suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04/04/2008

L'enfance....

aecbd8b4ac22ead3e127df2ed4f311f8.jpg

Vieux d'un bouquet d'années,

Riche du jour qui se lève,

Au fin fond d'un grenier,

Qu'il transforme en rêve,


14c32040f516c90a0ae8cc10c06c9bde.jpg


Un enfant se bat,

Contre des corsaires,

Maîtres d'un trois mâts,

Empli d'or, de pierres.



Hier, il a vu,

Au fond du jardin,

En chapeaux pointus,

Danser des lutins.



Il a vu hier,

En tenue de bal,

Une grappe de sorcières,

Tomber des étoiles.


b22863649a18bfb5b315e9cc0f562d82.jpg



Il rêve ses journées,

D'un rien il s'émerveille,

De ses bras tendus il fait,

Deux rayons de soleil.



470d3a92eb6bc14dc9d0ebdc18f6625e.jpg


Il chante ses journées,

C'est un dieu, un enfant,

De ses frêles mains il fait,

Deux oiseaux dans le vent.



Les années ont passé,

Semaine après semaine.

Où l'enfant a joué,

L'homme se promène.



Homme qui ne voit,

Dans les herbes folles,

Plus trace de sabat,

Ni de farandole.


004833c1e36fffc196fb158e7eefcf51.jpg


Le grenier n'est plus,

Un ancien trois mâts,

D'or il ne trouve plus,

Le moindre carat.



L'homme ne sait y voir,

Que de vieilles malles,

Le vieux Barbe-Noire

N'y lève plus la voile !



23bf7d546f5c9a6a174c79fe61089d6a.jpg


Il traîne ses journées,

Maudit les aurores,

Ses rêves enchantés,

Ont viré de bord.



Les années ont passé,

En lui est mort l'enfant,

Qui des ses mains faisaient,

Deux oiseaux dans le vent.


1ad51332250f52d4aa9e46707fb731c4.jpg



Réapprenons à vivre en regardant les enfants...!

Texe & Photos Ulysse

10/10/2007

On ira tous au Caroux !

medium_DSC06640.JPG

Tout le monde connait la chanson de Michel Polnareff « on ira tous au paradis » ...On aimerait bien croire à cette profession de foi optimiste, mais on peut avoir des doutes sur l'existence d'un tel lieu quand on voit le bazar que devient notre planète. Comment penser qu'il y ait la main d'un dieu derrière tout ça ? Si vraiment il existe, soit il n'est pas très doué, soit il est retors et dans les deux cas ça ne donne pas envie de finir pensionnaire pour l'éternité dans son paradis.
medium_DSC06557.JPG

Par contre il y a un lieu que je ne me lasse pas de parcourir et qui est pour moi un vrai paradis terrestre : le Caroux ! Et je vous invite à vous y rendre dès que vous le pourrez qu'il pleuve ou qu'il vente, car c'est un lieu empreint de majesté et de sérénité dont le spectacle vous remet sur pied.
medium_DSC06565.JPG

D'ailleurs la dernière fois que j'y suis allé en partant de St Martin de l'Arçon et en passant par le col de Bertouyre, il pleuvait. Mais depuis que je marche la pluie est devenue mon amie, il suffit d'être bien équipé et alors vous jouissez d'un bouquet d'odeurs inouies, terriennes, végétales, florales et animales que les gouttes en s'évaporant répandent dans l'air. A vrai dire c'est le seul moment où j'ai autant de plaisir à humer de l'eau qu'un bon vin !
medium_DSC06567.JPG

Quand je croise un cairn je pense toujours aux mains inconnues qui ont créé puis ajouté des pierres à l'édifice qui souvent défient les lois de l'équilibre. C'est une oeuvre collective de personnes animées par une même passion des chemins et de la nature. C'est le point de croisement de vies et de destins innombrables et différents mais qui ont en commun d'être à un moment donné passé au même point et d'avoir ainsi, à leur insu, un lien secret qui les unis.
medium_DSC06572.JPG

Le bonheur des balades réside beaucoup dans la liberté retrouvée de notre imaginaire qui n'étant plus bridé par le matraquage médiatique de notre société dite "moderne" retrouve la capacité d'émerveillement des enfants ou des premiers hommes et débusque les êtres fantastiques qui hantent les lieux sauvages et reculés. Ainsi l'on croise près du rocher du Luchet une sorcière pétrifiée par on ne sait quel enchanteur et qui semble appeler au secours
medium_DSC06577.JPG

Dans l'univers austère et minéral de la montagne je suis souvent émerveillé de découvrir la vie qui s'accroche alors que tout semble s'opposer à son épanouissement, tel cet arbre, fier « David «  végétal qui défie les falaises , « Goliath » de pierre prêts à l'écraser.
medium_DSC06590.JPG

Mais vous allez finir par croire en lisant mes propos que je suis un ascète contemplatif. Je vous rassure je suis plutôt du genre rabelaisien et le refuge de Fontsalès où nous réfugions devient le lieu d'un chaleureux et pantagruellique agape.
medium_DSC06595.JPG

Nos ancêtre dits primitifs ont laissé dans les grottes où ils se réfugiaient d'ardentes oeuvres d'art. collectives destinées sans doute à dompter l'esprit des animaux qu'ils peignaient pour assurer la survie du groupe. Les gravures et graffitis que l'on trouve de nos jours dans les refuges (et ailleurs) sont à l'image de l'homme moderne sentimental et nombriliste qui affiche ses amours qu'il voudrait éternelles. Ces auteurs de tags ou de graffitis sont un peu comme les chiens qui laissent leurs crottes sur leS trottoirS pour marquer leur territoire.
medium_DSC06609.JPG

Pendant notre agape, la pluie a fait place au soleil et nous reprenons notre périple en direction du col de l'Airole en suivant un chemin qui traverse un somptueux tapis de bruyère
medium_DSC06622.JPG

Quelques pins ont pris pied sur le plateau, avant garde d'une forêt qui envahit peu à peu tous les massifs de la région depuis la disparition des grands troupeaux d'ovins qui contribuaient à garder « ouverts » ces vastes espaces..
medium_DSC06641-1.JPG

Le pin est très décoratif et il a dans certains endroits son utilité pour lutter contre l'érosion des sols mais n'oublions pas que c'est un « tueur » de faune et de flore et sa prolifération met en danger la garrigue méditerranéenne qui est l'un des espaces les plus riches du monde en ces domaines. La garrigue est un peu notre « amazonie » et il faut la préserver.
medium_DSC06646.JPG

En introduction j'émettais des doutes sur l'existence d'un paradis et pourtant certains chemins du Caroux semblent mener au ciel et à les suivre la sérénité vous gagne et on se retrouve de fait au « paradis » .
medium_DSC06656.JPG

Puis le chemin quitte les nuées pour redescendre vers le hameau d'Héric à travers la forêt où ceux qui maitrisent la langue des arbres peuvent dialoguer avec de vénérables chataigners qui leur racontent les légendes locales.
medium_DSC06670.JPG

Nous franchissons l'indolent ruisseau d'Héric sur un pont dont l'arche constituée au sommet d'une seule rangée de pierres défie les lois de la pesanteur.
medium_DSC06682.JPG

Profitant de la sécheresse une grande épeire tisse sa toile au dessus d'une mare d'eau stagnante qui attire des nuées d'insectes. Ainsi se joue en des myriades d'endroits dans le monde un jeu fatal entre proies et prédateurs, le moteur même de la vie étant la mort !
medium_DSC06691.JPG

Nous voilà de retour dans la vallée où Eole commence à rassembler un troupeau de nuages. Il était temps car nous avons eu notre dose de pluie pour aujourd'hui !

Le circuit détaillé figure dans le fichier joint.

Texte & photos Ulysse