suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/11/2011

Divagations pédestres et épistolaires autour de Fozières….

sénat,fozières,face de bouc,soumont

Pendant ma scolarité, de l’histoire je n’ai aimé que l’antiquité…. et les décolletés vertigineux de ma prof’ de seconde. Egyptiens, Grecs, Romains m’ont fasciné avec leurs dieux jouissifs  ou étranges, leurs scribes et leurs philosophes ainsi que leurs fabuleuses épopées ou légendes dont l’attrait  dépasse de dix coudées les aventures de Corto Maltèse ou de Tintin. D’ailleurs, cette passion n’est pas étrangère à mon pseudonyme Ulysse. Passée cette fascinante période, l’histoire de France, avec sa litanie de roitelets vaniteux, débiles ou sanguinaires (à l’exception notable de ce bon vieux Henri IV) m’a profondément ennuyée. Quant à la période contemporaine ce n’est qu’une histoire de tyrans et de voyous.

Mais aujourd’hui, mon sentiment a changé quand je vois l’histoire de France s’inscrire magnifiquement dans le paysage, comme ce château qui se dresse au sommet du  village de Fozières qui n’a guère plus de 250 âmes et quelques chats et chiens.  La curiosité me vient alors de savoir comment un tel château a pu naître dans un si modeste village et quelle en a été l’histoire.

De fait, ce château est  une ancienne demeure seigneuriale bâtie au XIIème siècle par la famille de Fozières qui a donné son nom au village.  Elle a été modifiée au XVIIème et est aujourd’hui inscrite au registre des monuments historiques. Les documents publics ne comportent, hélas, aucune péripétie notable concernant cet édifice  ou ceux qui l’ont édifié.   Ces derniers ont sans doute faite leur la devise bien connue des yanomamis, peuple d’Amazonie éminemment pacifique :  «Kikuyu tan tan gikopo lakoya » que l’on peut traduite par « Qui ne cherche de noises à personne, mène une vie tranquille ».

 

sénat,fozières,face de bouc,soumont

Ledit  château, dont l’histoire m’intrigue donc - et pour lequel, chers lecteurs et lectrices, je suis preneur de toute information - est au cœur d’un splendide environnement, qui est sans doute la raison même de son édification en cet endroit isolé .

Car au XIIème siècle, faute d’avoir  la chance de pouvoir se divertir en regardant  à la téloche «Question pour un croupion »  « Bêtement dimanche » «  Combien ça croûte » « Plus bêêêle la vie »  ou en surfant sur « face de bouc »  ou « touiteur »,  les seigneurs passaient leur temps – quand ils ne rendaient pas hommage à leur femme et concubines  - à regarder par la fenêtre et ils faisaient alors en sorte de jouir d’un beau paysage.

 

 

sénat,fozières,face de bouc,soumont

Pour pouvoir bâtir de telles demeures les seigneurs tondaient la laine sur le dos  de « leurs cerfs ».  Aujourd’hui lesdits « cerfs » étant devenus des citoyens libres, égaux et fraternels (c’est du moins ce qui est écrit sur le fronton des mairies) seuls les moutons laissent leur laine sur les barbelés qui entourent leurs enclos.

sénat,fozières,face de bouc,soumont

Si les hommes protègent aujourd’hui leurs propriétés au moyen de l’invention diabolique de  Joseph Farewell Glidden qui mit fin à l’ère des cow-boys, les arbres ont eux aussi plus d’un tour dans leur écorce pour se protéger des prédateurs.

Ainsi ces jeunes ormes rencontrés au bord de notre chemin recouvrent-ils leurs branches de liège pour éviter que les chèvres ou moutons ne les broutent !

 

sénat,fozières,face de bouc,soumont

Fort heureusement, bien que les barbelés  étendent de plus en plus leur empire dans notre région, il reste de nombreux chemins ouverts à notre curiosité et celui que nous descendons ravit nos cœurs et nos prunelles : feuillage automnal des érables, senteurs enivrantes d’une pinède, perspective montueuse, ciel romantique qu’aurait aimé Gaspard David Friedrich. Que désirer de plus !


sénat,fozières,face de bouc,soumont

Si nous étions des amis de Sylvebarbe nous pourrions demander à ce vénérable chêne multiséculaire qu’il nous conte l’histoire du château de Fozières et de ses seigneurs. Sans doute aurait-il quelques anecdotes croustillantes à nous conter de troussages printaniers de soubrettes ou d’écuyers (les princesses, comtesses, baronnes n’étaient pas en reste et ce n’est que justice !)  sous son ombreuse et complaisante ramure.

 

sénat,fozières,face de bouc,soumont

Il faut dire qu’il en est passé des charrues et des carrosses le long de ce chemin au cours des siècles passés. Leurs roues ferrées ont fini par laisser leur empreinte dans le plateau de grès qu’il traverse en approchant du village  de Soumont.

 

sénat,fozières,face de bouc,soumont

Alors que leurs ancêtres mourraient souvent d’épuisement sous le harnais, les chevaux d’aujourd’hui mènent une vie de sénateur (le job le mieux payé et le moins fatigant du royaume dont le sieur Mélanchon, qui prône l'abolition des privilèges est, ne l'oublions pas, un digne représentant).  La nostalgie pourtant imprègne leurs grands yeux, nostalgie d’un temps où ils accompagnaient l’homme dans ses voyages alors qu’aujourd’hui  de nauséabonds  chevaux-vapeur confinés sous un capot leur ont succédés.

 

sénat,fozières,face de bouc,soumont

Nous arrivons au splendide village de Soumont rassemblé autour de son église bâtie au XIIème siècle et qui prospéra grâce à ses carrières de baryte, de grès, d’ardoise et de schiste ainsi qu’à ses châtaigneraies et ses genestières destinées à la production de toiles réputées.

 

sénat,fozières,face de bouc,soumont

Du haut du village on a une vue imprenable sur les collines environnantes au cœur desquelles est niché le lac du Salagou

 

sénat,fozières,face de bouc,soumont

La brume vespérale nimbe le paysage d’un voile bleuté qui gomme les aspérités des montagnes et diffuse une atmosphère de sérénité. Me reviennent alors en mémoire ces vers du grand Victor extraits de « la légende des siècles » que je vous invite à relire :

Ruth songeait et Booz dormait ; l’herbe était noire ;


Les grelots des troupeaux palpitaient vaguement ;


Une immense bonté tombait du firmament ;


C’était l’heure tranquille où les lions vont boire.



Bon il est vrai que je n’ai encore jamais vu de lions boire dans le lac du Salagou, mais on ne sait jamais avec le réchauffement climatique en cours !


sénat,fozières,face de bouc,soumont

S’il n’y a pas encore de lions dans la région, il y a toutefois des rhinocéros qui se planquent dans les arbres pour éviter qu’on leur pique leur corne supposée avoir des vertus aphrodisiaques (selon ma propre expérience la corne de bouc est plus efficace).


 

sénat,fozières,face de bouc,soumont

Nous voilà de retour à Fozières, passant au pied de l’église qui, au contraire du château sans histoire, a défrayé la chronique. En effet, ses cloches se sont mystérieusement arrêtées en pleine volée au petit matin du 1er novembre 1958 (à la sonnerie de six heures plus précisément) et sont depuis restées figées. La légende raconte que ce mystérieux phénomène serait dû aux imprécations d’un mauvais coucheur qui réveillé par la sonnerie de cloches aurait vociféré à sa fenêtre « Si le diable les arrête je lui donne mon âme ». L’homme en question serait mort le matin même et depuis les cloches sont restées immobiles et personne n’a osé y toucher.

 

PS: Vous savez que les problèmes de l'environnement me tiennent à coeur. A ce sujet une grave pollution aux hydrocarbures affecte de façon permanente le port de Sète. Un collectif s'est créé pour intervenir auprès des autorités afin qu'elles remédient à cet etat de fait.  Je vous invite à soutenir leur action en signant leur pétition  ICI

 

Texte @ Photos Ulysse

(reproduction interdite sans autorisation de l’auteur)