suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/07/2018

Deux petits loups à mes trousses dans l’Espinousse

 

espinousse,everest,bruyère,mouflon,chasse

La semaine passée Romain vous a emmenés sur le Caroux, aujourd’hui c’est Emilie - qui nous a rejoint avec ses parents - qui va donner le « tempo » et vous guider à la découverte de la montagne d’Aret et du vallon du Vialay dans le massif de l’Espinousse. J’ai près de six décennies d’avance sur elle mais plus que quelques centimètres. Le jour où les petits enfants nous dépassent, on sait que l’on n’aura bientôt plus jamais mal aux dents !

 

espinousse,everest,bruyère,mouflon,chasse

Ignorant la perspective de ce moment funeste, nous partons d’un bon pas à l’assaut de la montagne d’Aret couverte de genêts et de bruyères.

 

espinousse,everest,bruyère,mouflon,chasse

Les os de cet antique massif de l’Espinousse émergent par endroits de sa toison mauve estivale. Ce massif est l’un des plus vieux du monde et il fut dans sa jeunesse aussi haut que l’Himalaya ! Respect !

 

espinousse,everest,bruyère,mouflon,chasse

C’est autrement plus festif et gratifiant de gravir sous un ciel bleu, le nez au vent, une montagne d’une telle splendeur que l’Everest, en quête d’une gloire illusoire, harnachés comme des cosmonautes et assistés par des sherpas que l’on traite comme des animaux de bât. Qui plus est les « éverestiens » sont pour la plupart des salopards qui abandonnent leurs équipements inutiles au sommet, faisant de cet endroit la déchetterie la plus haute du monde!

 

 

espinousse,everest,bruyère,mouflon,chasse

J’ai arpenté de nombreux massifs bien plus hauts que ceux du Caroux et de l’Espinousse mais jamais je n’ai contemplé une telle variété de paysages : ici s’offrent à nos yeux des aiguilles rocheuses et des falaises vertigineuses qui surgissent au dessus de plateaux couverts, au printemps, de l’or des genêts et, l’été, de la parure mauve des bruyères .

 

espinousse,everest,bruyère,mouflon,chasse

Sur ces crêtes caillouteuses et arides où la Tramontane peut souffler à 150 km à l’heure, rares sont les arbres qui arrivent à s’implanter et survivre. Quand ils meurent longtemps leur silhouette orne le paysage, touchant témoignage de leur ténacité.

 

espinousse,everest,bruyère,mouflon,chasse

Mais revenons à nos deux « petits » loups (ce qui n’est plus tout à fait le cas d’Emilie !) qui parcourent la crête de la montagne d’Aret en tenant leur chapeau en raison de la Tramontane qui souffle vigoureusement ce matin.

 

espinousse,everest,bruyère,mouflon,chasse

Romain a eu un instant de relâchement et il a dû courir après son chapeau emporté par le vent. Bon, je ne lui ferai aucun reproche vu le nombre de casquettes qu’Eole m’a subtilisées au cours de mes randonnées.

 

espinousse,everest,bruyère,mouflon,chasse

Par contre ce mérou fossilisé n’a guère de crainte d’être emporté par le vent ou alors si cela se produisait en raison du dérèglement climatique en cours, les homo sapiens auraient du souci à se faire !

 

espinousse,everest,bruyère,mouflon,chasse

Où que l’on regarde, le spectacle est somptueux et à part notre petite troupe on n’y voit personne. Les vacanciers sont agglutinés sur les plages du Languedoc ignorant ces merveilles de l’arrière pays. Mais finalement qui s’en plaindrait ?

 

espinousse,everest,bruyère,mouflon,chasse

Quand je dis que l’on n’y voit personne, je dois, de fait, nuancer mon propos car un troupeau de vaches y fait tranquillement la sieste, sans doute les vaches les plus heureuses et chanceuses du monde. Mais le savent-elles ?

 

espinousse,everest,bruyère,mouflon,chasse

Par contre moins chanceux je suis à l’heure où, traditionnellement, après le pique-nique, je fais la sieste, car mes deux petits loups se transforment en « mouches » que mon éthique m’interdit de taper !

 

espinousse,everest,bruyère,mouflon,chasse

Mais j’oublie bien vite cet innocent harcèlement, car étant descendus dans le vallon du Vialay, j’ai l’immense privilège et bonheur de me baigner dans son onde fraîche et claire avec une jolie et joyeuse naïade !

 

espinousse,everest,bruyère,mouflon,chasse

Revigorés par cette baignade, nous prenons le chemin du retour et suivons le délicieux vallon herbeux creusé par ce torrent qui se trouve fort opportunément protégé de l’ardent soleil par une magnifique hêtraie.

 

espinousse,everest,bruyère,mouflon,chasse

Un lézard rassuré par nos mines radieuses et pacifiques nous regarde paisiblement passer. Par contre aucun mouflon n’est en vue, au grand désespoir des petits loups ! Mais hélas trop de Nemrods bedonnants, qui les pourchassent impitoyablement armés de leur fusil longue portée, règnent l’automne venus en ces lieux pour qu’ils osent encore se montrer dès qu’un fumet d’homo sapiens se fait sentir dans les parages. Je le dis et redis, supprimons la chasse, cette tradition archaïque et barbare, et laissons les loups réguler les ongulés et la Terre redeviendra un jardin d’Eden pour les randonneurs.

 

espinousse,everest,bruyère,mouflon,chasse

Prenant un peu d’altitude pour rejoindre le col de Salis, nous retrouvons une zone rocailleuse où les petits loups se livrent aux joies de l’escalade pour mieux admirer la formidable dent du Fourcat qui déchire au loin le ciel .

 

espinousse,everest,bruyère,mouflon,chasse

Leurs jeunes gambettes ont un rythme que ne suivent pas celles, plus vieilles, des autres membres de notre petite troupe et quand une ombre opportunément se présente ils font la pause. La montagne est une belle école de solidarité !

 

espinousse,everest,bruyère,mouflon,chasse

Bientôt le Fourcat se dresse devant nous, vieil et impressionnant chicot de Gaïa qui n’aura rien perdu de sa grandeur alors que je machouillerai les pissenlits par la racine .

 

espinousse,everest,bruyère,mouflon,chasse

Nous abordons une ultime montée pour rejoindre le col de l’Ayrolle, les petits loups aussi frais que s’ils venaient de se lever ! Bon, sans vouloir fanfaronner, je soulignerai que je suis devant pour prendre la photo ! Leur papi a encore de beaux restes !

 


*****

Si vous aimez ce blog, peut être aimerez vous aussi mes chansons

Trois nouvelles dont "Tu es l'obscur objet de mon désir"

sont postées sur les plateformes musicales

dont DEEZER (cliquez sur le nom)

Certaines sont aussi publiées illustrées par des photos sur mon blog Canta la Vida

la dernière étant "Trop belle la fille du motel "

Vous pouvez aussi les écouter classées par album sur mon blog

OLD NUT WIX

(intégralité des chansons - sauf les 2 derniers albums - classées par album)

(cliquez sur les liens dans le haut de la colonne à droite)


Texte Ulysse / Photos Ulysse & Sébastien

 

14/07/2018

Un petit loup sur le Caroux

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

Hello, fidèles lectrices et lecteurs de ce blog, peut être vous souvenez vous de moi, Romain, si vous n’êtes pas comme mon papi qui ne se rappelle jamais où il a mis son téléphone ou ses lunettes. J’ai pris un peu d’avance sur les vacances et je me retrouve seul avec mes grands parents avant que le reste de la famille n’arrive. La canicule sévissant dans la plaine languedocienne, papi a décidé de nous emmener baguenauder (il a un drôle de vocabulaire !) sur le Caroux.

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

Effectivement à un kilomètre d’altitude l’air est plus frais et revigorant et un doux zéphir balaie le plateau recouvert de bruyères en fleurs, merveilleux spectacle dont nous jouissons chaque été.

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

Je prends un peu de hauteur pour mieux l’admirer, moi le petit parisien condamné aux horizons bétonnés et à un air qui contient autant d’oxygène qu’il y a d’eau dans le verre de mon papi !

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

Siesto, le chien de berger ainsi nommé par mon papi, est fidèle au poste. Papi lui a donné ce nom car il semble plutôt somnolant, ce qui n’est guère condamnable car cela fait belle lurette qu’il n’y a plus de moutons à garder en ces lieux.

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

Vous noterez que je mets un point d’honneur à porter un sac à dos dans lequel j’ai une bouteille d’eau (j’ai moins de 18 ans) et mon goûter. De cette façon je suis autonome et si jamais mon grand père avait des envies de me perdre parce que je lui gâche toujours la sieste, je m’en sortirais !

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

Nous arrivons près du Rieutord, modeste torrent, dont il faut néanmoins aborder la traversée avec prudence du fait de l’instabilité des pierres. Mon papi n’a pas dû s’en vanter, mais il s’est retrouvé à cause de cela le postérieur dans l’eau, il y a quelques années.

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

Parvenu sur la rive sud du plateau sommital, j’admire la mer de collines bleutées qui viennent buter sur le massif du Caroux. Habituellement on jouit d’une vue somptueuse sur les Pyrénées, mais elles sont perdues dans la brume née de la canicule qui règne dans la plaine.

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

J’entends soudain un grognement et un brin effrayé je me retrouve et découvre King-kong qui comme moi se réjouit du spectacle offert. Heureusement qu’il n’ y a aucun yankee qui lit ce blog sinon ils seraient capables de venir le capturer pour lui faire tourner un film !

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

Je me prends à rêver que cet aigle me prenne sur son dos pour survoler le paysage, mais il n’a pas l’air de vouloir coopérer.

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

Voici venue l’heure du pique-nique et, ensuite, pour papi de la sieste, instant sacré que je me plais à agrémenter de « diversions » diversement appréciées par le récipiendaire qui tente de garder un calme olympien. Cela dit, je vous offre en exclusivité et en première mondiale Ulysse dans les bras de Morphée.

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

Nous nous rendons à la table d’orientation où l’on se rend compte combien minuscules et fragiles sont les créations des hommes qui s’autoproclament rois de la création !

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

Si Ulysse vous avait narré notre escapade, il aurait tenté de vous faire croire que j’ai écarté ces deux rochers par ma seule force, tellement il galèje dans ses récits, vous conte des fariboles et veut vous faire prendre des vessies pour des lanternes ! Innombrables sont les fois où il a accusé mes doudous de lui vider subrepticement sa cave !

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

Tenez, par exemple, si mon papi vous contait notre balade, il prétendrait qu’en haut de ce tas de rochers gît un mérou fossilisé, mais c’est impossible vu que le Caroux n’a jamais été submergé par la mer ! En fait, il est atteint de paréidolie chronique et voit des êtres partout ! Quoi ? Que dites vous ? Vous mettez en doute la présence de King-kong sur le Caroux et prétendez que je serais atteint du même mal. C’est mal me connaître, jamais je ne raconte de bobards….bon heu ! enfin presque jamais !

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

La température étant montée de quelques degrés, je suis ravi de rencontrer le cours d’un ruisseau et j’en profite pour me rafraîchir le visage.

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

Le rafraichissement est de courte durée, car nous devons gravir un raidillon pour sortir du talweig où coule le ruisseau.

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

Mais le magnifique spectacle d’un tapis de bruyère qui nous accueille sur le plateau sommital me fait oublier la chaleur. Sensible à la beauté du monde je reste, n’étant pas encore atteint du syndrome « canapé » des ados ! ! 

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

Je ne peux résister au plaisir de grimper sur une superbe « pile d’assiettes » sans doute tombées d’un festin donné sur l’Olympe. Les dieux mènent une sacrée vie de patachons, comment voulez vous que les enfants soient toujours raisonnables !

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

Devant ce patchwork de verts et de mauves illuminés par un soleil radieux, mon âme se dilate et je me mets à chanter « Dis papa y–a -t-il un monde… ? ce tube planétaire de mon papi que je chante avec ma sœur Emilie et que vous pouvez écouter en cliquant ICI !

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

Je ne suis pas le seul à jouir de cette nature enchanteresse et prodigue car j’aperçois soudain ce moro-sphinx qui, de sa fine trompe, se régale du nectar d’une centaurée. Je ne vois pas ce que les masques de réalité virtuelle qu’on nous promet pour demain nous apporteront de plus !

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

Ce bel Azuré Bleu Céleste, dénommé aussi Bel Argus, préfère le nectar de bruyère qui, au demeurant, serait également bénéfique à mon papi car il soigne les rhumatismes !

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

Nous voici au point culminant de la balade, le sommet du Caroux (1091m) lieu que vous avez parcouru maintes fois avec mon papi qui le considère comme le centre du Monde.

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

Pour parachever les bonheurs de cette somptueuse journée, un aigle nous fait une démonstration de vol. J’aurais bien aimé voir aussi quelques mouflons mais hélas ils se montrent de moins en moins à cause des « nemrods » bedonnants qui les exécutent de façon imparable avec leur fusils à longue portée. Si l’on veut réguler les populations d’ongulés, laissons faire les loups qui eux se donnent la peine de courir après leur proies, qui ont de surcroit toujours une chance d’en réchapper !

 

caroux,nemrod,mouflon,rieutord

C’est à regret que nous redescendons vers le vallon de Douch, point de départ de notre balade, mais c’est sûr nous reviendrons !

 


*****

Si vous aimez ce blog, peut être aimerez vous aussi mes chansons

Trois nouvelles dont "Tu es l'obscur objet de mon désir"

sont postées sur les plateformes musicales

dont DEEZER (cliquez sur le nom)

Certaines sont aussi publiées illustrées par des photos sur mon blog Canta la Vida

la dernière étant "Léo, là haut ! "

Vous pouvez aussi les écouter classées par album sur mon blog

OLD NUT WIX

(intégralité des chansons - sauf les 2 derniers albums - classées par album)

(cliquez sur les liens dans le haut de la colonne à droite)


Texte & photos Ulysse

27/01/2018

Oh! temps suspend ton vol à Caissenols

 

caissenols,mouflon,shiva,dieu,sécadou

Après une longue période d’abstinence due à l’attaque d’un sournois virus hivernal, me voilà reparti avec ma compagne et des amis, vers les monts du Haut Languedoc, chers à mon cœur et à mes vieilles guiboles. Le temps étant froid et maussade, nous avons choisi pour objectif le refuge de Caissenols où l’on peut se réchauffer d’un bon feu.

 

caissenols,mouflon,shiva,dieu,sécadou

Le sentier qui y mène, que mes chers fidèles lectrices et lecteurs connaissent aussi bien que moi, passe par l’étonnant portail de Roquendouire que l’on pourrait croire édifié par les Titans, enfants d’Ouranos et de Gaïa, mais qui n’est qu’une plaque sédimentaire dressée à la verticale par la poussée des Pyrénées.

 

caissenols,mouflon,shiva,dieu,sécadou

Cela fait bien longtemps que je ne crois plus à Zeus, Vichnou, Shiva, ni aux dieux de la bible, du coran ou des évangiles, mais je reste admiratif devant la merveilleuse intrication des règnes minéral, végétal et animal (dont nous faisons partie) qui prévaut sur notre merveilleuse planète et je m’interroge sur la nature de sa prodigieuse conceptrice. Car cet « élément » ou cette « entité » ne peut être que d’essence féminine quand on voit la complexité et subtilité de l’univers et que l’on constate qu’un cerveau d’homme a du mal à apparier les paires de chaussettes .

 

caissenols,mouflon,shiva,dieu,sécadou

Ainsi cette étincelle de vie, surgit d’on ne sait où, qui fait naître et anime une fleur, un arbre, un animal, un être humain et qui un jour s’évanouit laissant derrière elle un amas d’atomes inertes est un grand mystère qui me laisse interrogateur. Ce qui est le plus troublant est qu’elle puisse animer un Albert Einstein comme un Donald Trump. Mais on sait bien que le zéro défaut n’existe dans aucun processus.

 

caissenols,mouflon,shiva,dieu,sécadou

Où sont les esprits ou les âmes de celles et ceux qui ont habité ces lieux qui connurent une fervente activité et sont aujourd’hui envahis par la végétation ?

 

caissenols,mouflon,shiva,dieu,sécadou

En approchant du refuge, nous tombons sur un obstacle imprévu: le torrent de l’Ourtigas grossi par les pluies abondantes de ces derniers jours. Son franchissement est loin d’être évident pour nos compagnes qui n’ont pas nos grandes jambes mais elles ne se laissent pas impressionner et le traversent sans coup férir ! Constat qui ne fait que conforter mon hypothèse sur la nature féminine de l’univers.

 

caissenols,mouflon,shiva,dieu,sécadou

Ayant franchi l’Ourtigas, nous longeons le torrent des Pailles dont le cours est traversé par un magnifique pont de pierres multi-séculaire qui a résisté aux terribles crues qui se produisent en ces lieux de temps à autre. En voyant ces ouvrages anciens, j’ai toujours une pensée émue pour celles et ceux qui les ont édifié et dont la vie est en quelque sorte prolongée par ces œuvres.

 

 

caissenols,mouflon,shiva,dieu,sécadou

Nous voici arrivés à Caissenols qui est pour moi le paradis sur Terre, avec l’avantage que l’on peut y pénétrer même si l’on a commis moult péchés. Et on peut même d’ailleurs s’y livrer sans retenue aucune à celui de gourmandise et plus si affinité !

 

 

caissenols,mouflon,shiva,dieu,sécadou

Nous nous asseyons donc près d’un bon feu et nous sustentons de victuailles et breuvages que le génie humain a su façonner à partir des entrailles de la Terre. L’homme a su ainsi transformer l’eau de pluie en vin et le cochon en saucisson et en cela il est l’égal d’un dieu, n’en déplaise aux malheureux endoctrinés qui y voient des aliments diaboliques. 

 

caissenols,mouflon,shiva,dieu,sécadou

Nous aimerions que le temps suspende son vol à Caissenols mais, hélas, vient l’heure de quitter ce lieu idyllique et de prendre le chemin du retour. On espère pouvoir y croiser quelques mouflons mais ils deviennent de plus en plus farouches du fait de l’autorisation de tirs dit de « régulation » pratiqués par de bedonnant bipèdes « quatre-quatrisés » incapables de battre une tortue à la course. L’homme s’est arrogé un droit de vie et de mort sur l’ensemble des animaux terrestres et aquatiques, qui sont pourtant tous des cousins plus ou moins lointains. Mais quand on voit comment certains d’entre nous traitent leurs propres congénères, on n’est pas surpris de cette impitoyable férocité.

 

caissenols,mouflon,shiva,dieu,sécadou

Soudain le brouillard submerge les sommets créant une ambiance féérique. Le monde perd de sa consistance et craignant de nous dissoudre dans cet environnement, nous pressons le pas.

 

 

caissenols,mouflon,shiva,dieu,sécadou

Nous redescendons par la vallée en suivant un GR qui traverse d’antiques châtaigneraies. Nous passons à coté d’un sécadou en ruine (dénommé aussi clède en Lozère) ancien séchoir à châtaignes. On aperçoit dans le mur les trous qui permettaient de fixer un plancher percé de trous (cléda ou claie) sous lequel on entretenait un feu de bogues pour faire sécher les châtaignes que l’on consommait en l’état ou dont on faisait de la farine. C’était le « pain » quotidien des montagnards.

 

 

caissenols,mouflon,shiva,dieu,sécadou

Mais les châtaignes n’étant aujourd’hui plus un aliment indispensable, les châtaigneraient ne sont plus entretenues et deviennent des cimetières de vieux châtaigniers, derniers témoins d’un monde oublié.

 

 

caissenols,mouflon,shiva,dieu,sécadou

Ainsi ce vieux châtaignier retournera à la Terre dont l’étincelle de vie qui l’a habité l’a fait naître. Quand nous tenons une châtaigne dans notre main dont est issu un tel géant, nous tenons entre nos doigts le mystère de l’univers que certains appellent « Dieu » mais auquel je n’ai pas encore trouvé de nom.

  

*****

Si vous aimez ce blog, peut être aimerez vous aussi mes chansons ?

Mon dernier album "TU RAMES" est disponible sur les plateformes musicales

dont DEEZER (cliquez sur le nom)

Vous pouvez aussi écouter mes autres chansons sur mes autres blogs

1) CANTA-la -VIDA

(blogs de chansons illustrées par des photos)

La dernière chanson mise en ligne étant "Je sais un endroit"

2) OLD NUT WIX

(intégralité des chansons - sauf le dernier album - classées par album)

(cliquez sur les liens dans le haut de la colonne à droite)

 

Texte & Photos Ulysse

 

 

18/11/2017

Vent debout sur le Caroux !

 

caroux,espinousse,mouflon

Celles et ceux qui suivent mes pérégrinations depuis quelques années savent que je ne suis pas du genre à craindre la pluie, la neige ou le blizzard ! Donc, bien que la météo nous ait annoncé une Tramontane à 100km/h et une température ressentie de -10°, avec mes copains Jo et Claude (Gibus ayant opté pour le statut de réfugié climatique en Guadeloupe !) nous avons maintenu notre projet d’arpenter le plateau du Caroux en vue de traquer - pacifiquement - le mouflon ! Au départ, l’aventure s’engage sous de bons augures ; nous grimpons dans une magnifique hêtraie parée d’or par l’automne et protégée du vent par les contreforts du Caroux.

 

caroux,espinousse,mouflon

Nous frayons notre chemin dans un épais tapis de feuilles, minuscules centrales photovoltaïques qui ont durant l’été permis l’utilisation de l’énergie solaire pour pomper dans le sol les éléments nutritifs nécessaires à la croissance des arbres. Si l’homme n’avait pas découvert le charbon et le pétrole – cadeaux empoisonnés de la nature - et avait, dès le début de son développement industriel, consacré son génie et ses moyens financiers à s’inspirer de la photosynthèse, on n’aurait pas une planète en surchauffe !

 

caroux,espinousse,mouflon

Nous voilà rendus sur le plateau et la photo ne peut révéler l’assaut fougueux de la Tramontane que nous subissons alors. L’orientation de la ramure des arbres vous donne néanmoins une idée de son influence en ces lieux où rien n’entrave sa course. Nous abandonnons notre espoir d’apercevoir un mouflon, ceux ci - moins fous que les humains - s’étant probablement réfugiés en des lieux plus sereins.

 

caroux,espinousse,mouflon

Nous profitons de l’abri temporaire qu’offre un promontoire rocheux pour admirer le paysage. Seul le fil clair des routes forestières trahit la présence de l’homme et la nature sauvage règne encore en maître. On jouit du même paysage que celui qu’ont pu contempler les hommes des siècles passés. On ne soupçonne pas les immenses dégâts que cause à l’environnement en d’autres lieux notre développement mortifère. Notre avenir est en jeu comme le proclament plus de 15000 scientifiques dans un manifeste publié par la revue Bioscience.

  

caroux,espinousse,mouflon

Vers l’Ouest un énorme édredon de nuages s’est échoué sur les sommets de la Montagne Noire. Il faut dire que ces boules cotonneuses pèsent plusieurs dizaines de milliers de tonnes, voire plusieurs dizaines de millions de tonnes pour les très gros cumulus. Malgré sa vigueur dame Tramontane a du mal à leur faire passer les cols !

 

 

caroux,espinousse,mouflon

Après l’effort, le réconfort, qui prend la forme d’un déjeuner dans le refuge de Font Sallesse, dont les murs – rénovés et blanchis il y a 2 ans par une classe de CM2 de la région - sont de nouveau recouverts d’ignobles graffitis laissés par des cancrelats qui s’imaginent que leur passage en ces lieux est digne de passer à la postérité. Pas étonnant qu’avec autant d’abrutis dans ses rangs l’humanité aille dans le mur ! Certes les abrutis qui se payent des yachts ou des jets privés font plus de dégâts à la planète que ceux qui font des graffitis, mais c'est la même mentalité ! 

 

 

caroux,espinousse,mouflon

Mais la beauté du paysage qui nous attend sur le chemin du retour, nimbé d’une brume bleutée qui gomme toute présence humaine, apaise notre irritation. Si les yankees, qui ont élu comme président un triste clown cupide et inculte, n’avaient pas exterminé les amérindiens, ceux ci nous auraient peut être mis sur le chemin d’un développement plus respectueux de la nature.

 

 

caroux,espinousse,mouflon

Le Caroux expose partout ses vieux os de 300 millions d’années, vieillard vénérable qui fut dans sa jeunesse aussi haut que l’Himalaya. Il les exposera probablement encore alors que l’humanité aura disparu.

 

 

caroux,espinousse,mouflon

Sur le dernier tronçon du parcours sur le plateau, nous sommes vent debout contre la Tramontane et nous sommes obligés de nous pencher vers l’avant pour ne pas basculer en arrière.

 

caroux,espinousse,mouflon

Ce vaillant arbuste (qu’aime aussi photographier mon ami Bernard, que je salue au passage) témoigne du climat venteux qui règne en ces lieux.

 

caroux,espinousse,mouflon

Nous nous apprêtons à redescendre dans la combe empruntée à l’aller et prenons le temps d’admirer la merveilleuse adaptation du monde végétal à son environnement. Là où l’érosion a accumulé un peu de terre arable et où le relief conduit l’eau de ruissellement, une hêtraie, qui aime les sols frais et humides, s’est installée. Mais si la sécheresse, qui sévit depuis quelques années, devait se perpétuer, ces arbres disparaîtraient bientôt de nos contrées. Ils laisseraient alors la place aux pins, bien moins propices au maintien d’une riche biodiversité, qui commencent à envahir le Caroux sans que l’O.N.F - qui a une vision purement mercantile de la gestion des forêts - ne réagisse.

 

caroux,espinousse,mouflon

Jetons un dernier coup d’œil à ce magnifique patchwork végétal qui recouvre les contreforts du Caroux et de l’Espinousse, avant de descendre vers la hêtraie traversée le matin.

 

caroux,espinousse,mouflon

La boucle est quasiment bouclée et nous retrouvons notre tapis de feuilles mortes dont la caresse et le bruissement sont autrement plus agréables que ceux de la Tramontane.

 

caroux,espinousse,mouflon

Jetons un dernier coup d’œil à la beauté de ces sous bois qui, mieux que les mots, vous convainc, s’il en est encore besoin, du bonheur que l’on prend à arpenter ce cher Caroux !

  

*****

Si vous aimez ce blog, peut être aimerez vous aussi mes chansons ?

Mon dernier album Canta la Vida est disponible sur les plateformes musicales

dont DEEZER (cliquez sur le nom)

Vous pouvez aussi écouter mes autres chansons sur mes autres blogs

1) CANTA-la -VIDA

La dernière chanson mise en ligne étant "Ça roule ma poule"

(blogs de chansons illustrées par des photos)

2) OLD NUT WIX

(intégralité des chansons - sauf le dernier album - classées par album)

(cliquez sur les liens dans le haut de la colonne à droite)

 

Texte & Photos Ulysse