suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/03/2015

25 200 secondes autour de Roqueredonde ! (Reprise d'archive)

 

roqueredonde,wagner

Rien n’exalte plus mon bonheur de vivre que de partir au petit matin sur les chemins. La marche étire la perception que j’ai du temps qui s’écoule en donnant à chaque seconde la longueur de mon pas. J’appréhende ainsi le passé, non en nombre d’années, concept virtuel insaisissable, mais en nombre de kilomètres parcourus. Chacune de mes années mesure environ mille cinq cents kilomètres le long desquels je gravis d’innombrables sommets, traverse autant de forêts, de plateaux, de plaines et de torrents, croise d’immenses armées d’arbres, contemple autant de bataillons de nuages, erre au sein de brouillards opalescents, admire des levers et des couchers de soleil flamboyants,  tous ces lieux et ces visions  formant, comme une immense tapisserie, la trame de mon existence.

 

roqueredonde,wagner

Chaque instant de mes pérégrinations est ainsi associé à un paysage rangé dans ma mémoire alors que les moments que je consacre aux activités triviales de l’existence – sauf ceux, bien évidemment, où j’honore Bacchus, Philios et Cupidon - tombent à jamais dans l’oubli. La vie passe trop vite, entend-on dire, mais moi je marche pour en ralentir le cours !

 

roqueredonde,wagner

Mais bien que la marche me permette d’amplifier et d’exalter le sentiment de mon existence, les feuillages d’automne m’envoient ce message flamboyant et radical : « memento mori » : souviens toi que tu vas mourir ! Ce qui m’incite à ne pas gaspiller une seule seconde de ma  vie. Et, à vrai dire,  ce n’est pas tant sa durée qui compte que sa densité. Et ma vie pèse bien plus lourd quand je la parcours avec des grolles de randonnée aux pieds qu’avec des escarpins vernis.

 

roqueredonde,wagner

Cet arbre vénérable s’est habillé de lierre pour l’hiver. Bel exemple de coopération qui permet au premier de se protéger du froid et au second de s’étendre et de prospérer.  Le monde végétal est plus sophistiqué que l’on ne croit. Savez vous ainsi que les arbres utilisent le « VOC » (langage des molécules volatiles) pour se prévenir entre eux de l’arrivée de prédateurs et adopter alors la défense idoine. Vous êtes sceptiques ? Visitez ce passionnant site!

 

roqueredonde,wagner

Quand les conditions climatiques sont clémentes, que le chemin est confortable et peu pentu, que la marche est aisée, quelles sensations délicieuses que celle d’une  bise légère qui caresse notre front et de l’air frais qui emplit nos poumons. Nos pensées vivifiées par cet oxygène « bio » flottent alors dans notre esprit comme des bulles de savon.

 

roqueredonde,wagner

Nous arrivons à la chapelle du Bouviala, dernier vestige d’une ancienne paroisse rurale  dont les habitations ont été  rasées.  On pourrait croire qu’un miracle l’a maintenue debout mais ce sont des hommes de bonne volonté qui l’ont sauvée d’une destruction certaine. Dieu qui chez nous n’est plus, si je puis dire,  en odeur de sainteté,  ne se soucie plus d’entretenir ses multiples résidences secondaires.

 

roqueredonde,wagner

La pente se fait soudain plus ardue pour franchir une barrière rocheuse et accéder au village de la Bastide des Fonts. Une magnifique hêtraie s’est blottie au pied de cette barrière, les sols jonchés d’éboulis n’étant guère propices aux cultures. Les fayards y trouvent les sols humides dont ils sont friands, l’eau descendant par gravité du plateau.

 

roqueredonde,wagner

Cette eau, aidée sans doute par le vent, se joue de tous les obstacles et nous enseigne qu’il ne faut pas se fier aux apparences, ces éléments liquide et fluide ayant autant de puissance que de la dynamite. D’ailleurs moi qui ai l’air d’un vieux bonze,  je me ris encore des montagnes !

 

roqueredonde,wagner

Le travail de sape de l’eau crée parfois des sculptures à l’équilibre improbable et l’on serait tenté  d’attendre la goutte d’eau qui les fera s’écrouler. Mais on risque d’y consacrer son existence !

 

 

roqueredonde,wagner

Nous parvenons sur le plateau au moment où le soleil est au zénith et nos estomacs…dans les talons. Nous décidons d’en faire notre salle à manger. Un sandwich jambon-beurre-cornichons (au pluriel les cornichons, SVP, au diable l’avarice !) avec une telle toile de fond vaut  largement un trois étoiles au Michelin, vous en conviendrez, d’autant que le vin et le café sont offerts par la maison !

Et puis, alors qu’en ces lieux elle est incontournable, demandez donc, après avoir festoyé, à faire la sieste dans un trois étoiles ! On vous regardera d’un drôle d’œil pensant que vous faites insidieusement des avances à la serveuse  et on vous jettera dehors, après que vous avez payé  votre note bien évidemment, et le « dehors » où on vous jettera n’aura pas la beauté de celui là !

 

roqueredonde,wagner

Ayant rechargé nos batteries nous cherchons une brèche pour redescendre vers la plaine. Après avoir erré pendant une demi heure dans un labyrinthe de buis, nous trouvons un étroit passage qui nous conduit au travers d’une magnifique hêtraie habillée d’or. Avec nos habits de randonneurs un brin élimés nous déparons, mais aucun fayard ne nous en fait la remarque, les arbres étant des hêtres (délicieuse suggestion sémantique de mon ami Alex) délicieusement civilisés.

 

roqueredonde,wagner

Nous retrouvons le tapis vert de la plaine où nos jambes se mettent en « roue libre» permettant à nos esprits de virevolter comme des oiseaux dans ce paysage somptueux.

 

roqueredonde,wagner

Un paysage se déguste comme un bon vin et procure autant d’ivresse. Sentez vous l’odeur amère des hêtres que vous apporte le vent, percevez vous le moelleux de la pelouse humide, votre âme n’est-elle pas transportée par cette lumière radieuse….

 

roqueredonde,wagner

Pris sous le charme, nous avons tellement ralenti l’allure pour jouir au maximum de cette sereine randonnée que la nuit et les nuages nous ont pris de vitesse, nous offrant un coucher de soleil wagnérien sur les collines qui entourent Roqueredonde d’où nous sommes partis.

 

Et maintenant si vous souhaitez vous réchauffer je vous invite à aller faire un tour à Madère sur mon blog PIQUESEL (cliquez sur le nom du blog).

Ou alors à aller écouter ma dernière chanson "La tête dans les étoiles" sur mon blog OLD NUT (cliquez sur le nom du blog)

 

Texte & photos Ulysse