suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07/02/2017

Bien fol qui se baigne en janvier à Vezoles ! (reprise d'archive)

 

DSC02868.JPG

La randonnée est une activité de plein air ouverte à tous. Elle ne nécessite aucun talent particulier sinon de pouvoir se servir de ses jambes et n’implique pas de dépenses somptuaires, encore qu’il ne faille pas mégotter sur la qualité des chaussures et des vêtements que l’on porte, ni des vins que l’on emporte en pique-nique . 

En outre, elle est bénéfique pour la santé et n'expose  ses pratiquants qu’à des risques modérés : prendre une bonne saucée, attraper (au début) quelques ampoules et quelques courbatures ou quelques coups de soleil, ou bien se perdre et être obligé de traverser pierriers, ronciers et terrains fangeux et revenir chez soi crotté et balafré comme un bagnard évadé de Cayenne .

Dans des cas exceptionnels toutefois, le « ciel » risque de vous tomber sur la tête  à l’instar de cet arbre balayé par la chute d’un rocher. Mais il ne faut pas que cet accident rarissime vous dissuade de vous lancer sur les sentiers, car les beautés qui vous attendent vous récompensent au multiple des efforts accomplis et des quelques risques encourus.

  

DSC02878.JPG

Nous vous invitons donc aujourd’hui, Gibus et moi,  à nous suivre sur l’un des plus beaux parcours de notre région  qui remonte les gorges du torrent de Vezoles et permet d’accéder au lac du même nom, perché à  1000m d’altitude dans les monts du Sommail.

 

 

DSC02884.JPG

Il est vrai que ce sentier est un peu "technique" pour les débutants, mais avec un peu d’entraînement et en évitant les jours de pluie ou de gel on a de bonnes chances d’arriver sain et sauf au sommet .

  

DSC02900.JPG

Le plus grand danger qui vous guette sur ce parcours est le lion du Sommail perché sur son monticule. Mais comme il est d’un age vénérable et se déplace avec difficulté, si vous n’allez pas le narguer de trop près il vous laissera tranquille.

 

DSC02909.JPG

Même les gens du nord, habitants d'un plat pays, qui n’ont que de vieux terrils pour montagne et sont plus coutumiers des "cols" de leurs bocks de bière que des cols montagnards, empruntent ce chemin, ce qui ne peut que vous encourager à suivre leur valeureux exemple ! 

 

DSC02911.JPG

Parvenus sur le plateau sommital nous sommes remboursés - sans franchise - de nos efforts (c’est mieux que la sécu !) . Le regard porte alors jusqu’aux sommets enneigés de la chaîne des Pyrénées qui barre l’horizon. Face à un tel panorama notre existence jusque là ratatinée, ratiocinée, gangrenée par les soucis triviaux et les verbiages cancaniers et vains du monde, s’oxygène, se dilate, et est gagnée par la douce euphorie que suscite la beauté.

 

DSC02919.JPG

Mais aujourd’hui, un spectacle plus beau encore nous attend : le lac de Vézoles est aux trois quarts gelé et recouvert par endroits de neige.

 

DSC02921.JPG

La toile bleutée de la glace est déchirée par des flèches d’eau libre reflétant la neige couvrant les rives, blanc lumignon plongé dans les eaux sombres du lac.

 

DSC02923.JPG

Les épicéas qui bordent par endroits les rives du lac et qui, habituellement, s’enorgueillissent de leurs majestueux reflets, souffrent de ne plus voir que leurs pointes dans une déchirure de la glace.

 

DSC02926.JPG

Peut être ne sont-ils pas non plus très heureux d’avoir les pieds dans la neige, car ils se sont établis dans le sud pour y trouver la chaleur et ne plus avoir à affronter les frimas de leur contrée d’origine.

 

DSC02935.JPG

Apercevant une petite zone d’eau libre au bord du lac, l’idée  soudain nous traverse l’esprit de nous baigner. C’est en quelque sorte un défi lancé à l’hiver qui s’éternise de façon inhabituelle dans notre région.  Mais ce bain n'est pas sans risque car une fois dans l’eau, celle-ci commence à se transformer en glace, selon le phénomène bien connu de surfusion dont ont été victimes les chevaux du lac Ladoga

Mais fort heureusement les rayons du soleil se mettent soudain et à notre grande surprise à chauffer plus fort, ce qui nous permet de nous libérer de l’emprise de la glace. Le vent colporte alors des murmures bizarres qui nous intriguent. Nous allongeant sur de larges pierres de la rive pour nous faire sécher, un bref assoupissement nous saisit pendant lequel Gibus fait un rêve étrange qui nous donne la clé de ce curieux événement (voir le fichier joint)

 

DSC02949.JPG

Rhabillés de pied en cap, nous traversons un bosquet de vieux fayards  bordant le lac et qui se tordent de rire. Ils nous demandent "N'avez vous rien perdu dans l'eau ?". Rougissant devant cette allusion ironique à « notre pistolet à bébés » escamoté par l’eau glacée, nous leur rétorquons "Ce que l’hiver a gelé, le printemps le fera revivre".  Nous croyons alors entendre dans le vent des rires féminins, mais regardant de tous cotés nous ne voyons personne !

  

DSC02951.JPG

Nous poursuivons alors notre périple autour du lac dont la partie la moins profonde est recouverte d’un voile argenté.

 
DSC02954.JPG

Nous avons conscience de vivre là des moments précieux, inhabituels dans notre région. Inattendues et innombrables sont les merveilles qui vous sont offertes quand on met un pied devant l’autre et que l’on part à la découverte du monde !

 

DSC02957.JPG

Le soleil  gommera  bientôt ce paysage unique et éphémère. Aussi, nous le savourons à pleines pupilles et ralentissons notre pas habituellement martial pour ne pas en perdre une miette Nous sommes très heureux de pouvoir partager ces moments avec vous !

 

*****

Si vous appréciez ce blog, je vous invite à découvrir les chansons de mon nouveau CD "Ne perds pas tes rêves en chemin" sur :

Deezer (cliquez sur le nom)

ou les autres plateformes musicales Itunes, Spotify, Google play, Amazon...

Mes autres blogs:

Old Nut (Wix) où vous pouvez écouter librement toutes mes précédentes chansons

Canta-la-Vida où j'illustre certaines chansons en photos.

La dernière chanson mise en ligne s'intitule "Jennifer"

Piquesel : "bloc-note photos" où les photos sont accompagnées de commentaires humoristiques ou poétiques.

Vous pouvez y accéder en cliquant sur les noms figurant en haut de la colonne de droite

 

Texte & photos Ulysse (sauf le conte joint 'A Vezoles les saisons s'affolent" écrit par Gibus)

 

10:37 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (39) | Tags : vezoles, lion, langlade, ladoga

19/01/2010

Va, cours, vole au lac de Vézoles !

 

DSC06514.JPG

Avec ce temps maussade qui sévit jusqu’aux latitudes méditerranéennes, ça ne vous dirait pas de faire un saut temporel en plein cœur de l’été 2009 ?

Grâce à la photographie, géniale invention de Niepce, nous pouvons accomplir cet exploit en toute sécurité et vous pouvez même, pour ce qui vous concerne garder vos pantoufles. Nous sommes donc début juillet 2009 et je vous propose de vous emmener au lac de Vézoles , niché au creux des Monts du Somail où vous pourrez, si le cœur vous en dit, vous baigner (mais n’oubliez pas dans ce cas d’enlever vos pantoufles, car mon assurance ne couvre pas ce type de véhicule).

Nous partons du hameau des Rouvials (au nord de Prémian) pour rejoindre le sentier des Gardes menant au GR7 qui, en mille « marches » ( c'est le nom du sentier ) assez irrégulières et souvent bancales vous mène sur le plateau sommital .

 

 

DSC06539.JPG

Après un superbe passage en corniche, le chemin sinue au milieu de rocs arrachés aux monts du Somail par le maigre ruisseau de Bureau qui montre bien que « patience et longueur de temps  font plus que force ni que rage » ainsi que nous l’a enseigné Maître Jean dans sa fable " le lion et le rat".

Je vous invite au passage à lire et relire ce fabuliste qui a su mieux que personne peindre de façon jubilatoire les mesquineries et fourberies de l’homme, sous le couvert d’histoires animalières. Il en existe une superbe édition chez Taillandier qui reprend les illustrations composées en 1905 par Benjamin Rabier  qui ont illuminé mon enfance.

Comme vous le remarquerez les marches ne datent pas d’hier et ont été battues par des myriades de semelles. Certaines d’entre elles, qui en ont assez de se faire marcher dessus, vous font un croc en jambe  et on les comprend un peu,

J’en entends certains ricaner et dire dans leur barbe (les barbus sont – on le le sait - des gens perfides) « Ulysse, il faut arrêter de mettre de l’eau de vie de marc du Languedoc dans le café du matin ». Je réponds à ces propos médisants par un haussement d’épaule, car ceux qui me connaissant bien savent que je ne bois jamais de marc avant 11 heures du matin.

Aussi je vous recommande la plus grande délicatesse et la plus grande vigilance en abordant ces marches, si vous ne voulez pas vous retrouver à quatre pattes en faisant semblant de ramasser les châtaignes pour ne pas perdre la face.

 

DSC06528.JPG

Nous longeons un peu inquiets des empilements de rocs instables emportés par l’érosion.  Sans doute faudra-t-il quelques siècles, voire quelques millénaires pour qu’ils reprennent leur course folle vers le fond de la vallée puis encore des millions d’années pour qu’ils rejoignent la mer éclatés en une myriade de pierres.

Par rapport au temps des roches, notre vie n’est qu’un battement de cil, un clignement d’œil, un souffle et pourtant l’amour, la joie,  la tristesse ou la souffrance qu’on peut y mettre est infinie.

 

 

DSC06519.JPG

Et parce que nos existences sont brèves , nous sommes  dévorés par le souci de laisser une trace de notre passage. Musiques, dessins, poèmes, récits  mais aussi palais, jardins, cathédrales ne sont  que des tentatives désespérées de tromper la mort . Et ceux qui n’ont rien à dire,  à bâtir ou à chanter laissent leurs noms sur les murs et les arbres, leur existence étant un instant ranimée par les regards de ceux qui passent.

 

DSC06547.JPG

Au milieu de ce chaos de rocs,  trône un  lion  dressé sur son séant, qui s’expose au soleil, nostalgique de la savane africaine d'où il vient, sans doute emporté avec le sable du désert par une fabuleuse tempête ou bien emmené avec l’armée d'Hannibal lors de sa tentative de conquête de Rome qui s’acheva par une débâcle.

 

 

DSC06558.JPG

En approchant du plateau sommital, la pente se fait plus raide et le torrent utilisant la voie la plus directe tombe de cascade en cascade. Chacun sait que rien n’arrête l’eau qui trouve toujours un chemin - le vin aussi d’ailleurs pour ce qui me concerne – et c’est pour ça que les plombiers sont les vrais rois du monde. C'est d'ailleurs aussi difficile d'obtenir un rendez-vous avec un-bon- plombier qu'avec le président de la République, sauf pour ce dernier si l'on possède un yacht !

 

DSC06562.JPG

Cette cascade qui se dédouble évoque pour moi un site vu dans le parc du Grand Téton dans le Wyoming (U.S.A) ou un  torrent appelé « Twoo ocean creek » se divise en deux branches qui part l’une vers l’ocan Atlantique et l’autre vers l’océan Pacifique. C'est ainsi que nos existences prennent parfois un cours radicalement différent suite à un événement impromptu.

 

DSC06584.JPG

Enfin le lac de Vézoles se révèle à nos yeux émerveillés ( je sais la formule est facile et éculée, mais émerveillés vraiment nous étions) . Comment, se dit-on alors, un si petit ruisseau peut-il donner naissance à un aussi grand lac ! Certes l’homme l’a aidé un peu en barrant son cours mais on voit que, là encore, s’applique la sage morale de notre bon Jean de la Fontaine : patience et longueur de temps….etc

Ainsi, quand au début de l’automne mon marchand de bois déverse cinq stères sur ma pelouse qui prennent la forme du Mont Fuji (pardonnez cette audacieuse comparaison honorables blogonautes japonais qui passez par ici)  je pense ne jamais en venir à bout et pourtant en deux heures de temps tout est mis à l’abri et parfaitement rangé. De fait aucune tâche n’est vraiment insurmontable quand on a, bien sûr, autre chose que de l'eau pour se désaltérer !

 

 

DSC06580.JPG

C’est en flânant que nous entamons alors le tour du lac, en ayant le sentiment d’être à 10.000 lieues de là en plein cœur du Canada. Mes nos vies ne sont- elles pas que rêves et fantasmes et ne les passons nous pas à lorgner par la fenêtre de nos ateliers ou de nos  bureaux la femme ou le nuage qui passe (à chacun  selon ses passions) en imaginant une vie d’aventures exotiques ou romantiques.

 

DSC06586.JPG

Combien serait fade ce cliché sans ces lambeaux de nuages effilochés. Sans eux le ciel serait morne et la photo sans vie. Mais leur discrète présence lui donne de la densité, une réalité qui fait naître le sentiment d’y être immergé.  Ils sont comme la tache rouge que Monet ajoutait à certains de ses tableaux pour les dynamiser. Ou comme la « mouche », ce faux grain de beauté  que les belles aristocrates se mettaient autrefois sur la joue pour faire ressortir la blancheur de leur visage et dont la position avait une signification. Ainsi appelait-on celle posée au coin de la lèvre « la baiseuse ».

 

 

DSC06590.JPG

La beauté de ce lac tient surtout à l’écrin de verdure dans lequel il est serti. Voilà un paysage que l’on croît sauvage et qui a été entièrement composé par l’homme. Comme quoi il ne faut pas désespérer de cet inconséquent bipède, capable du pire comme du meilleur. Ainsi, les hommes peuvent-ils aussi bien semer des champs de pneus et d’ordure que créer des morceaux de paradis. Formulons le souhait, oh ! sœur de Marie, que ces derniers finissent par l’emporter , mais c’est loin d’être gagné !

 

 

 

DSC06599.JPG

Autre éclatante  démonstration du rôle joué par les nuages en photographie ! Celle ou celui perché "la haut" a quand même bien fait les choses : inventer un truc qui remplit d’eau les citernes, de jus les grains de vitis vinifera et d’aise les photographes. Il ou elle est quand même très doué(e), il faut le reconnaître ! Alléluia !

 

 

DSC06601.JPG

Et nous voilà revenus au temps d’avant "la pomme" , avant que l’on ne soit chassés du paradis….Oh !  je sais hélas que ce n’est qu’une illusion mais comme je le disais tout à l’heure  les illusions sont le sel de notre vie !

 

DSC06525.JPG

Et voilà, notre périple est fini, il nous faut redescendre et reprendre le fil de notre vie…pas si désagréable que ça, vous vous en doutez, même si nous ne sommes plus au paradis !


PS: La balade du tour du lac de Vézoles est décrite dans le TopoGuides "L'Hérault à pied" de la FFR . Pour partir du chemin  des Gardes  et emprunter le superbe chemin dit des "mille marches" utiliser la carte IGN 2443 ET

 

Texte & Photos Ulysse