suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/12/2015

Les chevaux du Caroux

caroux,jasse,chevaux,rolex,dior,cardin,ferrari

Chers lectrices et lecteurs, je veux vous dire aujourd’hui combien j’apprécie vos visites et vos commentaires sur mes récits de randonnées qui font écho aux émotions que j’ai ressenties à les faire et en prolongent le plaisir. Pour vous remercier, j’ai cherché le cadeau que je pourrais vous offrir pour cette fin d'année. J’ai tout de suite écarté les Rolex, Ferrari, sac Vuiton et autre babioles futiles qui n’intéressent que les ectoplasmes  qui ont besoin de signes extérieurs de richesse pour exister. Et je me suis dit qu'étant, comme moi, amoureux de la nature, le seul cadeau qui pourrait vous ravir serait de partager de nouveau avec vous une fabuleuse rencontre que j'ai faite il y a trois hivers avec les chevaux libres du Caroux, alors que celui ci était recouvert de neige. Je dédie également cette note à mon ami Marc qui nous a quitté  cette année (et qui avait posté lors de sa première publication un commentaire sur cette note)  et je salue amicalement au passage ses proches et ses amis avec lesquels j'ai parcouru les sentiers de ce beau massif. 

caroux,jasse,chevaux,rolex,dior,cardin,ferrari

 

caroux,jasse,chevaux,rolex,dior,cardin,ferrari

Partons donc à la rencontre de ces chevaux aux alentours de la jasse d’Alingri (ancienne bergerie)  où ils  paissent au milieu d’une ginestière, dont les fibres servaient autrefois à fabriquer le «grisaoudo », genre de grande cape que portaient alors les bergers, mais dont le seul  attrait aujourd’hui est de couvrir d’or les montagnes du Haut Languedoc lors de leur floraison en mai.

 

caroux,jasse,chevaux,rolex,dior,cardin,ferrari

Sous le piétinement des chevaux, la neige a partiellement fondu faisant apparaître de maigres et rares touffes d’herbes rases et gelées dont ils se nourrissent. De temps en temps, pour se réchauffer ils se lancent dans une brève cavalcade, magnifique ballet plein d’énergie et de grâce, dont on comprend qu’il ait fasciné l’homme depuis la nuit des temps, comme en témoignent les peintures rupestres des grottes de Lascaux ou de Chauvet.

 

caroux,jasse,chevaux,rolex,dior,cardin,ferrari

Mais les chevaux se sont rendu compte de ma présence et me regardent intrigués, espérant peut être que je viens leur apporter de quoi améliorer leur chiche pitance. Ces nobles animaux, plus généreux et intelligents que certains bipèdes,  ne semblent pas faire cas de la couleur de leur pelage et vivent, blancs, noirs ou alezans, en parfaite harmonie. Certains arborent des crinières dont je dois avouer que je suis un peu jaloux. L’hiver est certes une saison rude pour eux mais qui présente l’énorme avantage d’être exempte de mouches et ça, pour un quadrupède qui n’a que sa queue pour les chasser, c’est un énorme avantage !

 

caroux,jasse,chevaux,rolex,dior,cardin,ferrari

Constatant que j’ai les mains vides, les chevaux reprennent le cours de leur « déjeuner » sauf une pouliche,  plus effrontée que les autres, qui s’approche de moi en semblant me dire « T’as vraiment rien dans ton gros sac à dos qui ferait mon affaire ? ». Flatté d’avoir attiré son attention, je me dis que je pourrais bien faire le sacrifice d’une partie de mon sandwich, mais je crains de provoquer une ruée sur ma frêle personne et de me retrouver le cul dans la neige avec une quinzaine de chevaux faisant assaut d’affection, perspective qui ne me réjouit guère, même s’il y a dans le lot de jolies pouliches. Et puis de toute façon ce n’est pas un quignon de pain qui changera son existence à laquelle, au demeurant, elle semble fort bien adaptée. Je me contente de lui caresser le museau, ce qu’elle semble apprécier, mais elle retourne très vite à sa préoccupation première qui est de se sustenter ! Au contraire des humains les animaux ne  peuvent pas vivre que d’amour et d’eau fraîche !

 

caroux,jasse,chevaux,rolex,dior,cardin,ferrari

Je reste alors tranquillement à les admirer,  leurs robes – vêtement unisexe chez cet animal -  contrastant avec le vert intense des genêts. Conscientes de mon admiration, les juments du groupe se prêtent au jeu et défilent devant moi comme des mannequins, sauf que ces belles équidées ont sacrément plus de grâce et de beauté que les sacs d’os aux minois sinistres, empaquetés dans du Cardin ou du Dior, que l’on voit aux défilés de mode.

 

caroux,jasse,chevaux,rolex,dior,cardin,ferrari

La reine de la horde est sans conteste cette magnifique jument rousse à la crinière blonde qui arbore un foulard, offert sans doute par un admirateur.

 

caroux,jasse,chevaux,rolex,dior,cardin,ferrari

Elle se campe devant moi semblant me dire « Tu n’as pas envie de faire le tour du Caroux, ça me réchaufferait ! »  Je regrette amèrement  de ne pas avoir appris à grimper à cheval car j’aurais volontiers fugué avec elle ! Il n’ y  a pas d’âge pour perdre la tête !

 

caroux,jasse,chevaux,rolex,dior,cardin,ferrari

Mais soudain, j’aperçois de gros nuages qui déboulent en face de la montagne d’Aret poussés par la Tramontane et je m’empresse de relever le col de ma parka car je sais le sort qui m’attend pour l’avoir vécu plusieurs fois.

 

caroux,jasse,chevaux,rolex,dior,cardin,ferrari

En quelques minutes, je suis immergé dans un brouillard glacial et il n’est pas question que j'aille me réfugier dans la jasse pour y pique-niquer vu l’état de sa toiture. Je décide d’aller m’abriter dans le refuge de Fontsalès à une demi-heure de la pour y casser la croûte auprès d’un bon feu de cheminée. J’abandonne donc quelques instants mes compagnons à leur funeste sort, dont au demeurant ils ne semblent pas se soucier. Je ne regrette plus de ne pas avoir fugué avec la jolie jument rousse !

 

caroux,jasse,chevaux,rolex,dior,cardin,ferrari

Rassasié et réchauffé, je retourne les voir et les trouve au même endroit, continuant  placidement à brouter des herbes glacées qui sont, peut être,  finalement pour eux une friandise comme le sont pour nous les sorbets !

 

caroux,jasse,chevaux,rolex,dior,cardin,ferrari

Mon retour parmi eux ne passe pas inaperçu et je sens dans leur regard naître de l’affection pour le bipède que je suis et qui ose affronter les intempéries hivernales du Caroux pour venir les admirer. 

 

caroux,jasse,chevaux,rolex,dior,cardin,ferrari

Mais la Tramontane redouble de violence et mes amis quadrupèdes courent se mettre à l’abri des rares arbres qui ornent le plateau. Malgré ces conditions climatiques difficiles, leur sort est malgré tout plus enviable que ceux qui ont péri lors de la retraite de Russie ou dans les eaux glacées du lac Ladoga.

 

caroux,jasse,chevaux,rolex,dior,cardin,ferrari

Je reste encore quelques instants à admirer ces magnifiques créatures qui font face avec bravoure aux éléments. Me vient alors aux lèvres cette émouvante chanson de Georges Brassens  « Le petit cheval blanc » que je vous offre chantée en duo avec Nana Mouskouri en guise de bonus à mon cadeau de fin d'année.

 

*******

Si vous  appréciez ce blog je vous invite à aller écouter mes chansons diffusées sous mon nom d'artiste "OLD NUT" sur mon blog

OLD NUT

Vous pouvez aussi en écouter ou télécharger certaines sur

DEEZER

(ou Itunes, Spotify, Google play, Amazon....)

 

( Cliquez sur les mots "Deezer" ou "Old Nut" pour y accéder)

Texte & Photos Ulysse

  

07/12/2014

Parure de givre sur le Caroux !

 

caroux,fayard,nuage,givre,jasse

 

Avec les 500mm de pluie qu’il est tombé sur le Languedoc depuis huit jours qui ont rendu impossible toute sortie, je peux vous dire que mes vieilles articulations commençaient à rouiller. Aussi dès l’annonce d’une éclaircie, malgré qu’elle soit accompagnée d’un vent à décorner les mouflons et d’une température polaire, j’ai enfilé ma parka et  mes grolles de rando pour grimper sur le Caroux ! Bien m’en a pris, vu le somptueux spectacle qui m’attendait là haut. Mais bon, chaque chose en son temps. Commençons tranquillement notre ascension dans une hêtraie à l’abri du vent, histoire de se remettre dans le bain (ou plutôt en la circonstance hors du bain !). Je profite lâchement de l’absence momentanée de mon ami Gibus pour flâner un peu.  Admirons au passage la grâce de ces fayards (ou hêtres) qui ont offert pour l’hiver, à Gaïa notre terre mère, une superbe toison rousse de feuilles mortes.

 

caroux,fayard,nuage,givre,jasse

 En prenant de l’altitude nous gagnons l’étage des fougères dont la toison n’est pas moins colorée. J’aime, en cheminant sur ces antiques sentiers, penser à celles et ceux qui, au cours des siècles, les ont arpentés, tristes ou empreints  de gaité, selon la dureté des temps et de leur existence. Nous formons une chaine secrète d’humains dont la trace ainsi formée sur la terre garde la mémoire.

 

caroux,fayard,nuage,givre,jasse 

Ce chemin conduit à une jasse (bergerie) qui n’a pas dû voir l’ombre d’un mouton depuis quelques décennies. Mais  quand notre planète croulera sous ses quinze milliards d’habitants qu’elle ne pourra plus nourrir, qui sait si ce lieu ne reprendra pas vie. En tous les cas, il sera plus hospitalier que la planète Mars que l’on envisage de coloniser !

 

caroux,fayard,nuage,givre,jasse

J’arrive au sommet où la Tramontane  s’en donne à cœur joie ! L’effet est, c’est le cas de le dire, saisissant, tout comme la vue de cet arbre couvert de givre qui vous donne une idée de la température ambiante. Je me dis qu'il faut être effectivement  un peu "givré" pour grimper aujourd'hui sur le Caroux !

 

caroux,fayard,nuage,givre,jasse

Cela dit, je ne suis pas monté là pour gémir dans votre giron, même si chères lectrices il doit être confortable,  mais pour admirer et partager ensuite avec vous – pour votre part en toute tranquillité et bien au chaud - les beautés qu’arbore en toutes saisons ce massif cher à mon cœur.

 

 

caroux,fayard,nuage,givre,jasse

Mon bonheur est toutefois mâtiné de quelques impédiments, car  je dois courir moult fois après ma casquette que la Tramontane facétieuse s’évertue à transformer en frisbee.

 

 

caroux,fayard,nuage,givre,jasse

Le froid est si intense que même les pierres semblent transies !

 

 

caroux,fayard,nuage,givre,jasse

La bruyère fait une toison de vieillard à ce bon vieux Caroux et les quelques arbustes ayant eu la malencontreuse idée de s’installer sur son sommet  ressemblent à des grosses boules de coton.

 

caroux,fayard,nuage,givre,jasse

Au loin une mer de nuages dévale les flancs de l’Espinousse poussés par la Tramontane. En contemplant ces merveilleux et parfois redoutables voyageurs célestes, je m’émerveille toujours de la sophistication de la machine climatique terrestre, où courants  aériens et  marins se combinent pour distribuer  ici et là l’eau nécessaire à la vie. Malheureusement je crains que nous ne soyons en train de la détraquer et que nous commençons à en payer les conséquences.

 

caroux,fayard,nuage,givre,jasse

Nous voici en vue d’une autre jasse, signe que les lieux étaient autrefois une zone d’intense pastoralisme.  La disparition des troupeaux permet, comme hélas en de nombreux autres endroits du massif, l’envahissement par les genêts  qui ferment les chemins et appauvrissent la flore. Le même phénomène se produit avec les pins, dont j’ai déjà dit sur ce blog qu’ils constituent une menace pour la biodiversité du massif, mais apparemment l’ONF s’en moque !

 

 

caroux,fayard,nuage,givre,jasse

Près de la Jasse, une horde de chevaux semi sauvages vivent en liberté, dont j’avais photographié les ébats en décembre 2012 dans une ambiance hivernale encore plus rude qu’aujourd’hui. Si cela vous dit de les contempler cliquez ICI.

 

caroux,fayard,nuage,givre,jasse

Un brin frigorifié, je vais me réfugier pour pique-niquer dans le refuge de Fontsalès où, en l’absence de mon ami Gibus, maître en la matière,  je n’arrive pas à allumer le feu, le bois étant trop mouillé. Comme le dit un graffiti sur le mur du refuge, il faut être fou pour monter en des endroits pareils l’hiver sans être capable d’allumer un feu !!! C’est sûr qu’aucune de mes lectrices dorénavant ne voudra m’y accompagner si Gibus n’est pas avec moi !  Mais faisant contre mauvais fortune bon cœur, comme m’y invite un autre graffiti, je déjeune en buvant au vent, au soleil, aux éléments et à l’amour !!!

 

 

caroux,fayard,nuage,givre,jasse

Revigoré je prends le chemin du retour, le soleil qui est un peu plus présent, mais guère plus chaud,  magnifie la parure de givre des arbres.

 

 

caroux,fayard,nuage,givre,jasse

Quand tant de beauté vous est offerte comment résister à l’appel des sommets ! Mes genoux auront beau rouiller, mes mains et mes pieds avoir l’onglée, ma casquette jouer les hirondelles, je crois que n’est pas encore venu l’hiver où je renoncerai à monter ici pour la contempler et ensuite la partager avec vous, ce qui double mon plaisir !

 

 

caroux,fayard,nuage,givre,jasse

Mais le brouillard commence à envahir les sommets et il est temps de redescendre, ce que je fais à regret.

 

 

caroux,fayard,nuage,givre,jasseJe regagne paisiblement la vallée, protégé du vent par les fayards qui me font une double haie d’honneur, l’âme encore éblouie par le magnifique spectacle que m’a offert, une fois de plus, ce cher Caroux.

 

J'ai posté la suite de ma visite "décoiffante " de Paris sur mon blog

PIQUESEL 

 

Et si vous avez envie d'un intermède musical je vous convie à vous rendre sur mon blog musical OLD NUT pour écouter ma derrière chanson MEDIADEAD et les autres si affinité 

  

 (cliquez sur le nom des blogs pour y accéder)

Texte & Photos Ulysse (toute utilisation ou  reproduction des éléments de ce blog est soumise à mon accord préalable) 

 

  

08:52 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (56) | Tags : caroux, fayard, nuage, givre, jasse

24/03/2008

Moments d'extase autour de l'Espaze...

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07173.JPG


Parmi les bonheurs qu'offre le pays d'Oc il en est un qui, sur notre terre

surpeuplée et surexploitée, devient de plus en plus rare : celui de pouvoir randonner à distance

raisonnable de chez soi dans une nature sauvage.



Dans les hauts cantons où je vous emmène aujourd'hui ces endroits abondent.

Il en est un que j'aime particulièrement situé au nord de Camplong dans les monts d'Orb, une vaste zone montueuse et boisée

traversée par les eaux claires de l'Espaze
!

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07065.JPG


L'Espaze qui coule en cet endroit des jours souvent tranquilles connaît, les

jours d'orage, de grosses colères qui le rendent infranchissable. Fort heureusement nous avons

pu le traverser les pieds au sec le jour de notre périple car, malgré un ciel gris, pas une goutte

de pluie n'était tombée depuis plusieurs jours.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07069.JPG


Remontant sur le flanc nord de la Jasse d'Albert de la Caumette qui culmine à

738m (ledit Albert étant sans doute une personnalité locale de grande renommée mais sur

laquelle je n'ai pu glaner aucune information, si l'un de mes lecteurs peut éclairer ma lanterne je

suis preneur) on traverse une magnifique forêt aux essences diversifiées transformée

aujourd'hui en arboretum.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07090.JPG


Dans une trouée du feuillage on aperçoit au loin vers le sud les anciennes

mines de charbon à ciel ouvert dominant Camplong et qui ont été exploitées jusque dans les

années soixante. Aujourd'hui elles sont lentement recolonisées par la

végétation.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07081.JPG


En arrivant près du sommet de la Jasse qui correspond à un plateau herbeux

où l'on parquait autrefois la nuit les troupeaux en estive, on ne voit n'y n'entend plus

aujourd'hui la queue d'une vache ou le bêlement d'un mouton. On y croise parfois un chien de

berger fossilisé d'avoir attendu vainement son maître parti avec son troupeau dans la voie

lactée.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07102.JPG


Le sommet de la Jasse est aujourd'hui couvert de genets et d'ajoncs et une

table d'orientation permet aux randonneurs de passage d'apprendre la géographie des

lieux.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07115.JPG


En redescendant vers l'espaze on traverse de magnifiques forêts de cèdres, de

pins lariccios et de hêtres dont les élégantes silhouettes argentées illuminent le sous-bois. Le

réchauffement climatique en cours menace hélas de chasser de la région cet arbre qui prospère

dans les sols frais et humides .


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07144.JPG


Au détour du chemin surgit parfois une ruine moussue dont le charme et le

mystère n'a rien à envier (à mon humble avis) aux pyramides mayas ou aux temples d'Angkor

!

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07150.JPG


Puis l'on traverse une ancienne chataigneraie dont les doyens quelque peu

décharnés n'ont plus que la peau sur les os et constituent un repère idéal pour Hibous.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07148.JPG


D'ailleurs il y en avait un ce jour là assez déplumé mais pas effrayé pour un

sou de notre présence.



http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07156.JPG


On dit que de mémoire de rose on n'a jamais vu mourir un jardinier et de

mémoire d'homme, un chataigner ....mais en ce lieu hélas on voit mourir les chataigners ce qui

augure mal du devenir de l'humanité !



Puis le chemin nous ramène au bord de la rivière de l'Espaze dont il suffit de suivre le

cours enchanteur pour revenir fourbu mais régénéré à notre point de départ


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07161.JPG



Texte & Photos Ulysse

09:55 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (23) | Tags : camplong, espaze, jasse