suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/06/2011

En route pour Rosis, la montagne d’or !

 

sénat,or,hercule,rosis

Notre pouvoir d’achat est en berne mais le cours de l’or n’a jamais été aussi élevé. Les bijoutiers nous font ainsi des offres mirobolantes pour racheter nos bijoux de famille (les vrais !) et des apprentis « forty-niners » écument le moindre ruisseau à la recherche de pépites.  Un conseil donc : ne dormez pas la bouche ouverte sous peine de vous réveiller sans vos couronnes en métal doré. On sait pourtant que l’or rend fou mais ça ne calme pas pour autant la frénésie de ses adorateurs. Qui possède un million en veut deux ; qui en a deux en veut quatre et ainsi de suite, tous ces millionnaires étant engagés dans une compétition forcenée pour être le plus riche macchabée du cimetière.

Heureusement épargné par cette frénésie grâce à l’attention sans faille de mon inspecteur des impôts (qu’il en soit remercié) je vous propose de partir en quête du seul or qui vaille, de cet or qui ne corrompt pas mais enchante : l’or des genêts qui fleurissent  dès la fin mai sur la montagne de Rosis.

Nul besoin d’exploiter ou de truander son prochain ou d’appartenir à la confrérie des banquiers, assureurs, sénateurs, marchands de téléphones mobiles, de produits pétroliers ou d’eau minérale pour pouvoir contempler cet or là.  Bien au contraire. Des goûts simples, l’aptitude à l’amitié et à la solidarité ainsi que de bons mollets sont de rigueur. Tout ce que l’on risque dans l’aventure c’est de prendre un bain non désiré dans le torrent qu’il faut traverser pour partir à l’assaut de cette somptueuse montagne.

 

sénat,or,hercule,rosis

La beauté de cet endroit vous donne, je n’en doute pas, l’envie de séjourner quelques jours dans cette masure. Profitez en car pour le moment elle est libre ! Certes le confort en est plus que sommaire et les voisins, mulots, fouines, mouflons, n’arrêtent pas d’aller et venir la nuit, mais quel bonheur de pouvoir assister au lever et au coucher du soleil sur ces genetières.

 

 

sénat,or,hercule,rosis

Outre leur somptueuse beauté , ces genetières tiennent le sol, évitant ainsi l’érosion. Autrefois, elles étaient broutées par les moutons et servaient, notamment dans le lodévois tout proche,  à fabriquer de la toile plus résistante que celle en chanvre ou en lin.

 

 

sénat,or,hercule,rosis

Nous arrivons en vue d’un lieu familier à mes plus fidèles  lectrices et lecteurs : le portail de Roquandouire, curiosité géologique située sur le chemin qui mène au hameau de Caissenols et au Plo de Bru.

  

sénat,or,hercule,rosis

Cet étonnant vestige d’une couche sédimentaire mise à la verticale par la surrection des Pyrénées est un lieu idéal pour faire une halte un jour de grand vent, qu’il vienne de la Méditerranée ou de la Montagne Noire .

 

sénat,or,hercule,rosis

Si l’or  en barre n’a pas d’odeur (bien que certains aient du flair pour le repérer !) celle des genetières est envoûtante et nous prenons de la hauteur pour ne pas en être grisés.

 

 

sénat,or,hercule,rosis

Parvenant, ahanant et soufflant en vue du Plo de bru, un arbrisseau nous tend une branche secourable pour nous aider à franchir les derniers mètres. Nous déclinons son offre charitable de peur de le briser. Ce n’est pas que nous soyons lourds car sveltes - vous n’en doutez pas j’espère - nous sommes. Mais nos sacs, eux le sont, car chargés de nombreux flacons (leur contenu relève du domaine privé)

 

 

sénat,or,hercule,rosis

Cet arbrisseau n’est que l’avant-garde d’une vaste pinède qui couvre  la partie orientale du Plo de Bru et abrite un champ de myrtilliers, témoin d’un sol léger et acide.  Les baies riches en vitamine C et en polyphénols (qui ont un rôle préventif contre le cancer)  sont délicieuses. Malheureusement il est déconseillé de les consommer dans les regions où le renard est malade de l'échinococcose ou "ténia du renard" à cause du risque de contamination à l'homme. C’est pourquoi nous sommes contraints d’aller chercher nos polyphénols dans le jus de vitis-vinifera (les plus mauvaises excuses font le sel de la vie).

 

sénat,or,hercule,rosis

Ayant atteint le col de l’Ourtigas, nous  redescendons vers le hameau de Caissenols pour y faire la pause pique-nique. Quelques amoureux de ce lieu ont, au cours des mois précédents, refait la toiture de la bâtisse principale qui prenait l’eau et réhabilité l’intérieur pour le plus grand bonheur des randonneurs de passage. Je saisis l’occasion, si jamais ils me lisent, de les en remercier chaleureusement.

 

 

sénat,or,hercule,rosis

Il faut dire que c’est un lieu idyllique hiver comme été où l’on peut se livrer sans vergogne (pourquoi vergogne y aurait-il d’ailleurs ?) à une sieste à l’air libre ou sous abri. Les polyphénols du raisin auraient, paraît-il, outre leur bénéfice anti-cancer un effet légèrement soporifique.

 

 

sénat,or,hercule,rosis

Sortis de nos flacons vides comme le  génie de la lampe d’Aladin, un bestiaire fantasmagorique vient alors peupler nos rêves. On y voit ainsi le taureau de Crète poursuivi par Hercule…

 

 

 

sénat,or,hercule,rosis

Soudain le barrissement de l’un des éléphants perdus par Hannibal  au cours de son périple nous réveille en fanfare pour nous signaler qu’il est temps de lever le camp.

 

 

sénat,or,hercule,rosis

Et là , sur le chemin du retour, une émouvante scène nous attend : Un mouflon juvénile accompagné de sa mère sont sur le sentier. Grâce au vent contraire la mère ne nous a pas sentis venir et continue de brouter. Le juvénile qui n’a jamais rencontré d’homme et n’a donc pas appris à le craindre nous regarde ébahi, instant d’étonnement pour lui et d’émerveillement pour nous, gratifiés par cette confiance spontanée et innocente.

 

 

sénat,or,hercule,rosis

Mais la mère, mue sans doute par son instinct, lève la tête et nous découvre : stupeur et effroi se lisent dans son regard !

 

 

sénat,or,hercule,rosis

En une demi seconde c’est la fuite ! Cette scène illustre la piètre image dont jouit l’homme dans le monde sauvage où la rumeur court, aussi bien sur la  terre, dans le ciel que sous la mer, que nous sommes des prédateurs impitoyables. Et me reviennent en mémoire ces images insupportables d'un documentaire animalier, où l’on voit un chasseur embrasser la crosse de son fusil chaque fois qu’il tue un animal. Bourreau sans merci et pitoyable ayant autant d’intelligence qu’une bûche et  imperméable à la beauté du monde. J'espère que ces "bûches" là brûleront , au moins quelques jours, en enfer ! 

 

Texte & Photos Ulysse (sauf Marie B  pour la photo de sieste car je faisais partie des « rêveurs »)

 

19:31 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (26) | Tags : sénat, or, hercule, rosis