suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05/11/2016

les petits loups à l'assaut du Marcou

 

marcou,hêtre,fayard,sauterelle

Hello, vous vous rappelez de moi ? Je m’appelle Romain, descendu des brumes nordiques, avec ma sœur Emilie, pour passer les vacances chez nos grands parents sous le généreux soleil languedocien. Nous vous invitons à aller contempler les splendeurs automnales de cette région bénie des dieux sur les pentes du Marcou (1093m), le plus haut sommet des monts d’Orb. Suivez le guide !

 

marcou,hêtre,fayard,sauterelle

Comme nous ne nous sommes pas levés aux aurores - vacances obligent - nous ne partons pas de la plaine, comme le font mon papi et son copain Gibus qui sont un peu « masos », mais du col de Leyrac situé à 770 mètres d’altitude, ce qui nous fait quand même un peu plus de 300mètres de dénivelé à grimper. Vu la longueur de mes jambes, c’est un exploit honorable ! Le parcours commence « moderato » et emprunte une allée bordée de hêtres qui sont au moins aussi vieux que mon papi, mais qui, eux, ont gardé leur ramure ! Je marche en tête avec les « grands » tandis que ma sœur traîne derrière comme toute pré-ado qui se respecte.

 

marcou,hêtre,fayard,sauterelle

Cette allée débouche sur une vaste prairie d’où l’on découvre l’imposant Marcou, dont le sommet est orné d’une croix. De fait, selon mon ancêtre Ulysse, le chemin le plus direct pour y accéder est un vrai chemin de croix ! Mais, comme il va de soi, nous allons prendre le chemin des « écoliers » dont la pente est plus douce, ce qui permettra aux lectrices et lecteurs les moins aguerris de nous suivre sans difficulté.

 

marcou,hêtre,fayard,sauterelle

Quelques chevaux se repaissent avidement de l’herbe dont les pluies récentes, après un été aride, ont permis la repousse.

 

marcou,hêtre,fayard,sauterelle

De nombreux adultes considèrent encore les animaux comme des êtres ne se préoccupant que de manger, boire et dormir. Mais nous, les enfants, savons par la fréquentation de nos doudous, que ce sont des êtres sensibles, comme en témoigne ce cheval perdu dans la contemplation du magnifique panorama qui s’offre à lui.

 

marcou,hêtre,fayard,sauterelle

Somptueux, effectivement, est le paysage qui se dévoile où le camaïeu d’or et de bruns des feuillages d’automne contraste avec le bleu des sommets noyés dans la brume venue de la mer. 

 

marcou,hêtre,fayard,sauterelle

Après une bonne heure de marche nous arrivons au sommet au dessus duquel tournoient quelques vautours, que notre présence ne semble pas inquiéter. Mais quel mal pourrions nous faire à ces seigneurs de l’air, nous, pauvres bipèdes collés à la terre par la loi de la gravité.

marcou,hêtre,fayard,sauterelle

Nous nous asseyons un instant au sommet et papi en profite pour nous donner une leçon de géographie, vu qu’il a grimpé la plupart des sommets que l’on aperçoit.

 

marcou,hêtre,fayard,sauterelle

Afin de nous protéger de la brise qui souffle de la mer, nous redescendons une vingtaine de mètres sur le flanc nord du Marcou pour pique-niquer. Le spectacle dont on jouit n’a rien à voir avec celui de la cantine scolaire.

 

marcou,hêtre,fayard,sauterelle

Après avoir festoyé, nous redescendons du Marcou pour poursuivre notre randonnée. Je reprends ma place en tête et cours en dévalant la pente et en étendant les bras, essayant vainement de décoller. Même les formules de Harry Potter, que je connais par cœur, sont inopérantes. Vous qui me lisez, faites le savoir autour de vous : Harry Potter est un imposteur !

 

 

marcou,hêtre,fayard,sauterelle

Mais mon papi me dit qu’avec un tel paysage, on n’a pas besoin de voler et que de toute façon, si on volait, on risquerait de se faire canarder par des « Nemrods » en vadrouille.

 

marcou,hêtre,fayard,sauterelle

Nous quittons les pentes du Marcou pour nous engager sur une piste qui sinue dans les sous-bois éclairés par une douce lumière tamisée par les feuilles d’or des hêtres.

 

marcou,hêtre,fayard,sauterelle

Je trouve surprenant que les feuilles se parent d’une telle beauté au moment de leur mort. Papi me dit que c’est un signal de la nature pour nous enseigner à révéler le beau et le bon qui est en nous avant de mourir. J’ai donc décidé à la rentrée prochaine de partager mes billes avec mes copains, mais bon je vous avoue que ça m’embête un peu !

 

 

marcou,hêtre,fayard,sauterelle

Dans une partie du sous-bois plus sombre colonisée par les sapins, un hêtre, dont le feuillage est éclairé par le soleil, brille comme une bougie dans cette obscurité.

 

marcou,hêtre,fayard,sauterelle

Nous nous arrêtons un instant pour laisser passer un éphippigère (grosse sauterelle) qui traverse le chemin insouciant de notre présence. J’avoue qu’à voir son rostre arrière en forme de glaive, je ne suis pas rassuré, mais mon papi m’affirme que cet insecte est inoffensif.

 

marcou,hêtre,fayard,sauterelle

Nous croisons ensuite un autre randonneur avec lequel – étant un enfant bien élevé - j’entame la conversation. Mais il est si dur de la feuille que je poursuis mon chemin. Dommage, car il avait l’air sympa le vieux !

 

marcou,hêtre,fayard,sauterelle

La randonnée s’achève par un sentier bordé de vieux hêtres majestueux qui ont dû voir de nombreuses générations d'hommes passer sur ce chemin et qui en verront encore d'innombrables. 

 

marcou,hêtre,fayard,sauterelle

Les pierres du muret qui borde le chemin sont recouvertes d’une épaisse couche de mousse qui confère au lieu une atmosphère féérique.

 

marcou,hêtre,fayard,sauterelle

 Finalement pas besoin de s’appeler Alice pour découvrir le pays des merveilles ! Il est ici !

 ******

Si vous appréciez ce blog, je vous invite à découvrir mes autres blogs:

Old Nut (Wix) où vous pouvez écouter librement toutes mes chansons

Canta-la-Vida où j'illustre certaines chansons en photos.

La dernière, nouvelle version postée ce jour, s'intitule "Ecoute ton âme"

Piquesel : "bloc-note photos" où les photos sont accompagnées de commentaires humoristiques ou poétiques.

Vous pouvez y accéder en cliquant sur les noms figurant en haut de la colonne de droite.

 


Texte & photos Ulysse

 

17/04/2015

Et à la fin, j’ai vu les mouflons !

 

caroux,mouflon,chasse,hêtre

Le titre de mon nouveau billet vous intrigue sans doute, mais c’est un fidèle résumé de ma quête à travers combes, pentes et pierriers du Caroux pour apercevoir des mouflons ! C’est, en effet,  devenu un privilège dans ce massif, où l’on rencontre de plus en plus de randonneurs, car l’animal est farouche et se méfie, à juste titre, des bipèdes. Il faut dire que l’O.N.C.F. (Office National de la Chasse et de la Faune) organise régulièrement des tirs de régulation, alors qu’il serait bien plus simple et plus naturel de laisser les loups s’en occuper. Ce qui fait que les mouflons fuient même un type comme moi qui ne ferait pas de mal à une mouche (sauf si elle m’embête). Me voilà donc parti seul de bon matin - l’ami Gibus n’étant pas disponible - à l’assaut des pentes de ce massif, dont les sous-bois sont illuminés par le soleil printanier, les feuilles étant encore pliées dans les bourgeons prêts à éclater.

 

 

caroux,mouflon,chasse,hêtre

Ayant pris la direction du Col de Tirandel, je quitte le sentier pour suivre au plus près la ligne de rupture du plateau afin d’avoir une vue plongeante sur le vallon du Salis en contrebas. Les frondaisons de la hêtraie qui en couvre le flanc sont nimbées d’un brouillard rosé de bourgeons prêts à éclater.

 

 

caroux,mouflon,chasse,hêtre

Prenant de l’altitude, j’aborde une zone où les sols sont plus secs et l’air moins humide. Ici ce sont les genêts et les bruyères qui dominent, dont les floraisons jaune puis mauve vont illuminer la fin du printemps et les mois d’été.

 

 

caroux,mouflon,chasse,hêtre

Le Caroux, vestige du massif hercynien, est l’un des plus vieux massifs de France et son épiderme ridé et crevassé en témoigne.

 

 

caroux,mouflon,chasse,hêtre

Dans sa prime jeunesse, il a atteint, selon les experts, entre six mille et huit mille mètres et il a gardé de ce passé prestigieux, qui en faisait l’égal de l’Himalaya, un air de haute montagne ! Pour en revenir à l’objet de ma quête du jour,  bien que partout sur le sol des crottes de mouflons me narguent,  j’ai beau longuement scruter le vaste panorama qui se révèle du haut de la montagne d’Arêt, je n’aperçois pas la moindre corne de ce magnifique quadrupède .

 

 

caroux,mouflon,chasse,hêtre

La surrection des Alpes, puis celle des  Pyrénées, il y a entre quarante et soixante millions d’années, ont pas mal chahuté ce massif, provoquant de nombreux plissements et failles qu’a amplifiés l’érosion causée par de nombreux torrents. Ces replis et failles sont, au demeurant, des refuges idoines pour les populations de  mouflons et de sangliers qui prospèrent en ces lieux sauvages. Mais pour le moment, ils restent invisibles et je commence à désespérer du succès de ma quête.

 

caroux,mouflon,chasse,hêtre

Je décide alors de changer de versant et de me rendre dans les pierriers qui occupent le flanc nord du grand plateau sommital du Caroux.  C’est un endroit peu accessible et à l’écart des sentiers où les mouflons ont l’habitude de se réfugier pendant la journée. On les y aperçoit de très loin, quand on emprunte la piste en contrebas qui permet d’accéder sur le plateau.

 

 

caroux,mouflon,chasse,hêtre

De là, la vue est splendide sur l’impressionnante succession de montagnes et de collines qui occupent le nord de l’Hérault, département que les touristes ne voient que comme un pays de plages ! C’est sûr que c’est plus facile de se tremper le cul dans les eaux de Palavas les Flots que de le monter à 1091 mètres au sommet du Caroux !

 

 

caroux,mouflon,chasse,hêtre

Ayant entamé ma progression chaotique dans les pierriers, je croise à ma grande surprise un vieux berger – du moins je le suppose, vu l’odeur de bouc qu’il dégage- qui somnole adossé contre un amas de rochers. Ayant perçu ma présence, il ouvre un œil et bougonne :  « Qui vient m’emmerder à cette heure, en ces lieux ? ». « Désolé de vous déranger » lui dis-je alors « mais je ne pensais pas rencontrer quelqu’un par ici. » « Et bien j’y suis et je ne suis pas heureux que vous y soyez aussi ! Qu’est ce que vous foutez en dehors des chemins» me rétorque-t-il. « Je traque les mouflons depuis ce matin et j’aimerais bien ne pas rentrer bredouille »  marmonnai-je alors, désarçonné par sa rudesse. « Ah ! vous traquez le mouflon, ça change tout, un bipède qui passe sa journée à traquer le mouflon rien que pour voir leur tronche est forcément un mec un peu fêlé, comme je le suis.  Je vais vous dire où vous allez les trouver. Traversez le prochain pierrier  et lorsque vous apercevrez une petite aire herbeuse avec des jonquilles, baissez vous et avancez lentement, car généralement ils sont perchés sur les rochers qui sont juste derrière ». Etonné et ravi du changement de ton à mon égard, bien qu’il m’ait traité de « fêlé », je le remercie chaleureusement et reprends ma progression.

 

 

caroux,mouflon,chasse,hêtre

Et je tombe effectivement sur l’aire herbeuse dont il m’a parlée, parsemée de jonquilles. Le berger ne s’est pas moqué de moi, me dis-je en mon fort intérieur, ma quête ne sera peut être pas vaine ! Je me baisse alors et avance prudemment.

 

 

caroux,mouflon,chasse,hêtre

Et soudain je les aperçois : deux magnifiques mâles sont perchés sur un amas de rochers, dont l’un tourne aussitôt la tête, ayant décelé ma présence malgré mes précautions.

 

 

caroux,mouflon,chasse,hêtre

Ils se mettent aussitôt en branle et commencent à descendre de l’amas de rochers sans trop se hâter, ayant sans doute constaté que je ne suis pas muni de l’ersatz de zizi en acier dont les chasseurs sont équipés.

 

 

caroux,mouflon,chasse,hêtre

Ils rejoignent un congénère situé en contrebas, que je n’avais pas vu, et s’immobilisent le temps que je les prenne en photo. J’ai soudain l’intime conviction qu’ils savent que je les traque depuis ce matin pour le seul bonheur de les voir et que c’est délibérément qu’ils se laissent photographier. Tous les êtres de notre planète sont mystérieusement reliés les uns aux autres et les animaux, ainsi que certains êtres humains, ont gardé cette capacité à déceler les  intentions de ceux qu’ils rencontrent, à leur égard.

 

 

caroux,mouflon,chasse,hêtre

Deux d’entre eux s’éloignent alors tranquillement tandis que le troisième continue de me fixer, semblant vouloir me faire passer ce message:  « Pourquoi les hommes s’acharnent-ils  à dévaster la planète et à exterminer les animaux sauvages, leurs cousins, sciant ainsi la branche sur laquelle nous sommes tous assis ? Quand plus aucun animal sauvage ne courra, ne volera, ne nagera librement sur notre planète l’homme perdra alors la notion de liberté. Qui vous a donné envie de courir les montagnes, de traverser les mers, de flirter avec les nuages,  sinon le plaisir de nous voir défier les pentes les plus ardues, voler dans les nues ou nous jouer des tempêtes océanes . La dignité, la force de l’homme ont été forgées à notre contact, c’est en nous admirant et en nous défiant qu’il a construit son humanité. A partir du jour où la survie du mouton a plus compté  que celle du loup ou de l’ours, l’humanité a signé son arrêt de mort. Si nous disparaissons, vous deviendrez des chiffes molles qui seront bientôt esclaves des robots que vous élaborez dans vos laboratoires, enfants inconscients du Docteur Frankestein ».

 

 

caroux,mouflon,chasse,hêtre

Après ce long monologue silencieux mais éloquent, le mouflon se décide à rejoindre ses congénères en contrebas. Ils me jettent un dernier regard comme s’ils regrettaient de ne pas pouvoir passer plus de temps avec moi, mais pour eux je reste un bipède et avec les bipèdes on ne sait jamais ! En pensée, je les remercie d’avoir exaucé ma quête et c’est ainsi que vous aussi pouvez admirer ces magnifiques animaux que quelques inconscients prennent plaisir à tuer !

 

*****

 

Et maintenant je vous invite à aller  écouter ma dernière chanson "Je descendais la rivière" sur mon blog OLD NUT (cliquez sur le nom du blog)

Et si vous cherchez une idée de sortie pour votre prochain week-end consultez le magnifique blog d'Ornella (cliquez sur le mot "blog")

 

Texte & Photos Ulysse 

  

23:49 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (32) | Tags : caroux, mouflon, chasse, hêtre

14/11/2012

Le Caroux hors des sentiers battus: le ravin des Hêtres

 

caroux,hêtre,reine,héric

Gibus et moi pensions  connaître tous les chemins du Caroux et puis en consultant un vieux grimoire nous avons trouvé mention d’anciennes pistes connues des seuls initiés. Elles traversent des terrains généralement très accidentés qui impliquent souvent d’y mettre les mains en plus des pieds ! Il faut, pour s’y aventurer, une solide expérience de la marche en montagne, ne pas craindre le vertige et avoir un excellent sens de l’orientation, car leur tracé n’est pas évident et leur signalisation limitée à quelques cairns ou quelques rares balises.

Nous nous engageons donc, en ce matin brumeux du 9 octobre dernier, sur l’une de ces pistes  dénommée Bartouyre-Rieutord car elle permet, à partir du col de Bartouyre, de grimper sur le plateau où naît le Rieu Tort modeste torrent qui se jette dans celui d’Héric.

Quand je dis « grimper » je déforme la réalité car cette piste un brin perverse a un profil de montagnes russes qui ne cesse de vous faire descendre une grande partie du dénivelé que vous venez d’ascendre (mais oui ce verbe existe !). La seule différence avec les montagnes russes c’est que   l’on ne vous offre pas la vodka à l’arrivée, ce qui est aussi bien, d’ailleurs, vu la suite du programme de la journée.

 

caroux,hêtre,reine,héric

Alors que nous progressons cahin-caha, le vent se lève et chasse le brouillard et les nuages vers le haut des cimes, donnant naissance à un très timide arc-en-ciel qui nous sert de prétexte pour faire une pause, car sensibles nous sommes aux beautés du monde. A vrai dire, nous sommes aussi un brin essoufflés et cette halte est bienvenue !

 

caroux,hêtre,reine,héric

Le secteur dans lequel nous progressons est hérissé d’aiguilles rocheuses vertigineuses où quelques arbustes ont eu l’audace de s’installer. Quand on constate un tel courage et une telle ténacité, comment peut-on donner ensuite un sens péjoratif au terme « végéter » ?

 

caroux,hêtre,reine,héric

En approchant du plateau, la piste traverse des zones d’éboulis où des hêtres vénérables nous tendent leurs branches et leurs troncs secourables pour nous permettre de progresser.  A y réfléchir, plutôt que le chien ou le cheval, l’arbre est le meilleur ami de l’homme. Car à l’aube de son histoire il a pu s’y réfugier pour échapper aux bêtes féroces, puis avec son bois il a inventé le feu, construit ses premières maisons, ses premières barricades et ses premiers bateaux. Dans son ombre il y a fait ses premières siestes et sur son écorce gravé le témoignage de ses amours. C’est sans doute la raison pour laquelle on traite affectueusement ses meilleurs amis de « vieille branche ».

 

caroux,hêtre,reine,héric

Nous arrivons au point où la piste traverse le Rieu Tort dont le maigre flux ne se prête pas hélas à la baignade. Pourtant nous aurions apprécié cette occasion de nous rafraîchir car la pente en ce lieu est plutôt rude  !

 

caroux,hêtre,reine,héric

Nous parvenons enfin sur le plateau  et décidons de gravir le Roc du Caroux qui culmine à 1034 mètres, ce qui n’est finalement qu’une simple formalité vu que nous venons de gravir déjà plus de 800 mètres.

  

caroux,hêtre,reine,héric

Mais alors que nous progressons vers le sommet une voix nous interpelle « Holà! Où allez vous comme ça ! ». Levant la tête nous découvrons le visage grimaçant d’une vieille qui nous glace les os et pourtant, comme vous le savez, nous ne sommes pas des mauviettes.

 « Et bien ! Heu ! On s’apprête à grimper sur le roc du Caroux ! Pourquoi c’est interdit ! » répondons nous en chœur, le cœur battant la chamade (ah ! les subtilités de la langue française !).

 « Ce n’est pas interdit, mais il faut tout d’abord répondre à une énigme"  nous rétorque la vieille, qui au passage se présente à nous comme étant Carouxane la femme du roi du Caroux (que nous rencontrerons un peu plus tard) . « La voici : Il n’y en a qu’un seul dans une minute, et il y en deux dans une heure. Mais il n’y en a aucun dans un jour. Qu’est-ce ?"

Gibus et moi restons perplexes de longues minutes n'ayant aucune idée de la réponse. "Alors vous séchez ? " nous dit Caroxane d'un air goguenard. " Ben heu! " fais je alors ne sachant quoi dire. "C'est exact c'est la lettre "e" " nous répond-t-elle se méprenant sur le sens de ma réponse. « Allez vous pouvez passer, mais prenez garde aux à-pics!». C'est la première fois de ma vie où l'ignorance se révèle payante ! Oh jeunes n'en faites pas une excuse pour ne pas faire vos devoirs !

 

caroux,hêtre,reine,héric

En quelques minutes nous atteignons le sommet d’où l’on aperçoit au loin le miroir doré de la Méditerranée (au fond à gauche sur la photo,  oui, c’est bien la mer que l’on voit !)

 

caroux,hêtre,reine,héric

Quant aux à-pics, la vieille n’a pas menti, ils sont impressionnants et nous incitent à regarder attentivement où nous mettons les pieds.

 

caroux,hêtre,reine,héric

Mais nous ne sommes pas les seuls à être sensibles à la beauté du panorama qui s’offre à nous, car deux érables de Montpellier se sont juchés sur un mamelon voisin pour en jouir également. Les arbres sont décidément plus proches de l’homme qu’on ne le pense !

 

caroux,hêtre,reine,héric

Après notre traditionnelle pause pique-nique/sieste nous nous dirigeons vers le ravin des hêtres dans lequel, selon notre grimoire, descend une piste qui permet de rejoindre le hameau d’ Héric.

 

caroux,hêtre,reine,héric

Nous saluons au passage le vieux roi du Caroux, que nous avions rencontré lors d’une précédente expédition et qui est absorbé par la contemplation de la Méditerranée qui luit au loin. « Nous avons été heureux de faire la connaissance de votre femme » lui déclare-t-on ! « Vous êtes bien les premiers » nous répond-t-il sans même tourner la tête. Nous ne répliquons point et poursuivons notre chemin. Y aurait-il de l’eau dans le gaz au sein du couple royal ?  Faudrait être un lecteur de « Paris Tâche » ou de  « Water-closer » - ce que Gibus et moi ne sommes pas  - pour savoir ce qu’il en est.

 

caroux,hêtre,reine,héric

Nous arrivons au bord du ravin des Hêtres dominé par les flancs déchiquetés du plateau. Il doit s’y produire de temps en temps de belles avalanches de pierres ce qui refroidit quelque peu notre intention de nous y engager.

 

caroux,hêtre,reine,héric

Mais il est trop tard pour faire demi tour. Nous cherchons le cairn qui signale le départ du chemin, celui ci dévalant ensuite à pleine pente jusqu’au hameau d’Heric.

 

caroux,hêtre,reine,héric

Pleine pente est, de fait , nous le constatons très vite  l’expression appropriée. Heureusement qu’une fois de plus nos amis les arbres sont là et nous évitent de faire un roulé-boulé jusqu’au bas du ravin. Par moments une trouée s’ouvre dans leur frondaison qui nous permet de découvrir le relief environnant. 

 

caroux,hêtre,reine,héric

Nous atteignons enfin sans encombre le bas du ravin où nous retrouvons une confortable petite route piétonnière qui descend (ou qui monte, selon le sens dans lequel on la prend !) les fastueuses gorges creusées par l’Héric et  qui nous ramène en une heure de temps à notre point de départ.

 

Texte & photos Ulysse

19:05 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (44) | Tags : caroux, hêtre, reine, héric

30/08/2011

Bijoux, cailloux, choux, genoux, hiboux, joujoux, poux, Caroux….

 

hêtre,montagne,brebis,caroux

Hello, c’est encore nous, Léo et Louna, nous rendons une dernière visite au Caroux avant de retourner sur Paris pour la rentrée des classes. C’est aussi pour moi, Louna, l’occasion de réviser la règle du pluriel des mots se terminant par « ou » et de découvrir qu’il faut, de fait, y ajouter « Caroux ». Vous objecterez sans doute que « Caroux », étant un nom propre, est invariable et que le « x » n’a rien à voir avec le pluriel. Et bien vous avez tort car si Caroux prend un « X » c’est qu’il est « pluriel », car il y a bien  plusieurs « Caroux ».

 

Il y a le Caroux des gorges d’Heric ou de Colombières qui n’ont rien à voir avec le Caroux de Fontsalès, le Caroux sommital ou encore celui de la tourbière, comme vous l’ont fait découvrir Gibus et mon papy au cours de leurs randonnées. Il y a aussi le Caroux  qui se couvre d’or en juin avec les genêts, celui qui devient mauve en juillet avec les bruyères, le Caroux qui se pare de roux avec la coloration automnale des fougères et des hêtraies et plus rarement le Caroux tout blanc  quand le vent polaire vient taquiner les rives de la Méditerranée.

 

 

hêtre,montagne,brebis,caroux

Depuis que j’ai l’age de marcher j’arpente ce massif à chaque vacances et je le connais comme ma poche. C’est d’ailleurs moi qui  aujourd’hui porte la carte et joue les guides. Comme la nature m’a dotée pour la plus grande « joie » de mon entourage d’une nature énergique je prends souvent de l’avance et suis obligée d’attendre le reste du groupe. J’en profite pour faire le plein de vitamine D car je sais qu’un ciel gris m’attend à Paris.

 

 

hêtre,montagne,brebis,caroux

Quand je houspille mes géniteurs sur leur lenteur (douce revanche sur les remarques qu’ils me font quand je tarde à ranger ma chambre !) ils prétendent qu’ils prennent le temps d’admirer le paysage, mais je vois bien  en haut des côtes à leur mine rouge et à leur souffle court que le paysage n’y est pas pour grand chose. Bon j’exagère un peu car malgré leur grand age mon papy et Gibus  ont encore bon pied bon œil  et j’aimerais bien connaître leur secret.  Ils prétendent que c’est parce qu’ils honorent de nombreux saints : Saint Chinian, Saint Emilion, Saint Joseph, Saint Julien,  Saint Nicolas de Bourgueil, Saint Hippolyte, mais je ne les crois pas car ils ne vont jamais à la messe !

 

 

hêtre,montagne,brebis,caroux

Cela dit, il est vrai que les panoramas que l’on découvre sur le Caroux sont magnifiques et méritent quelques pauses. Cela me donne envie de devenir bergère pour vivre en montagne mais j’aurais sans doute du mal à trouver un mari. Quand mon papa ou mon papy étaient jeunes tous les petits garçons voulaient devenir Robin des Bois aujourd’hui ils veulent tous devenir riches. Quelle drôle d’idée ! C’est pas un but dans la vie ça d’être riche, ce qui compte c’est d’être entouré de gens qu’on aime et qui vous aiment comme je le suis aujourd’hui.

 

 

hêtre,montagne,brebis,caroux

Vous qui lisez régulièrement le blog de mon papy, vous avez fini par croire que lui et son copain Gibus étaient des marcheurs infatigables capables des plus grands exploits. Et bien je vous révèle aujourd’hui la réalité : ce sont des hommes ordinaires sujets aux mêmes faiblesses que tout un chacun.  Comme après chaque picnic, ils sombrent immanquablement dans les bras de Morphée et j’en profite pour subtiliser l’appareil photo de mon papy pour vous révéler vraiment ce qu'il en est. Vous n'aurez ainsi plus de complexes la prochaine fois qu'ils se vanteront de leurs prouesses.

 

 

hêtre,montagne,brebis,caroux

Je sais je suis un peu cruelle de vous montrer mon papy et surtout  Gibus, dont les lectrices du blog admirent tant les mollets quand il est juché sur un pic,  dans une position moins glorieuse. Mais ça les rend aussi plus humains et ça ne m’empêche pas d’avoir beaucoup d’admiration pour eux. Ce sont tout de même eux qui portent le repas du picnic, sans oublier mon goûter !

 

 

hêtre,montagne,brebis,caroux

Les anciens ayant repris des forces, nous poursuivons notre périple autour du plateau sommital du Caroux découvrant en chemin  splendeur sur splendeur. Mes yeux et ma mémoire font le plein de ces beautés qui m’aideront à affronter la grisaille de l’hiver parisien.

 

 

hêtre,montagne,brebis,caroux

J’aperçois soudain sur un contrefort au dessus de moi une brebis égarée. Avec mon frère Léo nous nous précipitons pour l’atteindre et la caresser mais elle s’enfuit et nous entraîne sans que l’on y prenne garde sur une arête rocheuse où l'on ne peut l’atteindre. Dépités, nous renonçons à la poursuivre.

 

 

hêtre,montagne,brebis,caroux

Mais comme tous les montagnards le savent, les pentes raides sont plus faciles à monter qu’à descendre. Placés face à la pente nous sommes impressionnés par le vide. Heureusement Gibus vient à notre rescousse pour nous tirer de ce mauvais pas (j'ai quelques remords d'avoir mis la photo de la sieste mais, bon, le mal est fait !). Je retiens la leçon et me promet de ne plus suivre les brebis égarées (mais saurais je au cours de ma vie toujours les reconnaître ?).

 

 

hêtre,montagne,brebis,caroux

Nous dirigeant vers le sommet du Caroux nous voguons sur un océan de bruyères. Vous ne pouvez imaginez quel bonheur me procure la contemplation de ces espaces infinis, à moi dont l’horizon quotidien est fait de murs de béton. Ma joie de vivre et mes rêves s’en nourrissent et je sais qu’ils imprègnent secrètement mon âme  et illumineront les jours sombres que j’aurais à traverser dans ma vie. Car, comme me disent souvent mes parents à chaque fois que je m’écorche les genoux (ce qui m’arrive souvent) « Life is not a rose’ garden ». Cela dit les roses aussi ont des épines.

 

 

hêtre,montagne,brebis,caroux

Parvenus au sommet, Gibus tente de gravir le cairn qui le matérialise mais les pierres sont instables et il doit y renoncer.

 

 

hêtre,montagne,brebis,caroux

Je déploie alors mes bras comme des ailes et cours pour prendre mon envol…

 

hêtre,montagne,brebis,caroux

Et hop, soudain je décolle et file dans les airs…

 

 

hêtre,montagne,brebis,caroux

Youpie ! je passe au dessus du cairn sous les yeux ébahis du groupe .…

 

hêtre,montagne,brebis,caroux

Quelle joie intense d’être libérée pour quelques instants de la loi de la pesanteur et de se sentir comme un oiseau.

 

hêtre,montagne,brebis,caroux

 C’est le premier grand exploit de ma jeune vie qui je l’espère en connaîtra d’autres…

 

 

hêtre,montagne,brebis,caroux

Enivrée par mon vol je ne me rends pas compte du chemin parcouru et vais atterrir dans un vieux hêtre où ma foi je ferais bien mon nid !

 

 

hêtre,montagne,brebis,caroux

Mais hélas c’est bientôt la rentrée et il me faut quitter cette montagne magique qui rend mon âme si légère qu'elle me permet de voler. Mais c’est sûr aux prochaines vacances, j’y reviendrai !

PS je suis parti quelques jours sur les sommets et prendrai connaissance de vos commentaires à mon retour. Merci de votre visite

Texte Ulysse & Photos Ulysse, Louna et Eric