suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06/09/2011

Caraïbes ? Non, Catalogne !

 

catalogne,machado,matisse,collioure

La mer est bleue, l’air immobile, les pêcheurs à demi assoupis  attendent l’heure propice pour mettre leurs barques à l’eau. Au loin, un primate sur son hors-bord crée un moment de vaine agitation.

 

catalogne,machado,matisse,collioure

Puis c’est de nouveau le silence et  la valse lente des ombres que le soleil dessine sur le sable. Une délicieuse léthargie nous gagne alors. On se croit aux Caraîbes,  on est au Racou en Catalogne, magie du Pays d’oc !

 

 

catalogne,machado,matisse,collioure

Une voile rouge au large nargue l’immensité bleue. Mais la mer débonnaire ignore  cette modeste flamme qu’elle pourrait éteindre et engloutir d’un coup d’épaule.

 

 

catalogne,machado,matisse,collioure

Que l’homme puisse avec quelques planches ajustées et de si frêles morceaux de toile  franchir les mers m’esbaudit. Là est l’expression du génie humain,  plus que dans les tours qui chatouillent les étoiles,  la bombe à hydrogène ou la poêle qui n’attache pas.

Et que dire de l’homme qui est à la barre,  fourmi à l’échelle de la mer, dieu à l’égard des vents et des courants.  Haro ! sur ceux qui naviguent avec un moteur, tout juste bons à  barboter dans le  bassin des Tuileries !

 

catalogne,machado,matisse,collioure

Quittons un instant le large pour nous livrer  à un enfantillage : ceux qui trouveront dans les cinq secondes Jonathan le Goéland, caché dans le paysage, seront dignes de naviguer, oh hé ! oh hé  en ma compagnie. Cela dit, si vous gagnez, il vaut mieux que vous soyez un bon « voileux » car avec moi vous risquez de chavirer !

 

 

catalogne,machado,matisse,collioure

Un peu plus loin sur le chemin côtier qui mène à Collioure nous croisons un pin, un brin « voyeur », heureux du retour de la belle saison qui ramène de belles ondines sur la plage, qu’il caresse discrètement de son ombre.

 

 

catalogne,machado,matisse,collioure

C’est aussi une saison où les bipèdes étant plus volontiers dans l’eau que sur les chemins, certains « indigènes » d’habitude discrets y prennent le soleil. C’est ainsi que nous faisons la rencontre d’une superbe « couleuvre à échelons », redoutable prédateur, amateur d’oisillons et de lapereaux et dont la morsure pour l’homme n’est certes pas fatale, mais douloureuse. Une engeance donc qu’il vaut mieux éviter !

 

 

catalogne,machado,matisse,collioure

Comme elle ne manifeste guère l’intention de nous laisser le passage, mon ami Gibus que rien n’effraie à part une bouteille vide (frayeur que je partage !) la saisit par la queue (chose que je n’oserais même pas faire avec une souris verte) . A croire qu’il a été charmeur de serpent dans une vie antérieure !

 

 

catalogne,machado,matisse,collioure

La couleuvre fort mécontente d’être ainsi traitée tente sans succès de mordre Gibus qui garde un calme olympien. S’il avait été à la place d’Adam dans le jardin d’Eden, croyez moi, nous y serions encore  !

 

 

catalogne,machado,matisse,collioure

Etant toutefois respectueux de tout ce qui vit sur terre, Gibus lui rend sa liberté, en cherchant toutefois à mettre, par sécurité, quelque distance entre elle et nous. Mais la trajectoire étant un peu courte, la couleuvre choit quasiment au pied de nos épouses qui nous suivent sur le chemin. Par élégance je ne dirai mot des la scène qui s’en est ensuivie !

 

 

catalogne,machado,matisse,collioure

Mais sans doute impressionnée par le sang-froid de Gibus (qui est pourtant un animal à sang chaud surtout quand on se partage quelques Ti’Punch !) elle file sans demander son reste. Gageons qu’elle n’agira pas avec autant de mansuétude à l’égard du premier lapereau venu qui croisera son chemin. Mais ne la jugeons pas cruelle car dans son cas nécessité fait loi !  Pas comme ces Tartarins qui tuent par plaisir et qui vont, hélas, bientôt de nouveau battre la campagne! 

 

 

catalogne,machado,matisse,collioure

Nous voici en vue de Collioure, la perle de la côte Vermeille qu’il vaut mieux aborder hors-saison si l’on veut jouir de sa beauté. Nous ne pouvons que souhaiter le développement de toute l’humanité, mais imaginez, comme je l’ai vu à Capri ( Qui comme l’a chanté Hervé Gueulard est bien fini !), 30.000 touristes  débarquer chaque jour en ce lieu idyllique et c’est l’enfer assuré. Bienfaits et méfaits du tourisme indissolublement liés.

 

 

catalogne,machado,matisse,collioure

Matisse, Derain, Picasso , Dali, Juan Gris , Dufy, Chagall ne s’y sont pas trompés qui sont tombés amoureux de ce port coloré fondé par les grecs au Vème siècle av.J.C. et rendu célèbre par ses barques catalanes et la tour de l’église Notre Dame des Anges qui servait autrefois de phare .

Ce port a été le berceau du Fauvisme, courant pictural privilégiant la couleur et le mouvement sur la perspective et qui fut qualifiée de « fumisterie» par la critique à l’origine . En peinture, comme en finance, en politique et en amour ne vous fiez pas aux prétendus "experts" dont l’arrogance est à la hauteur de leur incompétence. Les fumistes ce sont eux !

 

catalogne,machado,matisse,collioure

C’est un village où il faut absolument au cours de sa vie faire  au moins une escapade, si possible avec un être cher et en arrivant par la mer. Car il a séduit non seulement les peintres mais aussi les poètes comme Antonio Machado qui, fuyant la dictature espagnole, s’y est réfugié  le 22 janvier 1939 entouré de sa famille et de quelques amis pour y mourir un mois plus tard. Avant de s’éteindre (il y a des hommes qui sont des lumières pour l’humanité)  ce poète discret nous a laissé  ce message :

 Tout passe et tout demeure. Mais notre affaire est de passer, 
de passer en traçant 
des chemins. 
Des chemins sur la mer.

Je vous invite donc  à tracer votre chemin sur la mer pour visiter Collioure !

 

Texte & Photos Ulysse