suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15/10/2016

De l’arête de Ramendure à Montahut, c'est ainsi que la vie vaut d'être vécue !

 

mauroul,ramendure,montahut,ourliade,espinousse

Après avoir arpenté les cimes andorranes, nous voici de retour, Gibus et moi, dans notre terrain de jeu habituel : les monts de l’Espinousse. Nos jambes étant « affutées » par nos ascensions précédentes, nous choisissons un itinéraire un peu sportif qui part du charmant village de Mauroul (dont je vous recommande l’Auberge) pour rejoindre le sommet du Montahut (1045m) en passant par l’arête rocheuse de Ramendure.

 

 

mauroul,ramendure,montahut,ourliade,espinousse

Sur l’arête de Ramendure, où nous nous engageons, il n’y a pas vraiment de sentier, juste une vague piste qui sinue entre les rochers ponctuée par des cairns. Gibus et moi aimons ces itinéraires « sauvages » où l’empreinte de l’homme est minimale et où il faut sans cesse avoir l’œil aux aguets pour ne pas s’engager dans une impasse qui vous mène au pied d’une barre rocheuse ou au bord d’un précipice.

 

mauroul,ramendure,montahut,ourliade,espinousse

Nous sommes ici dans un monde peuplé de créatures étranges, comme celle que l’on croise ici, mi chien–mi phoque - et qui dialogue avec deux arbustes sur la dureté de l’existence dans ces montagnes cramées par le soleil (il n’a quasiment pas plu depuis des semaines) et battues par les vents….

 

mauroul,ramendure,montahut,ourliade,espinousse

….ou bien encore, comme ce gros moineau qui semble donner la becquée à son oisillon !

 

mauroul,ramendure,montahut,ourliade,espinousse

Partout des rochers jaillissent du sol qui témoignent de la violence inouïe qui a accompagnée la naissance de ces montagnes.

 

mauroul,ramendure,montahut,ourliade,espinousse

Mais de là aussi, on découvre la munificence de notre planète et la beauté particulière de notre région, quand le soleil met le feu à la Méditerranée et illumine le manteau vert-bleu des montagnes.

 

mauroul,ramendure,montahut,ourliade,espinousse

Sans le petit cairn posé sur le rocher à gauche, nous ne saurions pas qu’il faut franchir cette petite barre rocheuse. C’est ainsi que la solidarité se noue entre tous ceux qui s’aventurent en ces lieux et dont les vies sont ainsi secrètement reliées par ces modestes tas de cailloux.

 

mauroul,ramendure,montahut,ourliade,espinousse

Cela fait partie du plaisir de la randonnée que de tester ses capacités physiques, de les mettre à l’épreuve, de vaincre la pesanteur et parfois, pour ce qui me concerne, de maîtriser le vertige qui me saisit .

 

mauroul,ramendure,montahut,ourliade,espinousse

Mais quel bonheur, de voir alors ce que voit le mouflon, de dominer ce que domine le vautour et de frôler les nuages.

 

mauroul,ramendure,montahut,ourliade,espinousse

La contemplation de la montagne qui expose ses rides vieilles de millions d’années nous fait prendre conscience de l’éphémère de nos vies. Chaque instant redevient alors précieux, rendu intensément présent par l’effort fourni, l’ardeur du soleil ou le mordant du froid, la beauté des paysages.

 

mauroul,ramendure,montahut,ourliade,espinousse

Quand on part ainsi marcher dans un milieu sauvage, où les manifestations de la société humaine ne sont pas visibles, nos vies sortent du temps et de la civilisation, pour pénétrer dans un espace intemporel de liberté. Les données de notre état civil sont pour un instant oubliées, nous ne sommes plus que des cœurs qui battent et des âmes enchantées par la beauté du monde.

 

mauroul,ramendure,montahut,ourliade,espinousse

Gibus, qui est à la fois mon ami et mon guide, fait parfois les frais d’une erreur d’aiguillage comme ici où il s’est engagé sur une fausse piste pendant que j’attendais patiemment son verdict - c’est l’avantage de mon grand âge - ce qui l’a obligé à quelques contorsions pour descendre du perchoir où il s’était malencontreusement engagé !

 

mauroul,ramendure,montahut,ourliade,espinousse

Mais à vrai dire c’est pour lui une partie de plaisir vu qu’il a hérité de ses ancêtres suisses quelques gènes de bouquetin ou de chamois .

 

mauroul,ramendure,montahut,ourliade,espinousse

« Couvrez ce sein, que je ne saurais voir. Par de pareils objets les âmes sont blessées, Et cela fait venir de coupables pensées" se serait écrié Tartuffe, si jamais il était passé en cet endroit où Gaïa arbore fièrement l’un de ses nombreux tétons. Pour ma part, j’en ai été émoustillé et je me suis dit qu’il était bien ferme malgré son grand âge !

 

mauroul,ramendure,montahut,ourliade,espinousse

Nous arrivons enfin sur le plateau des Bourdils, où nous nous engageons sur un confortable sentier qui nous mène vers le magnifique roc d’Ourliades, que nous n’avons encore jamais grimpé.

 

mauroul,ramendure,montahut,ourliade,espinousse

Nous nous promettons de l’ajouter à notre palmarès dès que possible (avoir des projets empêche de vieillir !)

 

mauroul,ramendure,montahut,ourliade,espinousse

Dans la foulée nous grimpons au sommet du Montahut, ce qui ne présente aucune difficulté, cette montagne n’étant qu’un gros tas de cailloux érodé. Mais elle offre une vue somptueuse sur les Pyrénées quand, par chance, ils ne sont pas masqués par la brume comme aujourd’hui ! Gibus et moi nous disons alors que c’est sans doute parce que nous n’avons pas fait assez d’offrandes aux dieux que les Pyrénées nous sont cachées. Nous décidons derechef de prendre notre pique-nique en ces lieux et de procéder à des libations en l’honneur de Bacchus, Vichnou et quelques autres divinités, en espérant que l’une d’entre elles voudra bien dissiper les nuées.

 

 

mauroul,ramendure,montahut,ourliade,espinousse

 

Mais les dieux restent sourds à notre prière et la seule chose que l’on voit apparaître dans le ciel est un rapace sans doute intéressé par notre déjeuner. Et puis, preuve que le monde est vraiment petit et qu’il appartient à ceux qui se lèvent tôt, surgit l’ami Bernard, que l’on a connu en parcourant les sentiers du Caroux - passion qui nous est commune – et qui tient un superbe blog photo-poétique que je vous invite à découvrir en cliquant ICI ! La montagne est vraiment un lieu de beauté et d’amitié ! Si vous en avez l'opportunité, allez donc de Ramendure à Montahut, c'est ainsi que la vie vaut d'être vécue !

 

*****

Si vous appréciez ce blog, je vous invite à découvrir mes autres blogs:

 

Old Nut (Wix) où vous pouvez écouter librement toutes mes chansons

Canta-la-Vida où j'illustre certaines chansons en photos.

Piquesel : "bloc-note photos" où les photos sont accompagnées de commentaires humoristiques ou poétiques.

Vous pouvez y accéder en cliquant sur les noms figurant en haut de la colonne de droite.

 

Texte & photos Ulysse 

 

16/08/2013

Dure, dure ! la serre de Ramendure !

 

mauroul,ramendure,bourdils,mouflon

C’en est fini des plongeons dans les torrents du Haut Languedoc, et ce, à la demande de nos petits enfants qui nous ont demandé d’arrêter de faire le « mariole ». A mon avis, ce qui les préoccupe vraiment dans nos aventures c’est d’avoir à porter les sacs de randonnée lors de notre prochaine sortie familiale, si jamais nous en revenions handicapés! On a donc décidé de se calmer un peu, Gibus et moi, histoire de rassurer nos proches, mais c’est promis on remettra ça l’été prochain. Ca ne veut pas dire que l’on va passer le reste de l’été à regarder les feux de l’amour à la télé, pour sûr que non ! Mais on va se contenter d’arpenter des chemins moins périlleux. Cela dit, vous ne serez pas frustrés, car j’ai en stock le récit de quelques belles sorties inédites de l’hiver et du printemps dernier  et qui ont de quoi vous faire frissonner.

 

mauroul,ramendure,bourdils,mouflon

Nous voici donc revenus à un matin de juin dernier où nous sommes partis à l’assaut de la serre de Ramendure qui mène au plateau des Bourdils (1086m). Le terrain est extrêmement accidenté et nous avons beaucoup de mal a repéré la vague sente ponctuée de cairns qui suit plus ou moins la ligne de crête. Fort  heureusement nous croisons un antique berger qui a choisi de passer son immortalité en ces lieux (le paradis est, selon ses dires, un endroit ennuyeux) et qui nous donne quelques précieuses indications pour arriver à bon port.

 

mauroul,ramendure,bourdils,mouflon

Nous passons à coté d’un éperon rocheux qui a sur l’ami Gibus le même effet qu’un pot de Nutella sur mes petits enfants. Ces derniers ne peuvent pas s’empêcher d’y tremper le doigt alors que Gibus ne peut s’empêcher d’y poser le pied.

 

mauroul,ramendure,bourdils,mouflon

Le voilà donc perché sur ce rocher avec autant d’aisance qu’un mouflon tandis que je subis l’implacable loi de la gravité en maugréant après l’article premier de la constitution française qui affirme que les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Foutaise ! Moi aussi j’ai le droit de grimper sur le sommet du rocher ; pourquoi donc est ce que je n’y arrive pas !

 

mauroul,ramendure,bourdils,mouflon

Gibus aperçoit soudain en contrebas de son perchoir un mouflon qui n’a pas décelé sa présence. Mû par l’instinct du reporter et désireux de vous offrir des clichés dignes de « National Géographic », dans un sursaut de volonté, j’arrive à grimper assez haut pour lui tendre l’appareil photo. Et c’est ainsi que du tréfonds de votre fauteuil vous pouvez observer ce magnifique animal.

 

mauroul,ramendure,bourdils,mouflon

On vous en met d’ailleurs trois pour le prix d’un, car à peine avons nous repris notre progression vers le plateau que nous débusquons deux jeunes mouflons qui peinent à s’enfuir dans l’épais taillis végétal qui recouvre les lieux.

 

mauroul,ramendure,bourdils,mouflon

Puis nous progressons cahin-caha et caha-cahin au fil des éperons rocheux qui ponctuent la ligne de crête.

 

mauroul,ramendure,bourdils,mouflon

L’environnement somptueux et l’air chargé de l’odeur miellée des genêts en fleur fait naître en nous une douce ivresse qui nous permet d’avaler les obstacles sans vraiment nous en rendre compte.

 

mauroul,ramendure,bourdils,mouflon

Sauf quand une barre rocheuse un peu plus haute que les autres sollicite un maximum de concentration de notre part, sous peine de devenir  le futur « petit dej’ » des vautours qui évoluent parfois dans le secteur.

 

mauroul,ramendure,bourdils,mouflon

Ce sont des lieux qu’affectionnent les mouflons car les bipèdes généralement ne s’y aventurent pas et nous en débusquons un certain nombre pour notre plus grand joie. Cette félicité qui nous envahit quand nous observons des animaux sauvages vient sans doute de ce que cela ravive le sentiment « d’unicité » qu’éprouvait l’humanité à l’égard de la nature à l’aube de son histoire. Nous sommes tous membres d’une même famille issue d’ancêtres lointains et nous l’avons malheureusement oublié.

 

mauroul,ramendure,bourdils,mouflon

Mais bien qu’ayant une âme d’homme des bois, notre estomac est plutôt du genre rabelaisien et pour nous la pause-pique est donc sacrée. Ayant soigneusement choisi un emplacement propice à faire la sieste (car nous sommes de vieux amants de Morphée) nous commençons, comme il va de soi, par l’apéritif. Et ce n’est pas parce que l’on est à mille mètres d’altitude au milieu de nulle part que nous ne savons pas recevoir. Asseyez vous donc un instant, je vous en prie, et buvons à notre santé ! Tchin !

 

mauroul,ramendure,bourdils,mouflon

Etant parvenus sur le plateau des Bourdils nous nous dirigeons vers le Montahut et passons devant le magnifique Roc d’Ourliadès, dent de pierre plantée dans le ciel azur.

 

mauroul,ramendure,bourdils,mouflon

Puis nous grimpons sur le Montahut, indifférents aux maléfices que nous jette à chacune de nos visites  la sorcière qui y campe, grâce aux formules magiques qui permettent de les neutraliser et que nous ont enseignées nos petits enfants qui on lu Harry Potter.

 

mauroul,ramendure,bourdils,mouflon

Nous revenons par un bon chemin qui dévale le vallon de la Tourre, les quelques obstacles que nous y rencontrons n’ayant rien de commun avec ceux affrontés le matin même.

 

mauroul,ramendure,bourdils,mouflon

Dans ce vallon autrefois habité par l’homme, on croise l’une des ces magnifiques bergeries qui émaillent les contreforts du Haut-Languedoc, témoin silencieux du courage et du génie de leurs bâtisseurs.


Si vous appréciez Eldorad'Oc & Piquesel je vous invite à découvrir mon nouveau blog consacré à la photographie grand format 

 

  FOTORAMA

 


 

Texte & photos Ulysse

13/06/2013

De Mauroul aux Bourdils

Mon emploi du temps me permet enfin de reprendre sur Eldorad’Oc le récit de mes balades au moment où je l’avais interrompu, c’est à dire au cœur de l’hiver. Je suis désolé de vous replonger ainsi dans la froidure mais nous avons vécu avec mon ami Gibus quelques aventures qui méritent d’être contées.

 

bourdils,mauroul,dame blanche,lumbago

C’est un de ces matins où la clarté mordorée de la lumière et la luminescence du ciel invitent à quitter fissa sa tanière pour grimper vers les sommets. Un de ces matins où la montagne apparaît si dense que sa seule contemplation vous remplit d’énergie. Et de l’énergie il nous en faut car nous allons grimper au refuge des Bourdils, situé à un peu plus de mille mètres d’altitude sur un plateau qui domine le hameau de Mauroul.

 

bourdils,mauroul,dame blanche,lumbago

Le sentier passe devant l’ancienne Bergerie de Mazot dont l’appareillage de pierres est pour nous une source d’émerveillement. Les hommes qui l’ont édifiée vivaient alors dans un monde où tout ce qui contribuait à leur existence sortait le plus souvent de leurs propres mains : leur maison, leurs outils, leur nourriture. Ils devaient en tirer un sentiment d’accomplissement et de plénitude qui les mettait, malgré la dureté des temps, à l’abri de la dépression qui affecte tant de nos congénères, qui ont le sentiment de n’avoir plus aucune prise ni contrôle sur leur propre vie.

 

bourdils,mauroul,dame blanche,lumbago

Les arbres envahissent aujourd’hui ces lieux désertés par les hommes et la mousse qui les recouvre, comme elle recouvre les vieilles pierres, assure une continuité entre le monde végétal et minéral. Ignorant est l’homme qui ne comprend pas que tout est lié dans l’univers, puisque tout est issu de la même « soupe » originelle.

 


bourdils,mauroul,dame blanche,lumbago

Cette continuité entre le monde végétal et minéral est illustrée de façon frappante par ces hêtres qui semblent surgir des rochers et en ont l’apparence.  La pluie qui dissout la roche alimente leur sève et leur donne ainsi le même aspect.

 

bourdils,mauroul,dame blanche,lumbago

Le vallon que nous remontons est sauvage et un ours, fuyant les Tartarins qui sévissent dans les pyrénéens, s’y est réfugié. Bien que farouche, il ne s’enfuit pas à notre passage, constatant que nous n'appartenons pas au clan des ventripotents musclés de l’index !

 

bourdils,mauroul,dame blanche,lumbago

Bien que l’ambiance devienne féerique du fait de la montée du brouillard qui rend le ciel iridescent, ce ne sont pas des fées que vous apercevez sur le chemin, mais nos épouses qui, ce matin, nous accompagnent, le circuit ne comportant à priori aucun passage périlleux.

 

bourdils,mauroul,dame blanche,lumbago

Ayant pris de l’altitude nous laissons le brouillard derrière nous et retrouvons un ciel bleu indigo où se découpent d’immenses tours rocheuses qui jaillissent de la serre du Soumal.

 

bourdils,mauroul,dame blanche,lumbago

Mais la beauté est aussi au ras du sol où un rayon de soleil compose une superbe «nature morte »  faite de quelques feuilles et de champignons. Un lent travail de décomposition est à l’œuvre qui entretient la biosphère dont nous dépendons.

 

bourdils,mauroul,dame blanche,lumbago

La nature est non seulement une source inépuisable de beauté  mais elle est aussi pleine de fantaisie et je vous assure que seul le hasard a fait tomber cette minuscule feuille au bon endroit pour former l’œil de cette cane « neigeuse » !

 

bourdils,mauroul,dame blanche,lumbago

Plus étonnant encore, nous croisons la « Dame Blanche » dont une légende prétend qu’elle hante le refuge de Bourdils, où pourtant nous avons dormi plusieurs fois sans jamais l’apercevoir. Elle passe sans nous voir, perdue dans ses pensées. Selon la légende elle chercherait son compagnon parti un jour ramasser des champignons dans le secteur et qui n’est jamais redescendu. Certains prétendent qu’un autre cueilleur de champignons lui a réglé son compte pour lui voler sa cueillette et d’autres qu’il se serait fait "la malle" avec la femme du maire du village d’à coté qui a curieusement disparu le même jour. Mais allez savoir où est la vérité, les gens sont tellement prêts à raconter n’importe quelle baliverne pour susciter l’intérêt. Toujours est-il que des cueilleurs de champignons on n’en voit plus beaucoup dans les environs.

 

bourdils,mauroul,dame blanche,lumbago

Pas effrayés pour deux sous par la perspective de revoir cette charmante personne, nous nous rendons au refuge où nous faisons un feu d’enfer ou presque parce que, d’après ce que certains prétendent, qui pourtant n'y sont jamais allés,  il doit faire en la demeure de Lucifer un peu plus chaud. Mais, comme je vous le disais à l'instant, les gens vous racontent tellement de balivernes pour susciter l’intérêt !

 

bourdils,mauroul,dame blanche,lumbago

Gibus nous concocte alors des œufs au plat divinement bons et qui, par définition,  ne sont pas servis en enfer !

 

bourdils,mauroul,dame blanche,lumbago

Et puis nous prenons le chemin du retour alors que les rayons obliques du soleil illuminent le sous bois.

 

bourdils,mauroul,dame blanche,lumbago

Nous nous sentons comme des nains sous le couvert de hêtres qui semblent se défier  dans une course folle vers la lumière

 

bourdils,mauroul,dame blanche,lumbago

Leurs feuilles mortes recouvrent le sol d’un tapis ocre que déchire la langue écumeuse du modeste torrent de Tourre. Tout ici respire la sérénité et l’envie me saisit de m’allonger un moment sur les feuilles, mais je me rappelle que la dernière fois que j’ai fait une sieste dans l’herbe humide j’ai eu un lumbago pendant quinze jours. A mon âge il y de nombreuses choses auxquelles je dois renoncer et je ne vous en dresserai pas la liste !

 

bourdils,mauroul,dame blanche,lumbago

Gibus, qui est plus agile et plus futé que moi, trouve la solution en faisant une petite sieste sur une branche qui a eu la bonne idée de pousser à l’horizontale. La fin de notre parcours se passe sans encombre et nous vous donnons donc rendez vous la semaine prochaine pour une nouvelle aventure.


 Si vous appréciez  Eldorad'Oc je vous invite à suivre mon périple en Andalousie sur mon autre blog :

 PIQUESEL

 

et à découvrir mon nouveau blog consacré à la photographie 

 

 FOTORAMA

 

 

Texte & Photos Ulysse