suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/04/2012

D'air frais, prenons un grand bol en allant à l'Estagnol !

 

IMG_0679.JPG

Coucou ! Nous "revoilou", Léo et moi Louna de Lutèce (notez la particule chèrement payée !) blancs comme des endives de Knokke-le-Zoute, mais prêts à accompagner Phoebus, dieu du jour de la lumière, du soleil et de l’intelligence sur le chemin qui mène au hameau abandonné de l’Estagnol, niché au cœur des monts de Saint  Guilhem–le-Désert.

Nous sommes accompagnés de nos ascendants – assez mal nommés, au demeurant, vu qu’ils traînent un peu dans les côtes – ainsi que de l’ami Gibus, ce qui est une garantie qu’on ne se retrouvera pas à minuit à faire du stop au bord d’une route, alors que mon papy continuera de nous dire « Mais je vous assure on n’est pas loin d’où on est garé, dans un quart d’heure nous sommes arrivés ! ».

 

IMG_0684.JPG

Nous remontons la Combe du Bouis sur une piste pierreuse qui doit occuper le lit d’un ancien torrent à sec.  Le terrain étant quasiment plat tout le monde suit sans encombre, à l’exception, pour une fois, de moi même, faiblesse que je me dois de vous avouer. De toute façon, je sais que mon papy n’aurait pu s’empêcher de vendre la mèche, la raison en étant assez pittoresque, pour ne pas dire « Lounesque ». C’est tout simplement que dans ma précipitation j’ai oublié de mettre mes chaussettes que je retrouve dans ma poche en cherchant un mouchoir ! Il faut dire que mes chaussures me paraissaient moins confortables qu’à l’accoutumée. Mais bon avec le prénom que l’on m’a donné, qu’on ne s’étonne pas si je contrarie parfois le bon sens ou la logique la plus élémentaire !

 

estagnol,tartarin,cathares,phoebus

Nous nous engageons dans la combe sauvage de Galinière sur une vague sente qui louvoie au coeur d'une jungle méditerranéenne, dont le sol est en permanence labouré par les hardes de sangliers qui pullulent à cet endroit. Dûment « enchaussettée » je cours, je vole et je dois de temps en temps m’arrêter pour éviter de perdre de vue le groupe. Ce n’est pas tant que je crains de me retrouver seule mais plutôt que, ne portant  le pique-nique, je n'envisage guère, de  passer une journée sans manger ! !

 

estagnol,tartarin,cathares,phoebus

Les choses se corsent bientôt avec la présence de  quelques passages rocheux qu’il faut escalader. C’est dans ces moments là que je perçois l’un des rares avantages comparatifs dont jouit la jeunesse. On n’a pas besoin d’être poussé ou hissé à deux ou à trois pour franchir l’obstacle. Cela dit par charité filiale je ne nommerai personne !

Puis nous traversons la Réserve des Cévennes, une magnifique forêt de pins de Salzmann  qui dispense une ombre rafraîchissante et où nous décidons de pique-niquer. Et là, de nouveau, après l’épisode des chaussettes, j’offre au groupe l’occasion de rire à mes dépends. Car au terme de nos agapes je déclare à la cantonade que j’ai mangé à « ma siété » ! J’ai du mal à comprendre ce qui les fait rire car c’est souvent que j’entends mon papy dire qu’il a mangé à « sa siété ». Que je sache les adjectifs possessifs s’accordent avec le sujet ! Explication faite, j’en conclus que la langue française est décidément bien compliquée !

 

estagnol,tartarin,cathares,phoebus

 Nous étant remis en route, nous contournons le Roc de la Vigne par son flanc Est. Du chemin l'on aperçoit l'immense "dent de requin" du Pic Saint Loup qui émerge à l'horizon, impressionnant vestige du socle sédimentaire laissé par la Méditerranée il y a cent millions d'années que le surgissement des Pyrénées, intervenu soixante millions d’années plus tard, a renversé à la verticale.
 Bon, vous vous doutez bien que je tiens ces infos de mon papy, mais j’ai le mérite d’avoir retenu la leçon. Comme quoi je n’ai pas toujours la tête dans les étoiles !

 

estagnol,tartarin,cathares,phoebus

Au détour du chemin le hameau de l'Estagnol dévoile soudain ses magnifiques bâtisses de pierres.  Etant une adepte d’Harry Potter et autres romans de sorcellerie je ne peux m’empêcher de prêter l'oreille espérant entendre l'écho des voix humaines qui ont autrefois résonné en ces lieux. Mais seul le buzzement des insectes et le pépiement des oiseaux se font entendre.

 

estagnol,tartarin,cathares,phoebus

Je me dis qu’on a beau être au vingt et unième siècle où triomphent les nouvelles technologies, on n’a pas fait de progrès en matière d’architecture, bien au contraire, du moins si je compare à par rapport à l’endroit où je vis ! Je pense à celles et à ceux qui ont vécu ici et se sont installés le soir venu, après une dure journée de labeur, sur cette terrasse, que l’on aperçoit au dessus, pour s’y détendre.  Peut être ont-ils rêvé de villes et de pays situés bien au delà de la ligne d'horizon. Ainsi est l'homme, qui rêve souvent de vivre ailleurs que là où le sort l'a fait naître (mais nous les femmes, on est aussi comma ça !) et qui s'en va découvrir le monde pour revenir en fin de compte, au bout de son âge, là où il est né. Car comme le dit mon papy, tout le monde croit que l’herbe est plus verte ailleurs sauf qu’on oublie que partout il faut l’arroser !

 

estagnol,tartarin,cathares,phoebus

De fait, c’est à croire que notre corps a la mémoire et la nostalgie du sol dans lequel sont puisés les éléments qui l’ont constitué. C’est pour ça que mon papy a du mal à s’éloigner plus de quelques jours de la cave dans laquelle reposent ses flacons de nectar, répliques de ceux qui, comme pour Rabelais, son compatriote,  ont rempli ses biberons.

 

estagnol,tartarin,cathares,phoebus

Ces vieilles bâtisses tirent leur beauté du fait que leurs matériaux sont issus du sol  qui les entoure et qu’elles prolongent en quelque sorte de façon structurée. Elles font corps avec lui et ceux qui y vivaient devaient éprouver en leur sein un sentiment charnel de lien avec Gaïa notre terre-mère.

 

estagnol,tartarin,cathares,phoebus

Nous quittons l’Estagnol pour descendre dans la combe de Valbonne. Je me laisse entraîner par la pente et prends tellement d’avance que je perds de vue les autres membres du  groupe. Je grimpe sur un perchoir à Tartarins – c’est le nom que leur donne mon papy  qui m’explique qu’il s’agit de grosses volailles bruyantes et ventrues qui se regroupent ici à l’automne  -  pour voir si je les aperçois.

 

estagnol,tartarin,cathares,phoebus

Le groupe m’ayant rejoint, nous poursuivons notre descente en direction de la Combe de Bouis que nous avons emprunté au départ. La  piste est confortable et je m’abandonne en toute confiance à mes rêveries. Il faut dire qu’habituellement  les pierres et les  racines se font un malin plaisir à me faire perdre l’équilibre, ce qui est fort injuste car je n’ai aucune mauvaise intention à leur égard. Mais comme le dit mon papy ne cherche pas la justice et l’équité en ce monde car tu rentreras bredouille !

 

estagnol,tartarin,cathares,phoebus

 Soudain j’entends une voix qui me tire de ma rêverie et qui me dit en grec «Βοήθησέ με » ce qui veut dire "aide moi". Je regarde dans la direction d’où vient la voix et aperçois un  cyclope égaré qui me déclare qu’il aimerait bien retourner dans les Cyclades .

Je lui indique qu’il lui suffit de suivre le chemin qui le mènera tout droit jusqu’aux rives de l’Héraut. De là il pourra descendre jusqu’au bord de la Méditerranée où il n’aura aucun problème pour trouver un bateau en partance pour la mer Egée.

Bon, j’espère que vous n’avez pas cru à cette histoire farfelue qui est du genre de celles que mon papy passe son temps à vous raconter et auxquelles j’ai droit pendant les vacances . Je pense que son  penchant pour ces calembredaines est un effet secondaire du rosé ou du Ti’punch, ce qui n’est pas encore dans mes pratiques.

 

estagnol,tartarin,cathares,phoebus

La piste passe en contrebas de rochers ruiniformes qui me rappellent les citadelles  cathares de Quéribus et de Peyrépertuse que nous avons visitées en février dernier.  Je me demande si dans le passé des soldats ne s’y sont pas laissés prendre et ne sont pas montés en faire l’assaut, pour découvrir après coup leur méprise. De même les adultes, d’aujourd’hui, pourtant réputés plus évolués, passent-ils des années à poursuivre des chimères telles qu’obtenir des ados que leurs chambres soient bien rangées !

 

estagnol,tartarin,cathares,phoebus

Le site est vraiment grandiose et je me sens comme une fourmi, mais heureusement fourmi je ne suis pas, car je ne me verrais pas travailler sans cesse comme elles le font, sept jours sur sept, qu'il pleuve ou qu'il vente, car j’aime trop les vacances chez papy et mamy !

estagnol,tartarin,cathares,phoebusLa rando se termine et je vous dis à la prochaine, à moins que les prévisions météo, pas fameuses pour les jours à venir ne nous privent de sortie ! Ciao, ciao !


PS: je vous invite à lire mon nouveau reportage sur l'Egypte sur mon autre blog PIQUESEL


Texte Louna/ulysse @ photos Ulysse