suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/03/2013

Métamorphoses sur le Caroux

 

caroux,van gogh,maelström,impressionnistes

Depuis des années que Gibus et moi arpentons le Caroux  nous avons contribué, par l’impact de nos souliers, à maintenir les sentiers qui le traversent, seule trace anonyme de notre passage. Ainsi un lien secret nous unit aux milliers de randonneurs qui les ont aussi empruntés, dont l’énergie conquérante a imprimé sa marque sur  le ballet des atomes qui constituent leur trame de terre et de cailloux.

 

caroux,van gogh,maelström,impressionnistes

Toutes les créations de ce monde, qu’il s’agisse d’arbres, d’hommes, d’herbe, de cailloux ou de nuages ne sont que des amas moléculaires plus ou moins denses virevoltants dans le vide et issus du même « potage » primitif. Là où nous croyons voir des séparations existe un continuum, comme la trame d’un tapis où les motifs se juxtaposent sur un fond uni. Je suis ainsi un lointain parent de cet arbre que je croise et que je ne manque pas de saluer avec respect, comme il se doit entre entités de la même fratrie.

 

caroux,van gogh,maelström,impressionnistes

Je rencontre ce que je pense être les traces laissées par un renard lors de ses pérégrinations nocturnes ou matinales. A tout moment sans nous en rendre compte nous modifions l’ordre des choses et lorsque la mort nous saisit, même si nous tombons dans l’oubli, l’univers conserve à jamais l’impact de notre passage et c’est en cela que nous sommes immortels.

 

caroux,van gogh,maelström,impressionnistes

L’hiver a  revêtu ces chardons d’une gangue de glace qui embellit leur face patibulaire. L’eau, qui peut tour à tour avoir une forme liquide, solide, gazeuse ou neigeuse, est le parfait exemple de cet incessant ballet de transformations auquel notre univers est soumis.

 

caroux,van gogh,maelström,impressionnistes

Et ce ne sont pas ces bruyères qui se plaindront de cette métamorphose qui leur confère une beauté aussi grande qu’à l’acmé de leur floraison estivale.

 

caroux,van gogh,maelström,impressionnistes

Ni cet aulne dont les branches sont  hérissées d’une myriade de chandelles de glace que le soleil aura tôt fait de consumer.

 

caroux,van gogh,maelström,impressionnistes

En cet endroit sauvage où les rudes conditions hivernales dissuadent les promeneurs de venir, une lionne a trouvé refuge pour y  faire une sieste que je mets un point d’honneur à ne pas troubler. Outre le fait que je suis d’ordinaire respectueux du sommeil des autres, je suis aussi soucieux de ne pas être, trop précipitamment, transformé en « hot dog » et recyclé dans le grand maelström des atomes de l’univers.

 

caroux,van gogh,maelström,impressionnistes

Ne plaignons pas ces arbres d’être habillés et immergés dans un champ de neige ils sont parfaitement adaptés au froid et puis, étant condamnés à l’immobilité, ils sont certainement ravis de cette transformation du paysage qui doit leur donner le sentiment de voyager.

 

caroux,van gogh,maelström,impressionnistes

Et ces hêtres semblent également  enchantés de la lumière que renvoie ce tapis de neige qui irradie leur feuillage marcescent.

 

caroux,van gogh,maelström,impressionnistes

Mais revenons aux incessantes métamorphose du monde qui affectent même le corps rugueux et résistant d’orthogneiss du Caroux. Le vent, le soleil, le gel et la pluie conjuguent leurs forces pour y créer des sculptures à l’improbable équilibre.

 

caroux,van gogh,maelström,impressionnistes

Ils créent aussi d’étranges monstres figés dans un silencieux défi, animés sans doute par d’ancestrales  colères que les atomes de défunts ont emporté avec eux au royaume de la nuit.

 

caroux,van gogh,maelström,impressionnistes

Une brebis égarée bêle sur mon passage, me prenant sans doute pour son berger. Je la fais taire en la mettant en garde contre la présence d’une panthère non loin de là, qui pourrait n’en faire qu’une bouchée. Cela dit, à choisir, mieux vaut que ce soit elle que moi. La fraternité avec les autres êtres de ce monde  a des limites.

 

caroux,van gogh,maelström,impressionnistes

Amoureux des arbres, je suis, vous le savez. J’admire leur ténacité et leur générosité, car ils nous offrent, l’été, leurs frais ombrages qui rendent nos siestes plus agréables ainsi que leur oxygène sans lequel notre planète serait irrespirable. J’admire, en particulier, celui-ci nourrit au jus de roche et qui brave Dame tramontane qui en a déraciné des plus gros que lui !

 

caroux,van gogh,maelström,impressionnistes

Je vous le présente tel que le voit peut être le lézard, la sauterelle ou la buse dont les spectre chromatique de la vision est différent du notre. Car le monde que nous voyons est spécifique à notre appareil sensoriel, il n’a pas de réalité intrinsèque, il n’est qu’une vision parmi des milliers d’autres possibles.

 

 

caroux,van gogh,maelström,impressionnistes

C’est une chose que les grands peintres et notamment les impressionnistes ont comprise et nous ont fait découvrir dans leurs tableaux : une ombre peut être bleue, rose, verte  ou jaune et les cieux animés de tourbillons d’énergie.

  

Texte & Photos Ulysse

   

30/01/2011

Dans Arles où sont les Alyscamps ...(suite et fin)

Reprise d'archive
http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06906.2.JPG



On ne peut parler d'Arles ou la visiter sans évoquer la mémoire de Frédéric Mistral (1830-1914) cet écrivain provençal fondateur en 1854 de « Lou Félibrige » association littéraire ayant vocation à assurer la défense des cultures régionales traditionnelles et la sauvegarde de la langue d'Oc. Après avoir reçu le prix nobel de littérature en 1904, il fonda à Arles le "Museon Arlaten" consacré à l'art de vivre dans l'ancienne Provence et contenant des collections représentatives des arts, de l'ethnologie et de l'histoire du pays d'Arles.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06913.JPG


Sa statue trône sur la place du forum où Van Gogh, qui vécut à Arles de février 1888 à mai 1889, a peint son magnifique tableau intitulé « Terrasse du café le soir » qui montre une terrasse de café illuminée sous un somptueux ciel étoilé.

Que vous soyez ou non croyant, il faut aller visiter l'église St Trophime située au coeur de la vieille ville et dont le portail est l'un des chefs-d'oeuvre de l'école romane provençale de la fin du XIIème siècle ainsi que son cloitre. Saint-Trophime, premier évêque d'Arles, aurait été un des sept missionnaires envoyés par Rome pour évangéliser la Gaule, sous le règne de l'empereur Dèce. Il serait arrivé à Arles en 46

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06916.JPG



On découvre au centre du tympan le Christ qui, d'après les commentaires officiels, bénit l'assistance les deux doigts levés en tenant l'évangile sur ses genoux. Il est entouré des symboles des quatre évangélistes : l'aigle de Saint jean, le lion de St Marc, le boeuf de St Luc et l'ange de St Mathieu.


Quant à moi, qui suis un parfait mécréant, j'ai plutôt l'impression que ce pauvre Jésus semble nous dire « arrêtez un peu vos âneries et vos querelles de chiffonniers et faites un effort pour vous entendre car je ne reviendrai pas une seconde fois pour vous épargner les colères de mon père qui risque un jour de perdre patience et de vous  envoyer tous rôtir dans les chaudrons de Lucifer ! »

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06838.JPG



Bien évidemment quand on va à Arles une visite s'impose aux Alyscamps immortalisés par les vers de Jean Paul Toulet (1867- 1920) :


Dans Arles, où sont les Alyscamps

Quand l'ombre est rouge, sous les roses,

Et clair le temps,

Prends garde à la douceur des choses,

Lorsque tu sens battre sans cause

Ton coeur trop lourd,

Et que se taisent les colombes:

Parle tout bas si c'est d'amour,

Au bord des tombes.



Le nom de ce « cimetière » étonnant vient d'Alysii campi (c'est-à-dire les champs Elysées, la voie qui conduisait au royaume des morts les guerriers valeureux)Son implantation remonte à l'antiquité, les cimetierres étaient à l'époque toujours construits à l'extérieur des cités le long des grands axes routiers afin que l'on puisse en permanence rendre hommage aux morts.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06843.JPG



A Arles dès le début de l'empire les sarcophages et les mausolées s'égrenèrent au bord de la via Aurelia, pratique qui s'est ensuite perpétuée à l'époque chrétienne avec l'installation de la sépulture des premiers évêques d'Arles entourée par des milliers de tombes pressées sur plusieurs rangs


Cette sépulture est devenue en 1040 un prieuré sous le nom de Saint Honorat qui fut lui même au XIIème siècle transformé en église de style roman couronnée par une splendide tour lanterne octogonale.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06853.JPG


Devenue une étape obligée du pélerinage de Saint jacques de Compostelle, son charme romantique a attiré de nombreux artistes, dont Gauguin et Van Gogh qui y posèrent leurs chevalets.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06847.JPG



Pour conclure en beauté une visite d'Arles il faut faire pédibus jambus un pélerinage à l'un des sites les plus pittoresques également immortalisé par Van Gogh : il s'agit du pont basculant « Réginel » situé sur le canal d'Arles à Port le Bouc

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06924.2.JPG



Vincent Van gogh lui a donné le nom de pont Langlois qui était le nom de celui chargé d'actionner le pont, il l'a peint car il lui rappelait son pays natal la Hollande. Certes à l'époque ce site avec ses lavandières et sa voiture à cheval avait plus d'allure qu'aujourd'hui !

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06922.JPG



Si vous aimez ce peintre vous pouvez également visiter à Arles sa chambre reconstituée telle qu'il l'a peinte, aller faire un tour à la magnifique Fondation Van Gogh et suivre un cheminement piétonnier dans la ville comportant une dizaine de haltes où figurent des reproductions d'oeuvres qu'il a peintes (voir le circuit au SI)

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06790.JPG



C'est avec regret que nous quittons cette cité si vivante où le cheminement dans ses ruelles nous fait franchir les siècles et où rode l'ombre tourmentée de Vincent Van Gogh.

 

PS: Je suis absent quelques jours et prendrait connaissance de vos commentaires à mon retour. je vous remercie de votre visite

Texte & Photos Ulysse

24/01/2011

Dans Arles où sont les Alyscamps....(première partie)

Reprise d'archive
http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06790.JPG


Qui n'a pas entendu parler d'Arles, ou du moins de ses Arlésiennes, celles que l'on attend toujours et que l'on ne voit jamais ! Mais peut être n'avez vous pas encore visité cette ville provençale très animée, et si c'est le cas je vous invite à la faire "fissa", d'une part pour les merveilles architecturales de l'époque romaine et du haut moyen age qu'elle recèle et d'autre part, pour l'accueil chaleureux de ses habitants.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/thau_124.jpg



Les Arlésiens, ont hérité de leurs ancêtres romains une stature impressionnante digne d'Hercule. Ils sont certes un peu peu exhibitionnistes mais sont aussi forts affables

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06770.JPG



Quant aux Arlésiennes, elles ont le tempérament ombrageux et impudique des filles du sud, mais n'allez pas croire pour autant qu'elles soient complaisantes !


C'est d'ailleurs la beauté des Arlésiennes qui conduisit à la colonisation de la région dès le 6ème siècle avant J.C par les Grecs puis par les Romains. Arles devint sous le règne de César (50avant J.C) un grand port fluvial et maritime, puis préfecture des Gaules sous le règne d'Auguste. On vient d'ailleurs de retrouver dans le rhône une magnifique collection d'oeuvres d'art de l'époque romaine dont un exceptionnel buste de César qui étaient transportés par une péniche qui a fait naufrage

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06771.JPG



Rendons nous tout d'abord au théatre antique en franchissant la tour de Roland aménagée au moyen age dans l'une des travées de l'enceinte extérieure

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06776.JPG



Ce théatre (en cours de restauration) était l'un des plus importants du 1er siècle avant J.C. Il conserve deux superbes colonnes de marbre qui se dressent orgueilleusement vers le ciel, ultime défi de Rome à travers le temps aux barbares qui ont mis fin à son règne.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06806.JPG



Quelques blocs de pierre sculptés subsistent qui donnent une idée de la richesse des décorations qui ornaient le fronton du théatre. Ces pierres témoignent d'une époque où le souci  de la beauté imprégnait l'ensemble des oeuvres humaines qu'elles fussent grandioses ou modestes.


Aujourd'hui dans tous les domaines la notion d'utilité l'a emporté sur l'esthétique ou le sens moral et l'homme lui même est devenu « jetable » et mis au rebut dès que l'on considère qu'il n'est plus à même de servir aux besoins des entreprises.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06809.JPG


En pénétrant plus au coeur de la ville, on voit soudain se dresser les impressionnantes arcades des arênes (amphitéatre) construites par Vespasien (75 après JC) et qui peuvent contenir 20.000 spectateurs

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06890.JPG



On y donne aujourd'hui des corridas qui ne déparrent pas des spectacles sanguinolents organisés par les romains. Ainsi est l'homme, capable d'édifier des oeuvres grandioses pour y commettre des massacres. Mais peut être qu'en assistant dans le confort d'un fauteuil à des scènes de mise à mort, les spectateurs exorcisent-ils la terreur que leur inspire la perspective de leur propre mort

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06884.JPG


Il faut arpenter les galeries qui font sur plusieurs niveaux le tour des arênes pour apprécier la magnificence et la prouesse architecturale que représente l'édifice. Les galeries situées au niveau de la scène centrale semblent encore retentir des rugissements des lions et des clameurs des gladiateurs qui s'y affrontaient

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06876.JPG


Plus paisibles étaient les thermes de Constantin construits vers le IVème siècle en bordure du Rhône où, chaque après midi, toute la population, les femmes d'abord, les hommes ensuite, allaient au sauna, puis se plongeaient dans des bains chauds, tièdes et froids avant de conclure par un massage.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06825.2.JPG



Les différentes pièces et piscines étaient chauffées par de l'air chaud circulant sous le plancher dans des conduits en briques. Ce sens de la propreté s'est hélas perdu en occident avec la chute de l'empire Romain et il a fallu l'invention de la savonnette Cadum en 1907 par l'américain Michaël Winburn pour redonner aux Gaulois, qui se lavaient juste le gosier avec de la cervoise, le goût de l'eau !

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06902.2.JPG


Et les Alyscamps me direz vous ? Ils sont comme les Arlésiennes vous en parlez et on ne les voit pas ! Patience mes cher(e) ami(e)s , nous irons les visiter lors de la prochaine note....

A SUIVRE....

 

PS : je suis absent quelques jours et prendrai connaissance de vos commentaires à mon retour . Merci de votre visite

Texte & photos Ulysse