suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04/07/2018

Périple à travers les Causses (2ème partie) : Des arcs de St Pierre aux gorges de la Jonte

 Après quelques soucis informatiques mon blog est de nouveau opérationnel !

jonte,vautour,arcs de st pierre,orchidée

Après avoir fait bombance la veille au soir et dormi comme des loirs au confortable hôtel restaurant de la Jonte * situé dans le hameau de Douzes - où nous sommes traités comme des amis – nous grimpons sur le Causse Méjean pour aller à la découverte des arcs de St Pierre. Les causses, avec leurs grandes étendues herbeuses, sont des zones propices à l’élevage ovin que célèbre de magnifique et originale façon ce « calvaire ». Au vu de la finesse des détails des personnages et des épis de blés, dont les grains sont parfaitement distincts, on est ici face à un chef d’œuvre de ferronnerie dont l’auteur est resté anonyme. Autrefois les artistes n’oeuvraient pas pour acquérir la célébrité mais pour le seul bien commun.

 * Etablissement que je recommande chaudement d'où l'on repart avec un diplôme unique au monde  !

jonte,vautour,arcs de st pierre,orchidée

Ces vastes plateaux sédimentaires créés par une ancienne mer ont été, par endroits, fortement érodés par les intempéries et l’on y traverse ici et là des dépressions et des chaos rocheux. Certains arbres, à la recherche du maximum de lumière pour les besoins de leur photosynthèse, ne manquent pas d’audace et sont allés se jucher sur le sommet des rochers.

 

jonte,vautour,arcs de st pierre,orchidée

Témoin de la présence d’une ancienne mer, on croise au détour du chemin un compère de Jojo le mérou, fossilisé.

 

jonte,vautour,arcs de st pierre,orchidée

Dans le creux des dépressions, où l’humidité est plus grande, règne une atmosphère sub-tropicale où propèrent ces magnifiques orchidées.

 

jonte,vautour,arcs de st pierre,orchidée

Nous arrivons au lieu dit des Arc de St Pierre, sans doute nommé ainsi car l’endroit est un  vrai paradis.

 

jonte,vautour,arcs de st pierre,orchidée

Malgré l’âge vénérable de certains d’entre nous – dont votre serviteur - nous avons encore assez d ‘agilité pour grimper sur cette arche, d’où nous vous adressons un amical salut chères lectrices et chers lecteurs. Bon, il est vrai que vous ne m’y voyez pas car je prends la photo, mais je vous rassure, j’y suis monté après !

 

jonte,vautour,arcs de st pierre,orchidée

C’est sans doute en contemplant de tels reliefs que les anciens ont eu l’idée d’édifier des colonnes pour soutenir leurs temples. L’observation de la nature en tout est une excellente école.

 

jonte,vautour,arcs de st pierre,orchidée

Le grand intérêt du site est qu’il comporte pas moins de quatre arches d’une belle amplitude, sous lesquelles on peut cheminer en toute quiétude.

 

jonte,vautour,arcs de st pierre,orchidée

En foulant le sol de ces abris naturels - précieux en cas d’orages qui peuvent être très violents dans la région - on sait que l’on met ses pas dans ceux d’humains qui s’y sont réfugiés au cours des millénaires passés. Ainsi se tisse à travers les âges une vaste chaine humaine virtuelle .

 

jonte,vautour,arcs de st pierre,orchidée

Nous reprenons nos montures pour aller cheminer à quelques kilomètres de là sur un sentier qui domine les Gorges de la Jonte, qui coule paisiblement à 400 mètres sous nos pieds.

 

jonte,vautour,arcs de st pierre,orchidée

La formation des gorges qui éventrent les causses est due à la surrection de ces anciens plateaux sédimentaires à plus de mille mètres sous la poussée des Pyrénées. L’eau les a ensuite érodés pendant des millions d’années .

 

jonte,vautour,arcs de st pierre,orchidée

Ici aussi nous rencontrons de petites arches, la pluie et le vent étant d’infatigables et talentueux sculpteurs

 

jonte,vautour,arcs de st pierre,orchidée

Mais le clou du spectacle sont ces deux énormes blocs rocheux suspendus au dessus du vide et qui tiennent on ne sait comment ! On les a dénommés « vase de Sèvres » et « vase de Chine » et je crains qu’avec le temps ils ne finissent comme le vase de Soissons ! D’ailleurs cela pourrait arriver plus vite qu’on ne le croit, si l’on prête attention à la fissure qui parcourt toute la base du « vase » près duquel se tiennent Gibus et Marie !

 

jonte,vautour,arcs de st pierre,orchidée

En approchant du vase de Sèvres on découvre d’ailleurs un énorme bloc qui, vu la couleur vive de l’un des flancs, a du tomber du haut de la falaise qui nous surplombe il n’y a pas très longtemps. Au demeurant, je ne me souviens pas l’avoir vu quand je suis passé en ces lieux, une première fois, il y a une dizaine d’années. Brrrrr ! Croyez bien qu’à ce moment là j’ai levé la tête vers le haut de la falaise avec inquiétude !

 

jonte,vautour,arcs de st pierre,orchidée

L’érosion est aussi à l’œuvre sur le chemin profondément raviné par les pluies torrentielles de l’hiver et du printemps passés.

 

jonte,vautour,arcs de st pierre,orchidée

Nous voici arrivés au pied du vase de Sèvres qui révèle également une inquiétante fissure. Avis à ceux qui seraient tentés de descendre la Jonte en canoë !

 

jonte,vautour,arcs de st pierre,orchidée

Mais les gorges de la Jonte vont nous offrir un autre merveilleux spectacle, car nombreux sont les vautours qui y vivent. On aperçoit l’un d’entre eux perché sur ce promontoire rocheux.

 

jonte,vautour,arcs de st pierre,orchidée

Sans doute payé par le syndicat d’initiative, il se livre à une démonstration de vol.

 

jonte,vautour,arcs de st pierre,orchidée

Après avoir tournoyé, il descend vers nous en agitant à peine ses rémiges, maître des airs…

 

jonte,vautour,arcs de st pierre,orchidée

Il passe en silence devant nos regards admiratifs, merveilleuse manifestation de l’adaptation du monde animal à son environnement, que des Nemrods stupides et bedonnants se plaisent à massacrer. 

 

jonte,vautour,arcs de st pierre,orchidée

Sa démonstration effectuée, il retourne se poser sur un promontoire rocheux.

 

jonte,vautour,arcs de st pierre,orchidée

Et là il arrache une touffe d’herbes qui va lui permettre de poursuivre l’édification de son nid. Pendant que nous baguenaudons en contemplant les merveilles de la nature, heureux homo sapiens à la retraite, les animaux doivent sans cesse œuvrer et lutter pour leur survie.

 

A suivre…

*****

Si vous aimez ce blog, peut être aimerez vous aussi mes chansons

Trois nouvelles dont "Tu es l'obscur objet de mon désir"

sont postées sur les plateformes musicales

dont DEEZER (cliquez sur le nom)

Certaines sont aussi publiées illustrées par des photos sur mon blog Canta la Vida

la dernière étant "Heureux celui qui prend le temps "

Vous pouvez aussi les écouter classées par album sur mon blog

OLD NUT WIX

(intégralité des chansons - sauf les 2 derniers albums - classées par album)

(cliquez sur les liens dans le haut de la colonne à droite)

 
Texte & photos Ulysse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

15/07/2017

Rando aquatique dans le Vialay

vialay,vautour,paradis,canyoning

En ce matin de juillet qui, malgré les orages de la nuit, affiche une température quasi tropicale, nous avons décidé de remonter les Gorges du Vialay jusqu’au lac Blond que nous avons découvert l’automne dernier. Gibus, en montagnard avisé et prudent, emmène l’attirail adéquat sans lequel notre périple risquerait de ne pouvoir être conté sur Eldorad'Oc. Vous  verrez au cours de ce récit que cet équipement était loin d’être superflu.  

 

vialay,vautour,paradis,canyoning

Après avoir pris le chemin des « poètes disparus » (mes fidèles lecteurs savent de quoi je parle) nous arrivons au point de vue d’où nous découvrons les magnifiques gorges creusées dans le massif du Caroux par le modeste (sauf en cas d’orage) torrent du Vialay.

 

vialay,vautour,paradis,canyoning

La part contemplative de notre âme ayant eu son dû, nous descendons vers le torrent pour offrir, au vieux gamins que nous sommes restés, une journée que l’on espère mémorable. Je vais vous confier un secret : pour ne pas vieillir, n’écoutez ni les cliquetis de vos articulations ni surtout les conseils de votre médecin, vivez à « donf » ! La dépense physique est le meilleur baume pour le mental et les cartilages ! Bon cela dit ne prenez pas de risques inutiles et je vous conseille de suivre à la lettre les conseils de Gibus si vous voulez revenir intact de notre périple .

Premier conseil : on garde ses chaussures car les cailloux du torrent peuvent vous blesser les pieds. Deuxième conseil : une fois que vos godasses sont mouillées méfiez vous en grimpant sur les rochers, car ça glisse ! Troisième conseil qui découle du deuxième : mieux vaut  laisser son smartphone à 500 euros  à la maison ! Pour ce qui est de mon appareil photo, il est anti-choc et « waterproof », ce que j’ai pu vérifier !!

 

vialay,vautour,paradis,canyoning

Un dernier conseil assurez bien vos prises à chaque pas car on a vite fait de se retrouver le postérieur dans l’eau. En soi, ce genre d’incident n’est pas dramatique, mais il y a par contre dans l’eau des rochers plus dur que notre postérieur, même pour des vieux pachydermes comme nous !

 

vialay,vautour,paradis,canyoning

Il y a heureusement des endroits plus aisés  à franchir  que d’autres, ce qui permet de jouir d'un paysage qu’assez peu de bipèdes ont le loisir d’admirer. Nous sommes , on peut le dire, à l'écart des sentiers battus !

 

vialay,vautour,paradis,canyoning

L’intérêt premier de cette balade est que, malgré le soleil estival,  on ne souffre pas de la chaleur car, d'une part, une partie de l'itinéraire très encaissé est à l'ombre et, d'autre part,  la température du torrent dans lequel nous évoluons n’a rien à voir avec celle de la mer des Antilles .

 

vialay,vautour,paradis,canyoning

Stimulé par la fraicheur de l'eau, j’arrive à grimper sur les rochers sans ressembler à une grosse marmotte. Pour une fois je fais la pige à mon copain Gibus dont de nombreuses lectrices célèbrent l’agilité et la belle musculature.

 vialay,vautour,paradis,canyoning

Quand on fait ce genre de périple on est ébahi par la force de l’eau qui, lorsqu’elle dévale en furie dans ces gorges étroites à l’occasion d’épisodes orageux, roule des rochers de plusieurs tonnes comme si c’était des grains de sable.

 

vialay,vautour,paradis,canyoning

Par endroits les vasques sont  si profondes que l’eau menace de mouiller le sac et le pique-nique qu'il contient. Or le pique-nique en rando c’est sacré, surtout l’élément liquide blanc, rosé ou rouge qui l’accompagne et qui est fort heureusement dans son flacon à l’abri de cette substance ludique mais insipide dans laquelle nous évoluons et dont nous ne faisons qu’un usage externe.

 

vialay,vautour,paradis,canyoning

Au détour d’un coude du torrent nous  arrivons  soudain devant une cascade tombant dans une superbe vasque entourée de parois rocheuses. Ce site est sans conteste aussi beau que celui du lac Blond, le seul « hic » est que dans le sens où nous sommes il est infranchissable. Les « canyonneurs » qui fréquentent les lieux font la virée dans l’autre sens et descendent les chutes en rappel. Mais, pour ce qui nous concerne, nous sommes, c’est le cas de le dire, « le bec dans l’eau » .

 

vialay,vautour,paradis,canyoning

Mais avant de chercher une issue pour nous sortir de cette impasse, nous décidons de mettre plus que notre bec dans l’eau et d’aller se faire masser sous la chute. Je peux vous dire que cela vaut toutes les séances de thermalisme du monde et c’est gratuit !

 

vialay,vautour,paradis,canyoning

Finalement nous décidons de monter dans la pente ultra raide - mais praticable grâce à quelques arbres qui nous tendent leurs branches secourables - qui borde la rive nord du torrent.

 

vialay,vautour,paradis,canyoning

Et après quelques frayeurs (pour ce qui me concerne) nous arrivons au dessus de la chute. 

 

vialay,vautour,paradis,canyoning

Notre soulagement d’avoir franchi cet obstacle est de courte durée, car de nouvelles vasques nous attendent, encore plus profondes que les précédentes qui nous obligent à porter les sacs sur nos têtes. A vrai dire nous jubilons intérieurement de ce parfum d’aventure qui imprègne notre périple.

 

vialay,vautour,paradis,canyoning

Nous arrivons au pied d’une nouvelle chute tombant dans une vasque entourée de falaises. Gibus explore sans succès les rives pour vérifier si on peut y prendre appui afin de ne pas mouiller nos sacs. Il n’y a pas d’autre échappatoire que de grimper dans la falaise de la rive sud qui présente par chance quelques anfractuosités.

 

vialay,vautour,paradis,canyoning

L’ami Gibus qui possède une agilité de félin ouvre la voie et accroche la corde à un arbre à une dizaine de mètres au dessus afin que je puisse le rejoindre.

 

vialay,vautour,paradis,canyoning

Et nous grimpons, nous grimpons inlassablement, cherchant un passage permettant de rejoindre le bord du Vialay. Mais nenni, les seuls passages que l’on trouve nous mènent toujours plus haut. Ce qui fait que l’on aboutit sur une plateforme rocheuse d’où l’on domine le cours du torrent et où il n’y a,  à priori, pas d’autre issue que de héler un vautour ou notre ange gardien. La première solution apparaît au demeurant plus réalisable que la seconde car cela doit faire bien longtemps que nos ange-gardiens nous ont abandonnés à notre triste sort d’invétérés mécréants.

 

vialay,vautour,paradis,canyoning

Gibus qui est, vous l’avez compris, le plus audacieux et le plus agile de nous deux, grimpe sur le promontoire qui domine la plateforme afin de voir si un passage est possible aux alentours. Il finit par découvrir une brèche dans les rochers qui mène vers une pente abrupte mais arborée dont on espère qu’elle nous permettra de sortir de cette nasse. Et « «bingo » au bout de quelques centaines de mètres d’un parcours en montagnes russes on finit par rejoindre la piste qui mène vers le pont du Vialay, là où le torrent, constitué de plusieurs affluents prend son nom. Pour cette fois, nous renonçons à rejoindre le lac Blanc qui était notre but initial, mais nous reviendrons !

 

vialay,vautour,paradis,canyoning

En trois quarts d’heure nous arrivons au pont pour la pause pique-nique et le traditionnel bain préalable pas du tout lassés d’avoir mijoté dans ce rafraîchissant liquide toute la matinée. A vrai dire nous sommes insatiables car nous savons, pauvres mortels, que les heures de paradis qui nous restent à vivre nous sont comptées ! Ca sera toujours ça de pris vu que nous sommes plutôt dubitatifs sur le paradis post mortem.

 

vialay,vautour,paradis,canyoning

Nos agapes terminées, nous reprenons le chemin du retour avec l’idée de rejoindre le Vialay là où nous avons commencé notre périple le matin même, car nous avons repéré une superbe vasque en aval qui nous paraît mériter un détour.

 

vialay,vautour,paradis,canyoning

En descendant vers notre point de départ du matin, nous croisons un jeune mouflon de l’année qui apparemment n’a encore jamais vu d’homme et ne sait pas que notre espèce est la plus dangereuse qui soit. Il nous regarde, l’air ahuri, sans doute étonné de nous voir marcher sur deux jambes. Il finit par nous fausser compagnie, sans doute guidé par son instinct animal qui lui recommande de s’éloigner de tout inconnu.

 

 

vialay,vautour,paradis,canyoning

Nous arrivons au dessus de la vasque qui avait fait rêver Gibus le matin même et qu’il se prépare à descendre en rappel pour  prendre un dernier bain. Pour ma part je préfère contourner l’obstacle par l’aval sous le prétexte de prendre des photos de la descente en rappel, mais secrètement bienheureux de me défiler !

 

vialay,vautour,paradis,canyoning

Car pour pratiquer ce genre d’exercice il faut une souplesse et une agilité que ma carcasse  septuagénaire ne possède plus.

 

vialay,vautour,paradis,canyoning

Gibus, qui n’est pas non plus né de la dernière pluie, se révèle par contre à son aise dans ce genre d’exercice et pourrait postuler pour doubler les scènes d’action si jamais on faisait un remake de « Tarzan ». Je suis sûr que dans ce cas plusieurs de mes lectrices postuleraient pour la doublure de Jane.

Admirez le style ! Bon, même si la corde craque l’ami Gibus ne risque pas grand chose,  mais la beauté du geste mérite qu’on enlève son chapeau !

 vialay,vautour,paradis,canyoning

Le bonheur que l’on prend à faire ce type de sorties resplendit sur le visage de mon ami. Ces sorties sont de fait pour nous un élixir de vie et c’est ce qui nous permet de garder notre jeunesse d’esprit, garante de celle du corps !

 

vialay,vautour,paradis,canyoning Allez,  il est temps de se rhabiller et de rentrer au petit trot car le périple nous a pris plus de temps que prévu. Et nos chères épouses vont commencer à s’inquiéter, du moins on l’espère ! On ne sait jamais, elles en ont peut être assez d’avoir deux vieux gamins à la maison!

 

*****

Mon dernier CD "La casa de Maria" comportant dix nouvelles chansons est disponible sur les plateformes musicales (Itunes, Google Play, Amazon, Spotify et Deezer)

cliquez ICI pour y accéder

Vous pouvez écouter librement mes autres chansons sur mes autres blogs

CANTA-la -VIDA

(blogs de chansons illustrées par des photos)

OLD NUT WIX

(intégralité des chansons - sauf le dernier album - classées par album)

(cliquez sur les liens dans le haut de la colonne à droite)



Texte & Photos Ulysse 

 

17/06/2016

Périple en pays cathare - 5 - l'ascension du Bugarach (1230m)

 

bugarach,cathare,arche d'alliance,vautour

Après l’avoir maintes fois aperçu dans le lointain au cours de notre périple en pays cathare, la météo étant favorable, nous nous décidons à partir à l’assaut du Bugarach (1230) plus haut sommet du massif des Corbières. Comme je l’ai rappelé dans une note précédente, ce mont a connu une notoriété mondiale en 2012 lorsque quelques illuminés avaient déclaré que c’était le seul lieu sur la planète qui serait épargné par la fin du monde devant se produire le 21 décembre de cette même année. Il faut dire que ce mont est l’objet de nombreuses légendes dont l’une prétend que l’Arche d’Alliance serait cachée dans l’une des grottes dont il est truffé. Mais quelque soient les mystères qu’il recèle, une chose est évidente : son ascension exige d’avoir de bonnes jambes et un cœur solide.

 

 

bugarach,cathare,arche d'alliance,vautour

Après avoir cheminé dans une magnifique hêtraie, on émerge au pied d’aiguilles rocheuses que le sentier contourne en offrant de somptueuses vues sur la vallée en contrebas. On pénètre dans le domaine des vautours dont le tournoiement incessant nous laisse penser qu’ils espèrent une chute de notre part pour enfin déjeuner !

 

bugarach,cathare,arche d'alliance,vautour 

Mais comment en vouloir à ces magnifiques oiseaux, maîtres des courants aériens. Le monde des animaux sauvages est régi par une loi fondamentale : manger ou être mangé ! Homo sapiens est la seule espèce qui tue sans nécessité.

 

bugarach,cathare,arche d'alliance,vautour

Ayant contourné les aiguilles rocheuses, nous apercevons au loin, bien au dessus de nous, le sommet où se profilent quelques silhouettes. A chaque randonnée en haute montagne je suis sidéré de constater les distances et difficultés que les « microbes » que nous sommes peuvent parcourir ou surmonter, simplement en mettant un pas devant l’autre et en recommençant obstinément sans autre but ou raison que de vouloir aller « au sommet » ! Faut être « fada » pour marcher pour « rien » me disent certains, mais ce « rien » là vaut « tout»!

 

bugarach,cathare,arche d'alliance,vautour

Car les efforts à accomplir pour parvenir au sommet, loin de nous coûter, nous stimulent au contraire, exacerbent notre bonheur d’exister, et sont la source d’une intense jouissance.

 

bugarach,cathare,arche d'alliance,vautour

Pas après pas, mètre après mètre, le sommet se rapproche….

 

 

bugarach,cathare,arche d'alliance,vautour

…et bientôt il est en vue….

 

bugarach,cathare,arche d'alliance,vautour

En se retournant, on est impressionné par le chemin parcouru qui sinue au pied de la barre rocheuse qui se déploie sous nos pieds.

 

bugarach,cathare,arche d'alliance,vautour

Nous longeons d’impressionnants à-pics qui nous incitent à délaisser pour un temps la contemplation du paysage et à regarder où nous posons les pieds…

 

bugarach,cathare,arche d'alliance,vautour

Et puis nous entamons la dernière pente, la joie d’être arrivés insufflant un sursaut d’énergie dans nos jambes qui commencent à ressentir les efforts de l’ascension.

 

bugarach,cathare,arche d'alliance,vautour

Les derniers mètres du sentier commencent à nous révéler un somptueux panorama sur les Pyrénées qui s’étalent vers le sud.

  

bugarach,cathare,arche d'alliance,vautour

Et nous y voici tous, unis par l’amitié et par le bonheur d’avoir gravi ensemble ce sommet symbolique. Un de plus à notre collection déjà bien fournie de sommets de France, de Navarre et de Suisse....

 

bugarach,cathare,arche d'alliance,vautour

Et la récompense suprême est cette vue imprenable sur le Canigou que nous allons avoir le loisir de contempler pendant notre pose pique-nique.

 

bugarach,cathare,arche d'alliance,vautour

Mais la récompense est aussi dans cette succulente galette charentaise, confectionnée par Ghis et portée à l’horizontale dans son sac à dos par Jean-Mi, que nous partageons confraternellement sous l’œil envieux des choucas qui passent et repassent au dessus de nos têtes par l’odeur alléchée !

 

bugarach,cathare,arche d'alliance,vautour

Avant de redescendre nous donnons un dernier coup d’œil à la chaine des Pyrénées encore en partie enneigée.

 

bugarach,cathare,arche d'alliance,vautour

Puis nous entamons prudemment la descente, le sol étant recouvert de rochers très glissants qui nous vaudront plusieurs chutes sans gravité.

 

bugarach,cathare,arche d'alliance,vautour

A ceux que tenterait l’aventure, je ne saurais que trop conseiller de prendre des bâtons de marche, auxiliaires indispensables dans ce genre de terrain.

 

bugarach,cathare,arche d'alliance,vautour

Mais bientôt nous apercevons le village de Bugarach où quelques « blondes » venues du nord nous réconforterons après tant d’efforts !

 

*****

Je viens de mettre en ligne une nouvelle chanson "Marie-Galante"sur mon blog

PIQUESEL

Mes autres chansons sont publiées sur mon blog musical

OLD NUT

(cliquez sur le nom des blogs)

 

 Texte & Photos Ulysse

21/10/2012

Vers les sommets andorrans : Fin - le Pic de Tristaina (2878m)

 

andorre,tristaina,fourcat,vautour

En ce matin du 7 septembre 2012 le ciel  azurin est agrémenté d’une étole de nuées blanches du plus bel effet.  Nous sommes manifestement dans les petits papiers de Zeus qui décide du temps qu’il fait, comme chacun le sait, sauf à l’évidence Météo-France qui est la seule à croire que ses ordinateurs servent à quelque chose. Il faut dire que la veille au soir nous avons dédié à ce dieu fantasque quelques chopes de San Miguel en espérant qu’il nous gratifie d’une météo favorable.  Si jamais il lit ce blog qu’il sache que nous lui en sommes gré.

Nous prenons donc l’esprit serein la direction du Pic de Tristaina  (2878m) qui se mire dans les eaux du lac du même nom et dont l’ascension est réputée « assez » sportive. J’ouvre là une parenthèse sémantique pour souligner combien le sens du mot « assez » varie selon le contexte. Ainsi le « assez » « d’assez bien » n’a pas la même valeur que le « assez «  d’assez cher ou « d’assez sportif » comme nous l’allons voir tout à l’heure.

 

andorre,tristaina,fourcat,vautour

Au fur et à mesure que nous nous rapprochons du Pic nous découvrons plus en détail la configuration de ses flancs qui nous laisse penser qu’effectivement son ascension ne sera pas des plus aisées. Mais bon, nous ne sommes pas venus là pour cueillir des pâquerettes, d’autant plus que ce n’est plus la saison.

 

andorre,tristaina,fourcat,vautour

Parvenus au pied du Pic nous essayons de repérer la voie qui permet son ascension. A vrai dire nous ne voyons pas très bien par où il nous faudra passer, mais bon c’est le principe même et le charme de la vie : on ne sait pas de quoi le moment qui vient sera fait !

 

andorre,tristaina,fourcat,vautour

Et nous voilà partis cherchant des yeux les quelques marques jaunes qui ponctuent la voie d’accès, avec pour seul motif de consolation l’espoir qu’en cas de chute nous avons quelques chances de finir  dans les eaux du lac en contrebas plutôt que contre un rocher.

 

andorre,tristaina,fourcat,vautour

Nous escaladons quelques « cheminées », heureusement aidés par les conseils de l’ami Gibus, notre expert en la matière, qui arriverait à vous persuader qu’on peut grimper en haut de la Tour Eiffel sans prendre l’ascenseur ni les escaliers .

 

 

andorre,tristaina,fourcat,vautour

Dans ce genre de situation mieux vaut ne pas jouer les fanfarons,  prendre son temps et  vérifier la solidité de ses appuis et puis si possible éviter de regarder le vide…..

 

andorre,tristaina,fourcat,vautour

Cela dit,  quand vous avez les deux pieds bien calés et les mains bien arrimées il ne vous est pas interdit de regarder le paysage, surtout qu’à ces altitudes il est généralement somptueux, comme celui que l’on découvre ici avec la tache « bleuissime » du grand étang Fourcat situé en Ariège. Une bouffée de nostalgie nous envahit alors en découvrant notre pays natal que l’on ne reverra peut être jamais …bon je plaisante !

 

 

andorre,tristaina,fourcat,vautour

Nous parvenons enfin sur l’arête terminale qui mène au sommet et qui fait à peine deux mètres de large. Mieux vaut donc s’assurer que les pierres sur lesquelles on marche sont bien stables, car les pierres en général ne sont pas fiables. Il ne faut pas oublier que Pierre a renié trois fois le christ ! Mais bon soyons indulgent, qu‘aurions nous fait à sa place ?

 

andorre,tristaina,fourcat,vautour

Pour corser un peu plus notre affaire,  le chemin est hérissé par endroits de pierres pointues qui rendent notre progression plus périlleuse. Il faut être un peu « barjos» vous ne trouvez pas pour aller se balader dans des endroits pareils ?

 andorre,tristaina,fourcat,vautourNous sommes enfin en vue du cairn sommital. Le danger dans ce cas est de presser le pas pour y parvenir au plus vite, mais notre expérience de la montagne nous a appris à temporiser et nous restons calmes et concentrés jusqu’au but final.

 


andorre,tristaina,fourcat,vautourLe panorama qui s’offre alors à nous nous récompense au centuple de nos efforts et de nos  frayeurs. Nous sommes au pays où se fabriquent les nuages, là où la vapeur d’eau qui monte des lacs en contrebas se condense au contact de l’air plus froid

 

andorre,tristaina,fourcat,vautour

Tout ici nous parle du mystère de l’univers. Les quelques touffes  d‘herbe jaunies qui nous disent la fragilité et la ténacité de la vie, les formidables montagnes qui nous rappellent les forces titanesques qui les ont soulevées, le vent, le bleu du ciel et le ballet des nuages qui nous amènent à réfléchir au délicat équilibre de ce monde complexe où nous  avons surgi pour on ne sait quel destin et que nous négligeons et détruisons sans vergogne.

 

andorre,tristaina,fourcat,vautour

Au loin sur la droite nous apercevons le sommet de la Coma Pedrosa (2942m) plus haut sommet de l’Andorre, que nous avons gravi il y a deux ans. Celui là aussi était « assez » sportif  comme vous pouvez le découvrir en cliquant ICI !

 

andorre,tristaina,fourcat,vautour

Au moment où nous nous apprêtons à redescendre un vautour se met à voler au dessus de nous avec sans doute l’espoir que l’un d’entre nous manifeste des signes de faiblesse. Mais il s’éloigne bien vite dépité de nous voir prendre le chemin du retour avec vigueur et détermination. Notre énergie est effectivement décuplée par le fait  nous avons prévu de pique-niquer au bord du lac avec les membres de notre groupe qui n’ont pas voulu faire l’ascension et qui ont la garde des précieux flacons. Il n’aurait pas fallu qu’on les casse en chutant !

 

andorre,tristaina,fourcat,vautour

Nous retrouvons nos autres compagnons au bord du lac où je ne vous montre que le reflet de nos agapes car je risque de faire l’objet d’un procès par la ligue des buveurs d’eau pour incitation aux débauches « libatoires ». Mais quand on a risqué sa vie, on a le droit de fêter ça, Non ?

 

andorre,tristaina,fourcat,vautour

Nous quittons à regret les lieux car ce sont nos dernières heures dans ces magnifiques montagnes andorranes. Mais c’est décidé : l’année prochaine nous reviendrons !


andorre,tristaina,fourcat,vautour

Mais qui ne reviendrait pas dans un pays dont même le mauvais temps n'altère pas la beauté !


Texte & Photos Ulysse