suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/06/2012

Par monts et merveilles autour de Malavieille

lodève,malavieille,souchon,mérifons

Il y a des jours où je me dis qu’à force de vous faire marcher sans relâche par monts et par vaux vous allez demander grâce et déserter les lieux pour aller sur des blogs qui ménagent un peu plus vos abattis. Vous avez d’autant plus de mérite à me suivre que, contrairement à moi même et à mon copain Gibus qui très souvent m’accompagne, vous ne savez pas à l’avance ce qui vous attend en matière de kilométrage et de dénivelé. De fait vous partez sans même savoir à quelle sauce vous allez être mangés !  Sans compter que ceux d’entre vous qui me suivent maintenant depuis six ans doivent avoir usé pas mal de paires de chaussettes et de chaussures sans avoir jamais été dédommagés. Bref je vous tire mon chapeau et vous remercie d’être ainsi de semaine en semaine et d’année en année des nôtres. Mais sachez que j’ai conscience de cet honneur et que je m’évertue à vous faire découvrir chaque fois de nouveaux paysages et merveilles méconnues de mon pays d’OC.

Au menu d’aujourd’hui je vous propose un circuit d’environ quatre heures qui passe par le château de Malavieille dont les ruines se dressent sur l’une des collines de ruffes que l’on trouve dans le Lodévois. Admirez le talent de la nature qui dispose aux endroits idoines des genêts et des lignées d’arbres qui confèrent au paysage relief et perspective. Il suffit aux photographes d’avoir l’œil pour capter ses agencements artistiques.

 

lodève,malavieille,souchon,mérifons

Le Languedoc est un pays vraiment surprenant : il prend   par endroits au printemps des airs de Normandie qui étonnent le visiteur ignorant qui l’imagine comme un pays de pierrailles et de soleil accablant.

 

lodève,malavieille,souchon,mérifons

Mais la robe « bronzée » des vaches nous confirme bien qu’il s’agit de vaches sudistes, qui ont de surcroît une tendance plus prononcée que leurs sœurs nordistes à se prélasser sur l’herbe. La tradition de la sieste n’est pas réservée ici qu’aux seuls humains !

 

lodève,malavieille,souchon,mérifons

Faisons une pause pour vous permettre de reprendre votre souffle et admirer ces collines de ruffes magnifiées par l’érosion. Il s’agit de dépôts sédimentaires d’une plaine marécageuse, remontant à 200 millions d’années et qui ont été soulevés, il y a 40 millions d’années, par la surrection des Pyrénées. Leur teinte rouge provient de l’oxydation de sels de fer.

 

lodève,malavieille,souchon,mérifons

Reprenons notre périple en direction des ruines du château de Malavieille qui  jouent à cache-cache, le chemin ayant en cet endroit un profil de montagnes russes.

 

lodève,malavieille,souchon,mérifons

Il nous reste à grimper une modeste colline pour parvenir au but. Ne vous laissez pas séduire, chers lecteurs,par les yeux aguicheurs des « belles » qui s’y prélassent, nous ne sommes pas venus ici pour batifoler ! Notez, sur le coté des ruines du donjon, les restes d’un neck volcanique issu d’une éruption qui s’est produite il y a environ 2 millions d’années. Oui ! vous avez bien lu, nous sommes ici au sommet d’un ancien volcan, mais n’ayez crainte  il est pour le moment  profondément endormi. S’il y avait le moindre frémissement, les « belles » seraient les premières à s’enfuir ! J'admets bien volontiers que si c'étaientt des « mâles » ce serait  la même chose, car je ne voudrais pas que vous croyez que que je suis misogyne !

 

lodève,malavieille,souchon,mérifons

Nous arrivons enfin au pied des ruines du château qui ne dresse plus vers le ciel que quelques chicots de pierres qui ont du mal à égratigner les nuages (il est interdit de quitter le sentier et de s’aventurer au sein des ruines elles-mêmes en raison des risque de chutes de pierres). Les premières constructions de cet édifice remontent au Xème siècle. La butte sur laquelle il est situé est l’un des rares passages faciles d’accès entre le bassin de l’Hérault d’un côté et la vallée de l’Orb de l’autre. Ses bâtisseurs ont ingénieusement intégré des blocs de basalte, résidus de l’ancienne coulée de lave, dans le soubassement des murs.

Au pied de ces murailles millénaires, le présent se dissout et l’on est hors du temps, hors d'atteinte du babillages des medias qui veulent nous faire croire, comme le chante si pertinemment Alain Souchon, que « le bonheur c’est d’avoir des quantités de choses  qui donnent envie d’autres choses». Mais tout le monde sait que le bonheur est dans le pré, dans un  contact charnel avec le ciel, le soleil et le vent.

 

lodève,malavieille,souchon,mérifons

Le nom de Malavieille  serait une déformation du latin « mallum villare » qui pourrait signifier « mauvaise terre » en référence aux ruffes qui ne sont guère fertiles On sait peu de chose de l’histoire du château sinon qu'Almaric de Narbonne en fit don aux évêques de Lodève en 1223 et que ceux ci l'abandonnèrent au XVIIème siècle.

.Sur la pente Sud du mamelon se trouvent aussi les ruines d’un village qui s’était développé autour des fortifications, mais qui semble avoir été abandonné dès le XVème siècle, sans doute en raison de la pauvreté des sols.

 

lodève,malavieille,souchon,mérifons

Les  fleurs sauvages ayant envahi la plateforme sommitale, les seuls visiteurs réguliers des lieux sont  d’ardentes abeilles et de volages papillons qui viennent s’y enivrer de leur nectar.

 

lodève,malavieille,souchon,mérifons

En redescendant du château par le flanc sud de l’ancien volcan nous contemplons le magnifique travail de l’érosion dans les ruffes.

 

lodève,malavieille,souchon,mérifons

L’avantage de ces merveilles naturelles par rapport aux chefs d’œuvre de l’homme est qu’aucun richissime magnat ne peut se les approprier pour son seul usage personnel. Ils sont et resteront à jamais à la disposition de tous. D’ailleurs ces acheteurs richissimes « d’œuvres de « maîtres » qui ne voient le monde qu’à travers les vitres fumées de leurs tours, de leurs limousines ou de leurs yachts que savent-ils vraiment de sa beauté  ?

 

lodève,malavieille,souchon,mérifons

Nous passons devant la dalle paléontologique de la Lieude où des ichnologues (ceux qui étudient les traces laissées par les animaux) ont identifié les traces laissées il y a près de 260 millions d’années par des reptiles mamaliens, les ancêtres des dinosaures. Ce site remarquable et quasiment unique en Europe est malheureusement laissé à l’abandon.

 

 

lodève,malavieille,souchon,mérifons

 

Après avoir traversé le hameau de Lieude, le chemin nous emmène à travers prairies et vignes en conservant comme point de mire la silhouette fantomatique des restes du donjon de Malavieille, épine de pierres plantée dans le neck volcanique .

 

lodève,malavieille,souchon,mérifons

En ces lieux, seule la vigne, qui se contente de sols ingrats, prospère. On dit d’ailleurs que plus elle souffre et plus le vin est bon. Mais n’est-il pas vrai que c’est dans l’adversité que l’on révèle le meilleur de soi-même ?

 


lodève,malavieille,souchon,mérifons

Nous arrivons en vue de la chapelle St Pierre de Mérifons édifiée au XIIème siècle et modifiée au XVème. Située sur le bord d’un antique chemin qui reliait entre eux les châteaux de Malavieille, Cabrières et Dio, elle accueillait de nombreux pélerins. D ‘après la tradition, c’est là qu’aurait été baptisé Saint-Fulcran qui fut évêque de Lodève. Comme c’est aujourd’hui la règle, la chapelle est fermée, les hommes ayant décidé d’enfermer dieu pour qu’il ne vienne pas se mêler de leurs affaires.

 

 lodève,malavieille,souchon,mérifons

Ces lieux apportent paix et sérénité dans le cœur de ceux qui les contemplent. Comme remède au stress de la vie moderne, les médecins devraient prescrire une marche en pleine nature avec pique-nique et chaussures de randonnées payés par la sécurité sociale. Je suis certain qu’en dix ans le déficit de la « sécu » serait résorbé, car les dépenses que je préconise seraient largement compensées par les milliards qui seraient économisés sur les médicaments inutiles. voire dangereux !

 

 

lodève,malavieille,souchon,mérifons

Je ne doute pas que vous serez désireux de flâner quelques instants en ces lieux qui marquent le terme de notre balade.


 

lodève,malavieille,souchon,mérifons

Aussi je vous abandonne et vous laisse en compagnie des résidents des lieux. Carpe diem….

PS : Je vous invite à partir à la découverte du fascinant désert Blanc sur mon blog PIQUESEL 

Texte & Photos Ulysse

  

04/02/2011

Méditations au prieuré de Saint Michel de Grandmont

DSC00962.JPG

 

Le charme de notre région ne réside pas seulement dans la diversité de ses paysages mais aussi parce que l’on que l’on y trouve, dans les endroits les plus reculés et les plus sauvages, des édifices historiques de toute beauté. Mais ne soyons pas angéliques : de pittoresques chemins vous conduisent aussi à des tas d’immondices, de gravats ou de vieux pneus, des carcasses d’engins divers «abandonnés par des « cancrelats » dans la nature .  Et ces « cancrelats » sont aussi bien des villes que des champs, l’exercice d’une activité agricole ou viticole ne conduisant pas toujours, hélas, au respect de l’environnement, bien au contraire.

 Mais pour en revenir aux lieux enchanteurs, il en est un situé  à quelques kilomètres de Lodève - pittoresque bourgade blottie au pied du plateau de l’Escandorgue  - le long de la départementale 149E qui grimpe à  près de 500 mètres sur le plateau du Larzac et  traverse de magnifiques châtaigneraies. Il s’agit de l’élégant prieuré de St Michel de Grandmont qui domine la vallée de la Lergue.

 

DSC00951.JPG

 

Datant du 12ème siècle il est l'un des mieux conservés des 150 monastères  édifiés par l’ordre de Grandmont,  fondé en 1125 par Étienne de Muret et qui a participé au renouveau du monachisme aux XIème et XIIème siècles. Une élite spirituelle contestait à cette époque la vie monastique installée dans le confort matériel et recherchait la solitude pour la prière et la contemplation, à l'exemple des ermites des premiers temps de la chrétienté.

 Jeûner, marcher pieds nus, vivre dans  un silence perpétuel et la pauvreté absolue étaient quelques uns des préceptes appliqués par l’ordre de Grandmont. J’avoue que j’aurais eu du mal à être des leurs car si j’adore marcher pieds nus, c’est sur le sable chaud et si je suis capable de jeûner c’est entre le déjeuner et le dîner. Quant aux exigences de silence et de pauvreté  je ne  remplis pas non plus les conditions, bien que pour  le dernier critère  je fasse d’année en année de gros progrès grâce à notre  tsarounet  rolexé Nicolaëv, roi des bonimenteurs.

 

DSC00942.JPG

 

Le cloître de style roman est d’une grande  sobriété et ne comporte aucune sculpture afin de ne pas distraire l’esprit des ermites qui venaient y méditer.  Il serait sans doute salutaire pour nous qui sommes en permanence soumis à un flot d’informations triviales et de messages frivoles de passer quelques jours en ces lieux pour faire une cure de désintoxication et méditer sur les  choses essentielles de l’existence. Comme par exemple de s’interroger pour savoir s’il est moralement moins condamnable  de dévorer en une seule fois une tablette de chocolat au lait plutôt qu’ une tablette de chocolat noir ?

 

DSC00945.JPG

 

L’ église également très sobre  est le type même de l'église grandmontaine avec sa nef en berceau brisé et son chevet en cul-de-four que l’on voit sur la photo prise à l’extérieur. Son acoustique est remarquable et tous les ans des concerts  y sont donnés, dans le cadre du festival de Montpellier. Si vous y allez, mettez vous au cœur du chevet et chantez : vous serez étonné (ou effrayé selon votre talent)  par l’amplitude que prendra votre voix.

 Mais les exigences très strictes de l’ordre vont au fil du temps décourager les candidats à la vie érémitique qui n'étaient plus que quatre à la fin du XVIème siècle En 1772, l’Ordre fut supprimé et le monastère, son domaine et ses revenus  attribués au Chapitre de la Cathédrale de Lodève puis  adjugés en 1791 comme « Bien National » à un négociant de Lodève pour être finalement partiellement transformé en chais.. Que le vin ait coulé à flots en ce lieu où vivaient des ascètes est pour moi un merveilleux symbole : nul ne peut résister au charme des vins du pays d’Oc .

 Racheté en 1957 par la famille Bec, l’édifice a été réhabilité avec l'aide de la Caisse Nationale des Monuments Historiques et sert actuellement pour des rencontres culturelles .

DSC00969.JPG

On trouve aussi dans l’immense et magnifique parc du prieuré des mégalithes qui témoignent de l’intérêt porté à ce lieu par les hommes depuis la nuit des temps. Pour moi, le choix des bâtisseurs de mégalithes n’était pas anodin et tenait compte des forces telluriques. Et de fait quand j’y suis allé en octobre dernier il y avait dans l’air, me semblait-il,  une  vibration particulière qui stimulait mon énergie. Mais peut être était ce simplement la beauté de lieux qui agissait sur moi  ?

 

 

DSC00975.JPG

 

Il faut dire que la vue de ces pierres superposées de plusieurs tonnes me fait toujours une très forte impression. L’homme, cet être frêle à l’aune de la création, tire de son esprit, une force illimitée qu’il peut employer pour le bien comme pour le mal. Pour éviter le mal les meilleurs antidotes que je connaisse sont le savoir et la beauté, et c’est sans doute parce que tant de gens en sont privés qu’il y a autant de violence dans le monde.

  

DSC00957.JPG 

 

Le parc comporte plusieurs plans d’eau où les arbres peuvent se mirer. Quand l’automne vient ils dépriment d’apercevoir  leur ramure dépouillée. Eole, qui a  prêté main forte à l’automne pour les dénuder, prend alors pitié d’eux et souffle sur les eaux pour  brouiller leur reflet.

 

DSC00983.JPG

 

Ce lieu où les chasseurs n’ont pas droit de cité est un havre de paix pour les animaux qui se laissent ainsi approcher, rencontres  précieuses qui sont de plus en plus rares dans les lieux non protégés de l’homme. Je saisis l’occasion pour pousser un cri d’alarme car je fais d’année en année le constat de la raréfaction progressive des oiseaux dans les jardins et les campagnes, signe incontestable du lent tricotage de la biodiversité  dont dépend pourtant notre survie.

 

DSC00979.JPG

 

 Quelle douce émotion nous envahit alors de pouvoir longuement croiser le regard de ces êtres si doux et graciles.  L’appareillage technologique des sociétés modernes, dont je ne méprise pas pour autant les bénéfices, est incapable d’offrir à nos vies des instants d’une telle richesse.  Il est nécessaire  de temps en temps de débrancher tout!

 

DSC00986.JPG

 

Dans ce morceau de paradis, une beauté en appelle une autre et la nature sensible au respect que mes amis et moi lui manifestions nous a gratifiés ce soir là  d’un crépuscule wagnérien. Ne s'attend on pas, en effet, que des eaux noires de ce lac sorte soudain un vaisseau fantôme ?

 

DSC01008.JPG

 

J’appliquerai pour la fin de cette note la règle du silence qui prévalait autrefois au Prieuré, considérant que mes mots ne feraient qu‘édulcorer la somptueuse beauté du ciel ennuagé qui s’est alors offert à nos regards.

 

DSC01012.JPG

 

C’est ainsi que moi le mécréant,  je suis entré en méditation en ce lieu magique du prieuré de Saint Michel de Grandmont !

 

DSC01013.JPG

 

Textes & Photos Ulysse