suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/01/2013

In vino veritas !


vin,roquessels,peyregrandes,baudelaire

Aujourd’hui on ne boit plus du vin pour se désaltérer comme on le faisait autrefois mais pour rêver. Car le (bon)  vin est un divin élixir qui nous fait téter le sein de Gaïa notre mère et nous permet de remonter le temps.  Vitis vinifera, dont il est issu, plonge, en effet, ses racines dans les entrailles de notre planète pour produire un nectar auquel le soleil, la pluie et le vent d’un printemps et d’un été donnent un corps, une robe et des arômes singuliers.  Nul autre breuvage ne reflète autant le pays d’où il vient ni le climat qui l’a vu naître. Nul autre n’est associé aussi intimement à l’histoire de l’homme. Le seul vin qui vaille « c’est celui qui a la gueule de l’endroit et la tripe du vigneron » comme le dit Jean-Robert Pitte, Géographe professeur des Universités, spécialiste du paysage et de la gastronomie et auteur de lHistoire du paysage français (1983)

« L’oenotourisme est la plus belle manière de se réconcilier avec la géographie » assure encore cet auteur d’où cette invitation qu’il fait aux professeurs de cette matière aujourd’hui délaissée :   « Emmenez  vos étudiants par un petit matin frais dans les vignes de Pouilly face à la Loire qui sort de la brume et promène ses méandres argentés.  Expliquez-leur ce qu’est un terroir à faites parler un vigneron du cru qui leur expliquera pourquoi le sauvignon se plaît tant ici et comment il le traite pour donner le meilleur de lui même. Puis, donnez à chacun un verre de ce pouilly-fumé qui a vu le jour ici, faites-leur admirer le soleil levant au travers du vin qui passe du jaune pâle à l’or, faites-leur humer les effluves mêmées de silex, d’agrumes, d’aubépine et de ciboulette puis invitez les à caresser une gorgée de bon vin entre langue et palais en l’aérant pour en reconnaître à la fois la vivacité et le charnu, le fruit mûr et le miel, le mélange d’arêtes vives et de rondeurs. (interview figurant dans Le Monde du 27/28 septembre 2009  

Et c’est pourquoi je vous convie, aujourd’hui, à une balade au cœur du vignoble du Faugérois, près de Roquessels, effectuée à la fin octobre 2012 au moment où les vignes étaient à l’acmé de leur splendeur. 

vin,roquessels,peyregrandes,baudelaire

La Bible attribue la culture de la vigne à Noé le premier agriculteur, mais plus sérieusement (car la Bible, on le sait aujourd’hui, a été écrite par le Marquis de Sade à partir d’un brouillon rédigé par la Marquise de Sévigné ) les experts pensent qu’elle est née en Arménie où des fouilles archéologiques ont mis au jour un pressoir à vin et une cuve de fermentation en argile datant de plus de six mille ans avant J.C. Elle s’est étendue ensuite dans le Caucase et la Mésopotamie et a été pratiquée par les Sumériens, les Babyloniens  les Assyriens et surtout les anciens Egyptiens, dont les fresques comportent la première représentation du processus de vinification.

Puis la culture de la vigne s'est pleinement épanouie sous l’impulsion des Grecs et des Romains dans le bassin méditerranéen, qui est considéré comme le berceau de la civilisation du vin. Ce terme de « berceau » est au demeurant, assez révélateur de l’affectueux intérêt que l’homme porte au vin. Jamais, par contre, vous n’entendrez parler du « berceau » de la pomme de terre, de la tomate, du rutabaga ou du topinambour.  

 

vin,roquessels,peyregrandes,baudelaire

Le premier vignoble de France a été implanté au sixième siècle avant J.C. par les Phocéens à Massalia, devenue Marseille. Ce qui est sans doute la raison pour laquelle le vin nous fait verser dans les « fossés » quand on en abuse ! Bon, vous n’êtes pas obligés de rire. 
Mais l’extension de la culture de la vigne à travers toute la Gaule  s’est faite à partir du 1er siècle après J.C. sous l’impulsion des Romains, bien que l’empereur Domitien ait décidé l’arrachage de 50% du vignoble languedocien qui concurrençait les vins romains .

 

Elle a gagné ensuite la Bourgogne et  le Bordelais au 2ème siècle, atteint la Vallée de la Loire au 3ème siècle, puis la  Champagne et la vallée de la Moselle au 4ème siècle. 
La région parisienne, du fait de la grande concentration de population et l’absence de moyens de transports rapides,  fut pendant longtemps l’une des plus grandes régions viticoles françaises. Il ne reste aujourd’hui que le vignoble de Montmartre dont les vendanges sont faites en « grande pompe ».

 

 Les Gaulois, que les traditions présentent à tort comme des buveurs de Cervoise, ont amélioré les procédés de vinification par le vieillissement en fûts de chêne, les vins étant jusqu’alors conservés dans des amphores lourdes et fragiles.

Le christianisme a aussi contribué à propager la vigne et le vin en France en encourageant les viticultures épiscopales et monastiques, le vin étant le symbole du sang du Christ. Bien qu’athée j’avoue, d’ailleurs, que j’ai un brin d’indulgence pour cette religion et je plains sincèrement les adorateurs d’un dieu buveur d’eau !


 

 

vin,roquessels,peyregrandes,baudelaire

Dans l’Antiquité, les vins étaient coupés d’eau et agrémentés d’herbes, de miel et d’aromates pour leur assurer une meilleure conservation. C’est au Moyen Age qu’est apparu le vin tel que nous le connaissons aujourd’hui, bien que les vins rouges étaient plus clairs que ceux d’aujourd’hui, car on ne procédait pas alors à la macération des peaux avec le moût.

 

vin,roquessels,peyregrandes,baudelaire

Quand on contemple la splendeur de ces vignes parées de couleurs automnales on ne peut que regarder de travers les abstinents. Car comment peut-on résister à un breuvage né d’une telle magnificence ? Au demeurant les buveurs de vins sont les meilleurs amis qui soient ou du moins les plus francs, car comme l’on dit  « in vino veritas » !

 


vin,roquessels,peyregrandes,baudelaire

Admirons avec gourmandise ces grappes gavées de rayons de soleil qu’elles ont transformé en nectar doré. Car même les raisins noirs donnent un jus blanc et c’est la macération avec la peau qui lui donne sa couleur rouge plus ou moins prononcée.

  

vin,roquessels,peyregrandes,baudelaire

Dirigeons nous vers Roquessels pour accéder au château et jouir d’une vue d’ensemble du vignoble. C’est dans ce village que vous trouverez l’un des meilleurs domaines de l’appellation, « le Château des Peyregrandes », gérée par Marie Geneviève Boudal, dont les vins ont une finesse exemplaire à l’instar de ceux généralement produits par les femmes vigneronnes. Il faut absolument que vous goûtiez une fois dans votre vie sa cuvée « Marie Laurencie » qui n’est produite que les bonnes années. C’est un très grand vin  à un prix raisonnable.

 

 

vin,roquessels,peyregrandes,baudelaire

Voilà le paysage  que l’on découvre du château construit au Xème siècle : on peut dire qu’il y a de plus vilains endroits sur terre ! Les châtelains qui ont vécu en ces lieux devaient passer des heures à contempler ce magnifique patchwork de vignes qui montrent bien que les (bons) vignerons sont des artistes dans l’âme.

 

vin,roquessels,peyregrandes,baudelaire

Ne dirait-on pas qu’un morceau de soleil a fondu sur ce coteau ? N’avez vous pas la gorge sèche en pensant au nectar qui sortira d’une telle splendeur ?

  

 

vin,roquessels,peyregrandes,baudelaire

Les herbes qui courent entre les rangs de vigne vous montrent qu’ici on respecte la nature et que le vin qui en est issu ne sera pas un cocktail de pesticides comme il s’en produit dans quelques régions plus humides.

 

 

vin,roquessels,peyregrandes,baudelaire

Ici, le photographe amateur que je suis s’en donne à cœur joie pour capter la quintessence de cette nature « géométrique » où la ligne verticale d’un cyprès et la sphère d’un chêne vert font contrepoint  aux parallèles mordorées  des rangs de vignes.

 

vin,roquessels,peyregrandes,baudelaire

« Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté » comme l’a célébré Baudelaire dans son poème « L’invitation au voyage ». Mais a-t-on besoin de voyager quand on a un tel paysage à quelques tours de roue de chez soi ?

 

 

 

vin,roquessels,peyregrandes,baudelaire

Ici et là une vigne à l’abandon apporte à ce patchwork multicolore la note argentée de ses herbes duveteuses qu’illuminent les rayons du soleil.

 

 

vin,roquessels,peyregrandes,baudelaire

Le soleil commence à plonger vers son berceau de collines faugéroises  et ses rayons horizontaux transpercent les feuilles de vignes qui deviennent autant de cœurs ensanglantés suspendus aux treilles. Ces cœurs là assurément sont généreux et réjouissent le cœur de l’homme !

 

 

Texte & Photos Ulysse (Sauf citation)