suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/09/2016

Périple Andorran 2 - Partis pour la Cabaneta (2848m) nous avons gravi la Serrera (2913m)

 

 

andorre,cabaneta,serrera,col del meners

Après avoir, pendant les deux jours précédents, baguenaudé de lac en lac pour se mettre en jambes, les choses sérieuses commencent. Le groupe des hommes décide de faire l’ascension du Pic de la Cabaneta (2848m) avant de rejoindre leurs épouses à la Collada del Meners (2713m) pour le pique-nique. Partis de bon matin de Sorteny (1780m), nous filons donc bon train pour être à l’heure au rendez-vous. Les maris délicats ne font jamais attendre leurs épouses !

 

andorre,cabaneta,serrera,col del meners

Après une heure de montée agréable ménageant notre cœur et notre souffle et permettant à nos esprits de papillonner de pensée en pensée aussi éphémères que futiles, nous découvrons la masse sombre et imposante du Pic de la Cabaneta (2848m) que nous avons prévu de gravir. Vu à contre jour il paraît assez hostile mais nous ne sommes pas du genre à nous laisser impressionner et nous poursuivons allègrement notre ascension.

 

andorre,cabaneta,serrera,col del meners

Nous abordons la partie terminale – beaucoup plus pentue - du sentier d’approche qui mène à la Collada del Meners (col de la Mina 2713m) d’où part le sentier qui mène au pic de la Cabaneta. Le papillon qu’était notre esprit reste alors scotché sur le bout de nos souliers !

 

andorre,cabaneta,serrera,col del meners

Arrivés au col, nous posons nos sacs afin de nous alléger pour l’ascension du Pic de la Cabaneta et nous nous engageons sur une vague sente pierreuse supposée nous mener au sommet.

 

andorre,cabaneta,serrera,col del meners

La sente est de plus en plus aléatoire et nous ne trouvons notre chemin que grâce aux balises jaunes qui ornent de temps à autre un rocher. Ces balises nous mènent au pied d’une petite barre rocheuse d’où nous essayons de deviner le sentier qui mène au sommet.

 

andorre,cabaneta,serrera,col del meners

Après quelques minutes d’observation, nous devinons une trace qui traverse en diagonale un immense pierrier. Gibus le guide du groupe estime risqué de s’engager sur un tel sentier sans éléments de sécurité (cordes, piolets).

 

andorre,cabaneta,serrera,col del meners

A la fois dépités, car nous devons renoncer à l’ascension du sommet prévu, et soulagés car cette ascension semblait véritablement périlleuse, nous retournons vers le col. Pour apaiser notre frustration (c’est mauvais pour la santé et le moral d’être frustrés !) nous décidons de faire l’ascension du Pic de la Serrera (2913m) qui se trouve de l’autre coté du col et dont nous apercevons les contreforts en haut à gauche de la photo. Nous avons déjà gravi ce sommet relativement facile d’accès il y a quelques années mais, comme l’on dit, faute de grives, on mange des merles !

 

andorre,cabaneta,serrera,col del meners

En vingt minutes nous arrivons au sommet (une vraie balade de santé que je vous recommande !) qui est presque aussi fréquenté que le parvis de la Tour Eiffel (bon, j’exagère un peu !)

 

andorre,cabaneta,serrera,col del meners

De là haut on a une vue plongeante sur le pic de la Cabaneta qui nous confirme que l’ascension sans équipements en était risquée. Le Pic de l’Estanyo (2915m) qui se trouve à droite de la photo nous intéresse au plus haut point, car nous avons prévu d’y accéder en partant du Pic de la Casamanya qui se trouve hors champ et en empruntant la ligne de crête que l’on devine à l’extrémité de la photo. Vous découvrirez dans une prochaine note que nous avons rencontré à cette occasion quelques difficultés.

 

 

andorre,cabaneta,serrera,col del meners

Pour l’heure nous jouissons sereinement, comme ce montagnard et son compagnon à poils, de la vue à 360° sur le massif des Pyrénées que nous offre le sommet. Lorsque l’on contemple ainsi les montagnes, on les croit immuables, éternelles et pourtant leurs pentes déchiquetées nous montre qu’elles subissent, comme nos corps et le reste de l’univers, la loi de l’entropie. L’alternance de la pluie et du soleil, du froid et de la chaleur érode, fracture, emporte, grain par grain, pierre par pierre ces gigantesques pyramides qui finiront dans quelques millions d’années en pâtés de sable sur de lointains rivages que feront les enfants de nos très lointains descendants.

 

andorre,cabaneta,serrera,col del meners

Nous nous décidons à regret à redescendre au col pour retrouver nos épouses que l’on a vues arriver. Et nous nous dirigeons tous ensemble vers le lac del Meners qui se trouve au pied du pic de la Serrera pour pique-niquer.

 

 

andorre,cabaneta,serrera,col del meners

En raison de la chaleur et de la sécheresse qui ont sévit tout l’été et fait évaporer tous les névés, le lac n’est plus qu’une vague mare peu propice à la baignade et seul l’ami Gibus ose s’y aventurer. Malgré les évidences qui se manifestent dans de nombreux pays (canicules et incendies en Californie, au Canada, au Portugal, en Australie, fonte dramatique des glaces de l’Antartique, pluies diluviennes et tornades ailleurs) Zozo Sarko ose affirmer que l’homme n’est pour rien dans le réchauffement climatique actuel. Triste guignol !

 

andorre,cabaneta,serrera,col del meners

Après nos agapes dignement arrosées de nectars espagnols (la sécheresse ne sévit pas partout) nous prenons paisiblement le chemin du retour.

 

andorre,cabaneta,serrera,col del meners

Bien que nous soyons passé en ces lieux le matin même, c’est un tout autre paysage que nous découvrons, ayant inversé le sens de la marche. C’est l’un des charmes de la montagne d’offrir une infinie diversité scénique selon l’angle sous lequel on la contemple.

 

andorre,cabaneta,serrera,col del meners

La lenteur de notre allure nous laisse le temps d’admirer les beautés qui ornent en tous lieux la nature, telles ces micro-cascades vers lesquelles se penchent - probablement pour se rafraîchir - des ombellifères brûlées par le soleil de l’été.

 

andorre,cabaneta,serrera,col del meners

 En nous retournant nous découvrons le Pic de la Serrera que nous avons gravi le matin même. C’est fou la distance que l’on peut parcourir en mettant un pied devant l’autre et en recommençant….

A suivre….

*****

Si vous appréciez ce blog, je vous invite à découvrir mes autres blogs:

Piquesel : "bloc-note photos" où les photos sont accompagnées de commentaires humoristiques ou poétiques.

Old Nut (Wix) où vous pouvez écouter librement toutes mes chansons

Canta-la-Vida où j'illustre certaines chansons en photos.

Vous pouvez y accéder en cliquant sur les noms figurant en haut de la colonne de droite.

  

Texte & Photos Ulysse