suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20/02/2015

Sur les pas des Templiers : La Couvertoirade

 

DSC09506.JPG

Profitant du passage d’un vautour fauve familier de ces lieux, nous quittons Sainte Eulalie de Cernon (voir ma note du 5 février dernier) pour nous rendre à vol d’oiseau à la Couvertoirade, située à une vingtaine de kilomètres en direction du sud-est.

 

 

DSC09468.JPG

Notre aéronef emplumé nous dépose délicatement devant la formidable porte Ouest dominée par une tour qui en défendait autrefois le passage. Cette cité fortifiée a, en effet, connu des temps troublés dont je vais vous faire le récit.

La première mention du village est faite au XIème siècle sous la dénomination «cubertoirata » dans les chartes de l’Abbaye de Saint Guilhem le Désert (anciennement abbaye de Gellone). Ce nom viendrait de l’occitan « cubertoirà » qui dans ce contexte pourrait signifier ‘couvert où le gibier se cache, abri, refuge » ou « eau couverte » (cf. toponymie générale de la France Ernest Nègre). Et de fait, la cité est construite sur une butte rocheuse où l’on trouve de l’eau, denrée rare et précieuse sur le Larzac.

La Couvertoirade dépendait de sainte Eulalie de Cernon et a donc appartenu aux Templiers, qui s’y sont installés vers 1150, puis à partir de 1312 aux Hospitaliers  à la suite de la déchéance des Templiers (cf. ma note précédente). Le développement de cette cité a été favorisé par la présence d’eau et de terres cultivables, mais aussi par sa localisation le long de la draille empruntée pour la transhumance venant de la plaine languedocienne.

 

 

DSC09478.JPG

La porte située à l’Est est d’apparence plus modeste, mais on peut penser qu’elle était également surmontée d’une tour qui la défendait. Les murailles qui protègent la cité furent édifiées de 1439 à 1445 pour la  protéger contre les bandes de « routiers », ces mercenaires qui écumaient le Larzac, profitant des troubles causés par la guerre de cent Ans (1337- 1445).

 

 

DSC09442.JPG

Le village s’est développé au pied de l’église qui comporte un superbe clocher carré et du château aujourd’hui en ruine. Il est dominé par le Moulin du Rédounel, édifié au début du XVIIème siècle et a été superbement restauré à l’initiative de l’Association des « Amis de la Couvertoirade ».

 

 

DSC09480.JPG

L’église a été édifiée au XIVème siècle sur l’emplacement d’un autre édifice datant du XIème. Un escalier tortueux y mène, symbole sans doute des détours qu’il nous faut faire avant de trouver le chemin du paradis, si jamais on le trouve!

 

 

DSC09487.JPG

D’une très grande sobriété, elle est ornée de superbes vitraux contemporains réalisés par Claude Baillon, un artiste local. On y découvre Marie dont le regard perdu dans le lointain semble voir le triste destin qui attend son rejeton. Comme toutes les mères, elle lui a chuchoté des mots d’amour à l’oreille qu’il a ensuite voulu partager avec l’humanité avec le succès que l’on sait ! Elle aurait-mieux fait de lui sussurer « Mon petit loup si un jour on te marche sur les pieds, te laisse pas faire, rend la pareille » .

 

 

DSC09490.JPG

Un autre vitrail montre Saint Christophe muni d’un bâton et portant le Christ enfant sur son dos, en allusion à un géant qui aurait aidé Jésus à traverser une rivière. On a fait le patron des voyageurs. C’est à cause de lui que Jésus n’a jamais appris à nager et qu’il était ensuite obligé de marcher sur les eaux .

A ses cotés, figure Saint Jean Baptiste, fils d’une cousine de Marie qui annonça la venue de Jésus et baptisa ce dernier. La colombe dessinée sur le vitrail figure l’Esprit Saint que Jésus, selon la légende, reçut à cette occasion .

 

 

DSC09483.JPG

Le village est traversé par un dédale de ruelles bordées de belles demeures datant pour certaines du XVème siècles. Car c'est après la guerre de Cent Ans que la région va connaître une période de prospérité économique, reposant sur la culture des céréales, l’élevage de chevaux pour l’armée et d’ovins pour la production de viande, de peaux et de laine.

 

;

DSC09524.JPG

De beaux hôtels particuliers, qui semblent hélas à l’abandon, sont nichés dans le coeur de la cité et témoignent de cette prospérité passée.

 

 

DSC09510.JPG

Une enseigne célébrant l’activité de tissage rappelle que la région fut également jusqu’au XIXème siècle un grand centre de production d’étoffes ( lainages, tapis, draps) activité aujourd’hui quasiment disparue. Il ne subsiste plus que la Savonnerie de Lodève, manufacture d’Etat depuis 1966, qui a pour principale activité le tissage au point noué de tapis destinés à l'Etat et que l’on peut visiter.

 

 

DSC09507.JPG

Car le vent de l’histoire tourne, parfois aussi fort que le Mistral ou la Tramontane. Le village va connaître ainsi au milieu du XVIème siècle une nouvelle période troublée au cours des guerres de religions où elle sera assiégée par les huguenots, puis lors de la révolte des Camisards en 1702 . Après ces péripéties, elle retrouvera calme et prospérité jusqu’à la révolution française où les biens des Hospitaliers seront confisqués comme biens nationaux et dévolus aux paysans.

 

 

DSC09512.JPG

Le village sera, à partir de cette époque, progressivement touché par l’exode rural et les activités traditionnelles de culture et d’élevage s’étioleront. Aujourd’hui a défaut de vagabonder autour du village, les moutons déambulent sur les seules boites à lettres.

 

 

DSC09513.JPG

Aujourd'hui le tourisme a permis à la cité de renaître et à la belle saison des hordes de badauds débonnaires  envahissent ses ruelles où des artisans inspirés et talentueux ont ouvert des échoppes qui perpétuent les savoir-faire d’autrefois. Il faut notamment visiter la coutellerie « l’art du couteau » où sont exposés, et pour certains fabriqués, les couteaux régionaux et du monde.

 

 

DSC09473.JPG

A la morte saison, il est agréable de baguenauder dans son lacis de ruelles chargées d’histoire où règne alors une atmosphère si paisible que même les chats en oublient d’y chasser les souris !

 

Et maintenant si vous souhaitez vous réchauffer je vous invite à aller faire un tour à Madère sur mon blog PIQUESEL (cliquez sur le nom du blog).

 

Ou alors à aller écouter ma dernière chanson "La tête dans les étoiles" sur mon blog OLD NUT (cliquez sur le nom du blog)

  

Texte & Photos Ulysse (sources : divers sites internet donnés en lien ainsi que wikipédia)