suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/09/2018

Balade autour de mon village

 

village,corneille,nucléaire,nuages

La météo annonçant des orages sur les monts de l’arrière pays où je vais habituellement frotter mes semelles, j'ai décidé, ce matin là, d’aller faire un tour autour de mon village. Les vignes en sont si proches que le curieux clocher rectangulaire de son église semble en émerger ce qui fait que les paroissiens du lieu prient au cœur des Vignes du Seigneur !

 

village,corneille,nucléaire,nuages

Me voilà donc parti de ma chaumière « pédibus cum jambis » sur une petite route vicinale bordée d’un magnifique amandier dont les fleurs annoncent la venue du printemps et dont on cueille les fruits au mitan de l’été. Nous allons voir que nul n'est besoin de voyager loin pour découvrir des merveilles qui se trouvent souvent au coin de la rue ! La beauté comme le bonheur sont souvent dans le pré d'à côté !

 

village,corneille,nucléaire,nuages

Vers le nord-ouest, où se dressent les montagnes du Haut-Languedoc et notamment le Caroux où souvent je vous emmène, les dieux païens - que je vénère – qui s’y sont réunis pour leur banquet annuel, semblent avoir par mégarde renversé une énorme barrique de chantilly sur les flancs de cet auguste sommet.

 

village,corneille,nucléaire,nuages

Je crains un instant que ces énormes masses laiteuses ne m’engloutissent, mais une vaillante brise venue de la Méditerranée empêche leur avancée.

 

village,corneille,nucléaire,nuages

Rassuré quant à mon sort, j’admire alors leur lent ballet dans le ciel sous la poussée de vents contraires qui les déforment sans cesse, faisant apparaître de façon éphémère un fabuleux bestiaire. D’ailleurs, apercevez-vous perché là haut ce cosaque moustachu à qui un compagnon de profil susurre quelque confidence à l’oreille ?

 

village,corneille,nucléaire,nuages

Mais laissons, pour le moment, les merveilles du ciel pour aller à la découverte de celles qui sont à portée de main, comme cette tête d’ail à fleurs aiguës fièrement dressée sur sa hampe. Ses multiples clochettes ressemblent aux becs de minuscules oisillons attendant la becquée.

 

village,corneille,nucléaire,nuages Admirons également, tout en restant à bonne distance, cette fière bande de chardons marie qui semblent se défier à savoir qui grimpera le plus haut !

 

village,corneille,nucléaire,nuages

La nature étant régie par la loi de la jungle, ils ont compris que pour éviter d’être broutés ils devaient se doter de défenses ! Il en est ainsi également des chênes verts dont les feuilles des basses branches (et elles seules !) sont munies de piquants pour empêcher les ovins de s’en régaler.

 

village,corneille,nucléaire,nuages

Si les « feuilles » terminales et les tiges des chardons sont rébarbatives, leurs graines, appelées akènes, sont une merveille de la nature.

 

village,corneille,nucléaire,nuages

Lorsque les « akènes » sont mûres, elles se libèrent et se laissent emporter par le moindre coup de vent, parfois à des kilomètres. C’est ainsi que les plantes sont de grandes voyageuses. On distingue celles dont les graines se dispersent par le vent (anémochorie), par projection (autochorie), par l’eau (hydrochorie) ou par les animaux (zoochorie).

NB : Chorie vient du grec ancien « Khôrein » = se mouvoir

 

 

 

village,corneille,nucléaire,nuages

Jetons un œil également à ces tiges à l’allure nonchalantes de folle avoine que l’on appelle également avoine sauvage, averon, coquiole, havenon. C’est une plante adventice (que les idiots appellent « mauvaise » herbe) non comestible qui se mélange aux céréales cultivées. Son nom trahit la vision qu’à l’homme de la nature sauvage : est fou ou nuisible celui qui ne rapporte rien !

 

village,corneille,nucléaire,nuages

Admirons la jolie tunique de ce pierdidae qui butine avec sa fine trompe une fleur de Buglosse. La tache noire sur ses ailes l’aide à absorber les radiations solaires et à réguler sa température en changeant la posture de ses ailes. Cette tâche fonctionnelle n’a donc rien à voir avec les mouches que les femmes des siècles passées se dessinaient sur le visage ou le corps par coquetterie et dont la signification était la suivante :

au milieu de la joue : la galante

sur le front : la majestueuse

sur le nez : l’effrontée, ou la gaillarde

près de l’œil : la passionnée, ou l’assassine

Au coin de la bouche : la baiseuse  (au sens ancien"embrasser" du terme !)

sur, ou sous les lèvres : la coquette, ou la friponne

au creux de la ride dessinée par le sourire : l’enjouée

sur la poitrine : la généreuse !

 

village,corneille,nucléaire,nuages

On ne peut ignorer cette fleur que - bien que d’une nature modeste - l’on peut considérer comme la reine des champs au printemps : le coquelicot, si gracieux et fragile qu’il meurt aussitôt cueilli. Une chanson créée par Mouloudji (et superbement interprétée par Zen) dit qu’il faut être idiot pour n’aimer que les coquelicots…alors je veux bien passer pour un idiot !

 

 

village,corneille,nucléaire,nuages

D’ailleurs pour vous montrer combien je les aime je vous en mets deux et je vous offre ce poème de ma composition :

Ardents coquelicots,

Qui parsèment les champs,

Comme des gouttes de sang,

Tombées de quels oiseaux ? 

Subtils coquelicots,

Vagabonds et rebelles

Si fragiles et si frêles,

Qu'ils meurent sous les ciseaux !

 

Je vous invite également à relire ma note où je vous présente la grande famille des coquelicots!

 

village,corneille,nucléaire,nuages

Bien que ses pétales soient fanés, cette anthémis maritime ne manque pas de séduction avec sa corolle jaune citron aussi appétissante qu’un bonbon.

 

village,corneille,nucléaire,nuages

Mais un croassement attire de nouveau mon attention vers les cieux : la silhouette noire d’une corneille se détache sur l’arrière plan nuageux.

 

village,corneille,nucléaire,nuages

Plusieurs congénères l’accompagnent dont cette photo montre les différentes phases de leur vol: moment magique où la vie est saisie sur le vif !

 

village,corneille,nucléaire,nuages

Elles semblent vouloir partir à l’assaut de la montagne nuageuse que, peut être, elles espèrent dégonfler à coup de becs !

 

village,corneille,nucléaire,nuages

Mais soudain l’apocalypse se produit, un énorme champignon nucléaire surgit à l’horizon et je rentre précipitamment me mettre à l’abri ! Mais ce n’était qu’une fausse alerte …pour cette fois ci !

 

*****

Si vous aimez ce blog, peut être aimerez vous aussi mes chansons

Trois nouvelles dont "Tu es l'obscur objet de mon désir"

sont postées sur les plateformes musicales

dont DEEZER (cliquez sur le nom)

Certaines sont aussi publiées illustrées par des photos sur mon blog Canta la Vida

la dernière étant "Marie Galante"

Vous pouvez aussi les écouter classées par album sur mon blog

OLD NUT WIX

(intégralité des chansons - sauf les 2 derniers albums - classées par album)

(cliquez sur les liens dans le haut de la colonne à droite)

 

Texte & Photos Ulysse

25/08/2018

Le vallon de Casselouvre

rosis,serre de more,espinousse,sanglier,nemrod,chasseur

Selon l’Institut National d’Etudes Démographiques, la moitié de la population mondiale vit dans les villes, proportion qui atteint 74% en Europe et 80% aux Etats Unis. L’environnement quotidien de ces citadins est constitué d’air pollué, de foules stressées, d’immeubles en béton et d’asphalte avec, ici et là, des confettis de verdure. C’est ainsi que j’ai vécu pendant longtemps et que vivent mes enfants et petits enfants, contraintes professionnelles obligent. Aussi quel bonheur, les vacances venues, de pouvoir s’évader dans ces espaces encore vierges et sauvages que recèle notre pays. En ce matin brumeux, nous avons décidé d’arpenter en famille la serre de More et le frais vallon du Casselouvre, impétueux torrent en hiver, réduit, l’été, à un simple filet d’eau. Un incendie a détruit les genêts qui recouvraient la serre, mettant à nu son ossature rocheuse parsemée de terre rouge, ce qui nous donne le sentiment de marcher sur Mars ! Ce fada d'Elon Musk qui veut dépenser des milliards pour explorer cette planète, ferait mieux de me laisser un commentaire : je l'emmènerai arpenter la serre de More et il économisera ainsi des milliards qu'il pourra consacrer à des causes humanitaires plus urgentes !

 

 

rosis,serre de more,espinousse,sanglier,nemrod,chasseur

Chacun va à son rythme, perdu dans ses pensées et la contemplation d’un environnement vierge de toute trace humaine. Alors qu’à chaque instant dans les villes nous sommes confrontés à la présence intempestive de la foule, houle qui nous bouscule et menace à tout moment de nous renverser, ici notre corps peut se mettre en roue libre et notre âme prendre son envol et rejoindre là haut la buse, le milan ou l’épervier qui tournoient à l’affut d’un imprudent mulot ou campagnol.

 

rosis,serre de more,espinousse,sanglier,nemrod,chasseur

Nous évoluons dans l’un des environnements rocheux les plus vieux de la Terre, vestige du massif hercynien qui, il y a 600 millions d’années, se dressait aussi haut que l’Himalaya. On ne peut qu’être goguenard face à ces impudents et arrogants humains qui cherchent à devenir immortels alors même, qu’avec le temps, les montagnes deviennent plages. De fait, la mort est la vraie source de jouvence.

 

rosis,serre de more,espinousse,sanglier,nemrod,chasseur

La nature est un livre qui nous enseigne la formidable capacité d’adaptation de la vie. Ainsi les zones arborées révèlent les zones de convergence des eaux de ruissellement où les débris s’accumulent, créant un humus fertile qui retient l’humidité et favorise l’éclosion des graines apportées par l’eau, le vent les rongeurs ou les oiseaux. On croit le monde végétal condamné à l’immobilité mais ce règne est constitué d’infatigables voyageurs !

 

rosis,serre de more,espinousse,sanglier,nemrod,chasseur

Nous contournons un dernier obstacle rocheux avant de descendre vers le vallon du Casselouvre. Le chemin est encombré de pierres en équilibre instable qui sont autant de chausse–trappes qui mettent à l’épreuve notre verticalité. Il faut alors mettre son «cerveau» dans ses pieds, faisant ainsi mentir ceux qui prétendent que les idiots raisonnent comme leurs pieds.

 

rosis,serre de more,espinousse,sanglier,nemrod,chasseur

Nous apercevons l’antique chemin qui traverse le portail de Roquandouire (curiosité géologique) et se dirige vers le vallon du Casselouvre. Des milliers de marcheurs ont suivi ce chemin au cours des siècles, liés secrètement entre eux par l’écho de leurs pas dont résonne encore la Terre.

 

rosis,serre de more,espinousse,sanglier,nemrod,chasseur

Un arbre mort tend une branche dénudée au dessus du chemin dont la pointe plonge au cœur du soleil, peut être pour y puiser l’énergie qui le fera renaître.

 

rosis,serre de more,espinousse,sanglier,nemrod,chasseur

Nous passons discrètement près d’un gnome ridé par les siècles, perdu dans une profonde méditation.

 

rosis,serre de more,espinousse,sanglier,nemrod,chasseur

Nous parvenons au hameau en ruine de Caissenols le Bas qui fut occupé jusqu’à la fin du XIXème siècle. L’agencement des pierres de toutes formes et de toutes tailles dont sont constitués les murs, chaque fois, me fascine. Je pense à ceux qui les ont choisies, soupesées, agencées avec patience et génie. Si le bois des charpentes ne s’était pas rompu, ces murs seraient encore intacts aujourd’hui.

 

rosis,serre de more,espinousse,sanglier,nemrod,chasseur

Plus somptueuses et impressionnantes encore sont les ruines du hameau de Caissenols le Haut où nous nous arrêtons pour le pique-nique. Puis vient l’heure de la sieste bercée par l’écho des chants et des rires de ceux qui y ont vécu. Certains de mes lectrices et lecteurs me feront remarquer qu’il y eut aussi certainement des pleurs et des cris de colère, mais pour vivre sereinement il faut ne se souvenir que des belles choses *

 * Magnifique film à voir et revoir

 

rosis,serre de more,espinousse,sanglier,nemrod,chasseur

Bien que le retour se fasse par le même chemin, nous découvrons un autre paysage : l’axe de notre regard et la lumière ont changé, nous offrant une perspective et des couleurs différentes. Les frondaisons des arbres et les champs de fougères comportent un camaïeu inouï de verts qui contrastent avec le mauve plus ou moins intense des champs de bruyère.

 

rosis,serre de more,espinousse,sanglier,nemrod,chasseur

Nous passons près d’un randonneur sans doute épuisé et qui s’est endormi au bord du chemin sans prendre le temps d’enlever son sac à dos !

 

rosis,serre de more,espinousse,sanglier,nemrod,chasseur

Nous retraversons le portail de Roquendouire, morceau de plateau sédimentaire porté à la verticale par la poussée des Pyrénées, il y a quarante millions d’années.

 

rosis,serre de more,espinousse,sanglier,nemrod,chasseur

Nous effrayons un sanglier qui s’enfuit en couinant, bien que nous n’ayons ni la bedaine ni la pétoire des chasseurs qui leur font habituellement la peau. D’ailleurs, c’est le seul animal que nous verrons au cours de notre balade, tant le monde animal craint ces Nemrods pétaradants qui leur tirent dessus en traitre, tristes rois de la nature affalés sur leur cul. S’il faut réguler certaines populations animales, laissons faire les loups dont c’est le rôle. Les animaux alors ne nous craindront plus et nous pourrons de nouveau les admirer batifolant dans les prés et les montagnes pour notre plus grand bonheur. Et ce ne sont pas les quelques côtelettes de mouton que les loups prélèveront au passage qui mettront l’humanité en péril ! L’homme, cet « homo stupidens » s’en charge lui même !

 

rosis,serre de more,espinousse,sanglier,nemrod,chasseur

Nous achevons notre balade au milieu d’une apothéose de couleurs, où l’on aperçoit même la tache rouge chère à Corot, minuscule contrepoint qui amplifie la magnificence du paysage.

 

PS : Pour les défenseurs du loup, de l’ours et de la faune sauvage (renard, belette, fouine, etc) massacrée par « l’homo stupidens  », impitoyable roi des prédateurs, je mets en bonus ma chanson « Lupo » que vous pouvez aussi écouter sur les plateformes musicales.

 

podcast

 

*****

Si vous aimez ce blog, peut être aimerez vous aussi mes chansons

Trois nouvelles dont "Tu es l'obscur objet de mon désir"

sont postées sur les plateformes musicales

dont DEEZER (cliquez sur le nom)

Certaines sont aussi publiées illustrées par des photos sur mon blog Canta la Vida

la dernière étant "Les doudous et les blessures"

Vous pouvez aussi les écouter classées par album sur mon blog

OLD NUT WIX

(intégralité des chansons - sauf les 2 derniers albums - classées par album)

(cliquez sur les liens dans le haut de la colonne à droite)

 

Texte, Photos & Chanson Ulysse

 

 

18/08/2018

Les petits loups en l’air et sur la mer !

accro-branche,catamaran,tyrolienne,foc

Après avoir grimpé, hors d’haleine, derrière mes petits loups sur les chemins du Caroux et de l’Espinousse, frémi lors de leur exploration des Canoles du Larzac ou en descendant avec eux les rapides de l’Hérault, je vous invite à les suivre dans les airs et sur la mer ! Mes petits loups n’ont peur de rien et sont maîtres des éléments comme vous l’allez voir !

 

accro-branche,catamaran,tyrolienne,foc

Les jambes de Romain ne sont pas encore tout à fait adaptées à l’obstacle, mais ça ne l’empêche de le franchir sans problème !

 

accro-branche,catamaran,tyrolienne,foc

Certes les sécurités sont solides, mais il faut du cran pour marcher sur un fil à 12 mètres de haut !

accro-branche,catamaran,tyrolienne,foc

Franchir un « pont de singe » est quand même plus « fun », valorisant et formateur qu’un jeu video débile où l’on passe son temps à mitrailler ses semblables .

 

accro-branche,catamaran,tyrolienne,foc

Après deux heures à jouer les chimpanzés dans les arbres, retour planant sur Terre !

 

accro-branche,catamaran,tyrolienne,foc

Pour l’arrivée, ne pas oublier de mettre les jambes en avant pour éviter d’être « secoué » !

 

accro-branche,catamaran,tyrolienne,foc

Et maintenant, préparations pour une sortie en catamaran sur le Bassin de Thau : je vais faire équipe avec Emilie et Romain va naviguer avec Sébastien, leur papa.

 

accro-branche,catamaran,tyrolienne,foc

 

Quand on veut être marin, il faut savoir gréer son bateau ….

 

accro-branche,catamaran,tyrolienne,foc

Vient le moment de monter les voiles…

 

accro-branche,catamaran,tyrolienne,foc

Emilie, navigatrice expérimentée, gère la voile et la barre, tandis que je m’occupe du foc.

 

accro-branche,catamaran,tyrolienne,foc

A cent mètres du large, le vent se fait plus fort et nous commençons à prendre de la vitesse.

 

accro-branche,catamaran,tyrolienne,foc

Concentrée, Emilie tient fermement le cap, confortablement installée dans le trapèze.

 

accro-branche,catamaran,tyrolienne,foc

Romain devant fait de même, très « cool », laissant Sébastien gérer la voile, la barre et le foc .

 

accro-branche,catamaran,tyrolienne,foc

Le catamaran prend de la vitesse et ça tangue un peu. Quelle griserie !

 

accro-branche,catamaran,tyrolienne,foc

C’est un grand bonheur pour moi, plus habitué à arpenter le plancher des vaches, que de partager un tel moment et de telles sensations avec mes petits loups ! C’est sûr que l’année prochaine on recommencera !

 

*****

 

Pour être informé des nouvelles notes, inscrivez vous à la newsletter.

Vous pouvez aussi laissez un commentaire en utilisant la rubrique prévue à cet effet en bas de note. J'y répondrai. 

 

*****

Si vous aimez ce blog, peut être aimerez vous aussi mes chansons

Trois nouvelles dont "Tu es l'obscur objet de mon désir"

sont postées sur les plateformes musicales

dont DEEZER (cliquez sur le nom)

Certaines sont aussi publiées illustrées par des photos sur mon blog Canta la Vida

la dernière étant "Les doudous et les blessures "

Vous pouvez aussi les écouter classées par album sur mon blog

OLD NUT WIX

(intégralité des chansons - sauf les 2 derniers albums - classées par album)

(cliquez sur les liens dans le haut de la colonne à droite)

 

Texte & Photos Ulysse

11/08/2018

Les petits loups en crapahut au Montahut !

 

bourdils,montahut,espinousse,caroux

Après avoir affronté en canoë les rapides de l’Hérault et s’y être rafraîchis (voir la note de la semaine passée), nous emmenons nos infatigables « petits loups » en crapahut à l’assaut du Montahut, sommet rocailleux du massif de l’Espinousse.

 

bourdils,montahut,espinousse,caroux

La montée se fait au départ dans une antique châtaigneraie autrefois gérée par les hommes qui y ont dressé de magnifiques bâtisses, dont il ne reste plus hélas que quelques pans de murs. Ces pierres parfaitement appareillées, et qui résistent à l’assaut des siècles, témoignent d’un temps où les loisirs se résumaient à faire la sieste dans les fougères, broder un napperon ou fumer sa pipe sur un banc de pierre, se raconter des histoires au coin du feu et contempler, la nuit, les étoiles. Quand les diaboliques joujoux inventés par Bill, Mark et autres Geek gogoliens auront perdu de leur attrait, peut être y reviendrons nous ?

 

bourdils,montahut,espinousse,caroux

L’hiver a été fort pluvieux et venteux dans la région et de nombreux arbres ont été fauchés qui bloquent le chemin, provoquant un brin d’inquiétude chez Romain dont l’agilité ne compense pas la modeste taille des gambettes (mais plus pour très longtemps !). Je l’aide à franchir l’obstacle, heureux de pouvoir lui montrer que les anciens ne sont pas en tout obsolètes !

 

bourdils,montahut,espinousse,caroux

Ayant pris de l’altitude, les châtaigniers laissent la place aux hêtres qui prospèrent dans les lieux plus frais et humides. Ces magnifiques arbres à l’écorce gris argenté favorisent un biotope d’une grande richesse. Mais ils risquent hélas de disparaître de notre région avec le réchauffement climatique en cours. Le hêtre est aussi appelé « fayard », notamment par les forestiers, car ce nom est plus sonore lors des inventaires et des martelages. Son nom occitan est « fag » et la hêtraie est nommée « fage ». Le feuillage des hêtraies inonde d’or les sous bois l’automne venu .

NB : Martelage : marquage au marteau pour signaler les arbres à couper.

 

bourdils,montahut,espinousse,caroux

Après deux heures de grimpe dans une chaleur moite quasi tropicale, nous arrivons sur le plateau des Bourdils où nous avons prévu de pique-niquer. Jamais les paroles de la Bible qui imposent à l’homme de gagner son pain à la sueur de son front ne nous ont paru aussi pertinentes.

 

bourdils,montahut,espinousse,caroux

La vue que nous avons de notre salle à manger est de toute beauté : nous avons en face de nous le moignon rocheux du peyre Azent et, derrière, le vaste plateau du Caroux où nous trainons régulièrement nos semelles.

 

bourdils,montahut,espinousse,caroux

Après nos agapes et, pour ce qui me concerne, une sieste écourtée et perturbée par mes chérubins - bien que je leur ai dit que c’était un péché mortel, mais qui a peur de l’enfer aujourd‘hui ? – nous nous mettons en route pour l’objectif du jour le Montahut. Le « charme » de ce modeste sommet (1053mètres) est qu’il faut d’abord descendre d’une centaine de mètres avant d’y grimper !

 

bourdils,montahut,espinousse,caroux

L’autre particularité est que le chemin d’accès est gardé par un vieillard peu amène, au menton en galoche, assis sur un rocher et qui n’aime pas trop que l’on pénètre sur son domaine. Mais Emilie a l’idée de le prendre par la barbichette et de lui faire le coup de la comptine, ce qui le fait rire aux éclats et l’amène à nous laisser passer. C’est pour cela que depuis je me laisse pousser la barbichette dans l’espoir qu’une jeune fille veuille jouer avec moi !

 

 

bourdils,montahut,espinousse,caroux

Le sentier d’accès au sommet est somptueux et on comprend que le vieillard veuille le préserver des randonneurs indélicats, du genre de ceux qui laissent leurs ordures dans un coin ni vu, ni connu ! Et hélas ils sont nombreux, comme les salopards qui ont transformé le refuge de Font Salesse en dépotoir !

 

 

bourdils,montahut,espinousse,caroux

Mais oublions les cancrelats qui salopent la planète (et il y en a de gros !) pour admirer le somptueux paysage que Gaïa nous offre là où l’homo sapiens ne l’a pas encore défigurée. Parcourir à pieds ces espaces permettent à notre corps, notre âme de s’imprégner de l’énergie tellurique qui leur a donné naissance.

 

bourdils,montahut,espinousse,caroux

Et en voyant la dent dressée du roc dOurliadès qui jouxte le Montahut, on imagine les séismes qui ont secoué dans le passé Gaïa et qui la secoueront encore périodiquement bien après que les os du dernier homo sapiens seront retournés à la poussière dont nous sommes nés. J’aurais le plaisir d’ajouter à la poussière cosmique quelques molécules de vin et de Ti Punch qui intrigueront peut être des savants extra terrestres qui en feront l’analyse !

 

bourdils,montahut,espinousse,caroux

Mais revenons à notre ascension où je tiens à montrer à mes petits loups que mes «vieux os» sont toujours vaillants et que je peux encore faire la course en tête (plus pour très longtemps !)

 

bourdils,montahut,espinousse,caroux

J’arrive au sommet en tête en faisant mentalement un pied de nez à tous ces hygiénistes et diététiciens qui veulent nous persuader que le jus de la vigne ou le jus de canne à sucre sont des poisons pour l’homme. Que ces tristes sires relisent la Bible et les évangiles !

 

bourdils,montahut,espinousse,caroux

Mes petits loups me suivent de près et je lis dans le regard de Romain quelque chose comme « Papi, l’année prochaine, c’est moi qui serai devant ! ». C’est bien que les jeunes se lancent des défis ! 

 

bourdils,montahut,espinousse,caroux

Nous admirons longuement le Caroux, que nous parcourons avec mon ami Gibus mais aussi en famille de haut en bas et de long en large depuis plus de quinze ans, sans que l’on en soit lassé.

 

bourdils,montahut,espinousse,caroux

Mais il est hélas l’heure de descendre et là les « petits loups » prennent l’avantage, mes articulations n’ayant plus la souplesse des leurs ! 

 

bourdils,montahut,espinousse,caroux

Nous retrouvons avec bonheur la fraîcheur de la hêtraie en se laissant guider par les antiques murets qui bordent par endroits le chemin.

 

bourdils,montahut,espinousse,caroux

Nous croisons une vieille connaissance, le marquis des Bourdils, que nous avions rencontré il y a quelques hivers sur ce même chemin et dont la crinière moussue lui vient de son séjour en ces lieux humides. Il nous propose de venir boire une soupe d’ortie aux limaces, mais nous déclinons poliment son invitation, prétextant que nous sommes attendus chez des amis. « Bon ce sera pour une prochaine fois » nous lance-t-il ! « Entendu"  répondons nous, mais je ne suis pas sûr que mes petits loups aient envie de le rencontrer à nouveau !

*****

Si vous souhaitez me laisser un commentaire,

une rubrique en bas de page est prévue à cet effet

Pour être averti(e) des nouvelles notes, souscrivez à la newsletter


*****

Si vous aimez ce blog, peut être aimerez vous aussi mes chansons

Trois nouvelles dont "Tu es l'obscur objet de mon désir"

sont postées sur les plateformes musicales

dont DEEZER (cliquez sur le nom)

Certaines sont aussi publiées illustrées par des photos sur mon blog Canta la Vida

la dernière étant "Tu parlais à l'oreille des chevaux"

Vous pouvez aussi les écouter classées par album sur mon blog

OLD NUT WIX

(intégralité des chansons - sauf les 2 derniers albums - classées par album)

(cliquez sur les liens dans le haut de la colonne à droite)

 

Texte Ulysse, Photos Sébastien & Ulysse