suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/04/2011

Entre Pinet et Castelnau-de-Guers

 

pinet,larcher,sénat,garrigue

Près de cinq milliards d’années ont été nécessaires pour faire de Gaïa , notre planète, un jardin où « l’homo sapiens sapiens »  a pu s’épanouir. En moins de cinquante mille ans,  ce locataire indélicat a saccagé les lieux et mis en péril son existence.

Pourtant quelques peuples ont su, ici et là, développer des modes de vie respectueux de la nature (comme les indiens d’Amérique du Nord) mais ils ont vite été exterminés ou sont en voie de l’être par ceux qui ont un tiroir-caisse en lieu et place du néocortex.

 Notre pays a connu une telle civilisation rurale,  rude certes  mais harmonieuse et dont l’héritage est encore visible dans certains de nos paysages, qu’il faut à tout prix préserver. Car chaque maille que l’homme détricote dans ces lieux est un coup de scie qu’il donne à la branche sur laquelle il est assis.

 

pinet,larcher,sénat,garrigue

Ainsi, entre Pinet, Montagnac et Castelnau-de-Guers, modestes villages du sud de l’Hérault, s’étend l’un de ces paysages emblématiques d’une relation harmonieuse avec la nature, dont l’homme et les autres locataires de Gaïa  tirent profit .

 Ici, de vastes espaces ont été défrichés pour y planter vignes, oliviers et amandiers, tout en les faisant cohabiter avec des zones sauvages couvertes de pinèdes ou de garrigues. Les zones cultivées sont ainsi protégées du vent et du gel par les zones boisées. Tandis que les oiseaux, les insectes et les plantes trouvent un milieu favorable dans les zones sauvages qui préservent de ce fait la biodiversité.

 Cet endroit est d’une telle richesse et beauté que les vignerons  de la cave coopérative de Montagnac ont demandé à des sculpteurs d’y installer des œuvres célébrant leur métier, tel ce Bacchus qui rend hommage au divin nectar issu de la terre ( Pour une découverte exhaustive des statues voir ma note du 1er novembre 2010)

 

pinet,larcher,sénat,garrigue

 S’il y a un paradis sur terre, il n’est pas sous les tropiques comme veulent vous le faire croire les agences de voyages , mais ici dans ce mazet planté au milieu des vignes. Certes, vous pouvez avoir une conception du paradis différente de la mienne, genre : yacht, palace, Fouquet, ou île de la « tente-à-cons » de TF Huns. Mais si vous recherchez le calme et la nature et que vous êtes un amateur du jus de vitis vinifera, l’Eden est bien ici. Et pour peu que vous vous fassiez un ami du vigneron du coin, vous ne voudrez plus aller ailleurs sur terre. Vous comprendrez que pour ne pas mettre en péril la sérénité de ce lieu, je ne puisse en donner la localisation précise ! A vous donc de partir à sa recherche !

 

 

pinet,larcher,sénat,garrigue

Si vous ne trouvez pas le mazet précédent à votre goût, peut être  que vous aurez un faible pour celui-ci, qui n’est pas non plus sans charme, vous en conviendrez ! Certes, vu sa hauteur il est surtout adapté à la sieste, mais n’est ce pas là notre principale ambition quand on est en quête du paradis ? D’autant que Georges (celui du café !) qui a ses entrées en "haut-lieu" aurait laissé entendre que les « angesses » n’y étaient pas farouches !

 

pinet,larcher,sénat,garrigue

 La diversité des paysages de ce lieu résulte pour beaucoup de l’étonnant « patchwork » géologique provoqué par la surrection des Alpes et des Pyrénées, il y a environ cinquante millions d’années. Se côtoient ainsi des zones basaltiques, calcaires, gréseuses ainsi que des ruffes,  roches sédimentaires ocre-rouges vieilles de deux cent millions d’années, dont cette butte est constituée. On espère y voir surgir une valeureuse cavalière navajo comme à Monument Valley qui nous emmènerait en balade et plus si affinité... !

 

 

pinet,larcher,sénat,garrigue

Ce sol  rouge produit paradoxalement l’un des vins blancs les plus prisés de la région : le picpoul de Pinet, vin incontournable pour un plateau d’huîtres de Bouzigues (Enfin si elles survivent !)  Son origine lagunaire explique sans doute ce mariage harmonieux entre le vin que l’on en tire et les produits lacustres. De même qu’il n’y a pas de mariage plus heureux qu’un vin des Abymes avec une raclette, une tartiflette ou une fondue savoyarde !

 

 

pinet,larcher,sénat,garrigue 

IL n’y a pas que les hommes qui en ce lieu travaillent ardemment la terre.  Les fourmis ne chôment pas non plus et méritent notre respect, quand on voit qu’elles arrivent à sortir de terre des cailloux qui font pour certains dix fois leur poids ! D’ailleurs la championne en la matière est une fourmi asiatique – étonnante coïncidence - qui a porté 100 fois son poids ! Ces étonnants insectes sont apparus sur notre planète en même temps que les dinosaures et ont résisté à tous les cataclysmes ; au train où vont les affaires d’homo sapiens sapiens, il  y a de fortes chances qu’ils nous survivent.

 C’est d’ailleurs plus que du respect, mais de la frousse que devraient nous inspirer ces bestioles dont certaines espèces africaines sont mangeuses d’hommes. Ce qui, avec le réchauffement climatique en cours et la migration vers le nord des espèces, ne donne plus très envie de faire la sieste dans la nature, comme j’en suis coutumier.

 

 

pinet,larcher,sénat,garrigue

Nous quittons la zone de ruffes pour aborder un secteur calcaire où la blancheur immaculée du chemin semble se refléter dans la frondaison argentée d’une oliveraie . Etrange correspondance  à l’image de l’harmonie qui règne en ces lieux. Jamais la nature ne commet de faute de goût, c’est pourquoi les impressionnistes en ont fait leur maître.

 

 

pinet,larcher,sénat,garrigue

Voilà un arbre - je parle de l’olivier - qui mérite également notre respect, mot qui, je le sais, n’est plus très à la mode . Avec le blé et la vigne, il a contribué au développement et à la prospérité des grandes civilisation méditerranéennes. C’est en quelque sorte un arbre civilisé et qui, d’ailleurs, a besoin de l’homme pour s’épanouir et donner le meilleur de lui même.

 En effet, l’homme le taille en créant en son sein un puit de lumière qui permet à ses fruits de se gorger de soleil et de parvenir tous ensemble à maturité. C'est un point important car pour qu'une huile d'olive vierge mérite la mention "Extra", les olives doivent avoir été pressées dans les 24 heures après la cueillette. 

 

pinet,larcher,sénat,garrigue

 Voilà un autre mazet, plus vaste et confortable que les deux que nous avons déjà visités. Vous pourriez penser que l’on y serait encore mieux, si cela est possible. Mais réfléchissez ; comme l’enseigne un dicton populaire, le mieux est l’ennemi du bien. Un grand mazet implique plus d’entretien et donc plus de soucis et on ne va pas au paradis pour avoir des soucis ! Contentons nous donc de l’admirer et poursuivons notre balade.

 

pinet,larcher,sénat,garrigue 

On fait aujourd’hui tout un pataquès sur le développement des énergies renouvelables que l’on présente comme une révolution. Mais c’est comme si l’on réinventait la poudre. Car autrefois il n’y avait pas un village sans son moulin à vent et son moulin à eau et les gens se chauffaient au bois qui n’est rien d’autre que du condensé de soleil.

Le soleil dispense chaque jour sur la terre une énergie qui couvre 8000 fois les besoins humains. Si nous avions investi autant d’argent dans la recherche sur cette énergie que dans celle sur l’énergie nucléaire, nous pourrions de puis longtemps satisfaire nos besoins énergétiques sans mettre en péril la planète. Les chinois, dont les pollutions en tous genres menacent leur propre développement, mettent en ce domaine les bouchées doubles, alors que nos politiques, toujours en retard d’une guerre technologique, appuient sur le frein ! Dormez sur vos deux oreilles, nous disent-ils, nous avons les centrales nucléaires les plus sures du monde, mais on peut craindre que nos descendants se retrouvent un jour avec quatre oreilles pour dormir dessus !

 

 

pinet,larcher,sénat,garrigue

Prions donc, non pas pour que le nectar coule à flot dans nos gosiers assoiffés car sur ce point nous sommes exaucés, mais pour que nous ayons un jour des dirigeants honnêtes, courageux et responsables. Pourtant ce n’est pas faute de bien les payer et on pourrait au moins espérer en avoir pour notre argent !  A cet égard, le site Mediapart a publié une information selon laquelle  les dépenses de personnel du cabinet du président du Sénat du  Gérard Larcher ont augmenté de 26 % par rapport à son prédécesseur avec des salaires allant jusqu’à 19.000 euros par mois. Le rapport qualité/prix de l’institution est l’un des plus mauvais de la République et des deux « chambres » de représentants, c’est certainement celle où l’on entend le plus de ronflements !

 

 

DSC07176.JPG

 Pendant ce temps la nature domestiquée par l’homme s’active. Les gens des villes qui achètent des aliments conditionnés en barquettes, cubes et sachets oublient qu’ils ne doivent leur survie qu’à des savoirs et des gestes ancestraux. Mais ceux qui les possèdent et les maîtrisent et  dont notre existence dépend sont loin d’avoir un train de vie de Sénateur et sont même pour certains en voie de disparition. Quand ces hommes et ces femmes auront disparu, il ne restera plus aux citadins qu’à manger des recueils de lois devenus inutiles car inappliquées (la France est championne du monde en la matière) si « chèrement » concoctées par nos parlementaires !

 

DSC07216.JPG

 Après tant de sujets d’irritation, il est temps d’aller se mettre au vert pour décompresser un peu . Ce pré nous tend les bras pour une sieste réparatrice. Et puisque le monde marche cul par dessus tête autorisons nous en prime à faire quelques galipettes !

 

pinet,larcher,sénat,garrigue 

Et puis, heureusement, qu’il nous reste la beauté ce ce paysage ainsi que l’amour qui dissout les contrariétés et nous fait voir la vie en rose….rose comme le rosé "Trémier" d'Alain Chabanon, artiste-vigneron du pays d'Oc.

  

Texte & Photos Ulysse

12/08/2009

Louna et l'amandier (reprise d'archive)

medium_DSC05966.JPG



Perdu dans l'odorante garrigue,


Qui entoure le village de Fabrègues,


Au bord d'un chemin qui navigue,


Entre vignes séculaires et pinèdes,


Se dresse un vénérable amandier,


A l'écorce noire et rugueuse,


Dont la hauteur et le port altier,


Ne sont qu'apparences trompeuses,


Car ce bel amandier solitaire,


Transforme ses fleurs du printemps


En amandes fort amères,


Que l'on recrache en jurant !


Mais n'allez pas croire que ses gènes,


Soient la cause de cette amertume,


Car le fautif est l'espèce humaine,


Envers qui l'amandier nourrit sa rancune,


Car trop souvent dans sa jeunesse,


Les hommes armés de triques


Ont frappé ses branches avec rudesse


Pour le dépouiller de son viatique.


Mais voilà qu'une jolie demoiselle,


Vint à passer l'autre jour,


Qui de sa voix douce et frêle,


Lui tint cet aimable discours :


« Si vos amandes sont aussi tendres,


Que vous êtes fort et vigoureux,


Je serais heureuse de pouvoir en prendre,


Cer elles doivent être dignes des dieux. »


Le vieil amandier sensible à cette délicatesse,


Contre les hommes oublia son fiel,


Et répandit sur la demanderesse,


Une pluie d'amandes douces comme le miel.

 

PS : Veuillez noter, chers lectrices et lecteurs, que le prochain Schmilblog se tiendra dimanche

Texte & Photo Ulysse

03/05/2008

A travers la garrigue de Castelnau de Guers...(fin)

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06089-1.JPG


(suite et fin de la précédente note)

Vous avez dormi comme une souche, la paille du gite était chaude et confortable et le

spectacle de la voie lactée au travers des trous de la toîture a avantageusement remplacé le JT

du 20heures. Certes, il n'y avait pas d'eau chaude, les toilettes étaient parcourues par les

araignées et les courants d'air et il ne restait plus une seule bouteille de Picpoul de Pinet dans

la cave. Mais vous êtes néanmoins enchanté(e) et prêt(e) à reprendre la visite de la garrigue

malgré le temps qui tourne à l'orage. Alors allons y !


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC08951.JPG


Prenons tout d'abord la direction du Tempot de Buard que domine un pioch de ruffe

rouge et dont le nom plutôt exotique m'a longtemps plongé dans un abîme de

perplexité.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC08947.JPG


Mes recherches sur Internet et dans les dictionnaires occitan ne m'ont rien appris sur la

signification de Tempot, étant noté que Buard est probablement le patronyme de celui qui

possédait ou exploitait à l'origine ce lieu. C'est un lecteur de mon blog, Robert Jaeger, familier

des lieux puisqu'il y possède des vignes (je parlerai prochainement de ses vins) qui m'a donné la

clef de l'énigme. Je vous livre les précisions qu'il m'a apportées : "En patois un tempot

(prononcer le t final) est un récipient qui servait a recueillir les jus de raisons ou les vins bruts à

la sortie des pressoirs. C'est donc un récipient. Par extension cela peut-être une mare. Cette

mare existe juste derrière le Pioch pris en photo "


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC08944.JPG


Le Pioch qui domine le Tempot de Buard est coiffé d'une strate de calcaire

sédimentaire déposé par la mer il y a 35 millions d'années. Sous l'effet de l'érosion cette strate

se morcelle en énormes morceaux de « sucre » que la pluie mettra également quelques millions

d'années à dissoudre
.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC08959.JPG


Un magnifique amandier dresse sa toison blanche vers la mer de nuages menaçants qui

semblent vouloir submerger la terre


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC08970.JPG


Derrière le Tempot de Buard les vignes s'étendent à perte de vue, promesse d'un fleuve

de Pic Poul qui ira un jour réjouir nos gosiers assoiffés, n'en déplaise aux pisse-vinaigre et aux

ayatollahs des ligues anti alcooliques qui confondent les buveurs de vins civilisés que nous

sommes avec les brutes alcooliques qui prennent les routes pour des pistes de

bowling.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC08974.JPG


Nous avons fait à peine quelques kilomètres et nous débarquons soudain sur la lune, au

lieu dit joliment nommé de « l'étendoir des fées » qui offre un paysage minéral digne de la mer

de la Tranquillité où Amstrong posa le pied un jour de juillet 1969


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC08975.2.JPG


On trouve à cet endroit d'énormes « molaires » fossiles dont on pourrait croire qu'elles

ont appartenu aux dinausores qui ont hanté les lieux il y a soixante millions d'années



Remontant vers le nord et grimpant sur les collines qui dominent l'Hérault on découvre

l'Ermitage de Saint Antoine du Lac qui aurait été construit par les Antonins dont l'ordre a été

rattaché à celui des Chevaliers de Malte. Les Antonins soignaient les gens atteints du mal des

ardents ou feu de « Saint-Antoine » dû à l'ergot de seigle.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09703.2.JPG


Il reste peu de chose de l'ermitage, mais le seul arc ogival qui subsiste et se dresse

vers le ciel confère au site une aura de spiritualité. Malheureusement au cours de l'été 2007 un

incendie a partiellement brûlé l'énorme pin séculaire qui ombrage les ruines.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09676.JPG


En revenant vers le coeur de la garrigue, on arrive en un lieu où un champ de blé en

herbe donne au paysage un air de Normandie....


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09546.JPG


Vous êtes conquis ou conquise, vous avez décidé d'élire domicile ici , je vous

comprends et je viendrai souvent vous rendre visite. J'amènerai bien sur les tielles et le

Picpoul !.



Texte & photos Ulysse

01/05/2008

A travers la garrigue de Castelnau de Guers (première partie)

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06088-1.JPG


L'urbanisation galopante du monde ramène l'humanité au rang des fourmis et des

abeilles, à la différence près que nous ne travaillons pas pour une reine, sauf les anglais qui ne

font jamais rien comme tout le monde. Mais, comme elles, nous consacrons la majeure partie de

notre vie à aller de l'alvéole où nous travaillons à celle où nous vivons pour assurer la

subsistance de nos rejetons. De surcroît quand nous allons de l'une à l'autre nous passons

notre temps à nous curer le nez dans nos cercueils à roulettes bloqués dans les embouteillages

ou serrés comme des manchots empereurs dans les wagons bondés des trams, des métros et

des trains de banlieue.



Et pendant tout ce temps nous rêvons de grands espaces et de nature vierge. Notre

esprit revêt sa tenue d'indiana jones et nous transporte au pied des Mitaines de monument

Valley au coeur de l'Arizona ou sur l'Eden Rock en plein coeur du bush australien.



Le problème est qu'avec l'envolée des cours du pétrole et la déconfiture des

promesses présidentielles, nos compte bancaires sont frappés d'anorexie et nous permettent

tout juste de faire un aller retour à Palavas les Flots



On se console en se disant que de toute façon il est plus dangereux de voyager sur des

avions américains que de traverser l'Iraq ou l'afghanistan en bus et qu'il n'est pas bon pour la

ligne de manger du kangourou pendant trois semaines; mais bon, notre rêve est tenace et la

mélancolie nous envahit .



Mais réjouissez vous car je connais un endroit à deux pas de Montpellier aussi

beau et dépaysant que les grands espaces américains ou australiens : il s'agit de la garrigue de

Castelnau de Guers.



Ce lieu est un véritable patchwork botanique et géologique qui a été bousculé par le

surgissement des Pyrénénes puis des Alpes. On y trouve des ruffes rouges, des dolomies, des

grès, des roches volcaniques, des "conglomérats" et des calcaires coquilliers provenant du fond

d'une ancienne mer qui recouvrait la région il y a 35 millions d'années.


Suivez moi à la découverte de ce « micro-continent » paradisiaque où se cotoient la garrigue,

les pinèdes et les vignes entretenues avec passion par les hommes depuis deux millénaires (la

via domitia la traverse!)


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06083-1.JPG


Il faut tout d'abord grimper sur la butte qui domine la Font du Loup (photo

d'introduction) pour mesurer l'étendue du lieu et apprécier la diversité de ses paysages


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07766-1.JPG


La garrigue se présente alors dans toute sa beauté et sa diversité. La vigne y occupe

bien sur une place de choix (nous sommes au coeur d'une vieille civilisation !) mais ici

l'intelligence des hommes la laisse cohabiter avec les autres "peuples" du monde vert. Ces

plantations diversifiées maintiennent dans le sol les micro-organismes nécéssaires au maintien de

sa fertilité et font une vertueuse concurrence à la vigne contrainte d'aller chercher ses aliment

au plus profond des sols, donnant naissance à des nectars venus du coeur de la terre. Elles

offrent en outre le gite et le couvert à toute une faune d'insectes et d'oiseaux propices au

développement des vocations de botanistes et d'entomologistes. Enfin, au connaisseur

gastronome elles offrent salades, asperges, baies et condiments de toutes sortes.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07389-2.JPG


Les amandiers parsèment le paysage, impassibles guetteurs dont les fleurs blanches

signalent le retour des beaux jours.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07392.JPG


D'une vigne à l'autre le sol change de nature et de couleur, mais n'allez pas croire que

les sols blancs soient faits pour les vins blancs et les sols de « ruffes » pour les rouges !



http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07393.JPG


Au détour d 'un chemin, entre un bosquet de thym et de romarin, une belle aux allures

très exotique prend parfois la pose. Mon bouquin de botanique ne la connaissant pas, je fais

appel à mes lecteurs et mes lectrices pour m'en donner le nom !


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09354-1.JPG


Si l'envie vous prend de jouer les ermites et de faire retraite en ce lieu, les logis

pittoresques ne manquent pas


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07753-1.JPG


Vous avez le choix entre la maison méditerranéenne dans la pinède, ou bien la maison

de vigeron (avec un supplément pour avoir libre accès à la cave!)


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09402.JPG


Ou bien si vous avez la nostalgie de votre enfance, vous pouvez vous offrir aussi la

petite maison dans la prairie !


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09661.JPG


La clé se trouve généralement sous une tuile placée devant la porte d'entrée

pour éviter les pies voleuses. Prière de laisser l'endroit aussi bucolique que vous l'avez trouvé !




La suite dans quelques jours !


Texte & photos Ulysse