suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/02/2015

J'ai failli ne jamais revoir Caissenols !

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

Bien que Gibus, mon fidèle compagnon de rando, soit parti pour quelques semaines sous d’autres cieux plus cléments, je ne renonce  pas pour autant  à aller baguenauder dans les hauts cantons,  surtout quand l’hiver a l’heureuse idée d’en saupoudrer les sommets d’un peu de neige, ce qui leur confère un air pyrénéen qui vous donne le sentiment d’être en haute montagne.

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

Ces conditions climatiques un peu rudes dissuadent de surcroît la plupart des randonneurs de la région d’aller arpenter les sentiers, ce qui fait que j’ai le bonheur de m’y retrouver seul. Ce n’est pas que je sois misanthrope, loin de là, mais j’éprouve alors une jouissance particulière à être en tête à tête avec Gaïa notre terre mère qui se laisse aller à des confidences. Elle ma ainsi confié qu’elle était fortement tentée de  se débarrasser de notre espèce bruyante, polluante, qui ne respecte pas les autres êtres et plantes qu’elle héberge et qui pour la plupart étaient là bien avant nous !  Elle m’a demandé de faire passer le message, mais je crains fort qu’il ne soit entendu que par vous mes chers lecteurs et que malgré notre bonne volonté nous ne soyons pas en mesure d’empêcher le sort funeste qui attend notre espèce.

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

Mais revenons à nos moutons ou plutôt, en l’occurrence à nos mouflons  car quand je vous dis que je suis seul,  à vrai dire je ne le suis pas vraiment, comme le montrent les traces d’une harde de ces magnifiques animaux farouches  qui m’ont précédé sur le chemin. Je me prends alors à rêver d’être l'un de ces quadrupèdes pour pouvoir grimper et dévaler à loisir les pentes enneigées qui m’entourent. Mais je suis condamné à la lourdeur de la bipèdie humaine et avance donc prudemment pour éviter de me retrouver le cul par terre, quelques plaques de glace étant dissimulées ça et là par la mince couche de neige.

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

 Je chemine sur le sentier de crête de la serre de More dont la dernière partie se faufile dans un chaos rocheux et devient un brin périlleuse du fait de la présence de la neige et la glace. La légère angoisse que j’éprouve alors en pensant qu’une mauvaise chute me mettrait en mauvaise posture se mêle d’une pincée d’adrénaline qui me procure une certaine jouissance. Le fait d’être seul dans une nature sauvage et de savoir que l’on ne peut  compter que sur soi même en cas de pépin décuplent le sentiment d’exister.

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

Mais au milieu du passage le plus délicat et alors que je suis concentré sur les endroits les plus appropriés pour poser les pieds une voix me hèle. Levant  la tête j’aperçois une femme entièrement voilée de blanc. « Qui êtes vous, que faites vous ici ? » lui dis je alors. « Je suis la Dame Blanche » me répond-t-elle, ce qui me me glace les os car selon une vieille légende allemande l’apparition de la dame Blanche  annoncerait votre mort prochaine. Voyant mon air effrayé elle me dit alors « Ne t’inquiète pas, tu ne vas pas mourir mais tu l’as échappé belle, car normalement tu aurais dû effectivement faire une chute mortelle ce matin en passant ce col, mais Bacchus t’a sauvé ». « Comment ça, Bacchus m’a sauvé ? » lui dis je, étonné. Elle m’explique alors « C’est simple, là haut chaque être humain est symbolisé par une boule avec un numéro et toutes les boules sont dans un immense bocal. Chaque matin le grand patron décide du nombre de boules qu’il faut prélever dans le bocal au hasard, ce qui provoque la mort des humains concernés. Mais Bacchus qui est le chambellan du grand patron et gère sa cave a le privilège, à ce titre, d’avoir un joker qui lui permet de remettre dans le bocal une boule tirée au sort. Et ce matin il a choisi d’épargner ta boule car il t’a à la bonne, vu que tu es un amateur de bons vins. On peut dire que boire du vin ta sauvé la vie, mon cher Ulysse » « Mais pourquoi tu m’en fais la confidence, tu n’es pas tenue au secret ? » lui dis je. « Si bien sûr, mais moi aussi je t’ai à la bonne car j’aime bien lire ton blog vu qu’on s’ennuie un peu là haut et tes lecteurs me sont également sympathiques et je voulais donc que tu leur fasse passer le message selon lequel boire du bon vin peut leur sauver la vie! ». Dont acte ! chères lectrices et lecteurs, vous savez ce qu’il vous reste à faire !

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

Ayant donc franchi sain et sauf le col, je descends vers le portail de Roquendouire, que mes fidèles lectrices et lecteurs connaissent bien, et à partir duquel part un confortable sentier qui mène au refuge de Caissenols.

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

La neige a quasiment fondu sur le sentier qui court sur le versant sud de la Serre de Majous  et je peux donc avancer en admirant le magnifique paysage alentour, tout en méditant sur le destin funeste auquel j’ai échappé, ce qui me donne au demeurant un air sérieux peu conforme à ma nature (la photo est prise avec le retardateur).

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

La neige devient plus présente au fur et à mesure que je m’enfonce vers le fond du vallon et illumine le cirque montagneux qui m’entoure.

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

Les rayons du soleil mordorent la brume qui enveloppe le paysage, créant une ambiance féérique, ce qui instille en mon âme un sentiment de félicité indicible.

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

Les pendentifs de glace qui ornent les rochers témoignent de la température ambiante. Mais la munificence de l’univers qui m’entoure me fait oublier la morsure du froid. Comme quoi la beauté peut anesthésier la douleur.

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

J’arrive enfin en vue du refuge de Caissenols où la neige est plus abondante, cette neige étant vierge de toute trace humaine.

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

Quel bonheur de fouler ainsi une neige vierge en un lieu sauvage et désert, ce qui me donne le sentiment d’être David Livingstone ou Pierre Savorgnan de Brazza , dont le récit des explorations a enchanté ma jeunesse.

 

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

Mais la température qu’il fait  aujourd’hui à Caissenols n’est pas celle qui régnait lors des aventures de ces célèbres explorateurs et je suis très heureux de me faire un feu et d’y faire chauffer une délicieuse garbure. Bien que j’ai une immense sympathie pour vous, je suis désolé mais je ne vous en ai pas gardée.

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

Le feu n’ayant guère réussit à élever la température du refuge, ce qui me prive de ma traditionnelle sieste, je m’empresse, pour ne pas geler sur place, de prendre  le chemin du retour.

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

Le soleil étant descendu sur l’horizon, l’ambiance est encore plus féérique qu’à l’aller et j’aperçois même mon vieil ami l’arbre mort  qui se dandine, soudainement ravigoté par la caresse de ses rayons. Comment ! Vous ne le voyez pas danser ? Bon il est vrai que pour me réchauffer j’ai agrémenté ma garbure d’un peu de "rouquin" et de quelques centilitres de Williamine, mais je vous assure que je l’ai vraiment vu se trémousser !

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

Mais ne nous attardons pas, car la baisse du thermomètre accompagne celle du soleil  et ayant ce matin même échappé à un sort funeste je ne veux pas prendre de risque de geler sur place. Je ne pense pas que le père Bacchus sortira son joker en ma faveur une deuxième fois !

 

Et maintenant si vous souhaitez vous réchauffer je vous invite à aller faire un tour à Madère sur mon blog PIQUESEL (cliquez sur le nom du blog).

 

Ou alors à aller écouter ma dernière chanson "LA TETE DANS LES ETOILES " sur mon blog OLD NUT (cliquez sur le nom du blog)

 

TEXTE & PHOTOS ULYSSE