suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/01/2010

Oh temps suspend ton vol à Marcevol !

 

DSC04668.JPG

Il y a des jours de notre existence qui s’impriment plus que d’autres dans notre mémoire parce que leur trame n’est que plénitude et sérénité . Ces jours nous font dire à l’instar du sublime Alphonse :

" Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
Suspendez votre cours :
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours !

J’ai vécu en compagnie d’amis un tel jour au début de l’été 2009, alors que nous revenions d’un périple dans les Pyrénées Orientales, dont le sommet emblématique, le Canigou, domine de ses 2785 mètres la région du Conflent que nous avons traversée.

 

DSC04652.JPG

Nous avons fait une première halte à l’admirable chapelle romane de Prats-Balaguer édifiée au XIème siècle. Bien que non croyant, je suis sensible à la beauté de ces édifices dont la nef symbolise, pour moi, l’enracinement de l’homme dans la terre et le clocher, ses aspirations spirituelles. La grande force de la religion chrétienne est que ses maisons de prières soient ouvertes à tous, croyants ou non croyants,  et que l’on peut venir y méditer dans un lieu propice au recueillement et au retour sur soi .

En ce lieu, dont l’aspect n’a sans doute pas changé depuis près de mille ans, le ciel bleu et le soleil aidant, on est gagné par un sentiment d’apaisement et d’éternité.

 

photos marie 058.jpg

Si mon âme me préoccupe parfois, je suis loin d'être insensible, vous le savez, aux plaisirs que nous procure notre enveloppe corporelle. Dans les parages de Prats- Balaguer coule en sous bois un torrent dont les eaux sont alimentées par une source à 62° !

Quel bonheur de se glisser dans une vasque d’eau chaude, surtout si de jolies naïades en tenue d’Eve y sont déjà, car ici la tenue du jardin d’Eden est de mise si vous ne voulez pas vous ruiner en maillots de bain vu le caractère sulfureux de l’eau (un aspect un brin luciférien !)

N’est ce pas un bonheur de pouvoir jouir en toute innocence du spectacle du corps féminin alors que vous êtes immergé dans un milieu qui vous rappelle votre « enfance » pré-natale ! C’est la félicité !

 

DSC04656.JPG

Dans le climat quasi tropical qui règne aux alentours du torrent, une agave dresse sa hampe fleurie qui signale, hélas, le terme de son existence. Cette fleur qui a mis quinze ans pour s’épanouir a, en effet, épuisé la plante qui va donc mourir et laisser des rejets qui prendront sa relève.

La vue de cette magnifique agave (nom qui vient du grec agauos qui veut dire admirable) mais aussi redoutable (il faut prendre garde aux pointes acérées des feuilles) me rappelle un « enivrant » (c’est le mot !) voyage au Mexique

Car dans ce pays l'agave est utilisé dans la fabrication de la Téquila et du Mezcal. La Téquila est produite à partir du cœur cuit et fermenté de l'Agave Tequilana Bleue. Le Mezcal peut être fabriqué à partir de plusieurs espèces et c'est le fruit de l'agave qui est utilisé. En outre, le ver d'agave est ajouté dans la bouteille de Mezcal ! La coutume veut que celui qui finit la bouteille avale le ver (je me suis arrangé pour ne jamais finir la bouteille !)

 

DSC04659.JPG

Un superbe « échiquier d’occitanie » (je parle du papillon !) se délecte du nectar des fleurs d’un laurier-sauce, nom qui lui vient du fait que les bonnes cuisinières mettent toujours quelques feuilles de laurier dans les daubes, les courts-bouillons et les terrines. Les romains autrefois tressaient ses tiges en couronnes dont ils coiffaient les vainqueurs aux jeux olympiques. De même, à la Renaissance les étudiants qui réussissaient leurs examens se voyaient coiffés avec des rameaux de laurier garni de baies appelées « bacca lauréati » d’où vient le terme actuel de baccalauréat (source : l’excellent ouvrage « la Garrigue Grandeur Nature » aux éditions du Pélican)

 

DSC04663.JPG

Mais le long bain que nous avons pris nous a creusé l’appétit (au moins un mètre de profondeur !) et nous nous rendons au pittoresque village (nous évitons les autres) d’Eus pour satisfaire à nos exigences « vitales » . Et là nous trouvons un « confetti » de paradis sur la haute place du village ombragée par un micocoulier et qui sert de terrasse à un modeste restaurant installé dans une vieille maison restaurée avec goût.

 

DSC04664.JPG

Cet endroit à l’écart de la rumeur du monde offre une vue imprenable sur la chaîne pyrénéenne. Il semble être aussi à l’écart du temps dans une bulle d’intemporalité comme les jours d’été dans le midi en distillent, quand l’air est chaud et immobile et que vous envahit une douce torpeur.

 

DSC04694.JPG

Notre corps ayant eu son dû, nous nous rendons au prieuré de Marcevol afin que notre âme reçoive aussi sa juste part. Cela vous intrigue sans doute de voir un non croyant courir ainsi de lieu saint en lieu saint, mais on peut avoir des aspirations spirituelles sans adhérer à aucune religion.

L’univers et la vie sont de telles merveilles qu’il est difficile de croire qu’ils n’ont qu’une dimension matérielle. Et il faut porter au crédit des croyants de toutes religions que leurs aspirations génèrent des œuvres (malheureusement pas toujours des actes) d’une grande beauté.

 

DSC04698.JPG

Ce joyau de l’art roman catalan posé sur un plateau qui domine la vallée du Têt près de la commune d’Arboussols a été fondé au XIIème siècle par les chanoines du Saint Sépulcre de jérusalemem, cet ordre monastique lié à la conquête des lieux saints (c’est là où les actes ne correspondent pas aux aspirations !) Sa façade est ornée de marbre rose provenant de la région et d’un curieux clocher- tour asymétrique à quatre baies.

 

DSC04682.JPG

La nef centrale est d’une très grande élégance et simplicité, les bâtisseurs ayant par leur génie enlever leur poids aux pierres qui semblent flotter dans l’air comme le font les étoiles la nuit dans le ciel.

DSC04687.JPG

Une fresque montre un christ en majesté arborant un regard triste, voire désespéré, conscient sans doute de la vanité de son sacrifice pour des bipèdes qu’il voulait sauver et qui continuent partout dans le monde de s’étriper en invoquant souvent le nom de son père. De fait il a été sans doute commis dans le monde autant de crimes au nom de dieu que de crimes crapuleux, voilà pourquoi on peut douter du bien fondé des religions…

 


DSC04672.JPG

J’ai d’ailleurs croisé Jésus méditant dans un coin discret d’une chapelle adjacente et qui m’a confié que si c’était à refaire, il se contenterait d’être charpentier comme son père. Car m’a-t-il dit mieux vaut faire de belles tables autour desquelles les hommes peuvent partager leur repas que de leur faire des discours. Car vos paroles aussi généreuses soient-elles vous échappent et sont exploitées par des gens sans scrupule qui en font un instrument de domination et de pouvoir.

 

DSC04690.JPG

Mais reconnaissons aussi que ces paroles ont incité les hommes à édifier des « merveilles » pour nous rapprocher du "ciel" et l’on oublie en les contemplant le sang qui a été versé par les « ordres » auxquels appartenaient leurs bâtisseurs.


Texte & photos Ulysse (sauf la 3ème Marie B.)