suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12/05/2018

La pluie ? Un délice sur les chemins de Rosis !

 

rosis,sommet de rio,climat,genêt

Gibus et moi jouissons de l’infini privilège de pouvoir décider chaque matin d’aller arpenter les chemins. Jamais notre sentiment de liberté n’est aussi fort que lorsque nous quittons ainsi le monde et ses contraintes pour nous aventurer en pleine nature dans un environnement proche de celui que l’homme a connu à l’aube de son histoire. Nous renouons les liens oubliés avec le monde minéral, végétal et animal dont l’homme a du percer les secrets pour survivre. Par cette immersion en pleine nature notre sentiment de vie retrouve sa plénitude.

 

 

rosis,sommet de rio,climat,genêt

C’est à la fin du printemps, époque à laquelle la nature est à son apogée dans la montagne de Rosis, que ce sentiment est le plus vif.  L’heureux mariage du mauve des bruyères qui commencent à fleurir et de l’or des genêts enchante nos yeux alors que l’odeur miellée de ces derniers enivre nos sens. La jouissance que nous éprouvons alors est aussi forte que celle de nos premières rencontres amoureuses, douce consolation pour ces vieux randonneurs aux abattis décatis que nous sommes devenus.

 

rosis,sommet de rio,climat,genêt

Oui Gaïa, notre terre mère,  est pour nous comme une ardente maîtresse qui nous fait souffler, suer, ahaner et nous berce dans ses bras rugueux quand, fatigués,  nous y faisons la sieste.

 

 

rosis,sommet de rio,climat,genêt

Et de surcroît c’est elle qui nous fait des cadeaux en nous dévoilant, impudique, ses mamelons, ses toisons sombres, ses abîmes vertigineux. Elle ne demande et n’attend rien de notre part, sinon du respect.

 

rosis,sommet de rio,climat,genêt

Et comment ne pas respecter cette planète miraculeuse, née il y a plusieurs milliards d’années de la fournaise céleste et sur laquelle cohabitent éléphants et coccinelles, baleines et pétoncles, nuages dans les cieux et tonneaux de vin dans les caves !

 

rosis,sommet de rio,climat,genêt

Les mouflons partagent avec nous cet ineffable bonheur d’arpenter la montagne de Rosis. Animaux des plus farouches, on ne les voit que par surprise, lorsque le vent est favorable et que l’on fait silence, leur ouïe étant extrêmement fine (certains de mes amis randonneurs comprendront, je n’en doute pas, le sous-entendu !).

 

rosis,sommet de rio,climat,genêt

Un facétieux nuage ayant décidé de lâcher un peu de lest sur nos têtes, nous nous réfugions dans l’abri de Caissenols le Haut pour pique-niquer. Un feu de cheminée, inhabituel en cette saison sous cette latitude, nous permet de sécher nos tee-shirts transformés en éponges. Signe avant coureur du chamboulement climatique qui menace le monde, nous buvons un délicieux blanc d’oc bien frais de la cave de Richemer à la lueur d’une flambée !

 

rosis,sommet de rio,climat,genêt

La pluie s’étant calmée nous reprenons notre périple en nous dirigeant vers le Plo de Bru, dont le nom viendrait d’un camp romain qu’y aurait installé Marcus Junius Brutus, qui fut nommé par César gouverneur de la Gaule Cisalpine en 46 avant notre ère. Comme on le sait il ne lui fut guère reconnaissant de cette nomination. Mais on sait bien qu’en politique les amis d’un jour sont les ennemis de demain, car on ne peut pas plus réfréner l’ambition des hommes politiques qu’on ne peut empêcher un (vrai) camembert de couler.

 

rosis,sommet de rio,climat,genêt

De même il est assez habituel que les nuages se transforment en pluie, phénomène que nous vérifions pour la seconde fois au cours d’une même journée ce qui, vous vous en doutez, n’est pas forcément de notre goût. Mais bon, nous ne sommes pas en « sucre »,  comme le savent ceux qui nous suivent depuis quelques années, et nous faisons donc contre mauvaise fortune bon cœur.

 

rosis,sommet de rio,climat,genêt

Nous longeons une habitation dont l’état, hélas, ne nous permet pas d’en faire un abri. En la voyant je songe à cette sympathique rengaine  de Danyel Gérard qui eut un certain succès au cours de mon adolescence.

 

rosis,sommet de rio,climat,genêt

La pluie a empêché une harde de mouflons de sentir à l’avance notre odeur  et nous avons ainsi le temps de les apercevoir qui dévalent le vallon en contrebas de notre chemin. Finalement cette pluie n’a pas que des inconvénients. Elle nous montre que d’un « mal » peut sortir un « bien ». Comme l’a enseigné Boudha il ne faut ni se réjouir de ses bonnes fortunes ni se plaindre de ses infortunes, car les unes peuvent engendrer les autres. C’est pourquoi Gibus et moi finissons toujours les bouteilles  car le vin qui resterait - un bien pour notre foie - pourrait tourner en vinaigre, ce qui serait un innommable gâchis !

 

 

rosis,sommet de rio,climat,genêt

Mais il est temps pour nous de redescendre en empruntant un chemin plutôt fait pour les mouflons que pour les humains. Mais  Gibus et moi n’en avons cure car à force d’arpenter les montagnes nous nous sommes en quelques sorte «mouflonisés».

 

rosis,sommet de rio,climat,genêt

Mais nos yeux et notre esprit restent sensibles à la beauté des lieux alors que les centres d’intérêt du mouflon se résument à l’herbe à brouter et à l’arrière train de leurs femelles. Mais après réflexion, je me demande si  nous sommes  vraiment si différents  que ça des mouflons ?

 

rosis,sommet de rio,climat,genêt

Je suis heureux de partager avec vous l’inimaginable beauté de cette montagne de Rosis qui d’ici un mois, après avoir été revêtue d’or, deviendra violette. Si les chefs d’Etat se mettaient à la randonnée et redécouvraient la beauté du monde, sûr qu'au lieu de faire de beaux discours et signer de creux traités ils prendraient enfin de vraies mesures pour sauver notre planète. Malheureusement ils restent enfermés dans leurs palais « bunkerisés «  entourés par des obsédés du P.N.B . Moyennant quoi on appuie sur l’accélérateur qui nous mènera dans le mur.

 

rosis,sommet de rio,climat,genêt

Mais cette beauté peut-elle convaincre des esprits gangrenés par la soif du pouvoir et une fois acquis de la volonté d’y rester coûte que coûte ?  Certains dirigeants de la planète ne doivent même pas savoir dessiner une fleur ou un oiseau. Un char, un avion de chasse, un instrument de torture, par contre oui ! 

 

rosis,sommet de rio,climat,genêt

La pluie ayant repris nous sommes de plus en plus trempés, mais peu nous chaut car nous nous sommes gavés de cette munificence qui enivre notre âme et nous met en résonance avec le mystère de la vie. Oui, vraiment, privilégiés nous sommes de pouvoir arpenter ainsi librement les chemins…..

(Reprise d'archive)

 

*****

Si vous aimez ce blog, peut être aimerez vous aussi mes chansons

Trois nouvelles dont "Je crois au matin" sont postées sur les plateformes musicales

dont DEEZER (cliquez sur le nom)

Certaines sont aussi publiées sur mon blog Canta la Vida

la dernière étant "Quand le mois de novembre... "

Vous pouvez aussi les écouter sur mon blog

OLD NUT WIX

(intégralité des chansons - sauf les 2 derniers albums - classées par album)

(cliquez sur les liens dans le haut de la colonne à droite)

 

Texte & Photos Ulysse

 

07/04/2018

En route pour Rosis, la montagne d’or !

 

sénat,or,hercule,rosis

( Article tiré de mes archives)

Notre pouvoir d’achat est en berne mais le cours de l’or n’a jamais été aussi élevé. Les bijoutiers nous font ainsi des offres mirobolantes pour racheter nos bijoux de famille (les vrais !) et des apprentis « forty-niners » écument le moindre ruisseau à la recherche de pépites.  Un conseil donc : ne dormez pas la bouche ouverte sous peine de vous réveiller sans vos couronnes en métal doré. On sait pourtant que l’or rend fou mais ça ne calme pas pour autant la frénésie de ses adorateurs. Qui possède un million en veut deux ; qui en a deux en veut quatre et ainsi de suite, tous ces millionnaires étant engagés dans une compétition forcenée pour être le plus riche macchabée du cimetière. Heureusement épargné par cette frénésie grâce à l’attention sans faille de mon inspecteur des impôts (qu’il en soit remercié) je vous propose de partir en quête du seul or qui vaille, de cet or qui ne corrompt pas mais enchante : l’or des genêts qui fleurissent  dès la fin mai sur la montagne de Rosis.

Nul besoin d’exploiter ou de truander son prochain ou d’appartenir à la confrérie des banquiers, assureurs, sénateurs, bijoutiers, horlogers ou fripiers pour pouvoir contempler cet or là.  Bien au contraire. Des goûts simples, l’aptitude à l’amitié et à la solidarité ainsi que de bons mollets sont de rigueur. Tout ce que l’on risque dans l’aventure c’est de prendre un bain non désiré dans le torrent qu’il faut traverser pour partir à l’assaut de cette somptueuse montagne.

 

sénat,or,hercule,rosis

La beauté de cet endroit vous donne, je n’en doute pas, l’envie de séjourner quelques jours dans cette masure. Profitez en, car pour le moment elle est libre ! Certes le confort en est plus que sommaire et les voisins, mulots, fouines, mouflons, n’arrêtent pas d’aller et venir la nuit, mais quel bonheur de pouvoir assister au lever et au coucher du soleil sur ces genètières (ou ginestières).

 

 

sénat,or,hercule,rosis

Outre leur somptueuse beauté, ces genetières tiennent le sol, évitant ainsi l’érosion. Autrefois, elles étaient broutées par les moutons et servaient, notamment dans le lodévois tout proche,  à fabriquer de la toile plus résistante que celle en chanvre ou en lin.

 

 

sénat,or,hercule,rosis

Nous arrivons en vue d’un lieu familier à mes plus fidèles  lectrices et lecteurs : le portail de Roquandouire, curiosité géologique située sur le chemin qui mène au hameau de Caissenols et au Plo de Bru.

  

sénat,or,hercule,rosis

Cet étonnant vestige d’une couche sédimentaire mise à la verticale par la surrection des Pyrénées est un lieu idéal pour faire une halte un jour de grand vent, qu’il vienne de la Méditerranée ou de la Montagne Noire .

 

sénat,or,hercule,rosis

Si l’or  en barre n’a pas d’odeur (bien que certains aient du flair pour le repérer !) celle des genetières est envoûtante et nous prenons de la hauteur pour ne pas en être grisés.

 

 

sénat,or,hercule,rosis

Parvenant, ahanant et soufflant, en vue du Plo de bru, un arbrisseau nous tend une branche secourable pour nous aider à franchir les derniers mètres. Nous déclinons son offre charitable de peur de le briser. Ce n’est pas que nous soyons lourds car sveltes - vous n’en doutez pas j’espère - nous sommes. Mais nos sacs, eux le sont, car chargés de nombreux flacons (leur contenu relève du domaine privé)

 

 

sénat,or,hercule,rosis

Cet arbrisseau n’est que l’avant-garde d’une vaste pinède qui couvre  la partie orientale du Plo de Bru et abrite un champ de myrtilliers, témoin d’un sol léger et acide.  Les baies riches en vitamine C et en polyphénols (qui ont un rôle préventif contre le cancer)  sont délicieuses. Malheureusement il est déconseillé de les consommer dans les regions où le renard est malade de l'échinococcose ou "ténia du renard" à cause du risque de contamination à l'homme. C’est pourquoi nous sommes contraints d’aller chercher nos polyphénols dans le jus de vitis-vinifera (les plus mauvaises excuses font le sel de la vie).

 

sénat,or,hercule,rosis

Ayant atteint le col de l’Ourtigas, nous  redescendons vers le hameau de Caissenols pour y faire la pause pique-nique. Quelques amoureux de ce lieu ont, au cours des mois précédents, refait la toiture de la bâtisse principale qui prenait l’eau et réhabilité l’intérieur pour le plus grand bonheur des randonneurs de passage. Je saisis l’occasion, si jamais ils me lisent, de les en remercier chaleureusement.

 

 

sénat,or,hercule,rosis

Il faut dire que c’est un lieu idyllique hiver comme été où l’on peut se livrer sans vergogne (pourquoi vergogne y aurait-il d’ailleurs ?) à une sieste à l’air libre ou sous abri. Les polyphénols du raisin auraient, paraît-il, outre leur bénéfice anti-cancer un effet légèrement soporifique.

 

 

sénat,or,hercule,rosis

Sortis de nos flacons vides comme le génie de la lampe d’Aladin, un bestiaire fantasmagorique vient alors peupler nos rêves. On y voit ainsi le taureau de Crète poursuivi par Hercule…

 

  

sénat,or,hercule,rosis

Soudain le barrissement de l’un des éléphants perdus par Hannibal  au cours de son périple nous réveille en fanfare pour nous signaler qu’il est temps de lever le camp.

 

 

sénat,or,hercule,rosis

Et là , sur le chemin du retour, une émouvante scène nous attend : Un mouflon juvénile accompagné de sa mère sont sur le sentier. Grâce au vent contraire la mère ne nous a pas sentis venir et continue de brouter. Le juvénile qui n’a jamais rencontré d’homme et n’a donc pas appris à le craindre nous regarde ébahi, instant d’étonnement pour lui et d’émerveillement pour nous, gratifiés par cette confiance spontanée et innocente.

 

 

sénat,or,hercule,rosis

Mais la mère, mue sans doute par son instinct, lève la tête et nous découvre : stupeur et effroi se lisent dans son regard !

 

 

sénat,or,hercule,rosis

En une demi seconde c’est la fuite ! Cette scène illustre la piètre image dont jouit l’homme dans le monde sauvage où la rumeur court, aussi bien sur la  terre, dans le ciel que sous la mer, que nous sommes des prédateurs impitoyables. Et me reviennent en mémoire ces images insupportables d'un documentaire animalier, où l’on voit un chasseur embrasser la crosse de son fusil chaque fois qu’il tue un animal. Bourreau sans merci et pitoyable ayant autant d’intelligence qu’une bûche et  imperméable à la beauté du monde. J'espère que ces "bûches" là brûleront , au moins quelques jours, en enfer ! 

 

*****

Si vous aimez ce blog, peut être aimerez vous aussi mes chansons

ma dernière étant LUPO (pour la défense du loup et des animaux sauvages)

que je viens de poster sur mon blog

Canta-la-Vida

Vous pouvez aussi les écouter sur les plateformes musicales sous le nom de Old Nut

ainsi que mon blog

OLD NUT WIX

(intégralité des chansons - sauf les 2 derniers albums - classées par album)

(cliquez sur les liens dans le haut de la colonne à droite)

 

Texte & Photos  (sauf 10 Marie B ) Ulysse

 

12:25 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (52) | Tags : sénat, or, hercule, rosis

06/08/2016

Les p’tits loups au plo des Brus

 

plo des brus,roquandouire,rosis,espinousse

Pour notre dernière balade familiale estivale, nous avons choisi d’aller arpenter le sauvage et sublime plo des Brus, dont le nom signifie haut plateau couvert de bruyères. Il domine du haut de ses 1098 mètres la vallée de la Mare, modeste rivière qui se jette dans l’Orb qui rejoint la méditerranée à Valras Plage. Le sentier qui y mène, et qui part du col de l’Ourtigas, traverse de magnifiques pinèdes dont l’ombre permet aux fougères de prospérer.

 

plo des brus,roquandouire,rosis,espinousse

Par endroits le chemin quitte la forêt pour traverser des zones rocheuses comportant des belvédères sur la montagne de Rosis dont les versants ouest de ses mamelons sont recouverts d’une toison mauve de bruyères.

 

plo des brus,roquandouire,rosis,espinousse

Romain, qui lors de sa première rando dans ce massif - il y a quelques années déjà - l’avait baptisée « la montagne violette », ne veut pas manquer ce spectacle.

 

plo des brus,roquandouire,rosis,espinousse

Puis le chemin s’engouffre de nouveau dans une pinède où Romain a bien du mal à se frayer un chemin dans les fougères qui, par endroits, menacent de l’engloutir.

 

plo des brus,roquandouire,rosis,espinousse

C’est l’un des rares lieux du Languedoc où l’on trouve des myrtilles, certes plus petites que leurs consoeurs des massifs plus nordiques du fait de la sécheresse qui sévit ici en été. C’est un fruit ingrat à cueillir si l’on n’a pas les « peignes » adéquats (interdits dans certaines régions), une maigre récolte nécessitant alors une débauche d’efforts, ce qui fait que Romain et Emilie ne s’y attardent pas.

 

 

plo des brus,roquandouire,rosis,espinousse

Après une demi heure de marche, nous arrivons aux abords du plo protégé par une petite barre rocheuse. Les hautes herbes, la nature foisonnante, les amas rocheux, l’absence d’autres randonneurs, confèrent un parfum d’aventure à notre balade. Ne manquent que les mouflons que j’ai eu le bonheur d’apercevoir en ces lieux l’hiver dernier, alors que le plo était recouvert de neige. Mais observer la nature sauvage deviendra bientôt une rareté tant les activités humaines sont dévastatrices pour la biodiversité.

 

 

plo des brus,roquandouire,rosis,espinousse

Après avoir franchi la barre rocheuse, nous arrivons sur le plo, frontière géographique entre le climat méditerranéen et le climat océanique qui apporte plus de précipitations dans la vallée de la Mare en contrebas et sur les monts qui la dominent au nord, dont le point culminant est le Marcou 1093m. Romain se dit que, s’il était plus grand, peut être pourrait-il apercevoir Paris qui se trouve à environ 550 km vers le nord à vol d’oiseau. Il est vrai que l’hiver quand le ciel est cristallin on y aperçoit la pointe de la tour Eiffel.

 

plo des brus,roquandouire,rosis,espinousse

Nous traversons le plateau, hélas déserté par les mouflons, pour rejoindre le sentier qui descend vers le portail de Roquandouire. Dans le lointain se succèdent les chaines de montagnes qui occupent tout le nord de l’Hérault et qui font le bonheur des marcheurs, étant à la fois facilement accessibles et sauvages.

 

plo des brus,roquandouire,rosis,espinousse

Les quelques arbres qui ont eu l’audace ou l’inconscience de pousser sur le plateau témoignent de la force de la Tramontane qui souffle souvent en ces lieux.

 

plo des brus,roquandouire,rosis,espinousse

Nous nous engageons sur le sentier qui dévale le long du flanc sud de la Serre de Majous déchiquetée par l’érosion.

 

plo des brus,roquandouire,rosis,espinousse

Le début du sentier est un peu scabreux car il sinue dans les éboulis rocheux qui sont un défi pour les gambettes de Romain. Mais comme il a, entre autres, des talents de « ouistiti » il se sort très bien de l’épreuve. Emilie qui, à douze ans, a déjà les jambes de Marie-José Pérec, n’a aucune difficulté à franchir ces obstacles.

 

plo des brus,roquandouire,rosis,espinousse

Certains passages demandent d’avoir le pied sûr et de ne pas craindre le vertige à l’exemple de cet arbuste qui n’a pas choisi le meilleur endroit pour pousser. Le grand handicap des arbres est de ne pas pouvoir déménager !

 

plo des brus,roquandouire,rosis,espinousse

Mais ensuite le parcours ne présente plus de grande difficulté si l’on suit fidèlement les balises bleues qui le signalent. Par contre si on les perd de vue ça peut devenir beaucoup plus sportif ! Je remercie au passage l’action de ceux qui bénévolement entretiennent et balisent les sentiers souvent séculaires que les anciens ont tracés dans les montagnes pour mener leurs activités agro-pastorales.

 

plo des brus,roquandouire,rosis,espinousse

La beauté sauvage du lieu est accentuée par les amas rocheux qui surplombent le sentier dont certains, qui semblent en équilibre instable, font naitre en nous une sourde inquiétude qui contribue au parfum d’aventure de notre expédition. Le sol est, en effet, jonché de rochers ou de pierres tombés de ces amas et dont le choc pourrait être fatal. Mais le risque est quand même plus faible que de mourir en tombant sans parachute d’un avion qui vole à 10.000mètres ! Et pourtant dans ce dernier cas, aussi incroyable que cela paraisse vous avez des chances de vous en sortir !

 

 

plo des brus,roquandouire,rosis,espinousse

Bientôt nous apercevons le portail de Roquandouire juché sur un col de la serre de More dont les sentiers qui la traversent ont été maintes fois arpentés par votre serviteur. Le panorama est fabuleux. C’est ainsi que la marche en montagne élargit notre âme et notre esprit et accessoirement creuse notre appétit. La vision de ces monts est une invitation au voyage, elle dissout les frontières géographiques, mentales, spirituelles que les hommes s’ingénient à créer, prisonniers de leur « esprit de clocher ». En ces lieux, le monde est notre patrie.

 

plo des brus,roquandouire,rosis,espinousse

Je jette de temps en temps un œil derrière moi pour vérifier que le reste de la troupe suit sans problème, le chemin disparaissant par endroits sous la couverture de bruyères.

 

plo des brus,roquandouire,rosis,espinousse

Nous arrivons en vue du portail de Roquandouire, strate sédimentaire mise à la verticale par la poussée provoquée par la surrection des Pyrénées il y a environ 40 millions d’années.

 

plo des brus,roquandouire,rosis,espinousse

Mais nous virons à droite pour emprunter le bon sentier qui mène aux hameaux en ruine de Caïssenols .

 

plo des brus,roquandouire,rosis,espinousse

En une bonne demi-heure nous arrivons au refuge de Caïssenols –le-Haut récemment restauré par une association qui a effectué un travail admirable qui fait le bonheur de tous les randonneurs. Que ses membres en soient remerciés.

 

 

plo des brus,roquandouire,rosis,espinousse

Les conditions de vie étaient rudes en ce lieu, mais la tranquillité et la beauté de l’environnement et les plaisirs traditionnels : cueillette des châtaignes, chasse, pêche dans le torrent, discussions autour du feu, devaient permettre de connaître des moments de bonheur.

 

 

plo des brus,roquandouire,rosis,espinousse

On y voit les ruines de nombreux bâtiments, témoignage d’une intense activité passée. Il y eut même une institutrice à demeure au cours du XIXème siècle.

 

plo des brus,roquandouire,rosis,espinousse

Puis nous empruntons le sentier qui remonte au col de l’Ourtigas, notre point de départ. En chemin nous rencontrons le chef des Ents, Sylvebarbe, qui discute un moment avec Romain et Emilie qui bien évidemment, comme tous les enfants d’aujourd’hui, connaissent sur le bout des doigts la trilogie du Seigneur des Anneaux !

 

*****

Je pars à l'assaut de quelques sommets dans les Pyrénées et prendrai connaissance de vos commentaires à mon retour. Merci de votre passage.

*****

Je viens de publier mon dernier CD "Bulles de savon" sur les plateformes musicales Deezer, Itunes, Fnac Juke box, Google play etc...

Voici le lien vers : DEEZER

Mes autres chansons sont publiées sur mon blog musical en accès libre

OLD NUT

(cliquez sur les noms en rouge)

 

Texte Ulysse & photos Ulysse & Sébastien 

 

 

01/07/2016

De l'or sur le chemin du Plô des Brus

 

plô des brus,rosis,serre de more,compeyre,mouflons

Cela faisait longtemps qu’avec mon copain Gibus nous n’avions pas eu l’occasion de se faire une rando en « duo » compte tenu de nos nombreuses pérégrinations touristiques et des aléas météorologiques. Mais en ce lundi 20 juin, veille de l’été nous étions disponibles et le temps était quasi idéal ! Nous nous lançons donc à l’assaut du Plo des Brus, vaste plateau herbeux situé à plus de mille mètres d’altitude dans la montagne de Rosis. Partis du village de Compeyre, nous entamons l’ascension de la serre de More, hors d’œuvre qui permet à nos vieilles guiboles de retrouver le rythme avant d’entamer le plat de résistance qu’est la sente rocailleuse qui permet d’accéder au Plo.

 

plô des brus,rosis,serre de more,compeyre,mouflons

Le printemps plutôt maussade et frais a retardé la floraison des genêts qui, exceptionnellement, se conjugue avec celle des bruyères, stimulée par l’arrivée des premières chaleurs. Le mariage est somptueux et révèle le talent et la coquetterie de la nature qui parent ces vieilles montagnes du Languedoc d’une tunique odorante et enchanteresse. Tout au fond, on aperçoit notre objectif, le triangle herbeux du Plo coiffé d’une modeste pointe rocheuse. Autant dire qu’il nous reste pas mal de chemin à faire !

 

plô des brus,rosis,serre de more,compeyre,mouflons

Mais l’environnement est si enchanteur que nous avalons les montuosités de la serre de More sans nous en rendre compte, enfin presque ...!

 

plô des brus,rosis,serre de more,compeyre,mouflons

Après être passés au sommet de la serre (815m) nous dévalons vers le portail de Roquenduire, fragment de plateau sédimentaire porté à la verticale par la surrection des Pyrénées il y a environ 40 millions d’années ! Les dinosaures avaient déjà disparus et je n’étais pas encore né ! Que le temps passe vite !

 

plô des brus,rosis,serre de more,compeyre,mouflons

Une fois dépassé le portail, nous nous retournons pour admirer la serre de More recouverte d’or. Mais cet or, au contraire de celui enfoui dans les coffres des banques, n’a jamais rendu fou aucun homme, bien au contraire ! Sa vision nous réjouit, nous transporte en un pays qui n’a rien à envier au pays des merveilles d’Alice.

 

plô des brus,rosis,serre de more,compeyre,mouflons

Nous voilà engagés sur la sente abrupte qui mène au Plo des Brus et au fur et à mesure que nous prenons de l’altitude, un grandiose paysage se révèle à nos yeux. Peu nous chaut alors que nos articulations grincent, nos cœurs battent la chamade ou que nos poumons jouent les soufflets de forge, la seule vision de ce paysage est un élixir de jouvence.

 

plô des brus,rosis,serre de more,compeyre,mouflons

Nous arrivons au pied des falaises qui bordent le Plô des Brus. C’est toujours émouvant de contempler les entrailles de notre chère planète qui témoignent de sa jeunesse tumultueuse. Alors que notre société vit de plus en plus dans l’urgence, dans l’instantané, dans l’éphémère, la contemplation de la nature nous réinstalle dans la chaine infinie du temps.

 

plô des brus,rosis,serre de more,compeyre,mouflons

Nous suivons la piste qui longe ses falaises et approchons du but sous le regard bienveillant d’un arbuste qui semble prêt à nous tendre une branche secourable pour franchir le dernier obstacle rocheux.

 

plô des brus,rosis,serre de more,compeyre,mouflons

Nous traversons le Plô des Brus déçus de ne pas y apercevoir des mouflons qui apprécient habituellement cette zone herbeuse. Mais le vent qui ne nous est pas favorable les a probablement avertis de notre présence. De toute façon, hormis le sanglier dont le développement anarchique a été favorisé par les sociétés de chasse dans les années 80,  il est de plus en plus difficile d'observer des animaux sauvages dans notre pays dont les politiques, au lieu de gérer courageusement les affaires du pays, passent leurs mandats à faire la pêche aux voix et à ce titre choient les chasseurs et pseudo éleveurs, et se moquent comme d'une guigne du sort de la faune sauvage, autorisant même l'assassinat de loups pourtant protégés par la convention de Berne. 

 

 

plô des brus,rosis,serre de more,compeyre,mouflons

Nous prenons alors la direction du col de l’Ourtigas en traversant une vaste pinède dont le sol est couvert de myrtilliers qui font le régal des randonneurs vers le milieu de l’été.

 

plô des brus,rosis,serre de more,compeyre,mouflons

Parvenus au col de l’Ourtigas nous descendons vers le refuge de Caissenols où mes fidèles lecteurs se sont souvent régalés d’omelettes cuites au feu de bois lors de nos sorties hivernales. Mais aujourd’hui le temps étant estival, nous nous contentons d’un modeste sandwich arrosé néanmoins d’un nectar du pays d’Oc.

 

plô des brus,rosis,serre de more,compeyre,mouflons

Puis nous repartons vers le portail de Roquenduire où l’intense soleil de l’après midi magnifie l’or des genêts .

 

plô des brus,rosis,serre de more,compeyre,mouflons

Et nous gravissons de nouveau la serre de More, cheminant de tas d’or en tas d’or…..heureux « crésus » épargnés par la malédiction !

 

plô des brus,rosis,serre de more,compeyre,mouflons

Nous abordons une zone où les bruyères l’emportent ce qui repose nos yeux aveuglés par l’or des genêts.

 

plô des brus,rosis,serre de more,compeyre,mouflons

Une fois dépassé le dernier cairn qui orne la serre de More, nous plongeons vers le torrent du Casselouvre en vue d’y rafraîchir nos abattis brûlés par le soleil.

 

plô des brus,rosis,serre de more,compeyre,mouflons

Et l’eau du torrent tient ses promesses, jaillie un peu en amont des entrailles fraiches de la Terre. Ragaillardis, c’est d’un pas allègre que nous parcourons les derniers kilomètres qui nous ramènent à notre monture où nous attendent nos deux fidèles  "blondes" Heine et Ken !

 

 

plô des brus,rosis,serre de more,compeyre,mouflons

Aujourd’hui, 3 juillet, j’ai soixante dix balais, de quoi faire un grand ménage dans mon existence pour me débarrasser de l’accessoire et ne me préoccuper que de l’essentiel. J’ai passé ma vie par monts et par vaux, navigué à travers tous les océans, posé le pied sur presque tous les continents, vécu dans divers pays étrangers, et parcouru au total à pied, à vélo, en voiture, en bateau et en avion environ trois tours de terre. J’ai compris très tôt que c’est le pays, c’est à dire la culture au sein de laquelle on nait, qui nous différencie et non les prétendues races où les illusoires différences de couleur de peau qui ne sont pas plus importantes que celles de nos yeux. Et si l’on peut se trouver heureux d’être né quelque part,   je ne comprends pas que l’on puisse s’en déclarer « fier » car l’on n’ y est pour rien et puis cela dénote un sentiment de supériorité inapproprié. J’ai constaté qu’au delà d’un minimum indispensable, l’argent ne contribue en rien au bonheur et que ceux qui consacrent leur vie à l’accumuler sont des infirmes de l’esprit et du cœur. Je pense que le partage nous enrichi et le repli sur soi nous appauvrit. J’ai constaté qu’il ne servait à rien de vouloir à tout prix avoir raison dans la mesure où la véritable réalité des choses nous échappera toujours et qu’il faut être tolérant vis à vis des opinions d’autrui, même si elles nous dérangent, pour autant qu’elles ne nuisent à personne. Une dernière chose : à force de fréquenter souvent monts et vallons, bois et forêts, j’ai gardé bon pied bon œil mais de la mousse a poussé dans mon nez et mes oreilles, ce qui me permet de prétendre que je suis un peu dur de la « feuille », argument très utile pour n’entendre ce que je veux bien entendre et ne faire que ce que je veux faire ! L’âge a ses faiblesses mais aussi ses privilèges !

 

A votre santé !

*****

Je viens de publier mon dernier CD "Bulles de savon" sur les plateformes musicales Deezer, Itunes, Fnac Juke box, Google play etc...

Voici le lien vers : DEEZER

 

Mes autres chansons sont publiées sur mon blog musical en accès libre

OLD NUT

(cliquez sur le nom en rouge)

 

Texte & Photos Ulysse