à mon accord préalable)   

 

 

 

 

 

14/12/2014

Rock and roll to Caissenols !

 

manitou,caissenols,sarkozy,sénateur

Mes chers et fidèles lectrices et lecteurs qui savent que sur ce blog j’essaie d’honorer notre belle (et complexe) langue française, seront peut être étonnés, voire choqués, par mon titre en anglais. Mais en la circonstance, il traduit bien le parcours chaotique de notre périple vers le refuge de Caissenols, but de cette nouvelle randonnée. Une température ressentie de -7° est  annoncée par Météo France, qui, combinée à une tramontane prévue à 100 km/h, nous a conduit à prendre nos précautions et à emporter avec nous un peu de bois sec (il a beaucoup plu ces derniers temps dans le sud)  pour démarrer le feu, vu mon expérience désastreuse de la semaine passée (voir l’article précédent).

 

 

manitou,caissenols,sarkozy,sénateur

Parvenus sur la Serre de More, nous découvrons le massif du Marcou dont le sommet est recouvert de neige. La Tramontane, fidèle à sa réputation,  tente de nous renverser à chaque fois que nous levons un pied pour faire un pas.  Nous vacillons plusieurs fois, le  chemin étant de surcroit parsemé de pierres instables. La bonne tactique est d’avancer en dansant avec le vent, en « rock and rollant » en quelque sorte. Mais, vu de derrière, je pense que l’on doit plutôt donner l’impression d’effectuer la danse des canards !

 

 

manitou,caissenols,sarkozy,sénateur

Soudain, en amont sur le sentier, nous apercevons des mouflons qui n’ont pu percevoir notre odeur grâce à la Tramontane qui souffle vers nous. Ils nous regardent un instant, fascinés de voir des bipèdes en ce lieu avec un vent aussi violent. Nous croyons les entendre ricaner devant notre démarche chaotique, mais peut être est ce un effet des tourbillons du vent !

 

 

manitou,caissenols,sarkozy,sénateur

Curieux mais pas téméraires et connaissant notre sinistre réputation de prédateur sans foi ni loi, ils décampent vite fait en se riant des difficultés du terrain et des éléments.

 

 

manitou,caissenols,sarkozy,sénateur

Nous parvenons enfin au bout de la serre de More et nous apprêtons à plonger vers le portail de Roquandouire, lieu qui devrait être moins exposé au vent. Le panorama qui s’offre à nous nous fait oublier le froid glacial qui mord le bout de nos doigts de mains et de pieds, la beauté étant un excellent anesthésique. Rares sont les endroits du monde (et pourtant j’en ai parcouru une bonne partie) qui, en un si petit espace, présente une telle variété de paysages.

 

 

manitou,caissenols,sarkozy,sénateur

Nous traversons le portail de Roquandouire, curiosité géologique résultant d’une plaque sédimentaire  dressée à la verticale par la poussée des Pyrénées il y a quarante millions d’années.

 

 

manitou,caissenols,sarkozy,sénateur

Les abords du torrent - bien nommé - de la Taillade que nous traversons témoignent des quantités monstrueuses d’eau qui sont tombées sur le Languedoc au cours des dernières semaines. Ce sont des dizaines de tonnes de troncs d’arbres et de branches qui sont allés ainsi s’échouer sur les plages du littoral charriés par les cours d’eau. Ce qui permet au demeurant à des artistes de génie comme James Doran-Webb de faire de sublimes sculptures avec ces bouts de bois « flottés ».

 

manitou,caissenols,sarkozy,sénateur

Et nous voici en vue du refuge de Caissenols, notre Elysée, notre Taj Mahal, notre coin de paradis sur terre, réhabilité grâce au travail bénévole d’une association que je tiens une nouvelle fois à remercier pour le magnifique travail accompli, œuvre d’intérêt public. On donne la médaille du mérite ou la légion d’Honneur à des aigrefins ou des imposteurs qui ont dans leur manche quelques hommes politiques alors que ce sont des gens comme ceux là que l’on devrait décorer.

 

 

manitou,caissenols,sarkozy,sénateur

Maître Gibus n’a aucun mal à faire démarrer le feu et je l’observe attentivement moi qui ai lamentablement échoué la semaine passée. Il va falloir que je m’entraine si un jour je veux, comme  ce bon vieux Johny, « allumer le feu » au stade de France (là je fais référence à mon double Old Nut).

 

manitou,caissenols,sarkozy,sénateur

Je sais, ce n’est pas sympa de ma part de vous mettre cette poêle  sous le nez alors que nous avons tout mangé, mais bon, c’est pour que vous compreniez mieux pourquoi on est prêts à affronter un froid aussi glacial !  C’est un plat « six étoiles » que les émirs de Barhein ou du  Quatar malgré leurs milliards ne pourront jamais s’offrir ! Il va sans dire que ce chef d’œuvre de la gastronomie gibussienne était d’accompagné d’élixirs adéquats : vin chaud et vin frais, la vie étant trop courte pour se priver un seul jour  !

 

 

manitou,caissenols,sarkozy,sénateur

Mais voici venue l’heure du retour et nous nous remettons en route d’un train de sénateur selon la formule consacrée  (disons d’un sénateur qui ne serait ni ventripotent ni cacochyme, ce qui est une espèce rare car n’oublions pas que le mot vient du latin « senex » qui veut dire « sénile »,  heu !  pardon !  « vieux » !).

 

 

manitou,caissenols,sarkozy,sénateur

Nous saluons au passage notre très vieux compagnon, l’arbre mort, qui continue de dresser vaillamment son squelette de bois vers les cieux, comme s’il adressait une prière au grand Manitou pour qu’il le réincarne en oiseau ou en mouflon afin qu’il puisse enfin partir à la découverte de ce magnifique pays qu’il n’a pu qu’apercevoir. J'en profite pour demander également  au grand Manitou qu'il donne un coup de pouce à mon ami Marc, que je salue au passage, afin qu'il puisse de nombreuses années encore venir, de sa lointaine Belgique, pour arpenter ces sentiers qu'il affectionne tant.

 

manitou,caissenols,sarkozy,sénateur

Nous retraversons le portail de Roquendouire où la Tramontane s’engouffre avant d’escalader la serre de More par laquelle nous sommes arrivés ce matin.

 

 

manitou,caissenols,sarkozy,sénateur

Ne souhaitant pas participer à une nouvelle séance de « rock and Roll », nous empruntons un chemin beaucoup plus tranquille qui contourne la serre. N’ayant plus à nous préoccuper de préserver notre position verticale, nous pouvons  nous perdre dans nos rêveries et méditer sur la trace que laisseront nos vies sur cette terre. Compteront-elles plus que notre ombre qui caresse les cailloux sur notre passage ? Et les cailloux se souviennent-ils de nous ?

 

 

 J'ai posté la suite de ma visite "décoiffante " de Paris sur mon blog 

PIQUESEL 

 

Et si vous avez envie d'un intermède musical je vous convie à vous rendre sur mon blog musical OLD NUT pour écouter ma derrière chanson La fille de la montagne et les autres si affinité 

  

 (cliquez sur le nom des blogs pour y accéder)

Texte & Photos Ulysse (toute utilisation ou  reproduction des éléments de ce blog est soumise à mon accord préalable)