suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07/02/2014

Périple en Auvergne - 5ème étape : du lac de Guéry à Vareilles

 Chères lectrices, chers lecteurs,

Je vous avais annoncé une pause.... je me décide enfin à la faire, ce qui veut dire que jusqu'à la fin du mois de février je vais lâchement vous repasser mes archives ! En effet l'année 2014 s'annonce rude et si je veux aller jusqu'au bout je dois ménager ma monture. Nous allons donc de nouveau faire ensemble le tour des volcans d'Auvergne (périple réalisé au printemps 2009) mais il faut reconnaître que cette région mérite que l'on y revienne. Que ceux qui n'ont jamais pris deux rations de Saint Nectaire lèvent la main! Bon il est vrai que c'est moins sûr pour le Saint Pourçain, encore que j'en ai goûté de très bons! Et puis les nouveaux lecteurs n'y trouveront sans doute rien à redire, eux qui avaient manqué ce magnifique périple. Je me ferai pardonner cet abandon de poste en vous offrant à mon retour des aventures qui j'en suis sûr vous décoifferont. Vous pourrez alors emprunter sa coiffure au Marquis des Bourdils qui vous salue et vous dit à bientôt !


DSC03704.JPG


Nous quittons le lac de Guéry à la fraîche (de toute façon, il peut difficilement en être autrement un matin de juin en Auvergne). Ce lac doit son origine à une coulée de lave qui a barré le ruisseau de l'Enfer, créant ainsi, merveilleux paradoxe, un site paradisiaque. En hiver, quand le lac est gelé, on y pratique la « pêche au trou » comme le font les inuits .

On creuse un trou dans la glace et on jette une ligne (Juliette m'a indiqué que l'on fait de même au lac Pavin). Au demeurant, ce matin un courageux pëcheur nous a précédé, heureux homme qui va jouir quelques heures durant du somptueux spectacle du ballet de l'eau et de la lumière dans un cadre féérique.

N'ayant ni les talents ni le temps de taquiner le goujon (le chemin est long et nous sommes attendus...), nous prenons la direction du Col de Guéry. Je profite du temps de la montée pour me livrer à quelques considérations sur les pêcheurs à la ligne et les chasseurs Bien qu'ils soient tous de redoutables prédateurs, je préfère de beaucoup les premiers aux seconds pour les raisons suivantes :

DSC03706.JPG


Primo, dans le cas du pêcheur, c'est le poisson qui vient à lui et se laisse berner; il a le choix de mordre ou de ne pas mordre à l'hameçon et c'est donc de sa faute s'il se fait avoir. Alors que le chasseur traque sa proie sans relache avec l'aide de ses sacs à puce en ne lui laissant aucune alternative. De surcroît, le premier officie dans le silence et le respect d'autrui, le second transforme les bois et champs en fête foraine.

Secondo, on n'a jamais vu un pêcheur ramener un baigneur (sauf ceux ou celles qui prennent la mouche, mais dans ce cas ils sont fautifs) alors que certains chasseurs (soyons impartial, ne généralisons pas) confondent souvent les bipèdes et les quadrupèdes, ce qui laisse penser que pour des raisons qui méritent un examen approfondi, ceux là voient double !)

Tercio, quand un pêcheur rentre bredouille il ne se venge pas en donnant des coups de canne à pêche sur les panneaux environnants, il passe tout simplement chez le poissonnnier et rempli discrètement sa musette avant d'aller pérorer au café du coin. Certains chasseurs bredouilles ont, en revanche, tendance à prendre pour cible tout ce qui se trouve à leur portée.

DSC03585.JPG


Ces digressions faites, qui me vaudront j'en suis sûr de nouveaux amis, nous voilà arrivés au col de Guéry d'où nous jouissons gratuitement (on dit à tort des auvergnats qu'ils sont pingres mais ce sont, de fait des gens très généreux) d'un panorama qui nous coupe le souffle (où peut être est ce la montée au col ?)

DSC03589.JPG


On y voit, en effet, surgissant dans la vallée, à gauche la roche Tuilière, magma de colonnes de trachyte disposées en gerbes et qui représente la cheminée d'un volcan érodé. Un enfant de sixième qui voit la structure de cette roche comprend de suite qu'elle est de nature volcanique et cela laisse songeur sur l'aveuglement des académiciens qui ont si longtemps contesté ce fait (voir l'étape précédente).

La leçon à tirer de cet aveuglement, chers lectrices et lecteurs, est qu'il faut se méfier des pseudo-experts et appliquer la bonne vieille méthode de Descartes qui est de vérifier, en utilisant sa propre raison , le bien fondé de ce l'on nous raconte. Mon cher ami Gibus qui est marathonien, s'est vu entendre dire par son médecin qu'il était temps pour lui de « se calmer » J'ai ma petite idée quant à celui des deux qui ira manger le premier  les pissenlits par la racine .

A droite, se dresse la roche Sanadoire gigantesque morceau du flanc d'un autre volcan également érodé.

DSC03724.JPG


Notre chemin prend parfois l'allure d'une course d'obstacles, mais il faut remercier les propriétaires qui permettent aux chemins de randonnée de traverser leurs propriétés et facilitent le franchissement des barrières. Ce n'est pas, hélas, le cas partout et notamment sur le Causse du Larzac où des clubs de chasse "huppés" ferment des espaces de plus en plus vastes au moyen de barbelés, au mépris d'antiques droits de passage. Dans notre pays prétendûment démocratique et républicain trop de gens qui ont le bras long (à défaut d'avoir une cervelle déveoppée) et disposent de moyens de persuasion. peuvent s'affranchir en toute impunité du droit et des coutumes.

 

DSC03729.JPG


Nous voici parvenus au bord du Lac de Servières, autre « maar » profond de 26m, auquel sa broderie de sapins donne un air canadien. Un sapin, né sur un îlot d'une graine transporté par le vent ou par un oiseau, est mort d'avoir  trop bu d'eau. Sans doute n'a-t-il pas pu regagner la berge pour se mettre au sec faute de savoir  nager...Buveurs d'eau, voyez ce qui vous attend...

DSC03740.JPG


Le soleil étant pour une fois généreux (Juliette a finalement raison, il peut faire beau en Auvergne) Gibus décide de faire trempette. Quant à moi ayant attrapé un refroidissement au sommet du Puy de Sancy ( et oui cela m'arrive, comme à tout le monde !) je m'abstiens et en profite pour sonder d'une oreille attentive la rive du Lac.

A mon grand affolement je perçois une rumeur, mais je me rends très vite compte qu'il s'agit du bruit de bottes de l'armée chinoise qui vient des antipodes et qui célèbre à sa façon l'anniversaire de Tien'anmen. Ayant eu le privilège d'être trouffion dans l'armée française, j'y ai appris quatre choses de mes « supérieurs » : boire, fumer et glander sans retenue ainsi que défiler au pas, ce qui est un exploit pour une tête en l'air comme moi. Celles et ceux qui ont eu un temps de leur vie rythmé par le bruit des bottes ne l'oublie jamais : les pieds écrasent et ne pensent pas ! Ne dit on pas  d'ailleurs d'un imbécile, qu'il est bête comme ses pieds !

DSC03748.JPG


Nous étant remis en route, l'Auvergne nous plante alors un fabuleux décor : une douce colline, un champ de fleurs, un tapis d'estive, quelques arbrisseaux et deux ou trois nuages poussé par une brise légère; nous marchons d'un pas alerte : nous sommes au paradis !

DSC03752.JPG


Parlant de paradis, nous passons devant la basilique Notre Dame d'Orcival édifiée au XIIème siècle, L'harmonie et la perfection de ses formes me convainquent plus de la spiritualité de l'univers que les élucubrations de Benêt XVI.

auvergne 016.jpg



Si l'homme a dressé ves le ciel des édifices qui sont à la fois des prières et des défis à Dieu, il s'est aussi bâti des demeures pour son confort et son plaisir, comme ce magnifique château de Cordes auprès duquel nous passons. Il a été édifié au XIIIème siècle mais modifié au XVème et XVIIème, époque à laquelle ses élégants jardins ont été tracés par le Nôtre.

Nos compagnes nous y ayant rejoints, nous pique-niquons à l'ombre de cet édifice où vécut le maréchal d'Allègre et où Paul Bourget a noué l'intrigue de son roman « le démon de Midi ». Malgré ce patronage un brin sulfureux et le plaisir d'avoir retrouvé nos compagnes (c'est fou comme quelques heures de séparation font du bien) notre pique nique ne se termine pas à la façon de celui peint par Manet (de toute façon je n'aurais pas mis la photo! une question d'age sans doute ! Après une courte siestouille champêtre, Gibus et moi reprenons le GR 30 pendant que nos (plus que) moitiés font la route buissonière pour rejoindre notre gite du soir.

DSC03767.JPG



Passant par Farges puis par Villejacques (nommé ainsi sans doute en raison de "jacqueries", les auvergnats n'étant pas du genre à se laisser exploiter)) nous nous approchons au plus près de la chaine des Puys que domine le Puy de Dôme (1455m). La tour dont les hommes l'ont hélas affublé tente vainement de percer les nuages qui caracolent dans le ciel. C'est un fait acquis, il ne pleuvra pas aujourd'hui !

DSC03774.JPG

Quelques chevaux étonnés par la persistance et l'intensité du soleil se mettent à l'ombre et le plus jeune dont la crinière est encore clairsemée lorgne sur ma casquette. Mais ayant depuis longtemps perdu mes belles boucles blondes (signe paraît il d'une intense activité cérébrale) je refuse de lui en faire don...

Nous arrivons à Vareilles où nous sommes accueillis comme des rois par Michelle et Thierry Gaidier (04 73 65 87 91) qui ont aménagé de superbes gites et chambres d'hôte dans un cadre bucolique à souhait et qui élèvent des ânes pouvant vous accompagner en randonnée. Nous nous y sentons en bonne compagnie....

auvergne 027.jpg


Nous ayant suivis jusqu'ici avec constance et courage, vous avez enfin le droit de découvrir nos compagnes, qui ont eu l'excellente idée de mettre une bouteille de « Cloche Rouge », une bière auvergnate à la myrtille, au frais. Qu'elles en soient remerciées. Il y a des jours où Gibus et moi trouvons qu'elles ont toutes les qualités !

A suivre ....


Texte & photos Ulysse (sauf la 10ème  et la dernière  : Marie B.)

31/01/2014

Périple en Auvergne – 4ème étape : Du Puy de sancy au lac de Guéry

 Chères lectrices, chers lecteurs,

Je vous avais annoncé une pause.... je me décide enfin à la faire, ce qui veut dire que jusqu'à la fin du mois de février je vais lâchement vous repasser mes archives ! En effet l'année 2014 s'annonce rude et si je veux aller jusqu'au bout je dois ménager ma monture. Nous allons donc de nouveau faire ensemble le tour des volcans d'Auvergne (périple réalisé au printemps 2009) mais il faut reconnaître que cette région mérite que l'on y revienne. Que ceux qui n'ont jamais pris deux rations de Saint Nectaire lèvent la main! Bon il est vrai que c'est moins sûr pour le Saint Pourçain, encore que j'en ai goûté de très bons! Et puis les nouveaux lecteurs n'y trouveront sans doute rien à redire, eux qui avaient manqué ce magnifique périple. Je me ferai pardonner cet abandon de poste en vous offrant à mon retour des aventures qui j'en suis sûr vous décoifferont. Vous pourrez alors emprunter sa coiffure au Marquis des Bourdils qui vous salue et vous dit à bientôt !


DSC03602.JPG

Le lendemain matin, miracle ! le soleil entrouvre son oeil sur l'Auvergne, je dis « entrouvre » car les cîmes sont encore bien enrubannées de nuées, à croire qu'il s'y passe des choses peu recommandables, genre bacchanales de satyres et de nymphettes ou « happy hours » bacchusiennes.

Voulant en avoir le coeur net Gibus et moi, quittons nos compagnes un peu inquiètes (du moins le font-elles croire) pour entreprendre une nouvelle fois l'ascension du massif du Sancy, avec comme objectif le Pas de l'Ane.


DSC03611.JPG

Au fur et à mesure que nous progressons vers les cîmes, Eole dissipe les nuages et nous révèle la grandeur et majesté du massif. Combien médiocres sommes nous d'avoir imaginé des scènes de beuverie et de luxure en ces lieux empreints d'une telle beauté. Mais ainsi est fait l'homme qui ramène toujours les choses à son aune de vermisseau tourmenté par son égo lubrique et avide

DSC03619.JPG

Mais les nuages n'ont pas dit leur dernier mot et font une ultime tentative pour regagner le terrain perdu. Les cîmes alors se rebellent et les déchiquètent de leurs pointes acérées. Les nuages s'effilochent en lambeaux qui agonisent en silence sous les rayons du soleil enfin triomphant (sans fausse modestie je trouve ces lignes dignes de Chateaubriant....mais je suis sur que certains esprits mesquins rajouteront « rayon pâtisserie » !)


DSC03621.JPG

Nous voici enfin parvenus au Pas de l'Ane, Gibus en petites foulées et moi ahanant et soufflant tout en méditant sur la compatibilité du Chateaugay et du Chantourgues (deux agréables crûs de la région) avec le profil des chemins auvergnats. La montée s'est toutefois arrêtée avant que je n'arrive à une conclusion. Il faudra donc que je procède à un nouveau test.


DSC03631.JPGPendant quelques kilomètres nous allons jouer les funambules sur le chemin qui serpente en bordure du plateau sommital qui va du Puy de Sancy au Capucin, immense moquette d'herbe où les troupeaux de vaches ressemblent à des fourmis et où l'homme se dissipe, s'évanouit ne laissant comme preuve de son existence que la plaie à vif des chemins tracés par des siècles de va et vient.

DSC03635.JPG

La chaine des Puys qui nous fait face résulte de l'histoire tourmentée du massif qui s'est édifié par un empilement successif d'énormes quantités de roches volcaniques sur 500km2 entre moins trois millions d'années et 230.000 ans. Différents types de lave y sont présents, des basaltes et des andésites noires formant des « tables » plus ou moins allongées (sur l'une desquelles nous sommes) des trachytes plus claires trop visqueuses pour s'écouler et qui s'accumulent au point de sortie et forment les dômes et notamment le Puy de Sancy.

Comme je le disais au cours de notre première étape, la découverte de la présence de volcans en Auvergne fut tardive. Elle est le fait d'un modeste naturaliste parisien, Jean Etienne Guettard qui, en 1751, alors qu'il était en villégiature à Vichy (belle ville que je ne connais pas mais chère à Juliette que je salue au passage), découvre sur des maisons des pierres qui lui rappellent des échantillons de lave qu'il avait vus sur le Vésuve. Il se rend alors au Puy de Dôme d'où viennent les pierres en question et constate avec stupéfaction en le parcourant qu'il s'agit d'un ancien volcan.

Il fait alors une communication à l'académie des sciences (peuplée de vieillards cacochymes comme aujourd'hui le sont toutes nos académies ) qui se gaussent de lui.....Ce n'est que vingt cinq ans plus tard, face aux preuves de plus en plus évidentes apportées à l'appui de la thèse de J.E Guettard qu'ils lui donnèrent raison. M. Allègre pseudo scientifique français qui conteste l'origine humaine du réchauffement climatique perpétue cette tradition de nos élites et de nos généraux d'être toujours en retard d'une révolution ou d'une guerre.

Pour ne pas être en reste en matière de ridicule, quand la nature des volcans fut avérée, les autorités ecclésiastiques, pour apaiser les populations effrayées par cette nouvelle, organisèrent de grandes processions afin de prier la puissance divine de maintenir les volcans en sommeil . Souvent l'homme fait mentir le grand Aristote qui a dit de lui qu'il était un animal doué de raison...

DSC03639.JPG

Je parle, je parle et pendant ce temps là Gibus avance mais le terrain étant pour une fois fort heureusement plat je parviens à ne pas me faire trop distancer. Les nuages font un retour discret mais qui ne gâche pas l'impression d'ensemble de beau temps ...Comme l'aurait chanté le talentueux Bourvil ( une telle référence à l'évidence trahit mon âge !) « un grand ciel bleu sur le sol Auvergnat jamais on ne le verra !

 

DSC03641.JPG

Nous nous arrêtons un instant (pas deux, car un long chemin nous attend) pour contempler au loin la forme massive du Puy de Dôme dont nous espérons faire le tour l'an prochain, si celle ou celui qui tire les ficelles de nos destinées ne cassent pas nos fils (il faut être prudent car il ou elle est souvent maladroit !)


DSC03646.JPG

De jeunes pousses de gentiane s'épanouissent sous le soleil revenu et me donnent l'occasion, en m'obligeant à m'agenouiller pour les photographier, d'ausculter discrètement le sol d'une oreille. C'est le calme plat, pas le moindre grondement, pas la moindre rumeur, ce qui à vrai dire, nous déçoit un peu, car un petit "crachouillis" volcanique ne serait pas pour nous déplaire. Cela troublerait un peu la sérénité affichée du locataire de l'Elysée, enfin "locataire" est une façon de parler, car c'est nous qui payons les charges et le loyer et il est pas du genre à éteindre les lumières  ! Le réveil des volcans auvergnats mettrait un peu d'ambiance !

Pour en revenir à la gentiane, savez vous que la formule « Ave César » vient de l'époque où ce célèbre empereur, qui commandait la légion romaine, remontait vers le nord pour conquérir l'Angleterre en traversant l'Auvergne. A chaque entrée de village il s'entendait dire « Avèze César ? » car les auvergnats généreux et accueillants souhaitaient lui offrir leur apéritif emblématique. Et donc la tradition est restée, déformée par les légionnaires, d'accueillir César par ces mots.


DSC03652.JPG

Nous descendons vers la Bourboule en suivant le ruisseau de la Clergue dont les eaux désaltèrent une magnifique hêtraie. Des engins forestiers ont défoncé le chemin dans lequel nos godillots s'engloutissent en dérapant, menaçant à tout moment de nous faire prendre un bain de boue. Le roi de la forêt, un hêtre multi séculaire, hilare nous interpelle au passage en nous disant « Si vous ne marchez pas plus vite vous allez prendre racine, ce qui ne serait pas pour me déplaire car vous me tiendriez compagnie » Nous aimons les arbres mais la perspective de subir pendant des décennies les aléas climatiques d'Auvergne (sorry Juliette), alors que nous attend notre cher soleil du sud, nous fait presser un peu plus le pas, malgré les risques de glissade.

 

DSC03664.JPG

Ayant franchi la vallée de la Bourboule où s'écoule claire et riante la Dordogne, nous commençons à gravir le flanc sud de la Banne dOrdanche (1512m) autre ancien volcan jumelé avec le Sancy.

 

DSC03659.JPG

Nous sommes loin, en ce lieu isolé, des hordes toutistiques croisées au Sancy. Mais on est toujours le gêneur de quelqu'un d'autre car un aigle tournoie au dessus de nous pour nous impressionner, sans doute mécontent que l'on vienne empiéter sur son terrain de chasse.


 

DSC03668.JPG

 Parvenus au sommet, nous avons la récompense d'un panorama comme seule l'Auvergne sait en offrir : un océan de verdure aux vagues à la fois impressionantes et paisibles sur lequel dérivent des radeaux de nuages .

 

 

DSC03700.JPG

 Ayant retrouvé nos compagnes venues à notre rencontre, nous nous réfugions à l'hôtel du Lac de Guéry, une délicieuse adresse au rapport qualité prix imbattable, comme l'Auvergne en a le secret et qui offre en prime une vue magique sur l'un des plus beaux lacs de cette région.

Le délicieux repas consommé en ce lieu idyllique me fait penser qu'il serait temps que je vous parle de vins et de fromages auvergnats. Pour cela, je vous donne rendez vous lors de nos prochaines étapes

A suivre.....

 

Texte & Photos Ulysse