suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

11/08/2018

Les petits loups en crapahut au Montahut !

 

bourdils,montahut,espinousse,caroux

Après avoir affronté en canoë les rapides de l’Hérault et s’y être rafraîchis (voir la note de la semaine passée), nous emmenons nos infatigables « petits loups » en crapahut à l’assaut du Montahut, sommet rocailleux du massif de l’Espinousse.

 

bourdils,montahut,espinousse,caroux

La montée se fait au départ dans une antique châtaigneraie autrefois gérée par les hommes qui y ont dressé de magnifiques bâtisses, dont il ne reste plus hélas que quelques pans de murs. Ces pierres parfaitement appareillées, et qui résistent à l’assaut des siècles, témoignent d’un temps où les loisirs se résumaient à faire la sieste dans les fougères, broder un napperon ou fumer sa pipe sur un banc de pierre, se raconter des histoires au coin du feu et contempler, la nuit, les étoiles. Quand les diaboliques joujoux inventés par Bill, Mark et autres Geek gogoliens auront perdu de leur attrait, peut être y reviendrons nous ?

 

bourdils,montahut,espinousse,caroux

L’hiver a été fort pluvieux et venteux dans la région et de nombreux arbres ont été fauchés qui bloquent le chemin, provoquant un brin d’inquiétude chez Romain dont l’agilité ne compense pas la modeste taille des gambettes (mais plus pour très longtemps !). Je l’aide à franchir l’obstacle, heureux de pouvoir lui montrer que les anciens ne sont pas en tout obsolètes !

 

bourdils,montahut,espinousse,caroux

Ayant pris de l’altitude, les châtaigniers laissent la place aux hêtres qui prospèrent dans les lieux plus frais et humides. Ces magnifiques arbres à l’écorce gris argenté favorisent un biotope d’une grande richesse. Mais ils risquent hélas de disparaître de notre région avec le réchauffement climatique en cours. Le hêtre est aussi appelé « fayard », notamment par les forestiers, car ce nom est plus sonore lors des inventaires et des martelages. Son nom occitan est « fag » et la hêtraie est nommée « fage ». Le feuillage des hêtraies inonde d’or les sous bois l’automne venu .

NB : Martelage : marquage au marteau pour signaler les arbres à couper.

 

bourdils,montahut,espinousse,caroux

Après deux heures de grimpe dans une chaleur moite quasi tropicale, nous arrivons sur le plateau des Bourdils où nous avons prévu de pique-niquer. Jamais les paroles de la Bible qui imposent à l’homme de gagner son pain à la sueur de son front ne nous ont paru aussi pertinentes.

 

bourdils,montahut,espinousse,caroux

La vue que nous avons de notre salle à manger est de toute beauté : nous avons en face de nous le moignon rocheux du peyre Azent et, derrière, le vaste plateau du Caroux où nous trainons régulièrement nos semelles.

 

bourdils,montahut,espinousse,caroux

Après nos agapes et, pour ce qui me concerne, une sieste écourtée et perturbée par mes chérubins - bien que je leur ai dit que c’était un péché mortel, mais qui a peur de l’enfer aujourd‘hui ? – nous nous mettons en route pour l’objectif du jour le Montahut. Le « charme » de ce modeste sommet (1053mètres) est qu’il faut d’abord descendre d’une centaine de mètres avant d’y grimper !

 

bourdils,montahut,espinousse,caroux

L’autre particularité est que le chemin d’accès est gardé par un vieillard peu amène, au menton en galoche, assis sur un rocher et qui n’aime pas trop que l’on pénètre sur son domaine. Mais Emilie a l’idée de le prendre par la barbichette et de lui faire le coup de la comptine, ce qui le fait rire aux éclats et l’amène à nous laisser passer. C’est pour cela que depuis je me laisse pousser la barbichette dans l’espoir qu’une jeune fille veuille jouer avec moi !

 

 

bourdils,montahut,espinousse,caroux

Le sentier d’accès au sommet est somptueux et on comprend que le vieillard veuille le préserver des randonneurs indélicats, du genre de ceux qui laissent leurs ordures dans un coin ni vu, ni connu ! Et hélas ils sont nombreux, comme les salopards qui ont transformé le refuge de Font Salesse en dépotoir !

 

 

bourdils,montahut,espinousse,caroux

Mais oublions les cancrelats qui salopent la planète (et il y en a de gros !) pour admirer le somptueux paysage que Gaïa nous offre là où l’homo sapiens ne l’a pas encore défigurée. Parcourir à pieds ces espaces permettent à notre corps, notre âme de s’imprégner de l’énergie tellurique qui leur a donné naissance.

 

bourdils,montahut,espinousse,caroux

Et en voyant la dent dressée du roc dOurliadès qui jouxte le Montahut, on imagine les séismes qui ont secoué dans le passé Gaïa et qui la secoueront encore périodiquement bien après que les os du dernier homo sapiens seront retournés à la poussière dont nous sommes nés. J’aurais le plaisir d’ajouter à la poussière cosmique quelques molécules de vin et de Ti Punch qui intrigueront peut être des savants extra terrestres qui en feront l’analyse !

 

bourdils,montahut,espinousse,caroux

Mais revenons à notre ascension où je tiens à montrer à mes petits loups que mes «vieux os» sont toujours vaillants et que je peux encore faire la course en tête (plus pour très longtemps !)

 

bourdils,montahut,espinousse,caroux

J’arrive au sommet en tête en faisant mentalement un pied de nez à tous ces hygiénistes et diététiciens qui veulent nous persuader que le jus de la vigne ou le jus de canne à sucre sont des poisons pour l’homme. Que ces tristes sires relisent la Bible et les évangiles !

 

bourdils,montahut,espinousse,caroux

Mes petits loups me suivent de près et je lis dans le regard de Romain quelque chose comme « Papi, l’année prochaine, c’est moi qui serai devant ! ». C’est bien que les jeunes se lancent des défis ! 

 

bourdils,montahut,espinousse,caroux

Nous admirons longuement le Caroux, que nous parcourons avec mon ami Gibus mais aussi en famille de haut en bas et de long en large depuis plus de quinze ans, sans que l’on en soit lassé.

 

bourdils,montahut,espinousse,caroux

Mais il est hélas l’heure de descendre et là les « petits loups » prennent l’avantage, mes articulations n’ayant plus la souplesse des leurs ! 

 

bourdils,montahut,espinousse,caroux

Nous retrouvons avec bonheur la fraîcheur de la hêtraie en se laissant guider par les antiques murets qui bordent par endroits le chemin.

 

bourdils,montahut,espinousse,caroux

Nous croisons une vieille connaissance, le marquis des Bourdils, que nous avions rencontré il y a quelques hivers sur ce même chemin et dont la crinière moussue lui vient de son séjour en ces lieux humides. Il nous propose de venir boire une soupe d’ortie aux limaces, mais nous déclinons poliment son invitation, prétextant que nous sommes attendus chez des amis. « Bon ce sera pour une prochaine fois » nous lance-t-il ! « Entendu"  répondons nous, mais je ne suis pas sûr que mes petits loups aient envie de le rencontrer à nouveau !

*****

Si vous souhaitez me laisser un commentaire,

une rubrique en bas de page est prévue à cet effet

Pour être averti(e) des nouvelles notes, souscrivez à la newsletter


*****

Si vous aimez ce blog, peut être aimerez vous aussi mes chansons

Trois nouvelles dont "Tu es l'obscur objet de mon désir"

sont postées sur les plateformes musicales

dont DEEZER (cliquez sur le nom)

Certaines sont aussi publiées illustrées par des photos sur mon blog Canta la Vida

la dernière étant "Tu parlais à l'oreille des chevaux"

Vous pouvez aussi les écouter classées par album sur mon blog

OLD NUT WIX

(intégralité des chansons - sauf les 2 derniers albums - classées par album)

(cliquez sur les liens dans le haut de la colonne à droite)

 

Texte Ulysse, Photos Sébastien & Ulysse

14/07/2018

Un petit loup sur le Caroux

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

Hello, fidèles lectrices et lecteurs de ce blog, peut être vous souvenez vous de moi, Romain, si vous n’êtes pas comme mon papi qui ne se rappelle jamais où il a mis son téléphone ou ses lunettes. J’ai pris un peu d’avance sur les vacances et je me retrouve seul avec mes grands parents avant que le reste de la famille n’arrive. La canicule sévissant dans la plaine languedocienne, papi a décidé de nous emmener baguenauder (il a un drôle de vocabulaire !) sur le Caroux.

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

Effectivement à un kilomètre d’altitude l’air est plus frais et revigorant et un doux zéphir balaie le plateau recouvert de bruyères en fleurs, merveilleux spectacle dont nous jouissons chaque été.

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

Je prends un peu de hauteur pour mieux l’admirer, moi le petit parisien condamné aux horizons bétonnés et à un air qui contient autant d’oxygène qu’il y a d’eau dans le verre de mon papi !

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

Siesto, le chien de berger ainsi nommé par mon papi, est fidèle au poste. Papi lui a donné ce nom car il semble plutôt somnolant, ce qui n’est guère condamnable car cela fait belle lurette qu’il n’y a plus de moutons à garder en ces lieux.

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

Vous noterez que je mets un point d’honneur à porter un sac à dos dans lequel j’ai une bouteille d’eau (j’ai moins de 18 ans) et mon goûter. De cette façon je suis autonome et si jamais mon grand père avait des envies de me perdre parce que je lui gâche toujours la sieste, je m’en sortirais !

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

Nous arrivons près du Rieutord, modeste torrent, dont il faut néanmoins aborder la traversée avec prudence du fait de l’instabilité des pierres. Mon papi n’a pas dû s’en vanter, mais il s’est retrouvé à cause de cela le postérieur dans l’eau, il y a quelques années.

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

Parvenu sur la rive sud du plateau sommital, j’admire la mer de collines bleutées qui viennent buter sur le massif du Caroux. Habituellement on jouit d’une vue somptueuse sur les Pyrénées, mais elles sont perdues dans la brume née de la canicule qui règne dans la plaine.

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

J’entends soudain un grognement et un brin effrayé je me retrouve et découvre King-kong qui comme moi se réjouit du spectacle offert. Heureusement qu’il n’ y a aucun yankee qui lit ce blog sinon ils seraient capables de venir le capturer pour lui faire tourner un film !

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

Je me prends à rêver que cet aigle me prenne sur son dos pour survoler le paysage, mais il n’a pas l’air de vouloir coopérer.

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

Voici venue l’heure du pique-nique et, ensuite, pour papi de la sieste, instant sacré que je me plais à agrémenter de « diversions » diversement appréciées par le récipiendaire qui tente de garder un calme olympien. Cela dit, je vous offre en exclusivité et en première mondiale Ulysse dans les bras de Morphée.

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

Nous nous rendons à la table d’orientation où l’on se rend compte combien minuscules et fragiles sont les créations des hommes qui s’autoproclament rois de la création !

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

Si Ulysse vous avait narré notre escapade, il aurait tenté de vous faire croire que j’ai écarté ces deux rochers par ma seule force, tellement il galèje dans ses récits, vous conte des fariboles et veut vous faire prendre des vessies pour des lanternes ! Innombrables sont les fois où il a accusé mes doudous de lui vider subrepticement sa cave !

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

Tenez, par exemple, si mon papi vous contait notre balade, il prétendrait qu’en haut de ce tas de rochers gît un mérou fossilisé, mais c’est impossible vu que le Caroux n’a jamais été submergé par la mer ! En fait, il est atteint de paréidolie chronique et voit des êtres partout ! Quoi ? Que dites vous ? Vous mettez en doute la présence de King-kong sur le Caroux et prétendez que je serais atteint du même mal. C’est mal me connaître, jamais je ne raconte de bobards….bon heu ! enfin presque jamais !

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

La température étant montée de quelques degrés, je suis ravi de rencontrer le cours d’un ruisseau et j’en profite pour me rafraîchir le visage.

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

Le rafraichissement est de courte durée, car nous devons gravir un raidillon pour sortir du talweig où coule le ruisseau.

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

Mais le magnifique spectacle d’un tapis de bruyère qui nous accueille sur le plateau sommital me fait oublier la chaleur. Sensible à la beauté du monde je reste, n’étant pas encore atteint du syndrome « canapé » des ados ! ! 

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

Je ne peux résister au plaisir de grimper sur une superbe « pile d’assiettes » sans doute tombées d’un festin donné sur l’Olympe. Les dieux mènent une sacrée vie de patachons, comment voulez vous que les enfants soient toujours raisonnables !

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

Devant ce patchwork de verts et de mauves illuminés par un soleil radieux, mon âme se dilate et je me mets à chanter « Dis papa y–a -t-il un monde… ? ce tube planétaire de mon papi que je chante avec ma sœur Emilie et que vous pouvez écouter en cliquant ICI !

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

Je ne suis pas le seul à jouir de cette nature enchanteresse et prodigue car j’aperçois soudain ce moro-sphinx qui, de sa fine trompe, se régale du nectar d’une centaurée. Je ne vois pas ce que les masques de réalité virtuelle qu’on nous promet pour demain nous apporteront de plus !

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

Ce bel Azuré Bleu Céleste, dénommé aussi Bel Argus, préfère le nectar de bruyère qui, au demeurant, serait également bénéfique à mon papi car il soigne les rhumatismes !

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

Nous voici au point culminant de la balade, le sommet du Caroux (1091m) lieu que vous avez parcouru maintes fois avec mon papi qui le considère comme le centre du Monde.

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

Pour parachever les bonheurs de cette somptueuse journée, un aigle nous fait une démonstration de vol. J’aurais bien aimé voir aussi quelques mouflons mais hélas ils se montrent de moins en moins à cause des « nemrods » bedonnants qui les exécutent de façon imparable avec leur fusils à longue portée. Si l’on veut réguler les populations d’ongulés, laissons faire les loups qui eux se donnent la peine de courir après leur proies, qui ont de surcroit toujours une chance d’en réchapper !

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

C’est à regret que nous redescendons vers le vallon de Douch, point de départ de notre balade, mais c’est sûr nous reviendrons !

 


*****

Si vous aimez ce blog, peut être aimerez vous aussi mes chansons

Trois nouvelles dont "Tu es l'obscur objet de mon désir"

sont postées sur les plateformes musicales

dont DEEZER (cliquez sur le nom)

Certaines sont aussi publiées illustrées par des photos sur mon blog Canta la Vida

la dernière étant "Léo, là haut ! "

Vous pouvez aussi les écouter classées par album sur mon blog

OLD NUT WIX

(intégralité des chansons - sauf les 2 derniers albums - classées par album)

(cliquez sur les liens dans le haut de la colonne à droite)


Texte & photos Ulysse

09/06/2018

Etre ou ne pas être dans le sentier des hêtres !

 

caroux,hêtre,reine,héric

Gibus et moi pensions  connaître tous les chemins du Caroux et puis en consultant un vieux grimoire nous avons trouvé mention d’anciennes pistes connues des seuls initiés. Elles traversent des terrains généralement très accidentés qui impliquent souvent d’y mettre les mains en plus des pieds ! Il faut, pour s’y aventurer, une solide expérience de la marche en montagne, ne pas craindre le vertige et avoir un excellent sens de l’orientation, car leur tracé n’est pas évident et leur signalisation limitée à quelques cairns ou quelques rares balises.

Nous nous engageons donc, en ce matin brumeux, sur l’une de ces pistes dénommée Bartouyre-Rieutord car elle permet, à partir du col de Bartouyre, de grimper sur le plateau où naît le Rieu Tort, modeste torrent qui se jette dans celui d’Héric.

Quand je dis « grimper » je déforme la réalité car cette piste un brin perverse a un profil de montagnes russes qui ne cesse de vous faire descendre une grande partie du dénivelé que vous venez d’ascendre (mais oui ce verbe existe !). La seule différence avec les montagnes russes c’est que  l’on ne vous offre pas la vodka à l’arrivée, ce qui est aussi bien, d’ailleurs, vu la suite du programme de la journée.

 

caroux,hêtre,reine,héric

Alors que nous progressons cahin-caha, le vent se lève et chasse le brouillard et les nuages vers le haut des cimes, donnant naissance à un très timide arc-en-ciel qui nous sert de prétexte pour faire une pause, car sensibles nous sommes aux beautés du monde. A vrai dire, nous sommes aussi un brin essoufflés et cette halte est bienvenue !

 

caroux,hêtre,reine,héric

Le secteur dans lequel nous progressons est hérissé d’aiguilles rocheuses vertigineuses où quelques arbustes ont eu l’audace de s’installer. Quand on constate un tel courage et une telle ténacité, comment peut-on donner ensuite un sens péjoratif au terme « végéter » ?

 

caroux,hêtre,reine,héric

En approchant du plateau, la piste traverse des zones d’éboulis où des hêtres vénérables nous tendent leurs branches et leurs troncs secourables pour nous permettre de progresser.  A y réfléchir, plutôt que le chien ou le cheval, l’arbre est le meilleur ami de l’homme. Car à l’aube de son histoire il a pu s’y réfugier pour échapper aux bêtes féroces, puis avec son bois il a inventé le feu, construit ses premières maisons, ses premières barricades et ses premiers bateaux. Dans son ombre il y a fait ses premières siestes et sur son écorce gravé le témoignage de ses amours. C’est sans doute la raison pour laquelle on traite affectueusement ses meilleurs amis de « vieille branche ».

 

caroux,hêtre,reine,héric

Nous arrivons au point où la piste traverse le Rieu Tort dont le maigre flux ne se prête pas hélas à la baignade. Pourtant nous aurions apprécié cette occasion de nous rafraîchir car la pente en ce lieu est plutôt rude  !

 

caroux,hêtre,reine,héric

Nous parvenons enfin sur le plateau  et décidons de gravir le Roc du Caroux qui culmine à 1034 mètres, ce qui n’est finalement qu’une simple formalité vu que nous venons de gravir déjà plus de 800 mètres.

  

caroux,hêtre,reine,héric

Mais alors que nous progressons vers le sommet une voix nous interpelle « Holà ! Où allez vous comme ça ! ». Levant la tête nous découvrons le visage grimaçant d’une vieille qui nous glace les os et pourtant, comme vous le savez, nous ne sommes pas des mauviettes.

« Et bien ! Heu ! On s’apprête à grimper sur le roc du Caroux ! Pourquoi c’est interdit ! » répondons nous en chœur, le cœur battant la chamade (ah! les subtilités de la langue française !).

 « Ce n’est pas interdit, mais il faut tout d’abord répondre à une énigme"  nous rétorque la vieille, qui au passage se présente à nous comme étant Carouxane la femme du roi du Caroux (que nous rencontrerons un peu plus tard) . « La voici : Il n’y en a qu’un seul dans une minute, et il y en deux dans une heure. Mais il n’y en a aucun dans un jour. Qu’est-ce ?"

Gibus et moi restons perplexes de longues minutes n'ayant aucune idée de la réponse. "Alors vous séchez ? " nous dit Caroxane d'un air goguenard. " Ben heu! " fais je alors ne sachant quoi dire. "C'est exact c'est la lettre "e" " nous répond-t-elle se méprenant sur le sens de ma réponse. « Allez vous pouvez passer, mais prenez garde aux à-pics !». C'est la première fois de ma vie où l'ignorance se révèle payante ! Oh jeunes écoliers n'en prenez pas le prétexte pour ne pas faire vos devoirs !

 

caroux,hêtre,reine,héric

En quelques minutes nous atteignons le sommet d’où l’on aperçoit au loin le miroir doré de la Méditerranée (au fond à gauche sur la photo,  oui, c’est bien la mer que l’on voit !)

 

caroux,hêtre,reine,héric

Quant aux à-pics, la vieille n’a pas menti, ils sont impressionnants et nous incitent à regarder attentivement où nous mettons les pieds.

 

caroux,hêtre,reine,héric

Mais nous ne sommes pas les seuls à être sensibles à la beauté du panorama qui s’offre à nous, car deux érables de Montpellier se sont juchés sur un mamelon voisin pour en jouir également. Les arbres sont décidément plus proches de l’homme qu’on ne le pense !

 

caroux,hêtre,reine,héric

Après notre traditionnelle pause pique-nique/sieste nous nous dirigeons vers le ravin des hêtres dans lequel, selon notre grimoire, descend une piste qui permet de rejoindre le hameau d’ Héric.

 

caroux,hêtre,reine,héric

Nous saluons au passage le vieux roi du Caroux, que nous avions rencontré lors d’une précédente expédition et qui est absorbé par la contemplation de la Méditerranée qui luit au loin. « Nous avons été heureux de faire la connaissance de votre femme » lui déclare-t-on ! « Vous êtes bien les premiers » nous répond-t-il sans même tourner la tête. Nous ne répliquons point et poursuivons notre chemin. Y aurait-il de l’eau dans le gaz au sein du couple royal ?  Faudrait être un lecteur  de  « Water-closer » - ce que Gibus et moi ne sommes pas  - pour savoir ce qu’il en est.

 

caroux,hêtre,reine,héric

Nous arrivons au bord du ravin des Hêtres dominé par les flancs déchiquetés du plateau. Il doit s’y produire de temps en temps de belles avalanches de pierres ce qui refroidit quelque peu notre intention de nous y engager.

 

caroux,hêtre,reine,héric

Mais il est trop tard pour faire demi tour. Nous cherchons le cairn qui signale le départ du chemin, celui ci dévalant ensuite à pleine pente jusqu’au hameau d’Heric.

 

caroux,hêtre,reine,héric

Pleine pente est, de fait, nous le constatons très vite, l’expression appropriée. Heureusement qu’une fois de plus nos amis les arbres sont là et nous évitent de faire un roulé-boulé jusqu’au bas du ravin. Par moments une trouée s’ouvre dans leur frondaison qui nous permet de découvrir le relief environnant. 

 

caroux,hêtre,reine,héric

Nous atteignons enfin sans encombre le bas du ravin où nous retrouvons une confortable petite route piétonnière qui descend (ou qui monte, selon le sens dans lequel on la prend !) les fastueuses gorges creusées par l’Héric et  qui nous ramène en une heure de temps à notre point de départ.

 (Reprise d'archive)

*****

Si vous aimez ce blog, peut être aimerez vous aussi mes chansons

Trois nouvelles dont "Accro de GAFA" sont postées sur les plateformes musicales

dont DEEZER (cliquez sur le nom)

Certaines sont aussi publiées illustrées par des photos sur mon blog Canta la Vida

la dernière étant "J'ai fait un songe "

Vous pouvez aussi les écouter classées par album sur mon blog

OLD NUT WIX

(intégralité des chansons - sauf les 2 derniers albums - classées par album)

(cliquez sur les liens dans le haut de la colonne à droite)

 

Texte & photos Ulysse

10:06 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (60) | Tags : caroux, hêtre, reine, héric

14/04/2018

Le Caroux par la piste des Aiguilles

aiguilles,olympe,oréades,caroux

Le temps exécrable qui règne en Languedoc nous ayant privés de sortie, je poste une  note tirée des archives

 

Depuis des années que nous arpentons le massif du Caroux, nous pensions, Gibus et moi, en avoir emprunté tous les itinéraires, le dernier que nous avions découvert – la piste des charbonniers – s’étant révélé le plus périlleux ! Mais regardant à la loupe la carte IGN du secteur, nous avons fini par trouver une vague piste en pointillés, dénommée « Piste des Aiguilles », partant du col de Bertouyre et grimpant en ligne droite vers le Roc du Caroux qui donne son nom au massif.  Les prévisions météo étant favorables nous décidons d’aller l'explorer sans  plus tarder . 

 

aiguilles,olympe,oréades,caroux

Son nom n’est, de fait, pas usurpé car cette piste remonte le flanc ouest du massif en offrant des vues vertigineuses sur les aiguilles rocheuses dont il est orné. Le brouillard qui submerge la plaine et les vallées environnantes confère au paysage un caractère fantomatique.

 

aiguilles,olympe,oréades,caroux

Le soleil matinal dissipe peu à peu ce brouillard faisant émerger du néant d’énormes monolithes jaillissant d’une toison arborée.

 

aiguilles,olympe,oréades,caroux

Dans cette atmosphère brumeuse les montagnes qui pèsent des millions de tonnes semblent flotter dans le ciel comme des montgolfières.

 

aiguilles,olympe,oréades,caroux

Progressant dans notre ascension, nous passons au dessus du banc de brouillard qui ressemble à une énorme vague figée prête à engloutir le Caroux

 

aiguilles,olympe,oréades,caroux

Nous contournons,  un peu plus haut, le Roc du Miral (887m) qui, émergeant  d’une mer de nuages, prend des allures d’Olympe. Ainsi coupés du monde des vivants, Gibus et moi scrutons les lieux pour voir si, par chance, quelques accortes oréades n’y gambaderaient pas, mais hélas notre quête reste vaine.

 

 

aiguilles,olympe,oréades,caroux

Le seul être que nous croisons en ces lieux est une énorme murène qui, profitant du brouillard, a quitté  la mer pour  remonter  le cours de l'Heric et tente vainement de gober la lune.

 

aiguilles,olympe,oréades,caroux

Dépités, nous poursuivons notre ascension en direction du Roc du Caroux. Nous escaladons d'immenses dalles rocheuses où la piste disparaît. Mais elles sont fort heureusement parsemées de cairns qui nous permettent de garder le bon cap.

 

 

aiguilles,olympe,oréades,caroux

 Approchant du plateau sommital nous apercevons le roi du Caroux adossé contre une falaise et qui admire le lent flux de la mer de nuages qui baigne les flancs de son royaume.

 

aiguilles,olympe,oréades,caroux

Et il est vrai que ce spectacle est royal et rois, aussi, nous sommes, Gibus et moi, seuls en ces lieux et libres de jouir sans restriction de la beauté du monde. 

 

aiguilles,olympe,oréades,caroux

Enivrés de beauté (il n' y a pas que les vins d'Oc qui nous enivrent ! ) nous accédons enfin au plateau sommital dont nous entreprenons la traversée avant de redescendre vers la vallée.

 

aiguilles,olympe,oréades,caroux

L’or roux des fougères brûlées par l’été, entremêlé du vert intense de genêts, illumine le plateau et entretient notre radieuse félicité. Un jour comme celui ci est un jour passé au paradis. 

 

aiguilles,olympe,oréades,caroux

Hélas, nous redescendons bien vite sur terre car nous rencontrons sur le bord du chemin un pigeon blessé par des chasseurs que nous venons de croiser. Celui ci volette d’une aile en titubant,  l’autre ayant été brisée par une balle. Je ne veux pas diaboliser les chasseurs car il y a parmi eux des gens respectables (bien que je ne comprenne pas que l’on prenne plaisir à tuer)  mais trop nombreux sont ceux qui sont de purs « viandards » prêts à tirer par bêtise et dépit sur tout ce qui bouge. A ceux là, je rappelle le poème De Victor Hugo intitulé : "A un homme partant pour la chasse ":

Oui, l'homme est responsable et rendra compte un jour.


Sur cette terre où l'ombre et l'aurore ont leur tour,

Sois l'intendant de Dieu, mais l'intendant honnête.

Tremble de tout abus de pouvoir sur la bête.


Te figures-tu donc être un tel but final

Que tu puisses sans peur devenir infernal,

Vorace, sensuel, voluptueux, féroce,

Échiner le baudet, exténuer la rosse,


En lui crevant les yeux engraisser l'ortolan,

Et massacrer les bois trois ou quatre fois l'an ?

Ce gai chasseur, armant son fusil ou son piège,

Confine à l'assassin et touche au sacrilège.


Penser, voilà ton but ; vivre, voilà ton droit.


Tuer pour jouir, non. Crois-tu donc que ce soit

Pour donner meilleur goût à la caille rôtie


Que le soleil ajoute une aigrette à l'ortie,

Peint la mûre, ou rougit la graine du sorbier ?

Dieu qui fait les oiseaux ne fait pas le gibier.

  
*****

Si vous aimez ce blog, peut être aimerez vous aussi mes chansons

ma dernière étant LUPO (pour la défense du loup et des animaux sauvages)

que je viens de poster sur mon blog

Canta-la-Vida

Vous pouvez aussi les écouter sur les plateformes musicales sous le nom de Old Nut

ainsi que mon blog

OLD NUT WIX

(intégralité des chansons - sauf les 2 derniers albums - classées par album)

(cliquez sur les liens dans le haut de la colonne à droite)

  

Texte & Photos Ulysse