suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20/02/2015

Sur les pas des Templiers : La Couvertoirade

 

DSC09506.JPG

Profitant du passage d’un vautour fauve familier de ces lieux, nous quittons Sainte Eulalie de Cernon (voir ma note du 5 février dernier) pour nous rendre à vol d’oiseau à la Couvertoirade, située à une vingtaine de kilomètres en direction du sud-est.

 

 

DSC09468.JPG

Notre aéronef emplumé nous dépose délicatement devant la formidable porte Ouest dominée par une tour qui en défendait autrefois le passage. Cette cité fortifiée a, en effet, connu des temps troublés dont je vais vous faire le récit.

La première mention du village est faite au XIème siècle sous la dénomination «cubertoirata » dans les chartes de l’Abbaye de Saint Guilhem le Désert (anciennement abbaye de Gellone). Ce nom viendrait de l’occitan « cubertoirà » qui dans ce contexte pourrait signifier ‘couvert où le gibier se cache, abri, refuge » ou « eau couverte » (cf. toponymie générale de la France Ernest Nègre). Et de fait, la cité est construite sur une butte rocheuse où l’on trouve de l’eau, denrée rare et précieuse sur le Larzac.

La Couvertoirade dépendait de sainte Eulalie de Cernon et a donc appartenu aux Templiers, qui s’y sont installés vers 1150, puis à partir de 1312 aux Hospitaliers  à la suite de la déchéance des Templiers (cf. ma note précédente). Le développement de cette cité a été favorisé par la présence d’eau et de terres cultivables, mais aussi par sa localisation le long de la draille empruntée pour la transhumance venant de la plaine languedocienne.

 

 

DSC09478.JPG

La porte située à l’Est est d’apparence plus modeste, mais on peut penser qu’elle était également surmontée d’une tour qui la défendait. Les murailles qui protègent la cité furent édifiées de 1439 à 1445 pour la  protéger contre les bandes de « routiers », ces mercenaires qui écumaient le Larzac, profitant des troubles causés par la guerre de cent Ans (1337- 1445).

 

 

DSC09442.JPG

Le village s’est développé au pied de l’église qui comporte un superbe clocher carré et du château aujourd’hui en ruine. Il est dominé par le Moulin du Rédounel, édifié au début du XVIIème siècle et a été superbement restauré à l’initiative de l’Association des « Amis de la Couvertoirade ».

 

 

DSC09480.JPG

L’église a été édifiée au XIVème siècle sur l’emplacement d’un autre édifice datant du XIème. Un escalier tortueux y mène, symbole sans doute des détours qu’il nous faut faire avant de trouver le chemin du paradis, si jamais on le trouve!

 

 

DSC09487.JPG

D’une très grande sobriété, elle est ornée de superbes vitraux contemporains réalisés par Claude Baillon, un artiste local. On y découvre Marie dont le regard perdu dans le lointain semble voir le triste destin qui attend son rejeton. Comme toutes les mères, elle lui a chuchoté des mots d’amour à l’oreille qu’il a ensuite voulu partager avec l’humanité avec le succès que l’on sait ! Elle aurait-mieux fait de lui sussurer « Mon petit loup si un jour on te marche sur les pieds, te laisse pas faire, rend la pareille » .

 

 

DSC09490.JPG

Un autre vitrail montre Saint Christophe muni d’un bâton et portant le Christ enfant sur son dos, en allusion à un géant qui aurait aidé Jésus à traverser une rivière. On a fait le patron des voyageurs. C’est à cause de lui que Jésus n’a jamais appris à nager et qu’il était ensuite obligé de marcher sur les eaux .

A ses cotés, figure Saint Jean Baptiste, fils d’une cousine de Marie qui annonça la venue de Jésus et baptisa ce dernier. La colombe dessinée sur le vitrail figure l’Esprit Saint que Jésus, selon la légende, reçut à cette occasion .

 

 

DSC09483.JPG

Le village est traversé par un dédale de ruelles bordées de belles demeures datant pour certaines du XVème siècles. Car c'est après la guerre de Cent Ans que la région va connaître une période de prospérité économique, reposant sur la culture des céréales, l’élevage de chevaux pour l’armée et d’ovins pour la production de viande, de peaux et de laine.

 

;

DSC09524.JPG

De beaux hôtels particuliers, qui semblent hélas à l’abandon, sont nichés dans le coeur de la cité et témoignent de cette prospérité passée.

 

 

DSC09510.JPG

Une enseigne célébrant l’activité de tissage rappelle que la région fut également jusqu’au XIXème siècle un grand centre de production d’étoffes ( lainages, tapis, draps) activité aujourd’hui quasiment disparue. Il ne subsiste plus que la Savonnerie de Lodève, manufacture d’Etat depuis 1966, qui a pour principale activité le tissage au point noué de tapis destinés à l'Etat et que l’on peut visiter.

 

 

DSC09507.JPG

Car le vent de l’histoire tourne, parfois aussi fort que le Mistral ou la Tramontane. Le village va connaître ainsi au milieu du XVIème siècle une nouvelle période troublée au cours des guerres de religions où elle sera assiégée par les huguenots, puis lors de la révolte des Camisards en 1702 . Après ces péripéties, elle retrouvera calme et prospérité jusqu’à la révolution française où les biens des Hospitaliers seront confisqués comme biens nationaux et dévolus aux paysans.

 

 

DSC09512.JPG

Le village sera, à partir de cette époque, progressivement touché par l’exode rural et les activités traditionnelles de culture et d’élevage s’étioleront. Aujourd’hui a défaut de vagabonder autour du village, les moutons déambulent sur les seules boites à lettres.

 

 

DSC09513.JPG

Aujourd'hui le tourisme a permis à la cité de renaître et à la belle saison des hordes de badauds débonnaires  envahissent ses ruelles où des artisans inspirés et talentueux ont ouvert des échoppes qui perpétuent les savoir-faire d’autrefois. Il faut notamment visiter la coutellerie « l’art du couteau » où sont exposés, et pour certains fabriqués, les couteaux régionaux et du monde.

 

 

DSC09473.JPG

A la morte saison, il est agréable de baguenauder dans son lacis de ruelles chargées d’histoire où règne alors une atmosphère si paisible que même les chats en oublient d’y chasser les souris !

 

Et maintenant si vous souhaitez vous réchauffer je vous invite à aller faire un tour à Madère sur mon blog PIQUESEL (cliquez sur le nom du blog).

 

Ou alors à aller écouter ma dernière chanson "La tête dans les étoiles" sur mon blog OLD NUT (cliquez sur le nom du blog)

  

Texte & Photos Ulysse (sources : divers sites internet donnés en lien ainsi que wikipédia)

05/02/2015

Sur les pas des Templiers - Ste Eulalie de Cernon (reprise d'archive)

Etant occupé par l'écriture de mon reportage sur mon périple à Madère, que j'ai commencé à publier sur mon blog de voyages PIQUESEL, je poste sur Eldorad'Oc une note tirée de mes archives.

DSC09420.JPG

Le Causse du Larzac apparaît aux voyageurs du nord pressés, qui le traversent en empruntant l’A75 pour se rendre sur les plages du littoral languedocien, comme un espace austère et quasi désertique. C’est pourtant un lieu qui abrite une flore et une faune exceptionnelles, ainsi qu’un patrimoine historique millénaire.

Occupé depuis la préhistoire, comme en témoignent les nombreux mégalithes que l’on y trouve, le Larzac a vu ensuite s’établir les Celtes, puis les romains qui y ont également laissé de nombreux vestiges.

Après une longue période d’abandon, cette région a connu un renouveau économique grâce à l’installation au douzième siècle de commanderies par l’Ordre des Templiers. La première d’entre elles fut édifiée en 1152 à Sainte Eulalie de Cernon, idéalement située dans une dépression du plateau à l’abri des vents du nord.

 

 

DSC09355.JPG

L’ordre du Temple était un ordre religieux et militaire créé en 1129 pour assurer la protection des pèlerins qui se rendaient à Jérusalem, suite à la conquête des lieux saints par les croisés. Il se nommait ainsi en raison de son installation dans la mosquée Al Asqua édifiée sur l’esplanade du temple de Salomon à Jérusalem. Il n’était soumis qu’à la seule autorité du pape et était exempt d'impôts vis à vis des souverains temporels.

Cet ordre  constitua à travers l’Europe chrétienne, à partir d’acquisitions et de dons fonciers, un réseau de monastères appelés commanderies pour financer ses activités en orient et recruter de nouveaux chevaliers. Sa prospérité en fit un interlocuteur financier privilégié des monarques de l’époque. La commanderie de Sainte Eulalie de Cernon créée en 1159 et dans laquelle nous allons pénétrer témoigne à merveille de cette puissance et prospérité.

 

 

DSC09367.JPG

Après avoir parcouru un dédale de ruelles sombres et étroites bordées d’édifices multiséculaires, on débouche sur une place typiquement méditerranéenne ombragée de platanes où gargouille une fontaine. On a peine à imaginer qu’en ce lieu aujourd’hui paisible régnait une activité effervescente du temps où les templiers s’y étaient établis.

 

DSC09372.JPG

L’église de style roman bâtie par les templiers est d’une très grande sobriété qui lui confère une suprême élégance. On aurait presque envie de prier si le dieu qu’elle est censée célébrer n’avait servi de prétexte à tant de massacres.

 

 

DSC09415.JPG

Face à la fontaine se dressent les bâtiments où vivaient le commandeur et les chapelains. Avant de les édifier, les templiers avaient acheté à l’abbaye de Gellone (aujourd’hui St Guilhem le Désert) le prieuré de Sainte Eulalie. Puis ils ont reçu de Raymond Bérenger roi d’Aragon et héritier des comtes de Millau toutes les terres que celui-ci possédait sur le Larzac ainsi que la permission d’y construire des villes et des places fortes. Les templiers étaient ainsi devenus les principaux propriétaires du Larzac où ils développèrent les activités agricoles et notamment le pastoralisme assurant ainsi sa prospérité économique.

 

 

DSC09394.JPG

Les règles de l’ordre étaient strictes et les chevaliers qui y entraient devaient prononcer les trois vœux d’obéissance, de pauvreté et de chasteté en vigueur dans tous les ordres religieux.

 

 

DSC09399.JPG

Ils étaient en particulier très à cheval, si l’on peut dire, pour ce qui concerne la bagatelle et celui qui y cédait était soumis à la vindicte publique et devait faire pénitence.

 

 

DSC09375.JPG

Les fornicateurs comme d’ailleurs tous ceux qui enfreignaient les lois de l’époque avaient droit au traitement de « faveur » du pilori. Les dignitaires de l’ordre des templiers ne se doutaient pas qu’au summum de leur puissance, ils subiraient le même sort.

En effet, suite à la reprise des lieux saints par les arabes en 1291, l’ensemble des templiers revinrent en occident occuper leurs commanderies. Ils possédaient alors une richesse immense et disposaient d’une formidable puissance militaire de 15 000 hommes dont 1500 chevaliers entraînés au combat et dévoués au pape. Le roi Philippe IV Le Bel prit ombrage de cette puissance qui ne lui était pas soumise et menaçait son autorité.

Il prit prétexte de révélations faites par un ancien templier affirmant que les pratiques de sodomie étaient courantes dans l’ordre pour faire condamner à mort en 1312 ses dignitaires, dont le grand Maître Jacques de Molay qui, sur le bûcher, déclara qu’il arriverait malheur à ceux qui les avaient accusés et condamnés à tort. Effectivement dans les décennies qui suivirent la dynastie capétienne des rois de France fut foudroyée, donnant naissance à la légende des « Rois maudits ».

 

 

DSC09401.JPG

Leurs biens furent confisqués par Philippe Le Bel, sauf certains d’entre eux qui furent confiés par décision du pape à l’ordre des Hospitaliers, dont notamment Sainte Eulalie de Cernon.

Cet ordre avait pour origine un hôpital religieux fondé à Jérusalem au début du douzième siècle pour venir en aide aux pèlerins malades ou blessés. Il fut reconnu par le pape sous le nom des hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem. Ayant fui à l'instar des templiers les lieux saints repris par les arabes, l’ordre se réfugia à Chypre, puis à Rhodes et enfin à Malte, ce qui leur valut leur dernière dénomination de Chevaliers de Malte.

Installés à Sainte Eulalie de Cernon, ils édifièrent au XVème siècle les remparts protégeant la cité et aménagèrent ensuite la commanderie pour en augmenter le confort. C’est ainsi que furent percées des fenêtres « renaissance » qui laissent entrer la généreuse lumière du sud et confèrent à ces lieux une élégance et une atmosphère festive peu en accord avec la nature religieuse de l’ordre. Mais l’on sait bien que les religieux de l'époque mettaient rarement en pratique les préceptes qu’ils imposaient à leurs ouailles.

 

DSC09386.JPG

Ce sentiment que la vie des hospitaliers n'avait rien de monacale est confortée par la « galerie des fresques » où d’accortes personnages féminins sont censés représenter les vertus cardinales de la foi que sont la prudence, la justice, la force et la tempérance. On est un brin amer quand on pense à ces millions de gens auxquels l'église a promis l’enfer pour une miche de pain volée ou un signe de croix oublié ou pire encore à ceux qu'elle a soumis au supplice de la roue, comme le chevalier de la Barre pour avoir refusé de se découvrir devant une procession religieuse. Et je n’oublie pas les femmes de ces pays où l’on invoque sans cesse la miséricorde de dieu tout en les traitant comme des esclaves.

 A suivre….

Et si vous avez envie d'un intermède musical je vous convie à vous rendre sur mon blog musical OLD NUT pour écouter ma nouvelle chanson "Liberté, Fraternité, Charlie Cliquez :

ICI

Et pour finir j'aimerai juste donner un coup de pouce à un ami qui a besoin d'assistance pour mettre à jour son Macbook pro. Pour le joindre ou avoir ses coordonnées rendez vous sur son blog Lutin Bleu (cliquez sur le nom)

 

Texte & Photos Ulysse